La langue française

Partial

Définitions du mot « partial »

Trésor de la Langue Française informatisé

PARTIAL, -ALE, -AUX, adj.

A. −
1. [En parlant d'une pers.] Qui prend parti pour ou contre quelqu'un ou quelque chose, au mépris de l'équité et de l'objectivité; qui juge avec parti-pris. Synon. partisan, sectaire; anton. impartial, neutre.Arbitre, historien, juge partial; être partial envers qqn, dans qqc. Ne craignez pas d'être partial en lui portant [à Delacroix] une admiration sans réserve (Sand, Corresp., t.3, 1853, p.360):
1. Le romancier est partial, injuste. Browning lui-même est manifestement prévenu contre Guido Franceschini, et il n'entre pas sincèrement dans les sentiments de cet assassin, comme l'eût fait un Russe. Green, Journal, 1944, p.118.
2. [En parlant d'une chose] Qui manifeste de la partialité, du parti pris. Synon. tendancieux.Choix, jugement partial; information, opinion, oeuvre partiale. Nous avons trop senti que le sort partial Donne aux uns tout le bien, aux autres tout le mal (Pommier, Océanides, 1839, p.250).Pour être juste, c'est-à-dire pour avoir sa raison d'être, la critique doit être partiale, passionnée, politique, c'est-à-dire faite à un point de vue exclusif, mais au point de vue qui ouvre le plus d'horizons (Baudel., Salon, 1846, p.101).Ce point de vue partiel et partial, mais vrai dans son principe (Thibaudet, Réflex. litt., 1936, p.36):
2. Une alliance déclarée étant trop chère, on en était venu à débattre les conditions d'une neutralité partiale que Charles voulait se faire bien payer. Mérimée, Don Pèdre Ier, 1848, p.408.
B. − Synon. vx et rare de partiel.Éclipse partiale (Ac. 1798-1835, Littré).
REM.
Partialement, adv.De façon partiale, avec partialité. Juger partialement. (Dict.xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [paʀsjal], plur. masc. [-o]. Att. ds Ac. dep. 1694. Ac. 1835 ,,le pluriel partiaux est inusité``. Étymol. et Hist.1. Av. 1473 subst. «attaché à un parti» (Jean Jouvenel des Ursins, Hist. de Charles VI, éd. Denys Godefroy, Paris, 1653, p.230: ceux qui estoient... partiaux des ducs de Berry, d'Orléans...); 2. 1559 adj. (Amyot, trad. de Plutarque, Hommes illustres, Coriolan, éd. G. Walter, t.1, p.481: un personnage si partial pour la noblesse); [1522] «qui manque d'objectivité» (Lettre de François Ierds R. Deux-Mondes, t.14, mars-août 1858, p.626. Empr. au lat. médiév. partialis au sens de «factieux (xiiies. ds Nierm.); de parti pris» (Blaise Latin. med. Aev.). Fréq. abs. littér.: 80. Bbg. Darm. Vie 1932, p.190.

Wiktionnaire

Adjectif

partial \paʁ.sjal\

  1. Qui montre de la partialité pour une personne, une opinion, un parti pris.
    • Il faut prendre un arbitre qui ne soit point partial.
    • Un juge, un historien partial.

Adjectif

partial \ˈpɑɹ.ʃəl\ (États-Unis), \ˈpɑː.ʃəl\ (Royaume-Uni)

  1. Partiel.
    • What you’ve done so far is only a partial solution.
  2. (Vieilli) Partial.
  3. (Partial to) Ayant une préférence.
    • Todd ordered for both of us: white wine for me, red for himself. Grilled chicken for me, steak for himself. Black coffee for me, cheesecake for himself. Todd is partial to cheesecake. — (Jenna Bennett, Contract Pending, 2011, page 131)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PARTIAL, ALE. adj.
Qui montre de la partialité pour une personne, une opinion, un parti. Un juge partial. Il faut prendre un arbitre qui ne soit point partial. C'est un historien partial.

Littré (1872-1877)

PARTIAL (par-si-al, a-l') adj.
  • 1Qui s'attache à un parti (sens inusité aujourd'hui). Ce tyran [Aristippe d'Argos] étant tombé sur lui [Aratus], ceux d'Argos, comme si ce n'eût pas été pour leur liberté qu'Aratus eût combattu… se tinrent là les bras croisés, spectateurs équitables et nullement partiaux, Dacier, Plutarque, Aratus.
  • 2Qui s'attache de préférence et par prévention à. Des juges partiaux. Un homme partial est exposé à de petites mortifications, La Bruyère, XII. Mais, seigneur, dit humblement Babouc, je n'ai jamais été en Perse : je n'y connais personne. - Tant mieux, dit l'ange, tu ne seras pas partial, Voltaire, Babouc.
  • 3Il s'est dit autrefois, en style didactique, pour partiel, qui se dit seul aujourd'hui. Eclipse partiale.

HISTORIQUE

XVe s. À Paris, feust crié… que tous ceux qui estoient familiers, serviteurs ou partiaux du duc de Bourgongne… vuidassent sur peine de confiscation, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1411.

XVIe s. Cela n'est point la faculté de l'histoire, ains des hommes partiaux, qui abusent indignement de ce nom, Amyot, Préf. XII, 39. Ilz craignoient de mettre ce magistrat de souveraine puissance entre les mains d'un personnage si partial pour la noblesse, Amyot, Cor. 20. Ctesias, comme il appert assez par ses escripts, estoit homme fort ambitieux et partial des Lacedaemoniens, Amyot, Artax. 16. Nous croyons que vous n'oublierez point quel lieu vous occupez, et que cela, avec la bonne vie que vous avez toujours eue, vous gardera d'estre partial et entretiendra au chemin de verité sans acception de personne, Lett. de François Ier, dans Rev. des Deux-Mondes, 1er avril 1858.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PARTIAL, adj. PARTIALITÉ, s. f. (Gramm.) il se dit d’un juge lorsqu’il panche à juger plus favorablement pour un côté que pour le côté opposé, par des raisons qui ne sont pas prises de l’équité rigoureuse. On dit aussi en général, vous avez apporte de la partialité à l’examen de cette question : vous vous êtes montré partial dans cette décision.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « partial »

Provenç. partial ; esp. parcial ; ital. parziale ; d'un mot non latin partialis, dérivé de pars, partie (voy. PART 2).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin partialis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « partial »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
partial parʃœl

Citations contenant le mot « partial »

  • Je fais de mon mieux pour être partial. De George Bernard Shaw
  • Tout point de vue de valeur doit être partial pour communiquer vraiment quelque chose. De Vaclav Havel / L'Anatomie du gag
  • Pour Me Antoine Fabre, leur avocat, c'est « un jugement partial ». La Cour de cassation a d'ailleurs tranché en faveur de couples de même sexe dans des affaires identiques, rapporte-t-il, énumérant des décisions favorables prononcées par les cours d'appel d'Aix-en-Provence, Toulouse, Chambéry, Limoges et même Versailles. leparisien.fr, Adoption homoparentale : le tribunal de Versailles est-il partial ? - Le Parisien
  • Il n’y aura d’action efficace face au racisme et à l’antisémitisme que si ceux qui sont susceptibles de participer à un tel combat se mobilisent de concert. Que si les clivages sont transcendés, plutôt que d’être exacerbés. Je n’ai pas été sollicité pour le «Manifeste contre le nouvel antisémitisme» (signé par plus de 250 personnalités et publié dimanche dans le Parisien), et je ne l’aurais pas signé tant il est partial et partiel. Libération.fr, «Nouvel antisémitisme» : un manifeste «partiel et partial», par Michel Wieviorka - Libération

Traductions du mot « partial »

Langue Traduction
Anglais biased
Espagnol parcial
Italien parziale
Allemand voreingenommen
Chinois 有偏见的
Arabe انحيازا
Portugais tendencioso
Russe пристрастный
Japonais 偏った
Basque batzuen
Corse tendenziale
Source : Google Translate API

Synonymes de « partial »

Source : synonymes de partial sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « partial »

Partial

Retour au sommaire ➦

Partager