La langue française

Glose

Sommaire

  • Définitions du mot glose
  • Étymologie de « glose »
  • Phonétique de « glose »
  • Évolution historique de l’usage du mot « glose »
  • Citations contenant le mot « glose »
  • Images d'illustration du mot « glose »
  • Traductions du mot « glose »
  • Synonymes de « glose »

Définitions du mot glose

Trésor de la Langue Française informatisé

GLOSE, subst. fém.

A. − Vx. ,,Terme (...) qui depuis Aristote a désigné les mots ou locutions considérées comme étrangères à l'usage : archaïsmes, dialectismes, formes poétiques`` (Mar. Lex. 1933).
B. − Annotation brève portée sur la même page que le texte, destinée à expliquer le sens d'un mot inintelligible ou difficile ou d'un passage obscur, et rédigée dans la même langue que le texte. D'autres apologistes (...) reprennent des expressions semblables [à infusus est], mais accompagnées d'une glose qui en précise la signification (Théol. cath.t. 4, 1, 1920, p. 1145) :
1. Je souffrais trop à voir Isocrate, la plus nette perle du langage attique, entouré de latin d'Allemagne ou de Hollande. En lisant vos notes, du moins je ne sors pas de la Grèce, et j'entre beaucoup mieux dans le sens de l'auteur qu'avec une glose latine ou vulgaire. Chaque langue veut être expliquée par elle-même, parce que les mots ni les phrases ne se correspondent jamais d'une langue à une autre... Courier, Lettres Fr. et Ital.,1808, p. 774.
Glose ordinaire. ,,La glose faite sur le latin de la Vulgate`` (Ac.1798-1932).
Glose interlinéaire. Celle qui est effectuée entre les lignes mêmes du texte. Les interpolations sont d'ordinaire accidentelles, dues à la négligence des copistes et s'expliquent par l'introduction dans le texte de gloses interlinéaires ou d'annotations marginales (Langlois, Seignobos, Introd. ét. hist.,1898, p. 71).
C. − P. ext. Commentaire littéral effectué sur un texte d'un point de vue critique ou seulement explicatif. Le septième écrit, séparé du précédent par une glose due au compilateur du recueil (Philos., Relig., 1957, p. 42-10) :
2. ... la vente de chaque glose critique sur un ouvrage connu, comme le Télémaque ou L'Homme des champs, rendra à l'auteur au moins cinq millions de francs... Fourier, Nouv. monde industr.,1830, p. 34.
DROIT
Commentaire accompagnant le texte des anciennes éditions du Corpus Juris. La glose d'Accurse.
Gloses malbergiques [Le malberg était le tribunal des Francs] Mots de la langue des Francs Saliens insérés dans la version primitive de la Loi Salique (rédigée en latin) :
3. Les gloses malbergiques (...) reproduisent les mots en francique que le demandeur devait prononcer au mallum [cf. mallus], devant les juges, dans le cas visé par le texte de la loi. Fr. Olivier-Martin, Hist. du dr. fr. des origines à la Révolution, Paris, éd. Domat Montchrestien, 1948, pp. 16-17.
D. − P. anal. et fam. Commentaire malveillant ou interprétation critique effectuée sur un texte, sur une personne ou sa conduite. Ma religion même fut un sujet de glose et de calomnie stupide (Sand, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 338).Ces gloses à mots couverts sur le départ de Mademoiselle Laheyrard, ces allusions saisies au vol sur la façon dont elle avait été compromise (Theuriet, Mar. Gérard,1875, p. 173).
E. − Littér. Pièce composée de strophes de quatre vers, le dernier de chaque strophe reprenant un vers d'une pièce connue que l'on parodie. La glose de Sarrasin sur le sonnet de Job (Ac. 1798-1932).
Prononc. et Orth. : [glo:z]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. a) Ca 1175 « explication, interprétation » (B. de Ste-Maure, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 10078); b) ca 1209 « reproche, réprimande » (Guiot de Provins, Poés., 2433, ibid.); 1690 (Fur. : Glose. Se dit aussi de certaines critiques ou additions qu'on fait sur les événements et les histoires du monde). Empr. au b. lat.glosa, glossa « mot rare, terme peu usité (qui a besoin d'être expliqué) », du gr. γ λ ω ̃ σ σ α « langue, langage; langue ou locution archaïque (opposées à langue usuelle) ». Fréq. abs. littér. : 70.

Wiktionnaire

Nom commun

glose \ɡloz\ féminin

  1. Mot vieilli ou difficile, recueilli dans les auteurs grecs et expliqué.
    • Érotien a donné un recueil des gloses d’Hippocrate.
    • Bien des gens sont tentés de rire en voyant des esprits sérieux dépenser une prodigieuse activité pour expliquer des particularités grammaticales, recueillir des gloses, comparer les variantes de quelque ancien auteur […] — (Ernest Renan, L’Avenir de la science, pensées de 1848, Édition C. Lévy, 1890, chapitre viii, pages 130.)
  2. (Par extension) Note explicative servant à l’éclaircissement sur les mots ou sur le sens d’un texte, dans la même langue que le texte, explication mise d’ordinaire en marge.
    • Faisons donc quelques récits Qu’elle déchiffre sans glose. — (Jean de la Fontaine, Fabl. VIII, 13.)
    • Concevez, monsieur, huit pages sans points ni virgules, les gloses confondues avec le texte. — (Paul Louis Courier, Lettre à M. Renouard, 1810)
  3. (En particulier) Commentaires des glossateurs qui accompagnent certains textes.
    • Successeur de Raschu à la tête de l’école de Troyes, c’est lui qui assuma la tâche très délicate de publier les nombreuses gloses talmudiques ou bibliques que son grand-père avait laissé inachevées. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • (Ironique) La glose est plus obscure que le texte.
  4. Parodie rimée d’une pièce de poésie dont on répète un vers à la fin de chaque stance.
    • La glose a autant de stances que le texte parodié a de vers.
    • La glose de Sarazin sur le sonnet de Job.
  5. (Par extension) Récit.
    • On dit pourtant (pour terminer ma glose
      En peu de mots) que l’ombre de l’oiseau
      Ne loge plus dans le susdit tombeau ;
      — (Jean-Baptiste Louis Gresset, Vert-vert, IV.)
    • Les personnages en scène reprirent donc leur glose. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
  6. (Figuré) (Familier) Réflexion, interprétation, critique.
    • Dites le fait simplement sans y ajouter de glose.
    • Je sais que c’est un texte où chacun fait sa glose. — (Nicolas Boileau-Despréaux, Sat. X.)

Forme de verbe

glose \ɡloz\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de gloser.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de gloser.
    • La limande qui mouillait pour sa correspondance respire, elle glose et reglose sur les contrôleurs qui blablabla et remet une couche de sale satisfaction de vieille morue recrépie sûre de son « bon droit » - et une bonne droite dans ta gueule de bourgeoise, vieillasse ?… — (Michel Kessler, Joséphine, 2002)
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de gloser.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de gloser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de gloser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GLOSE. n. f.
Explication de quelques mots obscurs d'une langue par d'autres mots plus intelligibles de la même langue. Glose interlinéaire. Glose marginale. Il est souvent arrivé que la glose a passé dans le texte, a été insérée dans le texte, est entrée, s'est introduite dans le texte. Glose ordinaire, La glose faite sur le latin de la Vulgate. Il se prend également pour Commentaire, ou notes servant à l'éclaircissement d'un texte. la Glose du Droit canon. La glose vaut mieux que le texte. Fig. et par ironie, La glose est plus obscure que le texte. Il se dit, figurément et familièrement, des Réflexions, des critiques, des interprétations ajoutées à un récit. Dites le fait simplement sans y ajouter de glose. Il s'est dit aussi d'un Petit ouvrage de poésie qui est une espèce de parodie de la pièce d'un autre auteur, dont on répète un vers à la fin de chaque stance; en sorte que la glose a autant de stances que le texte a de vers. La glose de Sarrasin sur le sonnet de Job. Les poètes espagnols ont fait beaucoup de gloses.

Littré (1872-1877)

GLOSE (glô-z') s. f.
  • 1Mot vieilli ou difficile recueilli dans les auteurs grecs et expliqué. Érotien a donné un recueil des gloses d'Hippocrate.
  • 2 Par extension, note explicative sur les mots ou sur le sens d'un texte, dans la même langue que le texte, et mise d'ordinaire à la marge. Faisons donc quelques récits Qu'elle déchiffre sans glose, La Fontaine, Fabl. VIII, 13. Concevez, monsieur, huit pages sans points ni virgules, les gloses confondues avec le texte, Courier, Lett. à M. Renouard.

    Glose ordinaire, le commentaire de Nicolas de Lyra sur la Bible.

    Glose interlinéaire, glose placée entre les lignes du texte.

    La glose se dit spécialement aussi des commentaires des glossateurs qui accompagnent certaines anciennes éditions du Corpus juris. L'édition principale se nomme la grande glose.

  • 3Notes servant à l'éclaircissement d'un texte. La Glose d'Accurse. Cette fable n'est point dans le texte, mais dans la glose, Diderot, Opin. des anc. phil. (juifs).

    C'est la glose d'Orléans qui est plus obscure que le texte, s'est dit d'explications peu claires et embrouillant le texte au lieu de l'éclaircir ; locution née des écoles de droit d'Orléans qui ont été longtemps célèbres.

  • 4Parodie rimée d'une pièce de poésie dont on répète un vers à la fin de chaque stance. La glose a autant de stances que le texte parodié a de vers. La glose de Sarazin sur le sonnet de Job.

    Par extension, récit. On dit pourtant, pour terminer ma glose En peu de mots, que l'ombre de l'oiseau Ne loge plus dans le susdit tombeau, Gresset, Vert-vert, IV.

  • 5Réflexions, interprétations critiques. Je sais que c'est un texte où chacun fait sa glose, Boileau, Sat. X.

SYNONYME

GLOSE, COMMENTAIRE. Ils sont tous les deux des interprétations ou des explications d'un texte ; mais la glose est plus littérale et se fait presque mot à mot ; le commentaire est plus libre, et moins scrupuleux de s'écarter de la lettre, Guizot.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ensi estoient dont les choses Entre les testes [textes] et les gloses, Gui de Cambrai, Barl. et Jos. p. 5. Car sachiés que cist nobles songes, Où fausse glose volés metre, Doit estre entendus à la letre, la Rose, 6633. Et Leonce tantost la glose Li demanda de ceste chose, ib. 8793.

XVe s. Quant tu es courcé d'aultres choses, Cueur, mieulx te vault en paix laisser ; Car s'on te vient araisonner, Tost y trouves d'estranges gloses, Orléans, Rondeau.

XVIe s. Il me faut ici adjurer les lecteurs, non pas d'escouter à mes gloses, mais de donner quelque lieu à la parole de Dieu, Calvin, Inst. 511.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « glose »

Ce mot est issu du latin glossa (« mot rare ») tiré du grec γλῶσσα, glôssa (« langue » puis « mot ancien tombé en désuétude »), de là « glose ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. espagn. et ital. glosa ; portug. glossa ; du latin glossa, qui est le grec γλῶσσα, proprement langue, puis mot ancien tombé en désuétude, difficile à comprendre, de là glose.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « glose »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
glose gloz

Évolution historique de l’usage du mot « glose »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « glose »

  • Attesté dès le IXe siècle par une glose dans un manuscrit, l’Ankou est une figure de la mort très connue en Bretagne. La plus célèbre est celle d’un personnage armé d’une faux montée à l’envers. Mais ce squelette est le plus souvent armé d’une flèche, d’une lance ou d’une pelle. Le Telegramme, L’Ankou, le serviteur de la mort - Série La Bretagne des maléfices - Le Télégramme
  • Mais combien savent ce qu’est une glose ? Nous pouvons consulter la définition que donne le dictionnaire Larousse : “Annotation très concise que contiennent certains manuscrits entre les lignes ou en marge et visant à expliquer au lecteur un mot ou un passage jugé obscur.” Al-Kanz - Economie islamique en France et dans le monde, Manuscrit arabe : avez-vous déjà vu de telles annotations ?
  • La presse glose notamment sur la possibilité pour le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de lancer le processus d'annexion de pans de Territoires palestiniens avec des colonies comme Ariel, Maalé Adoumim ou le Goush Etzion. L'Obs, Dans la colonie-dortoir d'Ariel, l'annexion israélienne n'est pas une obsession
  • La presse glose notamment sur la possibilité pour le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de lancer le processus d’annexion de pans de territoires palestiniens avec des implantations comme Ariel, Maale Adumim ou le Gush Ezion. The Times of Israël, À Ariel, l'annexion n'est pas une obsession | The Times of Israël
  • Le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n'a pas encore fourni les détails de son projet et la presse glose sur différents scénarios allant d'une hypothèse maximaliste --l'annexion de la vallée du Jourdain et des colonies-- à une version plus minimaliste --l'annexion du bloc de colonies Maalé Adoumim/Goush Etzion/Ariel, situées près de Jérusalem. Challenges, L'annexion de pans de la Cisjordanie est un "danger sans précédent", selon Amman - Challenges
  • Du verbe gloser, tout simplement, que l'on a peu oublié. Il s'agit d'annoter, de commenter un texte par une glose, comme le permet notre start-up.  LExpansion.com, Glose, le réseau social pour les mordus de littérature - L'Express L'Expansion

Images d'illustration du mot « glose »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « glose »

Langue Traduction
Anglais gloss
Espagnol brillo
Italien gloss
Allemand glanz
Chinois 光泽度
Arabe لمعان
Portugais lustro
Russe блеск
Japonais
Basque distira
Corse gloss
Source : Google Translate API

Synonymes de « glose »

Source : synonymes de glose sur lebonsynonyme.fr
Partager