La langue française

Éperdu

Sommaire

  • Définitions du mot éperdu
  • Étymologie de « éperdu »
  • Phonétique de « éperdu »
  • Évolution historique de l’usage du mot « éperdu »
  • Citations contenant le mot « éperdu »
  • Traductions du mot « éperdu »
  • Synonymes de « éperdu »
  • Antonymes de « éperdu »

Définitions du mot éperdu

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPERDU, UE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de éperdre*.
II.− Emploi adj.
A.− [En parlant d'un être vivant] Désemparé, profondément troublé par une vive émotion. Parfois, tout à coup, sans raison, prises de terreur, ces femmes s'enfuyaient éperdues (France, Vie fleur,1922, p. 555):
1. ... À ses regrets en vain la patrie est rendue, L'orage a dispersé la couvée éperdue; Ses frères sont partis; le nid vide est tombé; En s'envolant, peut-être, un d'eux a succombé. Desbordes-Valmore, Élégies,1833, p. 130.
En partic., littér. Fou d'amour. Je n'aimerai que l'homme qui me tiendra éperdue et domptée sous son regard (...). Devenez cet homme et je serai à vous (Feuillet, Onesta,1848, p. 279).
Éperdu de qqc.En proie à. Je sortis et je restai éperdu d'étonnement (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Amour, 1886, p. 740).
B.− [En parlant d'un sentiment violent et de tout ce qui peut trahir ce sentiment] Un désir éperdu; des yeux éperdus. Il pleure avec des yeux éperdus (Giono, Regain,1930, p. 160):
2. ... elle s'avança, les yeux pleins de larmes, les bras ouverts, dans une infinie pitié, un attendrissement éperdu dont elle tremblait toute. Zola, L'Argent,1891, p. 401.
C.− Fou, sans ordre, irrationnel, ou irraisonné. La floraison éperdue des arbustes de la rive se détache en blanc cru sur le bleu profond d'en haut (Loti, Inde sans Angl.,1903, p. 105):
3. ... on entendit quelque chose de pesant et de dur tomber sur le pavé de la cour. Puis, une galopade éperdue dans l'escalier et les couloirs. Duhamel, Chronique des Pasquier,Suzanne et les jeunes hommes, 1941, p. 284.
Rem. On rencontre ds la docum. a) La substantivation de l'animé. Les éperdus de tristesse, les éperdus de joie (cf. Bloy, Désesp., 1886, p. 109). b) La substantivation neutre. Dans l'éperdu de votre abandon (Courteline, Conv. Alceste, Voiture versée, 1898, I, p. 125).
Prononc. et Orth. : [epε ʀdy]. Enq. : /epeʀdy/. Ds Ac. 1694-1932. Fréq. abs. littér. : 1 412. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 136, b) 2 349; XXes. : a) 4 141, b) 1 284.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPERDU, UE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de éperdre*.
II.− Emploi adj.
A.− [En parlant d'un être vivant] Désemparé, profondément troublé par une vive émotion. Parfois, tout à coup, sans raison, prises de terreur, ces femmes s'enfuyaient éperdues (France, Vie fleur,1922, p. 555):
1. ... À ses regrets en vain la patrie est rendue, L'orage a dispersé la couvée éperdue; Ses frères sont partis; le nid vide est tombé; En s'envolant, peut-être, un d'eux a succombé. Desbordes-Valmore, Élégies,1833, p. 130.
En partic., littér. Fou d'amour. Je n'aimerai que l'homme qui me tiendra éperdue et domptée sous son regard (...). Devenez cet homme et je serai à vous (Feuillet, Onesta,1848, p. 279).
Éperdu de qqc.En proie à. Je sortis et je restai éperdu d'étonnement (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Amour, 1886, p. 740).
B.− [En parlant d'un sentiment violent et de tout ce qui peut trahir ce sentiment] Un désir éperdu; des yeux éperdus. Il pleure avec des yeux éperdus (Giono, Regain,1930, p. 160):
2. ... elle s'avança, les yeux pleins de larmes, les bras ouverts, dans une infinie pitié, un attendrissement éperdu dont elle tremblait toute. Zola, L'Argent,1891, p. 401.
C.− Fou, sans ordre, irrationnel, ou irraisonné. La floraison éperdue des arbustes de la rive se détache en blanc cru sur le bleu profond d'en haut (Loti, Inde sans Angl.,1903, p. 105):
3. ... on entendit quelque chose de pesant et de dur tomber sur le pavé de la cour. Puis, une galopade éperdue dans l'escalier et les couloirs. Duhamel, Chronique des Pasquier,Suzanne et les jeunes hommes, 1941, p. 284.
Rem. On rencontre ds la docum. a) La substantivation de l'animé. Les éperdus de tristesse, les éperdus de joie (cf. Bloy, Désesp., 1886, p. 109). b) La substantivation neutre. Dans l'éperdu de votre abandon (Courteline, Conv. Alceste, Voiture versée, 1898, I, p. 125).
Prononc. et Orth. : [epε ʀdy]. Enq. : /epeʀdy/. Ds Ac. 1694-1932. Fréq. abs. littér. : 1 412. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 136, b) 2 349; XXes. : a) 4 141, b) 1 284.

Wiktionnaire

Adjectif

éperdu

  1. Qui a l’esprit troublé par la crainte ou par quelque autre passion.
    • […]; des multitudes éperdues grimpèrent par d’effrayants sentiers jusqu’à ces régions si élevées que les arbres ne poussaient plus. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Elle sut qu’on attaquait son mari, elle courut aussitôt tout éperdue pour le secourir.
    • Tout éperdu d’amour.
  2. (Figuré) Avec affolement.
    • Éperdue, d'un violent coup d'ailes, elle s'enleva de terre, lui passa sur la tête, lui donna un coup de patte et se trouva perchée sur un bâton de l'échelle qui montait au “foineau”,[…]. — (Jules Renard, Un roman, part. 1 : Œuf de poule, dans Les cloportes: Chroniques, tome 2 : 1885-1893, Éditions F. Bernouard, 1926, p. 101)
    • Les journaux s’engagent dans une course éperdue à l’audience. — (Bernard Poulet, La fin des journaux et l’avenir de l’information, Gallimard, 2009, page 176)
  3. D’un air qui marque la violence de la passion.
    • Amour éperdu.
    • Un coup d’œil éperdu.
    • André, éperdu, fit une grande exclamation et regarda Henriette d'un air effaré. — (George Sand, André, 1869)
  4. Invétéré, impénitent.

Forme de verbe

éperdu \e.pɛʁ.dy\

  1. Participe passé masculin singulier de éperdre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉPERDU, UE. adj.
Qui a l'esprit troublé par la crainte ou par quelque autre passion. Elle sut qu'on attaquait son mari, elle courut aussitôt tout éperdue pour le secourir. Tout éperdu d'amour. Il se dit aussi d'un Sentiment violent ou d'un Geste, d'un air qui marque la violence de la passion. Amour éperdu. Un coup d'œil éperdu.

Littré (1872-1877)

ÉPERDU (é-pèr-du, due) adj.
  • 1Qui est profondément troublé par la crainte, ou par une passion quelconque. Et mon âme d'ennuis est si fort éperdue Que…, Régnier, Plainte. Il les étonna tellement par la fermeté de son courage qu'ils prirent la fuite tout éperdus, Vaugelas, Q. C. liv. x, dans RICHELET. Et quelle âme, dis-moi, ne serait éperdue Du coup dont ma raison vient d'être confondue ? Racine, Andr. III, 1. Peins-toi dans ces horreurs Andromaque éperdue, Racine, ib. III, 8. Mes filles, soutenez votre reine éperdue, Je me meurs, Racine, Esth. II, 7. Pompée éperdu ne vit dans les premiers mouvements de la guerre, de parti à prendre que celui qui reste dans les affaires désespérées, Montesquieu, Rom. X. Je marche en frissonnant, mon cœur est éperdu…, Voltaire, Zaïre, v, 9.
  • 2Vif, violent, en parlant de l'amour. Comme un honteux effet d'un amour éperdu, Corneille, Tite et Bérén. I, 1.

    Transporté d'amour. Madame Paul qui est devenue éperdue, Sévigné, 143. La sultane éperdue N'eut plus d'autres désirs que celui de sa vue, Racine, Bajaz. I, 1. Tu veux commander seul à mes sens éperdus, Voltaire, Zaïre, IV, 2.

HISTORIQUE

XIIe s. De lui [se] venger ne fut mie esperduz, Ronc. p. 90. Grant alure s'en est à la porte venuz ; Fermée la trova : dunc fu mult esperduz, Th. le mart. 47.

XIIIe s. Quant Blanchefleurs l'entent, le cuer [elle] ot esperdu, Berte, LXXIX.

XVIe s. Esperdu de frayeur, Montaigne, I, 62. Une fuyte esmeue, mais non pas estourdie ny esperdue, Montaigne, IV, 3. Lors il se trouva délivré de la frayeur esperdue et du grand trouble où il estoit, Amyot, Thémist. 48. Les troupeaux sont esgarés et esperdus par les champs, Paré, XXIV, 52.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éperdu »

Dérivé du verbe éperdre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Part. passé de l'anc. verbe esperdre (Li vilains… Jure et esmaie, si s'espert, Por ce que sa jornée pert, Ren. 16961), de es, et perdre ; provenç. esperdut.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « éperdu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éperdu epɛrdy

Évolution historique de l’usage du mot « éperdu »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éperdu »

  • Le troisième millénaire n'est qu'un concept romantique et commercial dont le temps se fiche éperdument. De Monique Proulx
  • Une fois cuite, l’écrevisse se fout éperdument de savoir qui lui suce la queue. De José Artur
  • Nous sommes les abeilles de l’Univers. Nous butinons éperdument le miel du visible pour l’accumuler dans la grande ruche d’or de l’invisible. De Rainer Maria Rilke / Lettre
  • La gloire auprès du peuple, voilà à quoi il faut aspirer. Rien ne vaudra jamais le regard éperdu de la charcutière qui vous a vu à la télévision. De Jean Baudrillard / Cool Memories - 1980-1985
  • Homme. Animal si éperdu dans la merveilleuse contemplation de ce qu'il pense qu'il est, qu'il néglige ce qu'il devrait indubitablement être. De Ambrose Bierce / Le Dictionnaire du diable
  • Ce monde en lui-même n'est pas raisonnable, c'est tout ce qu'on peut en dire. Mais ce qui est absurde, c'est la confrontation de cet irrationnel et de ce désir éperdu de clarté dont l'appel résonne au plus profond de l'homme. De Albert Camus / Le mythe de Sisyphe
  • Si une laide se fait aimer, ce ne peut être qu'éperdument. De Jean de La Bruyère
  • Un téléfilm diffusé en 2000 et trois livres, dont un - cosigné par les deux amants - a été édité en France, naissent de cette incroyable histoire. Perdu, disent les uns, éperdu, défendent d'autres, Vili vit pourtant des années noires, commettant des faits de petite délinquance et tombant dans l'alcool. leparisien.fr, Etats-Unis : Mary Kay, l’enseignante tombée amoureuse de son élève de 12 ans, est décédée - Le Parisien
  • CRITIQUE / AVIS SÉRIE - "Romance" invite le spectateur dans les pas d’un héros parisien de 2020, amoureux éperdu d’une femme mystérieuse de 1960. Une série inégale, dont certains partis pris dérangent, avec Pierre Deladonchamps et Olga Kurylenko. CinéSéries, Critique de Romance (Série, 2020) - CinéSéries
  • Le rêve, ce n'est que la vie éperdument dilatée. De Jules Renard / Journal
  • Il manque quelque chose à l'homme qui ne s'est jamais senti éperdu. De Roger Caillois / Le fleuve Alphée
  • Amoureux éperdu de la glisse et des sensations fortes, l’athlète parle avec ferveur de son sport, en n'omettant aucune subtilité. Le principe du sport est simple : pratiqué à deux ou à quatre, les membres de l'équipe poussent ensemble au démarrage le bobsleigh sur une piste dédiée en pente, puis sautent dans l'engin et le manoeuvre jusqu'à l'arrivée. Tout ça le plus rapidement possible.  France 3 Grand Est, À Reims, l’équipe de bobsleigh "Bobteam Baechler" se prépare pour le podium européen
  • Peuple éperdu et déroute militaire. Journal L'Est Eclair, L’Appel du 18 Juin lu dans l’intimité à Troyes
  • On y découvre aussi un peuple, une histoire, notamment celle des anciennes colonies françaises, l’Indochine, pays d’origine de Jean-Claude Rémy -le vrai nom du chanteur-. N’épargnant pas son alter ego, Tronchet entretient jusqu’au bout le suspense de la révélation. Devant l’imposant hédonisme du chanteur, Jean tremble à l’idée d’avouer qu’il débarque de France en fan éperdu autant qu’en archiviste-sauveur. , Le Chanteur perdu - Par Tronchet - Dupuis - ActuaBD
  • « Presque neuf mois, qu’il ne devait pas en dépasser trois. Il s’est battu comme un fou. Avec un espoir éperdu, celui de guérir. Saloperie de cancer. Y’en a marre depuis une couple d’années […] Il a tout vu de sa déchéance, il a tout entendu, cela a décuplé le mal. Pas chic un corps, quand ça te lâche », peut-on lire dans la publication qui s’achève avec de chaleureux remerciements destinés au personnel de soin. La Presse, Régis Labeaume en deuil de son père

Traductions du mot « éperdu »

Langue Traduction
Anglais distraught
Espagnol loco
Italien sconvolto
Allemand verstört
Chinois 心急如焚
Arabe مضطرب
Portugais perturbado
Russe обезумевший
Japonais 取り乱した
Basque distraught
Corse distraught
Source : Google Translate API

Synonymes de « éperdu »

Source : synonymes de éperdu sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « éperdu »

Partager