La langue française

Insoumission

Sommaire

  • Définitions du mot insoumission
  • Étymologie de « insoumission »
  • Phonétique de « insoumission »
  • Citations contenant le mot « insoumission »
  • Traductions du mot « insoumission »
  • Synonymes de « insoumission »
  • Antonymes de « insoumission »

Définitions du mot insoumission

Trésor de la Langue Française informatisé

INSOUMISSION, subst. fém.

État, disposition de celui qui n'accepte pas de se soumettre à l'autorité dont il dépend, qui refuse de la reconnaître. Synon. insubordination.Je ne puis dire exactement à quand remontent les premières manifestations de cet esprit d'insoumission que je commençai de remarquer chez Éveline (Gide, Robert,1930, p. 1322).Une partie de la milice, travaillée par des ambitions locales, se dérobait à l'autorité du haut-commissaire et se plaçait sous celle de Patch qui avait le tort de couvrir cette insoumission (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 191).
Insoumission à (qqc.).Traqué par la police, et la redoutant davantage pour des affaires antérieures que pour son insoumission présente aux ordonnances, il changeait de local tous les quinze jours (Radiguet, Bal,1923, p. 40).
LÉGISL. MILIT. ,,Délit correctionnel qui consiste pour un jeune soldat appelé ou pour tout autre militaire dans ses foyers rappelé à l'activité, à qui un ordre de route a été régulièrement notifié, à n'être pas arrivé à destination dans un certain délai après le jour fixé par cet ordre, hors le cas de force majeure`` (Cap. 1936). Aux peines prévues à l'article 193 du code de justice militaire, s'ajoute la destitution si l'insoumis est titulaire d'un grade d'officier et si l'insoumission a eu lieu en temps de guerre (J.O., Loi rel. recrut. arm., 1928, art. 93, p. 3824).
Prononc. et Orth. : [ε ̃sumisjɔ ̃]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. 1818 « non-soumission » (Marguery, Nouv. dict. de la langue françoise, p. 291); 2. 1873 « situation du soldat insoumis » (Lar. 19e). Dér. de soumission*; préf. in-1*. Fréq. abs. littér. : 21.

Wiktionnaire

Nom commun

insoumission \ɛ̃.su.mi.sjɔ̃\ féminin

  1. Comportement de ceux qui refusent une soumission.
    • L'individualisme libertaire, l'insoumission aux nécessités fondamentales d'une société la dissolvent. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. Acte d’un subordonné qui désobéit délibérément à un ordre légal.
    • Seule planait l’ombre de la Kampétaï, prête à abattre sa lourde main supplicieuse pour étouffer dans l'œuf toute velléité d’insoumission. — (Thuyen Nhis, My-Lan, Publibook, 2002, page 138)
  3. (En particulier) (Militaire) refus d'un militaire de rejoindre son unité dans les délais impartis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INSOUMISSION. n. f.
Le fait d'être insoumis.

Littré (1872-1877)

INSOUMISSION (in-sou-mi-sion) s. f.
  • Caractère, état de ce qui n'est pas soumis.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

INSOUMISSION. Ajoutez : [La Turquie] rester en insoumission permanente avec les volontés, les décisions diplomatiques de l'Europe, l'Opinion, 9 août 1876, 2e p. 2e col.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « insoumission »

In… 1, et soumission.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De soumission, avec le préfixe négatif in-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « insoumission »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
insoumission ɛ̃sumisjɔ̃

Citations contenant le mot « insoumission »

  • J'ai pris la marche vers la Mer comme une illustration de cette quête errante de l'esprit moderne, aimanté toujours par l'attrait même de son insoumission. Marie-René Alexis Saint-Leger Leger, dit, en diplomatie, Alexis Leger, et, en littérature Saint-John Perse, Amers, Note sur la thématique , Gallimard
  • Exposition proposée par l'Association du fort de Metz-Queuleu. Pendant la Seconde Guerre mondiale, 30 000 Mosellans ont été contraints de servir dans l'armée allemande, victimes de la politique d'annexion de la Moselle au Reich. Exposition visible également sur rendez-vous. Moins connue peut-être du grand public que le sort des Malgré-Nous Alsaciens, l'histoire de l'incorporation de force des jeunes mosellans est le sujet de cette exposition. Elle explore tous les thèmes de cet épisode douloureux et aujourd'hui encore mal compris : l'embrigadement de la population mosellane, l'insoumission, la répression et la résistance. L'histoire de l'incorporation de force est une histoire juridique, nationale et internationale. Avec près de 7 000 Mosellans déclarés morts ou disparus, c'est aussi une histoire tragique et douloureuse, encore très vive dans la mémoire des familles. Informations complémentaires : https://www.fort-queuleu.com/expositions/ , «Malgre eux dans l’armee allemande. L’incorportation de force des Mosellans 1942 1945» : Exposition a Metz
  • Au-delà de leurs très nettes divergences stratégiques, deux voies de l’insoumission partagent à Montpellier l’envie de conjuguer mesures écologiques et sociales avec une large participation citoyenne à la gouvernance de la ville. D’un côté, La France Insoumise soutient officiellement #NousSommes, un mouvement municipaliste qui monte en graine. Avec la volonté de dépasser le clivage droite/gauche, en opposant «Nous», «les petits» ou «ceux d’en bas», à «eux», «l’oligarchie», «ceux d’en haut», soit les réseaux socialistes qui ont dominé la ville pendant près de quarante ans, y compris après le décès de l’ancien maire Georges Frêche. Libération.fr, A Montpellier, l’insoumission prend deux voies - Libération
  • Visiblement agacé par la longueur des réponses du leader des Insoumis, qui a plusieurs fois expliqué que sa réaction à la perquisition était avant tout celle d’un militant revendiquant son insoumission, Me Dupond-Moretti a ironisé : « Ici, on est dans une enceinte judiciaire, pas devant le tribunal, avec des pancartes ! » Une référence aux dizaines de militants insoumis qui s’étaient postés dès le matin devant le tribunal pour soutenir les prévenus. Journal L'Union, Justice: Jean-Luc Mélenchon revendique son «insoumission»
  • Le «moiçadoncque», c’est elle petite, heureuse de vivre à Brive avec la maman et le papa, qui est architecte. Fille unique qui n’aime pas l’école et fait rire la classe. Le récit est une succession de saynètes caustiques et souvent drôles. Mais il est avant tout le prétexte à une forme peu banale d’écriture: le néologisme. Exemples de mots inventés: envoisinement, hainebique, embruitance, allaitage, tétinasse, ensoirement, hilarance, diglosse, jactance, parlature, etc. Marie-Christine Büchi-Jabiolle fait, dit-elle, acte ludique d’insoumission en malmenant la syntaxe, en s’affranchissant des règles de grammaire et en brouillant le vocabulaire. Le Temps, Marie-Christine Büchi-Jabiolle, la jactance et la parlature du moiçadoncque - Le Temps

Traductions du mot « insoumission »

Langue Traduction
Anglais insubordination
Espagnol insubordinación
Italien insubordinazione
Allemand gehorsamsverweigerung
Chinois 不服从
Arabe العصيان
Portugais insubordinação
Russe неподчинение
Japonais 反抗
Basque insubordination
Corse insubordinazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « insoumission »

Source : synonymes de insoumission sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « insoumission »

Partager