La langue française

Commentaire

Sommaire

  • Définitions du mot commentaire
  • Étymologie de « commentaire »
  • Phonétique de « commentaire »
  • Évolution historique de l’usage du mot « commentaire »
  • Citations contenant le mot « commentaire »
  • Images d'illustration du mot « commentaire »
  • Traductions du mot « commentaire »
  • Synonymes de « commentaire »

Définitions du mot « commentaire »

Trésor de la Langue Française informatisé

COMMENTAIRE, subst. masc.

A.− CRITIQUE
1. Examen critique du contenu et de la forme d'un texte documentaire ou littéraire, en vue d'une lecture plus pénétrante de ce texte. Un commentaire historique, littéraire, philologique; des éditions avec commentaires. Sans préface ni commentaires (Bloy, Journal,1902, p. 116).Un pénétrant commentaire de la Prose à des Esseintes (Benda, La France byzantine,1945, p. 122):
1. Cette année seulement, ai-je peut-être éprouvé jusqu'au tréfonds ce que la lecture et le commentaire d'un texte peuvent vous révéler d'ultime, même sur des auteurs dont vous croyiez qu'ils n'avaient plus rien à vous apprendre. Du Bos, Journal,1927, p. 197.
Commentaire perpétuel. Explication qui suit un texte ligne à ligne. Le texte des « Oraisons funèbres » y est accompagné d'un commentaire perpétuel, grammatical et littéraire (Lemaitre, Les Contemporains,1885, p. 184).
2. P. anal. [En parlant d'une œuvre appartenant à un autre art (musical, pictural, etc.)] Stendhal, dans le sublime commentaire qu'il nous a laissé du tableau de Léonard (Alain, Propos,1934, p. 1207).
B.− P. ext.
1. Explication, éclaircissement sur un objet peu familier. Appeler, nécessiter un commentaire :
2. Il faut ajouter en matière de commentaires que le fer à cheval est un talisman d'une grande force et d'une énergie très étendue. Gobineau, Nouvelles asiatiques,Annexe, 1876, p. 343.
2. Jugement, interprétation (nés d'une réaction individuelle face à un événement) :
3. Le « shake-hand » plein d'émotion que, en pénétrant dans le vestibule de la Raspelière, et en manière de condoléances pour la mort du pianiste, Brichot donna au patron, ne provoqua de la part de celui-ci aucun commentaire. Proust, Sodome et Gomorrhe,1922, p. 899.
Spécialement
a) [Dans le vocab. de la presse, écrite, parlée, télévisée] Article ou partie d'article exprimant le jugement personnel du journaliste par opposition à l'information donnée qui doit être objective (d'apr. Voyenne 1967) :
4. Le lendemain matin, 11 juin, les commentaires de la radio et de la presse sont dithyrambiques et funèbres. De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 258.
b) P. ext. ,,Texte juxtaposé aux images servant à expliquer ou à commenter des films de nature documentaire ou à caractère didactique`` (Giteau 1970).
Fam. Jugement malveillant ou ironique du comportement d'autrui :
5. Depuis qu'il avait résolu, dans ce village perdu, afin d'éviter les commentaires, de faire passer Valentine pour sa femme, un même regret, un même remords le désolaient. Alain-Fournier, Le Grand Meaulnes,1913, p. 344.
Sans commentaire!
Interjection, souvent formulée en incise, qui tend à exprimer la stupeur, la colère, comme si le locuteur était dans l'impossibilité de mettre à jour ses sentiments ou méprisait de le faire. Se passer, s'abstenir de (tout) commentaire :
6. − Cent sous, mon cher! Il a eu le front de m'offrir cent sous. Sans commentaire, n'est-ce pas. Un vieil ami, avec lequel j'ai toujours partagé sans compter... Miomandre, Écrit sur de l'eau,1908, p. 55.
Interjection signifiant que l'on refuse la discussion à propos d'une décision prise, en arguant de son autorité. MmeClovis fut congédiée sans commentaire (G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Désert de Bièvres, 1937, p. 138).
Rem. On trouve chez G. Sand la var. commentation employé ironiquement comme synon. de commentaire. À droite commentation de ces paroles du Christ : « les premiers seront les derniers, et les derniers seront les premiers! » (Lélia, 1833, p. 29).
C.− P. méton. [Emploi au plur., comme titre d'ouvrage] Chronique relatant des événements dont l'auteur fut le protagoniste et qu'il commente au fur et à mesure. César a plaidé lui-même la cause de son immortalité dans ses commentaires (Chateaubriand, Les Natchez,1826, p. 106).
Prononc. et Orth. : [kɔmɑ ̃tε:ʀ]. Selon Grammont Prononc. 1958, p. 91, pour qui ,,la prononc. d'une consonne double à l'intérieur d'un mot est contraire au génie de la langue, puisqu'elle a simplifié toutes les consonnes doubles dans les mots de son vieux fonds``, l'hésitation est possible en ce qui concerne, entre autres, commentaire. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1485 au plur. « exposés, mémoires » (Gaguin, Comm. de Cés., prol. ds Gdf. Compl.); av. 1577 (Montluc, B. de, Commentaires); 2. 1675 « addition que l'on fait à une histoire » (J. H. Widerhold, Nouv. dict. fr.-all. et all.-fr., Bâle). Empr. au lat. class. commentarium « recueil de notes, mémoire, compte rendu » (Caesaris commentarii) et « interprétation, notes sur des écrits ». Fréq. abs. littér. : 998. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 021, b) 928; xxes. : a) 1 526, b) 1 956.

commentaire « ensemble des explications que l'on fait à propos d'un texte »

Wiktionnaire

Nom commun

commentaire \kɔ.mɑ̃.tɛʁ\ masculin

  1. Éclaircissements, observations et remarques sur un livre, sur un texte, pour en faciliter l’intelligence.
    • La musique exprime les sentiments, mais elle serait bien empêchée de les définir, et, sans le commentaire des paroles, absent de la musique instrumentale, l’auditeur reste toujours dans un certain vague quant à la nature et à l’objet du sentiment dont s’est inspiré le musicien. — (Pierre Lasserre, Philosophie de Goût musical, Les Cahiers verts no 11, Grasset, 1922, page 50)
    • Je passai les heures qui suivirent à rédiger des missives à ce joueur de golf. Monsieur Saito rythmait ma production en la déchirant, sans autre commentaire que ce cri qui devait être un refrain. — (Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements, Éditions Albin Michel, 1999, page 11)
    • Et sans doute avait-il encore moins envie de faire le moindre commentaire sur l’interminable litanie des propos rabat-joie que L’Ecclésiaste donne à entendre dans la Bible. — (Jean Bessière, La Vie de l’esprit pour garde du corps, Editions Edilivre, 2017, page 102)
    • Les sources auxquelles j’ai puisé pour mon travail sont malheureusement loin d’être abondantes. On sait que les commentaires de Sylla ont péri, ainsi que les livres de Tite-Live qui racontaient la guerre sociale. — (Prosper Mérimée, Essai sur la guerre sociale, Firmin Didot frères, Paris, 1841, page 3)
  2. (Figuré) (Familier) Interprétation, le plus souvent maligne, qu’on donne aux paroles ou aux actions de quelqu’un.
    • Avec le principe de responsabilité en cascade, le blogueur passe du statut d’éditeur à celui d’hébergeur vis-à-vis des internautes qui laissent des commentaires sur son blog. — (François-Xavier Bois & ‎Laurence Bois , WordPress 3 pour le blogueur efficace: Installation, personnalisation et marketing. Monétisation. Usage nomade, Éditions Eyrolles, 2011, p. 7)
    • Voilà comme il a conté le fait ; mais le commentaire ajoute, dit que…
    • Il fait des commentaires sur les actions de tout le monde.
    • On ferait là-dessus un beau commentaire.
    • On fit divers commentaires sur cette action-là.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COMMENTAIRE. n. m.
Éclaircissements, observations et remarques sur un livre, sur un texte, pour en faciliter l'intelligence. Ample commentaire. Commentaire sur la Bible. Commentaire sur Aristote. Ce livre est si obscur et si difficile qu'on ne peut le comprendre sans commentaire. Les commentaires sur le Code civil. Fig. et fam., Cela se passe de commentaires, se dit d'une Chose qui est très claire, qui n'a pas besoin d'être expliquée. Fig. et fam., Point de commentaire, se dit pour imposer silence à un inférieur qui se permet de faire des observations sur ce qu'on lui ordonne ou sur ce qu'on lui défend. Il se dit encore, figurément et familièrement, de l'Interprétation, le plus souvent maligne, qu'on donne aux paroles ou aux actions de quelqu'un. Voilà comme il a conté le fait ; mais le commentaire ajoute, dit que... Il fait des commentaires sur les actions de tout le monde. On ferait là-dessus un beau commentaire. On fit divers commentaires sur cette action-là.

COMMENTAIRES, au pluriel, est le Titre de certaines histoires écrites par ceux qui ont eu la plus grande part aux faits qui y sont rapportés. Les Commentaires de César. Les Commentaires de Montluc.

Littré (1872-1877)

COMMENTAIRE (ko-mman-tê-r') s. m.
  • 1Suite de notes et d'explications sur toutes les parties d'un ouvrage. Cette compilation [livres sibyllins] fut publiée plusieurs fois avec d'amples commentaires, surchargés d'une érudition presque toujours étrangère au texte, que ces commentaires éclaircissent rarement, Voltaire, Dict. phil. art. Sibylle. J'en connais un dont j'ai lu un commentaire sur Job, Bossuet, Or. 5. Aussi ne prétends-je pas vous en faire un commentaire, Bossuet, Hist. II, 2. Il ne faut ni réflexion ni commentaire, Bossuet, Polit.

    Commentaire perpétuel, commentaire qui suit le texte phrase par phrase.

    Terme de législation. Explication d'une matière en suivant l'ordre du texte législatif, par opposition au traité où l'on suit l'ordre logique. On dit en ce sens : adopter l'ordre du commentaire.

    Figurément. Marquez cet endroit : la suite des événements vous en fera bientôt un beau commentaire, Bossuet, Hist. II, 4. La vie d'un écrivain distingué par une très grande originalité est le meilleur commentaire de ses écrits, Carrel, Œuvres, t. V, p. 175.

    Familièrement. Cela n'a pas besoin de commentaire, cela n'a pas besoin d'explication.

    Point de commentaire, se dit quand on veut imposer silence à un inférieur qui s'explique ou se justifie.

  • 2Interprétation plus ou moins maligne qu'on donne aux actes et aux discours des autres. Sa conduite équivoque a donné lieu à bien des commentaires.
  • 3 S. m. plur. Nom qu'on donne à des histoires anciennes ou à des mémoires ainsi intitulés à l'imitation des anciens ; histoires et mémoires où l'écrivain est le principal acteur. Les commentaires de César. Les commentaires de Montluc. On n'est entré ici dans aucun détail des victoires du roi de Prusse, il les a écrites lui-même ; c'était à César à faire ses commentaires, Voltaire, Louix XV, 17. Alors l'ennui de six mois d'hiver, qui l'aurait retenu sur ces fleuves [la Düna et le Borysthène], lui paraissait son plus grand ennemi, et, pour le combattre, cet autre César y eût dicté ses commentaires, Ségur, Hist. de Napol. X, 6.

HISTORIQUE

XVIe s. Montluc a intitulé son œuvre commentaires ce qu'en nostre langue un Commines et après luy un Martin du Bellay voulurent appeller memoires ; car, pour bien dire, sans nous eslongner de nostre vulgaire françois, après avoir recité chaque memorable exploit par luy faist, il apporte tout d'une suite un beau commentaire, Pasquier, Lettres, t. II, p. 387, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

COMMENTAIRE. - HIST. XVIe s. Ajoutez : Et en iceulx [souspirs] peult on obtenir plus de grace, d'intelligence et de congnoissance de Dieu et de ses sainctes escriptures, que en lisant les commentaires et escriptures des hommes sur icelles, Epistre exhortatoire aux Epistres, Nouv. Testam. éd. Lefebre d'Étaples, Paris, 1525.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* COMMENTAIRE, s. m. (Hist. anc.) livret sur lequel on jettoit tout ce qu’on craignoit d’oublier. On appelloit aussi de ce nom les registres des commentarienses. Voyez Commentariensis.

* Commentaire, (Littér.) éclaircissement sur les endroits obscurs d’un auteur.

On donne encore le même nom à des ouvrages historiques où les faits sont rapportés avec rapidité, & qui sont écrits par ceux qui ont eu le plus de part à ce qu’on y raconte.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « commentaire »

Du latin commentarius (« recueil de notes, mémoire, registre, commentaire »), dérivé de commentari qui donne, en français, commenter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Le latin commentarius, de commentari, méditer (voy. COMMENTER). Espagn. comentario ; ital. commentario. Auparavant on disait comment, du latin commentum. Et fist un command là-dessus [les œuvres de Denis l'aréopagite], Christine de Pisan, Charles V, III, 13.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « commentaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
commentaire kɔmɑ̃tɛr

Évolution historique de l’usage du mot « commentaire »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « commentaire »

  • Il serait bien affreux que tout fait imbécile méritât commentaire, exégèse subtile. Raymond Queneau, Le Chien à la mandoline, Gallimard
  • Je suppose que les événements ne sont qu'une sorte de commentaire de nos sentiments - on peut déduire ceux-ci de ceux-là. De Lawrence Durrell / Le quatuor d'Alexandrie
  • Tout commentaire d'une oeuvre est mauvais ou inutile, car tout ce qui n'est pas discret est nul. De Emil Michel Cioran / Syllogismes de l’amertume
  • Rien ne surpasse l'écrit dans son commentaire sur l'écrit, mais toute maladroite, toute superficielle qu'elle est, la parole ne constitue-t-elle pas l'accès le plus commode et le plus efficace au texte ? De Bernard Pivot / Le Métier de lire
  • Les commentaires sont la partie la plus durable du plaisir. De Georges Chevalier / Clochemerle
  • La plupart de nos malheurs sont plus supportables que les commentaires que nos amis font sur eux. De Charles Caleb Colton / Lacon
  • Toute vie n'est qu'acide nucléique. Le reste, ce sont des commentaires. De Isaac Asimov / La relativité a tort, 1988
  • La vie humaine ne cesse de rétrécir comme une peau de chagrin, évincée par les commentaires qu'on fait sur elle. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Contempler le monde ne coûte rien. Ce qu'il faut payer ensuite, ce sont les commentaires. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Perfusés que nous sommes en permanence aux informations, aux témoins, aux commentaires, le monde n’a jamais autant été éclairé par la lucidité. Ainsi, croire en l’avenir devient un véritable choix. De David Foenkinos / Le Figaro Magazine, 2 janvier 2015
  • S'il vous plaît entrer un commentaire. lematin.ch/, Commentaire: Chiasso résiste encore et toujours à l’envie de marquer des points - News Sports: Football - lematin.ch
  • Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions , Commentaire : Le temps du changement

Images d'illustration du mot « commentaire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « commentaire »

Langue Traduction
Anglais comment
Espagnol comentario
Italien commento
Allemand kommentar
Chinois 评论
Arabe تعليق
Portugais comente
Russe комментарий
Japonais コメント
Basque iruzkin
Corse cumentà
Source : Google Translate API

Synonymes de « commentaire »

Source : synonymes de commentaire sur lebonsynonyme.fr
Partager