Partage : définition de partage


Partage : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PARTAGE, subst. masc.

A. − Action de partager, de diviser en parts; résultat de cette action; manière de partager.
1. [Corresp. à partager I A]
a) Division d'un tout en plusieurs parts (pour une distribution, une répartition). Procéder à un partage; partage égal, équitable; partage des bénéfices, d'une fortune; partage léonin (v. léonin1B):
1. Les nations en sont à cette période critique où les sentiments et les intérêts se heurtent, comme on voit souvent entre frères lors du partage des biens. Alain,Propos,1921, p.338.
Partage d'un domaine, d'une terre. Synon. morcellement.À ton compte, Lénine ne devait pas prendre le partage des terres comme mot d'ordre (Malraux,Cond. hum.,1933, p.286).
Partage d'un pays, d'un empire. Synon. démembrement, partition.Partage de la Pologne. Thugut convoitait Venise: peut-être aurait-il accepté un partage des Pays-Bas (Lefebvre,Révol. fr.,1963, p.450).
b) DROIT
α) ,,Opération qui met fin à une indivision, en substituant aux droits indivis sur l'ensemble des biens une pluralité de droits privatifs sur des biens déterminés`` (Jur. 1981). Venir à partage; partage amiable, à l'amiable, judiciaire; partage en frères; partage d'une succession; donation-partage, testament-partage; partage par souche*; attribution d'un droit, d'une part dans un partage:
2. ... un partage équitable, qui avait tout attribué à M. Rezeau, notre père, par désistement pur et simple de tous ses cohéritiers, respectueux d'une tradition qui, à chaque génération, permettait de sauver le domaine. H. Bazin, Vipère,1948, p.76.
β) Répartition des biens d'un défunt entre ses héritiers, le partage pouvant avoir lieu à l'amiable (d'apr. cida 1973).
DR. CIVIL. Partage d'ascendant. ,,Acte par lequel un ascendant procède lui-même au partage de ses biens entre tous ses descendants, soit par donation (donation-partage), soit par testament (testament-partage)`` (Jur. 1981).
P. méton. Lot attribué à quelqu'un dans une succession, part de patrimoine. Partage égal, inégal; partage d'aîné, de cadet; faire les partages; avoir, recevoir, réclamer son partage:
3. ... je suis obsédé par la vision des partages, −de ces partages qui vous jetteront les uns contre les autres: car vous vous battrez comme des chiens autour de mes terres, autour de mes titres. Mauriac,Noeud vip.,1932, p.94.
2. [Corresp. à partager I D] Fait de partager quelque chose (avec quelqu'un):
4. En Espagne, un cigare donné et reçu établit des relations d'hospitalité, comme en Orient le partage du pain et du sel. Mérimée,Carmen,1847, p.7.
Absol. Partage avec les plus pauvres; inciter au partage. Il tourna les yeux, dans un mouvement de gratitude et de partage, vers la reine Isabelle (Druon,Louve Fr.,1959, p.321).
Sans partage
Loc. adv. Sans réserve, entièrement. Approuver qqn, qqc. sans partage. Sache donc, reprit le Grand-Bûcheux (...) que j'aurais été quelque chose, si je m'étais donné tout entier et sans partage à la musique (Sand,Maîtres sonneurs,1853, p.296).
Loc. adj. Exclusif, total. Amour, coeur, fidélité sans partage. Des actes de renoncement complet et d'abnégation sans partage (Durkheim,Divis. trav.,1893, p.207).
3.
a) Division d'un tout en parties. Synon. fragmentation.Partage d'une ligne en plusieurs parties, de la terre en cinq zones. Le partage exact d'un intervalle quelconque en demi-tons exige à la fois une grande assurance dans la voix et un sentiment exquis de l'intonation (Garcia,Art chant,1840, p.33).La première de ces deux divisions (...) comporte un partage des chromosomes dûs (sic) à la fusion précédente (Plantefol,Bot. et biol. végét.,t.2, 1931, p.573).
P. méton. État de ce qui est divisé. Partage du monde en deux blocs antagonistes. Le partage, presque égal, de l'Europe, entre le catholicisme et le protestantisme (Comte,Philos. posit.,t.5, 1839-42, p.508).
b) Spécialement
CHIM. Coefficient de partage. Rapport des masses d'un corps se divisant entre deux solvants différents (d'apr. Duval 1959).
DR. CIVIL. Partage d'opinion, partage des voix. Situation dans laquelle, au cours d'une délibération, aucun avis ne recueille la majorité (d'apr. Jur. 1981). En cas de partage des voix, l'avis favorable à l'accusé prévaut (Encyclop. éduc.,1960, p.43).
DR. PUBL. Division en nombre égal de voix pour et contre, dans une consultation, dans une délibération. Partage des voix, des votes, des suffrages. En cas de partage, sauf le cas de scrutin secret, la voix du président est prépondérante (Fonteneau,Conseil munic.,1965, p.108).
GÉOGR., HYDROGRAPHIE. Ligne de partage des eaux. Ligne de crête qui marque la limite entre deux bassins et la séparation des régimes fluviaux:
5. La diplomatie a trouvé commode de régler les frontières d'après la ligne de partage des eaux, qui souvent brise dans les Alpes les rapports naturels. Vidal de La Bl.,Tabl. géogr. de Fr.,1908, p.265.
Au fig., littér. Ligne de partage. Point de séparation. L'art des villes et l'art des champs, surtout depuis Baudelaire, c'est une ligne de partage (Mauriac,Mém. intér.,1959, p.20).
INFORMAT. Partage de/du temps. Répartition du temps de travail d'un ordinateur entre plusieurs utilisateurs (d'apr. Milsant 1981).
MATH. Fragmentation d'une grandeur en parties plus petites. Partage proportionnel; partage d'une longueur, d'une surface en parties égales. Partage en extrême et moyenne raison (Bouvier-GeorgeMath.1979).
4. Loc. verb. Faire le/un partage entre ... et ... Faire la différence, distinguer. Synon. faire la part*, faire le départ*, départager, séparer:
6. Comment faire un partage entre ce qui se rattache vraiment à l'initiative de l'auteur et ce qui est l'opération propre du coopérateur? Blondel,Action,1893, p.239.
5. Fait d'avoir part à quelque chose avec quelqu'un. Partage du pouvoir, des responsabilités. Le partage des compétences entre le Conseil et l'Assemblée ne présente guère d'analogie avec le partage de compétences entre l'exécutif et le législatif qu'établissent les constitutions (Conseil S.D.N.,1938, p.12).
B. − Littér. Part qui revient à quelqu'un.
1. Ce qui est attribué à quelqu'un par la nature, le hasard; le sort particulier de quelqu'un. Synon. destin, lot, part1.Avoir qqc. pour partage. L'enthousiasme est le partage de l'homme heureux (Dumas père, Angèle,1834, xi, p.124).La force et la raison sont le partage de l'homme (A. France,Rabelais,1909, p.14).
En partage.Comme don naturel. Avoir, donner, recevoir qqc. en partage; échoir, tomber, revenir en partage à qqn. Il eut toujours un peu la sottise en partage (Courteline,Conv. Alceste,1905, ii, p.47).
2. Ce qui échoit à quelqu'un (en parlant d'une chose abstraite). Vous, devenir méchant! Vous en voulez jouer le personnage; Ce rôle ne sera jamais votre partage, Vous l'oubliez à tout instant (Bayard,Molière,1824, 9, p.62).
REM.
Copartage, subst. masc.,dr. Partage entre plusieurs personnes. (Dict.xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [paʀta:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.A. 1. 1283 «division d'un élément en plusieurs portions en vue d'une distribution» (Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 62: S'aucuns est semons seur partage [d'un héritage]); 1505 partage des heritages communs (Coutume du Perche ds Nouv. coutumier gén., éd. Bourdot de Richebourg, t.3, p.639b, Successions, § 21) ; 1690 p.ext. «acte écrit où est consignée la division d'une succession» (Fur.); 2. a) 1325 «part qui revient à quelqu'un dans une répartition», spéc. «part d'héritage» (doc. Mon. de l'hist. de Neuchâtel, I, 369 ds Gdf. Compl.); 1553 en partage (J. Du Bellay, Mort de Palinvre, 50, Recueil de poésies, 2eéd. ds OEuvres, éd. A. Chamard, t.4, p.217); b) 1651 «ce que quelqu'un reçoit de la nature, de la fortune» (Corneille, Nicomède, IV, 2); 3. av. 1558 «action d'avoir part à quelque chose conjointement avec quelqu'un» (Mellin de Saint-Gelais ds OEuvres, éd. P. Blanchemain, t.2, p.299: Autre que vous ... N'aura jamais en mon amour partage); av. 1704 sans partage (Bossuet, Sermon ... jour de l'exalt. de la croix ds Littré). B. 1. 1572 «action, fait de séparer, de diviser» faire le partage de [ici, fig.] (Paré, Au lecteur ds OEuvres, éd. J. Malgaigne, t.1, p.12b: ... qui a fait le partage de la Médecine et de la Chirurgie); spéc. 1690 math. (Fur.: Le partage d'une ligne en 3, en 50, en 100 parties); 2. «division des opinions» a) 1539, août, dans une délibération, une consultation (Ordonnance de Villers-Cotterets, §§ 125 et 126 ds Isambert, Rec. gén. anc. lois fr., t.12, p.625); 1607 (Antoine Loisel, Institutes coutumières, § 875, éd. M. Dupin et E. de Laboulaye, t.2, p.233: Une voix n'empesche partage); b) 1653 en gén. (Pascal [?], Passions de l'Amour ds OEuvres, éd. J. Chevalier, p.540); 3. 1690 hydrographie point de partage, partage des eaux (Fur.). Dér. de partir1*; suff. -age*. Fréq. abs. littér.: 1267. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2860, b) 1325; xxes.: a) 1491, b) 1335. Bbg. Dub. Pol. 1962, p.365. _ Quem. DDL t.19.

Partage : définition du Wiktionnaire

Nom commun

partage \paʁ.taʒ\ masculin

  1. Division de quelque chose en plusieurs portions.
    • Faire le partage d’une succession.
    • Faire le partage des meubles qu’on a achetés en commun.
    • Faire le partage du butin.
    • Le partage d’un pays conquis.
    • Les enfants peuvent venir à partage de la succession de leur père, ou y renoncer.
    • Procéder à un partage.
    • Il entre en partage avec les autres héritiers.
  2. Portion de la chose partagée, qui est assignée à chaque partageant.
    • Partage égal.
    • Partage inégal.
    • Cette ferme m’est échue, m’est tombée en partage.
    • C’est le notaire qui a fait les partages.
  3. (Figuré) Ce que l'on tient de la nature ou de la fortune, en parlant des biens et des maux, des qualités bonnes ou mauvaises.
    • Ce qui nous frappa tout d'abord quand nous entrâmes à Jerez, ce fut un air de bien-être, de richesse, de propreté, qui n'est pas le partage de toutes les petites villes espagnoles. — (L'Espagne par le baron Davillier, illustrée de 309 gravures dessinées sur bois par Gustave Doré, Librairie Hachette & Cie, 1874, p. 282)
    • Les maladies et les misères sont le partage du genre humain. — Le ciel lui a donné en partage un noble caractère.
    • Une absurde vanité lui est échue en partage. — Il eut pour son partage la misère et la souffrance.
  4. Répartition égale, en parlant des opinions, des votes, des suffrages d’une assemblée, d’une compagnie délibérante.
    • Partage de voix, d’opinions.
    • En cas de partage, on recommencera le scrutin.

Forme de verbe

partage \paʁ.taʒ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de partager.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de partager.
    • L'année du crapaud se partage en trois périodes distinctes de longueur inégale. — (Jean Rostand, La vie des crapauds, 1933)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de partager.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de partager.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de partager.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Partage : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PARTAGE. n. m.
Division de quelque chose en plusieurs portions. Faire le partage d'une succession. Faire le partage des meubles qu'on a achetés en commun. Faire le partage du butin. Le partage d'un pays conquis. Les enfants peuvent venir à partage de la succession de leur père, ou y renoncer. Procéder à un partage. Il entre en partage avec les autres héritiers. Il signifie aussi Portion de la chose partagée, qui est assignée à chaque partageant. Partage égal. Partage inégal. Cette ferme m'est échue, m'est tombée en partage. C'est le notaire qui a fait les partages. Acte de partage se dit, en termes de Jurisprudence, de l'Acte, de l'instrument où est consignée la division d'une succession, d'un bien, etc. Les héritiers ont été invités à produire l'acte de partage.

PARTAGE se dit figurément, en parlant des Biens et des maux, des qualités bonnes ou mauvaises que l'on tient de la nature ou de la fortune. Les maladies et les misères sont le partage du genre humain. Le ciel lui a donné en partage un noble caractère. Une absurde vanité lui est échue en partage. Il eut pour son partage la misère et la souffrance. Fig., Posséder un cœur sans partage, Posséder seul toute la tendresse, toute l'affection de quelqu'un. On dit de même : Il veut un cœur sans partage. Un amour sans partage. Être à quelqu'un sans partage. Une âme comme la sienne ne souffre point de partage, Elle veut qu'on soit tout à elle.

PARTAGE se dit aussi en parlant des Opinions, des votes, des suffrages d'une assemblée, d'une compagnie délibérante, lorsqu'il y en a autant d'un côté que de l'autre. Partage de voix, d'opinions. En cas de partage, on recommencera le scrutin. En termes de Géographie, Ligne de partage des eaux, La série des points les plus élevés d'où les eaux pourraient couler, soit dans un versant, soit dans un autre. La frontière suit la ligne de partage des eaux.

Partage : définition du Littré (1872-1877)

PARTAGE (par-ta-j) s. m.
  • 1Division d'une chose en plusieurs portions. Faire le partage d'une succession. Trois conditions admirables de cette dette sacrée [la charité fraternelle] qui feront le partage de ce discours, Bossuet, Serm. Charité frat. Préambule. Dans les plus puissantes maisons, les partages ne sont-ils pas regardés comme une espèce de dissipation par où elles se détruisent elles-mêmes ? Bossuet, Anne de Gonz. Ô hommes, quels que vous soyez, et quelque sort qui vous soit échu par l'ordre de Dieu dans le grand partage qu'il a fait du monde, Bossuet, Sermons, Justice, 1. Ces neveux affamés dont l'importun visage De mes biens à mes yeux fait déjà le partage, Boileau, Sat. X. Et vous, pour vous armer, suivez-moi dans ces lieux Où se garde… Ce formidable amas de lances et d'épées… Venez, Je veux moi-même en faire le partage, Racine, Athal. III, 8. Le partage des biens, les lois sur ce partage, les successions après la mort de celui qui a eu ce partage, tout cela ne peut avoir été réglé que par la société, et par conséquent par des lois politiques ou civiles, Montesquieu, Esp. XXVI, 6. Les empereurs ou, sous leur nom, les magistrats romains firent des conventions avec eux [les Goths et les Bourguignons] sur le partage du pays, comme on le voit dans les chroniques et dans les codes des Visigoths et des Bourguignons, Montesquieu, ib. XXX, 7. Ce partage de l'empire d'Alexandre fut fait vingt-trois ans après la mort de ce conquérant, Condillac, Hist. anc. II, 11. Un fragment de poésies de Tyrtée nous apprend que le peuple de Sparte demandait alors un nouveau partage des terres, Barthélemy, Anach. note 8, t. IV, p. 485, dans POUGENS.

    L'action en partage. Demande de partage d'une succession portée en justice (Code Nap. art. 817).

  • 2Acte qui contient la division d'une succession. Il faut produire votre partage. Les partages peuvent être rescindés pour cause de violence ou de dol, Code Napol. art. 887. Après le partage, ou l'acte qui en tient lieu…, ib. art. 888.
  • 3Portion de la chose partagée, portion assignée, part de patrimoine. Le troisième partage, échu par le sort, fut celui des enfants de Zabulon, Sacy, Bible, Josué, XIX, 10. Il [Turenne] avait quarante mille livres de rente de partage, et M. Boucherat a trouvé que, toutes ses dettes et ses legs payés, il ne lui restait que dix mille livres de rente, Sévigné, 28 août 1675. Je ne vois dans tout ce récit que le prodigue de l'Évangile, qui veut avoir son partage, qui veut jouir de soi-même et des biens que son père lui a donnés, Bossuet, Anne de Gonz. Et content des États marqués pour mon partage, Racine, Mithr. I, 1. Le Pont est son partage, et Colchos est le mien, Racine, ib. I, 1. Celui qui n'a de partage avec ses frères que pour vivre à l'aise bon praticien, veut être officier, La Bruyère, VI. Tu savais l'art de te défaire d'un frère pour avoir son partage, Fénelon, Dial. des morts, Louis XI, Louis XI. Theuderic dit aux Francs de son partage : Suivez-moi ; je vous mènerai dans un pays où vous aurez de l'or, Montesquieu, Espr. XXX, 11.
  • 4Action d'avoir part à. Non, c'est assez d'un seul [Sosie], et je suis obstiné à ne point souffrir de partage, Molière, Amph. III, 7. L'Église entre en partage de cette gloire [de Marie mère de Dieu], Bossuet, 2e serm. Visitat. 1. Un favorable sort vous appelle au partage Des biens qui nous sont destinés, Quinault, Arm. IV, 4. Qu'il n'était pas juste qu'ils entrassent en partage des terres que les Romains avaient conquises avant leur alliance, Vertot, Révol. rom. III, 234.
  • 5 Fig. Il se dit de l'âme et de ses facultés placées entre des tendances contraires, entre des diversions. Une âme comme la sienne ne souffre point de tels partages [entre Dieu et le monde] ; et il fallait ou tout à fait rompre, ou se rengager avec le monde, Bossuet, Anne de Gonz. Recherchons… d'où vient que le Fils de Dieu fait ses plus chères délices d'un cœur virginal… c'est à cause qu'un cœur virginal se donne à lui sans partage, Bossuet, Sermon pour une profession, jour de l'exalt. de la croix. C'est vouloir vous partager entre Dieu et le monde, entre Dieu et vous-mêmes et Dieu ne peut souffrir de partage, Bourdaloue, Purif. de la Vierge, Myst. t. II, p. 274. … Vous deviez le rendre moins volage ; Comment souffriez-vous cet horrible partage ? Racine, Phèdre, v, 3. On a le loisir de s'arrêter aux remarques sans partage d'attention avec le texte, Mém. de Trév. 1725, dans DESFONTAINES. Je t'aime avec excès, sois à moi sans partage, Delavigne, Paria, III, 4.
  • 6 Fig. Ce qui échoit comme une espèce de part. La fourbe n'est le jeu que des petites âmes, Et c'est là proprement le partage des femmes, Corneille, Nicom. IV, 2. … Le repos, trésor si précieux, Qu'on en faisait jadis le partage des dieux, La Fontaine, Fabl. VII, 12. La Grèce, depuis ce temps [d'Homère], avait toujours cru que l'intelligence et le vrai courage étaient son partage naturel, Bossuet, Hist. III, 5. La princesse Bénédicte, qui avait son partage dans le ciel, Bossuet, Anne de Gonz. Ils [les incrédules] n'ont pas même de quoi établir le néant, auquel ils espèrent après cette vie ; et ce misérable partage ne leur est pas assuré, Bossuet, ib. S'immoler pour son nom [de Dieu] et pour son héritage, D'un enfant d'Israël voilà le vrai partage ! Racine, Esth. I, 3. L'affliction et l'opprobre sont ici-bas le partage des gens de bien, Massillon, Carême, Avenir. Une âme qui prend Dieu pour son partage, Massillon, Prof. relig. 1. Ô Dieu, où sont vos élus ? et que reste-t-il pour votre partage ? Massillon, Carême, Petit nombre des élus. Ô beauté, partage funeste à tous les autres préféré, Rousseau J.-B. Calisto. Si quelqu'un ne reconnaît pas Photius, que son partage soit avec Judas, Voltaire, Mœurs, 31. Des pensées fortes et vigoureuses, un coup d'œil juste sur les faiblesses des hommes, des idées profondes et vraies, c'est là votre partage dans tous les temps, Voltaire, Lett. au roi de Pr. 5 janv. 1767. Tant qu'il y aura des hommes plus actifs, plus industrieux, plus économes, plus heureux que d'autres, il y aura de l'inégalité dans les partages des biens, Marmontel, Bélis. ch. 13.

    En partage, en lot donné par la nature, par la fortune, par le ciel. J'aime en Sertorius ce grand art de la guerre… Ce bras qui semble avoir la victoire en partage, Corneille, Sertor. II, 1. Les uns ont la grandeur et la force en partage, La Fontaine, Fabl. II, 17. Croyez-vous donc avoir tant d'esprit en partage ? Molière, Misanth. I, 2. Dieu avait donné à ces deux maisons [d'Autriche et de France] la piété en partage, Bossuet, Mar.-Thér. Quiconque est riche est tout ; sans sagesse il est sage ; Il a, sans rien savoir, la science en partage, Boileau, Sat. VIII. Mais si quelque vertu m'est tombée en partage, Racine, Phèdre, IV, 2. Ils n'ont en partage que la force du corps, Fénelon, Tél. X. Je vous avais donné en partage une âme bonne, Massillon, Carême, Mauv. riche.

    Être le partage, se dit d'une personne qui échoit à un autre par mariage. De celui que je crains si je suis le partage, Je saurai l'accepter avec même visage, Corneille, Rodog. I, 7.

  • 7 Fig. Division des opinions, désaccord. Il y a un siècle pour les blondes, un autre pour les brunes ; et le partage qu'il y a entre les femmes sur l'estime des unes et des autres fait aussi le partage entre les hommes, Pascal, Pass. de l'amour. Il [Vivonne] était dans sa chambre, très mal de son bras [blessé au passage du Rhin], recevant les compliments de toute la cour, car il n'y a point eu de partage, Sévigné, 11 déc. 1673.

    Dans une assemblée, dans un tribunal, division égale des voix pour et contre. Arrêt de partage. Un témoin qui affirme et un accusé qui nie font un partage, Montesquieu, Esp. XII, 3.

  • 8Action de diviser en parties plus petites. Le partage d'une ligne en diverses parties. Le partage de la terre en cinq zones.
  • 9 Terme de géographie. Point de partage, point entre deux bassins assez élevé pour que les eaux puissent couler indifféremment d'un côté ou de l'autre.

    Terme d'hydraulique. Le point où l'on place le réservoir supérieur qui doit alimenter un canal.

    Canal à point de partage, canal qui franchit une chaîne de montagnes ou un faîte quelconque entre deux vallées. Le premier canal à point de partage, c'est-à-dire traversant le faîte qui sépare les bassins des deux rivières, a été construit en France par des Français, et ce canal c'est le canal de Briare, J. Caillet, l'Admin. en Franc. sous Richelieu, II, 16.

    Bief de partage, le bief le plus élevé du canal à point de partage ; celui qui écoule ses eaux sur les deux versants.

    Point de partage, le point culminant d'un chemin de fer, lorsqu'il remonte une vallée ou le versant d'une montagne pour descendre ensuite de l'autre côté.

    PROVERBE

    Partage de Montgommeri, tout d'un côté et rien de l'autre.

HISTORIQUE

XIIIe s. S'aucuns est semons sor partage, Beaumanoir, II, 6.

XVe s. Usurperent ou eurent à bon tiltre, je ne sçay lequel, car de telles choses le partage s'en fait au ciel, Commines, I, 3. Le cardinal escrivoit à monseigneur de Guyenne l'exhortement de ne prendre nul autre partage que celluy que…, Commines, II, 15.

XVIe s. Autre que vous, ma seule et grande amie, N'aura jamais en mon amour partage, Saint-Gelais, 174. Ceux-là ont la robbe longue, ceulx-ci la courte en partage, Montaigne, I, 119. Il n'y a nuls contracts, nulles successions, nuls partages, Montaigne, I, 236. Une voix n'empesche partage [la majorité doit être de deux voix au moins], Loysel, 875. En matiere criminelle n'y a partage : ains passe le jugement à la plus douce opinion, Loysel, 876. Je leur demanderois volontiers qui a fait le partage [la part ou séparation] de la medecine et de la chirurgie, Paré, Au lect.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PARTAGE. Ajoutez :
10 Partage noir, se disait, en Russie, du partage périodique des terres entre les habitants de la commune, Journ. offic. 22 janv. 1872, p. 498, 3e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Partage : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PARTAGE, s. m. (Jurisprud.) est la séparation, division, & distribution qui se fait d’une chose commune entre plusieurs co-propriétaires qui jouissoient par indivis.

On peut partager des meubles meublans, des grains, des deniers, & autres choses mobiliaires ; on partage aussi des immeubles, soit réels ou fictifs.

Personne n’est tenu de jouir par indivis, quelque convention qui ait été faite de ne point demander de partage, parce que la communauté de biens est ordinairement une source de discussion.

Quand les choses sont indivisibles de leur nature, comme un droit de servitude, un droit honorifique, &c. ou qu’elles ne peuvent commodément se partager, si les co-propriétaires ne veulent plus en jouir en commun, il faut qu’ils s’accordent pour en jouir tour-à-tour, ou qu’ils en viennent à la licitation. Voyez Licitation.

Le partage se fait en formant différens lots proportionnés au droit que chacun a dans la chose.

On peut faire cette opération à l’amiable ou par justice.

La maniere de procéder à un partage à l’amiable, c’est de convenir devant un notaire du nombre des lots qu’il s’agit de faire, de ce qui doit entrer dans chaque lot, & de la destination de chacun des lots.

Lorsqu’on ne s’accorde pas sur la destination des lots, on les tire au sort.

Le partage s’ordonne par justice, lorsque les copropriétaires ne s’accordent pas sur la nécessité ou possibilité du partage, ou sur les opérations qui sont à faire en conséquence. Alors on nomme des experts pour priser les biens, & pour procéder ensuite au partage ; les experts font les lots, & ces lots sont tirés au sort.

Celui qui a fait des frais pour parvenir au partage, peut obliger ses co-héritiers d’y contribuer chacun pour leur part & portion ; il a même un privilége pour répéter ces frais sur les biens qui sont l’objet du partage.

La bonne foi & l’égalité sont l’ame de tous les partages ; de sorte que si l’un des co-partageans souffre une lésion du tiers au quart ; il peut revenir contre le partage, en obtenant dans les dix ans des lettres de rescision.

Le partage n’est que déclaratif, c’est-à-dire, qu’il n’est pas censé attribuer un droit nouveau à celui qui demeure propriétaire de la part qui auroit pû avoir un autre co-propriétaire ; parce que chacun d’eux a un droit indivis à la totalité. C’est par cette raison, que le partage entre co-propriétaires ne produit point de droit au profit du seigneur ; mais il faut pour cela qu’ils soient co-propriétaires, en vertu d’un titre commun, comme des co-héritiers, des co-acquéreurs, & non quand ils sont co-propriétaires en vertu de titres différens, comme quand un étranger a acquis les droits d’un des héritiers.

Dans toutes sortes de partages, les lots sont garans les uns des autres, en cas d’éviction. Voyez au code les titres communis dividundo, familiæ erciscundæ, & communia utriusque judicii.

Partage de communauté, est la division des meubles & autres effets mobiliers & des conquêts immeubles, qui étoient communs entre deux conjoints.

Ce partage n’a lieu qu’après la dissolution de la communauté, laquelle arrive par le décès de l’un des conjoints ; ainsi le partage se fait entre le survivant & les héritiers du prédécédé.

Pour donner lieu à ce partage, il ne suffit pas qu’il y eût eu communauté stipulée par contrat de mariage, ou établie de plein droit par la coutume ; il faut encore que la femme ou ses héritiers n’ayent pas renoncé à la communauté ; car en ce cas, il n’y a plus de partage à faire ; tous les biens de la communauté appartiennent au mari ou à ses héritiers.

Il y a encore deux cas où le partage n’a pas lieu ; l’un est lorsque la femme a été déchue par un jugement du droit qu’elle avoit en la communauté pour cause d’indignité, comme pour crime d’adultere ; l’autre cas est lorsqu’il est dit par le contrat de mariage, qu’en cas de prédécès de la femme, ses héritiers seront exclus de la communauté.

Lorsqu’il n’y a point d’obstacle au partage de la communauté, elle se partage en l’état qu’elle se trouve lors de la dissolution, c’est-à-dire, que l’on prend les biens en l’état qu’ils sont, & avec les dettes qui sont à la charge de la communauté.

On fait une masse de tous les meubles qui se trouvent existans, & de tous les autres effets mobiliers, de tous les conquêts immeubles, & de tout ce qui a dû entrer en la communauté, suivant le contrat de mariage.

Sur cette masse chacun reprend d’abord ses propres remplois de propres & récompenses ; ensuite le survivant préleve son préciput, s’il y en a un porté par le contrat de mariage ; après quoi, le surplus se partage par moitié entre le survivant & les héritiers du prédécédé.

Quoique la femme ait ordinairement moitié de la communauté, on peut stipuler par contrat de mariage, qu’elle n’en aura qu’un tiers ou un quart.

Pour ce qui est des dettes de communauté, on les préleve sur la masse, ou bien l’on en fait deux lots, & chacun se charge d’acquitter le sien. Voyez les Traités de la communauté de Renusson & de le Brun, & le mot Communauté.

Partage définitif, est celui qui est fait à demeure & irrévocablement, à la différence du partage provisionnel, qui n’est fait qu’en attendant que l’on puisse procéder à un partage général & définitif.

Partage provisionnel, est celui que l’on fait provisoirement, soit de certaines choses en attendant que l’on puisse partager le surplus, ou même de tout ce qui est à partager, lorsque l’on n’est pas en état d’en faire un partage irrévocable, comme il arrive lorsqu’il y a des absens ou des mineurs ; car quand ceux qui étoient absens reparoissent, ils peuvent demander un nouveau partage. Il en est de même des mineurs devenus majeurs ; cependant si le mineur n’est point lésé, le partage provisionnel demeure définitif.

Partage de succession, est celui qui se fait entre cohéritiers, à l’effet que chacun d’eux ait la part & portion qui doit lui revenir de la succession.

Il se trouve quelquefois dans les successions des effets qui n’entrent point en partage, tels que les titres & papiers, portraits de famille, & pieces d’honneur qui demeurent en entier à l’aîné.

Tels sont aussi certains biens qui ne sont pas sujets à rapport. Voyez ci après Prélegs & Rapport.

Quand les héritiers ne s’accordent pas à l’amiable pour le partage, il se fait devant le juge du lieu où la succession est ouverte.

Le juge renvoye quelquefois les parties devant un notaire pour procéder au partage, ou bien devant des experts.

Dans les partages, les meubles se reglent suivant la loi du domicile du défunt.

Les immeubles se partagent suivant la coutume du lieu où ils sont situés ; c’est pourquoi l’on dit communément qu’il se fait autant de partages que de coutumes ; ce qui ne signifie pas que l’on doive faire autant d’actes de partages qu’il y a de coutumes dans lesquelles il se trouve des biens de la succession, mais que chaque coutume regle le partage des biens de son territoire, ensorte que les biens de chaque coutume se partagent souvent d’une maniere toute différente, selon la disposition des coutumes.

Les successions se partagent en l’état qu’elles se trouvent ; ainsi le partage ne comprend que les biens existans, & avec les dettes & les charges telles qu’elles se trouvent au tems de l’ouverture de la succession.

Il y a des coutumes telles qu’Anjou & Maine, où l’aîné fait les lots & les cadets choisissent.

En Touraine, c’est l’aîné qui fait le partage, mais les puînés ont la liberté de faire ce qu’on appelle la refente, c’est-à-dire de diviser en deux la part que l’aîné avoit gardée pour lui, & d’en prendre la moitié au lieu du tiers qu’il leur avoit donné.

Dans les autres coutumes, les lots se font par convention ou par le ministere des experts ; & quand les cohéritiers ne s’accordent pas sur le choix des lots, ils se tirent au sort.

Tout premier acte entre cohéritiers est réputé partage, c’est-à-dire qu’il a la même faveur, qu’il ne les oblige point à payer des droits seigneuriaux, & qu’il peut être rescindé pour lésion du tiers au quart.

Quand le partage entre cohéritiers a le caractere d’une transaction, il ne peut être rescindé quelque lésion qu’il y ait, à-moins qu’il n’y ait eu du dol ou de la force.

La garantie du partage entre cohéritiers est du jour de l’addition d’hérédité.

Les créanciers particuliers de l’héritier n’ont droit de se venger que sur les biens qui sont échus en partage à leur débiteur. Voyez Domat part. II. l. I. tit. IV. Bouvot, tome II. Jovet, au mot partage ; le Prêtre, du Luc, Carondas, Papon, Barry & le Brun.

Partage d’opinions, c’est lorsque les juges sont divisés en deux avis différens, de maniere qu’il y a autant de voix d’un côté que de l’autre, ou du-moins qu’il n’y en a pas assez d’un côté pour l’emporter sur l’autre.

Les établissemens de S. Louis, ch. xxxvij. portent que quand les jugeurs sont partagés, le juge prononce en faveur de la franchise ou de l’accusé ; il y avoit pourtant d’autres cas où le juge devoit mettre l’affaire au conseil ; & quand le seigneur, en cas de partage, ne donnoit pas de conseil, l’affaire étoit dévolue aux juges supérieurs.

Suivant une ordonnance faite par Philippe III. en 1277, touchant la maniere de rendre les jugemens en Touraine, il y avoit partage d’avis, lorsque plus de deux chevaliers étoient d’un avis contraire à celui des autres jugeurs.

L’ordonnance de 1539, art. 126, porte qu’il ne se fera dorénavant aucun partage ès procès pendans aux cours souveraines, mais que les présidens & conseillers seront tenus de convenir en une même sentence & opinion, à tout le moins en tel nombre qu’il puisse s’ensuivre arrêt & jugement avant de vaquer, & entendre à autre affaire ; & pour empêcher le partage, l’article suivant veut & ordonne que quand il passera d’une voix, le jugement soit conclu & arrêté.

La déclaration de la même année, donnée en interprétation de cette ordonnance, veut que les procès pendans ès parlemens & cours souveraines ne soient point conclus qu’ils ne passent de deux voix & opinions, ainsi qu’on l’observoit d’ancienneté.

L’article 126. de l’ordonnance de Blois veut que quand un procès se trouve parti au parlement, soit en la grand’chambre ou chambre des enquêtes, il soit incontinent & sans délai procédé au département de ce procès ; & à cette fin, il est enjoint aux présidens des chambres de donner promptement audience au rapporteur & au compartiteur sans aucune remise, afin que le même jour qu’ils se seront présentés, les procès soient mis sur le bureau, pour être départagés & jugés incontinent.

En matiere criminelle, il n’y a jamais de partage, parce qu’en cas d’égalité de voix, c’est l’avis le plus doux qui prévaut.

Il étoit d’usage dans quelques présidiaux qu’il falloit deux voix de plus pour départager ; mais par une déclaration du 30 Septembre 1751, registrée le 10 Décembre suivant, il a été ordonné que dans les jugemens des présidiaux au premier chef de l’édit, la pluralité d’une seule voix formera dorénavant le jugement, sans qu’il puisse y avoir de partage que dans le cas où il se trouvera un nombre égal de suffrages.

Le partage sur un procès empêche l’évocation, suivant un arrêt du conseil du 5 Septembre 1698.

Au parlement de Douay, en cas de partage, on confirmoit la sentence des premiers juges ; cela ne s’observe plus, si ce n’est en cas d’appel en pleine cour des conseillers commissaires aux audiences, dans ce même parlement une seule voix départage. Voyez l’instit. au dr. belgique de Ghewiet. Voyez Voix prépondérante. (A)

Partage, s. m. (Archit. hydraul.) c’est le lieu le plus élevé d’où l’on puisse faire couler les eaux, & d’où on les distribue par le moyen de canaux, ruisseaux, &c. en différens endroits. Voyez Abreuver & Bassin de partage.

On appelle point de partage le repaire où la jonction des eaux se fait.

Partage d’héritage. C’est la division d’un héritage que font par lots ou égales portions, les arpenteurs & architectes experts entre plusieurs cohéritiers. Lorsque, dans cet héritage, il y a des portions qui ne peuvent être divisées sans un notable préjudice, comme les bâtimens, on fait une estimation de leur excès de valeur, pour être ajoûté au plus foible lot & être compensé en argent.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « partage »

Étymologie de partage - Wiktionnaire

De part, avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de partage - Littré

Wallon, parteg ; Haute-Marne (Vesoul), peiteige ; du bas-lat. partatgium, qui suppose une forme partaticum, dérivée irrégulièrement de partiri, partager, lequel vient de pars, part (voy. PART 2).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « partage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
partage partaʒ play_arrow

Citations contenant le mot « partage »

  • Thomas a remporté le jackpot à la loterie après avoir acheté son billet tout seul pour 2$. Il a décidé de partager l'intégralité du magot en deux avec un vieil ami... le duo s'était en effet juré de partager en cas de succès en 1992! , Jackpot: Il gagne 22 millions et partage car il avait juré en 1992 | PokerNews
  • Le service de scooters en partage Revel a suspendu mardi jusqu'à nouvel ordre son activité à New York, le temps de renforcer ses mesures de sécurité, après deux accidents mortels ces derniers jours. «Nous allons renforcer la responsabilité des conducteurs, les mesures de sécurité et nous échangeons avec les autorités locales», a indiqué Revel sur son compte Twitter. Le Figaro.fr, Revel met en pause son service de scooters en partage à New York
  • Le pilote de F1 a créé la polémique en partageant via son compte instagram une vidéo d’une interview du patron de Microsoft, Bill Gates, à propos des vaccins contre le coronavirus, et de la recherche en cours. Cette vidéo était assortie d’un commentaire de l'acteur King Bach, qui avait initialement mis la vidéo en ligne : « je me souviens quand j'ai dit mon premier mensonge ». Un post partagé par Lewis Hamilton, avant d’être supprimé et que le pilote fasse ses excuses et s’explique : « Je veux clarifier mes pensées, car je comprends pourquoi elles peuvent avoir été mal interprétées. Je n'avais pas vu le commentaire attaché, c'est totalement de ma faute et j'ai beaucoup de respect pour le travail de philanthropie accompli par Bill Gates. Je veux également être clair sur le fait que je ne suis pas anti-vaccin, et que je n'ai aucun doute sur le fait que cela sera important dans le combat contre le coronavirus, et je suis plein d'espoir quant à son développement pour sauver des vies. » Sport24, Hamilton partage une vidéo complotiste puis s’excuse - Fil Info - Formule 1 - Auto/Moto
  • Le vice inhérent au capitalisme, c’est le partage inéquitable des biens ; la vertu inhérente au socialisme, c’est le partage équitable des maux. De Winston Churchill / discours à la Chambre des Communes, 22 octobre 1945
  • La réconciliation, c’est le partage équitable de la confiance. De Jean Hatzfeld / Evene.fr - Octobre 2007
  • Le pouvoir est une femme qui ne se partage pas. De Ahmadou Kourouma / En attendant le vote des bêtes sauvages
  • Dieu n'est pas un tout qui se partage. De Jacques-Bénigne Bossuet / Discours sur l'histoire universelle
  • C'est mon opinion, et je la partage. De Henry Monnier / Mémoires de M. Joseph Prudhomme
  • On ne partage pas un coeur de mère. De Honoré de Balzac / Le Colonel Chabert
  • Vivre, quelle souffrance, et quelle souffrance sans partage ! De Victor-Lévy Beaulieu / L'héritage
  • On ne vend pas la musique. On la partage. De Leonard Bernstein
  • On pardonne aisément un tort que l'on partage. De Victor de Jouy
  • On ne jouit bien que de ce qu’on partage. De Madame de Genlis / Les mères rivales
  • Nul pays n'a tout en partage. De Proverbe français
  • La réalité est ce qui se partage. De Bernardo Carvalho / Neuf nuits
  • Le pouvoir ne se partage pas. De Jacques Chirac / Le mariage blanc
  • Le monde du partage devra remplacer le partage du monde. De Claude Lelouch / Itinéraire d'un enfant très gâté
  • Un partage avec Jupiter N'a rien du tout qui déshonore. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, Amphitryon, III, 10, Jupiter

Images d'illustration du mot « partage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « partage »

Langue Traduction
Corse spartera
Basque partekatzea
Japonais 共有する
Russe обмен
Portugais compartilhar
Arabe مشاركة
Chinois 分享
Allemand teilen
Italien condivisione
Espagnol compartir
Anglais sharing
Source : Google Translate API

Synonymes de « partage »

Source : synonymes de partage sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « partage »



mots du mois

Mots similaires