La langue française

Gond

Sommaire

  • Définitions du mot gond
  • Étymologie de « gond »
  • Phonétique de « gond »
  • Citations contenant le mot « gond »
  • Images d'illustration du mot « gond »
  • Traductions du mot « gond »
  • Synonymes de « gond »

Définitions du mot gond

Trésor de la Langue Française informatisé

GOND1, subst. masc.

A. − Pièce de métal servant de pivot (aux battants de portes, de fenêtres, etc.). Sceller les gonds d'une porte; gonds à patte, à scellement, à pointe, à écrou, à vis. On entend le gouvernail tourner avec effort sur ses gonds rouillés (Chateaubr., Martyrs, t. 3, 1810, p. 119).Un gond mal huilé qui jeta tout à coup dans cette obscurité un cri rauque et prolongé (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 126).La porte du placard... s'ouvrit devant eux... Oui, elle fut poussée par une main invisible... Elle tourna sur ses gonds (G. Leroux, Parfum,1908, p. 109) :
Il referma derrière lui toutes les portes qui s'ouvraient à son passage d'une telle violence qu'elles faillirent sauter hors des gonds, et que la dorure des ornements se détacha par écailles. Gautier, Fracasse,1863, p. 344.
P. métaph. ou au fig. Le grand ressort du roman, le gond sur lequel sa fable roule tout entière, c'est la haine effrénée et mortelle (Mussetds Revue des Deux Mondes,1832, p. 610).Faisant jouer les gonds assouplis de ma pensée, j'avais (...) dépassé l'état de préoccupation habituelle où j'avais été confiné jusqu'ici et commençais à me mouvoir à l'air libre (Proust, Prisonn.,1922, p. 29).
B. − Loc. verb. fam.
1. Être, sortir hors des gonds (vieilli), hors de ses gonds. Être hors de soi, se mettre dans une violente colère. Synon. s'emporter.Il courut à sa mère; elle était hors des gonds, elle balbutiait : − C'est une insolente! une évaporée! pire peut-être (Flaub., MmeBovary, t. 1, 1857, p. 31).Je sortis de mes gonds d'un coup. − Je le dénonce, n'est-ce pas? Je l'espionne! (Gracq, Syrtes,1951, p. 42).
2. Faire sortir, mettre qqn hors des gonds (vieilli), hors de ses gonds. L'exaspérer, le mettre hors de soi. Ses hérésies politiques me mettaient tout hors de moi-même; son panégyrique du bâton, surtout, faillit me faire sortir hors des gonds (Michelet, Journal,1820, p. 125).Une quantité de personnes d'esprit, qui, après l'avoir poussé à bout et l'avoir mis, comme on dit, hors des gonds, notaient avec malice tout ce qui lui échappait (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 4, 1859, p. 76).
Prononc. et Orth. : [gɔ ̃]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1165 le pesne et les gons ([Chr. de Troyes], Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 397); d'où ca 1535 fig. [mettre qqn] hors des gons (Moral de tout le monde, 157 ds Rec. gén. des Sotties, éd. E. Picot, t. 3, p. 23). Empr. au b. lat.gomphus « gond », empr. tardif au gr. γ ο ́ μ φ ο ς « id. ». Fréq. abs. littér. : 291. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 423, b) 674; xxes. : a) 303, b) 331.

GOND2, subst. masc.

A. − Membre d'une peuplade de l'Inde méridionale. Quelques clans [des Radjpoutes] semblent être des Sudras aryanisés et que d'autres descendent (...) de tribus indigènes comme les Gond, Bhar, Kharwar et autres semblables (Haddon, Races hum.,1930, p. 215).
En appos. avec valeur d'adj. Tribus gonds. Les chefs des peuplades gonds, bhils et autres sauvages de l'Inde centrale, adoptent, pour s'imposer à leurs congénères, le costume et l'extérieur des Radjpoutes (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 288).
B. − LING. Dialecte parlé par les Gonds et tendant à disparaître de nos jours devant les langues néo-hindoues. (Ds Lar. 19e-Lar. encyclop., Lexis 1975).
Prononc. : [gɔ ̃(d)]. Étymol. et Hist. 1872 ling. subst. (Lar. 19e); 1921 adj. tribus gonds (Vidal de La Bl., loc. cit.). Du nom de la plus nombreuse des populations formant le groupe septentrional du dravidien, les Gonds, qui ont donné leur nom au Gondwana où ils résident (v. Lang. Monde, p. 490).

Wiktionnaire

Nom commun

gond \ɡɔ̃\ masculin

  1. (Serrurerie) Morceau de fer coudé et généralement rond par la partie d’en haut, sur lequel s’emboîtent en tournant les pentures du battant d’une porte, d’un volet, d’une persienne, etc.
    • Cette petite porte ne tenait plus qu'à un gond. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes, 1849)
    • […] le chevalier frappa la porte si furieusement de son pied, que les poteaux et les gonds en furent ébranlés. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Le gardien ouvrit avec précaution, la porte tourna sans bruit sur ses gonds et tous nous entrâmes doucement et sans parler […]. — (Ivan Tourgueniev, L'Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • Sans bruit, elle ôta la lourde barre et fit tourner la porte sur ses gonds huilés. — (Pierre Louÿs, La nuit de printemps, dans Archipel, 1905)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GOND. (Le D ne se prononce pas.) n. m.
Morceau de fer coudé et généralement rond par la partie d'en haut, sur lequel s'emboîtent en tournant les pentures d'une porte, d'un volet, d'une persienne, etc. Il manque un gond à cette porte. Sceller les gonds d'une porte. La porte a baissé, parce que les gonds ont lâché. Le vent a arraché cette porte avec ses gonds. Fig. et fam., Faire sortir, mettre quelqu'un hors des gonds, hors de ses gonds. Exciter tellement sa colère, qu'il soit comme hors de lui-même. Cette réponse insolente l'a fait sortir de ses gonds.

Littré (1872-1877)

GOND (gon ; le d ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : les gon-z et les portes) s. m.
  • Morceau de fer coudé, rond par la partie d'en haut, sur lequel tournent les pentures d'une porte. Sceller les gonds d'une porte. Les gonds des portes de la maison intérieure du saint des saints, et des portes de la maison du temple étaient d'or, Sacy, Bible, Rois, III, VII, 50.

    Fig. Secoués de leurs gonds antiques, Les empires, les républiques S'écroulent en débris épars, Lamartine, Méd. I, 19.

    Fig. Faire sortir, mettre quelqu'un hors des gonds, exciter sa colère, sa crainte, son impatience, au point qu'il ne soit plus maître de lui. Ha ! je vais sortir hors des gonds, La fureur saisit ma cervelle, Scarron, Virg. IV. Qui ne sait que la vue de chats, de rats, emporte la raison hors des gonds ? Pascal, Puiss. tromp. imagin. 1, édit. FAUGÈRE. Monsieur, hors des gonds, dit au roi qu'en mariant son fils il lui avait promis monts et merveilles, Saint-Simon, 93, 220. J'en dirai un trait [de dévotion outrée du duc de Bourgogne] qui, parti d'un excellent principe, mit le roi hors des gonds, Saint-Simon, 266, 80.

    On dit aussi sortir des gonds.

    Gonds de pierre, certaines pierres extraordinaires qui se trouvent dans la plaine de Salisbury.

HISTORIQUE

XIVe s. Il ont le [la] maistre-porte getée hors du gon, Baud. de Seb. x, 842.

XVe s. Messire Robert Mareschaut, un chevalier du comte, avoit esté envoyé à la porte… mais il trouva que la porte estoit volée hors des gonds, Froissart, II, II, 156.

XVIe s. Ce qui est hors les gonds de la coustume, on le croit hors les gonds de la raison, Montaigne, I, 116. Ce que l'eunuque luy disoit malicieusement, pour le provoquer à parler, et à se jetter hors des gons, sachant bien qu'il estoit homme leger de sa nature, et qui ne sçavoit pas bien tenir sa langue, Amyot, Artax. 19. Les dents sont fichées dans les mandibules… comme un pau fiché en terre, ou un gon dans du bois, Paré, IV, 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* GOND, s. m. (Serrurerie.) morceau de fer plié en équerre, de la grosseur & de la largeur qui conviennent à l’usage. Il sert à soûtenir la porte suspendue ; & c’est sur ses gonds qu’elle tourne, s’ouvre & se ferme. Les parties du gond ont différentes formes ; celle qui entre dans la penture est ronde & se nomme le mamelon ; celle qui doit être fixée dans le bois ou dans le plâtre est quarrée, pointue par le bout si le gond est pour bois, fourchue si le gond est pour plâtre : dans ce dernier cas, il doit être scellé en plomb, & l’on pratique avec la tranche des hachures sur les quatre faces de la queue. Enfin on distingue dans le gond trois choses ; le bout du mamelon qu’on appelle la tête du gond ; la portion comprise depuis la tête jusqu’à la pointe, qu’on nomme le corps, & la pointe.

Il y a des gonds de différentes sortes. Le gond à clavette, auquel on perce une ouverture, à-travers laquelle on passe une clavette qui empêche qu’on ne puisse l’arracher. Le gond de fiche, ou la partie inférieure de la fiche, sur laquelle le gond est monté : la supérieure se nomme penture. Le gond à repos, celui où l’on voit à la tête un épaulement autour du mamelon ; on l’appelle gond à repos, parce que l’œil de la penture pose dessus : on l’employe aux portes pesantes ; alors on y ajuste & l’on y rive un mamelon. Tous ces gonds sont en bois & à plâtre. Le gond double à repos, celui où le mamelon excede la fiche ou l’œil de la penture, de l’épaisseur de la seconde branche du gond, à la tête de laquelle l’on a fait un œil, comme a celle sur laquelle le mamelon est fixe. Cette sorte de gond est pour les grandes portes cocheres.

Gonds et Rosettes du Gouvernail, (Mar.) Voyez ci-après Gouvernail.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gond »

(Vers 1165) le pesne et les gons ; (Vers 1535) [mettre quelqu’un] hors des gons. Du bas latin gomphus (« gond »), issu du grec ancien γόμφος, gómphos.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lorrain, angon ; provenc. gofo, gofon ; espagn. gonce, gozne ; portug. gonzo, engonzo. Origine incertaine. Diez voit là trois radicaux : il rattache le portugais au latin contus, pieu (mais ni le sens ni la forme ne vont) ; le provençal au bas-latin gumphus, attache, qui est le grec γόμφος, clou ; et le français gond au lorrain angon, où il voit le latin ancon, coude, crochet, en grec ἀγϰων. Cela est bien compliqué. Le lorrain angon est fait comme le portugais engonzo ; an ou en représente la préposition in, en ; il ne diffère donc pas du français gond. Gonzo, gonce ou gozne et gond ne paraissent pas séparables. Mais d'où viennent-ils ? Très probablement, comme dit du Cange, du bas-latin gumphus, mot très usité pour signifier tout ce qui attache, et qui est le grec γόμφος, clou.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gond »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gond gɔ̃

Citations contenant le mot « gond »

  • Ce qui est hors des gonds de la coutume, on le croit hors des gonds de la raison. De Michel de Montaigne
  • Il est plus facile de sortir de ses gonds que d'y rentrer. De Marcel Achard
  • Le Temps est hors de ses gonds De William Shakespeare / Le Figaro, 25 novembre 2016
  • Comme une porte roule sur ses gonds, ainsi un paresseux tourne dans son lit. De La Bible / Le livre des proverbes

Images d'illustration du mot « gond »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gond »

Langue Traduction
Anglais hinge
Espagnol bisagra
Italien cerniera
Allemand scharnier
Chinois 合页
Arabe مفصل
Portugais dobradiça
Russe петля
Japonais ヒンジ
Basque bisagra
Corse cintina
Source : Google Translate API

Synonymes de « gond »

Source : synonymes de gond sur lebonsynonyme.fr
Partager