La langue française

Obole

Définitions du mot « obole »

Trésor de la Langue Française informatisé

OBOLE, subst. fém.

A. − [Dans la Grèce antique] Unité monétaire valant un sixième de la drachme; pièce de monnaie de cette valeur. On mettait une obole dans la bouche des morts, afin qu'ils payassent à Caron le prix du passage du Styx (Littré).Comme [à Athènes] le théâtre était affermé à un entrepreneur qui percevait deux oboles par spectateur, l'État dut verser cette somme aux citoyens pauvres pour leur permettre d'assister aux représentations dramatiques (A. Jardé, La Grèce antique et la vie gr., Paris, Delagrave, 1914, p.187):
. [Pour les Athéniens] le vrai, le seul gouvernement, c'était le peuple assemblé, soit pour faire les lois, soit pour rendre des jugements. C'est dans ces deux circonstances que chaque citoyen avait droit à une indemnité de trois oboles, mais les fonctions exécutives étaient gratuites. Ménard, Rêv. païen, 1876, p.175.
P. anal. [Au Moy. Âge en France] Unité monétaire valant la moitié d'un denier tournois ou la vingt-quatrième partie d'un sou; pièce de monnaie de cette valeur (v. denier A 2). [Rancé] ne buvait que de l'eau, ne mangeait que du pain; sa dépense par jour ne passait pas six oboles, prix d'une couple de colombes (Chateaubr., Rancé, 1844, p.132).Le nouveau talemelier [boulanger], pendant les quatre premières années qu'il a acheté le métier, doit payer, chaque année, trente-sept deniers et une obole de «coutume» (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p.72).
P. ext., vieilli. Très petite somme d'argent. Ne pas posséder une obole; ne pas avoir une obole de revenu. Je n'en donnerais pas une obole (Ac.).L'enfant du pauvre, qui, détourné par la faim du chemin de l'école, court vendre son âme et son corps à la filature voisine, pour grossir de quelques oboles le salaire paternel (L. Blanc, Organ. travail, 1845, p.xxii).Il est évident que la solidarité n'ajouterait pas une obole à la richesse commune (Proudhon, Syst. contrad. écon., t.1, 1846, p.119).
B. − Don, présent de très peu de valeur, de très peu d'importance, qui constitue une modeste contribution (à une oeuvre, une souscription, etc). Donner, verser son obole. Je vous envoie ma modeste obole (Ac.1935).Madame de la Verdelière (...) revint (...) demander à Maurice d'Esparvieu son obole pour les églises de France (A. France, Révolte anges, 1914, p.356).Pour vous en débarrasser [d'un mendiant], Vous y allez de votre obole. Et vous vous dites: «Après tout, S'il a vraiment faim?» (Ponchon, Muse cabaret, 1920, p.45).
Au fig. C'est peut-être inhumain de lui refuser l'obole d'un seul mot (Vercors, Silence mer, 1942, p.38).J'attendais d'elle un mot, un regard, une obole (...) elle fuyait entre mes doigts comme une eau vive, cristalline, moqueuse (Vialar, Pt jour, 1947, p.200).
[P. allus. à Marc 12, 41-44 et à Luc 21, 1-4] L'obole de la veuve, l'obole du pauvre. Don, présent ayant apparemment très peu de valeur. Merci pour nos mariés des prières que vous avez bien voulu faire pour eux. Ne dites pas que c'est l'obole de la veuve, j'en connais le prix devant Dieu (E. de Guérin, Lettres, 1838, p.229).Guy de Lucé (...) baisant discrètement la petite main qui s'offrait: −L'obole du pauvre, dit-il gaiement (Courteline, Femmes d'amis, Échelle des baisers, 1885, p.57).
Prononc. et Orth.: [ɔbɔl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1262 «petite pièce de monnaie française du Moyen Âge valant un demi-denier» (Etienne Boileau, Métiers, 272 ds T.-L.); 2. 1350 «sorte de poids» (Ord. II, 362 ds Gdf.); 3. 1567 «dans la Grèce antique, unité de poids et de monnaie valant le sixième de la drachme» (Amyot, Vies, Lysand. ds Gdf. Compl.); 4. 1668 «très petite somme» (La Fontaine, La colombe et la fourmi, Fable, L. II, XII, éd. H. Régnier, t.1, 165); id. «très petite quantité, partie» (Id., Le Serpent et la lime, L. V, XVI, ibid., p.414); 5. 1845 «petite aumône» (L. Blanc, loc. cit.). Empr. au lat. obolus «obole, monnaie grecque», «poids», lui-même empr. au gr. ο β ο λ ο ́ ς «monnaie athénienne valant 1/6 de la drachme attique», «mesure équivalente à 1/6 d'un chénice [mesure de capacité]». Fréq. abs. littér.: 100.

Wiktionnaire

Nom commun

obole \ɔ.bɔl\ féminin

  1. (Antiquité) (Numismatique) Nom d’une ancienne monnaie de peu de valeur, employée dans l’antiquité grecque.
    • La chanteuse tendit la main aux passants qui faisaient cercle autour d'elle, et recueillit quatre oboles qu'elle glissa dans sa chaussure. — (Pierre Louÿs, Aphrodite, Mercure de France, Paris, 1896)
  2. (XVIIe siècle) (Numismatique) Monnaie de cuivre valant un demi-denier.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. (Par extension) Petite somme d’argent.
    • Quel est le Grec qui, sans déplaire à Dieu, pourrait dire qu’une obole en numéraire lui a été ravie depuis que je gouverne la Crète ? — (Anonyme, Turquie - insurrection de Candie, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • J’ai songé effectivement que si vous goûtiez de ce que j’ai dans ma bague, je ne donnerais pas une obole de votre immortalité. — (Alexandre Dumas, Le Collier de la Reine, Prologue Chapitre II)
  4. (Par extension) Modeste offrande ou don peu important.
    • Le lendemain, nous voulûmes y retourner, porter une dernière obole, et mon père, à qui nous l'avions dépeint, nous accompagna. — (Pierre-Henri Simon, Celle qui est née un dimanche, 1952)
    • Les syndicats n’accepteront pas l’obole du ministre.
    • je n’en donnerais pas une obole, je ne fais aucun cas de cela, je n’en donnerais pas le moindre prix.
    • Les fonctionnaires voient leurs salaire défalqué d’une contribution, des collectes sont même organisées auprès des écoliers invités à donner « librement » une obole. — (Mikal Hem, Et si je devenais dictateur, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud, Gaïa, 2017, page 172)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OBOLE. n. f.
Nom d'une ancienne monnaie de peu de valeur, employée dans l'antiquité grecque. Il est encore usité dans cette phrase proverbiale : Je n'en donnerais pas une obole, Je ne fais aucun cas de cela, je n'en donnerais pas le moindre prix. Il se dit, en général, d'une Petite somme. Je vous envoie ma modeste obole.

Littré (1872-1877)

OBOLE (o-bo-l') s. f.
  • 1 Terme d'antiquité grecque. Poids qui, chez les Athéniens, valait 75 centigrammes.
  • 2Petite monnaie d'Athènes, dont six faisaient la drachme attique, et qui valait 16 centimes de notre monnaie. Vous ne sortirez point de là, que vous n'ayez payé jusqu'à la dernière obole, Sacy, Bible, Évangile St Luc, XII, 59. Pour engager les citoyens [d'Athènes] à s'y rendre [à l'assemblée], on y attacha une rétribution d'abord d'une obole, qui était la sixième partie d'une drachme, puis de trois oboles, qui faisaient cinq sols de notre monnaie, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 521.

    On mettait une obole dans la bouche des morts, afin qu'ils payassent à Caron le prix du passage du Styx. Dans sa bouche, une pièce d'argent d'une ou deux oboles qu'il faut payer à Caron, Barthélemy, Anach. ch. 8. Mais quel cœur ne pardonne aux consolants abus, Qui des vivants aux morts apportent les tributs, Le miel, le vin, l'encens, l'obole du voyage ? Delille, Imag. VII.

  • 3Anciennement, en France, petite monnaie de cuivre qui valait la moitié d'un denier tournois. L'obole valait 4/8 de denier ; la pite, 2/8 ; la semi-pite, 1/8. Après avoir énoncé les livres, sols et deniers, on énonçait les fractions de denier en obole, pites, semi-pites. La somme de dix mille une livre, une obole, Pour l'avoir sans relâche, un an, sur sa parole, Habillé, voituré, coiffé, chaussé, ganté, Alimenté, rasé, désaltéré, porté, Regnard, Joueur, III, 4.

    Fig. Pas de pigeon pour une obole, se dit pour exprimer qu'une chose coûte de l'argent, des soins, des peines. La fourmi le pique au talon ; Le vilain retourne la tête ; La colombe l'entend, part, et tire de long ; Le soupé du croquant avec elle s'envole ; Point de pigeon pour une obole, La Fontaine, Fabl. II, 12.

  • 4 Fig. Très petite somme. En Normandie, un père ne peut ôter seulement une obole de son bien au fils le plus désobéissant, Voltaire, Traité de métaph. 9. Dorval : Et vous ne voulez rien donner à votre neveu ? - Géronte : Pas une obole, Goldoni, Bourru bienfais. II, 1.

    On dit qu'une chose, une personne ne vaut pas une obole, pour dire qu'elle n'a aucune valeur. Or, en ce fait, tout ce qui me console Et qui me doit excuser près de toi, C'est que du moins, si ne vaux une obole, Lafare encor certes vaut moins que moi, Chaulieu, Rép. à l'abbé Courtin.

    Très petite partie. Tu te prends à plus dur que toi, Petit serpent à tête folle ; Plutôt que d'emporter de moi Seulement le quart d'une obole, Tu te romprais toutes les dents, La Fontaine, Fabl. V, 16.

HISTORIQUE

XIIIe s. Chascun fes [faix] à home, soit petit ou grand, doit obole de rivage, Liv. des mét. 304.

XIVe s. [Il sera fabriqué] des petites oboles parisis et tournois de la valeur et de la loy de celles du temps de saint Louis, Ordonn. 6 sep. 1329.

XVIe s. De tels dix grains est fait un obole, ou demy scrupule, Paré, XXV, 12.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

OBOLE, s. f. (Monnoie attique.) monnoie ancienne d’Athènes, qui faisoit la sixieme partie d’une dragme. L’obole valoit 20 deniers ; trois oboles 60 ; & six oboles faisoient une dragme. La dragme attique pesoit 67 de nos grains ; la sixieme partie de 67 est . L’obole pesoit donc 11 de nos grains plus un 6e de grains ; ensorte que si l’argent étoit à 32 livres le marc, la dragme attique seroit 1 sol 8 den. , c’est-à-dire, près d’un sol 9 den. Mais comme l’argent est actuellement à 52 liv. le marc, l’obole attique reviendroit à 2 s. & 5 den. Le docteur Brerewood estime la dragme d’Athènes environ 15 s. de notre monnoie, ce qui revient à notre même calcul.

Obole est tirée du mot grec ὀϐολός qui s’étoit fait de ὀϐελός, aiguille ; & cette monnoie avoit pris ce nom, parce qu’elle étoit marquée d’une espece d’aiguille : sa figure étoit ronde comme celle des dragmes & des didragmes. (D. J.)

Obole, (Monnoie moderne.) monnoie de cuivre valant une maille ou deux pites ou la moitié d’un denier. Nicod & Borel pensent que maille & obole ne sont qu’une même chose ; mais M. le Blanc estime que sous la seconde race, l’obole ne faisoit que la moitié du denier. On fabriqua des oboles sous Louis VIII. & sous les regnes suivans. Les historiens de France parlent d’oboles d’argent du poids d’un den. 15 grains, & d’oboles d’or qui eurent cours pendant le regne de Philippe-Auguste, de Saint-Louis & de Philippe-le-Bel. Sous ce dernier, l’obole d’or est estimée cinq sous ; le demi-gros tournois étoit appellé maille ou obole d’argent, à cause qu’il valoit la moitié du gros-tournois. Le tiers du gros se nommoit aussi maille ou obole tierce, parce qu’il valoit le tiers du gros-tournois. Il est fait mention des oboles tierces sous l’an 1310. (D. J.)

Obole, (Poids anciens) L’obole chez les Juifs étoit une espece de poids nommé gérach qui pesoit 16 grains d’orge ; mais chez les Sicisiens l’obole étoit le poids d’une livre, & même une espece de monnoie.

Obole, (Poids médicinal.) poids dont on se sert en Medecine pour peser les drogues. L’obole pese 10 grains un demi-scrupule. Il faut trois scrupules pour faire une dragme ou un gros, & huit dragmes pour faire une once. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « obole »

Du latin obolus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. obolus, d'ὀϐολὸς, qu'on regarde commme une autre forme de ὀϐελὸς (voy. OBÈLE), ainsi dit parce que de petites barres d'airain servaient de monnaie à l'origine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « obole »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
obole ɔbɔl

Citations contenant le mot « obole »

  • Les personnes visitées rendent la monnaie de la pièce en donnant une obole pour soutenir les jeunes et les finances du comité. Quelques-uns, comme le fit Mistral (lire ci-contre), partagent une bonne bouteille, avec modération, bien évidemment ! midilibre.fr, Pas de fête votive, mais une aubade en signe de solidarité - midilibre.fr
  • Avant de rejoindre la lice accueillant les épreuves, il faut d’abord s’acquitter de l’obole au poste de garde et laisser la promesse, contexte sanitaire oblige, de se plier aux règles en vigueur. Une allée en pente douce mène ensuite vers le domaine boisé de cinq hectares abritant le château. , Thue-et-Mue. Une première journée de tournoi à bride abattue - Caen.maville.com
  • L’antenne figeacoise du Secours Populaire Français organise les 23, 24 et 25 juillet de 10 heures à 18 heures sans interruption, une grande braderie pour venir en aide à l’association "Pour que Téo marche", dans son nouveau local de la zone industrielle de Lafarrayrie, entrée 16, numéro 8. "Nous avons décidé de participer à l’effort financier de la famille du petit Téo, afin qu’ils parviennent à boucler leur budget, afin de le faire opérer aux États-Unis, explique Claudie Caray, l’une des responsables du Secours Populaire de Figeac. Toutes les antennes lotoises s’associent à cette démarche durant ces trois jours. L’association "Pour que Téo marche" sera également présente pour recevoir éventuellement les dons des visiteurs. Après la braderie, une partie de la vente lui sera reversée". On peut également verser son obole personnelle à l’association. ladepeche.fr, Figeac. Trois jours de grande braderie au Secours Populaire - ladepeche.fr
  • Confronté à une crise des vocations et de la pratique, le Vatican a rendu publiques lundi des directives pour réformer les paroisses, encouragées à renoncer à l'obole et à faire célébrer des cérémonies religieuses par des laïcs. TVA Nouvelles, Face à la crise des vocations, le Vatican réforme les paroisses | TVA Nouvelles
  • L'opérateur Jio Platforms est peu connu en occident, mais en Inde la filiale de Reliance Industries est une star au point de séduire tous les investisseurs. Facebook, General Atlantic ou Silver Lake sont allé de leur obole pour soutenir la croissance de l’opérateur. On apprend aujourd’hui qu’Intel via son véhicule de capital-risque, Intel Capital, a misé 253,5 millions de dollars pour prendre une participation de 0,39% dans Jio Platforms. LeMondeInformatique, Intel investit 253,5 M$ dans l'Indien Jio Platforms - Le Monde Informatique
  • En regard de l’obole de 104 millions de budget supplémentaire pour 2020, considérons le Crédit impôt recherche (CIR), strict dispositif d’optimisation fiscale : il représente aujourd’hui 6,5 milliards d’euros, soit 2,5 fois le budget du CNRS, distribué sans contrôle. N’est-ce pas là qu’il faut puiser les financements dont les universités et les établissements publics de recherche ont cruellement besoin ? , POINT DE VUE. Loi Recherche : nous ne voulons pas de loi, mais un budget à la hauteur des enjeux - La Roche sur Yon.maville.com

Traductions du mot « obole »

Langue Traduction
Anglais obolus
Espagnol obolus
Italien obolus
Allemand obolus
Chinois obolus
Arabe أوبوليس
Portugais obolus
Russe obolus
Japonais オボルス
Basque obolus
Corse obolu
Source : Google Translate API

Synonymes de « obole »

Source : synonymes de obole sur lebonsynonyme.fr

Obole

Retour au sommaire ➦

Partager