La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « ostentation »

Ostentation

Variantes Singulier Pluriel
Féminin ostentation ostentations

Définitions de « ostentation »

Trésor de la Langue Française informatisé

OSTENTATION, subst. fém.

A. − Anton. de discrétion.
1. Attitude, caractère de celui qui cherche à tout prix à attirer l'attention sur lui-même, sur un trait de sa personne, sur sa situation sociale avantageuse. Euripide est un poète tout à fait moderne (...), tout entier à l'idée de faire effet; passant dans ce but d'une opinion à une autre, dévot fanatique, puis impie avec ostentation (Constant,Journaux, 1804, p.78).Le vrai reproche que méritait Caton (...) c'était l'ostentation cynique avec laquelle il aimait à braver, dans les choses indifférentes, le peuple au milieu duquel il vivait (Michelet,Hist romaine, t.2, 1831, p.221).V. affectation ex. 22:
1. Chrétien et surnaturaliste, Gracian (...) oppose volontiers l'homme «substantiel» à l'«homme d'ostentation». Il dit qu'il faut préférer le solide de la substance au vide de l'ostentation, la vraie royauté à la vanité, le réel au luxe des cérémonies. Jankél.,Je-ne-sais-quoi, 1957, p.4.
SYNT. Ostentation de mauvais aloi; magnifique, vaine ostentation; ostentation juvénile, puérile; ostentation d'ivrogne; mettre de l'ostentation à; admirer qqn avec ostentation; porter une toilette, un bijou avec, sans ostentation; être généreux par ostentation; accomplir un acte d'ostentation stoïque; voir de l'ostentation dans la piété de qqn.
P. méton., au sing. ou au plur., vieilli. Manifestation de cette attitude. On lui avait appris comment on dépense l'or en plaisirs frivoles, en ostentation stupide (Sand,Lélia, 1839, p.359):
2. Scholl est décidément amant déclaré; et à le voir (...), descendant, dans la montre de sa joie, aux plus petites ficelles et aux plus misérables ostentations de commis-voyageur montrant à un conducteur de diligence un portrait de femme (...) je songe combien les petites âmes, les âmes du peuple, supportent mal la bonne fortune et combien le succès les fait ridicules. Goncourt,Journal, 1858, p.472.
2. Caractère de ce qui est destiné à être remarqué, de ce qui est trop voyant. La sculpture éginétique ne serait pas éloignée de la perfection, s'il ne lui restait encore de la dureté dans l'accentuation des plans, (...) de l'ostentation dans le rendu des muscles et du convenu dans les mouvements (Ch. Blanc, Gramm. arts dessin, 1876, p.444).Elles habitent de charmantes petites maisons du dix-huitième siècle, exquises de délicatesse et de simplicité. La vraie civilisation américaine est là, dans cette architecture sans ostentation (Green,Journal, 1945, p.67):
3. Dans l'histoire du carrosse, le xviiesiècle ne fut qu'une perpétuelle surenchère dans le luxe et l'ostentation. On surchargea la caisse de sculptures et de dorures, on en tapissa l'intérieur de velours et de soie passementés d'or et d'argent. P. Rousseau,Hist. transp., 1961, p.175.
B. −
1. Ostentation de qqc. (vieilli).Action, volonté délibérée de mettre en évidence, d'afficher, d'exhiber quelque chose.
a) [Le déterm. désigne un inanimé concr.] Rare. Il y avait au mur les éternels chromos évoquant les délices de la table par l'ostentation des gibiers rares et des fruits de Chanaan (Bloy,Femme pauvre, 1897, p.107).
b) [Le déterm. désigne une qualité, un sentiment] Ostentation de confiance, de générosité, d'impartialité, de légalité, de noblesse, de tendresse; ostentation d'indifférence, de (la) souffrance. Il est impossible de regarder comme sincères les marques de douleur et l'ostentation des regrets de Catherine à la mort de Henri II (Balzac,Cath. de Médicis, Introd., 1843, p.43).Dans ce visage d'Odette, un peu rigide, dans ce regard de sombre extase (...) Berthe discernait une ostentation de sérénité et le souci d'affirmer la foi devant l'épreuve (Chardonne,Épithal., 1921, p.342):
4. Les usines vont vers la ville et à leur caractère professionnel s'ajoute un souci d'art. Elles quittent peu à peu leur aspect redoutable où se mêlaient dans un pittoresque barbare la brutalité, la cacophonie et comme une ostentation d'incurie. Arts et litt., 1936, p.10-7.
c) [Le déterm. évoque un type de comportement] Ostentation de parvenu. Quand il faisait beau, il (...) revêtait lui-même [sa mère] d'un châle tenu par une broche ancienne et, non sans quelque ostentation de fils modèle, il la promenait à son bras sur la place (Mauriac,Galigaï, 1952, p.44).
2. Faire ostentation de qqc.Afficher, étaler, exhiber. Synon. faire montre de (v. montre1A loc. verb. b), faire étalage de (fam., v. étalage C).
a) [L'obj. désigne un inanimé concr.] Ces plafonds de Venise qui nous montrent l'âme de Gianbatista Tiepolo, quel tapage éclatant et mélancolique! Il s'y souvient du Titien, du Tintoret, du Véronèse; il en fait ostentation: grandes draperies, raccourcis tapageurs, fêtes, soies et sourires! (Barrès,Homme libre, 1889, p.189).
b) [L'obj. désigne un inanimé abstr.] Faire ostentation de l'ennui qu'on éprouve. M. de Charlus (...) avait fait ostentation de galante amabilité à l'égard d'Albertine (Proust,Prisonn., 1922, p.332).[Les prêtres indigènes] étaient des spécialistes et, comme tous les spécialistes, ils tendaient à la virtuosité, c'est-à-dire à faire ostentation de leur habileté à manier et à amplifier les traditions (Lowie,Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p.331).
Prononc. et Orth.: [ɔstɑ ̃tasjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1346 ostentacion (ds Ordonnances des rois de France, t.4, p.613); ca 1406 [ms. xves.] péj. obstentacion (Internelle consolacion, éd. A. Pereire, p.242). Empr. au lat. ostentatio, -onis «action de montrer ostensiblement», formé sur le supin ostentatum, v. ostentateur. Fréq. abs. littér.: 205. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 313, b) 119; xxes.: a) 310, b) 353.

Wiktionnaire

Nom commun - français

ostentation \ɔs.tɑ̃.ta.sjɔ̃\ féminin

  1. Affectation de montrer des qualités ou des avantages dont on veut faire parade.
    • Son ostentation est doublée de générosité. Les résultats profitent à la société, les motifs regardent Dieu. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Elle aurait eu de l’amitié pour lui si elle ne l’avait trouvé rusé, sournois et trop subtil à lui tirer sa signature quand il avait besoin d’argent pour des entreprises où il mettait plus d’ostentation que d’avidité. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, pages 27-28)
    • Par ostentation, parfois, une munitionnette, qui ne paye d'ailleurs pas son loyer comme femme de mobilisé, et mème cumule son salaire avec le salaire de son mari en certain cas, n'hésite pas à payer 10 fr. un méchant poulet, au lieu d'acheter un honnête bifteck. — (« Revue des questions alimentaires », Bulletin de la Société scientifique d’hygiène alimentaire et d'alimentation rationnelle, vol. 5, Paris, 1917, p. 351)
    • Je surpris, j'effarouchai en marquant tout de suite, sans ostentation, mais nettement, mon éloignement des observances religieuses. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942, p.78)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OSTENTATION. n. f.
Affectation de montrer quelque qualité ou quelque avantage dont on veut faire parade. Vaine ostentation. À quoi bon toute cette ostentation? Il y a de l'ostentation dans tout ce qu'il fait. Faire ostentation de ses richesses, de sa fortune. Les pharisiens faisaient leurs bonnes œuvres par ostentation. Sa générosité n'est que de l'ostentation.

Littré (1872-1877)

OSTENTATION (o-stan-ta-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • Excès dans la manière de faire valoir quelque titre, quelque possession, quelque action ou quelque qualité. Elle enseigne à ranger tes sens sous ta puissance, à bannir de tes actions L'orgueil des ostentations, Et le fard de la complaisance, Corneille, Imit. III, 54. Quant au général [Annibal], il fut admiré de Scipion, qui, au milieu de la gloire, semblait porter envie à la capacité du vaincu ; et le vaincu, dont l'humeur était assez éloignée des vaines ostentations, crut toujours avoir quelque supériorité dans la science de la guerre, Saint-Évremond, Réfl. sur les div. génies du peuple romain, VII. Ces sortes de parures sont justement faites pour des gens de la naissance et de la dignité de M. de Grignan ; et vous dites une vraie sentence, en disant que l'ostentation des personnes modestes n'offense point l'orgueil des autres, Sévigné, 22 juin 1689. Il faut éviter l'ostentation comme la perte des bonnes œuvres, Bossuet, Médit. sur les Évang. Sermon sur la montagne, 28e jour. Nous ne voyions en Madame [mourante] ni cette ostentation par laquelle on veut tromper les autres, ni ces émotions par lesquelles on se trompe soi-même, Bossuet, Duch. d'Orl. Quand Tertullien dit aux gentils que les chrétiens pouvaient se faire craindre à l'empire autant du moins que les Parthes et les Marcomans si leur religion leur permettait de se faire craindre à leurs souverains et à leur patrie, si c'était une expression forte et vigoureuse, ce n'était pas une vaine ostentation, Bossuet, 5e avert. 16. J'oserai vous dire, nos chers frères, qu'il y a plus d'ostentation que de vérité dans la fréquente allégation de l'Écriture où vos ministres vous portent, Bossuet, 1re instr. pastor. 43. Je n'estime pas que l'on puisse donner une idée plus juste de l'ostentation, qu'en disant que c'est dans l'homme une passion de faire montre d'un bien ou des avantages qu'il n'a pas, La Bruyère, Théophr. XXIII. L'on peut s'enrichir dans quelque art, ou dans quelque commerce que ce soit, par l'ostentation d'une certaine probité, La Bruyère, VI. Où est ici la bonne foi, cette équité dont vous faites tant d'ostentation dans vos démarches envers les hommes ? Massillon, Carême, Mot. de conv. Jamais de ces ostentations si indécentes au sexe surtout, de ces étalages vulgaires d'incrédulité…, Massillon, Or. fun. Madame. Tous ces discours d'ostentation qui ne sont plus regardés que comme une partie des cérémonies qui passent en un jour, Voltaire, Éloge fun. Louis X. Il fit cela de lui à moi, sans ostentation, sans prétention, sans bruit, et, si je n'en avais parlé le premier à tout le monde, personne n'en aurait rien su, Rousseau, Conf. X. Si le pouvoir exécutif n'est qu'un meuble d'ostentation, il est trop cher ; si ce pouvoir est nécessaire au maintien de l'ordre, craignons de l'énerver, Mirabeau, Collection, t. II, p. 261.

HISTORIQUE

XVIe s. Il leur deffendit expressement de n'en rien faire, et que telles ostentations [pompes] ne luy estoient nullement agreables, Carloix, X, 17. Je supplie très humblement ceux auxquels les Muses ont inspiré leurs faveurs, de n'estre plus latineurs ny grecaniseurs, comme ils sont plus par ostentation que par devoir, Ronsard, 591. J'estudiai jeune pour l'ostentation ; depuis, un peu pour m'assagir, Montaigne, III, 290.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ostentation »

Du latin ostentatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. ostentationem (voy. OSTENTATEUR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ostentation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ostentation ɔstɑ̃tasjɔ̃

Fréquence d'apparition du mot « ostentation » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « ostentation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ostentation »

  • Il n'y a pas de libéralité bien placée, pourvu qu'elle le soit sans calcul et sans ostentation, qui ne vaille mieux qu'une économie.
    Charles Nodier
  • Tous les palais sont ridicules : malgré leur intérêt historique, ils ne sont que l'expression dénuée de goût et pénible de l'ostentation.
    Charlie Chaplin — Ma vie
  • L’ostentation gâte la prière.
    Hazrat Ali
  • Enfin, comble du luxe, une pince à billets en or jaune recouverte de diamants de la même teinte complète la collection. Ces créations éétonnantes ne sont pas une première pour le label de joaillerie américain créé en 1986 : Oil Pump, Raspputin Tourbillon ou encore Astromania Casino… chaque bijou signé Jacob & Co. représente à lui seul le luxe dans toute son ostentation.
    Numéro Magazine — Virgil Abloh repense le trombone
  • L'ostentation de la modestie est de tous les orgueils le plus insupportable.
    Jacques Deval — Afin de vivre bel et bien
  • Le décor, puisqu’il faut en parler lorsqu’il joue comme ici un rôle important, est très soigné, chic, sans ostentation. En soirée, il contribue à faire régner une belle ambiance, propice aux repas réussis.
    Le Devoir — Jellyfish: très savoureuse méduse | Le Devoir
  • L'art de vivre à la cour au XVIIIe est un art subtil, fait de non-dits, d'impressions colorées et de sentiments, aussi. Tout est fait pour le paraître, mais le paraître beau, selon les canons de l'époque. Entre raffinement et ostentation, entre délicatesse et outrecuidance, la collection est le vibrant témoignage d'une époque où la riche aristocratie avait du beau, un art à part entière.
    petitbleu.fr — Une soirée autour de l'art de vivre au XVIIIe siècle - petitbleu.fr
  • Donner avec ostentation, ce n’est pas très joli ; mais ne rien donner avec discrétion, ça ne vaut guère mieux.
    Pierre Dac — L’os à moelle
  • Sub a donc composé une histoire en puisant dans l’ADN de Bordeaux et de sa région. L’agence a décidé de jouer sur des codes contemporains et épurés sans signes d’ostentation pour perdurer dans le temps. En ressort une étiquette sobre, au bleu uni et profond. L’aspect estival du produit est manifesté par des mouettes tandis que seule la marque, la région et l’appellation d'origine protégée (AOP) sont inscrites sur la bouteille.
    emballagesmagazine.com — Le groupe Castel frères redynamise les bordeaux rosés avec Sub
  • Sans rentrer dans une étude approfondie du pourquoi du comment d’un tel désir d’ostentation, bornons-nous à constater que depuis que le rap est rap les nouveaux riches du game n’ont eu de cesse d’exhiber leurs dollars de la manière la plus saugrenue qui soit pour le commun des mortels.
    Pourquoi les rappeurs téléphonent-ils avec des liasses de billets ?
Voir toutes les citations du mot « ostentation » →

Traductions du mot « ostentation »

Langue Traduction
Anglais ostentation
Espagnol ostentación
Italien ostentazione
Allemand prahlerei
Chinois 炫耀
Arabe التباهي
Portugais ostentação
Russe хвастовство
Japonais 誇張
Basque arrandia
Corse ostentazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « ostentation »

Source : synonymes de ostentation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ostentation »

Combien de points fait le mot ostentation au Scrabble ?

Nombre de points du mot ostentation au scrabble : 11 points

Ostentation

Retour au sommaire ➦