La langue française

Pivot

Définitions du mot « pivot »

Trésor de la Langue Française informatisé

PIVOT, subst. masc.

A. − Pièce constituant le support ou l'extrémité de l'axe autour duquel tourne un corps. Pivot de bois, de fer, d'acier, de pierre; pivot d'une porte, d'une roue; pivot d'un compas; fauteuil, siège à pivot; pivot à collet, à roulement à billes, à segments. L'aiguille de la boussole se mit à tourner sur son pivot d'une manière extravagante, au point qu'elle s'effaçait à l'oeil comme le rayon d'un char emporté par des chevaux effrayés (Nodier,Fée Miettes, 1831, p.99).L'anémomètre (...) se compose d'un axe, monté sur des pivots très fins et sur lequel sont fixées quatre ailettes planes très légères (Ser,Phys. industr., 1888, p.368).Ponts à pivot. −Dans ce système, l'ensemble est soutenu par une poutre de forme spéciale dite chevêtre qui repose sur la tête d'un pivot autour duquel s'effectue la rotation (Bourde,Trav. publ., 1929, p.306).
Spécialement
HORLOG. Extrémité amincie des axes portant les roues d'une montre. (Dict.xixeet xxes.).
Anciennement, IMPR. Extrémité inférieure de l'arbre de la presse à bras. La partie [de l'arbre de presse] dans laquelle entre le barreau, s'appelle le milieu de la vis, et se continue jusqu'à l'extrémité qui prend le nom de pivot (Momoro,Impr., 1793, p.53).
B. − P. anal.
1. [Désigne un élément, un point, matériel ou fictif, servant de support à un mouvement rotatif, et parfois le mouvement de rotation lui-même] La noblesse vient de la perfection du geste, plus que tout autre chose: de la position des épaules et du mouvement du col [cou] sur son pivot (Bussy,Art dram., 1866, p.264).Les leviers osseux dirigés par la pesanteur ou tordus par le jeu des muscles, les imbrications étroites et les pivots des vertèbres (Faure,Espr. formes, 1927, p.196).La seconde [manoeuvre], employée peut-être plus rarement, et de conception quelque peu germanique, consiste à faire évoluer la ligne des chasseurs autour d'un pivot fictif correspondant approximativement au centre géométrique du territoire de chasse (Vidron,Chasse, 1945, p.19).
Spécialement
a) SPORTS. Partie du corps sur laquelle on prend appui pour exercer une rotation; mouvement de rotation d'une partie ou de l'ensemble du corps. [Dans la danse classique] tourner en dedans, ce n'est pas «être en dedans», c'est tourner du côté de la jambe d'appui (le pivot); en dehors, c'est tourner du côté de la jambe en l'air (Arts et litt., 1935, p.46-1).[Dans la boxe] le pivot va permettre de passer de la position frontale (hanches face à l'adversaire) à la position sagittale (hanches de profil) (Éducation physique et sport, sept. 1973ds Petiot 1982).
[Au basket-ball] Mouvement du porteur du ballon qui, avant de passer celui-ci ou de faire un panier, déplace un pied dans différentes directions en prenant appui sur l'autre maintenu fixe. Son pivot laisse à désirer et il perd bien des balles (L'Auto, 29 nov. 1938ds Petiot 1982).Joueur-pivot. ,,Joueur de grande taille qui se déplace dans la raquette pour recevoir la passe et tirer au panier en pivotant`` (Petiot 1982).
b) ART MILIT. Point ou aile sur lesquels tournent des troupes opérant un mouvement de conversion (v. conversion I A 1). Pour que ce mouvement fût possible, il était nécessaire que la 3earmée, qui devait servir de pivot, fût solide (Joffre,Mém., t.1, 1931, p.359).Dans la bataille décisive de mars-avril 1918, où l'offensive de Ludendorff fut brisée, le Mont-Renaud servit de pivot à la ligne française (Thibaudet,Réflex. litt., 1936, p.149).
2. [Désigne un élément servant de support]
a) BOT. Racine principale (d'une plante, d'un arbre) s'enfonçant verticalement dans le sol. L'orme prolonge les siennes [ses racines] autant que son ombrage sur la pente des collines; le chêne y enfonce son long pivot autant qu'il élève sa cime dans la région des tempêtes (Bern. de St-P.,Harm. nat., 1814, p.240).L'engrais placé au fond du sillon force la jeune plante [la betterave] à se développer perpendiculairement et, par la formation d'un pivot puissant, écarte les dangers des racines latérales (Rouberty,Sucr., 1922, p.32).
b) CHIR. DENT. Tige métallique servant à fixer une couronne artificielle sur la racine d'une dent. Synon. tenon.Dent à pivot; pivot dentaire. Les dentistes de ce pays [l'Amérique] ont inventé, pour remplacer les dents malades, de les couper au lieu de les arracher et de visser, sur les racines demeurées dans la gencive, des dents artificielles à pivot, des crowns, disent-ils dans leur langage technique (Bourget,Actes suivent, 1926, p.9).
Rem. Cette appellation est contestée par certains: ,,Le terme pivot impliquant une possibilité de rotation, cette expression [dent à pivot], parfois utilisée à tort pour «dent à tenon», est à proscrire`` (Bat. 1972).
c) ANAT. ANIM., VÉN. [Chez le cerf, le daim et le chevreuil] Chacun des deux bourrelets osseux situés de part et d'autre de l'apophyse du frontal et qui portent les bois. La hauteur du pivot varie avec l'âge de l'animal; chez le vieux Cerf, il se tasse peu à peu (Burn.1970).
C. − Au fig. Ce sur quoi repose et tourne un ensemble de choses; ce qui est au coeur (d'une action, d'un système, d'une série de phénomènes). Quand on observe combien sont imperceptibles les causes premières qui influent sur notre sort, et les pivots sur lesquels tournent les destinées des hommes, il semble évident que nous sommes sur la terre les jouets de ce que les uns appellent hasard, d'autres fatalité (Crèvecoeur,Voyage, t.3, 1801, p.3).Immobile, l'objet peut être pour l'espace scénique un pivot, un centre vers lequel il gravite : tel le pupitre de l'Électeur à l'acte III du Prince de Hombourg (Serrière,T.N.P., 1959, p.87):
. Mais ce n'est pas sur du bois seulement que le Rédempteur est étendu et crucifié, c'est sur l'Univers dont Il forme désormais le noeud, le centre, la raison d'être, le coeur, le pivot, la pièce essentielle, et vitale, cet organe par qui il respire et communique dans tous ses parties. C'est le monde tout entier qu'Il attrait à Lui à chaque respiration, enracine au plus profond de sa substance par les ramifications de Ses pieds et de Ses mains, et qu'il restitue à Son Père en ce souffle qui est une parole. Claudel,Poète regarde Croix, 1938, p.156.
REM.
Pivotal, -ale, adj.Qui constitue le pivot, qui est au centre de quelque chose. Il y a dans tout groupe une individualité pivotale, autour de laquelle les autres s'implantent et gravitent comme un système de planètes autour de leur astre (Gautier,Hist. romant., 1872, p.19).Alors les résistances statiques sont (...) concentrées en un seul point pivotal (Mathis-Lussy,Rythme mus., 1911, p.5).
Prononc. et Orth.: [pivo]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1174-78 fig. (Étienne De Fougères, Manières, éd. R. A. Lodge, 1116: N'ont sain de pilete en lor pot Në en lor branle de pivot); 1338 technol. (Compte d'Oudart de Laigny, A.N. KK 3a, fo166 rods Gdf. Compl.); 1752 milit. (Trév.: Pivot, en termes de guerre, se dit d'un Sergent qui fait le pivot avec sa hallebarde, afin que les rangs y tournent sans perdre de terrein); 2. 1651 bot. (Bonnefons, Le Jardinier françois, p.26). Prob. dér. d'un mot simple non att. en fr., cf. cependant, malgré la différence de voyelle (-i- par délabialisation du -ü- devant labiale, FEW t.9, p.511b, note 4 et Guir. Lex. fr. Étymol. obsc.), l'ang. pue «dent de peigne de tisserand, de herse» (Verr.-On.), l'a. prov. pua «dent de peigne» déb. xiiies. (Crois. Albig. 8334 ds Levy Prov.) att. auj. sous la forme pivo, puo (Mistral), l'esp. pua «pointe» 1475 (ds Al.), d'orig. incertaine, sans doute d'une forme italique *pŭga apparentée à pungere «piquer» (REW36810, FEW t.9, p.511b; v. aussi Cor.-Pasc.). Il n'est pas nécessaire de rapprocher pivot de pive «cône du sapin» 1611 (Cotgr.), surtout att. dans les régions proches de la Haute Italie (v. FEW t.8, p.551b) et issu de *pipa «flûte» se rattachant au lat. pīpare (v. Bl.-W.1-5), ni même de la famille de pūpa «petite fille» (Nigra ds Archivio glottologico italiano, t.14, pp.359-360) et de son doublet roman *pŭppa «id.», ayant toutes deux développé p.ext. le sens de «mamelon» (Guir., loc. cit.). Fréq. abs. littér.: 162. Bbg. Becker 1970, p.317, 328. _ Lenoble-Pinson (M.). Le Lang. de la chasse. Bruxelles, 1977, pp.123-125. _ Meier (H.). Lat.-rom. Etymol. Wiesbaden, 1981, p.68. _ Sain. Arg. 1972 [1907], p.102.

Wiktionnaire

Nom commun

pivot \pi.vo\ masculin

  1. Support de l’axe autour duquel un corps tourne (pivote).
    • Un moulin à vent se compose essentiellement d’un arbre porté sur un petit bâtiment en bois, qui est susceptible de tourner autour d’un fort pivot vertical, et qui peut par conséquent être orienté convenablement. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 114)
    • Avec une vigueur remarquable, ils se mirent à improviser un blockhaus autour du canon à pivot et à longue portée qu’on avait placé là. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 235 de l’éd. de 1921)
  2. (Par analogie) (Militaire) Aile sur laquelle on tourne, ou le point autour duquel se fait la conversion, en parlant des conversions qu’une troupe exécute.
    • Les hommes du pivot.
    • Dans les conversions en marchant, l’homme qui est au pivot raccourcit le pas.
  3. (Figuré) Celui qui sert d’appui, de soutien.
    • Jamais le lieutenant Dumay, dans ses rêves, n’avait espéré situation pareille ; mais il était encore plus satisfait de se sentir le pivot de la plus riche maison de commerce du Havre. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    1. (Sport) Joueur de basket-ball situé le plus près du panier quand le jeu est en place.
      • Le pivot est généralement le joueur le plus grand et le plus lourd (mais aussi le plus lent) de son équipe. Ce poste est appelé ainsi car, étant la plupart du temps placé très près du panier, il doit souvent pivoter après avoir reçu le ballon pour se retrouver en direction du panier. — (Wikipédia)
      • Le directeur adjoint de la banque du Rock Bridge County était un homme chauve aux jambes et au torse interminables, et dont la voix fluette ne cadrait pas avec son allure d’ancien pivot d’un « cinq » de basket-ball. — (Philippe Labro, L’étudiant étranger, Gallimard, 1986, page 187)
  4. (Botanique) Racine principale de certains arbres, de certaines plantes, qui s’enfonce verticalement en terre.
  5. (Vénerie) Chacun des deux os saillants qui sont situés sur l’os frontal du cerf, du daim, du chevreuil et qui portent le bois de ces animaux.
  6. (Transport) Point de concentration ou de rayonnement des marchandises ou des voyageurs, regroupant des compagnies de transport importantes et des entreprises, situé au centre d’un réseau de plates-formes routières, ferroviaires, aéroportuaires ou fluviales.
  7. (Télécommunications) (Réseaux informatiques) Station pivot.

Nom commun

pivot \ˈpɪ.vət\

  1. Pivot.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PIVOT. n. m.
Support de l'axe autour duquel un corps tourne. Le lutrin tourne sur son pivot. Le pivot d'une roue de montre. Il désigne, par analogie, dans les conversions qu'une troupe exécute, l'Aile sur laquelle on tourne, ou le point autour duquel se fait la conversion. Les hommes du pivot. Dans les conversions en marchant, l'homme qui est au pivot raccourcit le pas. Il se dit quelquefois figurément et signifie Qui sert d'appui, de soutien. Cet homme est le pivot sur lequel toute l'affaire tourne. Ce système de longs crédits est le pivot de toute l'affaire. Il se dit aussi de la Racine principale de certains arbres, de certaines plantes, qui s'enfonce verticalement en terre. En termes de Vénerie, il désigne Chacun des deux os saillants qui sont situés sur l'os frontal du cerf, du daim, du chevreuil et qui portent le bois de ces animaux.

Littré (1872-1877)

PIVOT (pi-vo ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des pivo-z arrondis ; pivots rime avec repos, travaux, peaux, etc.) s. m.
  • 1Morceau arrondi de bois ou de métal sur lequel tourne quelque chose. Le sacristain achève en deux coups de rabot, Et le pupitre enfin tourne sur son pivot, Boileau, Lutr. III.

    Par extension. Le cou, sur lequel la tête est posée et qui paraît comme un pivot sur lequel elle tourne, Bossuet, Connaiss. II, 2.

    Fig. Esprits vastes, mais inquiets et turbulents… qui tournent sans cesse autour du pivot qui les fixe et qui les attache, et qui aiment encore mieux ébranler l'édifice et être écrasés sous ses ruines, que de ne pas s'agiter et faire usage de leurs talents et de leurs forces, Massillon, Pensées, Des talents.

  • 2 Terme d'horlogerie. Parties des axes qui portent les mobiles ou roues.

    Terme d'imprimerie. Extrémité inférieure de la vis de la presse, qui, terminée en pointe obtuse, tombe d'aplomb dans la grenouille.

  • 3En botanique et horticulture, racine souvent unique, toujours plus considérable que les autres et s'enfonçant perpendiculairement dans le sol ; elle provient de la radicule primitive développée.
  • 4 Terme d'art militaire. Aile sur laquelle tournent les troupes en exécutant des conversions.
  • 5 Fig. Principal soutien, principal mobile. Tantôt je peins en un récit La sotte vanité jointe avecque l'envie, Deux pivots sur qui roule aujourd'hui notre vie, La Fontaine, Fabl. v, 1. La sage conduite roule sur deux pivots, le passé et l'avenir, La Bruyère, XII.

    Tourner toujours sur le même pivot, mener une vie uniforme, que rien ne varie. Ici on a bien des distractions ; là on n'en a point, on tourne toujours sur le même pivot, Sévigné, 23 nov. 1688.

  • 6 Terme forestier. Abattre un arbre en pivot, voy. PIVOTER.

    Terme de vénerie. Nom donné aux deux os qui portent le bois du cerf, du daim, etc.

HISTORIQUE

XVIe s. Le pivot ou gissant d'un moulin, Nouveau. coust. gén. t. I, p. 563.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PIVOT, s. m. (terme de Méchanique.) on nomme ainsi ce sur quoi tourne ordinairement un morceau de métal dont le bout est arrondi en pointe, pour tourner facilement dans une virole. (D. J.)

Pivot, s. m. (Archit.) morceau de fer ou de bronze, qui étant arrondi à l’extrémité, & attaché au ventail d’une porte, entre par le bas dans une crapaudine, & par le haut dans une semelle, pour le faire tourner verticalement.

C’est la meilleure maniere de suspendre les portes, comme on peut le remarquer à celles du Panthéon, à Rome, qui sont de bronze, & dont les ventaux, chacun de vingt-trois piés de haut sur sept de large, n’ayant pas surplombé depuis le siecle d’Auguste qu’elles subsistent, s’ouvrent & se ferment avec autant de facilité qu’une simple porte cochere.

Pivots, (Horlogerie.) ce sont les parties des axes qui portent les mobiles ou roues, par le moyen desquels elles sont supportées pour recevoir le mouvement de rotation que la force motrice leur communique.

Force motrice dans l’Horlogerie, est la puissance qui anime les pendules & les montres. Elle est de deux sortes : la pesanteur & l’élasticité. L’on se sert de la premiere, par le moyen d’un poids qu’on applique aux grandes pendules : de la seconde, par un ressort qui tient lieu de poids, & qu’on applique aux petites pendules & dans toutes les montres. Voyez Arc de levée, où vous verrez comme se mesure la force motrice dans les pendules & dans les montres.

Il faut donc que les pivots ayent une force suffisante pour résister à cette force, & cependant proportionnelle à l’effort qu’ils reçoivent, pour qu’ils ne ploient ni ne rompent, en recevant le mouvement.

Comme les pivots sont pressés par la force qui leur est appliquée, il résulte qu’ils éprouvent la même résistance que le frottement cause dans tous les corps appliqués les uns contre les autres, pour leur communiquer le mouvement, avec cette différence néanmoins, que pour les pivots l’on peut diminuer leur frottement sans rien diminuer de la pression. Mais comme l’on ne connoit presque rien de positif sur la nature des frottemens (Voyez Frottement, Horlogerie), nous nous contenterons donc de rapporter dans cet article les expériences que nous avons faites, non pour déterminer une loi sur le frottement primitif, mais seulement relatif ; c’est-à-dire, le rapport des frottemens par une même pression sur des pivots de différens diametres. (Voyez Machine, &c.) L’on voit par ces expériences que le frottement des pivots de différens diametres leur est parfaitement proportionnel ; par exemple, que des pivots doubles ou triples, &c. ont leur frottement double ou triple, &c.

Horlogerie. premiere Planche A. Machine à plusieurs usages. 1°. A faire des expériences sur le frottement des pivots, relativement à leur diametres.

2°. A faire marcher les montres dans toutes sortes de positions.

3°. A porter une boussole dont l’aiguille est soutenue par deux pivots extrèmement déliés.

Premiere figure, la machine vue en dessus, le cercle ML est un miroir qui tient au moyen de trois vis VVV. PPP sont trois pitons qui servent à recevoir une main M fig. 2, qui au moyen de trois entailles EEE, s’ajuste avec les trois pitons PPP, fig. 1. Cette main est faite pour tenir un mouvement de montre, ou de répétition, & le miroir MI sert à voir marcher le balancier, lorsqu’il est en dessous.

La fig. 3 est une boussole qui n’a rien d’étranger que son aiguille, qui au lieu d’être portée par un seul pivot, l’est par deux extrémement déliés ; ensorte qu’ils n’ont pour diamètres que la 36°. partie d’une ligne. L’avantage de cette suspension par deux pivots, c’est de supprimer tous ces mouvemens étrangers au courant magnétique que prennent les aiguilles à un seul pivot, par exemple, ce mouvement oscillatoire qu’elles prennent de haut en bas dans le plan vertical, au lieu que par ces deux pivots l’aiguille ne peut que tourner régulierement, sans faire des oscillations.

Fig. 1 ABCDEF, méchanique vue ci-dessous, avec laquelle on peut substituer plusieurs balanciers.

DD, plaque divisée.

EE, autre plaque divisée.

SS, spiral. Voyez Horloge, II. Planche A fig. 1, où cette même méchanique est vue en face.

CC, balancier concentrique à la plaque DD divisée.

EE, autre plaque divisée portée par le piton A.

SR, lame élastique dont l’extrémité R agit sur un très-petit levier perpendiculaire à l’axe du balancier.

PP est un fil que l’on tire en faisant décrire à la lame élastique un arc quelconque. Si l’on vient à lâcher ce fil, l’extrémité R rencontre en passant un petit bras de levier placé à cet effet sur l’axe du balancier, & par le moyen de ce choc le mouvement se communique au balancier.

Mais comme le balancier porte un spiral SS, il suit qu’il fait prendre à son ressort spiral alternativement un état forcé de contraction, & de dilatation, en faisant faire par son élasticité un certain nombre de vibrations, avant que de s’arrêter. Le nombre & l’étendue de ces vibrations est d’autant plus grand que les pivots de l’arbre du balancier sont plus petits, & que la tension de la petite lame SR est plus grande. C’est pour mesurer ces deux choses, qu’on a placé ces deux plaques divisées DD & EE.

1 2 3 4, différens arbres dont les pivots different en diamètres, & qui s’ajustent à frottement dans des canons qui sont rivés au balancier, pour les substituer aisément, quand on varie les expériences.

XX, deux ressorts spiraux de différentes forces, qui s’ajustent sur tous les axes.

PP, pitons qui se placent à frottement sur le porte-pivot F, & qui reçoit dans un trou l’extrémité extérieure du ressort spiral SS, & l’autre extrémité intérieure se fixe sur l’axe du balancier.

A l’aspect de la figure, on voit que la machine est supportée par un pié QQ qui a un mouvement de genou en G, pour donner l’inclinaison qu’on voudra, que le quart de cercle LL sert à mesurer les degrés d’inclinaisons que peut prendre le plan HH, que ce même quart de cercle LL est ajusté sur ce pié à frottement, pour pouvoir le tourner autour du plan HH.

K est une virole sur laquelle est fixé le quart de cercle LL, par le moyen de la vis M ; & la vis N sert à fixer la virole K sur la tige OO qui tient par un écrou Z, sous l’entablement du pié QQ.

Entre ces trois piés est placée la boussole B vue du profil.

Horlogerie. III Planche. A, la même machine qui, au lieu de présenter les balanciers & les plaques divisées en face, comme dans la précédente Planche, les présente ici de profil.

Fig. 2, balancier plein.

Fig. 3, un globe plein.

Fig. 4, boëte séparée qui appartient au genou du pié.

SS, spiral MM, FF porte-pivot de l’axe du balancier.

X, axe du balancier.

DD, CC, plaques divisées.

AA, piton qui porte la lame élastique.

PPP, pitons auxquels s’ajuste la main.

LL, quart de cercle divisé.

Horlogerie, Pl. IV. A, fig. 1. même machine vue avec la main en place qui tient un mouvement de montre, & le balancier qui est réfléchi par la glace MI.

Fig. 2. 3. deux balanciers.

Horlogerie, Pl. V. A, fig. 1. même machine vue en-dessous.

Fig. 2. est un compas à mesurer le diametre des pivots : les branches ou rayons AB sont au rayon AP comme 12 est à 1 ; ensorte que l’ouverture BCB étant d’un pouce, l’ouverture PCP sera d’une ligne.

KK est une vis pour ouvrir & fermer insensiblement le compas lorsqu’on a de très-petits pivots, par exemple ceux de la boussole, qui sont des plus déliés qu’il soit possible de faire, les ayant fait passer juste par la petite ouverture pcp. J’ai mesuré l’autre ouverture sur un pouce divisé en lignes & parties de ligne, & j’ai trouvé un tiers de ligne d’ouverture ; ce qui m’a fait conclure que mes pivots n’avoient pour diametre que la trente-sixieme partie d’une ligne ; & c’est, je crois, le dernier terme auquel il soit possible de réduire le diametre des pivots.

Voici les principales expériences qui m’ont servi à déterminer le frottement des pivots en raison de leur diametre.

Reprenant la II. Pl. A. soit placé le balancier CC, avec son spiral SS, je fais décrire avec la main un certain arc au balancier ; mais comme l’axe du balancier porte un ressort spiral dont l’extrémité intérieure est fixée sur cet axe, & l’autre extrémité extérieure est fixée par un piton sur le porte-pivot, il suit qu’on ne sauroit faire décrire un arc au balancier que le spiral ne prenne un état forcé de contraction ou de dilatation. Si l’on vient à abandonner ce balancier à cette force de contraction & de dilatation du spiral, la réaction de son élasticité agissant alors, fera faire alternativement un certain nombre de vibrations avant que d’être épuisés, & les arcs diminueront continuellement jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent.

J’ai compté exactement le nombre des vibrations du balancier de 10 degrés en 10 degrés de tension du ressort spiral jusqu’à 360, & j’ai trouvé que le nombre des vibrations étoit sensiblement proportionnel aux degrés de tension que je donnois au ressort spiral ; car pour 60 degrés de tension, le balancier faisoit 9 vibrations ; pour 70 degrés il en faisoit 10 ; pour 80 il en faisoit 11 ; pour 90, 12 ; pour 100, 13, &c J’ai cependant remarqué que le nombre des vibrations augmentoit dans une proportion un tant-soit-peu moindre, en rapprochant des 360 degrés de tension.

J’ai répété ces expériences, l’axe du balancier étant horisontal, vertical, & sous différentes inclinaisons.

J’ai substitué différens arbres où les pivots sont de différens diametres dans un rapport donné.

J’ai aussi substitué différens corps au balancier, comme plaque pleine, un globe plein, plusieurs balanciers de différens diametres ; enfin un balancier dont la masse est éloignée des pivots : tous ces différens corps étoient exactement du même poids pour avoir toujours sur les pivots la même pression, que je considere ici comme la cause unique des frottemens. Je me suis aussi souvent servi de la lame élastique pour communiquer le mouvement au balancier, en faisant ensorte qu’elle frappât le petit levier placé sur l’axe du balancier, pour voir la différence qu’il y avoit de communiquer le mouvement par un choc ou par un effort uniforme.

Enfin dans tous ces différens cas, j’ai toujours trouvé le nombre des vibrations sensiblement proportionnel aux degrés de tension que je donnois à la petite lame.

De ces premieres expériences, il résulte que la force exprimée par les différens degrés de tension que je donne au ressort spiral, doit être prise pour une puissance active, qui sert à vaincre non-seulement l’inertie au balancier, mais encore la résistance qu’apporte au mouvement au balancier le frottement de ces pivots. Cela posé, je vais rapporter les expériences qui peuvent enfin déterminer dans quel rapport est cette résistance, sur des pivots de différens diametres, l’inertie des balanciers étant exactement la même. Ces pivots des arbres qui m’ont servi dans mes expériences ont été mesurés fidélement avec le compas, Pl. V. fig. 1.

1°. Le plus petit est de de ligne de diametre.

2°. Le moyen de de ligne de diametre.

3°. Le plus gros de de ligne de diametre ; ensorte qu’ils sont entr’eux comme 1,5, & 9.

Premiere expérience avec le grand balancier, n°. 1. Pivot, de ligne.

Le grand balancier de 41 lignes de diametre, pesant 56 grains, & avec 360 degrés de tension du spiral, a fait cent vibrations avant que de s’arrêter en 220 secondes de tems, l’axe étant horisontal ; car je ne rapporterai pas toutes les expériences que j’ai faites en tenant l’axe vertical incliné. Il suffira de dire que la plus grande différence étoit du vertical à l’horisontal ; l’axe vertical faisoit près d’un quart de vibration de plus que l’horisontal, & ce nombre de vibrations étoit sensiblement le même par ces différens degrés d’inclinaisons de 10, 20, 30, 40 ; ce n’étoit qu’après 45 & 50 degrés que le nombre des vibrations augmentoit, & toujours de plus en plus jusqu’à 90 degrés.

Je n’ai pas cru devoir rapporter ces expériences, parce que mon objet étoit de voir le nombre des vibrations par le vrai diametre des pivots, au lieu que l’axe étant vertical, le diametre du pivot qui porte, & par conséquent qui frotte, est toujours moindre que le vrai diametre qui frotte lorsque l’axe est horisontal, & l’on doit en sentir la raison ; c’est qu’il est impossible de terminer le bout des pivots assez bien pour que le vrai diametre porte entiérement.

Tableau d’expériences suivies avec différens balanciers, mais tous du poids de 56 grains, avec le même ressort spiral, par un même degré de tension de 360 degrés, l’axe étant horisontal, auquel j’ai substitué des pivots de differens diametres.
Poids
du
Balancier.
Degrés
de
Tension.
Grosseur
des
Pivots.
Nombre
des
Vibrations.
Tems
employé
aux
Vibrations.
grains. lignes.     secondes.
1er. Balancier de 41 lignes de diametre, de 56 360 100 220
20 40
18 16
2e. Balancier de 20 lignes de diametre, de 56 360 136 40
17 17
7 7
3e. Balancier de 10 lignes de diametre, de 56 360 136 75
16 8
4 3
4e. Balancier, un globe plein de 3 lignes de diametre, de 56 360 52 12
8 4
1
5e. Balancier plein de 21 lig. de diametre, de 56 360 56 45
15 12
7 6
6e. Balancier de 20 lignes de diametre, & dont la masse est éloignée des pivots, de 56 360 134 145
17 17
7 7

Remarque. Il faut savoir que dans toutes les expériences, lorsque l’axe étoit vertical, supporté par le pivot dont la masse étoit au-dessous du peint d’appui, il faisoit un plus grand nombre de vibrations ; & au contraire, il en faisoit moins dans la position opposée.

J’ai répété toutes ces expériences avec différens degrés de tension des ressorts spiraux de differentes forces dans toutes les positions horisontales, verticales & inclinées, même par differentes tempéra tures, j’ai toujours vû le nombre des vibrations proportionnel au degré de tension & au diametre des pivots ; quoique le nombre des vibrations variât suivant les circonstances, dans les mêmes, elles gardoient sensiblement l’uniformité des proportions avec le diametre des pivots : je dis sensiblement ; car il ne m’a pas été possible de m’assurer de deux expériences parfaitement égales, malgré tous mes soins. On pourroit donc m’objecter que le nombre des vibrations que je rapporte dans cet exemple n’étant pas exactement proportionnel au diametre des pivots, j’ai peut-être tort d’en conclure.

Je réponds qu’outre que la différence est très-petite, c’est que dans le grand nombre d’expériences que j’ai faites, il s’en est souvent trouvé qui approchoient plus exactement de cette proportion. Mais comme j’ai eu dessein de rapporter l’expérience la mieux faite, sans égard si elle ne cadroit pas parfaitement avec la conclusion que j’en tire, j’ai dû préférer celle où j’ai porté toute l’exactitude dont je suis capable, & que j’ai lieu de présumer m’avoir le mieux réussi ; car dans toutes ces expériences, il se trouve des degrés de délicatesse plus aisés à sentir qu’à décrire, & qu’on ne saisit pas quand on veut. Enfin il faut remarquer que sur un grand nombre de vibrations, une de plus ou de moins ne fait rien ; au lieu que dans un petit nombre, une de plus paroît être un objet, ce qu’il faut bien distinguer pour n’y pas avoir égard ; parce que dans tous ces cas, lorsque le balancier approche l’instant de s’arrêter, un rien de cause étrangere peut lui faire faire une vibration de plus ou de moins, sans égard à celle qui précede. C’est cet instant de passage du repos au mouvement qu’il faudroit saisir pour apprécier la véritable résistance qu’apporte le frottement dans la communication ou la conservation du mouvement ; mais mon objet n’a pas été de trouver la loi du frottement en lui-même, cela est trop difficile, pour ne pas dire impossible[1], mais seulement le rapport des frottemens relativement au diametre des pivots sur lesquels ils agissent.

Je dis donc que la force active qui communique le mouvement au balancier, en le déterminant à faire un certain nombre de vibrations, n’eprouve d’autre résistance que l’inertie du balancier, plus le frottement de ces pivots. Or si les inerties sont les mêmes, & qu’on vienne à varier le diametre des pivots, le nombre des vibrations variera aussi, mais en raison inverse proportionnelle au diametre des pivots, comme il est aisé de le voir dans le tableau des expériences rapportées : donc les frottemens des pivots sont entr’eux comme leur diametre. (Article de M. Romilly, Horloger.)

Pivot d’arbre, (Jardinage.) c’est la partie la plus basse du tronc d’un arbre, & dès laquelle la racine commence à se fourcher. On appelle pivot ce qui reste d’un arbre lorsqu’on le scie tout-à-l’entour pour en faire couler pendant quelque tems la seve avant que de l’abattre, selon le conseil de Philibert Delorme.

Pivot, est dans une fleur les petites parties qui en soutiennent les étamines. Dans un arbre c’est le corps de son pié.

De pivot on a fait pivoter.

Pivot, les Imprimeurs appellent pivot l’extrémité inférieure de la vis de leur presse, qui terminée en pointe obtuse, tombe perpendiculairement & d’aplomb dans la grenouille, pour raison de quoi il est armé de même, c’est-à-dire d’acier trempé à propos, sans quoi il ne tarde pas à s’égrener, Voyez Grenouille, Arbre, Vis. Voyez nos Pl. d’Imprimerie & leur explic.

Pivot, troisieme chaîne du droguet de soie ; le pivot est une chaîne perdue dans le droguet qui s’emboit beaucoup plus que les autres chaînes.

Pivot, Voyez le mot Droguet, & l’article des Etoffes a la petite tire.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pivot »

Origine obscure, probablement dérivé d’un mot simple non attesté en ancien français, à rapprocher de l’anglais pue (« dent de peigne de tisserand, de herse »), de l’ancien occitan pua (« dent de peigne ») attesté aujourd’hui sous la forme piva, pua, du catalan pua (« aiguille »), eux-mêmes d’origine incertaine, mais vraisemblablement d’une forme italique *pŭga apparentée au latin pungere (« piquer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du français pivot.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bas-lat. pivotus, dans un texte du XIVe siècle. Origine douteuse. Diez y rattache l'ital. piva, qui signifie proprement tuyau (de même que le français pipe), et qui a donné piuolo, cheville, d'ou le français pivot.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pivot »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pivot pivo

Citations contenant le mot « pivot »

  • Les affaires ne cheminent bien que par les hommes de coeur, comme la meule ne tourne bien que sur un pivot de fer. De Proverbe algérien
  • Et son coach Jacques Vaughn justement est satisfait du travail de son pivot de secours. « Je lui donne beaucoup de crédit. Il a montré pleins de choses positives. L’autre jour, il a su dessiner un système qu’on avait élaboré deux jours avant. Sa communication et son travail entre les sessions sont très bons. » Basket USA, Rodions Kurucs, pivot de secours chez les Nets | Basket USA
  • Cholet, qui cherchait un pivot américain pour succéder à Chris Horton, parti à Gravelines, a jeté son dévolu sur Terell Parks (29 ans, 2,06 m). Il s'agira de la première expérience en France pour ce joueur qui a évolué en Pologne, en Chypre, en Grèce et qui a joué de janvier à mars en Russie, avec Nijni Novgorod (9,6 points, 7,8 rebonds en ligue des champions ; 10,7 points, 8 rebonds en VTB League). Il s'agit de la quatrième recrue pour Cholet, qui cherche encore un ailier. L'Équipe, Jeep Elite : Cholet a trouvé son pivot avec Terell Parks - Basket - Jeep Elite - L'Équipe
  • Du haut de ses 2,08m, Ebunka Izundu débarque à Strasbourg. Le pivot nigérian de 24 ans s’est en effet engagé en faveur de la SIG pour la saison prochaine. «Il a un profil intéressant depuis sa carrière universitaire, note Lassi Tuovi, l’entraîneur alsacien. C’est un jeune pivot très mobile et qui sort d’un bon programme à Miami. Après une première année en Europe en Espagne, il est plus adapté au basket européen et aura certainement une carrière prometteuse dans le futur, à commencer par la saison prochaine. C’est un joueur qui travaille dur, pour s’améliorer chaque jour et nous allons travailler avec lui nous aussi. C’est le profil que nous recherchions aux côtés de Yannis (Morin) et Essome (Miyem). Il correspond bien au style de basket que nous voulons, offensif avec des intérieurs rapides. Il sera l’un des pivots les plus rapides de Jeep ELITE. Avec son profil athlétique il va nous apporter de la taille et sa défense près du cercle. Globalement, défensivement, nous pourrons nous montrer très mobiles avec notre équipe ». Après son cursus universitaire, Ebunka Izundu a passé la saison 2019-20 en Espagne, sous les couleurs du Betis Séville (4,2 pts, 3,1 rbs). Sport24, Le pivot nigérian Ebunka Izundu à Strasbourg - Fil Info - Jeep ELITE - Basket
  • Orléans a annoncé ce vendredi la signature pour une saison du pivot américain Luke Fischer (25 ans, 2,12 m). Passé par les universités d'Indiana et Marquette, le joueur, qui possède également la nationalité arménienne, a fait ses armes en Espagne en évoluant deux saisons sous les couleurs d'Herbalife Gran Canaria, avec laquelle il a notamment joué l'Euroligue. L'Équipe, Transferts : Orléans engage le pivot américain Luke Fischer pour une saison - Basket - Transferts - L'Équipe
  • Face aux Pacers, la tâche de Terry Stotts était facilitée par le fait que Hassan Whiteside était forfait. Mais l’ancien pivot du Heat pourrait jouer ce soir face à Toronto, et Zach Collins se prépare à être remplaçant si son coach le décide. « Il faut que je sois une star dans mon rôle, que ce soit comme titulaire ou remplaçant. C’est ma ligne de conduite depuis le premier jour. On est fier d’être titulaire, j’ai toujours voulu l’être, et je veux le rester toute ma carrière, mais si sortir du banc nous aide à gagner un titre, je suis à 100% pour. » Basket USA, Portland apprend à jongler avec ses trois pivots | Basket USA

Images d'illustration du mot « pivot »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pivot »

Langue Traduction
Anglais pivot
Espagnol pivote
Italien perno
Allemand schwenken
Chinois
Arabe محوري
Portugais pivô
Russe стержень
Japonais ピボット
Basque pibota
Corse pivot
Source : Google Translate API

Synonymes de « pivot »

Source : synonymes de pivot sur lebonsynonyme.fr

Pivot

Retour au sommaire ➦

Partager