La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « poudre »

Poudre

Variantes Singulier Pluriel
Féminin poudre poudres

Définitions de « poudre »

Trésor de la Langue Française informatisé

POUDRE, subst. fém.

A.− Vieilli
1. Poussière du sol. Le convoi de camions (...) soulève à mesure, en passant, l'épais tapis de poudre blanche qui ouate le sol, et nous le jette à la volée sur les épaules! (Barbusse, Feu,1916, p. 72):
1. ... le vent du matin soulevait seul la poudre ondoyante des chemins, et faisait un moment l'illusion d'une caravane; mais quand la bouffée de vent avait passé (...) la poussière retombait, le désert apparaissait de nouveau... Lamart., Destinées poés.,1834, p. 390.
Expr. fig.
Jeter de la poudre aux yeux. Chercher à éblouir autrui par un éclat souvent illusoire. Mme Gay n'a pas un sou vaillant (...) elle vit en faisant des dettes (...) elle jette de la poudre aux yeux des gens de la société, en affichant un luxe insolent (Délécluze, Journal,1825, p. 262).Le banquier Jeannin était (...) un peu vaniteux. Il aimait jeter de la poudre aux yeux, et confondait volontiers « être » avec « paraître ». Il dépensait beaucoup, à tort et à travers (Rolland, J.-Chr.,Antoinette, 1908, p. 847):
2. Quand j'ai mes savates, mon mouchoir rouge autour de la tête et mon jupon, le matin, on dit : «Voici l'ancienne cantinière de la 13elégère! » et quand j'ai mes breloques, je suis Madame la capitaine; je pourrais passer pour une ci-devant (...). Ah! que les gens sont bêtes! Ils veulent toujours qu'on leur jette de la poudre aux yeux. Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 2, 1870, p. 462.
En appos. avec valeur d'adj. Opération poudre-aux-yeux. Opération qui cherche à faire impression en faisant illusion. En tout, 300 000 emplois dénichés depuis le mois de juin (...). Opération poudre-aux-yeux, comme l'affirment les syndicats, ou premiers résultats de la campagne menée tambour battant depuis l'été par le patronat et le gouvernement? (Le Point,17 oct. 1977, p. 66, col. 1).
Vx. [P. allus. à la Bible (Gen. III, 19) : Vous êtes poudre, vous retournerez en poudre] Dieux prononce la sentence : « Homme! Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front (...) sorti de la poudre, tu retourneras en poudre » (Chateaubr., Génie,t. 1, 1803, p. 289).
2. P. ext. Poussière. Les manuscrits antiques ensevelis dans la poudre des monastères (Chateaubr., Génie,t. 2, 1803, p. 527).
Expr. (au propre et au fig.), vieilli
Mordre la poudre. [Le suj. désigne une pers.] Tomber de tout son long et, au fig., essuyer une défaite, un échec. Synon. usuel mordre la poussière (v. mordre I A 1 b).Phalaris mord la poudre, et Gygès chancelant A peine à se traîner sur un genou sanglant (Delille, Énéide,t. 3, 1804, p. 273).
S'en aller, tomber en poudre. [Le suj. désigne une chose] Tomber en poussière et, au fig., disparaître. Le vieux monde pourri était tombé en poudre, une humanité jeune, purgée de ses crimes, ne formait plus qu'un seul peuple de travailleurs (Zola, Germinal,1885, p. 1278):
3. J'ai passé une nuit aux pieds du colosse de Memnon (...) il est couvert d'inscriptions; les inscriptions et les merdes d'oiseaux, voilà les deux seules choses sur les ruines d'Égypte qui indiquent la vie. La pierre la plus rongée n'a pas un brin d'herbe. Ça tombe en poudre comme une momie, voilà tout. Flaub., Corresp.,1850, p. 204.
B.−
1. Substance pulvérulente. Elle a soufflé sur sa gaufre et j'ai été couvert de poudre blanche (Cocteau, Théâtre poche,1949, p. 136).
2. Substance rendue pulvérulente par broyage ou pulvérisation. Poudre fine, impalpable. La craie pure ou blanc d'Espagne, qu'on trouve partout, n'est faite que de coquilles en poudre (Michelet, Insecte,1857, p. 31).Le blé qu'on vanne vole en poudre hors du van (Ch. Guérin, Cœur solit.,1904, 39):
4. Ils réussissent dans la guérison des coups de feu (...). Leur méthode est de réduire une racine en poudre, et de la souffler dans les plaies; et avec une autre poudre, quand il en est tems, ils les font sécher et cicatriser. Baudry des Loz., Voy. Louisiane,1802, p. 85.
En partic.
Poudre (à écrire, à sécher). Corps pulvérulent que l'on employait pour sécher l'encre sur le papier. J'écrivais une poésie (...). Du temps que la feuille sèche, n'ayant pas de poudre, je passe ici (E. de Guérin, Journal,1839, p. 314):
5. Je t'apporterai mon presse-papier et deux petites salières en émail dans lesquelles je mets de la poudre et des pains à cacheter. Ça a le mérite d'avoir passé de longs jours sur ma table. Flaub., Corresp.,1846, p. 351.
Poudre à éternuer. V. éternuer A 1 c.
Poudre de tabac, tabac en poudre. Tabac présenté sous forme pulvérulente et destiné à être prisé. Partout il constatait de la cendre écrasée de cigarette, de la poudre de tabac (Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 237):
6. ... ils nous ont expliqué clairement que leurs pipes venaient de l'île qui est au sud, sans doute du Japon. Notre exemple ne put les engager à respirer du tabac en poudre; et c'eût été leur rendre un mauvais service, que de les accoutumer à un nouveau besoin. Voy. La Pérouse,t. 3, 1797, p. 44.
P. plaisant. Poudre de perlimpinpin*.
Expr. (au propre et au fig.). Mettre, réduire en poudre (qqc. ou qqn). Détruire quelque chose, anéantir quelqu'un. Le ver, avec sa tarière, réduisit en poudre les troncs noueux des chênes renversés par les vents (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 259).L'Église (...) occupait alors la place la plus privilégiée et la plus forte dans cette vieille société qu'il s'agissait de réduire en poudre (Tocqueville, Anc. Rég. et Révol.,1856, p. 64).À cause d'une femme, la bête d'Argos a mis la ville en poudre (Claudel, Agamemnon,1896, p. 886).
Spécialement
a) Dans le domaine ménager.Produits d'entretien, lessive en poudre; poudre à récurer; poudre antiparasite, insecticide. Dans les villes [de Hollande], j'ai vu des marchands parcourir les rues et vendre aux ménagères toutes les poudres et tous les liquides en usage pour le polissage et le nettoiement (Du Camp, Hollande,1859, p. 152).J'ai vu, dans une savonnerie italienne, des femmes dont la tâche consistait à (...) transporter (...) des caisses de savon en poudre qui pesaient quarante kilos (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 370):
7. − Je ne sais quel banquier richissime, raconte Guitry, entre chez un herboriste. Il dit : « Avez-vous de la poudre à punaises? − Oui, Monsieur. − Donnez-m'en pour quatre sous. − Dans un cornet? − Non! Ici », dit le banquier en ouvrant d'un doigt son col de chemise. Renard, Journal,1900, p. 594.
b) ALIM. Café, chocolat, lait en poudre; poudre de lait, d'œufs. Emma (...) n'avait jamais vu de grenades ni mangé d'ananas. Le sucre en poudre même lui parut plus blanc et plus fin qu'ailleurs (Flaub., MmeBovary,t. 1, 1857, p. 56).J'ai tenté un cacao qui a mal tourné. La poudre ne s'est pas diluée (...). Fallait-il attendre pour verser la poudre que le lait ait bouilli complètement? (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1908, p. 18).
c) COSMÉTOLOGIE
α) Poudre (à cheveux, à perruque). Amidon pulvérisé et parfumé que l'on utilisait au xviiies. sur les cheveux ou les perruques. Sac à poudre. L'usage de la poudre amena, dans la coiffure des hommes et des femmes, des changements innombrables (Jouy, Hermite,t. 4, 1813, p. 276).En 1759 ou 1760... j'étais un « visage de plâtre » comme on surnommait alors les jeunes officiers à cause de la poudre de nos perruques qui nous inondait la figure et les épaules (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 349).
Expr., vieilli. Un œil de poudre. V. œil IV B 2.
β) Poudre (de riz). Substance pulvérulente parfumée et colorée utilisée sur la peau comme fard. Poudre compacte, libre; boîte, houppe à poudre; se mettre de la poudre, un nuage de poudre. Ma grand'mère (...) le trouva un jour installé dans son cabinet de toilette, le nez sur une boîte de poudre d'iris qu'il respirait d'un air sérieux et recueilli (Sand, Hist. vie,t. 2, 1855, p. 276).La blanche fiancée, barbouillée de poudre de riz comme un goujon avant la friture, piétinait d'impatience (About, Nez notaire,1862, p. 202):
8. Mademoiselle Vergne (...) avait pris à chacun des magasins de luxe qui entouraient le ministère sa spécialité la moins coûteuse, à Coty le parfum réclame, à Orsay le dernier rouge, à Rigaud la poudre à 3,25. Giraudoux, Bella,1926, p. 195.
[En appos. avec valeur d'adj. ou comme 2eélém. d'un mot comp.] Un fard-poudre rouge sculpte la pommette (Elle,6 déc. 1976, p. 119, col. 2).Fond de teint poudre. Il associe les caractéristiques du fond de teint et de la poudre (Elle,10 nov. 1980, p. 94, col. 1).
d) JOAILL. Poudre de diamants. Poussière qui provient de la taille des diamants, ou du broyage de diamants sans valeur, et sert à la taille des pierres précieuses. (Dict. xixeet xxes.).
Poudre d'or. Or natif en parcelles très fines. Poudre d'or de Guinée (Littré). C'est là, sur cette côte d'Oman et de Bahrain (...) que venaient se vendre les aromates et les pierres précieuses de Ceylan (...), la poudre d'or et l'ivoire d'Afrique (Volney, Ruines,1791, p. 36).Je ne me crus tranquille qu'après avoir (...) réalisé ma poudre d'or en valeurs commerciales (Balzac, Facino Cane,1836, p. 384).
e) MAT. PLAST. Poudre à mouler. Résine synthétique destinée au moulage et se présentant sous forme pulvérulente ou granuleuse ou encore sous forme de granulés, petits cubes, perles... (d'apr. Delorme 1962).
f) PHARM. Composition obtenue par pulvérisation de substances animales, végétales, ou chimiques, présentée sous cette forme ou sous forme de cachets, comprimés, granulés. Poudre de charbon, de digitaline, de talc; poudre dentifrice, épilatoire, purgative. C'était un bateleur dentiste en tournée, qui offrait au public des râteliers complets, des opiats, des poudres et des élixirs (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 228).[Les dirigeants de la secte « Moon »] donnent des tranquillisants, notamment aux garçons pour calmer leur sexualité. Et du ginseng, dont Moon a le monopole de l'importation en France. C'est une sorte de poudre très vitalisante à petites doses, qui fait briller les yeux (L'Express,26 janv. 1976, p. 58, col. 3):
9. Mes poudres? ... Eh bien, ma très-honorée dame, ce sont tout simplement des poudres homéopathiques (...) d'innocentes poudres homéopathiques, et d'après le dosage des plus célèbres maîtres de Paris et de Londres... Goncourt, MmeGervaisais,1869, p. 250.
Poudre sympathique*, poudre de sympathie*.
En partic. [En parlant de poisons, de drogues] Le duc d'Orléans, après avoir tâché de corrompre la foi de deux nobles serviteurs du Roi, en trouva deux autres moins fidèles qui composèrent une poudre empoisonnée (Barante, Hist. ducs Bourg.,t. 3, 1821-24, p. 40).
[P. allus. hist.] Poudre de succession. [Nom donné à l'arsenic par une célèbre empoisonneuse du xviies., La Voisin] Pouancé, mon docteur, capable de poudre de succession s'il devait hériter, mais d'un savoir cosmétique merveilleux! (Péladan, Vice supr.,1884, p. 166).
TOXICOL. Héroïne. Qui dit poudre dit embrouilles. Dans ce milieu là, on se balance les uns les autres. Et puis c'est une autre culture, trop morbide. Il n'y aura jamais d'héroïne à Barbès, rien que des herbes à fumer (Actuel,oct. 1981, p. 155, col. 1).
3. Substance pulvérulente explosive utilisée pour le lancement d'un projectile par une arme à feu ou pour provoquer une explosion. Fabrique de poudre; baril à poudre, tonneau de poudre; faire détoner, exploser la poudre; traînée de poudre; odeur de la poudre; poudre à tirer; poudre à la nitroglycérine. Des convois de poudre, de boulets en route, tout blancs de givre (Erckm.-Chatr., Conscrit 1813,1864, p. 69).Comment, sans poudre et avec des instruments imparfaits, désagréger ces roches? (Verne, Île myst.,1874, p. 154):
10. ... l'arme, avec une poire à poudre, de la grenaille et des capsules dans une boîte en fer-blanc, car c'était un vieux fusil à chien... Ramuz, Gde peur mont.,1926, p. 83.
Service des Poudres ou absol. Les Poudres. Service relevant du Ministère des Armées, chargé de l'étude et de la fabrication des poudres et des explosifs non monopolisés. Le CEA aborda dès 1952 l'étude de la séparation isotopique de l'uranium dont les premiers travaux furent confiés au service des Poudres (Goldschmidt, Avent. atom.,1962, p. 118).
[P. allus. hist.] Conspiration des Poudres. Conspiration tramée en Angleterre, en 1603, par des catholiques contre le Roi et le Parlement. La veille, selon une coutume invariable depuis la catholique conspiration des Poudres (...), une délégation du Parlement entourée des soldats de la Tour, hallebarde au bras et lanterne à la main, est descendue inspecter les caves pour s'assurer que nul n'a la pensée de faire sauter le Roi (Morand, Londres,1933, p. 225).
En partic.
Coton-poudre*.
Poudre à canon. V. canon1B 1 a.
Poudre blanche. ,,Explosif formé de sucre, chlorate de potassium et ferrocyanure de potassium`` (Duval 1959). V. aussi poudre noire, infra ex. de Genevoix.
Poudre de chasse, poudre à giboyer, à tirer (vx). Poudre noire fine destinée aux munitions pour armes de chasse. Poudre de chasse fine, extra-fine, superfine. On mêlait de la poudre de chasse au tabac du vieux, on versait des drogues dans sa carafe d'eau (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Hérit., 1884, p. 468).
Poudre (noire). Mélange de salpêtre, de soufre et de charbon de bois. J'ai (...) des cartouches à pleine charge dont la poudre blanche claque raide, autrement sec et gai que la poudre noire des anciens et son gros tonnerre enfumé (Genevoix, Raboliot,1925, p. 142).
Poudre propulsive ou balistique. V. propulsif I B.
Poudre pyroxylée, colloïdale, poudre sans fumée. Poudre à base de nitrocellulose (d'apr. Pyrotechnie 1972).
P. ext. Combustible solide utilisé pour la propulsion d'un moteur-fusée. (Dict. xxes.).
Expr. fig.
Cela sent la poudre, (il y a) de la poudre dans l'air. (Il y a) des menaces de conflit, d'incident. J'ai observé la figure de la Colomba aujourd'hui. Elle a quelque chose dans la tête. Je sens de la poudre en l'air (Mérimée, Colomba,1840, p. 72).
Être vif comme la poudre. Être d'une grande vivacité. Ce jeune homme me plaît. Vif comme la poudre, prompt comme son épée, emporté, même un peu colère, mais loyal et franc comme l'or! (Sandeau, Mllede La Seiglière,1848, p. 240).Un capitaine de zouaves amputé de la jambe, vif comme la poudre et affligé de philantropie (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 68).
C'est la poudre. C'est une personne très vive. Le marquis : Eh bien, est-ce pour aujourd'hui? Gargaret : Descendez toujours... je vous rejoins... (Seul). Ce marquis est d'une vivacité!... c'est la poudre! (Labiche, Doit-on le dire?1873, i, 9, p. 25).
Faire parler la poudre. Utiliser les armes à feu. Partout on donnait à Tartarin des fêtes splendides (...), des fantasias... en son honneur, des goums entiers faisaient parler la poudre et luire leurs burnous au soleil (A. Daudet, Tartarin de T.,1872, p. 120).Tout ce qui a une arme se met à tirer à l'envi (...). Les hommes des forces de l'intérieur font, de toutes parts, parler la poudre (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 314).
Mettre le feu aux poudres. V. feu1I A 1.
N'avoir pas inventé la poudre. V. inventer A 1.
Prendre la poudre d'escampette*.
Se répandre comme une traînée* de poudre.
Tenir sa poudre sèche. Se préparer à toute éventualité, être vigilant. Souhaitons que les manifestations de l'opinion publique, déjà si claires, s'accentuent. Ayons confiance en Dieu, et tenons notre poudre sèche (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 500).
(Jeter, tirer, user sa) poudre aux moineaux. (Faire des) efforts inutiles. La vie se passait en discussions oiseuses. C'était un fracas de mots vides, de poudre aux moineaux (A. Daudet, Femmes d'artistes,1874, p. 36).De deux choses l'une : ou votre caricature de révolution (...), qui jette sa poudre aux moineaux (...), réussira... (Arnoux, Roi,1956, p. 67).
REM. 1.
Poudrederisé, poudrederizé, -ée, adj.Qui a l'aspect de la poudre de riz; qui est couvert de poudre de riz. Elle était (...) vêtue d'une robe de soie verte qui laissait passer (...) ses bras énormes et son énorme gorge, d'un rose rouge poudrederizé (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Soirée, 1887, p. 587).La première apparition d'Artémis, sortant de sa tente en sa blancheur poudrederizée, a le charme sculptural d'un Bernin (Levinson, Danse,1924, p. 20).Au fig. Il ne faut (...) point considérer l'ancien jeu français « comme un jeu perpétuellement musqué, poudrederisé, minuscule » (La Laurencie, Éc. fr. violon,1924, p. 117).
2.
Poudrerizer, verbe trans.Recouvrir de poussière. De la brise parfois poudrerizait Les joues... (La Varende, Tourmente,1948, p. 84).
3.
Poudrerisé, poudrerizé, -ée, adj.[En parlant d'une pers. ou d'une partie de son corps] Couvert de poudre de riz. Nez poudrerisé. Baron de Louis-Philippe autrefois haut coté, À force de baiser des mains poudrerizées (Lorrain, Modern.,1885, p. 102).Femmes voilées et poudrerisées (Gyp, Raté,1891, p. 18).Du temps de ma jeunesse c'était une odeur [la poudre de riz] qui me faisait rêver au point d'en rester debout, pétrifié et abruti. Souvent, j'embrassais sa joue poudrerizée et je me mettais en même temps à renifler si fort que ma mère se mettait à rire nerveusement (Giono, Chron.,Noé, 1947, p. 166).
4.
Poudrure, subst. fém.,littér. Fine poudre. Des roues de moulin noires battant l'eau claire et faisant au soleil de la poudrure en verre (Jammes, De l'angélus,1898, p. 43).
Prononc. et Orth. : [pu:dʀ ̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1100 « poussière » puldre (Roland, éd. J. Bédier, 3633); 1559 ietter la poudre en l'œil à (qqn) « l'emporter sur » (Amyot, Cicéron, 30 ds Littré); 2. a) 1180-90 « substance finement broyée et pilée » (Roman d'Alexandre, br. III, 3648 ds Elliott Monographs, II, 225); b) xiiies. pharm. (Antidotaire Nicolas, éd. P. Dorveaux, p. 102); c) 1328 « amidon ou riz pulvérisé dont on se sert pour la toilette » (Inventaire de Clémence de Hongrie ds Gay); 1845 poudre de riz (Le Moniteur de la mode, 30 nov. ds Quem. DDL t. 16); d) 1556 « sable dont on saupoudre l'écriture pour la sécher » (Bibl. nat., ms. français 10406, fol. 17 ds Gay); spéc. α) 1380 pouldre de duc « sorte d'épice » (Eustache Deschamps, Le Miroir de mariage, 1383, éd. G. Raynaud, IX, 48); β) 1606 poudre de diamant (trad. de Folengo, Merlin Coccaie, 1. ii, -i, 47- ds Hug., s.v. diamant); γ) 1694 poudre d'or (Ac.); 3. a) 1361 « mélange explosif dont on charge les armes à feu » pourre (Garnier, L'Artillerie de la commune de Dijon, p. 5 à 7 ds Gay); 1417 poudre de quanons (Id., ibid.); 1690 sentir la poudre à canon (Fur.); b) 1660 poudre de plomb « petit plomb de forme ronde qui sert à tirer les petits oiseaux » (Oudin Fr.-Esp.); c) 1690 poudre fulminante « poudre qui détonne par le choc » (Fur., s.v. fulminant). Du lat. pulverem (cf. aussi FEW t. 9, p. 572b, note 62), accus. de pulvis, pulveris « poussière »; pour la concurrence entre poudre et poussière*, v. Bl.-W.5, FEW t. 9, pp. 570-571 et A. Stefenelli, Geschichte..., notamment p. 201. Fréq. abs. littér. : 1 886. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 626, b) 4 318; xxes. : a) 2 381, b) 2 029. Bbg. Quem. DDL t. 5 (s.v. poudrederizé).

Article lié : Poudre de perlimpinpin : définition et origine de l’expression

Wiktionnaire

Nom commun - français

poudre \pudʁ\ féminin

  1. Substance solide broyée ou pilée.
    • Avant de servir au tannage des cuirs, l’écorce de chêne est hachée mécaniquement ou à la main, puis réduite entre des meules en une poudre grossière qui prend le nom de tan. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 175)
    • La poudre de quinquina mélangée de chaux, est agitée avec des huiles lourdes de pétrole qui dissolvent la quinine. — (Cousin et Serres, Chimie, physique, mécanique et métallurgie dentaires, 1911)
    • Ainsi, qui voulait inventer la poudre, devait élaborer des blocs solides. Et puis, quelle poudre au juste ? Il y avait de la poudre à canon, de la poudre à lever, de la poudre pectorale, de la poudre à récurer ou encore de la poudre de tripoli, selon ce que chacun des inventeurs avait moulu. — (Kurt Schwitters, Auguste Bolte, 1922 ; traduit de l’allemand par Robert Valançay, 1967, page 50)
    • Les paysans n’utilisaient que fort peu d'engrais chimiques; ils fumaient leurs champs et purinaient leurs prairies, semaient parfois des cendres, de la scorie, de la chaux ou de la poudre d'os. — (Armand Maillard, Raconte encore, Grand-père!, Éditions La Sarine, 1998, page 55)
    • Poudre impalpable, poudre si déliée qu’on ne la sent presque pas sous le doigt.
    • Poudre de diamants, diamant broyé dont on se sert pour tailler les diamants.
    • Poudre d’or, or en petites parcelles.
  2. Produit pulvérisé dont on se sert en parfumerie et en médecine.
    • Base d’une sorte de médecine coranique, la graine de nigelle, elle aussi recommandée par un hadith (une parole rapportée) du Prophète et réputée soulager les maux les plus divers, se décline en poudre ou en huile essentielle. — (Bernadette {Sauvaget, Halal est grand, dans Libération, des 8 et 9 janvier 2011)
    • Poudre dentifrice.
    • Poudre à lessiver.
  3. Sable dont on saupoudre l’écriture pour la sécher.
  4. Amidon ou du riz pulvérisé dont on se sert pour la toilette.
    • Poudre d’amidon.
    • Mettre de la poudre.
    • Boîte à poudre.
    • Un œil de poudre, un soupçon de poudre, une légère couche de poudre.
  5. Mélange explosif dont on charge les armes à feu.
    • Les obus sont chargés avec une poudre spéciale appelée lydite, dont les essais ont donné des résultats terrifiants. — (La France Libre, du 29 août 1898, page 2)
    • Mais au lieu des secours attendus, ses habitants ne reçurent de Joseph I que l'ordre de l'évacuer. Ils obéirent malgré eux, mais non sans avoir encloué leur artillerie et mis le feu à leurs maisons et aux poudres. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 148)
    • Alors il inclina le goulot vers la feuille de papier blanc et une pincée de poudre noire en sortit. Je m’approchai, hypnotisé… C’était donc ça, la poudre, la terrible substance qui avait tué tant de bêtes et tant d’hommes, qui avait fait sauter tant de maisons, et qui avait lancé Napoléon jusqu’en Russie… On aurait dit du charbon pilé, rien de plus… — (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, pages 239-240)
    • […] quand on vient de défourailler, il subsiste des molécules de poudre sur les doigts. — (San Antonio, Trempe ton pain dans la soupe, S-A 173, Fleuve Noir, 1999).
    • Chaque canonnier était à sa place : l’un tenait une longue louche, un autre un boutefeu en bois et une grande bougie incandescente, prêt à allumer la poudre, […]. — (C.-J. Sansom, Corruption, Place Des Éditeurs, 2011)
  6. Propulseur de fusée.
  7. Fin duvet produit par certaines espèces d’oiseaux et se présentant un peu comme des pellicules
    • Tous les perroquets produisent de la poudre.
    • Tirer sa poudre aux moineaux.
  8. (Vieilli) Poussière.
    • Dieu a dit au premier homme : Tu es poudre, et tu retourneras en poudre. Il ne s’emploie guère en ce sens que par affectation ou dans le style biblique, Poussière seul est maintenant usité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

POUDRE (pou-dr') s. f.
  • 1Légères particules de terre desséchée qui couvrent le sol ou s'élèvent en l'air. Qu'ils soient comme la poudre et la paille légère Que le vent chasse devant lui, Racine, Esth. I, 5. Contre le vent, la poudre et la soleil, La Bruyère, VII. Après ce jour de Fontenoi, Où couvert de sang et de poudre…, Voltaire, Épît. LXVIII. Ce vieil astre [le soleil] s'endort, fatigué et brûlant, dans la poudre du soir, Chateaubriand, Génie, I, V, 2.

    Ce pain sent la poudre, il a été fait avec du blé qui avait un goût de poudre.

    Terme de manége. Battre la poudre, se dit d'un cheval qui met les pieds de devant près de l'endroit où il vient de les lever.

    C'est de la poudre à la Saint-Jean, se dit d'une chose qui est de saison et dont on ne doit pas s'étonner.

    Fig. et poétiquement. Dans la poudre, se dit des personnes qui cèdent et tombent devant une force supérieure. Il parle, et dans la poudre il les fait tous rentrer, Racine, Esth. I, 3. Allons, à leurs regards il faut donc se montrer ; Dans la poudre à l'instant vous les verrez rentrer, Voltaire, Alz. III, 6.

    Mordre la poudre, voy. MORDRE, n° 4.

    Fig. Jeter de la poudre aux yeux, éblouir, surprendre par des discours, par des apparences. D'Harcourt savait jeter force poudre aux yeux par des interrogations hardies, Saint-Simon, 101, 73. Tel fut le discours que me tint don Gabriel avec un air de persuasion qui me jeta de la poudre aux yeux, Lesage, Estev. Gonz. 55. Vous savez que la livrée d'un premier ministre jette de la poudre aux yeux, Lesage, Gil. Bl. XI, 6.

    Au XVIIIe siècle, jeter, mettre de la poudre aux yeux, éclipser, surpasser. Je suis transporté de joie, quand, par ce que vous faites et ce que vous m'écrivez, je reconnais quelque avantage sur vous-même ; et pour le commun, il y a longtemps que vous lui avez mis la poudre aux yeux, Malherbe, Épît. de Sénèque, XXXIV. Et si dès cet hiver nous ne jetons de la poudre aux yeux de MM. de l'hôtel de Bourgogne, je veux ne monter jamais sur le théâtre, Scarron, Rom. com. I, 11. Que les actrices [à Saint-Cyr, dans Esther], même celles qui étaient transformées en acteurs, jetaient de la poudre aux yeux de la Champmeslé, de la Raisin, de Baron et de Montfleury, La Fayette, Mém. cour de France, Œuv. t. II, p. 412, dans POUGENS.

    En ce sens, cette locution n'est plus usitée ; elle prend son origine des coureurs qui, gagnant le devant, jettent de la poudre aux yeux de ceux qui les suivent, en élevant le menu sable et la poudre par le mouvement de leurs pieds.

    En poudre, détruit, renversé. Cet assaut… Pousse et jette d'un coup ses défenses en poudre, Malherbe, I, 4. Puissé-je de mes yeux y voir tomber ce foudre [sur Rome], Voir ses maisons en cendre, et tes lauriers en poudre, Corneille, Hor. IV, 5. Encore une victoire et mon trône est en poudre, Voltaire, Henr. IX.

    Familièrement, en poudre, abîmé. Votre teint n'est-il point en poudre ? Sévigné, 235. Mlle de Méri désapprouve fort le fiel de bœuf [comme cosmétique] ; elle dit qu'avec l'air de Grignan, c'est pour vous mettre en poudre, Sévigné, 26 juin 1675.

    Mettre en poudre, ruiner, détruire. Ces colosses d'orgueil furent tous mis en poudre, Malherbe, II, 12. On m'aurait mis en poudre, on m'aurait mis en cendre Avant que…, Corneille, Poly. IV, 5. Nabuchodonosor met tout en poudre, Bossuet, Hist. II, 4.

    Fig. Mettre en poudre un raisonnement, un livre, critiquer un raisonnement, un ouvrage de manière à n'en laisser rien subsister. [L'erreur de Vigilance sur le culte des saints] que saint Jérôme mit en poudre dès sa naissance, Bossuet, 3e avert. 9.

    Réduire en poudre, anéantir. Dieu, qui foudroie toutes nos grandeurs jusqu'à les réduire en poudre, ne nous laisse-t-il aucune espérance ? Bossuet, Duch. d'Orl. Un bruit court que le roi va tout réduire en poudre, Boileau, Ép. VI. J'ai cru vous voir tout prêt à me réduire en poudre, Racine, Esth. II, 7.

    Fig. Faire de la poudre, faire des embarras, faire la mouche du coche. Je vous remercie de la fable de la mouche ; elle est divine : on ne trouve en son chemin que des occasions de penser à elle : ô que je fais de poudre ! hé mon Dieu, que cela est plaisant ! Sévigné, 334.

  • 2Il se dit des particules de toute espèce qui se déposent dans les appartements et qui se soulèvent par la moindre agitation. Ce grand escogriffe de maître d'armes qui remplit de poudre tout mon ménage, Molière, le Bourg. III, 3.

    La poudre des bibliothèques, la poudre qui s'accumule dans les bibliothèques, et fig. l'oubli qui atteint un livre. Oh ! que d'écrits obscurs, de livres ignorés Furent en ce grand jour de la poudre tirés ! Boileau, Lutr. V.

    On dit dans un sens analogue : la poudre d'un greffe. J'allai loin du palais errer sur le Parnasse ; La famille en pâlit, et vit en frémissant Dans la poudre du greffe un poëte naissant, Boileau, Ép. V. J'en écris [d'une méprise de la justice] à un de mes neveux… ce jeune homme… trouve, après bien des recherches, la minute de l'arrêt de la Tournelle, égarée dans la poudre d'un greffe, Voltaire, Pol. et lég. la Méprise d'Arras.

  • 3Il se dit, dans le langage biblique, de la poussière, de la terre qui compose le corps de l'homme. Vous êtes poudre, et vous retournerez en poudre, Sacy, Bible, Genèse, III, 19. Grande reine, je satisfais à vos plus tendres désirs, quand je célèbre ce monarque [Charles Ier] ; et ce cœur qui n'a jamais vécu que pour lui, se réveille, tout poudre qu'il est, et devient sensible, même sous ce drap mortuaire, au nom d'un époux si cher, Bossuet, Reine d'Anglet. Ici [dans le tombeau] nos fiers aïeux, par la haine animés, S'embrassent dans la poudre unis et désarmés, Ducis, Roméo, v, 1. Nous voyons à ses pieds [du Temps] rapides La poudre des siècles passés, Béranger, Temps.
  • 4Ce qu'on met sur l'écriture pour empêcher qu'elle ne s'efface. Poudre de buis, de bois d'acajou.
  • 5Amidon pulvérisé et aromatisé dont on se sert pour les cheveux. Sac, boîte à poudre. Porter de la poudre. M. le Prince fit faire hier sa barbe… un valet de chambre, abusant de sa patience, le frisa, lui mit de la poudre, Sévigné, 399.

    Un œil de poudre, une teinte légère de poudre.

  • 6Substance quelconque réduite en particules aussi petites qu'il est possible de le faire par les moyens mécaniques. De la poudre d'iris, de corail. Café en poudre. Tabac en poudre. Poudre de violette ou de violettes. Il faut payer à nos voisins quatre millions d'un article, et cinq ou six d'un autre, pour mettre dans notre nez une poudre puante venue de l'Amérique, Voltaire, l'Homme aux 40 écus, Début.

    Poudre impalpable, poudre si menue qu'on ne la sent presque pas sous les doigts.

    Poudre d'or, l'or qui est en petites parcelles. De la poudre d'or de Guinée.

    Poudre de plomb, synonyme de cendrée, plomb très menu dont on charge les fusils pour tuer le gibier de petite espèce.

    Poudre de diamants, poudre faite avec des diamants broyés, et dont on se sert pour tailler les diamants.

    Il se dit, par extension, de diamants si petits qu'à peine peut-on les mettre en œuvre. Ce n'est là que de la poudre de diamants.

  • 7Poudre d'or, mica jaune réduit en poudre, dit aussi or de chat ; le mot scientifique est ammochryse.

    Poudre d'argent, mica blanc mêlé de sable.

    Poudre à mouches, arsenic natif testacé, réduit en poudre.

    Poudre de fusion, mélange de nitrate de potasse, de soufre et de sciure de bois, servant à faciliter la fonte de certains métaux ou minerais.

    Poudre à dorer le cuivre, or mussif.

    Poudre d'or des peintres, or de coquille, voy. OR, n° 3.

  • 8Préparation pharmaceutique résultant de la pulvérisation des substances médicinales solides. Poudre tempérante. J'ai vu le bon homme de Lorme… il veut que je prenne de sa poudre au mois de septembre, Sévigné, 301.

    Poudres simples, celles qui proviennent d'une seule substance ; poudres composées, celles qui résultent du mélange de plusieurs poudres simples.

    Poudres gazifères, poudres destinées à produire extemporanément des eaux gazeuzes artificielles.

    Poudre de Vienne, escharotique composé de 5 parties de potasse caustique à la chaux et 6 parties de chaux vive.

    Poudre vomitive d'Helvétius, poudre composée de 2 parties d'émétique, de 1 partie d'ipécacuanha, et de 16 parties de crème de tartre.

    Poudre du duc, ancienne préparation faite de cannelle et de sucre blanc et dont on usait après le repas pour fortifier l'estomac.

    Poudre impériale, poudre qui se faisait dans la Grande Chartreuse, et dont les vertus étaient vantées pour toutes sortes de plaies.

    De la poudre de perlimpinpin, voy. PERLIMPINPIN.

    Prendre de la poudre d'escampette, s'enfuir.

  • 9Poudre de succession, poison dont une femme, nommée la Voisin, faisait commerce, vers le milieu du XVIIe siècle.

    Poudre de sympathie, voy. SYMPATHIE.

    Terme d'alchimie. Poudre de projection, voy. PROJECTION.

  • 10Poudre à canon, ou, simplement, poudre, mélange de soufre, de salpêtre et de charbon qui donne lieu à un violent dégagement de gaz dont la force d'expansion est utilisée dans les armes à feu pour lancer des projectiles ; on fabrique en France diverses sortes de poudres, différant par le dosage et le procédé de fabrication : poudre de guerre, deux espèces, poudre à canon, poudre à mousquet ; poudre de chasse, fine, extra-fine, superfine ; poudre de mine ; poudre de commerce extérieur. Berthelot, commissaire général des poudres et salpêtres de notre royaume, Cons. d'État, 30 nov. 1677, Lett. pat. Tu sais que, depuis l'invention de la poudre, il n'y a plus de places imprenables, Montesquieu, Lett. pers. 105. On a prétendu que Roger Bacon, moine anglais, antérieur d'environ cent années au moine allemand [Schwartz], était le véritable inventeur de la poudre, Voltaire, Tactique. L'art de se détruire est non-seulement tout autre de ce qu'il était avant l'invention de la poudre, mais de ce qu'il était il y a cent ans, Voltaire, Louis XIV, 18. Il résulte des expériences de M. d'Arci que plus la poudre s'enflamme vite, plus elle a de force, Condorcet, d'Arci. L'expérience a fait voir qu'il y a toujours une partie de la poudre qui ne s'enflamme point ; et cette partie n'est pas toujours proportionnelle à la quantité employée, Brisson, Traité de phys. t. I, p. 229. Les poudres explosives ont été de tout temps connues des Indous et des Chinois ; ces derniers avaient, au Xe siècle, des chars à foudre qui paraissent avoir été des canons, Silvestre de Sacy, Instit. Mém. inscr. et belles-lett. t. VII, p. 416.

    Poudre à giboyer, ou, poudre à tirer, ou, plus ordinairement, poudre de chasse, la poudre la plus fine qui sert à la chasse. Nous avons réglé le prix… à raison de 24 sols la livre de poudre à giboyer, 12 sols celle à mousquet, Cons. d'État, 30 nov. 1677, Lett. pat. La poudre de chasse est soumise à une manipulation de plus que la poudre de guerre ; on la lisse avant de la sécher ; du reste, on la fait de la même manière, si ce n'est qu'on emploie un tamis plus fin pour la grener, Thenard, Traité de chim. t. II, p. 495, dans POUGENS.

    Poudre de mine, la poudre la moins parfaite, dont on ne se sert que pour charger les mines.

    Poudre de traite, poudre fabriquée pour être vendue dans les contrées où se faisait la traite des nègres.

    Poudre vive, lente, brisante, ainsi dite selon la rapidité de l'inflammation et l'effet produit sur les armes à feu.

    Poudre comprimée, poudre qui, ayant été agrégée par une forte pression, peut être employée pour le chargement des armes à feu, sans être maintenue dans une enveloppe de papier, carton ou serge.

    Poudre radoubée, poudre primitivement avariée à laquelle on a rendu ses qualités à l'aide d'une opération spéciale nommée radoub.

    Magasin à poudre, magasin où l'on conserve la poudre.

    Conspiration des poudres, conspiration tramée en Angleterre, en 1603, par quelques catholiques, qui se proposaient de faire sauter le roi et le parlement au moyen d'une mine. Un Perci, de la maison de Northumberland, un Catesbi et plusieurs autres conçurent l'idée de mettre trente-six tonneaux de poudre sous la chambre où le roi devait haranguer son parlement, Voltaire, Mœurs, 179.

    Il n'a pas inventé la poudre, voy. INVENTER, n° 1.

    Fig. Tirer sa poudre aux moineaux, se donner de la peine inutilement. Croyez-moi, c'est tirer votre poudre aux moineaux, Molière, Éc. des mar. II, 9. Après avoir déchargé leurs pistolets sur les Espagnols avec tant de précipitation, qu'ils ne firent que tirer, comme on dit, leur poudre aux moineaux, Lesage, Estev. Gonz. 22. Le cher correspondant est supplié de vouloir bien faire mettre à la poste tous ces petits pistolets de poche [petits écrits] ; il paraît par tout ce qui nous revient, qu'on ne tire pas toujours sa poudre aux moineaux, et qu'on effraie quelquefois les vautours, Voltaire, Lett. Bordes, 4 avr. 1768.

    Fig. Ce pays sent la poudre à canon, il est limitrophe de l'ennemi.

    Faire parler la poudre, commencer la guerre.

    Fig. Mettre le feu aux poudres, commencer, faire éclater quelque grosse affaire, qui fera événement. Il n'y avait plus qu'à mettre le feu aux poudres, suivant l'expression du cardinal Albéroni, Voyer Marquis D'Argenson, Mém. p. 176, dans POUGENS. Cellamare ne parle que de mettre le feu aux poudres, Voltaire, S. de Louis XV, 1.

    Fig. Le feu prend aux poudres, se dit de quelqu'un qui s'enflamme tout à coup, qui se livre à un soudain accès de colère. À peine eut-on dit cela que le feu prit aux poudres.

    Il est vif comme la poudre, il est comme la poudre, se dit de quelqu'un qui prend feu tout de suite. On dit aussi dans le même sens : c'est la poudre.

    Les poudres, partie de l'administration militaire où l'on s'occupe de la fabrication et de la vente des diverses poudres. Ci-gît le bon monsieur de Coudres, Renommé pour sa pesanteur ; S'il eut un emploi dans les poudres, Ce ne fut pas comme inventeur, Pons, (de Verdun), Contes et poés. div. p. 187.

  • 11Poudre fulminante, poudre qui détone fortement par le choc ou le frottement, et dont la composition diffère de la poudre ordinaire. Le fulminate de mercure est une poudre fulminante ; on en obtient une aussi en mélangeant du chlorate de potasse à du sulfure d'antimoine. Un grain de poudre fulminante [de platine], chauffé graduellement, détone avec dégagement de lumière, et produit un bruit plus fort qu'un coup de pistolet, Thenard, Traité de chim. t. II, p. 158, dans POUGENS.
  • 12Poudre de coton, ou poudre-coton, voy. PYROXYLE.
  • 13Le thé poudre à canon, voy. THÉ.

SYNONYME

POUDRE, POUSSIÈRE. Poudre et poussière, pour signifier la terre desséchée, divisée et réduite en particules, ne sont synonymes que dans le style élevé ; hors de ce style, c'est poussière que l'on dit et non poudre : Il s'élève dans les chemins beaucoup de poussière. Au contraire, quand il s'agit de substances pulvérisées, c'est poudre qu'il faut dire et non poussière : Du tabac en poudre.

HISTORIQUE

XIe s. Granz est li chauz, si se leve la puldre, Ch. de Rol. CCLXVI.

XIIIe s. Renart li fet honte et anui, Soufrir l'estuet, ce poise lui : Bien le voudroit avoir conquis, De la poudre li jete el vis, Ren. 15028. Ahil Mahomet sire, com vous soloie amer ! Se jamais en ma terre puis un jour sejorner, Je vous ferai ardoir et à porre venter, Ch. d'Ant. VIII, 1313.

XVe s. On alla en sa maison, où l'on trouva de la poudre de salpestre [poudre à canon], Froissart, liv. II, p. 149, dans LACURNE. Pouldre de duc pour l'ypocras, Deschamps, Poésies ms. f° 497. Les bleds estoient grands et la pouldre la plus terrible du monde, tout le champ semé de mors et de chevaulx, et ne se congnoissoit nul homme mort pour la pouldre, Commines, I, 4. Se je n'eusse esté si hastif De mettre le feu en la pouldre, J'eusse destruit et mis en foudre Tant quanque avoit de damoiselles, Villon, Archer de Bagnolet.

XVIe s. Les Maures avoient envoyé des gens jusques au nombre de trente mille pour prendre Tripoly ; mais les Espaignoz y estant ont mis es foussez des pouldres artitificiales ; lesquels Maures estant esdits foussez sont estez bruslés et morts jusques au nombre de bien de dix mille, Lett. de Louis XII, t. II, p. 169, dans LACURNE. Mettre pouldre en l'œil [jeter de la poudre aux yeux], G. Cretin, p. 243, dans LACURNE. Aussi tost que l'on y touche tant soit peu [à une terre poudreuse], elle se rompt, et se resoult en pouldre, comme feroit de la chaux vive ou de la cendre, qui la fouleroit, Amyot, Sertor. 23. Tu ne fus pas absous en jugement pour ton innocence, mais pource que je jettay de la poudre aux yeux de tes juges, Amyot, Cicéron, 30. Le parc des poudres, D'Aubigné, Hist. I, 292. Empoisonner une lettre par la pouldre que l'on met sur l'escriture, Carloix, VI, 10. Un œuvre j'ay parfaict, que le feu ny la fouldre, Ny le fer ny le temps ne pourront mettre en pouldre, Du Bellay, J. IV, 80, recto. Les soldats [turcs] ne boivent que de l'eau et ne mangent que riz et de la chair salée mise en pouldre, Montaigne, I. 366.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

POUDRE. Ajoutez :
14Poudres blanches, sorte de sucre en poudre. Il y a, en outre [outre le sucre en pain], les poudres blanches, qui sont le produit direct et très perfectionné de la sucrerie indigène, un sucre très pur, aussi pur, en définitive, que le raffiné, Journ. offic. du 28 févr. 1874, p. 1584, 3e col.
15Poudre blanche désigne encore une superstition du XVIIe siècle, d'après laquelle on croyait qu'il y avait une poudre (à canon ou à fusil) qui était blanche et dont l'explosion avait lieu sans bruit. Rohaut, qui rapporte cette opinion, dit que, selon lui, c'est une façon de désigner la canne à vent (fusil à vent).
16 Poudre d'hospice, tabac à priser que l'administration vend meilleur marché aux établissements hospitaliers, Journ. offic. 6 déc. 1875, p. 10054, 2e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « poudre »

Wallon, poud, pour, poutre, poûre ; picard, paure, poure ; prov. pols ; espagn. polvo ; ital. polve ; du lat. pulvis. Le français puldre, porre, poudre vient du latin pulverem.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin pulvis, pŭlvĕris (« poussière », « sable », « poudre »), apparenté à pulvériser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « poudre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
poudre pudr

Fréquence d'apparition du mot « poudre » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « poudre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « poudre »

  • Le temps sur nos cheveux jette du sucre en poudre.
    Tristan Derème
  • L'eau en poudre : il suffit de rajouter de l'eau pour obtenir de l'eau.
    Jean Baudrillard — Cool Memories - 1980-1985
  • Quand je pense que l’on a inventé l’avion sans pilote et la poudre sans fumée, et que l’on n’a pas été fichu de trouver la dot sans femme...
    Pierre Doris
  • Les femmes n’ont sans doute pas inventé la poudre, mais elles ont sûrement trouvé la houppette pour s’en servir.
    Noctuel
  • Impalpable poudre de perlimpinpin, les mots naissaient de la vapeur, cette vapeur qui ne vous suit pas au-delà du seuil de la salle de bains.
    Elliot Perlman
  • Si la physique n'avait d'autres inventions que celles de la poudre et du feu grégeois, on ferait fort bien de la bannir comme la magie.
    Montesquieu — Mes pensées
  • C'est joli, la poussière, c'est la poudre de riz des choses.
    Natalie Clifford Barney
  • Vous ne toucherez point un papillon sans faire tomber la poudre qui colore ses ailes ; vous n'analyserez point l'amour sans en faire évanouir le charme.
    Octave Pirmez — Heures de philosophie
  • L’encens gâte plus de cervelles Que la poudre n’en fait sauter.
    Pesselier — Fables nouvelles
  • Les trois grands éléments de la civilisation moderne sont la poudre, l'imprimerie et la religion protestante.
    Thomas Carlyle — L'état de la littérature allemande
Voir toutes les citations du mot « poudre » →

Traductions du mot « poudre »

Langue Traduction
Anglais powder
Espagnol polvo
Italien polvere
Allemand pulver
Chinois 粉末
Arabe مسحوق
Portugais
Russe порошок
Japonais パウダー
Basque hauts
Corse pudè
Source : Google Translate API

Synonymes de « poudre »

Source : synonymes de poudre sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot poudre au Scrabble ?

Nombre de points du mot poudre au scrabble : 9 points

Poudre

Retour au sommaire ➦