La langue française

Outrager

Sommaire

Définitions du mot outrager

Trésor de la Langue Française informatisé

OUTRAGER, verbe trans.

A. −
1. [Le suj. désigne une pers., un acte, des propos; le compl. désigne une pers.] Offenser, injurier gravement. Synon. faire outrage* à, insulter.Vous avez injurié, outragé un agent dans l'exercice de ses fonctions. Vous l'avez traité de v... (A. France,Crainquebille,1905,2etabl.):
1. Placé comme tu l'es, riche, de bonne famille, aller songer à une créature sans nom et sans fortune... On peut avoir avec de telles personnes une liaison, mais on ne les épouse pas. Ce propos de mon parrain, qui me semblait outrager la jeune fille dont la timide pudeur m'avait surtout ému, me mit hors de moi. Toepffer,Nouv. genev., 1839, p.299.
Empl. passif. Dans la révolution française, le peuple a constamment été enchaîné, outragé, ruiné, mutilé par toutes les factions (J. de Maistre,Consid. sur Fr., 1796, p.117).Le colonel a été gravement outragé par un de ses inférieurs qui l'accuse de s'être vendu pour soustraire à la justice du pays un traître (Clemenceau,Iniquité, 1899, p.28).
Empl. abs. La vie outrage et sépare (Arnoux,Calendr. Fl., 1946, p.178):
2. ... pour adorer ce qu'on vient de maudire et caresser ce qu'on a brisé, il faut une rare puissance. J'ai vu cent fois ma mère outrager jusqu'au sang, et puis tout à coup reconnaître qu'elle allait trop loin, fondre en larmes et relever jusqu'à l'adoration ce qu'elle avait injustement foulé aux pieds. Sand,Hist.vie, t.2, 1855, p.247.
Empl. pronom. réciproque. Cavaignac, Boisdeffre et Brisson nous paraissent victimes de sentiments misérables, mais pourquoi les haïr? Pourquoi s'exécrer, s'outrager, se couper mutuellement la tête, comme le veut cet horrible moine qui prétend dire la parole de bonté? (Clemenceau,Vers réparation, 1899, p.24).
Outrager qqn dans + subst. (désignant un sentiment).Outrager qqn dans sa dignité, dans son honneur. Tout ce qui peut outrager un homme dans son orgueil, dans sa tendresse et dans ses sentiments les plus chers, je le dis au roi des montagnes (About,Roi mont., 1857, p.234).
Outrager qqc. de qqn.Outrager la mémoire de qqn. N'outrageons point la réputation de finesse cauteleuse de cet homme célèbre (Stendhal,L. Leuwen, t.3, 1835, p.266).
2. En partic., rare. [Le compl. désigne une pers. du sexe fém.] Avoir des relations sexuelles avec une femme généralement contre son gré. Synon. violer.La Jimbre, en chantant, offrait son corps aux trois amants qui l'outrageaient d'une manière superficielle, à cause de leur grand âge (Aymé,Rue sans nom, 1930, p.231).
B. −
1. Contrevenir gravement, porter atteinte à ce qui est traditionnellement respecté. Outrager le bon sens, la justice, les moeurs, la morale, la raison, la religion, la vérité. Les femmes (...) ayant quitté par degrés les corps ferrés et baleinés, elles outragent la nature jusqu'à pouvoir respirer et manger quoique habillées (Senancour,Obermann, t.2, 1840, p.25).Je fais remarquer aux honorables membres qui m'interrompent en ce moment qu'ils outragent deux libertés à la fois, la liberté de la presse, que je défends, et la liberté de la tribune, que j'invoque (Hugo,Actes et par. 1, 1875, p.243).Les gens de Venise supplièrent Moore de faire de la morale à Byron, qui outrageait le code local en vivant avec sa maîtresse (Maurois,Byron, t.2, 1930, p.171).
Empl. passif. Quoiqu'il y ait dans cette histoire [de Port-Royal] moins de fautes de français que dans Volupté, où elles fourmillent, la langue y est tout aussi constamment outragée (Balzac,OEuvres div., t.3, 1840, p.309).
2. Littér., rare. Porter atteinte, endommager. Quoique le comte d'Hérouville eût à peine cinquante ans, au premier abord on pouvait lui en donner soixante, tant les fatigues de la guerre, sans altérer sa constitution robuste, avaient outragé sa physionomie; mais il se souciait fort peu de passer pour un mignon (Balzac,Enf. maudit, 1831-36, p.339).
En partic. Faire subir les atteintes de l'âge:
3. Le temps n'outrage que l'homme: quand les rochers s'écroulent, quand les montagnes s'abîment dans les vallées, la terre change seulement de face; un aspect nouveau excite dans notre esprit de nouvelles pensées, et la force vivifiante subit une métamorphose, mais non un dépérissement... Staël,Allemagne, t.5, 1810, p.184.
Prononc. et Orth.: [utʀaʒe], (il) outrage [utʀa:ʒ]. Att.ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Verbe trans. et part. passé 1. xives. «blesser (quelqu'un)» (Arch. Nord B 1719, fol. 40 ds IGLF : Ce veant, le dit suppliant ... pour soy revengher seulement qu'il ne feust oultraigié a mort par icelui Troisolz, lui lancea ung espieu qu'il portoit en sorte qu'il le actaindit au ventre); 2. ca 1485 «offencer gravement» (Myst. du V. Testament, éd. J. de Rothschild, 47662); 3. 1604 littér. «porter atteinte à» (Montchrestien, Hector, III ds Tragédies, éd. L. Petit de Julleville, p.31); 4. 1922 air outragé (Colette, Mais. Cl., p.260); B. Part. prés. 1579 [éd.] «humiliant» (R. Garnier, La Troade, acte I, fo6 vo). Dér. de outrage*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 340. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 817, b) 476; xxes.: a) 621, b) 123.

Wiktionnaire

Verbe

outrager \u.tʁa.ʒe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire subir un outrage à quelqu’un.
    • … après la conquête du roi Guillaume, ses partisans normands, […], ne connurent d’autres lois que leurs passions effrénées, et que non seulement ils dépouillèrent les Saxons conquis de leurs terres et de leurs biens, mais qu’ils outragèrent leurs femmes et leurs filles avec la licence la plus brutale. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Vous vous êtes donnés pour tâche de designer chaque jour une malheureuse fille, servante ou paysanne, et de la faire outrager par une cohue, ivre de stupre et de luxure. — (Pierre Louÿs; Les aventures du roi Pausole, 1901)
  2. (Par extension) Causer un dommage symbolique.
    • Outrager la pudeur. Outrager le bon sens, la raison.
    • Il se pourrait faire que l'âme de la défunte fut passée dans le corps de cette poule, et vous ne voudriez pas vous exposer à manger votre tante. Faire cuire des poules, c'est outrager manifestement la nature. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, XII. Le souper, 1748)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OUTRAGER. v. tr.
Faire subir un outrage. Il m'a cruellement outragé. Il a été outragé dans son honneur. Par extension, Outrager la pudeur. Outrager le bon sens, la raison.

Littré (1872-1877)

OUTRAGER (ou-tra-jé. Le g prend un e devant a et o : outrageant, outrageons) v. a.
  • 1Offenser cruellement. Tigre, assassine-moi du moins sans m'outrager, Corneille, Poly. V, 3. Qui se laisse outrager mérite qu'on l'outrage, Corneille, Héracl. I, 2. Il reçut plusieurs blessures, et mourut généreusement pour sa patrie et pour un prince qui l'avait outragé, Fléchier, Hist. de Théodose, I, 69. Un discours trop sincère aisément nous outrage, Boileau, Sat. VII. Oubliez-vous qui j'aime et qui vous outragez ? Racine, Iphig. IV, 6. Il [Dieu] entend les soupirs de l'humble qu'on outrage, Racine, Esth. III, 4. Jean Jacques est un malade de beaucoup d'esprit et qui n'a d'esprit que quand il a la fièvre ; il ne faut ni le guérir, ni l'outrager, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 9 avril 1761.
  • 2Insulter quelqu'un de paroles prononcées ou écrites. Ah ! c'est trop m'outrager. - N'outragez plus les morts, Corneille, Nicom. II, 3. Croyez qu'il faut aimer autant que je vous aime, Pour avoir pu souffrir tous les noms odieux Dont votre amour le vient d'outrager à mes yeux, Racine, Iphig. III, 6. Fontenelle, neveu très zélé du grand Corneille, et que d'ailleurs Racine avait outragé, nous a laissé un parallèle entre ces deux grands hommes, où il met son oncle fort au-dessus de son ennemi, D'Alembert, Éloges, Despréaux, note 12.
  • 3Il se dit aussi des choses que l'on considère comme un outrage. Non, je ne puis souffrir un bonheur qui m'outrage, Racine, Phèdre, IV, 6.
  • 4 Fig. Porter une atteinte violente et odieuse. Le duc d'Estrées est outré qu'un homme qu'il logeait généreusement ait ainsi blessé et outragé l'hospitalité, Sévigné, 535. Elle [Mme de Monaco] a été défigurée avant que de mourir ; son desséchement a été jusqu'à outrager la nature par le dérangement de tous les traits de son visage, Sévigné, 20 juin 1678. Ces spectres affamés, outrageant la nature, Vont au sein des tombeaux chercher leur nourriture [lors de la famine du siége de Paris], Voltaire, Henr. X. J'ai de tous deux outragé la tendresse, Voltaire, Enf. prod. III, 5.

    Profaner. Par lui, des fils d'Éli la brutale luxure Outragea le saint lieu, les lois et la nature, Delille, Parad. perdu, I.

  • 5Faire violence à une femme. Ils [certains grands singes] sont très ardents pour les femmes, et assez forts pour les violer lorsqu'ils les trouvent seules, et souvent ils les outragent jusqu'à les faire mourir, Buffon, Quadrup. t. VII, p. 141.
  • 6S'outrager, v. réfl. Se faire réciproquement des outrages. Ils se sont outragés publiquement.

HISTORIQUE

XVe s. Si vous dy voirement que monseigneur en a conquis [vaincu] en cest an plus de cent, ne il ne cuydoit pas trouver chevalier qui d'armes l'en oultrageast [le surpassât], Lancelot du lac, t. II, f° 43, dans LACURNE.

XVIe s. Oultrager quelqu'un, Amyot, Solon, 32.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « outrager »

Dérivé de outrage, avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Outrage.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « outrager »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
outrager utraʒe

Citations contenant le mot « outrager »

  • Qui se laisse outrager mérite qu'on l'outrage. De Pierre Corneille
  • La peine capitale n'a jamais détourné les hommes déterminés à outrager la société. De Cesare Beccaria / Des délits et des peines
  • Un coeur ne peut jamais outrager quand il aime et ce que fait l'amour, il l'excuse lui-même. De Molière
  • « La fonctionnaire a été choquée. C'est tristement fréquent pour un fonctionnaire de police de se faire injustement outrager. C'est notre quotidien… », assure Dimitri Heuveline, qui se dit « satisfait de la réponse pénale ». leparisien.fr, Clamart : un an de prison ferme pour des insultes racistes envers une policière - Le Parisien
  • Interpellée pour ivresse publique et manifeste, elle s’est mise à outrager les forces de l’ordre lors de son placement en chambre de dégrisement, allant jusqu’à cracher à la figure de deux fonctionnaires. , Faits-divers - Justice | Ivre, elle crache à la figure des policiers
  • Un quadragénaire en état d’ébriété avancé s’est endormi sur la table d’un restaurant de Clécy, dans le Calvados, avant d’outrager les gendarmes contactés par le responsable de l’établissement. , Il s’endort au restaurant et finit interpellé - Sputnik France
  • Ce n’est qu’aujourd’hui que notre société s’est mise à outrager les parts nobles d’elle-même : l’intelligence, le savoir, la culture, la féminité, les libertés… Mais c’est le pouvoir qui a donné le la à ce mouvement de renversement de l’échelle des valeurs par le subterfuge d’un égalitarisme populiste qui a sacrifié la compétence et le métier au profit de la position de rente politique et administrative. Les nouvelles classes moyennes seront formées de ceux qui parviennent à disposer des moyens institutionnels de détourner et de se faire corrompre. L’alliance diabolique du pouvoir, de l’argent et de la médiocrité grimpe au sommet de l’ordre social et précipite le mérite parmi la masse de laborieux. À celle-ci, on ne demande d’ailleurs pas beaucoup d’efforts ; la rente pétrolière suffit au budget de l’État et aux besoins de ses prébendiers. http://www.liberte-algerie.com/, Médecine, violence et système: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com
  • C est pas une militante GJ car les bipèdes qui squattent le rond point des azalées ne représentent pas ce mouvement’, faut pas les rallier à cette cause car la leur ne consiste qu à se révolter contre la société alors qu’ils vivent exclusivement et grassement à son crochet. Donc bravo pour cette condamnation car ils ne savent qu injurier et outrager .... suite au prochain épisode !!! Clicanoo.re, [Faits Divers] Une gilet jaune condamnée pour outrage | Clicanoo.re
  • Après avoir été placé en garde à vue, alors qu’il devait être présenté devant le parquet, il s’est rebellé avant d’outrager les militaires. Placé en garde à vue au commissariat central de Montpellier cette fois, il a finalement fait l’objet d’une comparution immédiate devant le tribunal judiciaire au terme de laquelle il a été condamné à six mois de prison ferme.   midilibre.fr, Montpellier : interpellé en récidive sans son attestation, il outrage les gendarmes - midilibre.fr

Traductions du mot « outrager »

Langue Traduction
Anglais outraged
Espagnol indignado
Italien oltraggiato
Allemand empört
Chinois 愤怒
Arabe غاضب
Portugais indignado
Russe возмущен
Japonais 激怒
Basque haserretu
Corse indignato
Source : Google Translate API

Synonymes de « outrager »

Source : synonymes de outrager sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « outrager »

Partager