Perpétuer : définition de perpétuer


Perpétuer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PERPÉTUER, verbe trans.

A. − Empl. trans. Faire durer indéfiniment ou très longtemps.
1. Qqn perpétue qqc. ou qqn
a) [L'obj. désigne un inanimé] Synon. de éterniser.Perpétuer les divisions, l'erreur, la guerre, le mal, la mémoire, les querelles, le souvenir, un préjugé, des privilèges, les traditions, un usage. Des sociétés secrètes, destinées à perpétuer, à répandre sourdement et sans danger, parmi quelques adeptes, un petit nombre de vérités simples (Condorcet, Esq. tabl. hist., 1794, p.106).Ce culte devait être perpétué de génération en génération, et c'était un devoir de laisser des fils après soi pour le continuer (Fustel de Coul., Cité antique, 1864, p.125).Le trompeur perpétue le malentendu, entretient volontairement une équivoque qu'il a tous les moyens de dissiper (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p.167).
b) [L'obj. désigne un animé] Faire durer indéfiniment ou très longtemps par voie de génération. Perpétuer un nom. Vous avez à perpétuer votre race; l'héritage d'un grand nom impose à celui qui le reçoit l'obligation de le transmettre (Sandeau, Sacs, 1851, p.17).
[P. méton. du suj.] Le berceau du prince impérial, reprit le rapporteur, est désormais la sécurité pour l'avenir; car, en perpétuant la dynastie que nous avons tous acclamée, il assure la prospérité du pays, son repos dans la stabilité, et, par là même, celui du reste de l'Europe (Zola, E. Rougon, 1876, p.26).
Empl. pronom. réfl. Coûte que coûte [pour les Pharaons], il faut s'affirmer, se perpétuer, s'incarner, se réincarner, hypnotiser le néant et le vaincre (Cocteau, Maalesh, 1949, p.73).
2. Qqc. perpétue qqc.Une statue élevée dans la place publique perpétua le souvenir de ce prodige (Dupuis, Orig. cultes, 1796, p.406).
. Qui sait si le cinéma, en perpétuant la danse sous les yeux des générations, et surtout en trouvant dans ses propres ressources le moyen de précipiter dans la durée le drame mouvant de la forme, n'est pas destiné à restituer leur dignité aux plus complets des arts plastiques... Faure, Espr. formes, 1927, p.188.
B. − Empl. pronom.
1. Qqn se perpétue dans + subst.
a) [L'obj. désigne qqn ou qqc. qui vient après soi] Persister à travers quelqu'un ou quelque chose, se prolonger dans. Se perpétuer dans ses enfants, dans son oeuvre (Rob.).
b) [L'obj. désigne une charge, une fonction] Se maintenir très longtemps dans. Se perpétuer dans une charge. (Ac. 1835-1935).
2. Qqc. se perpétue dans + subst.Se maintenir très longtemps, subsister.
a) [L'obj. désigne une pers. ou un groupe de pers.] Bien que la puissance et l'argent se perpétuassent dans les mêmes familles, on tolérait l'oligarchie, parce qu'on avait l'espoir d'y atteindre (Flaub., Salammbô, t.1, 1863, p.99).J'ai rencontré dans les stades féminins quelques jeunes filles, extrêmes fleurs de ces familles de noblesse bretonne où se perpétue depuis des siècles un esprit d'indépendance et de fronde (Montherl., Olymp., 1924, p.281).
b) [L'obj. désigne un inanimé] L'influence politique et commerciale de la route s'exprime topographiquement et se perpétue jusque dans le plan des villes (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p.237).
Prononc. et Orth.: [pε ʀpetɥe], (il) perpétue [pε ʀpety]. Ac. 1694 et 1718: -pe-; dep. 1740: -pé-. Étymol. et Hist.1. Ca 1370 trans. (Jean le Fèvre, Lamentations Mattheolus, II, 2275 ds T.-L.); 2. 1549 pronom. (Est.). Empr. au lat. perpetuare «faire continuer sans interruption; rendre continu». Fréq. abs. littér.: 634. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1493, b) 815; xxes.: a) 614, b) 612.
DÉR. 1.
Perpétualisme, subst. masc.,philos. Tendance à attribuer une valeur absolue et définitive aux principes ou aux éléments jugés relatifs et transitoires qui constituent le fondement d'une doctrine. (Rob. Suppl. 1970, Lar. Lang. fr. 1976). [pε ʀpetɥalism̭]. 1reattest. 1956 (J. Lacroix, La Sociol. d'Auguste Comte, Paris, p.29); de perpétuel, suff. -isme*.
2.
Perpétuation, subst. fém.a) Action ou fait de perpétuer. Swann ne savait pas inventer ses souffrances. Elles n'étaient que le souvenir, la perpétuation d'une souffrance qui lui était venue du dehors (Proust, Swann, 1913, p.283).Un équilibre déjà instable dans un secteur du globe que la perpétuation et l'aggravation du conflit israélo-arabe rendent de plus en plus explosif (Le Nouvel Observateur, 8 sept. 1969, p.25, col. 2).b) En partic. Action de (se) perpétuer par voie de génération. L'un des premiers actes du développement animal est de mettre de côté le matériel requis pour la perpétuation de la lignée (J. Rostand, La Vie et ses probl., 1939, p.43). [pε ʀpetɥasjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1762. 1reattest. 1422 (Alain Chartier, Quadrilogue invectif, éd. Droz, p.3); de perpétuer, suff. -(a)tion*. Fréq. abs. littér.: 15.

Perpétuer : définition du Wiktionnaire

Verbe

perpétuer \pɛʁ.pe.tɥe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se perpétuer)

  1. Rendre perpétuel ; faire durer sans cesse, constamment.
    • Cette association du politique et du religieux perpétua, jusqu’au milieu du XXe siècle, un système féodal abusif entretenu par la noblesse et les moines. — (Louis Dubé, La sagesse du dalaï-lama : Préceptes et pratique du bouddhisme tibétain, dans Le Québec sceptique, n°66, p.5, été 2008)
    • Une population est optimalement adaptée si, dans un contexte environnemental donné et constant, la fréquence la plus avantageuse du génotype le plus avantageux est stable et que la population se perpétue. — (Christian Sachse, Philosophie de la biologie : Enjeux et perspectives, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2011, page 55)
    • La glorieuse défense de Mazagran a excité, dans toute la France, des transports unanimes d'admiration. De toutes parts des souscriptions ont été spontanément ouvertes pour élever en Algérie un monument destiné à perpétuer le souvenir de ce brillant fait d'armes. — (Hazlitt, Défense de Mazagran, dans Le Magasin pittoresque, vol.8, 1840, page 129)
    • La Bruche du Pois n'a donc qu'une génération par an, et c'est par conservation en grenier des grains secs bruchés qu'on perpétue ce dangereux insecte. — (André Leroy, Culture des légumineuses potagères : Haricots . Pois, Librairie Hachette, 1941, page 82)
    • Se perpétuer dans une charge, trouver le moyen de se maintenir toujours dans une charge, qu’on ne devait posséder que pour un temps.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Perpétuer : définition du Littré (1872-1877)

PERPÉTUER (per-pé-tu-é), je perpétuais, nous perpétuions, vous perpétuiez ; que je perpétue, que nous perpétuions, que vous perpétuiez v. a.
  • 1Rendre perpétuel, faire durer toujours ou longtemps. Un père laisse le plus d'enfants qu'il peut, afin de perpétuer son nom ; un conquérant, afin de perpétuer le sien, extermine le plus d'hommes qu'il lui est possible, Fontenelle, Dial. I, Mort. anc. Par là nous perpétuons l'erreur parmi les hommes, Massillon, Avent, Épiph. Rien ne paraissait plus naturel alors que de perpétuer le trône d'Espagne dans la maison d'Autriche, Voltaire, Louis XIV, 17.

    On dit perpétuer à. Leur valeur, qui a perpétué la conquête du royaume à leurs descendants, n'a pu y perpétuer leur mémoire, Massillon, Pet. carême, Triomphe relig.

  • 2Se perpétuer, v. réfl. Durer toujours, être transmis. Si nos déréglements ont causé un grand nombre de péchés, si ces suites subsistent et se perpétuent, il ne faut pas que nous les regardions sans douleur, Nicole, Ess. de mor. 2e traité, ch. 5. La loi assignait en Égypte] à chacun son emploi, qui se perpétuait de père en fils, Bossuet, Hist. III, 3. On sait que la maison de Longueil est distinguée par son ancienneté et plus encore par les dons de l'esprit, qui s'y sont assez perpétués pour lui donner un caractère général et former en faveur du nom une prévention agréable, Fontenelle, Maisons.

    Se dit aussi des races, des générations qui se succèdent. Chez lui, les races se perpétuaient, les pères laissaient comme en héritage à leurs enfants la protection d'un si bon maître, Fléchier, Duc de Mont. La nature n'a donné aux individus, pour se perpétuer, que des moments, Montesquieu, Esp. XVI, 12. Ces familles immenses [les couvents] sans pères et sans enfants, qui se perpétuent aux dépens de la nation, Voltaire, Mœurs, 26.

  • 3Se perpétuer dans une charge, se maintenir dans un poste qu'on ne devait posséder que temporairement. Pompée veut, disait l'un, se perpétuer dans le commandement, Montesquieu, Rom. 11.

HISTORIQUE

XVIe s. Vous savez, monseigneur, que le plus grant bien ne desire que de faire chose qui la perpetue en vostre bonne grace, votre…, Marguerite de Navarre, Lett. CXXIV.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Perpétuer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PERPÉTUER, v. act. (Gramm.) rendre durable. La nature veille à la conservation de l’individu, & à la perpétuité des especes. Les especes se perpétuent principalement par la semence & par les graines. L’intérêt des gens de palais, & la mauvaise foi des plaideurs, s’entendent pour perpétuer les procès.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « perpétuer »

Étymologie de perpétuer - Wiktionnaire

Du latin perpetuare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de perpétuer - Littré

Prov. et esp. perpetuar ; ital. perpetuare ; du lat. perpetuare, de perpetuus, dérivé de perpes, continuel, qui vient de per, et petere, aller (voy. PÉTITION). Pour le sens de per, comparez perennis, persisto.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « perpétuer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
perpétuer pɛrpetye play_arrow

Conjugaison du verbe « perpétuer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe perpétuer

Citations contenant le mot « perpétuer »

  • Si Bruno Carteron, président de l'association, se désole de devoir annuler les événements récréatifs tels le déjeuner du 14 juillet ou la soirée bourguignon de septembre réunissant à chaque occasion cent cinquante personnes, pour cause de crise sanitaire, il se félicitait de la belle activité et du dynamisme de ses équipes pour perpétuer ses actions purement médicales en lien avec l'Établissement français du Sang. www.lejdc.fr, Faire contre mauvaise fortune, bon cœur - Challuy (58000)
  • Fondée à New-York en 1975, dans la foulée du décès prématuré du ténor américain, la Richard Tucker Music Foundation a été établie par sa veuve, ses enfants, des collègues et amis, dans le but de perpétuer la mémoire de l'artiste au travers d'aides à destination de jeunes chanteurs. Le premier lauréat en fut Rockwell Blake. Chaque année, à l'automne, le Gala Tucker est un événement pour les amateurs de jeunes gosiers. Parmi les autres chanteurs récompensés par la fondation, on peut citer, pour les plus familiers du public européens : Jamie Barton, Lawrence Brownlee, Eric Cutler, David Daniels, Joyce DiDonato, Susan Dunn, Michael Fabiano, Renée Fleming, Christine Goerke, Brandon Jovanovich, Jennifer Larmore, Richard Leech, Angela Meade, Aprile Millo, Lisette Oropesa, Nadine Sierra, Deborah Voigt, Tamara Wilson, Dolora Zajick... Les plus observateurs auront détecté les premices du scandale. Né en 1941, David est le deuxième des trois fils de Richard Tucker. Il a raconté ses relations parfois conflictuelles avec son père dans un livre, The Hard Bargain, où il explique comment il a refusé une carrière de chanteur pour poursuivre celle de chirurgien. Tout commence avec la triste mort de George Floyd, victime de violences policières, qui déclenche des manifestations à Minneapolis, qui dégénèrent en affrontements avec la police. Rapidement, des émeutes prennent le pas sur les manifestations pacifiques, à Los Angeles, Atlanta puis Washington, devant la Maison-Blanche. Plusieurs bâtiments prennent feu, dont l'église Saint-John, ainsi que des voitures... Des commerces sont pillés. C'est dans ce contexte que David Tucker commente un post du soprano Julia Bullock qui partageait sur son mur Facebook un article du Washington Post signalant l'incarcération d'émeutiers. Tucker écrit : « Très bien. Débarrassez-nous de ces voyous et peu m'importe où vous les enverrez. C'est une vérole pour notre société ».  En réponse à Julia Bullock, il complète : «​ La vraie violence vient de beaucoup de ces soi-disant manifestants pacifistes. Se produisant dans beaucoup de villes contrôlées par les Démocrates. Il serait temps que quelqu'un à poigne essaie d'écraser cette foule avant qu'ils ne détruisent et ne tuent davantage d'innocents. Bravo à Trump d'avoir envoyé les troupes fédérales. Malheureusement, la police a été castrée par les leaders de la gauche. Sortez-les de là (les manifestants) et expulsez-les ! Nous avons besoin de loi pour la justice et la paix dans nos rues ». Nous avons traduit le mot «​ thug », employé par Tucker, par «​ voyou », mais plusieurs sens peuvent y être rattachés. On peut légitimement penser qu'il n'entrait pas dans les intentions du docteur ophtalmologiste de comparer les manifestants aux adeptes de la déesse Kali qui étranglaient les voyageurs de manière rituelle. Par extension, «​ thug » désigne un voyou, une personne violente, voire un «​ casseur », sans considération raciale (Poutine a été régulièrement traité de «​ thug » aux Etats-unis, tant par des politiciens démocrates que républicains). Mais par une évolution plus récente, le terme désigne péjorativement une personne afro-américaine (il suffit de taper le mot sur Google Images pour comprendre...). Quel sens Tucker employait-il ? Pour le ténor afro-américain Russell Thomas, pas de doute : la preuve, le seul Noir distingué par la fondation fut John Brownlee en 2006. Ce à quoi Tucker répond : «​ Sortir la carte du racisme est un nouveau prétexte, bien commode pour s'attaquer aux standards d'excellence vocale ». Dans la foulée, la Black Opera Alliance publie une lettre ouverte réclamant le départ de Tucker. L'ex-lauréat John Brownlee qualifie les termes de Tucker de racistes, et se déclare pleinement solidaire des collègues qui se sont précédemment exprimés contre ces propos. Lisette Oropesa (lauréate en 2019) puis Stephanie Blythe (1999) et Jamie Barton (2015) condamnent également Tucker. Joyce DiDonato déclare qu'elle ne restera pas au board de la fondation tant que Tucker y restera. Finalement, Tucker se voit démis de toutes ses responsabilités par la fondation, et celle-ci prend soin de se désolidariser de ses propos, rappelant que celle-ci avait été bâtie grâce à l'héritage d'un chanteur Juif-américain désireux de combler la barrière des différences religieuses et culturelles. Dans une déclaration commune, Jeffrey Manocherian et Barry Tucker, respectivement chairman et president du board des directeurs de la fondation, assurent comprendre la colère qu'a pu causer David Tucker, et déclarent réfléchir à une nouvelle organisation, plus «​ inclusive » et équitable, sans toutefois s'aventurer à parler de discrimination positive. Prémonitoirement, The Hard Bargain peut se traduire par La Difficile Négociation. , La Fondation Richard Tucker dans la tourmente | Forum Opéra
  • Puisse Dieu garder Sa Majesté le Roi, source de clémence et de miséricorde, perpétuer Sa gloire et préserver Son Altesse Royale le Prince Héritier Moulay El Hassan ainsi que tous les membres de la Famille Royale ». LesEco.ma, Fête du Trône: le roi Mohammed VI a accordé sa grâce à 1446 personnes - LesEco.ma
  • « C’est important à travers ces visites de perpétuer une tradition, de faire de la culture. J’ai d’ailleurs des anti-fumeurs qui viennent voir pour apprécier le travail du bois à travers un véritable savoir-faire ». En complément de l’atelier, il propose dans sa boutique d’autres objets : magnets, cartes postales, porte-clés et souvenirs pour toute la famille. , Jura / visites. A Saint-Claude, Sébastien Beaud perpétue la fabrication des pipes de bruyère | Voix du Jura
  • Le Brésil ne me fit pas une impression moins forte ; ne me fut pas une promesse moindre. […] Ici la civilisation créée par l’Europe pouvait se perpétuer et se développer en formes nouvelles et différentes. De Stefan Zweig / Le monde d’hier. Souvenirs d'un européen, 1944
  • Mon intention est de tourner spécialement les arts vers des sujets qui tendraient à perpétuer le souvenir de ce qui s'est fait depuis quinze ans. De Napoléon Bonaparte / Lettre à Daru, 6 août 1805
  • Répondre par la violence, c’est perpétuer le cycle sans fin de la tragédie grecque. De Francis Ford Coppola / Le Figaro, 29 janvier 2015
  • Ce n’est pas par leur architecture mais plutôt par la puissance de leur pensée abstraite que les nations devraient essayer de se perpétuer dans la mémoire des hommes. De Henry David Thoreau
  • Rien de ce qui se fait au lit n'est immoral s'il contribue à perpétuer l'amour. De Gabriel Garcia Marquez / L'amour au temps du choléra
  • Le plus sûr moyen de tromper les hommes et de perpétuer leurs préjugés, c'est de les tromper dans l'enfance. De Baron d’Holbach / Le christianisme dévoilé
  • Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. De Arthur Schopenhauer / Pensées et fragments
  • Le lit est encore le lieu le plus pratique quand on tient à perpétuer le genre humain. De Tristan Bernard
  • L'instinct de perpétuer la race a aussi perpétué une foule d'autres choses. De Georg Christoph Lichtenberg / Aphorismes

Traductions du mot « perpétuer »

Langue Traduction
Corse perpetuà
Basque betikotu
Japonais 永続する
Russe увековечивать
Portugais perpetuar
Arabe تخليد
Chinois 永存
Allemand verewigen
Italien perpetuare
Espagnol perpetuar
Anglais perpetuate
Source : Google Translate API

Synonymes de « perpétuer »

Source : synonymes de perpétuer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « perpétuer »



mots du mois

Mots similaires