La langue française

Notion

Sommaire

  • Définitions du mot notion
  • Étymologie de « notion »
  • Phonétique de « notion »
  • Citations contenant le mot « notion »
  • Images d'illustration du mot « notion »
  • Traductions du mot « notion »
  • Synonymes de « notion »

Définitions du mot notion

Trésor de la Langue Française informatisé

NOTION, subst. fém.

A. −
1. Connaissance immédiate, intuitive de quelque chose. Synon. conscience, idée (v. ce mot I A 1).N'avoir aucune notion, pas la moindre notion du danger, de la durée, des distances, du lieu, du réel. Il faillit tomber (...) et, comme subitement rappelé à la notion des choses, se dirigeait vers la portière (Lorrain,Sens. et souv.,1895, p.178).Est-il possible que tu aies perdu toute notion du bien et du mal? (Martin du G.,Thib.,Été 14, 1936, p.663).V. alliage ex. 25, autorité ex. 25:
1. ... il tomba dans un sommeil de lassitude traversé par des rêves incohérents, dans une sorte de syncope entrecoupée par des réveils sans connaissance; il avait tellement fini par perdre la notion de ses désirs et de ses peurs qu'il demeura ahuri, n'éprouvant aucun étonnement, aucune joie, alors que tout à coup le médecin entra. Huysmans,À rebours,1884, p.277.
Loc. Avoir notion de + subst. ou que + verbe.Dès l'instant qu'il eut notion que ce petit point de vie avait disparu et qu'au milieu du désert sournois il était seul, il eut, très distincte, la sensation qu'a l'impotent auquel une main méchante vient d'arracher son bâton (Montherl.,Songe,1922, p.129):
2. Même au front, et même pendant cet hiver à la clinique, j'ai vécu sous pression, comme j'ai fait toute ma vie, sans une heure inoccupée, sans avoir notion du temps qui coule, sans avoir la conscience du présent. Martin du G.,Thib.,Épil., 1940, p.919.
2. Surtout au plur. Connaissance d'ensemble, élémentaire, acquise de quelque chose. Synon. rudiments.Il n'avait aucune notion de critique; il était uniquement le croyant qui demande à sa foi de rester vierge (Estaunié,Empreinte,1896, p.231).Il sied que les jeunes personnes aient des notions sur la littérature anglaise (Adam,Enf. Aust.,1902, p.506).L'enseignement primaire avait pour mission d'enseigner les premiers éléments: lecture, écriture, calcul, et d'imprimer dans les esprits des enfants les notions essentielles dont ils auront besoin plus tard, l'école une fois quittée (Encyclop. éduc.,1960, p.28):
3. Pour compléter son éducation, il avait appris les notions de beaucoup de choses afin d'être universel, et il en avait étudié à fond une ou deux restreintes et particulières afin de s'y montrer profond... Flaub.,1reÉduc. sent.,1845, p.263.
SYNT. Acquérir, donner, inculquer des notions; notions confuses, fondamentales, générales, simples, usuelles; premières, vagues notions; notions d'anglais, de calcul, de droit, d'hygiène, de secourisme; notions historiques, mathématiques, philosophiques.
P. méton. (emploi didact., princ. dans les travaux scol. et universitaires). Ouvrage ou partie d'ouvrage proposant les premiers éléments d'une science, d'une technique. Synon. éléments.Article premier. Notions préliminaires sur les tuniques du canal alimentaire (Cuvier,Anat. comp.,t.3, 1805, p.352).Notions pratiques d'algèbre à l'usage des candidats chefs de district des eaux et forêts (ouvrage de P. Michon, Nancy, École Nat. des Eaux et Forêts, 1953).
B. −
1. Construction, représentation de l'esprit. Synon. idée (v. ce mot I A 1).La notion juste, exacte du prix des choses semblait, à ma cervelle d'enfant, la science la plus difficile, la plus impossible à acquérir (Goncourt,Journal,1882, p.210).Une notion très nette subsistait en lui, celle de l'honneur militaire qui veut qu'on tienne bon avant tout, et qu'on ne déserte pas son poste (Moselly,Terres lorr.,1907, p.275).Il faudrait partir de la notion que quand on veut vraiment approcher un auteur, ses idées importent peu (Du Bos,Journal,1924, p.230):
4. À l'antique notion terrienne, humble, quasi maraîchère, que nous nous faisions de l'artiste, attaché à un lieu et s'y mettant en espalier, il a substitué [M. Picasso] la figure de l'aventurier. Gillet,Art fr.,1938, p.176.
2. Manière de concevoir, conception, point de vue. Synon. idée (v. ce mot I A 4).La notion chrétienne de la toute-puissance divine, mal comprise par le païen (Théol. cath.t.4, 11920, p.1053).La notion soutenue toute sa vie par Nietzsche sous des formes différentes, que la tâche unique est de faire naître des conditions pouvant susciter les âmes de génie (Du Bos,Journal,1924p.33).Ce fut longtemps une notion admise par tous que la conception d'un livre devait sortir tout entière du cerveau de son créateur (Civilis. écr.,1939, p.22-7).
C. − Spécialement
1. PHILOS., LING.
a) Idée générale et abstraite en tant qu'elle implique les caractères essentiels de l'objet. Synon. concept.Nous prétendons que l'on peut parler de la forme ou du mécanisme d'un «esprit», ou d'une institution, mais dans le sens où l'on parle de la forme d'une lime ou d'une machine à vapeur. Ce n'est pas une notion que nous analysons, c'est une réalité que nous «montrons» (Ruyer,Esq. philos. struct.,1930, p.17).À ses yeux [de Sartre] la contingence n'était pas une notion abstraite, mais une dimension réelle du monde (Beauvoir,Mandarins,1958, p.342):
5. Je développe dans chaque paragraphe l'étude d'un ou plusieurs mots dans des contextes significatifs et, en fin de partie ou de chapitre, je regroupe de façon plus abstraite, les sèmes nécessaires à la définition de l'ensemble lexical ainsi composé. Ces sèmes sont des notions simples, plus simples, du moins, que celles qu'elles servent à définir, exprimées par des mots du xxes. placés entre guillemets. J. Picoche, Le Vocab. psychol. dans les chroniques de Froissart,Paris, Klincksieck, t.1, 1976, p.10.
[Le plus souvent suivi d'un compl. prép. de] Dans l'Occident capitaliste, la pauvreté allait d'ordinaire avec la faiblesse. La notion de pauvre appelait la notion de faible (Perroux,Écon. XXes.,1964, p.586).La notion de service public, tantôt, au sens institutionnel du terme, désigne un organisme administratif, tantôt, au sens fonctionnel du terme, désigne une activité, une mission ayant un caractère d'intérêt général (Belorgey,Gouvern. et admin. Fr.,1967, p.67).On parlera plus volontiers de la notion de liberté que du concept de liberté, la liberté ayant de multiples définitions et appelant une problématique extrêmement complexe, alors que l'on n'hésitera pas à définir le concept d'addition (Éduc.1979).V. corrélatif B ex. de Camus et culpabilité B 2 ex. de Camus, Homme rév., 1951, p.296:
6. Fédérés autour d'une notion dont ils délimitent le champ, les mots qui composent un ensemble s'opposent d'après des relations plus ou moins compliquées dans un jeu où interfèrent souvent des facteurs tenant aux circonstances et d'autres tenant à la morphologie. R.-L. Wagner, Les Vocab. fr.,Paris, Didier, t.1, 1967, pp.74-75.
SYNT. Notion de cause, de durée, d'espace, de force, de matière, de mouvement, de nécessité, de personne, de progrès, de temps, de volume; notion d'ensemble, de nombre (premier, complexe...), de postulat; notion de délit, de propriété; notion de groupe de pression; notion d'artisan.
b) LOG., au plur. Notions communes. Notions qui font partie intégrante de la raison et sont communes à tous les hommes comme par exemple le principe de non-contradiction (d'apr. Morf. Philos. 1980, s.v. commun).
P. ext. Notions communes, reconnues. Vérités, idées reconnues, admises par tous. [Le Christ] renverse toutes les notions communes de la morale (Chateaubr.,Génie,t.2, 1803, p.358).Les notions reconnues, les principes, mon esprit ne les admet point qu'il ne les ait reconnus lui-même (Gide,Nouv. Nourr.,1935, p.291).M. Achille est un cas, tout simplement, et qui se laisse aisément ramener à quelques notions communes (Sartre,Nausée,1938, p.93).
2. THÉOL. Notion divine. ,,Attribut propre d'une personne, qui nous la fait connaître en la distinguant des autres personnes`` (Foi t.1 1968).
Prononc.: [nosjɔ ̃], [nɔ-]. Étymol. et Hist. 1. 1570 «connaissance» (La Cité de Dieu, trad. G. Hervet, I, 229a, éd. 1578 d'apr. Vaganay ds Rom. Forsch. t.32, p.112); 2. 1647 philos. (Descartes, Méditation troisième ds OEuvres philos., éd. F. Alquié, t.2, p.445: notion de l'infini). Empr. au lat. notio (dér. de notum, supin de noscere «apprendre à connaître, connaître») «acte de prendre connaissance, examen (au sens gén. et techn. du droit)» et dans la lang. philos. «idée que se fait l'esprit, conception de l'esprit, signification d'un mot». Fréq. abs. littér.: 3460. Fréq. rel. littér.: xixes.: a)2197, b) 3612; xxes.: a) 3470, b) 8819. Bbg. Rey (A.). La Terminol.: noms et notions. Paris, P.U.F., 1979, pp.29-34.

Wiktionnaire

Nom commun

notion \nɔ.sjɔ̃\ féminin

  1. Connaissance élémentaire, sommaire, idée plus ou moins précise qu’on a d’une chose.
    • Notion claire, exacte, confuse.
    • Je n’ai pas une connaissance parfaite de cela, je n’en ai qu’une simple notion, qu’une faible notion.
    • Je n’en ai nulle notion, pas la moindre notion.
    • C’est un sujet dont je n’ai aucune notion, dont je n’ai pas la première notion.
    • Avoir les premières notions d’une science.
    • Manquer des notions les plus élémentaires dans tel ou tel ordre d’études.
    • Ce sont des notions familières à tous.
  2. (Par extension) Traité élémentaire d’une science.
    • Notions d’Arithmétique.
    • Notions de Physique et de Chimie.
  3. (Philosophie) Concept ; idée.
    • La nature du sol a de l'importance pour beaucoup de plantes. […], de là est née la notion un peu vague de plantes calcicoles et calcifuges. Cette notion a été précisée par la mesure de la réaction chimique du sol représentée par le symbole pH (potentiel en ions Hydrogène). — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.28)
    • Les hormones, une des plus anciennes familles d’herbicides, vont continuer à nous rendre service et elles sont un bon exemple d'un certain type de sélectivité et de systémie ; cette dernière notion appelait le glyphosate. — (Christian Gauvrit, Efficacité et sélectivité des herbicides, INRA, 1996, p. 111)
    • En effet, deux notions essentielles se retrouvent dans la même phrase : la diversité et l’irréprochabilité. Quel est le lien entre ces deux notions : est-ce la diversité qui conduit à l’irréprochabilité ? Ce lien de cause à effet n'apparaît pas vraiment dans cette phrase : les deux notions semblent plutôt complémentaires. — (Sophie Bentin, « Des étrangers au service du Comtat Venaissin : audition de 19 témoins dans le cadre de l'affaire de la douane (Valréas, décembre 1679) », chap. 26 de Les témoins devant la justice: Une histoire des statuts et des comportements, sous la direction de Benoît Garnot, Presses universitaires de Rennes, 2003)
    • L'analyse plus approfondie de la notion de distance esthétique permet de revenir sur le rôle primordial du suspense et de l'angoisse dans le processus narratif d'un récit. — (Martine Roberge, L'art de faire peur: des récits légendaires aux films d'horreur, page 178, Presses de l'Université Laval, 2004)
    • Pour Almaengien, le Grand Maître de la secte adamite dont Bosch n'a fait que suivre les préceptes, la notion du péché originel n'existe pas. — (Jérôme Peignot, Les jeux de l'amour et du langage, page 134, 2009)
    • Dans le cadre de ma mission avec le ministre des Sports, j'ai voulu remettre en cause la notion de détection des talents, à laquelle je préfère celle d'accompagnement de potentiel. — (Jean-Pierre Doly, L'accordeur de talents: Optimiser la performance d'une équipe, éd. Dunod, 2012)

Nom commun

notion

  1. Notion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NOTION. n. f.
Connaissance élémentaire, sommaire, idée plus ou moins précise qu'on a d'une chose. Notion claire, exacte, confuse. Je n'ai pas une connaissance parfaite de cela, je n'en ai qu'une simple notion, qu'une faible notion. Je n'en ai nulle notion, pas la moindre notion. C'est un sujet dont je n'ai aucune notion, dont je n'ai pas la première notion. Avoir les premières notions d'une science. Manquer des notions les plus élémentaires dans tel ou tel ordre d'études. Ce sont des notions familières à tous. Il désigne, par extension, un Traité élémentaire d'une science. Notions d'Arithmétique. Notions de Physique et de Chimie. En termes de Philosophie, il signifie Concept, idée. La notion d'infini.

Littré (1872-1877)

NOTION (no-sion ; en vers, de trois syllabes) s. f.
  • 1Connaissance acquise de quelque chose. Je n'ai qu'une faible notion de ce que vous me dites. Il vous donnera des notions sur cette matière. Un second voyage de l'aventurier donne de cette sauvage région quelques notions moins superficielles, Raynal, Hist. phil. XVII, 23. En mathématique et en physique, les notions ont cet avantage, qu'ayant une fois été déterminées, elles ne varient plus ; mais, en morale, elles se transforment de tant de manières, qu'il est rare que les hommes sachent les saisir avec précision, Condillac, Art de pens. II, 2.

    Notions, au pluriel, est quelquefois le titre d'un ouvrage élémentaire et à l'usage des classes. Notions de chimie.

  • 2 Particulièrement. L'idée d'une chose. Tout honneur qui renferme dans sa notion la condition essentielle à la créature, ne peut par sa nature être un honneur divin, Bossuet, 4° avert. 2.

    Absolument. Idée qui se forme dans l'esprit. Ces mots vertus et vices sont des notions collectives qui ne naissent que de la fréquentation des hommes, Rousseau, Narc. Préf. note h. Les notions les plus abstraites, celles que le commun des hommes regarde comme les plus inaccessibles, sont souvent celles qui portent avec elles une plus grande lumière, D'Alembert, Disc. encycl. Œuv. t. I, p. 208, dans POUGENS. Quelle notion précise peut-on avoir du bien et du mal, du beau et du laid, du bon et du mauvais, du vrai et du faux, sans une notion préliminaire de l'homme ? Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 218, dans POUGENS. Les notions judaïques et cabalistiques s'y introduisirent sous les Ptolémées, Diderot, Opin. des anc. philos. (Égyptiens). Qu'il n'y a point de notions innées ; que nous ne pouvons avoir l'idée ni d'un espace infini, ni d'un nombre infini, Voltaire, Phil. Ignor. Quest. 29. Si les notions que nous sommes capables d'acquérir, ne sont, comme je l'ai fait voir, que différentes collections d'idées simples que l'expérience nous a fait rassembler, Condillac, Art de penser, II, 5. La notion n'est pas une perception ; elle ne résulte pas simplement de l'action de l'objet sur les sens ; elle suppose encore une opération de l'esprit sur cette action, Bonnet, Ess. anal. âme, ch. 15. De pures sensations ne sont pas des notions, Bonnet, Œuv. mêl. t. XVIII, p. 328, dans POUGENS.

    Notions communes, certaines vérités qui sont reconnues de tout le monde. J'ai toujours été étonné que le sage Locke, dans le commencement de son traité de l'entendement humain, en réfutant si bien les idées innées, ait prétendu qu'il n'y a aucune notion du bien et du mal qui soit commune à tous les hommes, Voltaire, Phil. Newt. I, 6. Un philosophe serait bien savant, s'il voyait tout ce qui est dans les notions communes, Condillac, Lang. calc. I, 15.

    Se dit, dans le kantisme, d'un concept donné à priori.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

NOTION, s. f. est un terme de Logique, qui signifie l’idée que nous nous formons d’une chose. Ce nom ne convient qu’aux idées complexes. Voyez Idée & Prénotion.

M. Leibnitz a distingué fort exactement toutes les especes de notions dans les actes de Leipsick, 1684.

Notion claire, selon lui, est celle qui suffit pour se rappeller un objet ; par exemple, celle d’une figure.

Notion obscure, c’est celle qui ne suffit pas pour se rappeller un objet ; par exemple, celle d’une plante qu’on doute, en la voyant, si on ne l’a pas vûe déja ailleurs, & si on doit lui donner tel ou tel nom.

Notion distincte, c’est celle qui nous rend capables de marquer les différens caracteres auxquels nous reconnoissons une chose ; par exemple, celle-ci : le cercle est une figure terminée par une ligne courbe qui revient sur elle-même, & dont tous les points sont également éloignés d’un point milieu. Voyez Distinct.

Notion confuse, est celle avec laquelle on n’est pas en état de marquer les différens caracteres auxquels on peut reconnoitre un objet, quoi qu’il soit. Telle est la notion de la couleur rouge.

Notion adéquate, c’est celle où l’on a des notions distinctes des marques ou caracteres qui font reconnoître un objet ; par exemple, c’est la notion du cercle dont nous venons de parler, lorsqu’elle est accompagnée de la notion distincte d’une courbe qui revient sur elle-même, & dont tous les points sont également éloignés d’un autre point qui est au milieu. Voyez Adéquat.

Notion inadéquate, c’est celle où l’on n’a que des notions confuses des caracteres qui entrent dans la notion distincte.

On admet dans les Mathématiques quelques notions confuses, lorsque leur explication n’est pas de grande conséquence pour la démonstration.

Ainsi Euclide n’explique point la notion d’égalité, quoiqu’elle entre dans les notions de triangle équilatéral, de rhombes, &c. parce que les propositions, dont la démonstration est appuyée sur la notion d’égalité, sont aisément accordées sans entrer dans un si grand détail ; par exemple, que deux choses égales à une même troisieme sont égales entr’elles. Mais, dans les définitions mathématiques, on n’admet jamais d’autres notions que celles qui sont distinctes, & en même tems aussi adéquates qu’il est possible, & que le sujet le demande. Voyez Définition.

On distingue dans l’école les notions en formelles & objectives, & chacune se subdivise en premiere formelle & seconde formelle, premiere objective & seconde objective.

Premiere formelle notion, est la connoissance que nous avons d’une chose selon ce qu’elle est, ou ce qu’elle a en elle-même ; par exemple, la notion du feu en tant que feu, celle d’un corps lumineux en tant que lumineux, &c.

Premiere notion objective, est la chose elle-même connue selon ce qu’elle est, ou ce qu’elle a en elle-même, comme le feu connu en tant que feu.

Seconde notion formelle, c’est la connoissance d’une chose selon ce qu’elle reçoit de l’entendement, comme celle du feu en tant que sujet & non attribut.

Seconde notion objective, est ce qui s’applique à une chose par le moyen de l’opération de l’entendement, ou ce qu’elle reçoit de l’entendement.

Notions communes, appellées aussi prénotions, προληψεις & κοιναι ἐννοιαι, sont certains principes que l’on regarde comme innés & comme évidens par eux-mêmes, c’est-à-dire, qui frappent l’esprit par une lumiere qui leur est propre, sans le secours d’aucune preuve, comme si Dieu lui même les avoit gravés dans notre ame : ces principes sont les fondemens de toutes les Sciences, & les moyens par lesquels on les démontre. Voyez Idée innée, Connoissance, &c.

Ces notions communes, qu’on regarde comme le fondement des Sciences, sont appellées axiomes. Voyez Axiome.

On les appelle communes, non qu’elles soient si nécessairement apperçues par tout le monde qu’aucun homme ne les puisse ignorer ou nier, mais parce qu’elles sont regardées comme vraies & certaines par toutes les personnes qui ont une droite raison. C’est ainsi qu’on dit qu’une nourriture est saine, quoiqu’elle ne soit pas telle généralement pour tous les hommes, mais seulement pour ceux qui sont en bonne santé. Aristot. topic. c. iv.

Il y a de deux sortes de notions communes ; savoir, 1°. de théoriques, qui ne menent qu’à des choses de pure spéculation, par exemple, celles-ci : chaque chose est ou n’est pas ; rien ne peut se faire de lui même ; le tout est plus grand que sa partie ; si des grandeurs égales sont ajoutées à des grandeurs égales, les sommes seront égales : 2°. des notions communes pratiques, qui servent de fondement aux principes de la vertu & de la saine morale ; par exemple, Dieu doit être aimé & adoré ; nous devons honorer nos parens ; nous devons rendre à chacun ce qui lui est dû, comme nous voudrions qu’on nous le rendît à nous-mêmes.

Il y a cependant des philosophes (& on peut dire que ce sont les plus habiles), qui rejettent absolument ces notions prétendues innées ; la raison qu’ils en apportent est que notre esprit n’a pas besoin d’être préparé à penser par de certaines notions actuelles, mais que la seule faculté de penser lui suffit, ce qui se manifeste par les perceptions qu’un enfant reçoit du pain, du goût, des couleurs, &c. Ces philosophes ajoutent que les organes de nos sens, affectés par les objets qui se présentent à eux, & joints avec la faculté que nous avons de réfléchir sur ces objets & de combiner les idées qu’ils font naître en nous, sont plus que suffisans pour produire dans notre ame toutes les connoissances que nous avons. Voyez Connoissance.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « notion »

Du latin notio (« action d'apprendre à connaître ») dérivé de nosco (« prendre connaissance de ») archaïquement gnosco (on retrouve cette racine archaïque dans « cognition »), dont la racine est issue de l'indo-européen commun *gno (« savoir ») dont est issu « gnose » via le grec ancien γνῶσις (« le savoir ») et qui a donné les verbes know en anglais, kennen en allemand (« savoir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin notio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. nocio ; espagn. nocion ; ital. nozione ; du lat. notionem, de notum, supin de noscere, connaître.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « notion »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
notion nɔsjɔ̃

Citations contenant le mot « notion »

  • Se laisser aller à l'imagination aide à perdre la notion du temps. De Jean-Jules Richard / Le Voyage en rond
  • La notion du jeu comporte en soi la meilleure synthèse de croyance et de non-croyance. De Johann Huizinga / Homo ludens
  • La notion d'être humain va devenir de plus en plus difficile à définir. De Bernard Werber / Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu
  • La justice n'est pas qu'une notion abstraite mais un besoin qui ne peut pas attendre demain. De Francisco Sionil José
  • Etrangement, se mêle une notion de douleur à l'amour que l'on porte à certain livre. De Philippe Djian / Ardoise
  • La liberté n'est pas une notion formelle à tempérer en fonction d'impératifs révolutionnaires. De Mario Vargas Llosa / Le Monde de l'éducation - Avril 2000
  • Un esprit en mal de notions doit d'abord s'approvisionner d'apparences. Francis Ponge, Tome premier, Proêmes , Gallimard
  • Quand on crée, on perd la notion des choses. De Michel Tremblay / Des nouvelles d'Édouard
  • Le sens du ridicule est une notion subjective. De François Barcelo / La Tribu
  • Le charme est une notion étrangère aux urbanistes. De Nicolas Hulot / Etats d’âme
  • La notion de liberté n'est pas une notion, c'est une nostalgie de la mémoire. De Paul Paré / L'improbable autopsie
  • La filiation, c’est une notion de sentiments plus que de gènes. De Jean Gastaldi / Le petit livre de maman
  • La notion de chocolat contredit-elle le principe du libre arbitre ? De Sandra Boynton
  • L'absurde est la notion essentielle et la première vérité. De Albert Camus / Le mythe de Sisyphe
  • Ballotté, manipulé, automatisé, l'homme perd peu à peu la notion de son être. De Vaclav Havel
  • Si la notion de maladie mentale n'existait pas, il faudrait l'inventer. De Erving Goffman / Les Criminels de paix
  • Le ministère de la Santé et le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse tiennent à souligner une fois de plus que la notion de cluster n'est pas synonyme de source d'infection.  , Précisions quant à la notion de cluster dans les écoles - gouvernement.lu // Le gouvernement luxembourgeois
  • C’est donc sous son « patronage » que je vous propose ici un détour par deux situations fictives, l’une cinématographique, l’autre littéraire (mais elle renvoie à un vécu), afin de bien préciser la notion de care, de prendre soin, dont il a été beaucoup question ces derniers temps. Forbes France, Quand Deux Garçons De Café Nous Enseignent La Notion De « Care » | Forbes France
  • En lui-même, et Philippe Séguin le reconnaissait bien volontiers, gaullisme social est un pléonasme, car le gaullisme EST social par essence. Son ambition est forte : la recherche d’une troisième voie entre capitalisme et communisme, qui s’est incarné dans une formule précise : l’association capital-travail, devenu ensuite "participation". Il s’agit de faire directement participer les travailleurs aux résultats financiers de l’entreprise et de sa gestion, en dépassant la notion de salaire pour y inclure d’autres revenus qui reconnaissent au travailleur un statut équivalent à celui de l’actionnaire. L’entreprise appartient à tous. Patrick Ollier a longtemps travaillé, un peu isolé, sur ces sujets. Marianne, Notion de souveraineté, d’indépendance, de croyance en l’homme et en la Nation : ce qu'implique le gaullisme | Marianne
  • Faillites et chômages vont être les premières conséquences de cette crise paradigmatique et existentielle des organisations économiques. Les entreprises doivent ré-ausculter leurs gisements de valeurs et contributions positives à la société pour devenir résiliente et retrouver leur utilité, leur sens comme leur prospérité. Elles ne peuvent plus simplement servir leurs clients et leurs actionnaires (silo), mais doivent développer des visions éco-systémiques d'elles-mêmes prenant la pleine mesure de leurs différentes chaînes d'impact et de valeur(s), pour devenir robustes et durables. La notion d'impact vient remplacer celle de performance. La Tribune, La notion d'impact des entreprises vient remplacer celle de performance
  • Dans un arrêt du 25 juin 2020, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) donne une interprétation large de la notion de plans et programmes qui doivent être soumis à évaluation environnementale en application de la directive 2001/42/CE du 27 juin 2001. , La CJUE précise la notion de plans et programmes nécessitant une évaluation environnementale - Environnement | Dalloz Actualité

Images d'illustration du mot « notion »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « notion »

Langue Traduction
Anglais notion
Espagnol noción
Italien nozione
Allemand begriff
Chinois 概念
Arabe خيالى
Portugais noção
Russe понятие
Japonais 概念
Basque nozio
Corse nozione
Source : Google Translate API

Synonymes de « notion »

Source : synonymes de notion sur lebonsynonyme.fr
Partager