La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « proprement »

Proprement

Définitions de « proprement »

Trésor de la Langue Française informatisé

PROPREMENT, adv.

I. − [Correspond à propre1]
A. − D'une manière qui est spéciale, spécifique à une personne, à un ensemble de personnes, à une chose. Synon. spécifiquement, exclusivement, en propre.Il faudrait bien distinguer dans notre nature ce qui appartient à l'animal et ce qui appartient proprement à l'homme (Maine de Biran, Journal, 1816, p.134).Il n'existe plus de gouvernement proprement français. En effet, l'organisme sis à Vichy, et qui prétend porter ce nom, est inconstitutionnel et soumis à l'envahisseur (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p.303):
1. L'être symbolique et proprement sacramentel. −Le mot «proprement» n'est pas ici placé par erreur. Il est de première importance et marque, chez les théologiens, le souci de conserver aux sacrements de l'ancienne loi leur caractère de sacrement. Théol. cath.t.14, 11939, p.533.
B. − D'une manière exacte, au sens propre, à la lettre. Synon. précisément, réellement, vraiment.La soie n'est pas proprement brillante, mais lumineuse, d'une douce lumière électrique (Michelet, Insecte, 1857, p.174).Mais Jeanne n'était pas proprement dans une prison ecclésiastique; elle était dans le château de Rouen, prisonnière de guerre (A. France, J. d'Arc, t.2, 1908, p.257).
LING. [P. oppos. à figurément] Au propre, littéralement. Parmi les personnes qui emploient le verbe acharner, combien peu savent qu'il signifie proprement lancer le faucon sur la chair? (A. France, Vie littér., 1888, p.295).Une coquille émane d'un mollusque. Émaner me semble le seul terme assez près du vrai puisqu'il signifie proprement: laisser suinter. Une grotte émane ses stalactites; un mollusque émane sa coquille (Valéry, Variété V, 1954, p.26).
Loc. adv.
1. À proprement parler. En employant le terme adéquat, le mot propre. Ce n'est point une ferme, à proprement parler, c'est une vacherie; car, dans ce canton, il n'y a que des prés et point de champs (Du CampHollande, 1859, p.156).
[Dans un sens affaibli] Synon. de vraiment, véritablement.Le jeune baron n'était pas, à proprement parler, transporté d'enthousiasme (Sandeau, Mllede La Seiglière, 1848, p.328).
2. Proprement dit(e). Au sens exact et restreint où on l'entend habituellement.
a) [En parlant des pers.] Les poètes ont du coeur, les savants proprement dits sont serviles et lâches (Stendhal, H. Brulard, t.1, 1836, p.264).Le père Faber était moins un mystique proprement dit qu'un visionnaire et qu'un poète (Huysmans, En route, t.1, 1895, p.267).
b) [En parlant des choses] Il s'est formé en Europe, et encore laissons-nous en dehors le royaume d'Espagne proprement dit, quatre royaumes, le Portugal, la Sardaigne, les Deux-Siciles, la Belgique (Hugo, Rhin, 1842, p.451).Une pièce sera le bureau du chef de service, une autre le bureau d'études proprement dit et le bureau de dessin, tandis que la troisième sera réservée aux méthodes et au planning (Brunerie, Industr. alim., 1949, p.154).
c) [Domaine abstr.] Il n'y a en effet point de vertu proprement dite, sans victoire sur nous-mêmes, et tout ce qui ne nous coûte rien, ne vaut rien (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t.1, 1821, p.246).
C. − [Dans un sens affaibli, vient renforcer une affirm.] Synon. de absolument, totalement.Pour entrer ici, Monsieur Gide, m'a-t-il dit d'abord, vous n'aurez pas besoin de passer par la porte étroite. Cela ne voulait proprement rien dire, mais marquait de la cordialité (Gide, Journal, 1915, p.520).Une telle attitude lui était proprement intolérable (Martin duG., Thib., Consult., 1928, p.1064).C'était proprement inacceptable (Gracq, Beau tén., 1945, p.91).
II. − [Correspond à propre2]
A. − Avec soin et propreté.
1. [Appliqué à une pers.] Synon. de soigneusement, correctement.Manger, s'habiller, se laver proprement; proprement mis, vêtu. Sa femme, se trouvant chez son boucher, vit une femme vêtue proprement, vêtue comme une femme de la société, entrer et demander un sou de raclures de cheval (Goncourt, Journal, 1870, p.684):
2. Vous figurez-vous sa vie avec ce maniaque, qui ne sait plus même se tenir proprement à table; il jette sa serviette au milieu du dîner, il s'en va comme un hébété, après avoir pataugé dans son assiette... et taquin avec cela! Il faisait des scènes pour un pot de moutarde dérangé. Maintenant il ne dit plus rien... Zola, Conquête Plassans, 1874, p.1122.
2. [Appliqué à un endroit] Convenablement. C'était une grande pièce meublée fort proprement (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p.21).
3. [Appliqué à une action]
a) Avec soin, conscience et rigueur. Travailler proprement. Gaspard alla chercher un caillou de ruisseau qu'il lava bien proprement à la fontaine (Pourrat, Gaspard, 1925, p.242).J'ai proprement rempli la mission dont mon maître m'avait chargé (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p.224).
En partic. [Souvent appliqué à un acte répréhensible] Avec minutie et adresse, de manière à ne pas laisser de traces. Il tuait à domicile, poliment, discrètement et le plus proprement du monde (Bloy, Hist. désobl., 1894, p.221).V. propre2A 4 c:
3. Ce coup de couteau à distance vaut mieux pour les sujets d'approche farouche qu'une pistolade qui fait du feu, de la fumée et du bruit et semble appeler les sergents à l'aide. −Oui, répondit Malartic, c'est un joli travail et proprement exécuté; mais si l'on manque son coup, on est désarmé et l'on reste quinaud. Gautier, Fracasse, 1863, p.322.
b) D'une manière convenable, mais sans plus. Vous savez, ajouta mademoiselle, défense de fredonner l'Hymne à la nature entre les leçons! Sinon, vous l'estropierez, vous le déformerez et vous ne serez pas capables de le chanter proprement à la distribution (Colette, Cl. école, 1900, p.247).
B. − D'une manière convenable, honnête (v. propre2B 2). Agir, vivre proprement; faire les choses proprement. Nous ne sommes pas riches, bien sûr; mais nous voulons encore nous conduire proprement (Zola, Assommoir, 1877, p.657).«Comment? Moi qui t'ai élevée proprement... moi qui t'ai mis dans des pensionnats de jeunes filles honnêtes! (...)» (Goncourt, Journal, 1892, p.192).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔpʀ əmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. a) Ca 1180 «précisément, exactement» (Marie de France, Fables, éd. K. Warnke, Epilogue, 19); 1664 à proprement parler (Mmede Sévigné, Let., à M. de Pomponne, 20 nov. ds Quem. DDL t.14); b) 1216 «d'une manière qui convient tout à fait» (Anger, Trad. Vie St Grégoire, A 94 ds T.-L.); 2. a) ca 1280 «joliment» (Clef d'Amour, 1010, ibid.); b) 1580 «avec soin» (Montaigne, Essais, II, 12, éd. P. Villey, t.1, p.478). Dér. de propre*1 et 2; suff. -ment2*. Fréq. abs. littér.: 2734. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3762, b) 3207; xxes.: a) 2586, b) 5143. Bbg. Lalande (J.-N.). Ét. lexico-sém. du mot propriété ds les principaux dict... Grammatica. 1979, no7, p.16, 18.

Wiktionnaire

Adverbe - français

proprement \pʁɔ.pʁə.mɑ̃\

  1. Précisément, exactement.
    • Sparte était proprement un camp où les citoyens, abandonnant aux esclaves la culture des terres, s’exerçaient uniquement au métier des armes. — (Étienne Bonnot de Condillac, Historique ancien I, 14.)
  2. (Grammaire) Dans le sens propre, par opposition à : au sens figuré.
    • Ce mot s’emploie proprement et figurément.
  3. D’une manière bienséante, convenable.
    • J'ai fait dessein de me mettre aujourd'hui un peu proprement. - Toi, proprement ! et avec quoi ? — (Brueys, Av. Patelin, I, 3.)
  4. Avec régularité et netteté.
    • Au-dessus de l’arc de la porte, […], se voient, sur les flancs de chacune des deux tours, trois entailles proprement faites ; […]. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Travailler proprement.
  5. (Art) Avec grâce et adresse.
    • Chanter ou jouer proprement, c’est exécuter une mélodie française avec les ornements qui lui conviennent. — (Jean-Jacques Rousseau, Dict. de musique.)
  6. Avec propreté.
    • Cette maison est tenue proprement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROPREMENT. adv.
Précisément, exactement. C'est proprement ce que cela veut dire. Ce mot signifie proprement telle chose. Il signifie, en termes de Grammaire, Au propre, dans le sens propre, par opposition à Figurément. Ce mot s'emploie proprement et figurément. Dans cette acception, il est peu usité; on dit plus ordinairement : Ce mot s'emploie au propre et au figuré. Parler proprement, User, en parlant, des termes propres. Il vieillit.

PROPREMENT signifie aussi D'une manière spéciale, particulière. Proprement dit se dit de Certains termes pris dans leur signification expresse et particulière. L'honneur proprement dit n'est point intéressé dans cette dispute. Cette pièce appartient au genre du vaudeville, et non à celui de la comédie proprement dite. La Grèce proprement dite.

PROPREMENT signifie aussi Avec propreté. Cette maison est tenue proprement. Il signifie aussi D'une manière strictement convenable, sans plus. Ces gens étaient proprement, assez proprement habillés. Être mis proprement. Il signifie encore Avec conscience et netteté. Travailler proprement. Il n'a pas grande originalité, mais il écrit proprement. En termes d'Arts, Cela est fait proprement, se dit d'un Ouvrage exécuté consciencieusement et non sans un certain mérite.

À PROPREMENT PARLER, PROPREMENT PARLANT, loc. adv. Pour parler en termes précis et exacts. À proprement parler ou proprement parlant, c'est une duperie.

Littré (1872-1877)

PROPREMENT (pro-pre-man) adv.
  • 1Précisément, exactement. La fourbe n'est le jeu que des petites âmes, Et c'est là proprement le partage des femmes, Corneille, Nicom. IV, 2. Proprement, toute notre vie Est le curé Chouart qui sur son mort comptait, Et la fable du pot au lait, La Fontaine, Fabl. VII, 11. C'est proprement un charme [la fable], La Fontaine, ib. VII, à Mme de Montespan. Je viens de recevoir votre petit billet, ma chère madame, et je vous remercie toujours de vos soins qui sont proprement des charités, Sévigné, à Mme de Guitaut, 25 janv. 1693. Mon zèle se refroidit ; et, soit une bonne ou une sotte chose, je ne veux pas surpasser la mère de Chantal, qui serait proprement vouloir aller par delà paradis, Sévigné, à Guitaut, 9 févr. 1683. C'était la femme prudente qui est donnée proprement par le Seigneur, Bossuet, Mar.-Thér. Si la vigne, le lierre… choisissent si bien les petits creux, et s'entortillent si proprement aux endroits qui sont capables de les appuyer, Bossuet, Conn. V, 2. Je n'en suis proprement [des biens que je possède] que l'économe et le dispensateur, Bourdaloue, Exhort. Char. env. les pauv. t. I, p. 6. Sparte était proprement un camp où les citoyens, abandonnant aux esclaves la culture des terres, s'exerçaient uniquement au métier des armes, Condillac, Hist. anc. I, 14.
  • 2 Terme de grammaire. Dans le sens propre, par opposition à : dans le sens de figuré. Ce mot s'emploie proprement et figurément. Vous ne parlez pas proprement, me dit-il, Pascal, Prov. v.

    On dit plus souvent : au propre.

    Parler proprement, parler avec correction, avec pureté, en bons termes. Il y a des gens qui parlent un moment avant que d'avoir pensé : il y en a d'autres qui ont une fade attention à ce qu'ils disent …ils sont puristes …ils parlent proprement et ennuyeusement, La Bruyère, V.

    Proprement dit, se dit de certains termes pris dans leur signification expresse et particulière. Le genre de la comédie proprement dite. La fable, la comédie proprement dite.

    La Grèce proprement dite, le Peloponnèse, l'Attique, la Béotie, etc. par opposition à la Grande Grèce et autres pays grecs situés hors de la Grèce.

    L'Asie proprement dite, l'Afrique proprement dite, les deux provinces d'Asie et d'Afrique sous la domination des Romains, par opposition au reste de l'Asie et de l'Afrique.

    À proprement parler, proprement parlant, loc. adv. Pour parler en termes précis, exacts. L'histoire des arts et des sciences et de ceux qui s'y sont distingués par un mérite particulier est, à proprement parler, l'histoire de l'esprit humain, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. x, p. 397, dans POUGENS. À proprement parler, les Arabes ou Sarrasins n'ont point eu de philosophie avant l'établissement de l'islamisme, Diderot, Opin. des anc. phil. sarrasins.

  • 3D'une manière bienséante, convenable. S'habiller proprement. J'ai fait dessein de me mettre aujourd'hui un peu proprement. - Toi, proprement ! et avec quoi ? Brueys, Av. Patelin, I, 3. Je suis bien aise que mademoiselle soit proprement mise, Marivaux, Marianne, part. 1.

    Avec régularité et netteté, avec grâce et adresse. Travailler proprement. Madelon : Il a la taille tout à fait élégante. - Cathos : Et a la mine de danser proprement, Molière, Préc. 13. Cette marquise qui, à cinquante-cinq ans, danse le menuet aussi proprement qu'une fille de quinze ans, Dancourt, Femme d'intrigues, I, 4. Je suis fâché qu'Ali-Bey, le prince Héraclius… ne sachent pas danser le menuet proprement, Voltaire, Lett. à Catherine, 1er janv. 1772.

    En termes d'arts. Cela est fait proprement, cela est exécuté avec justesse et élégance. Chanter ou jouer proprement, c'est exécuter une mélodie française avec les ornements qui lui conviennent, Rousseau, Dict. de musique.

  • 4Avec propreté. Cette maison est tenue proprement. Ils [Traumaphile et Nosophuge] s'appliquaient à les tenir [les soldats malades] proprement, à empêcher le mauvais air par cette propreté, Fénelon, Tél. XVII. Bien faire ce qu'elle fait n'est que le second de ses soins ; le premier est toujours de faire proprement, Rousseau, Ém. V.

HISTORIQUE

XIIe s. Or eswarde [regarde] cum proprement se concordent altres paroles encor de l'apostle à ces trois choses, Saint Bernard, p. 570.

XIIIe s. Eglise est assemblée de genz feels [fidèles] proprement, Psautier, f° 33. Pource que je weil que nulz face jamez bien pour le guerredon de paradis avoir, ne pour la paour d'enfer ; mez proprement pour l'amour de Dieu avoir, qui tant vaut et tout le bien peut faire, Joinville, 258.

XIVe s. L'en ne porroit translater proprement tout latin en françois, Oresme, Prol.

XVe s. On me pourroit demander, qui voudroit, dont telles choses me viennent à savoir, pour en parler si proprement et si vivement, Froissart, II, III, 70. Et firent si grand bruit… qu'il sembloit proprement que tous les diables d'enfer fussent là venus, Froissart, I, I, 42. Ny nommeray les années ny proprement le temps que les choses sont advenues, Commines, III, 4.

XVIe s. Comme si le baptesme, à parler proprement, n'estoit point sacrement de penitence, Calvin, Instit. 1051. Il l'estimoit si proprement sienne, que…, Montaigne, I, 5. Nous semblons proprement [à vrai dire] celuy qui, ayant besoing de feu, en iroit querir chez son voisin, Montaigne, I, 144. J'essuyay et nettoyay sa plaie le plus proprement que je peus, Montaigne, II, 193. Scribonia, conseillant son nepveu de se tuer plutost que d'attendre la mort de la justice, luy disoit que c'estoit proprement faire l'affaire d'aultruy que de conserver sa vie pour la remettre entre les mains de ceulx…, Montaigne, II, 32.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « proprement »

Dérivé de propre avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Propre, et le suffixe ment ; bourg. prôpeman ; prov. propriamen ; espagn. propiamente ; ital. propriamente.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « proprement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
proprement prɔprǝmɑ̃

Fréquence d'apparition du mot « proprement » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « proprement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « proprement »

  • En golf, les règles de l’étiquette et de la bienséance sont aussi importantes que les règles du jeu proprement dites.
    Bobby Jones
  • C'est proprement ne valoir rien que de n'être utile à personne.
    René Descartes
  • Par conséquent, on assimile laideur et existentialisme ; c’est pourquoi on déclare que nous sommes naturalistes ; et si nous le sommes, on peut s’étonner que nous effrayions, que nous scandalisions beaucoup plus que le naturalisme proprement dit n’effraye et n’indigne aujourd’hui.
    Jean-Paul Sartre — L’existentialisme est un humanisme.
  • Le mariage, tel que le catholicisme l'institue, n'est pas autre chose qu'une couture au coeur, proprement faite.
    Victor Hugo
  • La littérature est, profondément, un art conceptuel ; c'est même, à proprement parler, le seul.
    Michel Houellebecq — Rester vivant et autres textes
  • L’huître, de la grosseur d’un galet moyen, est d’une apparence plus rugueuse, d’une couleur moins unie, brillamment blanchâtre. C’est un monde opiniâtrement clos. Pourtant on peut l’ouvrir : il faut alors la tenir au creux d’un torchon, se servir d’un couteau ébréché et peu franc, s’y reprendre à plusieurs fois. Les doigts curieux s’y coupent, s’y cassent les ongles : c’est un travail grossier. Les coups qu’on lui porte marquent son enveloppe de ronds blancs, d’une sorte de halos.À l’intérieur l’on trouve tout un monde, à boire et à manger : sous un firmament (à proprement parler) de nacre, les cieux d’en dessus s’affaissent sur les cieux d’en dessous, pour ne plus former qu’une mare, un sachet visqueux et verdâtre, qui flue et reflue à l’odeur et à la vue, frangé d’une dentelle noirâtre sur les bords.Parfois très rare une formule perle à leur gosier de nacre, d’où l’on trouve aussitôt à s’orner.
    Francis Ponge —  Le parti pris des choses 
  • Certains parlent donc de « crottes de nombril » parmi les nombreux qualificatifs de ces bouloches se logeant au creux de ce petit orifice. Mais contrairement aux autres crottes abordées dans cette série, celles que l’on peut parfois retrouver dans le nombril ne sont pas des crottes à proprement parler.
    C'est un peu cracra : Mais au fait, les crottes de nombril sont-elles de vraies crottes ?
  • Les métaphysiciens sont beaucoup plus obsédés par le besoin de se persuader de l'existence de Dieu que par Son existence à proprement parler.
    Lév Chestov — L'Apothéose de l'inconsistant : essai de réflexion adogmatique
  • La fin de la Politique sera le bien proprement humain.
    Aristote — Ethique à Nicomaque
  • Il y a trois sortes de savoir : le savoir proprement dit, le savoir-faire et le savoir-vivre ; les deux derniers dispensent assez bien du premier.
    Talleyrand
Voir toutes les citations du mot « proprement » →

Traductions du mot « proprement »

Langue Traduction
Anglais neatly
Espagnol pulcramente
Italien ordinatamente
Allemand ordentlich
Chinois 整齐地
Arabe بدقة
Portugais ordenadamente
Russe аккуратно
Japonais きちんと
Basque bata
Corse pulitamente
Source : Google Translate API

Synonymes de « proprement »

Source : synonymes de proprement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « proprement »

Combien de points fait le mot proprement au Scrabble ?

Nombre de points du mot proprement au scrabble : 16 points

Proprement

Retour au sommaire ➦