La langue française

Sous

Définitions du mot « sous »

Trésor de la Langue Française informatisé

SOUS, prép.

A. − [Indique qu'une chose (ou une pers.) est située plus bas, en position inférieure par rapport à une autre] Synon. vx dessous1.
1. [Avec idée de contact]
a) [Le compl. prép. désigne une pers., une partie du corps ou un objet concr.] Bianchon s'agenouilla pour passer ses bras sous les jarrets du malade, pendant que Rastignac en faisait autant de l'autre côté du lit afin de passer les mains sous le dos (Balzac,Goriot, 1835, p. 302).Mais elle sentit soudain, avec un soupir de terreur, la seringue brisée sous ses doigts, tandis que le précieux liquide inondait ses mains (Bernanos,Mauv. rêve, 1948, p. 1016).
SYNT. Mettre qqc., une chaufferette sous les pieds; mettre qqc. sous la tête; les mains croisées sous la tête, sous la nuque; les jambes repliées sous soi; la tête sous l'aile (en parlant d'oiseaux); qqc. craque sous la dent; mettre qqc. sous presse; plier, ployer sous un faix, sous le fardeau, sous le joug.
[Le compl. prép. désigne un véhicule] Passer sous les roues d'une voiture. Tes enfants deviennent impossibles (...). Un de ces jours, nous en retrouverons un sous les roues d'une auto (H. Bazin,Vipère, 1948, p. 55).
[Le compl. désigne une partie du corps] Dans l'homme, les mammelons sont surtout remarquables sous la plante des pieds et à la paume des mains (Cuvier,Anat. comp., t. 2, 1805, p. 555).Il n'était pas fort. Il a eu des abcès sous le bras. Il n'a pas résisté (Camus,Peste, 1947, p. 1234).
Rare. [Le compl. prép. est un pron. pers.] Le froid me prit. Mes dents d'épouvante claquèrent; Mes genoux chancelants sous moi s'entre-choquèrent (Gautier,Comédie mort, 1838, p. 14).
Loc. verb., fam. Faire sous soi. Ne plus contrôler ses besoins naturels, pour des raisons pathologiques, par gâtisme ou à cause d'une grande frayeur. Tu faisais sous toi et c'est moi qui te nettoyais comme un enfant (Claudel,Pain dur, 1918, ii, 2, p. 445).
Dans des loc. verb., au fig. Couper* l'herbe sous le pied à qqn; tomber, être (ou un verbe d'état) sous la main* de (qqn), sous la griffe, les griffes de (qqn, qqc.) (v. griffe1I C 2), sous la patte de (qqn) (v. patte1B 1); être sous la pantoufle* de (qqn); mettre qqn sous sa pantoufle*; mettre qqn sous ses pieds (v. pied 1reSection I B 1 a); (être) sous la férule* de qqn; passer sous le joug*.
[Avec une idée de proximité] Sous la main*;
au fig. mettre le couteau* sous la gorge (à qqn); vieilli mettre le feu sous le ventre de qqn (V. feu1I A 1).
b) [En parlant d'un milieu dont on considère la surface ou le niveau de référence] Sous l'eau, sous les eaux, sous la terre; rentrer sous terre, (souhaiter) être à x pieds sous terre (au fig.). Les deux jeunes gens (...) avaient poussé l'un à côté de l'autre comme deux arbres qui mêlent leurs racines sous le sol, leurs branches dans l'air, leur parfum dans le ciel (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 436).Pour éviter les ardeurs du midi, nous nous retirions dans la partie du palais bâtie sous la mer. Couchés sur des lits d'ivoire, nous entendions murmurer les vagues au-dessus de nos têtes (Chateaubr.,Mém., t. 3, 1848, p. 363).
[En parlant du niveau de référence sur une échelle de température] Rare. En dessous de, au dessous de. On ne cuit plus les fruits [dans une usine de confitures]; on les gèle; à cent dix degrés sous zéro (Gide,Journal, 1908, p. 270).
[En parlant de la latitude] Sous l'équateur, sous la ligne. L'état de New-York, dont les limites septentrionales commencent à Oswègatchée sur le fleuve Saint-Laurent, sous le 45eparallèle (Crèvecoeur,Voyage, t. 2, 1801, p. 153).
2. [Avec idée de contact et de recouvrement]
a) [Indique qu'un élém. en enveloppe, en recouvre un autre, totalement ou partiellement; le premier élém. désigne qqn, une partie du corps ou un objet concr.; le compl. prép. désigne un objet concr. ou une matière, plus rarement qqn] Se cacher, se blottir sous un drap, sous les draps, sous une couverture, sous les couvertures; muscles sous la peau; sous l'écorce; sous des feuilles, sous des pierres; disparaître, être enfoncé, enfoui sous qqc., sous des monceaux de; sous l'abri de; le feu couve, un mets cuit sous la cendre. Leurs mains disparaissaient sous leurs manches, leurs pieds sous leurs robes, leurs yeux sous leurs bonnets (Hugo,N.-D. Paris, 1832, p. 198):
1. Il connaissait, pour y avoir été pris lui-même, le jeu des deux glaces qui ornaient son cabinet. Tel qu'il était placé, un coude sur la cheminée, il pouvait apercevoir l'Anglaise sans bouger, rien qu'en déplaçant les pupilles sous ses paupières baissées. Martin du G.,Thib., Consult., 1928, p. 1098.
Loc. et expr., fig. Sous le manteau (v. manteau I A 1 b); sous (le manteau de) la cheminée (v. ce mot A; fam., vieilli); rire sous cape (v. cape1A 1 b); blanchir sous le harnais (v. ce mot A 3); il y a anguille sous roche (v. anguille A loc.); une main de fer sous un gant de velours (proverbe) (v. fer C 2 c α); prendre sous son bonnet*; mettre (qqc.) sous le boisseau; sous le masque (vieilli) (v. masque1I A 1 d); au fig. avoir du sang sous les ongles (v. ongle A 1).
Sous verre*, loc.
[En parlant d'un envoi épistolaire] (Envoyer, mettre (qqc.)) sous pli cacheté*, sous pli recommandé*, sous enveloppe*. V. pli I A 2 ex. de Gide.
[Le compl. prép. désigne un élém. naturel] Sous la pluie, sous la neige. C'est moi qui ai englouti la terre sous le Déluge (Flaub.,Tentation, 1874, p. 165).[Avec un subst. désignant un phénomène naturel ou un phénomène analogue] Synon. à.Sous l'ombre de, sous la lumière de, sous la clarté de. Au fig. Saint Thomas d'Aquin est le grand metteur en œuvre de cet universalisme développé dans la raison sous la lumière de la foi (Maritain,Primauté spirit., 1927, p. 157).
Sous le feu de (qqc.) (v. feu1II B 1 b). Loc. verb. Prendre (qqc.) sous le feu (de qqc./qqn) (v. feu1III B 1 loc.). Au fig. Sous les feux de la rampe (v. feu1II A 2 théâtre).
[Le compl. prép. désigne un objet dangereux à quoi qqn est exposé] Sous les balles; sous les bombes. Il montrait un courage à se casser les os, passant par les endroits les plus difficiles, toujours le premier sous les éboulements et dans les coups de grisou (Zola,Germinal, 1885, p. 1176).
[Le compl. prép. désigne une partie du corps, dans des loc. prép. ou des loc. verb. fig.] Loc. prép. Sous l'œil de, sous les yeux de; sous les regards de. Loc. verb. au fig., fam. Regarder (qqn) sous le nez*; qqc. passe sous le nez* à qqn. La fille de Minos (...) remonte de l'indépassable région où l'être humain, en proie à sa folie, se débat contre elle sous le regard d'un Dieu qui ne le sauve pas (Mauriac,Journal 2, 1937, p. 168).
MÉTÉOR., MAR. Sous le vent*.
HIPP. (Cheval) sous poil, sous robe (+ adj. de couleur). (Cheval) dont le poil, la robe est de (telle couleur). Cheval sous poil noir, sous poil gris (Ac.). [Des] chasseurs verts (...) précédaient un landau magnifique, à six chevaux sous robe gris de fer (Bourges,Crépusc. dieux, 1884, p. 6).
b) P. méton. Sous clef*; sous les verrous (v. verrou); sous scellés (v. scellé). La paix se fit aux dépens du captif: on me remit sous les barreaux et tout rentra dans le calme (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 499).
c) [Marque l'idée d'une apparence qui recouvre ou qui cache la réalité de qqc.; le compl. prép. désigne une chose concr., notamment un vêtement, ou une chose abstr. désignant l'aspect extérieur] Derrière, dessous, en dessous.
[Le compl. prép. est un subst. concr.] Sous la blouse du postillon il reconnut l'ex-capitaine (Soulié,Mém. diable, t. 2, 1837, p. 103).
[Le compl. prép. est un subst. abstr.] Resté svelte, d'une distinction que l'on sentait souriante, sous la raideur voulue de la tenue officielle (Zola,Bête hum., 1890, p. 100).
[En parlant de qqn, le compl. prép. désignant un aspect de sa personnalité ou de son comportement] À Jules Michelet (...). Vous savez combien j'ai saisi sur le champ le grand poète et le grand philosophe sous l'historien, à la première vue de votre Introduction (Lamart.,Corresp., 1834, p. 15).En lui, sous l'amoureux sincèrement ému, un comédien veille, prêt à réciter un rôle su d'avance (Martin du G.,Devenir, 1909, p. 155).
[Avec un n. propre de pers.] Ce siècle avait deux ans! Rome remplaçait Sparte, Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte, Et du premier Consul, déjà, par maint endroit, Le front de l'Empereur brisait le masque étroit (Hugo,Feuilles automne, 1831, p. 717).
Loc. Passer sous silence* (qqc.); (en) sous main (v. ce mot 1reSection I B 1 a).
SYNT. Sous des habits; qqc. perce, se devine sous qqc.; reconnaître qqn, qqc. sous qqc.; cacher son émotion sous (tel air); dissimuler, déguiser qqc. sous qqc.
3. [Avec idée de recouvrement, mais sans contact]
a) [Indique qu'un élém., qqn ou qqc., est placé au-dessous d'un autre qui le surplombe; le compl. prép. désigne une partie du corps, une chose concr., un (élém. de) bâtiment, un élém. de la nature] En souriant, elle avança sa tasse sous la louche d'argent suspendue (Reider,MlleVallantin, 1862, p. 107).Saint Louis jugeant sous le chêne de Vincennes, un seigneur piteux accusé par un serf en guenilles pittoresques (Adam,Enf. Aust., 1902, p. 401).
SYNT. Sous les arbres; sous des bois, des bosquets, des branches, des buissons, des berceaux (d'arbres, de verdure), des feuillages, sous les rameaux, les ombrages; s'asseoir sous un arbre; taillis sous futaie; hauteur sous plafond; sous un arc, sous une arche, sous un escalier, un auvent, un pont, un portique; sous la table; sous les toits (v. toit), (au fig.) dormir sous le toit de; (coucher) sous les ponts (v. pont), dormir sous la tente; être abrité, accroupi, agenouillé, allongé, assis, couché, étendu, dissimulé sous qqc.
[Sans détermin., pour indiquer une protection] Sous abri; sous cloche (v. cloche1ex. 7); ; sous globe*.
Loc. et expr., au fig. (Attendre) sous l'orme (v. ce mot B 2); juge sous l'orme (hist. du Moy. Âge); péj. avocat sous l'orme (v. orme B 1); passer sous les fourches caudines (v. fourche C 3); laisser passer l'eau sous les ponts (v. pont I A 2 b).
Sous le ciel, sous le soleil. Astres du firmament! en croirez-vous vos yeux? Cédar! c'était Cédar, reparu sous les cieux! (Lamart.,Chute, 1838, p. 903).
Proverbe. Rien de nouveau sous le soleil. V. nouveau I A 2 a ε.
b) Spécialement
DÉFENSE. Sous les drapeaux. Vivre sous le drapeau d'un pays (v. drapeau A 2 b); aller servir, combattre sous les drapeaux; être appelé sous les drapeaux (v. drapeau A 2 b); au fig. se rallier, se ranger sous le drapeau de qqn (v. drapeau B 1 d); var., au fig. sous l'étendard*, sous la bannière* de qqn. Être sous les armes (v. arme I A 1 et II A 3 a); appeler sous les armes (ou plus usuel sous les drapeaux).
MAR. (Naviguer) sous pavillon (suivi d'un adj. désignant la nationalité ou l'obédience). (Naviguer) en ayant hissé le pavillon indiquant la nationalité, la compagnie à laquelle appartient le bâtiment. C'était un crève-cœur que de voir naviguer les autres [navires] sous pavillon étranger (De Gaulle,Mém. guerre, 1954, p. 79).V. pavillon B 1 a ex. de Belorgey.Loc. verb. Être sous voiles (v. voile2).
4. [Sans idée de recouvrement, ni de contact]
a) [Le compl. prép. désigne un objet concr. qui a une position plus élevée ou dominante par rapport à qqn ou qqc.] Devant; au pied de. Sous les murs d'(une ville); sous les fenêtres de qqn. Un courrier de Jaffa m'apporte des lettres d'Europe et de Bayruth, et me les remet sous les remparts de Jérusalem (Lamart.,Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 41).
GÉOGR. [En topon., dans un nom propre de lieu, pour introduire le nom d'un lieu situé en amont ou à une altitude supérieure] Châtillon-sous-Bagneux. La Ferté-sous-Jouarre, le pavillon du duc de Simon (Michelet,Journal, 1842, p. 413).
b) CHASSE. Sous le fusil de. À portée de fusil (du chasseur). Ce sont en quelque sorte des promenades militaires et des chasses royales où un gibier peu féroce et même respectueux est traqué et amené sous leur fusil pour recevoir le coup du Roi (Vigny,Mém. inéd., 1863, p. 102).
B. − Au fig. [Indique un rapport de dépendance]
1. [Un rapport de dépendance classificatoire; indique un genre regroupant des espèces, un terme générique classant des entités] Subsumer sous une catégorie; qqc. compris sous le nom de, sous le titre de, sous la dénomination de; connu sous le nom de; décrire, désigner, présenter qqc. sous le nom de, sous tel mot. J'ai contracté l'habitude (...) d'éviter les confusions ou les redites, en sériant les questions et en rassemblant sous la même rubrique tous les éléments qui me paraissaient de même nature (Martin du G.,Souv. autobiogr., 1955, p. XLVIII).
[Le compl. prép. désigne une place dans un classement] Sous telle cote, sous tel numéro. Le livre est bien classé sous la rubrique: Histoire et sous le n 3584 [dans une bibliothèque] (Nerval,Filles feu, Angélique, 1854, p. 568).
P. méton. Je me plais à ces temps où les chroniques m'apprennent, sous l'an 1049, qu'en Normandie un homme avait été métarmorphosé en âne (Chateaubr.,Mém., t. 1, 1848, p. 390).
2. [Un rapport de dépendance déterminant la manière dont une chose se présente ou l'aspect selon lequel qqn la regarde ou la considère]
a) [Indique la manière dont une chose se présente] Le problème ontologique peut encore se poser sous une formule convenable (Renouvier,Essais crit. gén., 3eessai, 1864, p. 10).
SYNT. Sous la figure de, sous (la) forme de; sous les traits de, sous les couleurs de; sous des couleurs, des images, des étiquettes + adj.; sous des modes différents; sous tel aspect.
Loc. prép. ou conj. [Pour indiquer un moyen fallacieux, une allégation] Sous prétexte de, que; (au fig.) sous air de, sous couleur de, sous le couvert de (v. couvert1C 2 b), sous ombre* de, que (littér.).
b) [Indique]
α) [Le côté, l'aspect concr. selon lequel qqn regarde, considère qqc.] (Regarder, observer, considérer qqc.) sous telle face, tel angle, tel côté; sous tous les angles; sous toutes ses faces. Il a fallu, ce fut la transe qu'ils [les journalistes] prennent ma pêche au magnésium!... et puis celle de la daronne sous tous les profils! (Céline,Mort à crédit, 1936, p. 655).
β) Au fig. [Le point de vue selon lequel qqn considère qqc.]
[Le compl. prép. est un subst. désignant un objet concr. au fig.] Considérer, envisager, voir qqc. sous tel angle, sous telle face, sous tous les angles, sous toutes ses faces, sous toutes ses facettes, sous tel jour, sous son vrai jour, sous telle couleur; sous tel aspect. Les mesures destinées à régler ces questions vitales doivent être débattues, non sous le jour d'une idée abstraite dont on a dit l'artifice, mais au nom même des intérêts du groupe (Gaultier,Bovarysme, 1902, p. 138).
[Le compl. prép. est un subst. abstr.] Sous tel point de vue, sous tel rapport; sous tous rapports. Sous quelque point de vue que nous envisagions ce gouvernement, nous découvrons bientôt les sources de sa force et de son influence (Guizot,Hist. civilis., leçon 14, 1828, p. 28).
3. [Un rapport de subordination entre des pers. ou entre des pers. et des choses]
[Le compl. prép. désigne une pers. physique ou morale qui dispose d'un pouvoir hiérarchique, de responsabilités] Il avait servi sous Ney, le maréchal, qui le connaissait bien (Duhamel,Notaire Havre, 1933, p. 62).
HIST. ou vx. En suivant l'enseignement de. Ronsard emmena du Bellay à Paris, et l'associa aux études communes sous Dorat (Sainte-Beuve,Tabl., poés. fr., 1828, p. 295).
[Le compl. désigne une chose concr. ou abstr.] Sous telle loi, sous tel régime. Sur le témoignage (...) du frère Helyot, on trouve trente ordres religieux militaires; neuf sous la règle de S. Basile; quatorze sous celle de S. Augustin; et sept attachés à l'institut de S. Benoît (Chateaubr.,Génie, t. 2, 1803, p. 474):
2. L'être privé du libre-arbitre est sous l'ascendant fatal d'une domination étrangère; il ne pense, il ne se meut que par la pensée et la volonté qui le retiennent captif, de cette captivité intérieure ou rien n'est plus laissé à l'action propre de la personnalité. Lacord.,Conf. N.-D., 1848, p. 172.
Dans des loc. prép. Sous l'autorité de, sous la direction de, sous la dépendance de, sous la domination de, sous les ordres de, sous le commandement de, sous la surveillance de, sous la garde de, sous l'invocation de, sous la protection de, sous l'égide de, sous les auspices de, sous le patronage de, sous la présidence de; sous le signe de, sous le contrôle de, sous l'influence de, sous la tutelle de.
Dans des loc. adv. ou adj. Sous bonne garde; sous contrôle; dr. sous tutelle, sous mandat (v. ce mot A 4). Sous douane. Sous contrôle de la douane. Midi. Les boutiques « sous douane » de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle sont calmes (L'Express, 22 août 1977, p. 36, col. 1).
Expr. Être né sous une bonne, sous une mauvaise étoile. V. ce mot I B 2 c.
Loc. verb. fig. Être sous la coupe de qqn (v. coupe2II B). (Être) sous la houlette de. Je ne vois d'abord que des moutons rentrant au bercail sous la houlette d'un berger (Green,Journal, 1942, p. 202).
4. [Une condition, une clause, une obligation, la sanction d'un manquement, une circonstance contraignante] Moyennant. Sous la garantie de; sous des peines graves, sévères. Je demande au notaire (...) la somme que tu as portée toi-même. Sous garantie, il me la prête, et je lui baille deux cents francs (Gozlan,Notaire, 1836, p. 286).Il serait possible qu'il allât vous demander le plus secret des asiles et la plus entière discrétion attendu qu'il est sous contrainte par corps pour Werdet (Balzac,Corresp., 1837, p. 316).
Sous le bon plaisir de qqn (vieilli). V. plaisir1II B 1.
Loc. et expr. Sous condition; sous contrat; sous le secret, sous le sceau du secret, sous le sceau de la confession*; sous bénéfice* d'inventaire (de); (mettre en liberté) sous caution* (dr.); (acte) sous seing* privé (dr.); sous astreinte (dr.); sous toutes réserves (dr.). Loc. prép. et loc. conj. Sous la condition de, que; sous peine de, que; sous promesse de, que; sous réserve de, que.
Rem. La docum. atteste chez Balzac la forme erronée pop. sous votre respect pour sauf votre respect: − Y voyiez-vous clair?... reprit le juge de paix. − J'avois, sous votre respect, une lanterne (Id., Annette, t. 3, 1824, p. 113).
5. [Un rapport de dépendance située dans le temps]
a) [Le compl. prép. désigne une époque hist. ou la durée de fonction d'un haut responsable] À l'époque de. Sous l'Ancien Régime, sous l'Empire, sous la Révolution; sous le consulat de, sous le pontificat de. Sous l'amitié anglaise comme à l'époque de l'entente allemande, cette vérité apparaissait éclatante: il fallait avouer que rien n'était changé! (Maurras,Kiel et Tanger, 1914, p. 183).
En partic. [P. méton., le compl. prép. désigne une pers.] Pendant le règne de; pendant le commandement de. Sous Louis XIV, on craignait le roi, Louvois et le tabac à la rose; sous Louis XV, on craignait les bâtards, la du Barri et la Bastille (Musset,Lettres Dupuis Cotonet, 1837, p. 753).
b) [Princ. dans la lang. du dr. et de l'admin.] Avant que ne soit écoulé (l'espace de temps exprimé par un chiffre précisant la durée chronologique). Sous huitaine (v. ce mot B); sous quinzaine (v. ce mot B); sous x jours. Mon cher ami, dit le comte en s'adressant au ministre, vous aurez les deux cent mille francs sous quarante-huit heures (Balzac,Cous. Bette, 1846, p. 306).Le quart du reste vous serait versé à la signature de notre accord, signature qui pourrait avoir lieu sous dix jours, à compter de votre acceptation verbale (Duhamel,Notaire Havre, 1933, p. 174).
c) [Pour indiquer une durée nécessaire à l'accomplissement d'une action, sans précision chronologique] Sous peu de jours, sous peu de temps; sous peu. Oserons-nous, Messieurs, sous peu de jours, quand vertu, substantif féminin, viendra par-devant, se proposer à son rang dans la suite du Dictionnaire, dire la vérité? (Valéry,Variété IV, 1938, p. 164).
6. [Un rapport de dépendance causale] Par l'effet de, du fait de, à cause de. Écrire sous la dictée de qqn; plier, ployer sous le nombre, sous une charge; être sous le charme (de qqn, de qqc.).
[Le compl. prép. désigne une chose abstr.] Elle eut peur, se leva, comme ces mules qui, après s'être butées, s'élancent tout à coup sous le cinglement d'un coup de fouet (Huysmans,Marthe, 1876, p. 37).Cette princesse issue d'une île au fil de lentes caravanes, baignée quinze ans d'abord dans la musique, dans le poème et la sagesse, et permanente et sachant brûler de colère, sous l'affront, et brûler de fidélité sous les épreuves (Saint-Exup.,Citad., 1944, p. 720).
[P. méton.;] [le compl. prép. désigne un objet concr., notamment un instrument] Elle ramassait les châtaignes tombées sous la gaule ou sous le vent (Lamart.,Tailleur pierre, 1851, p. 460).
Loc. prép. [Indiquant ce qui explique une action ou un phénomène] Sous l'action de, sous l'empire de, sous le coup de (la loi), sous l'impression de, sous l'inspiration de, sous la poussée de, sous la pression de, sous la puissance de. Certaines glandes, telles que l'hypophyse et les surrénales, sont faites à la fois de cellules glandulaires et nerveuses. Elles entrent en activité sous l'influence du sympathique (Carrel,L'Homme, 1935, p. 117).
SYNT. Sous la chaleur, sous l'ardeur, sous des coups, sous des influences; s'éteindre, étouffer, éclater, éclore, trembler, vibrer, frémir, frissonner, s'effacer, se flétrir, grandir sous l'action, l'effet de qqc.
MÉD. (Être) sous antibiotiques, sous perfusion. Soumis à l'action de. Pour avoir fait une telle œuvre, j'accepterais volontiers d'être amputé d'une jambe. Oui, je donnerais bien une jambe. Mais, attention, attention! amputé sous anesthésie (Duhamel,Nuit St-Jean, 1935, p. 168).
− Dans divers domaines, PHYS., TECHNOL.[En parlant d'un état] Anton. hors.Mise* sous tension; sous pression. MAR. Être sous vapeur. ,,Avoir dans la chaudière une pression suffisante pour pouvoir appareiller d'un moment à l'autre`` (Soé-Dup. 1906). Sous petite vapeur. J'aperçus le yacht qui courait des bordées sous petite vapeur (Verne,Enf. cap. Grant, t. 3, 1868, p. 241).
Prononc. et Orth.: [su]. Devant init. vocalique, liaison, sous un (nuage) [suzœ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Marque une position moins élevée 1. a) introduit le nom d'une chose qui surplombe un objet avec lequel elle n'a pas de contact sost ca 980 (Jonas, 14 v o, éd. G. de Poerck, p. 43, 156); ca 1050 suz ciel (Alexis, éd. Chr. Storey, 590); b) 1remoit. xves. soubz clef (Ch. d'Orléans, v. clef étymol. A 1); c) ca 1485 [estre] soubz [la] banière [de qqn] (Myst. Vieux Testament, 32882, éd. J. de Rothschild, t. 4, p. 254); cf. 1604 rangés sous ton drapeau (Montchrétien, Aman, acte III ds Les Tragédies, éd. L. Petit de Julleville, p. 261); 1678 être sous voiles (Guillet, 3epart., p. 342); d) 1964 pêche sous la main (Lar. encyclop.); 2. a) ca 1050 suz introduit le nom d'un objet auquel un autre sert d'appui (Alexis, 261); b) introduit le nom d'un objet à la partie inférieure duquel un autre est incorporé 1560 (Paré, Anatomie, IV, 36 ds Œuvres, éd. J.-Fr. Malgaigne, t. 1, p. 300); 1678 équit. cheval ... sous-luy (Guillet, 2epart., p. 209); 3. a) introduit le nom d'un objet concret ou d'un être animé qu'un autre couvre soit complètement, soit partiellement ici s'agissant d'un élément naturel ca 1100 un verger suz l'ombre (Roland, éd. J. Bédier, 11); 1remoit. xiiies. sous les capes (Aucassin et Nicolette, éd. M. Roques, XV, 15, p. 17); b) 1563 il y a anguille sous roche (Belleau, v. anguille étymol. 1 b); 1671 rire sous cape (La Fontaine, v. cape1); c) introduit un nom désignant l'apparence qui recouvre une réalité, la forme revêtue par quelqu'un, quelque chose xves. soubz ung peu de maniere feinte (Rondeaux et autres poésies du XVes., éd. G. Raynaud, XCII, 3, p. 81); 1498-1515 soubz faincte couleur (P. Gringore, Vie Ms. S. Loys ds Œuvres compl., éd. Ch. d'Héricault et A. de Montaiglon, t. II, p. 150); cf. 1536 soubz couleur d'auctorité (R. de Collerye, Œuvres compl., p. 78 ds IGLF); d) 1611 faire tout sous soy (Cotgr.); 4. a) introduit le nom d'un objet auquel sa situation élevée ou favorable permet de dominer ca 1175 soz l'abeïe (Benoît de Ste-Maure, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 1015); b) ca 1210 soz le vent « du côté où souffle le vent » (Raoul de Houdenc, Meraugis, 4195 ds T.-L.); 1611 mar. (Cotgr.); c) 1462 topon. (Villon, Testament, éd. J. Rychner et A. Henry, 925: A Sainct Sathur gest soubz Sancerre); cf. av. 1679 La Ferté-sous-Jouarre (Retz, Mém., t. IV, liv. 5, p. 6 ds Littré); d) 1585 sous la portée de l'Harquebuse (N. Du Fail, Contes d'Eutrapel ds Œuvres facétieuses, éd. J. Assézat, t. II, p. 120); e) av. 1788 sous le fusil (Buff. Quadrup. t. II, p. 90 ds Littré); 5. a) introduit le nom de l'élément d'une chose abstraite sur lequel se porte l'attention, la réflexion fin xviiies. (Rivarol, p. 234 ds Gohin, p. 350: Ce qu'il a vu, il [Montesquieu] l'a supérieurement vu et sous un angle immense); 1796 sous ce point de vue (Dusaulx, Voy. Barège, t. 1, p. VII); b) introduit le nom de la partie d'un objet concret sur laquelle porte le regard 1831 regarder ... sous toutes les faces (Balzac, Peau chagr., p. 33). B. 1. a) Introduit un nom abstrait qui désigne une circonstance contraignante, une obligation ca 1175 (Benoît de Ste-Maure, op. cit., 2521); 1804 sous bénéfice d'inventaire (Code civil, art. 769, p. 141); b) introduit le nom d'un individu qui possède le pouvoir, la domination 1220-40 (Lancelot, éd. A. Micha, t. 7, p. 85: cuers d'omme ne puet a grant honour venir qui trop longement est sous maistre ne sous maistresse); en partic. 1363 sous mon commandement « en étant soumis aux ordres de » (Arch. de la Côte-d'Or, B, 11735 ds Mém. de l'Ac. de Dijon, 3esérie, t. 6, 1880, p. 32); 1405 sous qqn « id. » (ibid., 11768, p. 158); c) 1651 id. « en se laissant guider, instruire par » j'étudierais ... sous un homme savant (Scarron, Rom. comique, 61 ds IGLF); 2. introduit le nom d'un objet concret ou abstrait qui produit l'effet indiqué par le verbe ca 1500 (Commynes d'apr. Lar. Lang. fr.); 1536 (R. de Collerye, op. cit., p. 241: laquelle endort ... le sien seigneur soubz saincte trayson); d'où les loc. 1536 sous l'espoir de (Id., ibid., p. 43); 1579 sous esperance de (Garnier, La Troade, argument ds Tragédies, éd. W. Foerster, II, p. 84, ligne 37); 1580 sous l'action de (Palissy, Disc. admir., 455 ds IGLF). C. 1. 1524 « sous le règne de » soubz Boniface huytiesme (Gringore, Le Blazon des Heretiques, op. cit., I, p. 321); fin xvie-déb. xviies. « à l'époque de » sous ce nouveau changement de lignée (Pasq., 769 ds IGLF); 2. av. 1719 « avant que ne soit entièrement écoulé un espace de temps donné » sous quinze jours (D'Avr.[Igni, Mem. Chronol.] ds Fér. Crit.); 3. av. 1788 « pour indiquer une durée nécessaire, sans référence chronologique » sous peu de jours (Linguet, ibid.). Du lat. class. subtus, adv. signifiant « en dessous, par-dessous », att. à basse époque comme prép. où elle entre en concurrence avec sub- qui ne subsiste que dans le roum. su, l'esp. et l'a. port. so (FEW t. 12, p. 373a); subtus a donné le roum. supt, l'ital. et a. port. sotto, l'a. esp. soto (ibid.). Dans de nombreux parlers gallo-rom., sous est concurrencé par dessous1*. Fréq. abs. littér.: 75 892. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 114 223, b) 119 959; xxes.: a) 117 767, b) 90 183. Bbg. Vandeloise (Cl.). L'Espace en fr. Paris, 1986, p. 24, 26; 185-208; 229.

Wiktionnaire

Forme de verbe

sous \su\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de soudre.
  2. Deuxième personne du singulier de l’indicatif présent de soudre.
  3. Deuxième personne du singulier de l’impératif de soudre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOU. n. m.
Pièce de cuivre ou de nickel valant cinq centimes. Donner un sou à un pauvre. Un petit sou. Prov., Un sou est un sou. Un gros sou, Une pièce de deux sous. Le sou du franc, Remise, ordinairement d'un vingtième, faite par les fournisseurs aux domestiques qui font le marché. Fam., Il n'a pas un sou, pas le sou; il n'a ni sou ni maille; il n'a pas un sou vaillant, Il n'a point d'argent. Fam., Manger ses quatre sous, Dépenser, perdre le peu qu'on possédait. Fam., Mettre sou sur sou, Amasser par petites sommes. Fam., Cette propriété vaut cent mille francs comme un sou, Elle les vaut amplement. Fam., Propre comme un sou neuf ou elliptiquement comme un sou, Très propre. Fam., Il n'a pas de bon sens pour un sou, Il n'a pas du tout de bon sens. Sou à sou, loc. adv. Par petites sommes. Il m'a payé sou à sou. Il a amassé sou à sou une petite fortune.

Littré (1872-1877)

SOUS (sou ; l's se lie : sou-z un abri) prép.
  • 1Il marque la situation d'une chose à l'égard d'une autre qui est par-dessus. Sous le toit. Passer sous les fenêtres de quelqu'un. Mettre un oreiller sous sa tête. Sous le ciel. Vaubrun a eu quatre chevaux de blessés sous lui, Pellisson, Lett. hist. t. II, p. 186. Ils brûlaient de l'encens sur les collines, aussi bien que sous les chênes, sous les peupliers et sous les térébinthes, Sacy, Bible, Osée, IV, 13. Le fleuve Bétis coule dans un pays fertile, et sous un ciel doux qui est toujours serein, Fénelon, Tél. VIII. Les sarigues… portent leurs petits dans une poche sous le ventre, Buffon, Quadrup. t. XI, p. 25. L'Araxe au loin mugit sous un pont qui l'outrage, Delille, Én. VIII.

    Tenir quelqu'un sous le bras, avoir le bras passé au bras de quelqu'un. Candide aperçut un jeune théatin dans la place Saint-Marc, qui tenait sous le bras une jeune fille, Voltaire, Candide, 24.

    Regarder quelqu'un sous le nez, le regarder de près avec mépris.

    Sous la cheminée, voy. CHEMINÉE.

    Par menace. Je le ferai mourir sous le bâton, je l'assommerai de coups de bâton.

    On dit de même : faire périr sous, pour indiquer le genre de supplice. Pour avoir fait périr tous les habitants de quelques autres villages sous des scies, sous des herses de fer, sous des cognées de fer, Voltaire, Dict. phil. Philosophe.

    Terme de manége. Ce cheval est sous lui, ce cheval a les quatre extrémités rapprochées sous le ventre.

  • 2 Terme de marine. Être sous voiles, avoir toutes les voiles déployées.

    Sous le vent, se dit du côté opposé à celui d'où le vent souffle.

    Cette île nous restait sous le vent, nous étions dans une position telle, que le vent nous atteignait avant d'atteindre cette île.

    Les manœuvres qui sont sous le vent, les manœuvres du bord opposé à celui qui reçoit le vent.

    Être sous l'écoute d'un bâtiment, en être sous le vent et très près.

    On est sous la côte, lorsqu'on en est très près.

  • 3Il sert à marquer la situation de deux choses, dont l'une est plus élevée que l'autre. Du roi sous les remparts il trouvera l'escorte, Voltaire, Adél. du Guesclin. IV, 1.

    Camper, se retirer sous une ville, sous le canon d'une ville, camper, se retirer auprès d'une ville dont on est le maître et qui peut servir d'appui contre ceux qui viendraient attaquer le camp. Le Quesnoy, sous lequel on croit que nous camperons demain, Pellisson, Lett. hist. t. II, p. 248. Artabaze était d'avis qu'on ne hasardât point de bataille, mais qu'on se retirât sous les murs de Thèbes, où l'on aurait soin d'amasser des vivres et des fourrages, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 260, dans POUGENS. On forma à la hâte, sous le canon de la place, des retranchements de troncs d'arbres couchés les uns sur les autres, Raynal, Hist. phil. XVI, 21.

    Être sous le feu d'un bastion, d'un bataillon, être exposé au feu d'un bataillon, d'un bastion.

    Sous le fusil, à petite portée du fusil du chasseur. Les jeunes ont une petite voix courte et plaintive… ce son est aisé à imiter ; et la mère, trompée par l'appeau, arrive jusque sous le fusil du chasseur, Buffon, Quadrup. t. II, p. 90.

    Ce cheval est sous la main du cocher, ou, simplement, sous la main, se dit d'un cheval de car rosse qui est à la droite du timon.

    Il se dit, dans le même sens, de la situation de deux lieux. La Ferté-sous-Jouarre. Le signor Annibal me mena dans une maison qui est sous Volterre, qui s'appelle l'hospitalità, et qui est bâtie sur le champ où Catilina fut tué, Retz, Mém. t. IV, liv. v, p. 6, dans POUGENS.

    Cela s'est passé sous mes yeux, j'en ai été témoin oculaire.

    Mettre une chose sous les yeux de quelqu'un, la lui présenter pour qu'il l'examine, en décide.

    Il a fait élever cet enfant sous ses yeux, il l'a fait élever dans sa maison, près de lui.

    Avoir quelque chose sous la main, l'avoir à sa portée.

  • 4Il se dit de ce qui couvre, enveloppe. Reconnaître une femme sous le masque. Quoique nous y soyons seules [dans un logis], il nous y fait vivre sous le voile, Montesquieu, Lett. pers. 156.

    Un cheval sous poil noir, sous poil gris, un cheval de poil noir, de poil gris.

    Fig. Sous cape, voy. CAPE.

    Être sous les armes, se dit des soldats rangés en haie ou en bataille avec leurs armes. À son arrivée, le régiment se mit sous les armes (voy. ARMES).

    Fig. Sous les armes, en guerre. Il vit ses progrès arrêtés par la révolution qui délivra le Portugal de l'Espagne, mais en tenant pendant dix-huit ans les deux peuples sous les armes, Raynal, Hist. phil. IX, 28.

    Fig. Être sous les armes, se dit quelquefois d'une femme, d'une fille qui est parée à son avantage et avec dessein de plaire.

    Sous les drapeaux, voy. DRAPEAU.

    Servir, combattre sous les drapeaux, sous les enseignes d'un prince, être engagé, servir dans les troupes d'un prince.

    Terme de marine. Sous pavillon, en portant le pavillon de. Naviguer sous pavillon français, sous pavillon anglais, sous pavillon neutre.

  • 5Il se dit de ce qui sert à enfermer, à sceller. La maîtresse de maison a une poche remplie de clefs différentes ; elle tient sous le pêne le vin, le sucre, l'eau-de-vie, les macarons, l'huile et les confitures, Mercier, Tabl. de Par. 225.

    Être sous clef, sous la clef, être dans un lieu fermé à clef (voy. CLEF).

    Être sous les verrous, être en prison.

    Ce papier est sous les scellés, il est dans un meuble, dans une chambre où l'on a mis le scellé.

    Cette pièce est inventoriée sous la cote A, sous la cote B, etc., elle est marquée de la lettre A, de la lettre B, et est énoncée dans l'inventaire avec cette cote.

    Être inscrit sous tel numéro, avoir tel numéro d'inscription.

    Fig. Dire une chose sous le secret, sous le sceau du secret, sous le sceau de la confession, la dire en grande confidence et en exigeant le secret.

  • 6 Fig. Il marque la subordination, la dépendance. Ces religieux vivaient sous la règle de saint Benoît. Cela est compris sous la même règle. Il est sous la tutelle de son oncle. Il a tant d'hommes sous son commandement. Je vous ai vu combattre et commander sous moi, Corneille, Cid, I, 6. Quoi donc ! pécherons-nous, parce que nous ne sommes plus sous la loi, mais sous la grâce ? Sacy, Bible, St Paul, Ép. aux Rom. VI, 15. Depuis cette défaite [des barbares], les troupes se crurent invincibles sous Théodose, Fléchier, Hist. de Théodose, II, 64. Sous quel astre cruel avez-vous mis au jour Le malheureux objet d'une si tendre amour ? Racine, Iphig. v, 3. Quand on est né avec ce génie borné au détail, on n'est propre qu'à exécuter sous autrui, Fénelon, Télém. XXII. Nous étions sous la servitude et la malédiction ; et il [Jésus] vient rompre nos chaînes et nous mettre en liberté, Massillon, Pet. carême, Grandeur de J. C. Les plus jolies filles de Poitou la consultent comme un oracle, parce qu'elle a fait ses études sous une coquette de Paris, Regnard, Attendez-moi sous l'orme, sc. 1. Les Tartares ont conquis deux fois la Chine, et ils la tiennent encore sous leur obéissance, Montesquieu, Lett. pers. 81. Des ministres qui régnaient sous eux ou sur eux [certains princes], Voltaire, Pol. et lég. Fragm. sur l'Inde, 9. Rien n'effacera dans mon cœur la mémoire du P. Porée, qui est également chère à tous ceux qui ont étudié sous lui, Voltaire, Mél. litt. au P. de la Tour.

    Par plaisanterie, une soubrette dit à une dame : sous moi, pour signifier pendant que je suis à votre service. Je suis fille d'honneur ; je ne veux point qu'on dise Que vous ayez sous moi fait pareille sottise, Regnard, le Joueur, v, 1.

    Être sous la protection de quelqu'un, en être protégé. Que chaque peuple marche sous la protection de son dieu : mais, pour nous, nous marcherons sous la protection du Seigneur notre Dieu, Sacy, Bible, Michée, IV, 5.

    On dit de même : se mettre sous la protection de quelqu'un, prendre quelqu'un pour son protecteur.

    Fig. Être sous la main d'un autre, être dans sa dépendance, à son entière disposition. Retournez à votre maîtresse, et humiliez-vous sous sa main, Sacy, Bible, Genèse, XVI, 9.

    On dit à peu près dans le même sens : être sous la férule de quelqu'un.

    Sous convoi, en termes de marine, avec la protection d'un convoi. Avec le temps, ils insultèrent le pavillon des Européens, qui se virent réduits à ne plus naviguer que sous convoi, Raynal, Hist. phil. III, 18.

  • 7Il se dit du lien qu'impose le mariage. Et j'aime mieux la voir sous un autre hyménée Que si contre son gré sa main m'était donnée, Molière, Éc. des mar. I, 2. La fille qu'autrefois, de l'aimable Angélique, Sous des liens secrets, eut le seigneur Enrique ? Molière, Éc. des f. v, 9.
  • 8Il se joint à beaucoup de mots pour en former d'autres qui marquent une infériorité de position, de qualité, d'attributions. Sous-bibliothécaire, sous-doyen, etc. (voy. les mots de ce genre à leur rang alphabétique).
  • 9Dans le langage de la botanique, il équivaut à presque : sous-orbiculé.

    Il tient quelquefois lieu de légèrement : sous-bifide.

  • 10Il marque le temps durant lequel un homme a vécu, l'intervalle pendant lequel un événement est arrivé, etc. Sous la république. Sous l'empire. Sous la restauration. Ce fait est arrivé sous tel consul. À quoi sert-il à un peuple que son roi subjugue d'autres nations, si on est malheureux sous son règne ? Fénelon, Tél. v. Sous la régence on fut dispensé de l'hypocrisie, Duclos, Œuv. t. VIII, p. 45.

    Sous peu, sous peu de temps, dans peu de temps.

    On dit de même : sous quinze jours, sous quinzaine, etc., dans quinze jours, dans une quinzaine. En pensant qu'il retournerait sous deux jours dans sa chaumière, Genlis, Veillées du château t. 1, p. 145, dans POUGENS.

  • 11 Fig. Il se dit d'une forme, d'une apparence qui couvre, ou qui cache. Les uns disaient : est-ce quelque divinité sous une figure humaine ? Fénelon, Tél. VI. Le quartz, les jaspes et les micas doivent se rencontrer dans les laves, sous leur forme propre ou peu altérée, Buffon, Min. t. II, p. 71. Saint-Contest, qui, sous un extérieur simple et grossier, était l'homme le plus fin, le courtisan le plus adroit, Duclos, Œuv. t. v, p. 329. C'est un ange en effet sous les traits d'une femme, Delille, Parad. perdu, IX.

    Sous un jour, sous un aspect, avec une certaine apparence. On a représenté sa conduite sous un mauvais jour. C'est sous cet odieux aspect qu'ont toujours été regardés les fermiers des taxes, Raynal, Hist. phil. XIX, 10.

  • 12 Fig. En se couvrant de. Anselme, instruit de l'artifice, M'a repris maintenant tout ce qu'il nous prêtait, Sous couleur de changer de l'or que l'on doutait, Molière, l'Ét. II, 7. Pour cet Arménien, ce marchand déguisé, Introduit sous l'appât d'un conte supposé, Molière, ib. IV, 7. Quoi ! sous un beau semblant de ferveur si touchante Cacher un cœur si double, une âme si méchante ! Molière, Tart. v, 1. Ne prétendez pas vous sauver sous cette imposture, Molière, l'Avare, v, 5. Vous n'aviez sous mon nom travaillé que pour vous, Racine, Brit. IV, 2. Il voulut donc sous un prétexte heureux ôter lui-même à ce couple sensible L'occasion qu'il redoutait pour eux, Malfilâtre, Narcisse, II.

    Sous le prétexte de, sous le voile de la charité, en se servant du prétexte, du voile de la charité.

  • 13Sous tel nom, sous tel titre, avec tel nom, avec tel titre. Il se présenta sous un faux nom. Il a publié un recueil sous le titre de Mélanges littéraires. Cela est connu sous telle dénomination. Un écrit scandaleux sous votre nom se donne, Boileau, Épît. VI. Rien n'est plus commun aujourd'hui que de jeunes auteurs ignorés, qui mettent, sous des noms connus, des ouvrages peu dignes de l'être, Voltaire, Facéties, Diatr. Akakia.

    Plaider sous le nom de quelqu'un, se servir de son nom pour plaider.

  • 14Moyennant, par, avec. Sous telle et telle condition. Là, nous n'avons rien su que de la renommée, Qui, par un bruit confus diversement semée, N'a porté jusqu'à nous ces grands renversements Que sous l'obscurité de cent déguisements, Corneille, Rodog. I, 1. Il [un cardinal] lui a résigné [à un tiers] l'archevêché de Ravenne, sous une pension presque aussi grande que le revenu, Pellisson, Lett. hist. t. II, p. 429. Sous promesse de bien traiter Les députés, eux et leur suite, La Fontaine, Fabl. VI, 14. Je fis voir que lâcher ce qu'on a dans la main, Sous espoir de grosse aventure, Est imprudence toute pure, La Fontaine, ib. 10. Enfin je l'ai fait fuir, et, sous ce traitement, De beaucoup d'actions il a reçu la peine, Molière, Amph. I, 2. Je suis toute réjouie que vous soyez en état de vous faire peindre, et que vous conserviez sous votre négligence une beauté si merveilleuse, Sévigné, 127. On se hasarde [pour aller se promener] sous l'espérance de la Saint-Jean, on prend le moment d'entre deux nuages, Sévigné, 21 juin 1680.

    Passer quelque chose sous silence, n'en point parler.

    Affirmer sous serment, faire un serment pour attester la vérité de quelque chose.

    Faire un acte, une promesse sous seing privé, reconnaître cet acte, cette promesse par sa simple signature, non authentique et sans l'intervention de notaire.

    Sous caution, en fournissant caution.

    Sous bénéfice d'inventaire (voy. BÉNÉFICE, n° 1).

  • 15Cela est défendu sous peine de la vie, sous peine de bannissement, sous peine d'amende, on encourra la peine de mort, le bannissement, une amende.

    Cela est ordonné sous peine de désobéissance, on encourra les peines attachées à la désobéissance si on ne fait pas telle chose.

  • 16Sous ce rapport, voy. RAPPORT, Rem.
  • 17Sous main, loc. adv. Secrètement. Il cherche à vous nuire sous main.

    Substantivement. J'étais très assuré que Longueil ne m'épargnerait pas par ses sous main, Retz, III, 200.

REMARQUE

On dit : L'armée demeura toute la nuit sur les armes, et demeura toute la nuit sous les armes ; tous deux sont bons et également usités pour dire que l'armée fut toute la nuit en armes, VAUGEL. Rem. t. II, p. 669, dans POUGENS. En ce sens, on ne dit plus que : sous les armes.

HISTORIQUE

Xe s. Cel edre [ce lierre] sost que cil sedebat, Fragm. de Valenc. p. 468.

XIe s. Alez en est en un verger suz l'umbre, Ch. de Rol. II.

XIIe s. Il fait creuser soz terre à pic et à martel, Sax. IX.

XIIIe s. Tant comme aucun est en servage, il est soz main, Liv. de jost. 2.

XVe s. Basle et Strasbourg et autres villes imperialles qui sont soubz le bout de ceste riviere du Rhin, Commines, v, 1.

XVIe s. Ayant perdu une bataille soubs [par] A. Varus, Montaigne, I, 23. Soubs nostre protection, Montaigne, I, 30. Soubs la foy et asseurance de…, Montaigne, I, 30. Soubs quelque pretexte, Montaigne, I, 59. Les loix soubs lesquelles il estoit nay, Montaigne, I, 221. C'estoient gens qui vivoient soubs autre forme de gouvernement, Amyot, Ép. Defendre le public, soubs lequel la vie, l'honneur et le bien de chaque particulier sont compris, Amyot, ib. Il leur ottroya la paix, soubz condition que…, Amyot, Thésée, 18. Ilz gardoient leurs femmes enfermées soubs la clef, Amyot, Lyc. 30. Le mois de janvier sous Romulus estoit l'unzieme, Amyot, Numa, 31. Les contraignant de partir, soubs grosses peines à qui desobeiroit, Amyot, Cor. 18. Porus respondit de rechef, que le tout se comprenoi soubs ce mot royalement, Amyot, Alex. 103. L'os de l'esperon ou petit focile s'insere et s'appuye sous l'apophyse interne de la jambe, ne touchant en rien l'articulation d'icelle avec la cuisse, ains luy servant seulement d'un sous-appuy, Paré, IV, 36.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SOUS, (Géog. mod.) nom commun à quelques villes. 1°. C’est un des noms de la célebre Suses, capitale de la Susiane. Voyez Suses.

2°. Sous surnommée Alacsa, est une ville de Mauritanie, dans la partie la plus occidentale de l’Afrique, sur les bords de l’Océan atlantique, au pié du mont Atlas, sous le 15. 30. de longitude, & sous le 32. de latitude septentrionale, selon les tables arabiques de Nassir-Eddin & d’Ulugbeg.

3°. Sous ou Souis des Arabes, est la même ville d’Egypte que nous appellons ordinairement Suez, voyez Suez. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sous »

Du latin subtus (« en dessous, par-dessous »), devenu, en bas-latin, une préposition qui entre en concurrence avec sub lequel ne subsiste que dans le roumain sub, l’espagnol et l’ancien portugais so ; subtus a donné le roumain supt, l’italien sotto et l’ancien occitan sotz.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, sos, sour ; bourguig. zo, so ; wallon, so ; provenç. et catal. sotz ; ital. sotto ; valaque, subt ; du lat. subtus, dérivé de sub, grec, ὑπὸ, sanscr. upa, qui signifie également infériorité et supériorité.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sous »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sous su

Citations contenant le mot « sous »

  • Rhume : tempête sous narine. De Léo Campion
  • Les architectes dissimulent leurs erreurs sous du lierre, les médecins sous la terre et les cuisinières sous de la mayonnaise. De George Bernard Shaw
  • La voie est sous vos pieds. De Koan zen
  • Un homme est caché sous ta langue. De Hazrat Ali
  • Qui rit sous l'okoumé, pleure sous l'acajou. De Alexandre Vialatte / Proverbes bantous
  • Le diable met la femme sous l’homme pour tenir l’homme sous lui. De Proverbe corse
  • Ce qu’on se défend sous un nom, On se le permet sous un autre. De Antoine Houdar de la Motte / Fables
  • L’homme qui aime normalement sous le soleil, adore frénétiquement sous la lune. De Guy de Maupassant / Sur l’eau
  • Vous pouvez consulter l'intégralité de son journal en téléchargement ci-dessous. , Coronavirus | « Moi, 99 ans, Ehpadienne sous le règne du coronavirus »
  • Halloween est encore loin, et pourtant... Mercredi, lors des travaux de rénovation du groupe scolaire Finkwiller à Strasbourg, quatre sépultures ont été découvertes à l'occasion d'une fouille préventive sous la cour de l'établissement, rapportent nos confrères des Dernières Nouvelles d'Alsace. , Faits-divers - Justice | Ils découvrent plusieurs squelettes sous la cour de l'école
  • "La plupart des données européennes sont stockées hors de l'Europe, ou, si elles sont stockées en Europe, sur des serveurs appartenant à des sociétés non européennes", s'alarmaient à la mi-juillet des experts et responsables de médias, dans un rapport d'une trentaine de pages écrit sous la direction notamment de l'ancien dirigeant du grand éditeur de logiciels allemand SAP, Henning Kagermann. , Informatique: sous son "nuage" très américain, l'Europe s'inquiète | Zone bourse
  • Un week-end où les équipes de Vinci sont bien entendu sur le pont. Le district qui gère la portion lot-et-garonnaise de l’A62 opère du point kilométrique 10 "c’est-à-dire à La Brède" jusqu’au PK 158 "à hauteur de Valence d’Agen", à savoir 148 kilomètres placés sous la responsabilité de ce district. petitbleu.fr, Les vacanciers sous la surveillance de Vinci Autoroutes - petitbleu.fr
  • Jeudi 23 juillet, l’équipe municipale de Portes a reçu Jean Rampon, sous-préfet d’Alès. L’objet de cette visite était la sécurisation et le réaménagement de la place Antoine-Parcieux, localisée au pied du château. Cette grande place qui sert actuellement de parking aux visiteurs, est située sur l’emplacement de l’ancien village démoli en 1929. Une partie de cette place est fermée au public, à la suite de l’effondrement du sous-sol, dû à la présence de caves qui étaient situées sous les anciennes maisons. Selon le maire, François Selle, d’importants travaux de sécurisation devraient commencer dans peu de temps. midilibre.fr, Le sous-préfet en visite pour l’avenir de la place Parcieux - midilibre.fr

Images d'illustration du mot « sous »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sous »

Langue Traduction
Anglais under
Espagnol debajo
Italien sotto
Allemand unter
Chinois
Arabe تحت
Portugais debaixo
Russe под
Japonais
Basque beherako
Corse sottu
Source : Google Translate API

Synonymes de « sous »

Source : synonymes de sous sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « sous »

Sous

Retour au sommaire ➦

Partager