Portique : définition de portique


Portique : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PORTIQUE, subst. masc.

A. − Galerie couverte dont la voûte est soutenue par des colonnes ou des arcades sur au moins un côté, souvent accolée à un bâtiment et s'ouvrant sur un espace découvert. Long portique; portique antique; portique d'un temple; rue à portiques. On comprend mieux les dialogues de Platon en voyant ces portiques sous lesquels les anciens se promenaient la moitié du jour (Staël,Corinne, t.2, 1807, p.223).J'ai longtemps habité sous de vastes portiques Que les soleils marins teignaient de mille feux (Baudel.,Fl. du Mal, 1857, p.27).V. académie ex. 1:
1. ... peu à peu les boutiques s'ouvriront, un petit marché s'installera sous les portiques les plus larges, avec ses couleurs vives et ses bruits. Nous pourrons nous promener à travers toute la ville sans presque sortir de l'ombre, comme nous aurions été au sec s'il avait plu. T'Serstevens,Itinér. esp., 1963, p.320.
SYNT. Haut, vieux portique; portique circulaire; portique grec, renaissance, romain; double portique; portique d'une église, d'un palais; portique de marbre; portique à arcades; colonne d'un portique.
P. anal. Portique de feuillage. Quelquefois les jardins descendent en pente au rivage derrière les arcades d'un portique de tilleuls, à travers une colonnade de pins, au bout d'une pelouse (Chateaubr.,Mém., t.1, 1848, p.204).Le derrière de la maison donnait sur un jardin entouré de portiques de treilles (Lamart.,Raphaël, 1849, p.138).
P. méton.
Le Portique. École stoïcienne grecque. Les philosophes, la philosophie du Portique. Plus moral et plus imbu de la doctrine des devoirs que les épicuriens, Zénon et tout le Portique prescrivaient, en certains cas, le suicide au stoïcien (Balzac,Méd. camp., 1833, p.233).L'accord de l'Académie et du Portique était imposant (Théol. cath.t.4, 11920, p.1186).
Région. (Canada). Vestibule, entrée. Un aut' fois tu balayes ton portique tu te tournes vis-à-vis la rue, (...) quand tu vas être accoutumée, tu vas pouvoir toute te sortir su'l'perron... (Y. Deschamps,Monologues, 1973, p.212 ds Richesses Québec 1982, p.1870).
P. métaph. Le tombeau est-il un abîme sans issue, ou le portique d'un autre monde? (Chateaubr.,Litt. angl., t.2, 1836, p.287).Le jeune et brillant professeur sut reconnaître l'intelligente faveur dont il avait été l'objet en publiant (...) cette admirable introduction à l'histoire de la maison d'Orléans, portique grandiose de l'oeuvre à laquelle l'historien devait donner vingt ans de sa vie (A. Daudet,Immortel, 1888, p.18).
B. − P. anal. (de forme gén.)
1. CH. DE FER. Portique à signaux. Structure enjambant les voies et servant de support à des signaux. (Dict. xxes.).
2. CONSTR. ,,Élément de construction rigide, composé de deux poteaux et d'une poutre en bois, en fer ou en béton armé, et destiné à supporter une charge au-dessus de la portée de la poutre`` (Noël 1968). Le mur occidental, pourtant solidaire des piles soutenant les coupoles de la salle de travail, a été ouvert sur presque toute sa longueur au moyen de trois portiques en béton armé (Cain,Transform. B.N., 1959, p.47).
3. GYMN., JEUX. Installation formée de deux éléments verticaux reliés au sommet par un élément horizontal auquel sont accrochés divers agrès ou des balançoires. On trouvait de longs cheveux pris aux (...) basses branches des arbres dans le jardin, de longs cheveux accrochés au portique où pendaient le trapèze et la balançoire (Colette,Mais. Cl., 1922, p.114).Un grimper à la corde au portique pouvant se prolonger par un exercice d'équilibre sur ce portique pour se terminer par un saut en profondeur (R. Vuillemin,Éduc phys., 1941, p.42).
4. MANUTENTION. Appareil de levage formé d'une poutre munie d'un palan, montée sur des montants verticaux simples ou doubles, fixes ou mobiles. Les portiques nécessaires à la manutention pourront s'escamoter dans des constructions spéciales situées aux extrémités du barrage (Romanovsky,Mer, source én., 1950, p.99).
Grue à portique ou grue-portique. Les carrières sont maintenant desservies par des grues-portiques (...) de 10 à 20 t de puissance servant à l'extraction et au stockage de centaines de milliers de tonnes (Lambertie,Industr. pierre et marbre, 1962, p.80).
Portique roulant. Version de cet appareil où les montants verticaux peuvent se déplacer sur des rails. Au moyen de (...) cylindres de bois et d'un treuil, ils [les blocs de pierre] sont amenés sous un portique roulant électrique qui sert à leur manutention (Arts et litt., 1935, p.20-3).
5. MAR. Mât à portique. ,,Mât de cargo qui (...) est fait de deux pieds verticaux reliés entre eux par un longeron horizontal`` (Le Clère 1960).
6. Portique (magnétique). Installation de détection magnétique comprenant deux montants verticaux entre lesquels passent les voyageurs et qui permet, dans un aéroport de contrôler les passagers. Certaines compagnies aériennes ont installé des portiques magnétiques destinés à détecter les armes et les explosifs que contiendraient les bagages à main ou que cacheraient, sur eux, les passagers (Le Figaro, 8 sept. 1970ds Gilb. 1980, p.471).
Dispositif analogue pour éviter la fraude, à la sortie d'un magasin ou d'une bibliothèque:
2. L'un de ces points chauds c'est la bibliothèque où chacun peut entrer, se servir et sortir à sa guise. Lors du premier inventaire, cinq ans après l'ouverture, on s'aperçut que plusieurs milliers d'ouvrages manquaient. On a donc inséré dans tous les volumes des bandes magnétiques invisibles et dressé à la sortie un portique détecteur comme dans les aéroports. Le Monde loisirs, 4 févr. 1984, p.IV.
Prononc. et Orth.: [pɔ ʀtik]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. 1547 «galerie couverte soutenue par des arcades» (J. Martin, Arch. de Vitruve, III, 1 ds Gdf. Compl.); spéc. 1690 «école du philosophe Zénon» (Fur.); 2. 1690, 3 nov. «espèce de jeu où l'on fait tourner une boule autour d'un portique» (Dangeau, Mémoires ds Havard t.4); 3. 1819 gymn. (Clias, Gymnastique Elémentaire ds Petiot 1982). Empr. au lat. porticus, v. porche. Fréq. abs. littér.: 590. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1445, b) 992; xxes.: a) 523, b) 429. Bbg. Bäcker 1975, pp.168-169; p.258.

Portique : définition du Wiktionnaire

Nom commun

portique \pɔʁ.tik\ masculin

  1. (Architecture) Galerie ouverte dont la voûte ou le plafond sont soutenus par des colonnes, par des arcades.
    • Du coté de l’est et du nord les murailles n’étaient doublées que par un simple portique. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Les Grecs vivaient au grand air. […] Leurs lieux de réunion, cela est assez connu, étaient des places publiques, généralement voisines des portiques ou colonnades où l’on se réfugiait en cas de pluie. — (Pierre Louÿs, Sports antiques, 1901, dans Archipel)
    • Devant les marches du portique, la mule Macarie s’arrêta sur ses quatre pattes frémissantes, […] — (Pierre Louÿs; Les aventures du roi Pausole, 1901)
  2. (Gymnastique) Construction destinée à des exercices gymnastiques, où des poteaux supportent une poutre transversale à laquelle sont suspendus des agrès.
    • (Par analogie)Il découvrit les installations et les accessoires d'un endroit où l'on pratiquait le SM. Il y avait là toutes sortes de portiques pour attacher dans toutes les positions, des cages que Louis XI n'eût pas reniées pour y condamner l'un de ses opposants; […]. — (Martin Jacque, Monsieur Charles, Paris : L'éditeur en ligne, 2010, p. 145)
  3. (Québec) Petite salle à l’entrée d’une maison, vestibule.
    • J’ai laissé mes bottes dans le portique pour ne pas salir le plancher.
  4. (Technique) Un appareil de levage en forme de pont se déplaçant au sol sur des rails, ou une structure fixe sur lequel un chariot de levage peut se déplacer.
    • Zarzavadjian avait appris à aimer l'univers enchevêtré des arrière-gares et des voies de triage. Tous les poteaux, les potences et les portiques et leurs signalisations suspendues. […]. Et bien entendu l'infinie arborescence des rails. — (Ian Manook, Les Temps sauvages, Paris : Éditions Albin Michel, 2015)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Portique : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PORTIQUE. n. m.
T. d'Architecture. Galerie ouverte, dont la voûte ou le plafond sont soutenus par des colonnes, par des arcades. Le portique d'un temple. La Bourse de Paris a un portique avec des colonnes à l'extérieur, et un portique avec des arcades à l'intérieur. Cette place est entourée de portiques. Une cour à deux rangs de portiques. Le Portique, la doctrine du Portique, L'école, la doctrine du philosophe Zénon, qui donnait ses leçons sous un portique d'Athènes. Les disciples du Portique, Les disciples de Zénon, autrement appelés Stoïciens.

PORTIQUE se dit aussi d'une Construction destinée à des exercices gymnastiques, où des poteaux supportent une poutre transversale à laquelle sont suspendus des agrès.

Portique : définition du Littré (1872-1877)

PORTIQUE (por-ti-k') s. m.
  • 1Décoration d'architecture, en colonnes et en balustrades, pour servir d'entrée couverte à quelque lieu, ou pour le simple ornement. Il [Constantin] y bâtit [à Constantinople] un cirque, un amphithéâtre, des places, des portiques et d'autres édifices publics, Fléchier, Hist. de Théod. II, 37. Relevez, relevez les superbes portiques Du temple où notre Dieu se plaît d'être adoré, Racine, Esth. III, 9. Sa demeure est superbe, un dorique règne dans tous ses dehors ; ce n'est pas une porte, c'est un portique, La Bruyère, VI. Lorsque quelque orage obligeait d'interrompre les représentations [chez les anciens], le peuple se retirait dans les portiques qui étaient derrière le théâtre, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. V, p. 148, dans POUGENS.

    Fig. C'est à la vue du tombeau, portique silencieux d'un autre monde, que le christianisme déploie sa sublimité, Chateaubriand, Génie, I, I, 11.

  • 2Il se dit aussi d'un espace long ou circulaire, dont la couverture est soutenue par des colonnes. On fait des portiques de treillage pour la décoration des jardins.
  • 3Nom d'un certain édifice à Athènes (avec un P majuscule). Il [Zénon] s'établit sous le Portique : cet endroit était particulièrement décoré des tableaux de Polygnote et des plus grands maîtres, Diderot, Opin. des anc. philos. Stoïcisme.

    Fig. Le Portique, la doctrine du Portique, la philosophie de Zénon. Le Portique, l'Académie et le Lycée de la Grèce n'ont rien produit de comparable à Sénèque pour la philosophie morale, Diderot, Claude et Nér. I, 121.

  • 4Construction servant à beaucoup d'exercices de gymnastique. Le portique se compose d'une grosse poutre horizontale de 8 à 12 mètres de longueur, élevée au-dessus du sol de 3m, 50 à 4m, 50, et reposant à chaque bout sur trois poteaux, un de ces poteaux sur la même ligne que la poutre, les deux autres s'écartant à droite et à gauche d'un mètre ou un peu plus. Ces deux derniers poteaux sont réunis par une autre poutre. Les trois poteaux supportent une petite plate-forme, soutenue en outre par quatre colonnes.
  • 5 Au plur. Les portiques ou le portique, jeu où l'on faisait tourner une boule autour d'un portique. dans lequel elle entrait pour s'arrêter ensuite sur un chiffre qui décidait du gain ou de la perte ; dit plus tard trou-madame. Il [Louis XIV] allait à Marly tous les quinze jours, et jouait aux portiques, qui est un jeu de nouvelle introduction, où il n'y a pas plus de finesse qu'à croix et pile, La Fayette, Mém. cour de France, Œuv. t. III, p. 1, dans POUGENS.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Portique : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PORTIQUE, s. m. (Archit.) espece de galerie avec arcades sans fermeture mobile, où l’on se promene à couvert, qui est ordinairement voûtée & publique ; & quelquefois avec sophite, ou de plancher, comme par exemple, les portiques de la grande cour de l’hôtel royal des Invalides. Les plus célebres portiques de l’antiquité sont ceux du temple de Salomon, qui formoient l’atrium, & qui environnoient le sanctuaire ; celui d’Athènes, bâti pour le plaisir du peuple, & où s’entretenoient les philosophes ; ce qui donna occasion aux disciples de Zénon de s’appeller Stoïques, du grec στοὰ, portique ; celui de Pompée à Rome, élevé par magnificence, & formé de plusieurs rangs de colonnes qui portoient une plate-forme de grande étendue. Serlio a donné le dessein de ce portique dans ses bâtimens antiques. Le plus fameux portique moderne est celui de la place de St. Pierre du Vatican à Rome.

Quoique le mot portique soit dérivé de porte, on appelle cependant portique, toute disposition de colonne.

Portique circulaire, c’est une galerie avec arcades à-l’entour d’une tour ronde ; tels sont les portiques du château de caprarole.

Portique rhodien, c’étoit chez les Grecs celui des quatre portiques qui regnoit autour d’une cour ; il étoit plus large que les autres, & avoit son exposition au midi. Voyez l’architecture de Vitruve, liv. VI. ch. x. (D. J.)

Portique, (Ant. rom.) galerie jointe aux édifices publics ou particuliers.

La magnificence & la beauté des portiques étoit quelque chose d’étonnant parmi les Romains. Il y en avoit de publics qui servoient à l’ornement des théâtres & des basiliques, & il y en avoit de particuliers qui servoient à la commodité des palais qui leur étoient contigus.

Ces portiques étoient couverts ou découverts. Les portiques couverts étoient de longues galeries soutenues par un ou plusieurs rangs de colonnes de marbre enrichies en-dedans de statues, de tableaux & d’autres ornemens, avec des voûtes superbes. Les côtés étoient percés de plusieurs fenêtres garnies de pierres spéculaires, presqu’aussi transparentes que notre verre ; on ouvroit ces fenêtres en hiver du côté du midi pour y laisser entrer le soleil, & l’été on les ouvroit du côté du septentrion. Ces portiques couverts servoient à se promener & à s’y entretenir agréablement, sans être exposé aux injures du tems : on les appelloit studiatæ porticus. Les portiques découverts, qu’on nommoit subdiales ambulationes, servoient quelquefois aux athletes pour les combats de la lutte.

De tous les portiques qui furent bâtis à Rome, les trois plus considérables ont été celui de Pompée, d’Auguste & de Néron. Pompée fit faire le sien devant sa cour, & c’étoit la plus délicieuse promenade de la ville, & la plus fraîche en été ; aussi les poëtes l’appelloient par excellence Pompeiam umbram ; c’est ce que fait Ovide :

Tu modo Pompeiâ lentus spatiare sub umbrâ
Cum sol Herculei terga leonis adit.

Le portique d’Auguste servoit d’ornement à son palais & à sa bibliothéque. Les colonnes de ce portique étoient de marbre de Numidie, & l’on y voyoit les statues des cinquante filles de Danaüs rangées par ordre.

Néron fit enrichir son palais de trois portiques, chacun de trois mille pas de long, qui furent appellés pour cela porticus milliariæ.

On comptoit du tems d’Auguste plus de quarante-cinq portiques publics à Rome remplis de boutiques de marchands qui vendoient toutes sortes de bijoux. Entre les portiques de princes, ceux qui portoient le nom de portique Palatin, portiques d’Apollon, de Pompée, de Livie, d’Octavie, d’Agrippa, étoient les plus superbes.

Il y en avoit deux à Rome qui portoient le nom d’Agrippa ; le portique de Neptune étoit nommé indifféremment le portique des Argonautes ou d’Agrippa, parce qu’Agrippa l’avoit embelli de tableaux qui représentoient l’histoire de Jason. Le portique d’Agrippa proprement ainsi nommé, fut ensuite appellé le portique de l’heureux événement, porticus boni eventûs. Il étoit près du Panthéon, à l’entrée du champ de Mars, & c’étoit le lieu le plus fréquenté de Rome, parce que le champ de Mars, comme la grande place romaine, étoit le rendez-vous ordinaire des gens qui vouloient paroître & se faire voir.

Un peu avant Caton, les particuliers n’avoient point encore de grands portiques qui regardassent le septentrion pour y prendre le frais en été ; mais bientôt après on ne vit plus à Rome de maison qui n’eût un lieu propre à se délasser pour y recevoir le vent du nord, & les bâtimens y sont aujourd’hui tournés de cette maniere.

Les Romains, ce peuple si pauvre, si simple dans son origine, devint si délicat & si dédaigneux après ses conquêtes de Grece & d’Asie, qu’il ne put plus ni se reposer, ni se promener qu’à couvert. Ne voulant plus que ses divertissemens dépendissent de la disposition du ciel, il eut recours à l’art, & se fit des promenoirs couverts & des portiques, où la propreté disputoit avec la magnificence. Il n’étoit pas raisonnable, selon lui, qu’on attendît le beau tems pour prendre l’air, ni qu’on pût être exposé au injures du tems.

Balnea sexcentis, & pluris porticus in quâ
Gestetur dominus, quoties pluit ; aut ne serenum
Expectet, spargatve luto jumenta recenti ?
Hic potiùs, namque hic mundæ nitet ungula mulæ.

Juven. sat. VII. 178.

Cicéron qui conservoit encore quelque chose des mœurs antiques, parle assez modestement d’un portique qu’il vouloit ajouter à sa maison : tecta igitur ambulatiumcula addenda est. Quelle différence de cette galerie à celles qu’on vit sur la fin du même siecle, & qui pour leur longueur furent appellés militaires ! Vitruve & Columella prescrivirent la maniere dont il falloit les tourner afin qu’elles fussent de toutes les saisons : ut & hieme plurimùm solis, & æstate minimum recipiant. Les grands seigneurs avoient ces sortes de commodités au-tour de leurs palais, quelques-uns même dans les fauxbourgs.

Pline parlant des portiques ou des galeries qu’il avoit dans sa maison de campagne, en fait une description qui excite encore aujourd’hui l’admiration de tout le monde ; & il est à croire que ce n’étoit pas les seules qui fussent si belles & si spacieuses. Dans les anciens tems de la république on n’employoit le marbre qu’à embellir les temples des dieux, ou les places publiques, & non pas à former de vastes galeries pour un usage particulier.

Nulla decem pedis
Metata privatis opacam
Porticus excipiebat arcton,
Nec fortuitum spernere cespitem
Leges sinebant, oppida publico
Sumpta jubentes, & deorum
Templa novo decorare saxo
.

Les portiques étoient cependant utiles à bien du monde. C’étoient ordinairement dans ces lieux que ceux qui aimoient les plaisirs tranquilles passoient les premieres heures de leur après-dînée. Les uns s’entretenoient de choses graves, les autres de choses agréables, selon leurs goûts & leur caractere. Les poëtes profitoient assez souvent de l’oisiveté qui régnoit dans ces promenoirs & dans ces momens, pour réciter leurs ouvrages à qui vouloit les entendre ; c’est ce qui a fait dire à Juvenal que les portiques de Fronton devoient savoir & répéter comme un écho, les fables d’Eole, d’Eaque, de Jason, des Cyclopes, & tous les autres sujets des poëmes vulgaires. (Le Chevalier de Jaucourt.)

Portique des Persans, (Architec. greq) στοὰ περσικὴ, ancien monument de Lacédémone, dont on voit encore quelques vestiges à Misitra. Les Grecs modernes l’appellent le palais du roi Ménélas. Ce fut à la construction de ce portique que l’on employa pour la premiere fois dans le monde des colonnes travaillées en statues d’hommes pour soutenir des voûtes, des ornemens d’architecture, & faire l’effet des statues de femmes qu’on appelle des caryatides.

Il y a plus de 1700 ans que Vitruve a rendu raison de cet usage, qui de son tems n’étoit pas une nouveauté : ce qu’il rapporte du portique des Persans est si glorieux aux Lacédémoniens, que ce seroit leur dérober un ornement, que d’omettre ici le passage qui les concerne à cet égard.

« Les Lacédémoniens, dit le prince de l’architecture romaine, après avoir défait avec une poignée d’hommes la puissante armée des Perses, à la bataille de Platée, emmenerent leurs prisonniers, & bâtirent du butin des ennemis le portique qu’ils appellerent persique, dans lequel la voûte étoit soutenue par des statues représentant des perses captifs. Ils imaginerent cet opprobre pour punir une nation orgueilleuse, laisser à la postérité un monument de leurs victoires, rendre leur valeur redoutable, & exciter le peuple à la défense de sa liberté ».

Depuis lors, à l’imitation des Lacédémoniens, plusieurs architectes firent soutenir les architraves & autres ornemens sur des statues persiques, & enrichirent leur ouvrage de ce genre d’invention. Ce fameux portique de Sparte étoit d’une figure quarrée. Le trait fondamental de ses quatre faces se reconnoît par les ruines. Dans le dernier siecle on trouvoit encore dans le voisinage des entre-colonnes de cet édifice avec leurs entablemens, les voûtes mêmes étoient bien maintenues ; & c’est un miracle de la fortune que ces tristes débris se soient si long-tems conservés. Je ne sai s’il en subsiste aujourd’hui quelque chose, mais je crains fort que quelque vizir n’ait fait enlever tout le reste du marbre de ce portique célebre pour l’employer à un imaret ou à une mosquée. (D. J.)

Portique d’arbres, (Jardin.) on appelle portique d’arbres, certains portiques artificiels qu’on fait avec des arbres, dont on assujettit les branches. Pour leur faire prendre les contours nécessaires on les plie, on les entrelace, & l’on abat ce qui est superflu afin que la figure soit exacte, ce que l’on continue de faire à mesure qu’il pousse quelque nouveau jet.

Portique de treillage, s. m. (Décorat. de jardin.) c’est une décoration d’architecture de pilastres, montans, frontons, &c. faits de barres de fer & d’échalas de chênes maillés, & qui sert pour l’entrée d’un berceau dans un jardin.

Portique d’appui, (Archit.) especes de petites arcades en tiers-point qui servent de balustres, & qui garnissent les appuis évidés des bâtimens gothiques. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « portique »

Étymologie de portique - Littré

Lat. porticus (voy. PORCHE, qui est la forme populaire ; l'autre est la forme des latinistes).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de portique - Wiktionnaire

Du latin porticus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « portique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
portique pɔrtik play_arrow

Citations contenant le mot « portique »

  • « L’Escale 24 24, 7J/7J. » Visible depuis l’autoroute A 20, ce monumental écriteau lumineux, agrémenté d’une fourchette bleue et d’un couteau rouge croisant le fer, clignote au fond d’un champ qui réclame sa moisson. Ici, à Déols (Indre), et tout le temps, les routiers sont chez eux. Passés le portique, les voilà qui s’étalent sur un vaste parking, sans un regard pour les Courtepaille, Buffalo Grill et autre Pataterie alignés non loin. La journée s’achève, et quarante camions ont déjà pris place. La plupart sont immatriculés en France, en Estonie et au Portugal. Parmi eux, deux beaux 44-tonnes blanc et bleu, disposés côte à côte. Le Monde.fr, L’Escale, plus grand restaurant routier de France, a rouvert... mais la clientèle tarde à revenir
  • Depuis quelques jours, l’Intermarché de Cucq et le Leclerc d’Attin proposent à leurs clients de passer leurs chariots à travers un portique diffuseur de gel hydroalcoolique. La Voix du Nord, À Cucq et Attin, des portiques de désinfection installés à l’entrée des supermarchés
  • Le premier portique de désinfection 100% azuréen est testé par les Grassois. Photo M.L.M. Nice-Matin, "On se croirait dans un film de science-fiction". Ils ont testé le portique de désinfection à Grasse - Nice-Matin
  • Ce portique a été installé à l'entrée du service de l'état-civil en mairie de Grasse. Photo M. L. M. Nice-Matin, Grasse teste le premier portique de désinfection et prise de température 100% "made in" Côte d'Azur - Nice-Matin
  • Face au Covid-19 et aux consignes sanitaires, un trio d’amis a inventé un portique de décontamination. Caméra thermique et vaporisation permettent de réduire les risques.   SudOuest.fr, Coronavirus à Bayonne : ils inventent un portique de décontamination
  • J'ai longtemps habité sous de vastes portiques Que les soleils marins teignaient de mille feux. Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, la Vie antérieure

Images d'illustration du mot « portique »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « portique »

Langue Traduction
Corse portico
Basque arkupe
Japonais ポーチコ
Russe портик
Portugais pórtico
Arabe رواق
Chinois 门廊
Allemand portikus
Italien portico
Espagnol pórtico
Anglais portico
Source : Google Translate API

Synonymes de « portique »

Source : synonymes de portique sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires