Révoquer : définition de révoquer


Révoquer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÉVOQUER, verbe trans.

A. − [Le compl. d'obj. désigne un fonctionnaire civil ou militaire] Retirer à quelqu'un ses fonctions ou sa charge. Synon. casser, destituer, relever de ses fonctions (v. fonction I A 3 b α).Tous les fonctionnaires publics sont ses mandataires [du peuple français]: il peut les révoquer de la même manière qu'il les a choisis (Robesp.,Discours, Constit., t. 9, 1793, p. 509).Nommant et révoquant les commissaires, disposant du pouvoir réglementaire et pratiquement du pouvoir législatif, représentant la France libre au regard des nations alliées, le général de Gaulle exerce en fait une dictature (Vedel,Dr. constit., 1949, p. 269).
En partic. Retirer son emploi à un agent de la fonction publique au titre d'une sanction disciplinaire. On licencie un employé du secteur privé, on révoque un fonctionnaire (Favr.-Vettr.1981).V. blâme B 2 ex. de France.
B. − [Le compl. d'obj. désigne une chose]
1. Annuler. Synon. abroger, rapporter.Révoquer un décret, un édit, un ordre. Le duc ne faisait autre chose que faire révoquer les excommunications prononcées contre lui, ou les sentences de l'évêché contre maître Jean Petit (Barante,Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 194).Elle révoquait les termes de sa dernière lettre (A. France,Vie fleur, 1922, p. 453).
DR. Annuler un acte juridique au moyen de formalités déterminées. Révoquer un legs, une procuration, un testament. La donation entre-vifs ne pourra être révoquée pour cause d'ingratitude que dans les cas suivans (...) si le donataire a attenté à la vie du donateur (Code civil, 1804, art. 955, p. 173).[P. méton. du suj.] Il est déshérité. Un second testament révoque le premier (Picard,Marionn., t. 5, 1806, p. 333).Empl. pronom. passif. Si le testament (...) se révoquait, ces économies pouvaient du moins être sauvées en les faisant mettre au nom de mademoiselle Brazier (Balzac,Rabouill., 1842, p. 389).
2. Rare. Nier l'existence de quelque chose. Synon. contester, douter de.Le front de Bénédict (...) était toujours devant ses yeux comme le sceau d'un terrible serment dont elle ne pouvait révoquer la sincérité (Sand,Valentine, 1832, p. 227).La carrière infinie du temps nous est donnée pour faire autre chose, faire mieux, démentir, réparer, mais nous ne pouvons annuler ce temps en le révoquant (Jankél.,Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 211).
Révoquer en doute*.
Prononc. et Orth.: [ʀevɔke], (il) révoque [-vɔk]. Ac. 1694-1740: re-; dep. 1762: ré-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 revochier « faire revenir, rappeler » (Dialogue Grégoire, éd. W Foerster, p. 148, 17: lur anrmes de repons sont revochies a la char); ca 1355 revoquer (Bersuire, Tite Live, BN 20312 ter, f o114b ds Gdf.: Camillus fut révoqué de exil); 2. 1261 « annuler, déclarer nul » (Chartes et doc. poit. du XIIIes., éd. M. S. La Du, n o215, 50: que tout fust revoqué e aneenté); 3. 1404-06 « destituer (quelqu'un) » (E. Deschamps, Ballade, 1248, 9 ds Œuvres compl., éd. de Queux de Saint-Hilaire, t. 6, p. 261: Revoquez fu); 4. ca 1500 revoquer en doubte (A. de La Vigne, Voyage de Naples, éd. A. Slerca, 3383). Empr. au lat.revocare « rappeler, faire revenir; ramener à la vie; retirer, rétracter », dér. de vocare « appeler », préf. re- marquant ici le mouvement en arrière. Bbg. Diekamp (C.). Neue Daten zu date... Z. fr. Spr. Lit. 1974, t. 84, p. 344.

Révoquer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÉVOQUER, verbe trans.

A. − [Le compl. d'obj. désigne un fonctionnaire civil ou militaire] Retirer à quelqu'un ses fonctions ou sa charge. Synon. casser, destituer, relever de ses fonctions (v. fonction I A 3 b α).Tous les fonctionnaires publics sont ses mandataires [du peuple français]: il peut les révoquer de la même manière qu'il les a choisis (Robesp.,Discours, Constit., t. 9, 1793, p. 509).Nommant et révoquant les commissaires, disposant du pouvoir réglementaire et pratiquement du pouvoir législatif, représentant la France libre au regard des nations alliées, le général de Gaulle exerce en fait une dictature (Vedel,Dr. constit., 1949, p. 269).
En partic. Retirer son emploi à un agent de la fonction publique au titre d'une sanction disciplinaire. On licencie un employé du secteur privé, on révoque un fonctionnaire (Favr.-Vettr.1981).V. blâme B 2 ex. de France.
B. − [Le compl. d'obj. désigne une chose]
1. Annuler. Synon. abroger, rapporter.Révoquer un décret, un édit, un ordre. Le duc ne faisait autre chose que faire révoquer les excommunications prononcées contre lui, ou les sentences de l'évêché contre maître Jean Petit (Barante,Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 194).Elle révoquait les termes de sa dernière lettre (A. France,Vie fleur, 1922, p. 453).
DR. Annuler un acte juridique au moyen de formalités déterminées. Révoquer un legs, une procuration, un testament. La donation entre-vifs ne pourra être révoquée pour cause d'ingratitude que dans les cas suivans (...) si le donataire a attenté à la vie du donateur (Code civil, 1804, art. 955, p. 173).[P. méton. du suj.] Il est déshérité. Un second testament révoque le premier (Picard,Marionn., t. 5, 1806, p. 333).Empl. pronom. passif. Si le testament (...) se révoquait, ces économies pouvaient du moins être sauvées en les faisant mettre au nom de mademoiselle Brazier (Balzac,Rabouill., 1842, p. 389).
2. Rare. Nier l'existence de quelque chose. Synon. contester, douter de.Le front de Bénédict (...) était toujours devant ses yeux comme le sceau d'un terrible serment dont elle ne pouvait révoquer la sincérité (Sand,Valentine, 1832, p. 227).La carrière infinie du temps nous est donnée pour faire autre chose, faire mieux, démentir, réparer, mais nous ne pouvons annuler ce temps en le révoquant (Jankél.,Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 211).
Révoquer en doute*.
Prononc. et Orth.: [ʀevɔke], (il) révoque [-vɔk]. Ac. 1694-1740: re-; dep. 1762: ré-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 revochier « faire revenir, rappeler » (Dialogue Grégoire, éd. W Foerster, p. 148, 17: lur anrmes de repons sont revochies a la char); ca 1355 revoquer (Bersuire, Tite Live, BN 20312 ter, f o114b ds Gdf.: Camillus fut révoqué de exil); 2. 1261 « annuler, déclarer nul » (Chartes et doc. poit. du XIIIes., éd. M. S. La Du, n o215, 50: que tout fust revoqué e aneenté); 3. 1404-06 « destituer (quelqu'un) » (E. Deschamps, Ballade, 1248, 9 ds Œuvres compl., éd. de Queux de Saint-Hilaire, t. 6, p. 261: Revoquez fu); 4. ca 1500 revoquer en doubte (A. de La Vigne, Voyage de Naples, éd. A. Slerca, 3383). Empr. au lat.revocare « rappeler, faire revenir; ramener à la vie; retirer, rétracter », dér. de vocare « appeler », préf. re- marquant ici le mouvement en arrière. Bbg. Diekamp (C.). Neue Daten zu date... Z. fr. Spr. Lit. 1974, t. 84, p. 344.

Révoquer : définition du Wiktionnaire

Verbe

révoquer \ʁe.vɔ.ke\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Destituer ; ôter à quelqu’un, pour des raisons de mécontentement, les fonctions, le pouvoir, l’emploi amovible qu’on lui avait donné.
    • Révoquer un préfet.
    • Révoquer un fonctionnaire.
    • Révoquer un instituteur.
    • Révoquer son avoué.
  2. (En parlant des choses) Annuler, déclarer de nulle valeur à l’avenir.
    • C'est les Jésuites qui ont fait assassiner Henri IV ; c'est encore eux qui ont fait révoquer l’Édit de Nantes, à la suite de quoi tous les protestants ont été obligés de quitter la France; […]. — (Émile Thirion, La Politique au village, p. 120, Fischbacher, 1896)
    • […] ssh-keygen autorise la création de listes de révocation de clefs depuis une version encodée en base64 de l’empreinte SHA-256 desdites clefs ; en gros, l’idée est de pouvoir révoquer facilement une clef depuis l’information présente dans les journaux d’authentification de sshd. — (Linuxfr, OpenSSH 7.9, 25 octobre 2018 → lire en ligne)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Révoquer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉVOQUER. v. tr.
Destituer; ôter à quelqu'un, pour des raisons de mécontentement, les fonctions, le pouvoir, l'emploi amovible qu'on lui avait donné. Révoquer un préfet. Révoquer un fonctionnaire. Révoquer un instituteur. Révoquer son avoué. Il se dit aussi en parlant des Choses et signifie Annuler, déclarer de nulle valeur à l'avenir. Révoquer un ordre, un pouvoir, une donation. Révoquer en doute, Mettre en doute.

Révoquer : définition du Littré (1872-1877)

RÉVOQUER (ré-vo-ké), je révoquais, nous révoquions, vous révoquiez ; que je révoque, que nous révoquions, que vous révoquiez v. a.
  • 1Rappeler, destituer d'une fonction. Révoquer un préfet.
  • 2En parlant des choses, annuler, déclarer nul. De grâce, révoquez une si dure loi, Corneille, Cid, V, 7. J'ai ouï dire… qu'il [le cardinal de Richelieu] fut très fâché de cette élection [de Porchières-Laugier, qu'il haïssait] ; qu'on lui offrit de la révoquer, et qu'il eut cette modération de se contenter d'un règlement pour l'avenir, Pellisson, Hist. Acad. v. Il [le roi d'Angleterre] révoque les lettres circulaires qu'il avait déjà envoyées pour assembler son parlement au mois de novembre, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 379. Vous aurez vu sans doute l'édit par lequel le roi révoque celui de Nantes ; rien n'est si beau que tout ce qu'il contient, et jamais aucun roi n'a fait et ne fera rien de plus mémorable, Sévigné, à Bussy, 28 oct. 1685. Et forcez votre père à révoquer ses vœux, Racine, Phèdre, V, 1. Il arriva que la cour voulut révoquer les dons qui avaient été faits ; cela mit un mécontentement général dans la nation, Montesquieu, Esp. XXXI, 1. S'il était question de révoquer aujourd'hui l'édit de Nantes, personne n'oserait proposer une injustice si funeste, Voltaire, Pol. et lég. Paix perp. 3. L'indignation qu'il [Louis XIV] conserva toujours dans son cœur contre les excès auxquels le parlement s'était porté dans sa minorité, le détermina même à venir dans la grand' chambre pour y révoquer les priviléges de noblesse accordés aux cours supérieures par la reine sa mère, Voltaire, Hist. parl. LVIII. Ne soyez point prodigue en refus [à l'égard des enfants], mais ne les révoquez jamais, Rousseau, Ém. II.

    On ne peut révoquer le passé, on ne peut faire qu'une chose qui a été faite ne l'ait point été. Je lui dis qu'on ne pouvait révoquer le passé, qu'il y avait aussi des choses que je voudrais n'avoir jamais été faites, Villemain, Littér. franç. 18e siècle, 1re leçon.

  • 3Révoquer en doute, contester, mettre en doute. Vouloir révoquer en doute le rapport des sens, Pascal, Prov. XVIII. C'est bien en dire assez… de révoquer en doute s'il y a eu des oracles où les démons aient eu part, Fontenelle, Oracl. Préf.
  • 4Se révoquer, v. réfl. Être révoqué. Mais, puisque le passé ne peut se révoquer…, Corneille, Pomp. IV, 2.

HISTORIQUE

XIVe s. Camillus fut revoqué de exil du commandement du peuple, Bercheure, f° 114.

XVe s. Si revoqua ce pape toutes graces en devant faites, Froissart, II, II, 21. Mais en lieu de mon bailliaige Me fist l'en tresorier sauvaige Qui fors huit jours ne me dura, Revoquez fu ; avisez là Comment et à qui vous servez, Deschamps, Poésies mss. f° 339. Ung roy ne doit riens aliener de son demaine, et, s'il l'a fait, le doit revoquer, Bibl. des ch. 6e série, t. II, p. 141. Elle congneut que la pucelle au cercle d'or ne se revoqueroit [rétracterait] en nulle maniere, ainçoys soustiendroit la partie, Perceforest, t. VI, f° 84.

XVIe s. Ils revocquoyent en usage l'antique jeu des tales, Rabelais, Garg. I, 24. La ferveur de tes estudes requeroyt que de longtemps ne te revocasse de cestuy philosophicque repous, Rabelais, ib. I, 29. Et fut ordonné que les heraults revoqueroient les execrations qu'ilz avoient fulminées encontre luy [Alcibiade], Amyot, Alc. 68. On revoqua le superbe tiltre de Capitolinus qu'on avoit auparavant donné à M. Manlius, Montaigne, IV, 160. Mais quel besoin est-il de cercher de grandes preuves et confirmations de ceci, veu que nul ne le revoque en doute ? Lanoue, 110. Poltrot mené à Paris est tenaillé et tiré à quatre chevaux, ayant revoqué sa premiere deposition, D'Aubigné, Hist. I, 181.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RÉVOQUER. Ajoutez :
5Se révoquer, rétracter une résolution. La raison ne se révoque jamais, quand elle a fait un jugement, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.

HISTORIQUE

Ajoutez : XIIe s. Ge aesme [estime] cest miracle estre plus grant de toz altres miracles, ke li mort repairent à vie, et ke lur anrmes [âmes] de repons [d'un lieu caché] sont revochies à la char, li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 148.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « révoquer »

Étymologie de révoquer - Littré

Prov. et espagn. revocar ; port. revogar ; ital. rivocare ; du lat. revocare, de re, et vocare, appeler (voy. VOYELLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de révoquer - Wiktionnaire

Du latin revocare « rappeler ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « révoquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
révoquer revɔke play_arrow

Conjugaison du verbe « révoquer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe révoquer

Citations contenant le mot « révoquer »

  • J’ai appris très récemment qu’en 2016, il a choisi de ne pas révoquer une donation qu’il avait faite à son épouse prédécédée en 2016 alors qu’il en avait la possibilité de le faire  (donation entre époux réalisée avant 2005) Net-iris, non révocation donation et insolvabilité - Personne et Famille - Net-iris
  • En 2018, l'Autorité générale de la concurrence (GAC) en Arabie saoudite avait déclaré révoquer la licence du radiodiffuseur et lui imposer une amende de 10 millions de riyals, selon les médias locaux. Mardi, la GAC a déclaré qu'un tribunal administratif saoudien avait confirmé la décision. Le GAC a déclaré que beIN avait «abusé de sa position dominante par le biais de plusieurs pratiques monopolistiques» qui violent le droit de la concurrence du royaume. Le Figaro.fr, L'Arabie saoudite révoque définitivement la licence de la chaîne qatarie beIN
  • La justice israélienne a rejeté la demande d'Amnesty International de faire révoquer la licence d'exportation d'un logiciel d'espionnage de la firme NSO, qui a été utilisé selon l'ONG au Maroc pour espionner un journaliste, dans une décision rendue publique ce lundi 13 juillet. Le Figaro.fr, Israël: la justice rejette l'appel à révoquer la licence d'un logiciel d'espionnage
  • L'ivresse permet d'élaborer de nouvelles formes, de révoquer les mots usés de la tribu, bibelots abolis incapables de dire l'éternelle beauté du Monde. De Sébastien Lapaque et Jérôme Leroy

Traductions du mot « révoquer »

Langue Traduction
Corse revoca
Basque baliogabetu
Japonais 取り消す
Russe фальшренонс
Portugais revogar
Arabe سحب او إبطال
Chinois 撤消
Allemand widerrufen
Italien revocare
Espagnol revocar
Anglais revoke
Source : Google Translate API

Synonymes de « révoquer »

Source : synonymes de révoquer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « révoquer »


Mots similaires