Reparaissant : définition de reparaissant

chevron_left
chevron_right

Reparaissant : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

REPARAÎTRE, verbe intrans.

I. − [Corresp. à apparaître I]
A. − Être de nouveau vu ou visible. Synon. réapparaître.
1. [Le suj. désigne une chose]
a) Se présenter de nouveau à la vue après avoir été caché, effacé, après avoir disparu. Un manuscrit palimpseste dont on fait reparaître les lignes par des procédés chimiques (Nerval, Filles feu, Angélique, 1854, p. 537).Enfin, la chambre s'éclaira, de cette lumière confuse où les meubles semblaient flotter. Le poêle reparut, l'armoire, le buffet (Zola, Bête hum., 1890, p. 180).
Reparaître + attribut précisant l'aspect de ce qui reparaît.Par intervalles, de grandes lames de brume (...) cachaient le soleil. Ensuite, il reparaissait plus pâle et comme malade (Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 202).Il arrive qu'en aval l'eau souterraine afflue. Sous les sables (...) elle s'infiltre pour reparaître en sources (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p. 55).
En partic.
[Le suj. désigne un astre] Repasser au même point et donc être de nouveau visible (en ce point). La comète reparut; elle traversa le chemin annoncé parmi les constellations! (Flammarion, Astron. pop., 1880, p. 619).L'étoile qui a reparu cet été après vingt ans (Giraudoux, Simon, 1926, p. 244).
Être de nouveau montré, rendu public. Ce rapport ne reparut jamais; on le retira de nos cartons, et l'on y mit même assez d'importance pour le redemander à ceux de nous qui l'avaient emporté chez eux (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 815).
b) Exister de nouveau, se manifester de nouveau à la vue. Un ancien disait: Mes amis, il n'y a plus d'amis. Se trompait-il? ou si la race en a reparu depuis? (Courier, Lettres Fr. et Ital., 1811, p. 848).
[Le suj. désigne une manifestation de la pers., un phénomène physique] Le sourire reparaît; les larmes reparaissent; la sueur reparaît (sur le visage); l'air de méchanceté, la mine bourrue, la jeunesse reparaît (sur le visage). Je revins bientôt armé de ma potion, et déjà je trouvai du mieux; la couleur reparaissait aux joues, l'œil était détendu (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 251).La frayeur, qui s'était dissipée du visage de Rhadidja, y reparut (Montherl., Lépreuses, 1939, p. 1442).
[Le suj. désigne un état physique, sa cause ou son résultat] Être éprouvé, ressenti de nouveau; revenir. La douleur, la fièvre, la soif reparaît; les vomissements reparaissent; les forces reparaissent. La maison, longtemps inhabitée, est humide et glacée la nuit, et l'air me cassant les bronches, la bronchite, la toux et le reste reparaissent (Villiers de L'I.-A., Corresp., 1889, p. 285).Insomnies ces dernières nuits; assez pénibles à cause des troubles nerveux qui reparaissent (...) aussitôt que je recommence à travailler sérieusement (Gide, Journal, 1916, p. 550).Reparaître + attribut.Le mal ancien que l'on croyait écarté, fond sur lui... inflammation pulmonaire, très probablement reparaissant sous une forme d'influenza (Rolland, Beethoven, t. 2, 1937, p. 415).
[Le suj. désigne un phénomène lié aux cycles de la nature] Le printemps, l'été reparaît. L'idée que le moment où je verrais le jour reparaître était l'instant du départ me faisait frémir (Chênedollé, Journal, 1804, p. 4).Quand le beau temps reparut, une voile se montra à l'horizon (Ponson du Terr.,Rocambole, t. 3, 1859, p. 32).
[Le suj. désigne une chose douée de vie, un organe] Ces fleurs ne peuvent reparaître l'année suivante au même endroit [des arbres] (Bern. de St-P., Harm. nature, 1814, p. 261).Étudier, en faisant jeûner les animaux à sang froid, les tissus qui disparaissent pour reparaître ensuite quand la fonction se réveille (Cl. Bernard, Notes, 1860, p. 51).
[P. méton. du suj.] En reparaissant plus belle et plus jeune, la nature me fit sentir sa puissance (Sand, Lélia, 1833, p. 183).
En partic.
Être de nouveau présent après une interruption dans l'espace. Bientôt la vallée se resserre et se creuse, les cours d'eau commencent à ruisseler, la végétation renaît, l'ombre et la fraîcheur reparaissent (Gautier, Tra los montes, 1843, p. 200).Avec les collines du Montferrat reparaissent les villages (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p. 176).
Être créé de nouveau, remis en usage. Cette parure [le vertugadin], abandonnée pendant plus d'un siècle, reparut avec éclat sous le nom de panier (Jouy, Hermite, t. 4, 1813, p. 269).En 1934 les films de guerre ont disparu. 1935 les verra reparaître (Arts et litt., 1936, p. 34-5).
c)
α) [Le suj. désigne un ouvrage] Être publié, édité de nouveau. Je me persuade, en laissant reparaître aujourd'hui le Second Manifeste du Surréalisme, que le temps s'est chargé pour moi d'émousser ses angles polémiques (Breton, Manif. Surréal., 2eManif., 1930, p. 79).
β) [Le suj. désigne un périodique] Paraître de nouveau après une interruption. N'écris rien pour Tânit, qui cesse de paraître pendant les mois de chaleur, pour reparaître en octobre (Alain-Fournier, Corresp., [avec Rivière], 1907, p. 192).
d) P. anal. [Le suj. désigne un son, une odeur] Être de nouveau perçu ou perceptible. Sous toutes ces senteurs diverses flottait un arome léger de poudre de riz qui parfois disparaissait, reparaissait, qu'on retrouvait toujours (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Femme de Paul, 1881, p. 1218).L'orchestre se désagrège, les instruments partant chacun de leur côté. Les bruits de la salle reparaissent (Claudel, Soulier, 1944, 1repart., 1rejournée, p. 939).
e) [Le suj. désigne une image mentale, un souvenir] Revenir à l'esprit. Ce son magique fit reparaître à mes yeux le domaine paternel (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 103).Le visage de la bohémienne, inoubliable, reparaissait alors dans sa mémoire (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 71).
2. [Le suj. désigne une pers., parfois un animal]
a) Se montrer de nouveau à quelqu'un, revenir dans un lieu. Coupeau ne reparaissait plus. On l'entendait, dans la cuisine, se battre avec le fourneau et la cafetière (Zola, Assommoir, 1877, p. 470).Annouchka n'avait reparu ni chez elle, ni à l'hôtel, ni même à l'établissement Krestowsky qui avait été obligé de supprimer son numéro de chant (G. Leroux, Roul. tsar, 1912, p. 115).
Reparaître + compl. prép. ou propos. indiquant la durée de l'absence.Voilà trois semaines que Jérôme n'a pas reparu, pas une seule fois! (Martin du G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 607).Tonton Amédée ne reparut de huit jours, puis revint un soir (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 117).
Locutions
Reparaître devant qqn, aux yeux de qqn. [Dans des cont. marquant qu'une pers. a qqc. à se reprocher ou qu'elle suscite l'indignation] Va-t'en! va-t'en! criai-je en me dégageant; je te défends de jamais reparaître devant moi! (Du Camp, Mém. suic., 1853, p. 190).Est-ce que tu oserais reparaître aux yeux de la comtesse si tu avais tué son mari? (Ponson du Terr., Rocambole, t. 4, 1859, p. 362).
Reparaître dans la vie de qqn. Revenir près de quelqu'un et exercer de nouveau une influence sur lui. À cette époque, Marcelline était déjà reparue dans ma vie, mais je n'y avais pas pris garde (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 316).
Reparaître dans le monde. Participer de nouveau à la vie sociale, mondaine. C'est bien simple. M. Ulric ne peut plus reparaître dans le monde, parce qu'il est ruiné (Murger, Scènes vie jeun., 1851, p. 13).
Reparaître en scène/sur la scène. [Le suj. désigne un acteur] Jouer de nouveau. Il fit à Montfleury, messieurs, qu'il prit en haine, Défense, pour un mois, de reparaître en scène (Rostand, Cyrano, 1898, i, 2, p. 23).P. anal. Jouer de nouveau un rôle social, politique. [Napoléon] immolait à sa passion de reparaître sur la scène le repos d'un peuple qui lui avait prodigué son sang et ses trésors (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 555).
Reparaître + attribut indiquant l'apparence, l'état.Reparaître en arlequin, sous un déguisement, en vaincu, dans l'éclat d'une haute fortune. Il se voyait ancré tout à coup dans le faubourg Saint-Germain, où (...) il reparaissait en comte d'Aubrion, comme les Dreux reparurent un jour en Brézé (Balzac, E. Grandet, 1834, p. 236).La faiblesse humaine me faisait aussi un plaisir de reparaître connu et puissant là où j'avais été ignoré et faible (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 89).
b) DR. Reparaître en justice. Comparaître de nouveau. [Un condamné] rentrera dans la plénitude de ses droits civils, pour l'avenir, et à compter du jour où il aura reparu en justice (Code civil, 1804, art. 31, p. 8).
B. − Au fig. Ressurgir, renaître après une éclipse, se manifester de nouveau.
1. [Le suj. désigne une chose]
[Une idée, une manifestation de la pensée] Un concept, un mythe, une doctrine reparaît; une erreur reparaît; un mot reparaît. La centralisation, l'unité étaient contraires à la nature primitive de cette société; l'esprit de localité, de municipalité reparaissait surtout (Guizot, Hist. civilis., leçon 2, 1828, p. 19).Les croyances innées à nos ancêtres subsistent au plus profond de nous-mêmes; elles reparaissent, dès qu'elles ne sont plus refoulées par des forces antagonistes (Bergson, Deux sources, 1932, p. 331).
Reparaître + attribut.Un jeune homme et une jeune femme qui s'aiment (...); sous combien de figures diverses a reparu ce même couple, de Shakespeare à Dickens et de madame de la Fayette à George Sand! (Taine, Philos. art, t. 2, 1865, p. 226).
[Un fait, un état de choses] Les occasions manquées en ce genre ne reparaissent plus (Balzac, Corresp., 1831, p. 548).Qu'une certaine période de temps s'écoule et l'on voit reparaître (...) des relations d'amitié renouées entre les mêmes personnes qu'autrefois, après de longues années d'interruption (Proust, Fugit., 1922, p. 676).Dans le domaine soc., pol., écon.Le progrès économique, la prospérité, la liberté de la presse reparaît. La restauration peut ne reparaître jamais, ou ne durer qu'un moment, si la légitimité cherche sa force là où elle n'est plus (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 316).Ainsi, à sept ans de Fachoda, la péril de guerre reparaissait, cette fois du côté de l'Allemagne (Bainville, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 250).
2. [Le suj. désigne une période hist.]
a) Sembler se répéter (par certaines analogies). Mauhors entier voudra voir ces travaux grandioses et mémorables. Au temps des Romains et des Grecs, nos antiques modèles, il ne s'est accompli rien de plus chic ni de plus beau. Les grands jours de l'Iliade et de l'Éneïde ont reparu (Cladel, Ompdrailles, 1879, p. 161).
b) Être redécouvert, revivre (par ses œuvres, ses vestiges). Le moyen âge et le siècle brillant des Médicis reparaissent à nos yeux par leurs œuvres, et cette étude du passé dans les objets présens à nos regards nous fait pénétrer le génie des temps (Staël, Corinne, t. 1, 1807, p. 239):
Le problème qui se pose, c'est précisément de savoir ce qui assure la transcendance partielle des cultures mortes (...). L'Égypte a reparu pour nous; elle avait disparu pendant plus de quinze cents ans. Malraux, Conquér., 1949, postface, p. 170.
3. [Le suj. désigne un état moral, un trait de caractère, un sentiment] La brutalité, la colère, la gaieté, la pétulance, le vrai caractère reparaît. À son réveil, le lendemain matin, sa résolution de partir reparut, inébranlable (Zola, Débâcle, 1892, p. 485).C'était bien sa vraie nature qui reparaissait alors, son enjouement, sa grâce, son esprit, tout ce qu'elle avait cru effacé en elle (Chardonne, Épithal., 1921, p. 430).V. inaptitude A 1 ex. de Zola.
[Le suj. désigne un type de caractère] Ses victoires le créaient prince; il a fallu son amour de l'étiquette, son besoin de flatterie, les titres, les décorations et les chambellans, pour faire reparaître en lui le parvenu (Staël, Consid. Révol. fr., t. 2, 1817, p. 79).Sans les romans qu'elle avait lus, et qui, par moments, faisaient bizarrement reparaître la mijaurée sous l'ogresse, jamais l'idée ne fût venue à personne de dire d'elle: c'est une femme (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 456).
Reparaître + attribut.Hitler (...) jetait toute la classe ouvrière du côté de la résistance. La nation voyait les travailleurs reparaître en patriotes en même temps qu'en insurgés (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p. 94).
En partic. Se manifester chez une autre personne; sembler revivre en quelqu'un. Les Keller ne sont que des pygmées auprès du baron de Nucingen. C'est Law reparaissant en Nucingen (Balzac, C. Birotteau, 1837, p. 285).Les défauts de Robert ne reparaissent chez Gustave que comme remaniés (Gide, École femmes, 1929, p. 1285).
Rem. Avec reparaître, l'auxil. être est beaucoup moins empl. que l'auxil. avoir.
II. − Rare. [Corresp. à apparaître II; suivi d'un attribut] Sembler de nouveau. Le christianisme dès lors me reparaissait vrai invinciblement (Sainte-Beuve, Volupté, t. 2, 1834, p. 175).Tous ses traits se tendirent! Presque aussitôt, elle se maîtrisa. Elle reparut une petite sœur attristée d'être en butte à de vilains soupçons (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 441).
Prononc. et Orth.: [ʀ əpaʀ εtʀ ̭], (il) reparaît [-ʀ ε]. Ac. 1798: -roître; dep. 1835: -raître. Étymol. et Hist. 1. 1611 « se montrer de nouveau à la vue » (Cotgr.); 2. 1690 d'une pers. « paraître de nouveau devant quelqu'un; revenir dans un lieu » (Fur.); 3. 1756 fig. « se manifester de nouveau » (Voltaire, Mœurs, 31 ds Littré). Dér. de paraître*; préf. re-*; cf. l'a. fr. reparoir « apparaître » (ca 1140, Geffrei Gaimar, Histoire des Anglais, éd. A. Bell, 2460), « apparaître de nouveau » (ca 1225, Florence de Rome, 4557 ds T.-L.), dér. de paroir (v. paraître). Fréq. abs. littér.: 2 706. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 955, b) 4 905; xxes.: a) 4 324, b) 2 900.

Reparaissant : définition du Wiktionnaire

Forme de verbe

reparaissant \ʁə.pa.ʁɛ.sɑ̃\

  1. Participe présent du verbe reparaître.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Reparaissant : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REPARAÎTRE. v. intr.
Paraître de nouveau. Après une longue absence, on le vit tout à coup reparaître, reparaître avec un nouvel éclat. Reparaître dans le monde. Le soleil reparaît sur l'horizon. Une tache qui reparaît. Le calme reparaît.

Phonétique du mot « reparaissant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
reparaissant rœparɛsɑ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « reparaissant »

  • Une jeunesse… est particulièrement beau par sa manière de pister la figure d’Ulrike Meinhof qui semble appartenir à tous les mondes dépeints par le film, révélée dans le calme dialectique des débats télévisés, reparaissant à peine plus tard dans le chaos des guerillas. Son indéfectible moue écœurée dit bien à quel point l’engagement de ces jeunesses rouges tient de la nausée, du dégoût de vivre à l’intérieur du système qu’on s’obstine à combattre, et l’issue tragique de la bande, malgré son caractère inacceptable, prend avec elle une connotation étrangement libératrice : enfin, quitter l’enfer. Les Inrockuptibles, Une jeunesse allemande
  • Xavier Bonnet: Le tapissier, personnage reparaissant de La Comédie humaine. , Balzac, architecte d'intérieurs (L'Année balzacienne)
  • Au premier plan passe un chat, l’animal emblématique de Colette, et c’est le seul cliché d’un film qui s’attache à dépoussiérer l’image de l’écrivaine. L’animal ne reparaissant plus, on peut se concentrer sur la destinée de la plus fameuse femme de lettres française. Née en 1873 à Saint-Sauveur-en-Puisaye, Sidonie Gabrielle Colette a 20 ans quand elle épouse Henry Gauthier-Villars, dit Willy, de quatorze ans son aîné. Journaliste, chroniqueur musical, échotier et romancier aussi prolixe que célèbre, ce dandy flambeur et libertin dirige une petite entreprise de production littéraire employant de nombreux auteurs anonymes (Tristan Bernard ou Debussy ont fait partie de son écurie). Le Temps, Colette, femme de lettres, femme libérée - Le Temps

Traductions du mot « reparaissant »

Langue Traduction
Corse ritruvà
Basque reappearing
Japonais 再出現
Russe появляясь
Portugais reaparecendo
Arabe يعاود الظهور
Chinois 重新出现
Allemand wieder auftauchen
Italien riapparire
Espagnol reapareciendo
Anglais reappearing
Source : Google Translate API

Antonymes de « reparaissant »



mots du mois

Mots similaires