La langue française

Soulèvement

Sommaire

  • Définitions du mot soulèvement
  • Étymologie de « soulèvement »
  • Phonétique de « soulèvement »
  • Citations contenant le mot « soulèvement »
  • Images d'illustration du mot « soulèvement »
  • Traductions du mot « soulèvement »
  • Synonymes de « soulèvement »
  • Antonymes de « soulèvement »

Définitions du mot « soulèvement »

Trésor de la Langue Française informatisé

SOULÈVEMENT, subst. masc.

A. − [Corresp. à soulever I A] Action de soulever (quelque chose); fait (pour une chose) d'être soulevé(e). Anton. abaissement, retombée.Soulèvement des flots, de la poussière, d'un rideau, d'un voile. Le soulèvement [de la soupape de sûreté] s'accentue graduellement (Ser, Phys. industr., 1890, p. 167).Lorsque dans le soulèvement des brumes nocturnes, le Huravas polit ses sagaies (meurtrières) pour en frapper le daim rapide, (...) l'esprit se recueille et l'on entend monter des bois, des eaux, des labours, la tendre harmonie des choses (Jammes, Corresp.[avec Gide], 1897, p. 105).
1. [Corresp. à soulever I A 1 b; en parlant du corps, d'une partie du corps] Soulèvement du bras, de la jambe, des paupières. Son oreille exercée frémissait à chaque bruit qui la réclamait (...). Florentine faisait un bref soulèvement des épaules; son nez, aux ailes fines et déliées, se pinçait; puis elle repartait à sourire à Jean et à Emmanuel (Roy, Bonheur occas., 1945, p. 125).
P. métaph. Soulèvement de cœur. Mouvement de dégoût, de répugnance (physique ou morale). Synon. haut-le-cœur, nausée.L'esclavage ne peut pas subsister avec les nouvelles formes sous lesquelles, dans ses progrès, se présente la civilisation. Déjà l'on n'entend plus parler sans un soulèvement de cœur, de la traite des nègres (Say, Écon. pol., 1832, p. 230).
MÉD., vieilli. Soulèvement (précordial, thoracique). Mouvement ,,que détermine au niveau de la sixième côte gauche le recul du cœur à chaque systole, et qu'on a attribué à tort à un choc ou heurt du cœur de dedans en dehors contre la paroi thoracique`` (Littré-Robin 1865). J'entends par choc la sensation de soulèvement ou de percussion que font éprouver les battements du cœur à l'oreille de l'observateur (Laennec, Auscul., t. 2, 1819, p. 206).
2. GÉOL. [Corresp. à soulever I A 3 b] Phénomène d'élévation de l'écorce terrestre, aboutissant à la formation de chaînes montagneuses. Synon. sc. orogenèse (s.v. or(o)-1), orogénie.Arrive l'âge des grands soulèvements alpins (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 184).Voici (...) la porte de l'Adrar (...) l'accès au plus intime du soulèvement granitique (Psichari, Voy. centur., 1914, p. 72).
3. P. méton. État de ce qui est soulevé; élévation, saillie. Synon. éminence, protubérance; anton. abaissement, affaissement, effondrement.Il n'y a pas une partie de ce tableau qui ne soit un chef-d'œuvre. Malheureusement cette toile splendide est malade; des soulèvements de pâte la boursouflent çà et là: elle est prête à éclater à certains endroits (Du Camp, Hollande, 1859, p. 44).De-ci, de-là, près des demeures, une sorte d'ampoule lisse, sur le sol, de soulèvement arrondi: c'est une tombe (Gide, Retour Tchad, 1928, p. 882).
B. − Au fig. [Corresp. à soulever I B] Mouvement d'effervescence, de vive excitation (de l'esprit, des sens). Ici on aime furieusement. On sent, dès les premiers jours, une sorte d'ardeur frémissante, un soulèvement, une brusque tension des désirs (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Marroca, 1882, p. 785).Quels soulèvements d'espérance dans le vieux continent gémissant sous le poids des monarchies usées, quand notre XVIIIesiècle annonça la paix de justice entre les hommes et quand la Constituante annonça son dessein de la réaliser (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 65).
1. [À propos de l'expr. littér.] Hâtons-nous d'étouffer sous notre travail ce soulèvement de vaine poésie (Barrès, Voy. Sparte, 1906, p. 162).
2. [À propos d'une pers., d'un groupe de pers.; l'accent est mis sur la notion d'indignation, d'hostilité] Synon. déchaînement.Il y eut un soulèvement de l'opinion publique pour forcer le roi Jacques à prendre le parti de son gendre (Guizot, Hist. civilis., leçon 11, 1828, p. 22).Ce fut un soulèvement général contre Foucarmont. La table s'égayait, le trouvant très spirituel; mais ce n'était pas une raison pour gâter la nuit (Zola, Nana, 1880, p. 1183).
En partic. Mouvement collectif de contestation, de révolte; insurrection. Synon. agitation, rébellion.Soulèvement d'une province, d'un peuple, de soldats; soulèvement général, national, populaire; soulèvement armé. Les libéraux russes (...) étaient heureux de tant de soulèvements paysans et ouvriers (Sorel, Réflex. violence, 1908, p. 233).Depuis plusieurs jours les organisations ouvrières annonçaient l'imminence du soulèvement fasciste, le noyautage des casernes, le transport des munitions (Malraux, Espoir, 1937, p. 435).
Prononc. et Orth.: [sulεvmɑ ̃]. Ac. 1694: soulevement; 1718: sous-; 1740: soûlè-, ensuite sou-. Étymol. et Hist. 1. Fin xiies. « élévation du cœur, des sentiments » (Sermons St Gregoire sur Ezechiel, 23, 36 ds T.-L.); 2. 1567 « mouvement de révolte contre un oppresseur » (Amyot, Crassus, 14 ds Littré); 1936 soulèvement armé (Cap.); 3. 1611 « le fait de se soulever, d'être soulevé » (Cotgr.); 1588 souslevement d'estomac (Montaigne, Essais, III, 6, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 899); 1669 soulevement de cœur (Widerhold Fr.-all.); 4. 1718 « mouvement des sentiments, des passions » (Ac.); 5. 1802 géol. (J. A. de Luc, Précis de la philos. de Bacon, t. 2, p. 317). Dér. de soulever*; suff. -ment1*. Fréq. abs. littér.: 316. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 303, b) 516; xxes.: a) 459, b) 531. Bbg. Quem. DDL t. 22.

Wiktionnaire

Nom commun

soulèvement \su.lɛv.mɑ̃\ masculin

  1. Action de soulever ; mouvement de ce qui est soulevé.
    • Sous l'influence des courants, des vents, et des variations de température, de formidables pressions se produisent ; le soulèvement et le chevauchement de la glace donnent naissance à des monticules ou « hummocks » qui se présentent en lignes perpendiculaires au sens de pression. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  2. (Géologie) Mouvement de l’écorce terrestre se traduisant par des oscillations verticales des masses continentales.
    • Les soulèvements du sol s’y tenaient dans une proportion modeste. — (Jules Verne, Aventures de trois Russes et de trois Anglais - 1872)
    • La mélancolie de ces plaines s’allongeant sans un soulèvement de terrain, sans un arbre ! — Et l’on sentait que, derrière l’horizon, elles continuaient à s’enfuir aussi plates ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  3. (Figuré) Mouvement de révolte.
    • Voici l’histoire de cette révolte. Le baron de Reyneck fut chargé d’organiser le soulèvement. — (Anonyme, Turquie - insurrection de Candie, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • […]: après avoir harcelé la révolution dans l'Assemblée, elles l'attaquèrent plus tard à force ouverte, le clergé par des soulèvements intérieurs, la noblesse en armant l'Europe contre elle. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • L’auteur appelle à un soulèvement, qui sera d’autant plus difficile à canaliser pour le pouvoir en place qu’il serait anonyme : « Saboter toute instance de représentation ». — (Catherine Dyja, L'Insurrection qui vient, dans la " Revue de la Défense nationale" de juillet 2009)
  4. Mouvement d’indignation.
    • Tenez, je me rappelle hermite. Il n’avait pas le sens commun ; car il indique un « esprit rude » dans le mot grec et il n’y a pas le moindre esprit rude dans le mot grec. Mais quand il s’est agi de l’écrire, normalement à la fois et simplement, ermite, il y eut soulèvement. — (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
  5. Mouvement des sentiments.
    • C’était une belle fille de dix-huit à vingt ans ; une de ces femmes dont la rencontre dans la rue vous fouette d’un désir subit, et vous laisse jusqu’à la nuit une inquiétude vague et un soulèvement des sens. — (Guy de Maupassant , Une partie de campagne, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 189.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOULÈVEMENT. n. m.
Action de soulever; mouvement de ce qui est soulevé. Le soulèvement des flots. Soulèvement d'estomac, de cœur, Mal d'estomac causé par le dégoût et l'aversion qu'on a pour quelque chose. Cela me donna un soulèvement de cœur.

SOULÈVEMENT se dit, en termes de Géologie, d'un Mouvement de l'Écorce terrestre se traduisant par des oscillations verticales des masses continentales. Il signifie au figuré Mouvement de révolte. Le soulèvement d'une ville, d'une province. Apaiser, réprimer un soulèvement. Il signifie encore Mouvement d'indignation. Ces paroles causèrent dans l'assemblée un soulèvement général contre lui.

Littré (1872-1877)

SOULÈVEMENT (sou-lè-ve-man) s. m.
  • 1Action de soulever.

    Terme de géologie. Action souterraine qui a brisé et dérangé, à différentes époques, les couches du sol. Le soulèvement des Alpes.

  • 2 Terme de physiologie. Soulèvement précordial ou thoracique, celui que détermine, au niveau de la sixième côte gauche, le recul du cœur à chaque systole, et qu'on a attribué, à tort, à un choc ou heurt du cœur de dedans en dehors contre la paroi thoracique.
  • 3Soulèvement d'estomac, mouvement de l'estomac se contractant pour rejeter ce qui le surcharge. Pour Ragotin, après quelques soulèvements de son estomac trop chargé…, Scarron, Rom. com. II, 16.

    Soulèvement de cœur, mal d'estomac causé par le dégoût qu'on a pour quelque chose. Vaincre les dégoûts et les soulèvements de cœur que peut causer l'accès de ces demeures infectées par la pauvreté et tout ce qui l'accompagne, Bourdaloue, Exhort. char. envers les pauv. t. I, p. 22.

  • 4En parlant des flots, violente agitation. Le soulèvement des flots.
  • 5 Fig. Commencement de révolte dans un État ou dans une province, plutôt que dans une ville. Je n'ai pas oublié que cet événement Du perfide Tryphon fit le soulèvement, Corneille, Rodog. I, 1. L'esprit de l'Église est entièrement éloigné de ces maximes séditieuses, qui ouvrent la porte aux soulèvements, auxquels les peuples sont si naturellement portés, Pascal, Prov. XI. Lorsqu'il faisait de grands préparatifs pour cette importante expédition, il apprit le soulèvement de la Phénicie, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. v, p. 511, dans POUGENS. Il y eut [en Corse] douze soulèvements que les Corses appelèrent efforts de liberté, et les Génois crimes de haute trahison, Voltaire, Louis XV, 40.
  • 6Mouvement d'indignation. Je ne puis vous exprimer à quel point alla le soulèvement des esprits, Retz, Mém. t. III, liv. IV, p. 113, dans POUGENS. Le livre de M. de Cambray a excité un soulèvement universel, Bossuet, Lett. quiét. 96. Ces démarches extraordinaires, où la singularité de l'événement, où le soulèvement public nous effraye, Massillon, Confér. Voc. à l'ét. eccl. 1. Le tribunal de l'inquisition a trouvé partout un soulèvement général, Montesquieu, Espr. XXVI, 11.

HISTORIQUE

XVIe s. Cette entreprise aida merveilleusement à esmouvoir les Rochelois pour se joindre au soulevement qui se pratiquoit desja par toute la France, D'Aubigné, Hist. II, 113. Le soublevement des gladiateurs, Amyot, Crassus, 14. Le soublevement d'estomach qui advient à ceulx qui voyagent en mer, Montaigne, IV, 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « soulèvement »

 Dérivé de soulever avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Soulever.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « soulèvement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
soulèvement sulɛvœmɑ̃

Citations contenant le mot « soulèvement »

  • Les nippons sont cause du soulèvement de la chine. De Jean-Marie Poiré / Papy fait de la résistance
  • Gilbert Mitterrand est intervenu lors du Sommet mondial en ligne pour un Iran Libre qui s’est déroulé le 17 juillet. Le président de France Liberté – Fondation Danielle Mitterrand a souligné que les mollahs redoutent un autre soulèvement populaire qui les balayera. NCR Iran, Les mollahs redoutent un autre soulèvement populaire en Iran qui les balayera (Gilbert Mitterrand) - NCR Iran
  • Le mouvement Black Lives Matter a certes été déclenché par une bavure policière, il n’en est pas moins symbolique des raisons qui vont entraîner des soulèvements de population : des inégalités croissantes entre les riches et les pauvres. Et ces inégalités ont été exacerbées par le confinement, qui a plus durement touché les plus pauvres, et seront renforcées par la crise économique à venir. C’est vrai un peu partout dans le monde, y compris en France où, malgré tout, la protection sociale a permis de sauvegarder les revenus grâce aux chômage partiel. , Covid-19 : après la pandémie, les « soulèvements de population » ?
  • Le général à la retraite Chamel Roukoz s'en est pris vendredi sans le nommer au chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, devant plusieurs centaines de personnes rassemblées sur la place des Martyrs, dans le centre-ville de Beyrouth, dans une tentative de relance du soulèvement du 17 octobre contre la classe dirigeante. L'Orient-Le Jour, Roukoz s'en prend à Bassil : Ceux qui disent qu'on ne les a pas laissé travailler doivent démissionner - L'Orient-Le Jour

Images d'illustration du mot « soulèvement »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « soulèvement »

Langue Traduction
Anglais uprising
Espagnol levantamiento
Italien rivolta
Allemand aufstand
Chinois 起义
Arabe الانتفاضة
Portugais revolta
Russe восстание
Japonais 反乱
Basque altxamendu
Corse revolta
Source : Google Translate API

Synonymes de « soulèvement »

Source : synonymes de soulèvement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « soulèvement »

Partager