La langue française

Aboulique

Sommaire

  • Définitions du mot aboulique
  • Étymologie de « aboulique »
  • Phonétique de « aboulique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « aboulique »
  • Citations contenant le mot « aboulique »
  • Traductions du mot « aboulique »
  • Synonymes de « aboulique »
  • Antonymes de « aboulique »

Définitions du mot aboulique

Trésor de la Langue Française informatisé

ABOULIQUE, adj. et subst.

I.− Adjectif
A.− Qui est atteint d'aboulie :
1. Mon action me rend aboulique à l'égard de tout ce qui n'est pas elle, à commencer par ses résultats. A. Malraux, Les Conquérants,1928, p. 143.
2. ... selon que le tempérament et la complexion, c'est-à-dire la physiologie favorisent ou non son effort, accroissent ou non son mérite, l'individu sera volontaire ou aboulique. V. Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 250.
B.− PSYCH. Relatif à l'aboulie (Lar. encyclop.). Ex. : une névrose aboulique.
II.− Subst. Personne atteinte d'aboulie :
3. Impulsif, instable, obsédé, neurasthénique, pharmacomane, ce fut un faible et un aboulique. C'est pourquoi il ne parle que de ce qui lui manque surtout : la force et la volonté. A. Gide, Journal,1918, p. 665.
4. L'autoritarisme est, lui aussi, une fausse énergie de faible. Il se situe généralement aux frontières de la névrose, et il alterne souvent dans la même famille avec les maladies du scrupule. On dit justement de l'autoritaire qu'il est, contre les apparences, un aboulique social. Il l'avoue parfois en se faisant l'exécutant d'une volonté plus forte ou plus considérée que la sienne. C'est ce que Pierre Janet appelle, sans vouloir jeter le discrédit sur un corps respectable, la « conduite de sous-officier ». E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 167.
Rem. Le cont. de aboulique est souvent riche en termes désignant des troubles psychiques.
Prononc. : [abulik]. Enq. : [abulik].
Étymol. ET HIST. − 1907 terme méd. (Lar. pour tous : Aboulique adj. et n. atteint d'aboulie). Dér. de aboulie*; suff. -ique*.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 13.
BBG. − Lafon 1963. − Miq. 1967. − Piéron 1963.

Wiktionnaire

Adjectif

aboulique \a.bu.lik\ masculin et féminin identiques

  1. (Médecine) Qui est atteint d’aboulie, atteint de troubles entrainant une perte de volonté ou une grande indécision.
    • Que me font, que me sont ces hommes ? la plupart déjà marqués — troupeau aboulique, fourmis absurdes dans la fourmilière bousculée, et pour lesquels je n’ai ni ombre de pitié, ni sympathie. — (Julien Gracq, Manuscrits de guerre, vers 1941-1942, p. 115)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABOULIQUE. adj. des deux genres
. T. de Médecine. Qui est atteint d'aboulie.

Étymologie de « aboulique »

(1907)[1] Dérivé de aboulie avec le suffixe -ique[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « aboulique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aboulique abulik

Évolution historique de l’usage du mot « aboulique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aboulique »

  • Les addictions génèrent souvent un syndrome aboulique-amotivationnel par les perturbations des circuits de récompense cités antérieurement. "La consommation régulière et sur le long terme du cannabis entraîne parfois un syndrome amotivationnel. Il se compose de trois symptômes : l’aboulie (perte de la volonté), l’apathie (manque d’envie et d’intérêt pour les différents aspects de la vie) et l'apragmatisme (incapacité à planifier, organiser et effectuer des choses concrètes)". Cependant, ces effets peuvent diminuer voire disparaître dès que la personne arrête totalement le cannabis. Femme Actuelle, Aboulie : à quoi correspond cette perte de motivation et comment s'en sortir ? : Femme Actuelle Le MAG
  • En France, le manque révoltant de simples masques en papier, de blouses, de charlottes, de sur-chaussures pour les personnels de santé (sans parler des tests ou des respirateurs) dessillera, espérons-le, les yeux d'un grand nombre de Français. Car le roi est nu. Notre Etat omnipotent, tentaculaire et dévorateur, qui se regarde comme seul défenseur légitime d'un « intérêt général » de moins en moins évident aux yeux de la communauté des citoyens, est en réalité un Etat faible, pauvre, lent, tatillon, pusillanime et aboulique. Les graisses ont dévoré les muscles, la gestion des moyens a dévoré la poursuite de l'objectif, le management la politique. Jamais l'administration et la haute fonction publique n'ont autant dominé l'Etat et pesé sur le pays qu'en ce quinquennat prétendument novateur. Plus que jamais, « la France est un pays conquis par son administration », comme l'écrivait Victor de Broglie en 1861… Marianne, Comment la France doit penser le retour de sa souveraineté | Marianne
  • «Chiffe molle», «aboulique»... Bien que désuets, ces mots ne manquent pas de vitalité pour décrire notre harassement. Le Figaro.fr, Cinq nuances de fatigue dans la langue française
  • Impréparation coupable, négligence des signaux d’alerte, réactivité en salle d’attente, ARS aboulique, les causes du débordement sont pointées : « Les généralistes ont été des lanceurs d’alerte dès la fin février mais ils n’ont pas été entendus ». Un début de remède est proposé : « Peut-être aurions-nous pu après la localisation du foyer à Mulhouse, sur le principe de l’alerte enlèvement, diffuser un message pour retrouver les participants au rassemblement ». , Coronavirus | Le témoignage d’une urgentiste colmarienne
  • Au début, devant les Datsun, écrivait Pascal Baba Coulibaly, les portières des premiers véhicules japonais tombaient en cours de route. Mais aujourd’hui les Mitsubishi, les Toyota et Nissan ont envahi le monde. La science et la technologie n’ont pas de couleur : Blancs, jaunes, noirs sont alignés dans le même starting-block. La science et la technologie appartiennent à ceux qui savent les apprivoiser. L’attitude qui consiste à s’asseoir et dire, aboulique : “Je ne peux pas, je ne peux pas, c’est trop compliqué pour moi” est contre-productive. Soyons positifs et disons comme Barack Obama “Yes we can”. , Décryptage : Lithium de Bougouni : réserver un peu pour la transformation locale - Bamada.net
  • Qui est Gérard Fulmard ? Personne, ou presque. Il ressemble «à n’importe qui, en moins bien». Ex-steward débarqué pour une obscure histoire dont on ne saura rien dans le roman, il a été déchu de ses droits civiques et vivote dans un «deux-pièces et demie» de la rue Erlanger, où sa mère avant lui a vécu. La rue Erlanger a été le théâtre d’au moins deux faits divers qui sont encore dans toutes les mémoires : y a eu lieu le suicide de Mike Brant, au numéro 6, et au numéro 10 résidait le Japonais cannibale Issei Sagawa. Ce sont les deux faits divers mentionnés dans le roman. Ajoutons à cette funeste liste que le 5 février de l’année dernière un incendie se déclarait au 17 bis, faisant dix morts. Jean Echenoz pose son héros dans cette rue singulière, marquée. «Héros», entendons-nous : Gérard Fulmard a tout du flemmard aboulique : il a 45 ans, aucune perspective, vit seul et passablement désargenté. Une idée lui passe par la tête : ouvrir une agence de détective, ou quelque chose comme ça. Il choisit comme raison sociale «Cabinet Fulmard Assistance», un terme assez vague pour attirer toutes sortes de clients.  La Règle du Jeu, Christine Bini, Qui est Gérard Fulmard ? - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts
  • «Accordailles», «aboulique», «misandre»... Ces mots bien que surannés sont plus que jamais d'actualité. Les connaissez-vous ? Le Figaro vous propose de les redécouvrir. Le Figaro.fr, Connaissez-vous ces mots vieillots ?

Traductions du mot « aboulique »

Langue Traduction
Anglais abulic
Source : Google Translate API

Synonymes de « aboulique »

Source : synonymes de aboulique sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « aboulique »

Partager