La langue française

Mutinerie

Sommaire

  • Définitions du mot mutinerie
  • Étymologie de « mutinerie »
  • Phonétique de « mutinerie »
  • Citations contenant le mot « mutinerie »
  • Traductions du mot « mutinerie »
  • Synonymes de « mutinerie »
  • Antonymes de « mutinerie »

Définitions du mot « mutinerie »

Trésor de la Langue Française informatisé

MUTINERIE, subst. fém.

A. − [Correspond à mutin I]
1. Vieilli. Expression d'un caractère mutin. Synon. désobéissance, insubordination.À d'autres! dit le vieux professeur, de l'air profondément désabusé d'un homme qui, depuis quarante ans, affronte six heures par jour toutes les agaceries et toutes les mutineries de plusieurs générations d'enfants femelles (Sand,Consuelo,t.1, 1842-43, p.5).Parfois, quand ils l'interrogeaient, elle se rencognait avec mutinerie au bout du banc et faisait la moue (A. France,J. d'Arc,t.1, 1908, p.225).
2. Révolte ouverte contre une autorité établie, désobéissance aux ordres supérieurs. Synon. émeute, insurrection, rebellion, sédition.Vous parlez d'une bataille. Il s'agit d'une mutinerie. Et j'en viendrai à bout quand il me plaira de froncer le sourcil (Hugo,N.-D. Paris,1832, p.512).Une mutinerie des sous-officiers de mon régiment me rappelle à l'heure même à Versailles (Borel,Champavert,1833, p.180).La température monte très vite: grèves générales, révoltes paysannes, mutineries, Potemkine, insurrections de décembre à Moscou (Martin du Gard,Thib.,Été 14, 1936, p.62):
. ... nourriture détestable, rognée par la concussion; pas de service médical; aucune permission; il n'est pas étonnant que la mutinerie ait été un mal endémique dans la flotte anglaise. Lefebvre,Révol. fr.,1963, p.329.
P. anal.
Révolte collective et plus ou moins violente des détenus d'une prison ou d'un pénitencier. Un crépitement d'énergie anarchique qui tenait de la mutinerie de pénitencier (Gracq,Syrtes,1951, p.225).
Révolte collective des élèves d'une classe, d'un pensionnat. [Claude Frollo] n'avait fait aucune figure dans cette mutinerie de 1463 que les annalistes enregistrent gravement sous le titre de: «Sixième trouble de l'université» (Hugo,N.-D. Paris,1832, p.170).Il y eut des mutineries [au pensionnat] Des rougeoles et des scarlatines de révolte, qui couvaient sous le couvercle de la marmite (Cocteau,Appogiatures,1953, p.43).
B. − Rare, vx, fam. [Correspond à mutin II; à propos des attitudes, des paroles, du comportement d'une pers.] Caractère de ce qui est mutin. Synon. espièglerie, malice, taquinerie, vivacité.Elle avait des yeux noirs pleins de gaieté et de mutinerie (Ponson du Terr.,Rocambole,t.1, 1859, p.100).Je vis bien qu'elle se moquait de moi, mais elle me sauta au bras avec une mutinerie si câline que la pensée de lui en vouloir ne me vint pas un seul instant (Courteline,Femmes d'amis,1885, p.19).
Parfois au plur. Certaines cherchaient à l'aplanir [leur visage], à élargir la blanche superficie, renonçant (...) aux mutineries d'un sourire condamné et déjà à demi désarmé (Proust,Temps retr.,1922, p.947).
Prononc. et Orth.: [mytinʀi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Début xvies. «rebellion, révolte» meutinerie (Fossetier, Cron. Marg., ms. Bruxelles, 10509, fo250d ds Gdf. Compl.); 2. 1690 «résistance opiniâtre opposée à une autorité» (Fur.); 3. 1837 «caractère de ce qui est espiègle» (Soulié, Mém. diable, t.1, p.280). Dér. de mutin*; suff. -erie*. Fréq. abs. littér.: 42.

Wiktionnaire

Nom commun

mutinerie \my.tin.ʁi\ féminin

  1. Action de se mutiner.
    • Le 3 janvier 36 une mutinerie éclate à Turin dans un régiment alpin désigné pour l'embarquement. (Victor Margueritte; « Avortement de la S.D.N. » -1936)
    • … ; le transfert de si nombreux colons les effrayait ; on exprima même des craintes au sujet d'une mutinerie possible parmi ces têtes brûlées. (Nicolas Gogol, Les âmes mortes -1842 ; traduction de Henri Mongault -1949)
  2. (Par extension) Indiscipline.
    • Les mutineries de cet écolier sont insupportables.
    • La figure de cette dame, assise si inopinément sur le dos d’une Chronique de Nuremberg, exprimait une noblesse mélangée de mutinerie. Elle avait l’air d’une reine, mais d’une reine capricieuse. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 95.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MUTINERIE. n. f.
Action de se mutiner. Une mutinerie éclata dans cette caserne. Réprimer une mutinerie. Par extension, Les mutineries de cet écolier sont insupportables.

Littré (1872-1877)

MUTINERIE (mu-ti-ne-rie) s. f.
  • 1Action de celui qui se mutine. Son ordre excitait seul cette mutinerie, Corneille, Héracl. V, 7. Dans les séditions populaires, un homme adroit qui saura manier et ménager avec art les esprits de la populace lui fera quelquefois tourner sa fureur contre ceux auxquels on pensait le moins ; ce qui rend ces sortes de mutinerie extrêmement dangereuses, Bossuet, 2e sermon, Compass. de la sainte Vierge, 2. Par le refus formel desdits habitants qui n'agissaient que par un esprit de mutinerie qui tendrait à rebellion, Arrêt du Cons. d'État, 1er déc. 1722.
  • 2Obstination d'une personne qui se dépite. C'est qu'un enfant qui joue dans un chemin et qui ne veut pas interrompre son jeu pour laisser passer une charrette, fait par dépit et par mutinerie ce qu'un homme ne fait point par raison, Fénelon, Dial. des morts, dial. 19.

HISTORIQUE

XVIe s. Par la mutinerie des gens de guerre, D'Aubigné, Hist. I, 313. Faisant ce que possible luy fut pour appaiser la mutinerie, Du Bellay, M. 403.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « mutinerie »

 Dérivé de mutiner avec le suffixe -erie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mutiner. On trouve dans le XVIe siècle mutination et mutinement.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mutinerie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mutinerie mytinri

Citations contenant le mot « mutinerie »

  • Toute situation d’oppression génère un mouvement, soit de mutinerie, soit carrément de révolution. De Héléna Marienské / Evene.fr - Octobre 2006
  • L’événement n’était pas passé inaperçu en pleine période de crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19. Une importante mutinerie avait ébranlé la prison d’Uzerche, en Corrèze, le 22 mars dernier « à cause de la fermeture des parloirs. Ce qui avait empêché la circulation clandestine et illégale de stupéfiants », instruit la présidente du tribunal correctionnel du Havre, mercredi. www.paris-normandie.fr, Trois hommes bientôt jugés au Havre pour la mutinerie à la prison d’Uzerche en Corrèze
  • Une mutinerie avait éclaté à la prison de Beau-Bassin le 19 mars dernier. lexpress.mu, Mutinerie à la prison de Beau-Bassin: liberté conditionnelle refusée à un détenu | lexpress.mu
  • Le Potemkine est resté célèbre pour la fameuse mutinerie de 1905, qu’on leconsidère comme un épisode déclencheur de la Révolution russe... , Le cuirassé Potemkine
  • Le tribunal de Tulle a rendu son délibéré ce mardi concernant les 8 détenus qui avaient participé à la gigantesque mutinerie au centre de détention d'Uzerche en mars dernier. Ils écopent tous de peines de prison ferme, entre un à trois ans. France Bleu, De un à trois ans de prison pour les auteurs de la mutinerie au centre de détention d'Uzerche

Traductions du mot « mutinerie »

Langue Traduction
Anglais mutiny
Espagnol motín
Italien ammutinamento
Allemand meuterei
Chinois 兵变
Arabe تمرد
Portugais motim
Russe бунт
Japonais 反乱
Basque matxinada
Corse mutinosa
Source : Google Translate API

Synonymes de « mutinerie »

Source : synonymes de mutinerie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mutinerie »

Partager