La langue française

Prêcher

Sommaire

  • Définitions du mot prêcher
  • Étymologie de « prêcher »
  • Phonétique de « prêcher »
  • Citations contenant le mot « prêcher »
  • Images d'illustration du mot « prêcher »
  • Traductions du mot « prêcher »
  • Synonymes de « prêcher »
  • Antonymes de « prêcher »

Définitions du mot prêcher

Trésor de la Langue Française informatisé

PRÊCHER, verbe trans.

A. − Prêcher qqc.
1. Prêcher + subst.
a)
α) RELIG., en partic., RELIG. CHRÉT. Annoncer, publier, enseigner (la parole de Dieu). Prêcher la parole de Dieu; prêcher l'Évangile (aux gentils, aux pauvres d'esprit); prêcher le royaume, l'unité, la colère, le jugement de Dieu; prêcher l'espérance; prêcher l'immortalité de l'âme; prêcher la vérité; prêcher le monothéisme, le christianisme. Cette religion toute puissante, (...) prêchée dans son origine par douze pauvres pécheurs, s'est étendue sur tout l'univers (Cottin,Mathilde, t.5, 1805, p.211).La divinité du Fils n'a point été prêchée par le Fils (Amiel,Journal, 1866, p.86).Prêchant le baptême, la foi, l'union au Sauveur, (...) [Saint-Paul] n'a fait que développer l'enseignement de Jésus-Christ (Théol. cath.t.14, 11939, p.563).
Prêcher la Bonne Nouvelle. V. nouvelle1A spéc. ex. de Saint-Martin.
[P. méton.] Prêcher Dieu, Jésus, un sauveur. Nous croyons toujours que Dieu est semblable à nous-mêmes: les indulgents l'annoncent indulgent; les haineux le prêchent terrible (Joubert,Pensées, 1824, p.98).Les écrits mandéens (...) prêchent un Sauveur dont l'histoire est calquée sur celle du Christ (Philos., Relig., 1957, p.34-7):
1. Puisque des garçons de vingt ans, entre tous les royaumes du monde, choisissent la faim, la soif, la maladie, la mort, et ne découvrent la face du Dieu vivant que lorsqu'ils ont atteint le dénuement total, il importe peu que d'autres prêchent Dieu dans le confort de la réussite temporelle et dans une sécurité profonde. Mauriac,Journal 1, 1934, p.17.
Empl. pronom. réfl. [Jésus] ne prêchait pas ses opinions, il se prêchait lui-même (Renan,Vie Jésus, 1863, p.79).
Fam., vieilli. Ne faire que prêcher malheur, misère, famine. Ne parler que pour annoncer de mauvaises nouvelles (d'apr. Ac., Littré).
β) P. anal.
Répandre, faire connaître par la parole ou par la plume (une doctrine, une philosophie, des idées). Prêcher le communisme, la démocratie, le despotisme, le positivisme; prêcher la pensée occidentale; prêcher le bien, le mal. Renan (...) n'est que l'inventeur de la théorie de la vie à la douce, théorie déjà prêchée par Rabelais et dans une langue autrement succulente que la sienne! (Goncourt,Journal, 1894, p.625).Tous les sots du pays faisaient escorte à M. d'Estournelles de Constant, qui leur prêchait l'évangile du pacifisme (Maurras,Kiel et Tanger, 1914, p.167).Je me souviens, écrit Boris Voinarovski (...) qu'avant même d'entrer au lycée, je prêchais l'athéisme à un de mes amis d'enfance (Camus,Homme rév., 1951, p.209).V. adage ex.6.
[P. méton.] Je crus renaître en (...) lisant [Shakspeare]. D'abord il avait l'immense avantage de n'avoir pas été loué et prêché par mes parents comme Racine (Stendhal,Brulard, t.1, 1836, p.291).L'humanisme s'est donné pour mission exclusive d'éclairer et de perpétuer la primauté de l'homme sur l'individu. L'humanisme a prêché l'homme (Saint-Exup.,Pilote guerre, 1942, p.377).
Prôner, recommander (une attitude, un comportement, une action); exhorter, inciter à la pratique d'(une vertu). Je vous (...) prends à témoin, ruines fumantes de la Vendée, où les prêtres (...) prêchaient le meurtre et le carnage un crucifix à la main (Dupuis,Orig. cultes, 1796, p.457).Appliquer ici la morale de l'Évangile, c'était se condamner d'avance à la défaite. On ne va pas prêcher la douceur au tigre dans la jungle (Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p.469).V. décarêmer B ex. de Lefebvre, enrager B 1 ex. de Clemenceau, moralisateur ex. 1:
2. Pour m'inciter à la douceur, le jour brûlant s'adoucissait comme un regard se voile; pour me prêcher l'oubli des offenses, le ciel s'était fait suave comme un pardon. Sartre,Mouches, 1943, III, 2, p.100.
SYNT. Prêcher l'amour de Dieu, du prochain, de tous les hommes; prêcher la droiture, la raison, la sagesse; prêcher l'abstinence, l'ascétisme, la charité, la chasteté, le mépris des richesses, l'obéissance, la pauvreté, la pénitence, le renoncement (aux biens de la terre), la tempérance; prêcher l'action, la confiance, le désintéressement, la mesure, la modération, la patience, la résignation, la soumission (aux lois); prêcher la conciliation, la concorde, l'entente, l'union (entre les peuples); prêcher l'égalité, la fraternité, la paix, la tolérance; prêcher l'honneur, la morale; prêcher la grève, la révolution; prêcher la guerre, la haine, l'insurrection, la révolte, le scandale.
Prêcher raison à qqn. S'efforcer de lui faire entendre raison:
3. ... quand il vient voir le Général, il s'acharne à lui prêcher raison... −Écoutez, Général, (...) Vous savez bien qu'il y a trop d'intérêts en jeu et que tout le monde intrigue contre vous à Washington. Croyez-moi, passez la main. Cendrars,Or, 1925, p.243.
Au passif, vieilli [Avec adv. d'intensité]. Jamais la tolérance en fait de religion, la douceur dans le commandement, l'humanité et même la bienveillance n'avaient été plus prêchées et, il semblait, mieux admises qu'au XVIIIesiècle (Tocqueville,Anc. Rég. et Révol., 1856, p.315):
4. Le mépris des puissances étrangères est systématique chez le gouvernement suisse et il a été si affiché et si prêché que le paysan (...) fait très peu de cas des forces de ses voisins. Gobineau,Corresp.[avec Tocqueville], 1850, p.155.
[P. méton. du compl. d'obj.] Prêcher un langage. Tenir un certain discours. Jamais, je crois, je n'aurai prêché un langage plus élevé et dit des vérités plus nobles sous tous les rapports (Chateaubr.,Corresp., t.2, 1816, p.387).
[P. méton. du suj. ou du compl. d'agent] La vertu si touchante prêchée par les phrases si belles du Génie du Christianisme se réduit donc à ne pas manger de truffes de peur des crampes d'estomac (Stendhal,Amour, 1822, p.220):
5. Schopenhauer confond dans une même estime le brahmanisme, le bouddhisme, et ce qu'il considère comme le seul enseignement, et comme l'enseignement authentique, du christianisme. Ces trois doctrines prêchent l'abnégation et l'anéantissement. Théol. cath.t.4, 11920, p.1274.
b)
α) Rare. Prêcher un sermon, une oraison. Prononcer un sermon, une oraison. Frère Pierre Floure, inquisiteur de la foi au diocèse de Rheims, prêcha un fort beau sermon: il exhorta le Duc à ne point poursuivre la vengeance pour la mort de son père (Barante,Hist. ducs Bourg., t.4, 1821-24, p.279).
P. métaph. Le plus adroit de tous les sermons nous est chaque matin prêché par notre miroir (Green,Journal, 1949, p.270).
β) [P. méton.]
Rare. Prêcher un texte. L'utiliser, en faire le sujet de son sermon. Bonaparte (...) a fait prêcher ce texte [de saint Paul: Respectez les puissances de la terre, car tout pouvoir vient de Dieu] à tout le clergé de France (Staël,Consid. Révol. fr., t.2, 1817, p.163).
Usuel. Prêcher l'avent, le carême, une retraite. Faire une série de sermons dans une même église lors d'une période ou dans une circonstance particulière de l'année religieuse. J'avais prêché le carême à Saint-Sulpice (Dupanloup,Journal, 1876, p.81).Il y avait eu deux retraites pour les hommes, prêchées à la cathédrale à quelques mois de distance, et Grand'mère avait persuadé à Grand-père qu'il ne pouvait pas se dispenser d'y aller (Gyp,Souv. pte fille, 1927, p.197).V. avent ex. 5.
Prêcher une mission (v. mission B 3). Pendant le Carême, des Rédemptoristes étaient venus à Fairières prêcher une mission qui fut pour moi l'occasion d'entendre de nouveau le mystérieux appel de «Dieu élevé» (Billy,Introïbo, 1939, p.22).
HIST. (Faire) prêcher la croisade, la guerre sainte. Inciter, par une série de sermons, les Chrétiens à partir délivrer les Lieux Saints des Infidèles. Il s'agit d'entreprendre une nouvelle croisade en Orient. Elle est ordonnée par le pape, qui la fait prêcher à partir de l'année 1261 (Faral,Vie temps st Louis, 1942, p.217).La vague d'enthousiasme des Croisades déferla sur le pays dans toute sa brutalité. Une Guerre Sainte était prêchée contre l'infidèle; en grand nombre chevaliers et aventuriers affluaient vers l'Espagne de tous les coins de l'Europe (C. Roth,Hist. du Peuple juif, Paris, éd. de la Terre retrouvée, 1948, p.216).
P. métaph. Toynbee prêchant, après Spengler, la guerre sainte contre les coupures arbitraires, le cloisonnement, l'esprit de monographie? Parfait. Nous ne serons jamais trop à mener cette croisade (L. Febvre,De Spengler à Toynbee, [1936] ds Combats, 1953, p.135).Catherine II (...) pensait avant tout à ses intérêts propres (...) prêchant toujours la croisade contre la Révolution, elle y envoyait les autres (Lefebvre,Révol. fr., 1963, p.462).
2. Prêcher que + ind.Enseigner que, répéter que. Calvin prêchait que la liberté doit être interdite aux méchants (Stendhal,Mém. touriste, t.2, 1838, p.283).J'avais beau te prêcher qu'une femme habile doit (...) encourager son mari à se créer des occupations, tu ne voulais rien entendre (Curel,Nouv. idole, 1899, i, 1, p.159).
3. Prêcher (qqn/à qqn) de + inf.Recommander avec insistance (à quelqu'un) de. Croyez-vous que j'avais raison quand je prêchais mon frère de ne pas se marier, surtout avec une femme pareille (Champfl.,Bourgeois Molinch., 1855, p.219).Vos amis, vos soutiens dans le Parlement, prêchaient de désarmer et d'oublier l'Alsace: vous les avez laissés dire (Maurras,Kiel et Tanger, 1914, p.154):
6. la soeur angélique: (...) Vous êtes instruite et capable, et je ne m'en plains pas; mais vous manquez de simplicité d'esprit, et vous parlez trop hardiment. la soeur françoise: Ne me rendez pas fine en me prêchant trop d'être simple. Montherl.,Port-Royal, 1954, p.989.
B. − Absolument
1. Répandre par des sermons la parole de Dieu; faire un (des) sermon(s). On prêchait. Le sermon commençait. Le prédicateur venait d'apparaître (Goncourt,MmeGervaisais, 1869, p.169).Les pouvoirs sacerdotaux sont (...) d'offrir à l'autel, de bénir, de présider, de prêcher et de baptiser (Billy,Introïbo, 1939, p.142).
Chaire à prêcher. La figure 692 offre des modèles de balustrades, de mains-courantes, pour escaliers de chaires à prêcher (Nosban,Manuel menuisier, t.2, 1857, p.230).
[Avec compl. prép.] Je me souviens encore d'avoir entendu, dans ma jeunesse, le père Bridayne prêcher à Saint-Roch: on se disputait les places (Jouy,Hermite, t.2, 1812, p.29).Le christianisme à peine né avoit pris racine dans la capitale du monde. Les apôtres avoient prêché à Rome vingt-cinq ans avant le règne de Néron (J. de Maistre,Soirées St-Pétersb., t.2, 1821, p.187).Les séculiers (...) [faisaient] interdire aux réguliers de prêcher sur le parvis pendant la célébration des offices (Faral,Vie temps st Louis, 1942, p.224).
Prêcher contre qqn/qqc.Prêcher contre les Infidèles; prêcher contre les opinions du temps. On défère aux supérieurs pour les punir (...) [les prêtres] qui prêchent contre le gouvernement (Thibaudeau, 1827ds Doc. hist. contemp., p.103).En 1517, Luther commença à prêcher contre les débordements et la simonie de la papauté (Du Camp,Hollande, 1859, p.239):
7. ... elle tenta (...) d'assister au service du pasteur anglican. Mais il prêcha contre les athées en la regardant avec une telle insistance que, malgré toute son ardeur conformiste, elle sentit que sa dignité d'épouse ne lui permettait pas d'y retourner. Maurois,Ariel, 1923, p.301.
Prêcher sur qqc.Une demi-douzaine de prédicateurs viennent tour à tour prêcher sur la prédestination, la pénitence, la damnation et autres sujets aussi agréables (Taine,Notes Paris, 1867, p.19).V. communion ex. 10.
2. Avec une connotation péj. Faire un discours moralisateur. La vie... commença M. Baslèvre. −Oh! Justin, tu vas prêcher!... Non! Pas de discours! Téléphone plutôt... car j'oubliais aussi d'ajouter que c'est assez pressé (Estaunié,Ascension M. Baslèvre, 1919, p.16).Je ne veux pas prêcher, Florentine. Mais je veux que tu saches qu'il n'y a pas que des joies dans le mariage. Y a gros de peines aussi (Roy,Bonheur occas., 1945, p.424):
8. Je ne puis souffrir (...) [l'] ironie [de Stevenson], si légère soit-elle, non plus que son inclination à prêcher. Cet Écossais a toujours un petit sermon dans sa poche et je crois que, malheureusement, l'ironie n'est là que pour faire avaler le prêche. Green,Journal, 1931, p.38.
3. Locutions
Prêcher dans le désert. V. désert II A 1 loc. a ex. de Sartre.
Prêcher à des/pour les sourds; prêcher un sourd. Même sens. Le sage Ahmed comprit que la logique aurait tort, et qu'il raisonnait en pure perte. À quoi bon prêcher un sourd qui tenait à son idée comme le pape au temporel? (About,Nez notaire, 1862, p.36).Dès le XIIesiècle, saint Bernard s'en prend vivement à ce goût immodéré pour les raffinements de la cuisine (...). C'était prêcher à des sourds (Faral,Vie temps st Louis, 1942, p.174).V. désert II A 1 loc. a ex. de Jankélévitch.
Prêcher dans le vide. Même sens. [L'École n'est pas] l'authentique héritière du passé (...). Et c'est pourquoi elle se meurt en prêchant dans le vide (Mauclair,De Watteau à Whistler, 1905, p.63).
Prêcher d'exemple/par l'exemple. Faire soi-même ce que l'on recommande à autrui. Godeschal prêchait d'exemple. S'il professait les principes les plus stricts sur l'honneur (...) il les pratiquait sans emphase, comme il respirait (Balzac,Début vie, 1842, p.437).Il prêchait surtout d'exemple, et inspirait l'amour de la religion par sa mansuétude à supporter ses maux (Sainte-Beuve,Port-Royal, t.5, 1859, p.186):
9. ... pour commander intelligemment, il faut: une grande perspicacité pour juger les individus; une idée claire des obligations à imposer aux employés; une résolution ferme de prêcher par l'exemple... Pethoud,Organ. industr. et comm., 1931, p.87.
Prêcher qqn/qqc. d'exemple (rare). Les plaisirs et le luxe sont les dieux qu'on nous prêche de parole et d'exemple (Augier,Lionnes, 1858, p.113).Avais-je le droit, professeur, de prêcher les autres d'exemple, d'engager de jeunes hommes, derrière moi, dans la voie qui était mienne? (L. Febvre,Face au vent, [1946] ds Combats, 1953, p.41).
Prêcher pour son clocher, sa paroisse, son saint. Parler dans son propre intérêt. Ne vous emportez point, beau cavalier; au moins vous ne m'accuserez pas, moi, tabellion, moi, notaire royal, de prêcher pour mon saint (Borel,Champavert, 1833, p.116).Chacun ainsi prêche pour son saint et pour son clocher (Sainte-Beuve,Chateaubr., 1860, p.319).
Prêcher sur la vendange (fam., vieilli). Parler le verre à la main au lieu de boire (d'apr. Littré).
C. − Vieilli. Prêcher qqn
1.
a) Lui enseigner la parole de Dieu. Prêcher la communauté; prêcher les catéchumènes; prêcher la foule; prêcher les Infidèles. [Le] divin auteur [des Évangiles] ne s'arrête point à prêcher vainement les infortunés, il fait plus: il bénit leurs larmes, et boit avec eux le calice jusqu'à la lie (Chateaubr.,Essai révol., t.2, 1797, p.162).Marie d'Agreda (...) était à la fois dans son monastère en Espagne et au Mexique où elle prêchait les mécréants (Huysmans,En route, t.2, 1895, p.150).Tous les jours il prêchait le peuple (...). Il induisait par sa parole les âmes à la pitié (A. France,Contes Tournebroche, 1908, p.73).
Empl. pronom. réfl. On nous faisait espérer quelque orateur parmi tant de prêtres, mais pas de sermon, pas même de prône (...). Le pauvre père de Place est sans voix, Mgr Affre sans forces, nous n'avons pas même eu sa bénédiction. Il faut ici, comme au désert, se prêcher soi-même (E. de Guérin,Lettres, 1846, p.490).
Au passif. [Avec adv. d'intensité] Fort prêchée par d'Andilly, vers 1638, la princesse de Guemené avait donc de fréquents regards du côté de notre monastère (Sainte-Beuve,Port-Royal, t.1, 1840, p.365).
b) P. anal. Enseigner à quelqu'un une doctrine, une philosophie, une manière de penser; tenter de le convaincre, d'en faire un adepte de celles-ci. Après, ç'avait été sa toquade de néo-christianisme. Il prêchait des gens au coin des rues (Aymé,Brûlebois, 1926, p.29).V. endoctriner B 1 ex.:
10. Le mouvement [révolutionnaire] faisait appel aux «âmes vivantes», leur demandait d'aller au peuple et de l'éduquer afin qu'il marche de lui-même vers la libération. Les «gentilshommes repentants» quittaient leur famille, s'habillaient de pauvres vêtements et allaient dans les villages prêcher le paysan. Camus,Homme rév., 1951, p.205.
Au passif. Je n'ai besoin ni d'être prêché, ni d'être converti, je vous le répète; j'agis de conviction et de sentiment (Chateaubr.,Mém., t.3, 1848, p.119).Il tenta de haranguer la foule. L'écouta-t-on seulement? Les hommes s'entre-disaient qu'ils étaient tout prêchés et qu'ils savaient ce qu'ils avaient à faire (Pourrat,Gaspard, 1930, p.82).
2. Faire la morale à quelqu'un, le sermonner. Le remords avait enfoncé trop souvent ses dents aiguës au coeur de Bettina pour qu'elle épargnât les avis à sa soeur. (...) jamais elle n'avait manqué de prêcher Modeste, de lui recommander une obéissance absolue à la famille (Balzac,Modeste Mignon, 1844, p.45).Que nos précieux sens s'émoussent par l'effet de l'âge, il ne faut pas nous en effrayer plus que de raison. J'écris «nous» mais c'est moi que je prêche (Colette,Fanal, 1949, p.7).
Empl. pronom. réfl. Ce n'était pas la peine de quitter Mimi, si tu dois toujours vivre avec son ombre. Après ça, dit-il en souriant, au lieu de prêcher les autres, je ferais mieux de me prêcher moi-même, car j'ai encore de la Musette plein le coeur (Murger,Scènes vie boh., 1851, p.277).
Au passif. [Avec adv. d'intensité] . Ninon fut si bien prêchée qu'elle était en proie à une infinité de scrupules touchant la manière d'élever sa progéniture (Boylesve,Leçon d'amour, 1902, p.37).
3. Loc. fam. usuelles
Prêcher un converti. V. converti III.
Prêcher un convaincu. Même sens. Même à prêcher des convaincus, il est, dans la prédication, un élément de détresse. La communication profonde veut le silence (G. Bataille,Exp. int., 1943, p.144).
REM.
Prêchant, -ante, part. prés. en empl. adj.a) Qui prêche (en chaire). Le clergé enseignant, le clergé prêchant, le clergé journaliste, pamphlétaire, le clergé fabricant, commerçant, exploitant le ciel et la terre, gouvernant les hommes, aux fins de sa domination (Clemenceau,Iniquité, 1899, p.152).b) Qui défend une thèse, une manière de voir. En ce temps l'anecdote n'existait pas en peinture. L'idée (...) de prêcher avec un tableau était absolument inconnue. Or, la série des médecins [de Steen] est une comédie continue, parlante, prêchante (Estaunié,Rom. et prov., 1942, p.195).c) Moralisateur. Le même public, qui demandait à La Chaussée et à Diderot du théâtre attendrissant et prêchant, fit un bruyant succès à la peinture larmoyante de Greuze (Hourticq,Hist. art, Fr., 1914, p.276).
Prononc. et Orth.: [pʀeʃe], [-pʀ ε-], (il) prêche [pʀ ε ʃ]. Ac. 1694 et 1718: prescher; dep. 1740: prêcher. Étymol. et Hist. 1. Ca 980 «instruire quelqu'un, l'évangéliser» (Jonas, éd. G. de Poerck, vo7, p.42, 135: cel populum habuit pretiet); fin xes. «tenir des discours pour essayer de convaincre quelqu'un» (St Léger, éd. J. Linskill, 213: prediat); 1269-78 «faire des recommandations, des remontrances à quelqu'un» (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 4599: Ainsint Reson me preescheit, Mes Amors tout enpeescheit); 2. fin xes. absol. «prononcer des discours, des sermons, évangéliser» (St Léger, 185: preïer); 1398 iron. (Lettre de rémission ds Du Cange, s.v. praedicamentum: que vous ayés de ce Prechiet); av. 1714 prêcher d'exemple (Fén., Socrate ds Littré); 1771 prêcher dans le désert (Volt., Lett. Richelieu, 3 juin, ibid.); 3. 1remoitié xiies. trans. «annoncer (la parole de Dieu)» (Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, LV, 10: el Seignur preecherai le sermun). Francisation du b. lat. eccl. praedicare «enseigner une doctrine, annoncer l'évangile» dep. Tertullien ds Blaise Lat. chrét., en lat. class. «proclamer, publier; vanter» et «annoncer; dire», comp. de prae «devant» et dicare «proclamer solennellement» duratif de dicere «montrer par la parole, dire». Fréq. abs. littér.: 1526. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2635, b) 2324; xxes.: a) 1822, b) 1896.
DÉR. 1.
Préchailler, verbe intrans.,fam. Faire de médiocres sermons sans grande conviction. Sur le duc de Rohan par Chateaubriand: «... Il préchaillait à la brune, dans des oratoires, devant de jeunes dévotes (...)» (Chateaubr.,Mém., t.3, 1848, p.739). [pʀ ε ʃ ɑje], [-a-], (il) -aille [-ɑ:j], [-aj]. 1reattest. 1805 (Id., Corresp., t.1, p.213); de prêcher, suff. -ailler*.
2.
Prêcherie, subst. fém.Discours moralisateur, pontifiant. Il est bien intéressant (...) de constater qu'en cette année 1871 (...), malgré tant d'années de civilisation, malgré tant de prêcheries sur la fraternité des peuples, malgré tant de traités pour la fondation d'un équilibre européen, la force brute (...) peut s'exercer et primer comme au temps d'Attila (Goncourt,Journal, 1871, p.709).Chez l'un et chez l'autre, existait un fonds de vulgarité (...) mais le milieu avait fait Boulanger plus aristocrate, à cause des chevaux, des camaraderies, des attitudes étudiées, et Bouteiller plus sacerdotal à la suite de tant de prêcheries sur le devoir philosophique (Barrès,Appel soldat, 1900, p.222). [pʀ ε ʃ ʀi]. 1resattest. a) ca 1323 «prédication» (Dit des Mais ds A. Jubinal, Nouv. rec. de contes, t.1, p.188: preecherie) −xviies. av. 1630 (Aubigné, Sancy, I, 9 ds Hug.: prescherie), puis 1871 (Goncourt, loc. cit.), b) 2emoitié xviies. «action de réprimander, comme par une espèce de sermon» (La soeur Angélique de Saint-Jean à Mmede Sablé ds Sainte-Beuve, Port-Royal, t.5, p.606); de prêcher, suff. -erie*.
BBG.Gougenheim (G.). Chercher et fouiller. In: [Mél. Harmer (L.C.)]. London-Toronto-Wellington, 1970, pp.22-23.

Wiktionnaire

Verbe

prêcher \pʁe.ʃe\ ou \pʁɛ.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Religion) Annoncer la parole de Dieu, instruire les peuples par des sermons.
    • Des prêtres prêchaient que les malheurs du pays étaient la conséquence des hérésies et de la négligence des devoirs religieux. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • En 1145, un légat pontifical prêcha contre eux. Eudes et sa troupe d'« éonites » gagnèrent alors la Gascogne, puis la Champagne, […]. — (Michel Roquebert, L'épopée cathare, Privat, 1970, vol.1, p.55)
    • John Wesley seul prêcha quarante mille sermons et parcourut deux cent cinquante mille milles. — (André Maurois, Histoire de l'Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p.601)
    • Les relations de l’ermite et de la devineresse auraient indirectement commencé lors de ce rassemblement : entendant parler de Margueronne, Regnaud aurait préché contre elle. — (Alain Provost, Domus diaboli: un évêque en procès au temps de Philippe le Bel, Belin, 2010, page 85)
    • (Absolument)Mais le duc de Mayenne lui fit dire de prêcher plus modérément, sinon qu'il l'enverrait, cousu dans son froc , prêcher dans la rivière. — (Jean-Baptiste-Joseph Boulliot, Biographie ardennaise ou Histoire des Ardennais qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs vertus et leurs erreurs, Paris, 1830, vol. 1, p. 254)
  2. (Spécialement) Prêcher dans une même église durant une même période canoniale.
    • Prêcher l’avent, le carême, une octave.
  3. (Par extension) Publier, recommander, répandre, soit de vive voix, soit par écrit.
    • Depuis les Hervieu, les Bernstein, les Marguerite, les Paul Adam, les Pierre Louÿs et leur séquelle de journalistes caudataires, prêchèrent l'émancipation sexuelle, le bris des tenailles et le culte d'Aphrodite. — (Abbé Paul Buysse, Vers la Foi catholique : L'Église de Jésus, 1926, page 188)
    • Un jour, il « chroniqua » si fort que le Parquet lui réclama des comptes. Traduit en justice pour avoir injurié les « armées de terre et de mer » et prêché la guerre civile, il s'en tira avec deux mois de prison et quelques francs d'amende. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pages 28-29)
    • Dès les années 1850, l'ingénieur A. Mille prêche inlassablement en faveur du tout-à-l'égout. S'agissant des immondices, il n'a qu'un évangile : il faut « nettoyer dans l'eau, les perdre à l’égout et les restituer à l'agriculture ». — (P. Strauss, « L'égout-modèle du Second Empire : « Un second Paris souterrain » », dans Idées de villes, villes idéales, sous la direction de Thierry Bonzon & al., Les cahiers de Fontenay n° 69-70, E.N.S. Fontenay/Saint-Cloud, mars 1993, p. 136)
    • (Familier) Répéter sans cesse les mêmes propos.
    • Prêcher toujours la même chose. — Prêcher misère. — Prêcher famine.
  4. (Familier) Remontrer, faire des remontrances.
    • On le prêche inutilement là-dessus. — On le prêche pour se marier.
    • Après l’avoir longtemps prêché, je n’ai rien pu obtenir de lui.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRÊCHER (prê-ché) v. a.
  • 1Annoncer en discours religieux et moraux la parole de Dieu. Il faut auparavant que l'Évangile soit prêché à toutes les nations, Sacy, Bible, Évang. St Marc, XIII, 10. L'ignorance et la barbarie de mes pauvres sujets [d'une terre de Mme de Sévigné] nous a fait penser à faire une paroisse de ces deux villages, afin d'être instruits et d'entendre quelquefois prêcher Jésus-Christ, Sévigné, à Guitaut, 12 janv. 1683. La doctrine ancienne, qui, selon l'oracle de l'Évangile, doit être prêchée jusque sur les toits, pouvait à peine parler à l'oreille, Bossuet, Reine d'Anglet. Jean Hus, docteur de la nouvelle université de Prague et confesseur de la reine de Bohême, femme de Venceslas, ayant lu les manuscrits de Wiclef, prêchait à Prague les opinions de cet Anglais, Voltaire, Ann. Emp. Robert, 1407.

    Prêcher l'avent, le carême, une octave, prêcher dans une même église durant l'avent, durant le carême, durant une octave. Je prêchai l'Ascension, la Pentecôte, la Fête-Dieu, dans les petites Carmélites en présence de la reine et de toute la cour, Retz, Mém. t. I, liv. I, p. 19, dans POUGENS.

  • 2Il se dit des personnes auxquelles on annonce la parole de Dieu. Les Juifs font des complots terribles contre saint Paul, outrés principalement de ce qu'il prêche les gentils et les mène au vrai Dieu, Bossuet, Hist. II, 7. Avec tant de perfections acquises et inspirées, il va prêcher des peuples grossiers et rustiques, Fléchier, Panég. II, 347. Nous les prêchons en vain [les pécheurs], Massillon, Confér. Sacerd.

    Fig. Vous prêchez un converti, c'est-à-dire vous voulez persuader un homme qui, de lui-même, est de votre avis.

  • 3 Absolument. Annoncer la parole de Dieu. Il nous conta aussi qu'il venait de voir une mère de Normandie, qui lui parlant d'un fils abbé qu'elle a, lui avait dit qu'il avait dessein de bien étudier, et qu'il commençait toujours à prêcher en attendant ; cet arrangement nous fit rire, Sévigné, 49. Le P. Bourdaloue prêche : bon Dieu ! tout est au-dessous des louanges qu'il mérite, Sévigné, 11 mars 1671. Un homme dit en son cœur : je prêcherai, il prêche : le voilà en chaire sans autre talent ni vocation que le besoin d'un bénéfice, La Bruyère, XV. Un jacobin n'eut, en 1472, que quarante-quatre sols pour avoir prêché tout un carême, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuv. t. IV, p. 135, dans POUGENS. Arnaud de Brescia, un de ces hommes à enthousiasme, dangereux aux autres et à eux-mêmes, prêchait de ville en ville contre les richesses immenses des ecclésiastiques et contre leur luxe, Voltaire, Mœurs, 47.

    Prêcher que, avec le verbe à l'indicatif. Prêchons qu'on ne peut se sauver dans ce monde, nous désespérons nos auditeurs ; disons, comme il est vrai, qu'on s'y peut sauver, ils prennent occasion de s'y embarquer trop avant, Bossuet, Panég. St Franç. de Sales, I.

    Fig. Prêcher d'exemple, pratiquer le premier tout ce que l'on conseille aux autres de faire. Socrate prêchait lui-même d'exemple, Fénelon, Socrate. Et, pour prêcher d'exemple, éteint une bougie Qui brûle sans nécessité, Delille, Convers. II.

    Familièrement. Prêcher dans le désert, n'avoir pas d'auditeurs, ou n'être point écouté. C'est la voix de Jean prêchant dans le désert, et que les échos répètent, Voltaire, Lett. Richelieu, 3 juin 1771.

    Prêcher pour son saint, pour sa paroisse, parler dans son intérêt.

    Fig. Prêcher sur la vendange, s'amuser à parler ayant le verre en main.

  • 4Publier, recommander, répandre soit de vive voix, soit par écrit. Votre pasteur, ses moutons et Hercule m'ont bien plu, et l'âne même est joli comme vous le faites parler ; l'application de l'apologue me semble dangereuse, et allez-vous-en un peu prêcher cela à Ruel [où demeurait le cardinal de Richelieu], Voiture, Lett. 91. Qui, brûlants et priants, demandent chaque jour, Et prêchent la retraite au milieu de la cour, Molière, Tart. I, 6. Je ne prêcherai point ici aux gens de lettres tous ces lieux communs sur le mépris de la gloire, si souvent et si peu sincèrement recommandé par les philosophes, D'Alembert, Ess. sur la soc. des gens de lett. Œuv. t. III, p. 48, dans POUGENS.

    Fig. Son teint mortifié prêche la continence, Régnier, Sat. XII.

    Familièrement. Ne faire que prêcher malheur, que prêcher misère, que prêcher famine, ne parler que de malheur, que de famine.

    Prêcher toujours la même chose, répéter sans cesse les mêmes propos.

  • 5 Familièrement. Remontrer, faire des remontrances. Vous qui prêchez si bien les autres, deviez-vous faire mal à vos petits yeux à force d'écrire ? Sévigné, 261. Il l'épouse ; et bientôt son hôtesse nouvelle, Le prêchant, lui fit voir…, Boileau, Sat. X.

    Absolument. Cet homme ne fait que prêcher, il fait des remontrances à tout propos. Prêchez, patrocinez jusqu'à la Pentecôte, Molière, Éc. des femmes, I, 1.

  • 6 Familièrement. Louer, vanter. Il prêche ses exploits à tout le monde.
  • 7Se prêcher, v. réfl. Se faire à soi-même un sermon, une remontrance. Ici finissent les sermons de la prêcheuse ; elle aura désormais assez à faire à se prêcher elle-même, Rousseau, Hél. III, 20.

    S'annoncer. C'est pourquoi, dit le saint apôtre, nous ne nous prêchons pas nous-mêmes, mais Jésus-Christ notre Seigneur, Bossuet, Panég. Ste Catherine, 2.

  • 8Être prêché. La parole de Dieu se prêche parmi nous [catholiques] autant et plus, sans difficulté, que parmi les jacobites et les Grecs, Bossuet, 3e avert. 15. Le ministre ne dit-il pas que la réformation se prêchait lors hautement en cette ville [Metz] ? Bossuet, Réfut. catéch. de Ferry, I, I, 3. Si quelquefois on pleure, si on est ému [à un sermon]… c'est la matière qui se prêche elle-même, et notre intérêt le plus capital qui se fait sentir, La Bruyère, XV.

    PROVERBE

    On a beau prêcher qui n'a cure (ou, suivant quelques-uns, qui n'a cœur) de bien faire.

HISTORIQUE

Xe s. Cum Jonas propheta cel populum habuit pretiet et convers, Fragm. de Valenc. p. 468.

XIIe s. Quant Deus vint en terre e preechad, les oscurtez des diz as prophetes apertement revelad, Rois, 207.

XIIIe s. En un loial a poi [peu] à preechier, Anc. poés. franç. Vatic. n° 1490, f° 180, dans LACURNE. Li abes de Los, qui moult estoit preudons, et autre abbé qui à lui se tenoient, preechoient toute jor, que pour Dieu se tenissent ensemble, Villehardouin, LII. Tant lor a li empereres preechié de nostre Seignor, et mis avant de boines paroles que…, H. de Valenciennes, IV. Ainsinc raison me preeschoit ; Mes amors tout empeeschoit, la Rose, 4645. La croiz qui fu preeschiée par l'enortement de Pierre li ermites, Ass. de J. I, 21. Ce que clers ne puet par proichier, Doit cil [le chevalier] faire par menacier, Hist. litt. de la France, t. XXIII, p. 739.

XVe s. Quant oyez prescher le regnart, Pensez de vos oyes garder, Orléans, Rond. Pour ce que le suppliant par aucuns cas ou paroles et saremens par lui fais… il a esté presché par le commandement de l'evesque de Paris ou parvis Nostre Dame, il doute que ce lui tourne à infamie et reprouche, Du Cange, praedicamentum.

XVIe s. J'entends, respondit Pantagruel, et me semblez bon topicqueur et affecté à vostre cause ; mais preschez et patrocinez d'ici à la Pentecoste, enfin vous serez esbahi comment rien ne m'aurez persuadé, Rabelais, III, 5. Timoleon, ayant presché et encouragé les autres, les feit tous marcher en diligence vers la riviere de Crinuse, Amyot, Timol. 35. Un homme de bonnes mœurs peult avoir des opinions faulses ; et un meschant peut prescher verité, mesme celuy qui ne la croit pas, Montaigne, III, 141.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PRÊCHER. Ajoutez :
9Prêcher, répéter souvent. Je ne veux point que vous me donniez de louanges et que vous me prêchiez que je suis un grand homme, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « prêcher »

(Date à préciser) Du latin praedicare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, préchi ; bourg. proché ; prov. predicar, prezicar ; espagn. predicar ; port. pregar ; ital. predicare ; du lat. praedicare, de prae, en avant, et dĭcare, faire connaître.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « prêcher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prêcher prɛʃe

Citations contenant le mot « prêcher »

  • Les héros doivent toujours quitter la ville. Parce que nul n'est prophète en son pays, parce qu'il faut toujours sortir pour prêcher, et donc prêcher toujours ailleurs, et donc toujours quitter. Pour se refaire une virginité. De Christine Angot / Quitter la ville
  • A des oreilles sourdes, il n’est pas bon de prêcher. De Proverbe allemand
  • Quand le renard se met à prêcher, prends garde à ta poule. De Proverbe basque
  • Le monde est plein d'erreurs ; mais de là je conclus Que prêcher la raison n'est qu'une erreur de plus. De Claude Rulhière / Discours sur les disputes
  • Trois choses sont indispensables pour bien prêcher, quand on est curé : avoir quelque chose à dire, le dire, se taire. De Jean Bousquet (1910 - ) / Les Tribulations du curé de Saint-Tristan
  • Il n’est rien de si aisé que de prêcher la patience aux affligés, quand on est dans la prospérité. De Chevalier de Méré / Maximes, sentences et réflexions morales et politiques
  • Après avoir voyagé pendant quatre décennies dans une vingtaine de pays pour prêcher la bonne parole du judo, Tsuneo Sengoku n'est pas prêt à jeter l'éponge, même en temps de pandémie. Challenges, Un "missionnaire" japonais du judo prêche la bonne parole à Bali - Challenges
  • Ces jeunes habillés en orange sillonnent Toulon pour prêcher la parole verte Var-Matin, Ces jeunes habillés en orange sillonnent Toulon pour prêcher la parole verte - Var-Matin
  • Un peu de retenue protestante s’imposait donc par ailleurs. «Dans «L’amour à mort» d’Alain Resnais, Fanny Ardant incarne une femme pasteur avec tout ce que l’on imagine de froideur un peu sèche. Le côté ministre du Saint-Evangile.» Il y aurait cependant d’autres figures féminines à montrer. Conscient que le cinéma permet à l’avenir d’autres prospections, le MIR ne peut pas tout offrir. Je pense ainsi aux deux longs-métrage inspirés par l’évangéliste Aimée McPherson. Barbara Stanwyck, puis Jean Simmons, ont donné beaucoup de force à ce personnage ambigu. Je citerai enfin pour la bonne bouche, avec des lèvres gourmandes, Mae West. Dans «Annie du Klondike», dont l’actrice la plus pulpeuse de Hollywood avait écrit le scénario et les dialogues, la blonde se retrouve par accident obligée de prêcher à des mineurs canadiens du XIXe siècle. Elle leur invente, avec grand succès, une religion faite de joie et de bonheur. En 1936, le film avait suscité un scandale sans précédent. La religion, sur l’écran comme dans la vie, devait rester une chose sérieuse. Dieu doit-il donc forcément tenir du Père fouettard? Bilan, Avec "Silence on prêche" Le Musée international de la Réforme fait son cinéma à Genève - Bilan
  • Par ailleurs, la Ligue Islamique de la Guinée, lui aurait interdit de prier en langue malinké, mais aussi de prêcher dans tout le pays. « Le Prophète Mohamed (Paix et Salut sur lui), a prié en arabe, donc on ne peut pas prier dans une autre langue que l’arabe. Dieu a dit de réciter les sourates que vous maitriser, donc on ne peut pas faire cela dans d’autres langues que celle de la révélation », a mis en garde El Hadj Moussa Camara, de la section communale de la Ligue Islamique de Kankan. Afrik.com, Guinée : l'imam Nanfo Ismaël Diaby craint pour sa vie
  • Le président national de l’Union nationale des Fédéralistes du Congo (UNAFEC), Gabriel Kyungu wa kumwanza a appelé les jeunes de son parti et ceux de l’UDPS à prêcher la paix et la tolérance. Radio Okapi, Haut-Katanga : Gabriel Kyungu appelle les jeunes de l'UNAFEC et ceux de l’UDPS à prêcher la paix et la tolérance | Radio Okapi
  • Le pasteur Mukendi s’est installé dans son bureau au deuxième étage pour prêcher et livrer ses conseils aux jeunes, qui lui faisaient parvenir des questions par courriel ou par téléphone.  Le Soleil, Une soirée jeunesse pour le pasteur Mukendi | Justice et faits divers | Actualités | Le Soleil - Québec

Images d'illustration du mot « prêcher »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « prêcher »

Langue Traduction
Anglais preach
Espagnol predicar
Italien predicare
Allemand predigen
Chinois 宣讲
Arabe الوعظ
Portugais pregar
Russe проповедовать
Japonais 説教
Basque predica
Corse predicà
Source : Google Translate API

Synonymes de « prêcher »

Source : synonymes de prêcher sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « prêcher »

Partager