Remercier : définition de remercier


Remercier : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

REMERCIER, verbe trans.

A. −
1. Dire merci à quelqu'un, lui exprimer de la gratitude. Remercier qqn à deux genoux, de tout cœur, mille fois; remercier qqn au nom de qqn; je vous remercie infiniment, par avance; remerciez-le de ma part; comment vous remercier? − Tenez, la mère. Voilà pour vous et pour les enfants. − Mon bon monsieur, je vous remercie. Que le ciel vous bénisse! − Ne me remerciez pas, vous devez cet argent au pauvre père Benassis (Balzac, Méd. camp., 1833, p. 271):
1. Le lendemain, nos mères se rencontrèrent. « Remercie Madame de Beauvoir », dit Madame Mabille de sa voix affable, « toute la peine a été pour elle ». Elle essayait de faire entrer mon acte dans le circuit des politesses adultes. Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p. 121.
En partic.
[Avec un compl. prép. introd. par de, de + prop. inf./ compl., pour, et précisant la cause] Remercier qqn de sa complaisance, de sa franchise; remercier qqn de l'envoi (d'un colis,...); remercier qqn pour son accueil. Crois-en mon expérience et mon amitié, tu me remercieras plus tard de ce que je fais aujourd'hui (Karr, Sous tilleuls, 1832, p. 47).Je remercie le ciel de m'avoir fait naître dans le meilleur rang et belle (Barrès, Cahiers, t. 14, 1923, p. 247).
[Avec un compl. prép. introd. par de, par, avec, et précisant la manière] Remercier qqn avec un baiser, de la main. Elle écrivit encore deux ou trois lignes, pour me demander ma parole d'honneur de ne jamais conter cette aventure à qui que ce fût. Je le promis, elle me remercia par un signe de tête (Genlis, Chev. cygne, t. 3, 1795, p. 53):
2. − Monsieur Mazerelles, rendez-moi un service... Nous avons amené notre cousine Herzeaux, et elle ne connaît personne... Je suis sûre qu'elle n'a pas quitté sa chaise... Par charité... André la remercie du regard: il est ravi de pouvoir lui faire ce plaisir. Martin du G., Devenir, 1909, p. 157.
Je te/vous remercie. [Formule de politesse, pour répondre à qqn qui prend des nouvelles, s'enquiert de la santé de qqn] Balbutiant, au hasard, les premières paroles venues: − « Comment se porte Arnoux? » dit Frédéric. « Je vous remercie! » − « Et vos enfants? » − « Ils vont très bien! » (Flaub., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 75).Et l'oncle Prosper? Il va mieux, je vous remercie, mais il a été bien malade (Romains, Copains, 1913, p. 83).
[Pour exprimer poliment un refus] Un buveur était à table, et au dessert on lui offrit du raisin. « Je vous remercie, dit-il en repoussant l'assiette; je n'ai pas coutume de prendre mon vin en pilules. » (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 369):
3. hoederer: (...) Pourquoi n'accrochez-vous pas de gravures aux murs? Ça ferait moins nu. Il y en a au grenier. Slick vous les descendra. (...) jessica: Je vous remercie. Je ne tiens pas aux gravures. Sartre, Mains sales, 1948, 5etabl., 3, p. 197.
P. iron. [Pour marquer du mécontentement, du dédain] Je vous remercie, je n'ai que faire de vos conseils. Un Homme d'État: Dites-lui que nous lui trouverons un poste convenable, où nous le pousserons. − Une sous-préfecture? George: Oh! Je vous remercie (Ponsard, Honn. et arg., 1853, i, 1, p. 4).Dorothy: Non!... Vous êtes aussi horriblement... How do you say that... Horriblement grue! Jimmy: Charmant! Dorothy: Est-ce que c'est le mot correct pour dire ça: grue? Jimmy: Oui, oui, je vous remercie! (Bourdet, Sexe faible, 1931, iii, p. 427).
2. Vieilli
a) Remercier qqc.Se féliciter de quelque chose. Synon. bénir.Hélas, pauvre Lucciana, remercie l'entêtement de ton père. Il t'épargne d'être certaine que Silvio refuse de t'épouser (Salacrou, Terre ronde, 1938, i, 4, p. 162).
b) Empl. pronom. Se remercier de + subst./ prop. inf.S'estimer heureux de quelque chose, se savoir gré. Je me remercie moi-même de n'avoir pas désespéré dans les jours du courage. Je me remercie de n'avoir pas renoncé à mes passions (Montherl., Pte Inf. Castille, 1929, p. 638).Je vais bâtir une maison, (...) je vais la faire en bois (...). − C'est une bonne idée. Mais, fais donc un premier mur solidement en pierre jusque vers les deux mètres au-dessus du sol. Tu t'en remercieras (Giono, Batailles ds mont., 1937, p. 351).
B. − P. antiphr. Répondre par l'ingratitude à quelqu'un qui attend de la reconnaissance. Sa femme le soignait. Il l'en remerciait par des injures (Reider, MlleVallantin, 1862, p. 30).C'est vrai aussi! Pour une fois que les frisous n'étaient pas trop vaches, comment qu'on les remercie? En leur chiant dans la main. Ils vont se foutre en rogne et ils n'auront pas tort (Sartre, Mort ds âme, 1949, p. 273).
C. − P. euphém. Mettre fin poliment aux services de quelqu'un, aux relations qu'on a avec quelqu'un. Remercier un employé. Du Tillet (...) apprit qu'elle menaçait de remercier son amant s'il lui rognait son luxe (Balzac, C. Birotteau, 1837, p. 81).Rentré fort las d'une longue répétition de L'Ombre au théâtre. (...) Il a fallu remercier une actrice (la cruauté de ce mot: remercier!) (Green, Journal, 1956, p. 202).
REM.
Remercieur, subst. masc.,hapax. Celui qui remercie (supra A 1). Henri: C'est le rêve. Merci, monsieur Vernet. Monsieur Vernet: Ne me remerciez donc pas comme ça! Quel remercieur vous faites! (Renard, Vernet, 1904, I, 6, p. 208).
Prononc. et Orth.: [ʀ əmε ʀsje], (il) remercie [-si]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1remoit. xiiies. trans. « rendre grâce, exprimer sa gratitude à » (Guillaume de Palerne, 9463 ds T.-L.); 2. 1648-79 se remercier « se féliciter (de) » (Cardinal de Retz, Mém., Œuvres, éd. A. Feillet, t. 2, p. 6); 3. 1668 p. antiphr. « mal récompenser, maltraiter » (Racine, Les Plaideurs, II, 3); 4. 1687 « congédier » (Bossuet, Oraisons funèbres, Prince de Condé, éd. J. Truchet, p. 402); 5. 1690 (Fur.: Remercier, signifie aussi, Refuser honnêtement quelque chose). Dér. de l'a. fr. mercier « exprimer sa gratitude, remercier » (ca 1100, Roland, éd. J. Bédier, 519), dér. de merci*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 4 972. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7 140, b) 12 065; xxes.: a) 6 516, b) 4 666. Bbg. Anscombre (J.-Cl.). Délocutivité benvenistienne... Lang. fr. 1979, n o42, pp. 75-77. − Cornulier (B. de). La Not. de dérivation délocutive. R. Ling. rom. 1976, t. 40, p. 119, 130; In: Congrès Internat. de Ling. et Philol. Rom. 14. 1974. Naples. Napoli; Amsterdam, 1977, t. 4, p. 10. − Lyne (A. A.). A Lexicometric approach to the description of a language variety... Thèse, Sheffield, 1981, pp. 333-334. − Quem. DDL t. 7 (s.v. remercieur).

Remercier : définition du Wiktionnaire

Verbe

remercier \ʁə.mɛʁ.sje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre grâce, exprimer la gratitude.
    • Lorsqu'au bout de quelques semaines Elhamy la remercia, avec une cordialité souriante, du bien qu'elle avait fait à son fils, une émotion sourde étreignit sa gorge. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
    • J'allai prendre congé des Danois et les remercier de ce qu'ils avaient fait pour nous être utiles et agréables. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Soyez radin. La prodigalité attire de nombreux amis sur le court terme mais, plus tard, personne ne vous en remerciera jamais. — (Tim Philipps, Machiavel - leçons de réalisme pour devenir un fin stratège, 2009, page 133)
    • Après que vous avez aidé le kebabier à tout laver, il vous remercie.
      – Eh bien, merci du coup de main.
      — (Kemar, Le livre dont vous êtes le zéro, éd. Michel Lafon, 2016)
    • Il ne m’en a pas seulement remercié.
    • Il m’a rendu un service essentiel, je ne puis assez l’en remercier.
    • (Familier) Il peut bien remercier Dieu que je ne me sois pas trouvé là, C’est une chance pour lui que je ne me sois pas trouvé là.
    • (Familier) et (Ironique) Je vous remercie de vos conseils se dit parfois pour marquer qu’on n’est pas disposé à les suivre.
  2. Se dit, par civilité, pour marquer le refus qu’on fait d’accepter quelque chose.
    • Voulez-vous de cette liqueur ? - Je vous remercie.
  3. (Par euphémisme) Congédier, renvoyer quelqu’un.
    • Il avait une place avantageuse, mais il vient d’être remercié.
    • Ce marchand a remercié la moitié de ses employés.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Remercier : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REMERCIER. v. tr.
Rendre grâce, dire merci. Remercier Dieu de ses bienfaits. Je vous remercie de la bonté que vous avez eue. Je vous remercie de l'honneur que vous me faites. Ce n'est pas moi qu'il faut remercier, c'est lui. Il ne m'en a pas seulement remercié. Il m'a rendu un service essentiel, je ne puis assez l'en remercier. Fam., Il peut bien remercier Dieu que je ne me sois pas trouvé là, C'est une chance pour lui que je ne me sois pas trouvé là. Fam. et ironiquement, Je vous remercie de vos conseils se dit pour marquer qu'on n'est pas disposé à les suivre.

REMERCIER se dit, par civilité, pour marquer le refus qu'on fait d'accepter quelque chose. Voulez-vous de cette liqueur? Je vous remercie. Il signifie aussi Congédier, renvoyer quelqu'un poliment. Il avait une place avantageuse, mais il vient d'être remercié. Ce marchand a remercié la moitié de ses employés.

Remercier : définition du Littré (1872-1877)

REMERCIER (re-mèr-si-é), je remerciais, nous remerciions, vous remerciiez ; que je remercie, que nous remerciions, que vous remerciiez v. a.
  • 1Rendre grâce. De quoi remercier qui ne me donne rien ? Corneille, Poly. III, 3. On ne remercie point d'être passionnément aimée ; votre cœur vous apprendra d'autres sortes de reconnaissances, Sévigné, 344. Ô mort… tu me sépareras de ce corps mortel ; ô mort, je t'en remercie, j'ai travaillé toute ma vie à m'en détacher, Bossuet, Bourgoing. Venez remercier un père qui vous aime, Racine, Iphig. IV, 4. Si un chef n'a eu que le bonheur de faire égorger deux ou trois mille hommes, il n'en remercie pas Dieu, Voltaire, Dict. phil. Guerre. Ce courtisan [à Rome] à qui l'on demandait comment il était parvenu à une si longue vieillesse, et qui répondit : En recevant des outrages, et en en remerciant, Diderot, Cl. et Nér. II, 48.

    Familièrement. Il peut bien remercier Dieu que son maître n'ait pas été là, il est heureux pour lui que son maître n'y ait pas été.

    Fig. Remercier une chose, attribuer à une chose quelque effet. Il peut remercier l'avantage qu'il a de vous appartenir, Molière, G. Dand, I, 5.

    Familièrement. Un je vous remercie, un remerciement. Afin qu'en ta vieillesse un livre en maroquin Aille offrir ton travail à quelque heureux faquin Qui, pour digne loyer de la Bible éclaircie, Te paye en l'acceptant d'un je vous remercie, Boileau, Sat. VIII.

    Familièrement. En vous remerciant, c'est-à-dire je vous remercie. Monsieur le commissaire, en vous remerciant ; Vous et vos grippechairs vous pouvez disparaître, Boursault, Mots à la mode, sc. 15.

    Ironiquement. Il se dit pour se venger de quelque insulte. Oui, je suis donc un sot, un voleur, à son compte ! Un sergent s'est chargé de la remercier, Racine, Plaid. II, 3.

  • 2Refuser honnêtement. Il nous a remerciés de nos offres de service. Si le roi m'en disait autant, je le remercierais de son amitié, Voltaire, Comment. sur Corn. Cinna, V, 1.

    Ironiquement. Je vous remercie de vos conseils, se dit pour exprimer qu'on n'est pas disposé à les suivre.

    On dit aussi, à propos d'un mauvais service, d'une chose désagréable : Je vous remercie de vos confitures.

  • 3 Fig. Congédier, destituer honnêtement. On a remercié deux surnuméraires. En remerciant ses médecins : Voilà, dit-il, maintenant mes vrais médecins, et il montrait les ecclésiastiques dont il écoutait les avis, Bossuet, Louis de Bourbon. M. de Beauvillier me parla de Torcy comme d'un homme qu'il était absolument nécessaire de remercier, Saint-Simon, 305, 228. Et moi, serai-je donc seule disgraciée ? Sans espoir de retour suis-je remerciée ? Fagan, Rendez-vous, sc. 16.
  • 4Se remercier, v. réfl. Se féliciter. Monsieur se remercia beaucoup de ce qu'il n'avait pas suivi le conseil que je lui avais donné, Retz, III, 314. Attribuer le bon succès à sa propre force, se remercier soi-même de ses bonnes œuvres, Bossuet, 2e sermon, Pâques, 2. Sous ce prétexte [dire qu'elle s'occupe de Dieu], au fond elle [l'âme] s'occupe d'elle-même, et elle cherche à se glorifier de faire bien ; ce qui est se remercier soi-même et non pas Dieu, Bossuet, Ét. d'orais. V, 10. Vous [Mlle Clairon] exercez un magique pouvoir, Qui fait aimer ce qu'on ne saurait lire : On bat des mains, et l'auteur ébaudi Se remercie et pense être applaudi, Voltaire, Ép. LXXXII.
  • 5Se congédier réciproquement. Pour moi, je n'ai jamais vu Dorante ; il était absent quand j'étais chez son père ; mais, sur tout le bien qu'on m'en a dit, je ne saurais craindre que vous vous remerciiez ni l'un ni l'autre, Marivaux, Jeux de l'am. et du has. I, 2.

HISTORIQUE

XVe s. Et remercia les chefs des seigneurs moult courtoisement, quand si appareillement ils l'estoient venus servir, Froissart, I, I, 94.

XVIe s. Ilz le convoyerent tous jusques en sa maison ; Lycurgus, en les remerciant, les renvoya, Amyot, Lyc. 16. Nous te remercions, nostre pere celeste, Du repas qu'avons pris, aussi de tout le reste, Marot, IV, 344. Le voleur… le remercie [Dieu] de l'aysance qu'il a trouvé à desgosiller un passant, Montaigne, I, 402.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Remercier : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

REMERCIER, v. act. (Gram.) c’est rendre grace d’un bienfait. Allez remercier le roi de la pension qu’il vous a accordée.

C’est congédier quelqu’un dont on est mécontent, ou dont on n’a plus besoin. Il faisoit la fonction de secrétaire, & on l’a remercié.

C’est refuser honnêtement. Il sollicitoit cette fille en mariage, mais on l’a remercié.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « remercier »

Étymologie de remercier - Wiktionnaire

De l’ancien français mercier (« exprimer la gratitude »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de remercier - Littré

Re…, et l'anc. verbe mercier (voy. MERCI) ; wallon, rimersi ; bourguig. remarcié ; provenç. remarciar. Mercier a été en usage jusque dans le XVIe siècle ; remercier paraît n'avoir commencé que vers le XVe.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « remercier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
remercier rœmɛrsje play_arrow

Conjugaison du verbe « remercier »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe remercier

Citations contenant le mot « remercier »

  • Ce mardi 28 juillet, le procès médiatique de Johnny Depp contre The Sun se termine. Pour remercier ses fans pour leur soutien, le comédien a apporté des cadeaux. Closermag.fr, Johnny Depp : ses cadeaux à ses fans pour les remercier de leur soutien au tribunal - Closer
  • À Metz (Moselle), la mobilisation se poursuit pour remercier et soutenir les personnels soignants. Tout au long de l’été, une société de nautique a décidé de leur offrir des balades en bateau sur la Moselle. Franceinfo, Moselle : des balades en bateau pour remercier les soignants
  • Il voulait remercier le personnel médical pour son dévouement pendant l’épidémie. Le Phare Dunkerquois, Dunkerque : il offre un tatouage au personnel de santé pour les remercier
  • Quand on voit la vie telle que Dieu l'a faite, il n'y a plus qu'à le remercier d'avoir fait la mort. De Alexandre Dumas, fils / Denise
  • Nous n'aurons pas trop de notre vie entière pour remercier le Christ d'avoir remplacé la vengeance par la grâce, le pardon et l'amour. De Marcel Achard
  • Entre la femme qui l’a mis au monde et celle qui l’y garde, un romancier se devrait de remercier la terre entière. De Daniel Pennac / Le dictateur et le hamac
  • Dans la vie, les hommes sont tributaires les uns des autres. Il y a donc toujours quelqu'un à maudire ou à remercier. De Madeleine Ferron / Le Chemin des dames
  • Il faut remercier les hommes le moins possible parce que la reconnaissance qu'on leur témoigne les persuade aisément qu'ils en font trop ! De Benjamin Constant / Journal intime
  • Quand on voit ce que les pigeons ont fait sur ce banc, il faut remercier Dieu de n'avoir pas donné d'ailes aux vaches. De Régis Hauser / Les murs se marrent
  • Il semble prudent de remercier un auteur pour son livre avant de le lire. Cela évite d'avoir à mentir. De George Santayana
  • Il faut toujours remercier l’arbre à karité sous lequel on a ramassé de bons fruits pendant la bonne saison. De Ahmadou Kourouma / Allah n’est pas obligé
  • Dieu a créé l'homme. Et ensuite, pour le remercier, l'homme a créé Dieu. De Philippe Geluck / Entrechats
  • Le monde devrait remercier cette étonnante cohorte de gens qui font toujours preuve d’une insolente et illogique gentillesse. De Hélène Thomas
  • Le meilleur remède pour les rhumatismes, c’est de remercier Dieu de ne pas avoir de goutte. De Josh Billings
  • Comme tous les hommes, il était beaucoup plus éloquent pour demander que pour remercier. De Prosper Mérimée / La double méprise
  • Lorsque vous résolvez un problème, vous devriez remercier Dieu et passer au problème suivant. De Dean Rusk
  • La façon de remercier dépend de ce que l’on reçoit. De Pierre Dac
  • Beaucoup remercier signifie secrètement demander davantage. De Proverbe anglais

Images d'illustration du mot « remercier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « remercier »

Langue Traduction
Corse grazie
Basque eskerrak
Japonais 感謝
Russe спасибо
Portugais obrigado
Arabe شكرا
Chinois 谢谢
Allemand danken
Italien grazie
Espagnol gracias
Anglais thank
Source : Google Translate API

Synonymes de « remercier »

Source : synonymes de remercier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « remercier »



mots du mois

Mots similaires