Paraphrase : définition de paraphrase


Paraphrase : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PARAPHRASE, subst. fém.

A. − Souvent avec une connotation péj. Développement explicatif d'un texte, souvent verbeux et diffus, qui ne fait qu'en délayer le contenu sans que rien ne soit ajouté au sens ou à la valeur. Paraphrase éloquente, lyrique. Sa traduction n'est qu'une lourde paraphrase (Ac. 1835-1935). Daumier fit un ouvrage remarquable l'Histoire ancienne, qui était pour ainsi dire la meilleure paraphrase du mot célèbre: Qui nous délivrera des Grecs et des Romains? Daumier s'est abattu brutalement sur l'antiquité et la mythologie et a craché dessus (Baudel., Art romant., 1867, p.421).Une espèce de paraphrase, en langue araméenne, des récits de la Genèse relatifs aux patriarches (Philos., Relig., 1957, p.142-2).V. aussi paraphraste ex.:
1. On suppose, il est vrai, que le nom du fabricant sera comme un signe abrégé de bonne ou mauvaise fabrication, de qualité supérieure ou faible. Pourquoi donc ne pas se ranger franchement à l'avis de ceux qui demandent, avec la marque d'origine, une marque significative? (...) Les deux espèces de marques ont le même but; la seconde n'est qu'un exposé ou paraphrase de la première, un abrégé de prospectus du négociant... Proudhon, Syst. contrad. écon., t.1, 1846, p.304.
P. métaph. Oh! dans cette sonorité de midi, dans ce demi-sommeil fébrile de la sieste, −comme vibre et pleure un chant vague, inconscient, résultat des choses, −paraphrase du silence et de la chaleur, −de la solitude et de l'exil! (Loti, Spahi, 1881, p.131).
Fam. Interprétation, commentaire malveillant, défavorable. Il a fait une paraphrase maligne sur un propos fort innocent (Littré).
Spécialement
LING. Opération de reformulation aboutissant à un énoncé contenant le même signifié (ou encore ayant une même structure profonde), mais dont le signifiant est différent, notamment plus long (autrement dit, dont la structure de surface est différente). (Être) en relation de paraphrase; mécanismes de la paraphrase; opération de paraphrase. La phrase passive est la paraphrase de la phrase active correspondante (Ling.1972):
2. ... la paraphrase est à concevoir comme un des deux modes de la production et de la reconnaissance de la signification, et, plus précisément, comme le mode paradigmatique, par opposition au mode syntagmatique qui consisterait dans sa saisie en tant qu'intentionnalité. Greimas-Courtés1979, p.268.
Grammaire de paraphrase [Corresp. à paraphrastique B] Le domaine d'une grammaire de paraphrase recouvre essentiellement les relations entre les suites de phrases. Alors qu'en grammaire générative les règles et les transformations engendrent des séquences grammaticales, dans une grammaire de paraphrase on cherche à établir un système de production des relations de paraphrase (Lang.1973).
LITT. Imitation d'ordinaire versifiée, d'un passage de l'Écriture sainte, que le poète amplifie généralement. Paraphrase du Cantique des Cantiques, sur les Psaumes. Malherbe a laissé une belle paraphrase du psaume CXLV (Nouv. Lar. ill.-Lar. encyclop.):
3. Ce gros livre, qui contient les textes latins, leur traduction en prose, la paraphrase en vers des psaumes (...), ce gros paroissien fidèle et candide, il me semble qu'aucun écrivain chrétien n'a rien écrit de plus touchant. Brasillach, Corneille, 1938, p.421.
P. anal. Ces scènes [inconvenantes dans les églises], elles étaient, en somme, une glose du VIecommandement de Dieu, une paraphrase sculptée du catéchisme (Huysmans, Cathédr., 1898, p.308).
MUS. Fantaisie sur des thèmes célèbres provenant en général de l'opéra et aboutissant à une composition nouvelle destinée à mettre en valeur la virtuosité de l'interprète. Paraphrase musicale, pianistique; paraphrase de l'alto, de la basse instrumentale. Cédant au gôut du temps, il [Liszt] composa [pour piano] (...) de nombreuses Fantaisies, Arrangements ou Paraphrases sur les opéras à la mode, hérissés de difficultés (Lavignac, Mus. et musiciens, 1895, p.491):
4. ... à cet endroit [au point d'orgue sur la dominante du premier mouvement d'un Concerto], l'exécutant, s'il est doublé d'un improvisateur, est autorisé à introduire une cadence de son cru, qui peut varier depuis quelques traits de virtuosité jusqu'à une paraphrase développée de l'oeuvre exécutée. Lavignac, Mus. et musiciens, 1895, p.409.
Transformation d'une mélodie à partir d'un thème, p.ex. un thème liturgique. Paraphrases mélodiques. Paraphrases pour orgue [de Bach] (sur des thèmes de la liturgie protestante) (Koechlin, Harm., t.2, 1930, p.147).
P. métaph. Le plain-chant est la paraphrase aérienne et mouvante de l'immobile structure des cathédrales (Huysmans, En route, t.1, 1895, p.14).
PHILOL. SACRÉE. Paraphrase chaldaïque, chaldéenne. ,,Ancienne version de la Bible en chaldéen, qu'on appelle aussi Targum`` (Lar. 19e).
B. − P. ext., péj. Discours, récit verbeux ou diffus. Longue et ennuyeuse paraphrase. Dites-nous la chose sans tant de paraphrases (Ac.1835, 1878).Tout le monde en France est las de ces éternelles paraphrases sur le Deux Décembre (Halévy, Carnets, t.2, 1870, p.93).
Prononc. et Orth.: [paʀafʀ ɑ:z], [-fʀa:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. 1525 «développement explicatif d'un texte» (Lefèvre d'Étaples, Epistre exhortatoire des epistres, N.T., Paris ds Littré: user de paraphrase); 2. 1676 «développement, commentaire verbeux et diffus» (Mmede Sévigné, Corresp., 29 avril, éd. R. Duchêne, t.2, p.278); 3. 1689 «traduction où le texte est amplifié» (R. Simon, Hist. crit. du texte du N.T., I, 326 ds Fonds Barbier, s.v. parasche: une parassa ou section de la paraphrase caldaïque); 4. 1718 «interprétation défavorable» (Ac.: une paraphrase maligne); 5. 1873 mus. «fantaisie écrite sur un air d'opéra» (Lar. 19e, s.v. Liszt: la paraphrase des Patineurs, ballet du Prophète); 6. 1970 ling. (J. Dubois et Fr. Dubois-Charlier ds Langages, déc., no20, p.4 ds Quem. DDL t.28). Empr. au lat. paraphrasis et celui-ci au gr. π α ρ α ́ φ ρ α σ ι ς, dér. de π α ρ α φ ρ α ́ ζ «dire la même chose en d'autres termes; altérer le sens», comp. de π α ρ α -(cf. élém. para-1) et φ ρ α ζ «faire comprendre, expliquer, énoncer» (cf. élém. -phrase*). Au sens 6, déjà en angl. en 1964: H. Hiz, The Role of Paraphrase in grammar ds Ducrot-Tod., p.366. Fréq. abs. littér.: 64. Bbg. Bastuji (J.). La Phrase... Lang. fr. 1975, no26, pp.16-21. _Besse (H.). Paraphrases et ambiguïtés de sens. Cah. Lexicol. 1973, t.22, pp.3-42. _Del Vigna (C.). Paraphrase discursive. T. A. Inform. 1977, t.18, no1, pp.45-47. _Fuchs (C.). La Paraphrase. Paris, 1982, 184 p.; Paraphrase et théor. du lang., 546 p.(Thèse. Paris VII. 1980). _Langages Paris. 1973, t.8, no29 (La Paraphrase). _Martin (R.). Inférence, antonymie et paraphrase... Paris, 1976, pp.77-118; Paraphrase et double anton. In: Modèles log. et niveaux d'analyse ling. Metz, 1976, pp.113-129. _Milner (J.-C.). Éc. de Cambridge et de Pennsylvanie... In: [M. (J.-C.)]. Arguments ling. Paris, 1973, pp.179-217.

Paraphrase : définition du Wiktionnaire

Nom commun

paraphrase \pa.ʁa.fʁaz\ féminin

  1. Développement explicatif d’un texte.
    • Paraphrase du Cantique des Cantiques.
    • La paraphrase chaldaïque.
    • Il y a plusieurs paraphrases sur les psaumes.
    • Sa traduction n’est qu’une lourde paraphrase.
  2. (Familier) Discours ou écrit verbeux et redondant.
    • Il pouvait dire la chose en deux mots, il nous a fait une longue paraphrase fort ennuyeuse.

Forme de verbe

paraphrase \pa.ʁa.fʁaz\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de paraphraser.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de paraphraser.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de paraphraser.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de paraphraser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de paraphraser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Paraphrase : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PARAPHRASE. n. f.
Développement explicatif d'un texte. Paraphrase du Cantique des Cantiques. La paraphrase chaldaïque. Il y a plusieurs paraphrases sur les Psaumes. Sa traduction n'est qu'une lourde paraphrase. Il se dit encore, familièrement, des Discours, des écrits verbeux et diffus. Il pouvait dire la chose en deux mots, il nous a fait une longue paraphrase fort ennuyeuse.

Paraphrase : définition du Littré (1872-1877)

PARAPHRASE (pa-ra-frâ-z') s. f.
  • 1Développement explicatif, plus long que le texte ou que la simple traduction du texte. Il ne considérait pas qu'entre la paraphrase et la version littérale il y a un milieu ; que celle-ci dérobe toujours des grâces nécessaires, et que celle-là en prête rarement d'utiles, D'Olivet, Hist. Acad. t. II, p. 106, dans POUGENS. Saint Basile se tient presque toujours dans la paraphrase de l'Écriture, Chateaubriand, Génie, III, IV, 2.

    Paraphrase chaldaïque ou chaldéenne, voy. TARGUM.

  • 2Développement verbeux, diffus. Je vous dis le fait sans aucune paraphrase, Sévigné, 29 avr. 1676. Voyez comme on a traité ce pauvre Helvétius pour un livre qui n'est qu'une paraphrase des Pensées du duc de la Rochefoucauld, Voltaire, Lett. Richelieu, 22 juin 1762.
  • 3 Familièrement. Interprétation défavorable. Il a fait une paraphrase maligne sur un propos fort innocent.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PARAPHRASE. Ajoutez : - HIST. XVIe s. User de paraphrase, Epist. exhort. des epist. Nouv. Test. éd. Lefebvre d'Étaples, Paris, 1525.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Paraphrase : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PARAPHRASE, s. f. PARAPHRASER, v. act. PARAPHRASTE, s. m. (Gramm. & Théol.) termes relatifs à une interprétation qui est selon le sens, & non selon les paroles.

C’est l’interprétation de quelque texte en termes plus clairs & plus étendus, par lesquels on supplée à ce que l’auteur auroit dit & pensé sur la matiere qu’il a traitée. Voyez Texte.

Colomiés regarde la paraphrase d’Erasme sur le nouveau Testament comme un ouvrage si extraordinaire, qu’il dit sans hésiter que, selon lui, cet auteur étoit inspiré du ciel, quand il composa son ouvrage.

Paraphrase chaldaïque ou chaldéenne, est un terme usité parmi les Critiques & les Théologiens, pour signifier une ancienne version de la Bible faite en chaldéen. On croit communément que l’ignorance où étoit le peuple juif de la langue hébraïque depuis la captivité de Babylone, avoit donné lieu à cette version. Elle n’est ni d’un même auteur, ni du même tems, ni sur tous les livres de l’ancien Testament.

La premiere, qui est du Pentateuque, a été faite par Onkelos le prosélyte, contemporain de Jesus-Christ, selon quelques-uns & que d’autres confondent, ou avec le rabbin Akiba, ou avec le juif Aquila, & que d’autres croient avoir été cet Onkelos que les Talmudistes dans le traité Gittin qualifient de neveu de l’empereur Tite.

La seconde paraphrase du Pentateuque est, dit-on, de Jonathan fils d’Uziel, mais les savans reconnoissent qu’elle est supposée. Il est vrai qu’on a du même Jonathan une paraphrase sur les livres que les Juifs nomment prophétiques. Quelques critiques ont confondu ce Jonathan avec Théodotien, auteur d’une version greque. C’est une erreur occasionnée par la ressemblance de l’étymologie des noms. Car Théodotien en grec signifie la même chose que Jonathan en hébreu, c’est-à-dire don de Dieu.

Le troisieme paraphrase sur le Pentateuque est le Targum de Jérusalem. Voyez Targum. Elle est plus récente que les deux autres, & Schikard la croit du même tems que le Talmud, c’est-à-dire postérieure de plus de 300 ans à Jesus-Christ.

Outre ces trois paraphrases, il y en a une sur les Pseaumes, sur Job, & sur les Proverbes que les Juifs attribuent à rabbi José, surnommé l’Aveugle ou le Louche. On en voit encore une sur le Cantique des Cantiques, sur Ruth, sur les Lamentations, sur l’Ecclésiaste & sur Esther ; mais l’auteur de celle-ci est incertain. Plusieurs savans pensent que tout ce qu’avancent les rabbins sur l’antiquité de ces paraphrases est fort suspect, qu’elles sont postérieures à saint Jérôme qui n’en parle point, & qui ayant eu grand commerce avec les plus doctes Juifs de son tems, en auroit fait mention si elles eussent existé. Les Juifs modernes les ont en grande vénération, sur-tout celle d’Onkelos qu’on lit dans leurs synagogues : elles éclaircissent le texte hébreu en plusieurs endroits, mais souvent le sens qu’elles donnent n’est pas le vrai sens, & d’ailleurs elles ne sont pas autorisées par l’Église. Walton, pref. du Polyglott. Dupin, dissert. prélim. sur la Bible. De paraphrase, on a fait paraphraser, paraphraste.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « paraphrase »

Étymologie de paraphrase - Littré

Παράφρασις, de παρὰ, à côté, et φράσις (voy. PHRASE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de paraphrase - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin paraphrasis → voir para- et phrase.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « paraphrase »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
paraphrase parafraz play_arrow

Citations contenant le mot « paraphrase »

  • CZIFFRA joue sa paraphrase du Beau Danube Bleu de Strauss 1957, EMI France Musique, Encore des Valses !
  • Et voici ce que ça donne quand Trump paraphrase le super-vilain Thanos : Mouv, Donald Trump se met dans la peau de Thanos pour sa campagne de réélection
  • L’écoute active n’est pas simplement l’expression d’une empathie, car il faut à la fois être capable de marquer l’attention que l’on porte à son interlocuteur et mémoriser ce qu’il vous dit pour pouvoir projeter cette conversation dans l’avenir. Pour y parvenir, une seule solution : la paraphrase. Les Echos, Paraphraser pour mieux écouter | Les Echos
  • Pour en venir aux États-Unis, quel est l’intérêt amoureux quintessentiel de l’Américain ? Les États-Unis sont une nation d’immigrants (un cliché certes, mais décrivant une vraie réalité) qui ne sont pas venus là pour former un superethnos harmonieux avec les Amérindiens et les rejoindre dans leur amour de leur terre natale. La plupart des gens sont venus dans l’espoir de revendiquer un morceau de cette terre et y faire fortune, ou du moins d’avoir une chance de monter son propre business. Ils sont venus pour coloniser, pour exploiter et pour faire du profit. Une paraphrase américaine de Marc-Aurèle se lirait : « De chaque chose en particulier, demandez : est-ce rentable ? » À la place des princes, des ducs, des comtes et des barons – les rangs aristocratiques de l’Ancien Monde -, le Nouveau Monde compte des millionnaires, des multimillionnaires, des milliardaires et des multimilliardaires et le reste des malchanceux qui, selon les mots de Ronald Wright, « se voient non pas comme un prolétariat exploité mais comme des millionnaires temporairement gênés ». En Amérique, la possession et la propriété sont tout. Le premier et l’ultime amour d’un Américain est… l’argent. Dedefensa.org, Dedefensa.org | Les Carnets de Dimitri Orlov | La vertueuse sequence de l’effondrement
  • Thomas Adès adore Franz Liszt, on va s’en rendre compte au fil de l’émission. Il n’hésite pas notamment, à reprendre de véritables manières de composer à la sauce romantique. Si l’on remonte le temps, le XIXe siècle a été la grande mode des paraphrases d’opéra au piano. Reprendre un thème, une mélodie en vogue, et la passer au-travers du piano, donnant ainsi une vie nouvelle, autre, à l’œuvre.   France Musique, Round 1 : Sibelius versus Saariaho Round 2 : Liszt versus Adès

Traductions du mot « paraphrase »

Langue Traduction
Corse paraphrase
Basque parafrasi
Japonais 言い換え
Russe парафраз
Portugais paráfrase
Arabe شرح النص
Chinois 释义
Allemand paraphrase
Italien parafrasi
Espagnol paráfrasis
Anglais paraphrase
Source : Google Translate API

Synonymes de « paraphrase »

Source : synonymes de paraphrase sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « paraphrase »



mots du mois

Mots similaires