La langue française

Révocation

Définitions du mot « révocation »

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉVOCATION, subst. fém.

A. − [Corresp. à révoquer A] Action de révoquer quelqu'un. Synon. destitution, licenciement, renvoi.M. Pascal revint à Paris en mai 1648: le Parlement exigeait la révocation générale des intendants (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 481).Sur un effectif de plus de 800 000 [fonctionnaires], les enquêtes ne constituèrent qu'environ 20 000 dossiers, au vu desquels furent prononcées 14 000 sanctions dont à peine 5 000 révocations (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p. 109).
DR. CONSTIT. Révocation populaire. ,,Procédé de la démocratie semi-directe permettant au peuple de mettre fin à un mandat électif, avant le terme légal`` (Jur. 1981).
B. − [Corresp. à révoquer B 1] Action de révoquer quelque chose. Synon. abrogation, annulation.Demander à grands cris la révocation du funeste décret (Marat, Pamphlets, C'est un beau rêve, 1790, p. 235).La révocation de l'édit de Nantes, tache indélébile du règne de Louis XIV (Crèvecœur, Voyage, t. 3, 1801, p. 289).
DR. Annulation d'un acte juridique en suivant des formalités déterminées. Révocation d'une donation pour cause d'inexécution des conditions, pour ingratitude, pour survenance d'enfants. Il n'existait qu'un moyen d'obtenir la révocation du legs, celui de frapper Séverine de la déchéance d'ingratitude (Zola, Bête hum., 1890, p. 274).
Prononc. et Orth.: [ʀevɔkasjɔ ̃]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. 1. a) Fin xiiies. théol. tans de revocacion « temps de rappel, de réconciliation, de retour dans le droit chemin » (Vie des Saints, BN 20330, f oliminaire, col. A ds Gdf. Compl.); b) 1400 revocacion « rappel », (B 1429, f o99 v o, Arch. Meuse, ibid.: la revocacion de la garde); 2. ca 1300 revocations « abrogation, annulation » (Coutumier d'Artois, éd. A. Tardif, p. 38 ds Delb. Notes mss); 1686 révocation de l'Édit de Nantes (P. Bayle, Commentaire philosophique sur ces paroles de Jésus-Christ « Contrain-les d'entrer », La Haye, 1727, p. 375); 3. 1680 « destitution » (Rich.); 1964 révocation populaire (en Suisse) « procédure de destitution par le peuple des parlements et gouvernements cantonaux » (Lar. encyclop.). Empr. au lat.revocatio « rappel », b. lat. « annulation », dér. du lat. revocare (révoquer*). Au sens 1 a, cf. le m. fr. tamps de deviacion « temps de perdition (entre Adam et Moïse) qui a précédé le temps de révocation (entre Moïse et Jésus-Christ) » (cf. déviation; Romania t. 33, p. 15; DG, s.v. rénovation). Fréq. abs. littér.: 117.

Wiktionnaire

Nom commun

révocation \ʁe.vɔ.ka.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de révoquer ; annulation, en parlant d'une chose ou d'un acte ; renvoi ou destitution, en parlant d'une personne.
    • Les protestans avaient, au dix-septième siècle, un temple à Sanvic; […]. Lors de la révocation de l’édit de Nantes, la jeunesse catholique du Havre se porta en foule à Sanvic, et détruisit, en peu d’instans, cet édifice religieux dont on chercherait vainement aujourd'hui la place. — (Joseph Morlent, Le Havre ancien et moderne et ses environs, chap. 22, tome 2, Le Havre : chez Chapelle & Paris : chez Pillet ainé, 1825, p. 3)
    • Avant la révocation de l'Édit de Nantes, une idée domine chez tous les prédicateurs réformés : la défense de leur Église et de ses doctrines. Les réformés étaient menacés de plusieurs manières, et la lutte était pour eux une nécessité; […]. — (Alexandre Rodolphe Vinet, Histoire de la prédication parmi les réformés de France au dix-septième siècle, Paris : chez les éditeurs, 1860, p.621)
    • Tu ne connais pas l’inspecteur d’Académie. Il transmettra le rapport au recteur, et ça pourrait aller jusqu’à la révocation. — (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, collection Le Livre de Poche, page 343)
    • Harland, qui a fort bien connu Vavilov, condamne sans réserves les théories mitchouriniennes, taxe Lyssenko de charlatan et dénonce les odieuses manœuvres qui ont abouti à la révocation des principales figures de la génétique soviétique. — (Joël Kotek & Dan Kotek, L'affaire Lyssenko, page 196, Éditions Complexe, 1986)
  2. (En particulier) (Informatique) Retour à un état antérieur (par exemple dans l’historique d’un système de gestion de versions, ou dans une base de données).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉVOCATION. n. f.
Action de révoquer. J'ai révoqué mon avoué et j'ai fait signifier sa révocation à ma partie. La révocation d'un testament. La révocation de l'Édit de Nantes. La révocation des pouvoirs donnés. La révocation d'un fonctionnaire.

Littré (1872-1877)

RÉVOCATION (ré-vo-ka-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Action de révoquer. La révocation d'une disposition. La révocation d'un employé. Une des raisons qui me donnaient tant d'aversion pour le chapeau, était la difficulté de fixer la nomination, parce qu'elle peut toujours être révoquée, et je ne sache rien de plus fâcheux ; car la révocation met toujours le prétendant au-dessous de ce qu'il était avant d'avoir prétendu, Retz, Mém. t. II, liv. III, p. 226, dans POUGENS.

    Acte écrit par lequel on révoque.

  • 2Révocation de l'édit de Nantes, édit de Louis XIV, par lequel, révoquant l'édit de Nantes, qui accordait aux protestants la liberté de conscience, il entreprit de les forcer à se faire catholiques ; ce qui entraîna l'oppression, les supplices, l'émigration en masse et la guerre civile. La plaie de la révocation de l'édit de Nantes saigne encore en France, Voltaire, Lett. Schouvalof, 30 sept. 1767.

HISTORIQUE

XIVe s. Revocacions de tous dons à vie ou à heritage depuis le temps du roi Philippe le Bel…, Lett. de Charles V, Bibl. des chartes, 4e série, t. III, p. 426.

XVe s. Veu la revocation faite par ladite dame deffenderesse, de ne servir jamais amours, elle ne tiendra court ne cognoissance de ceste matiere, Aresta amorum, p. 245, dans LACURNE.

XVIe s. Pericles resista plus que nul autre à la revocation du decret, Amyot, Péricl. 57. Ayant le peuple receu et authorizé bien vouluntiers ce decret de la revocation de Metellus, Amyot, Marius, 56.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉVOCATION, s. f. (Jurisprud.) est l’acte par lequel on en révoque un précédent ; le prince révoque une loi, lorsqu’il y reconnoît quelqu’inconvénient ; on révoque une donation, un testament, un legs, un procureur, des offres, une déclaration, un consentement. Voyez Edit, Loi, Ordonnance, Donation, Testament, Legs, Procureur, Offres, Déclaration, Consentement. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « révocation »

Prov. revocation ; espagn. revocacion ; ital. rivocazione ; du lat. revocationem, de revocare, révoquer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin revocatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « révocation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
révocation revɔkasjɔ̃

Citations contenant le mot « révocation »

  • La chambre d’application des peines de la cour d’appel, appelée à statuer sur la révocation d’un sursis avec mise à l’épreuve concernant une personne remise aux autorités françaises en vertu d’un mandat d’arrêt européen, ne peut se déclarer incompétente pour statuer sur l’exception tirée de la violation du principe de spécialité. , Révocation du sursis avec mise à l’épreuve et mise en œuvre du principe de spécialité - Droit pénal international | Dalloz Actualité
  • Le Conseil des Affaires d'Etat, gouvernement central chinois, a annoncé lundi la nomination et la révocation de responsables. , Le Conseil des Affaires d'Etat annonce la nomination et la révocation de responsables
  • Cette histoire de non-révocation est un faux problème. Net-iris, non révocation donation et insolvabilité - Personne et Famille - Net-iris
  • Preuve que l’affaire est loin d’être finie, une pétition circule. À l’initiative des élus des partis islamiques MSJ et FJD-Adala, elle demande au président de l’Assemblée populaire nationale (APN) la saisie de sa Commission des affaires juridiques et administratives. Avec un objectif clair : la révocation pure et simple du député Chaâbna. Une préoccupation surprenante quand que le pays est plongé dans une crise sanitaire et politique. Mais cette dernière est visiblement supplantée par l’épineuse question de la binationalité. Dans les faits, le renoncement de Chaâbna sonne comme un camouflet pour le pouvoir. Jamais, dans l’histoire du pays, un ministre n’avait choisi la double nationalité au détriment d’une mission d’État. JeuneAfrique.com, Derrière la nomination avortée du ministre franco-algérien Chaâbna, le malaise des binationaux – Jeune Afrique
  • Il sera reconnu coupable et condamné à neuf d’emprisonnement sans mandat de dépôt, ainsi que d’une révocation de son sursis déjà en cours, d’une durée de trois mois. Un retrait de permis de six mois a également été appliqué, et le tribunal a imposé un stage de sensibilisation, aux frais du jeune homme. L'Essor Savoyard, Saint-Félix : il aperçoit les gendarmes et engage une course-poursuite - L'Essor Savoyard

Traductions du mot « révocation »

Langue Traduction
Anglais revocation
Espagnol revocación
Italien revoca
Allemand widerruf
Chinois 撤销
Arabe إبطال
Portugais revogação
Russe отзыв
Japonais 失効
Basque ezeztatzea
Corse revucazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « révocation »

Source : synonymes de révocation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « révocation »

Révocation

Retour au sommaire ➦

Partager