Mécréant : définition de mécréant, mécréante


Mécréant, mécréante : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MÉCRÉANT, -ANTE, adj. et subst.

A. − Qui a une religion autre que la religion chrétienne (considérée comme seule vraie). Synon. infidèle.Nation, peuple mécréant(e). P. anal. Ce savant philosophe susdit, Anaxagoras, n'était qu'un païen mécréant, en ce qu'il adorait les faux dieux (Mérimée,Jacquerie,1828, p.273).
[P. méton. du déterminé] Combien de fois, dans nos temps de discorde, Des flots de sang chrétien et de sang mécréant, (...) Ont changé tout à coup en torrent qui déborde Cette ornière d'un char géant! (Hugo,Orient.,1829, p.110).
Emploi subst. La poétesse s'attend (...) à ce que la Pucelle détruise les mécréants et les hérétiques, c'est-à-dire les Turcs et les Hussites (A. France,J.d'Arc,t.2, 1908, p.33).
B. − Qui n'a aucune croyance religieuse. Synon. incroyant.Une aristocratie sacerdotale devient vite irréligieuse et mécréante (Renan,Hist. peuple Isr.,t. 3, 1891, p.410).Un critique mécréant triomphait devant nous de ce que les convertis se recrutent souvent parmi les êtres de mauvaise vie (Mauriac,Vie Racine,1928, p.238).
[P. méton. du déterminé] Prenons garde au souffle malsain qui sort des tombes féodales où tant de rois sont entassés! Un siècle mécréant les a dérangés de l'éternel repos (Nerval,Illuminés,1852, p.398).
Emploi subst. Ils ont psalmodié une espèce de prière et envoyé force baisers vers l'image [une photographie de la Vierge]. Tout cela bien fort afin que cette mécréante de MmeBouni-Reclus n'en perde rien (Gide,Journal,1915, p.520).Presque tous les catholiques, hommes ou femmes, ont eux aussi cette réaction: vouloir prouver aux mécréants qu'ils sont désespérés (Montherl.,Pitié femmes,1936, p.1145).
P. anal. Personne sceptique sur un point autre que la religion. Pendant plus de trois mois les salons du faubourg Saint-Germain me regardèrent comme un mécréant, parce que je désapprouvais la nomination de leurs ministres (Chateaubr.,Mém.,t. 2, 1848, p.629).Chenavard était un gredin sans foi ni loi, un mécréant (A. France,Révolte anges,1914, p.37).
Prononc. et Orth.: [mekʀeɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Ac. 1694 et 1718: mescreant; dep. 1740: mécréant. Étymol. et Hist. 1. 1119 adj. mescreant «qui croit à une fausse religion» (Ph. de Thaon, Comput, 2728 ds T.-L.); fin xiies. subst. (Sermons St Grégoire sur Ezechiel, 4, 4 ds T.-L.); 2. 1665 adj. «incrédule, qui ne croit pas à la religion» (Molière, Don Juan, III, 1). Part. prés. de mécroire*. Fréq. abs. littér.: 115.
DÉR. 1.
Mécréance, subst. fém.Manque de foi; incrédulité en matière religieuse. J'ai vu passer, dans ma première jeunesse, quelques ingénieurs païens, ou du moins très-profanes, et j'étais fixé dans le préjugé d'une sorte de mécréance polytechnique (Bloy,Journal, 1906, p.293).La nier [la transmigration] est tomber dans l'absurde et la mécréance (Philos., Relig., 1957, p.52-10).La mécréance du charbonnier existe autant que sa foi (Arnoux,Zulma, 1960, p.56). [mekʀeɑ ̃:s]. Att. ds Ac. 1878. 1reattest. début xiies. «incrédulité, incroyance» (St Brendan, 1184 ds T.-L.); de mécréant, suff. -ance*.
2.
Mécréantise, subst. fém.État de celui qui n'a pas la foi. Il aimait le jus flasque de la mécréantise (Verlaine, Œuvres compl., t. 2, Amour, 1888, p.17). [mekʀeɑ ̃ti:z]. 1resattest. ca 1175 «doute» mescreantise (Chronique Ducs Normandie, 5162 ds T.-L.), ca 1220 «état d'une personne qui ne croit pas à la religion» (G.de Cambrai, Barlaam et Josaphat, 326, ibid.); de mécréant, suff. -ise*.

Mécréant, mécréante : définition du Wiktionnaire

Adjectif

mécréant \me.kʁe.ɑ̃\ masculin singulier

  1. (Histoire) Qui n'adhère pas à la foi chrétienne ; s'appliquait surtout aux mahométans.
    • Les peuples mécréants; un païen mécréant — (Mérimée)
  2. Incrédule, qui ne croit pas à la religion, incroyant; sceptique, de façon générale.
    • Sganarelle
      Comment, Monsieur, vous êtes aussi impie en médecine ?
      Dom Juan
      C’est une des grandes erreurs qui soient parmi les hommes.
      Sganarelle
      Quoi ? vous ne croyez pas au séné, ni à la casse, ni au vin émétique ?
      Dom Juan
      Et pourquoi veux-tu que j’y croie ?
      Sganarelle
      Vous avez l’âme bien mécréante. Cependant vous voyez, depuis un temps, que le vin émétique fait bruire ses fuseaux. Ses miracles ont converti les plus incrédules esprits, et il n’y a pas trois semaines que j’en ai vu, moi qui vous parle, un effet merveilleux.
      — (Molière, Don Juan, acte III, scène I)
    • Un siècle mécréant les a dérangés de l'éternel repos. — (Gérard de Nerval, Les Illuminés,1852)
    • La concentration du sacerdoce lucratif en un petit nombre de mains ne pouvait avoir que de mauvais effets. Une aristocratie sacerdotale devient vite irréligieuse et mécréante. — (Ernest Renan, Les Origines de la Bible, 1886, La Loi, suite)

Nom commun

mécréant \me.kʁe.ɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : mécréante)

  1. (Histoire) (Religion) Personne non catholique, ou fidèle non pratiquant.
    • Je m'assure qu'il y avait quelque chevalier du règne de François ler qui regrettait dans son manoir les tournois de la vieille cour, et ces temps où la France s'en allait en guerre contre les mécréants et les infidèles. — (Chateaubriand,Génie du Christianisme,II, I, 5, 1802)
    • — Doucement, frère Brian, par la Sainte Vierge ! vous ne devez pas vous croire en Palestine, dominant ces mécréants de Turcs et ces infidèles de Sarrasins ; nous autres habitants d’une île, nous n’aimons pas les coups, si ce n’est ceux dont la sainte Église châtie ceux qu’elle aime. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • De savants prêtres eux-mêmes m’ont dit spontanément qu’entre Carhaix et Huelgoat, dans l’arrondissement de Châteaulin, « vivent de véritables païens », des êtres d’une indépendance farouche, « des mécréants dont beaucoup, ne font même plus leurs Pâques ». — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Ni Arsène André, ni Victor Mouria n’étaient à la grand’messe ; c’étaient à peu près les seuls absents et Amélie Bayet se réjouit en soi-même de n’être pas la femme d’un tel mécréant — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Il se trouva, cependant, des seigneurs ecclésiastiques, tels l’abbesse de Saintes (1272) qui, ne pouvant tolérer la vue des mécréants, prièrent le roi de les débarrasser de leurs juifs. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. (Religion) Personne qui ne croit pas à la révélation, ou qui n'obéit pas aux préceptes moraux du groupe dominant, qui en découlent.
    • Biron, avec de la grâce, de la capacité à la guerre, était fort débauché, fort mécréant. — (Saint-Simon, Mémoires, 450, 53,)
    • Si le Ciel a enduré toute la nation de ces mécréants au cou serré pendant plus d’années que n’en saurait compter un laïque, nous pouvons bien, pendant quelques heures, endurer la présence d’un seul ; […]. — (Walter Scott, Ivanhoé,1819, trad. Marie de Fernand,1860)
    • Il délivrait des princesses retenues dans des grottes, punissait des mécréants, secourait les orphelins et les veuves, et se défendait à la fois de la perfidie des nains et de la force des géants. Conservateur des mœurs comme protecteur des faibles, quand il passait devant le château d'une dame de mauvaise renommée, il faisait aux portes une note d'infamie. — (Chateaubriand,Génie du Christianisme,1802)
    • Nos curés, jusqu’à ce jour, étaient-ils mécréants, hérétiques, impies, ou prêtres catholiques, aussi sages pour le moins que des séminaristes ? ils ont approuvé de tels plaisirs et pris part à nos amusements, qui ne pouvaient scandaliser que les élèves du Picpus. — (Paul-Louis Courier, Pamphlets politiques VII, Pétition à la Chambre des députés pour les villageois que l'on empêche de danser. (1822), in Lettres et pamphlets, s.d. [1910 ?])
  3. (Par extension) (péjoratif) Personne mise à l'écart parce que ses opinions ou son attitude ne concordent pas avec celles du groupe ou de la majorité du moment.
    • Les peureux avaient eu tant de frayeur de Bonaparte, qu'ils avaient pris le massacreur de Lyon [Fouché] pour un Titus. Pendant plus de trois mois les salons du faubourg Saint−Germain me regardèrent comme un mécréant parce que je désapprouvais la nomination de leurs ministres. — (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-tombe, 2ème Partie, Livre 23 Chapitre 20, 1848)
  4. (Terme dépréciatif, ou fièrement revendiqué) Homme sans principes, qui passe pour sans religion, ni moralité. Un esprit fort.
    • Bilot allait répondre, mais le jeune duc prévit la phrase de l'hôtelier et continua. « À quoi bon finasser avec un vieux mécréant tel que toi ? Quelle est la femme qui habite cette chambre (…) ? Réponds vite, tu auras une pièce d'or par syllabe. - À ce prix, dit Bilot avec un large rire, il faudrait être bien vertueux (…). Cependant comme je suis tout dévoué à Votre Seigneurie, je n'userai que d'un seul mot : - Isabelle ! — (Théophile Gautier, Le Capitaine Fracasse, 1863)
    • Je n'ai jamais tué, jamais violé non plus,
      Y a déjà quelque temps que je ne vole plus,
      Si l'Éternel existe, en fin de compte, il voit,
      Qu'je m'conduis guère' plus mal que si j'avais la foi.
      — (Georges Brassens, Le mécréant, 1960)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mécréant, mécréante : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÉCRÉANT, ANTE. adj.
Qui ne croit point les dogmes de la religion et qu'on regarde comme impie. Vous avez l'âme mécréante. Substantivement, Un mécréant. Il signifiait autrefois Qui est en dehors de la religion chrétienne et se disait surtout des Mahométans. Les peuples mécréants. Substantivement, Les mécréants.

Mécréant, mécréante : définition du Littré (1872-1877)

MÉCRÉANT (mé-kré-an, an-t') adj.
  • 1Qui croit mal, qui appartient à une autre religion que la religion chrétienne. Les nations mécréantes.

    S. m. Bien à propos s'en vint Ogier en France, Pour le pays des mécréants monder, Rondeau en vieux langage, dans LA BRUY. XI. Ce temps où la France s'en allait en guerre contre les mécréants et les infidèles, Chateaubriand, Génie, II, I, 5.

  • 2Incrédule, qui ne veut pas croire. Vous avez l'âme bien mécréante, Molière, Festin de P. III, 1.

    Qui ne croit pas à la religion. Biron, avec de la grâce, de la capacité à la guerre, était fort débauché, fort mécréant, et le pillage n'est pas chose qui effarouche les Allemands, Saint-Simon, 450, 53. Notre maire, un peu mécréant, à maint sermon répond : néant, Béranger, Mon curé.

    Substantivement, un mécréant, un esprit fort. Malheur au mécréant qui contredit ces grandes vérités [que la Providence fait tout] ! Voltaire, Mél. hist. Déf. de mon oncle, I.

SYNONYME

MÉCRÉANT, INFIDÈLE. Les mécréants sont ceux qui croient mal, les infidèles sont ceux qui n'ont pas la vraie foi ; en ce sens ces mots sont synonymes, mais ne se disent que des idolâtres, des païens et des musulmans, et non des hérétiques ou schismatiques. Mécréant et infidèle sont encore synonymes quand ils signifient celui qui ne croit pas à la religion révélée. La seule différence est que mécréant étant le terme ancien a pris quelque chose de familier et d'ironique, que n'a pas infidèle qui est plutôt du langage soutenu.

HISTORIQUE

XIIe s. Illoc jura li paiens mescreant…, Roncisv. 28.

XIIIe s. Et li tiers ot non Jehan qui fu mauvais et mescreans et mal creans en Dieu, Chron. de Rains, p. 8. Si que, par droite justice et par droit jugement de sainte Eglise, il soient condampné et tenu por mescreant, Beaumanoir, XI, 25.

XIVe s. Nul mescreant ne doibt estre contrainct par guerre ne aultrement pour venir à la foi catholique, Songe du Vergier, I, 54.

XVe s. Les plus grands des royaumes mescreans dont on eut la connoissance, Froissart, II, III, 25.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « mécréant »

Étymologie de mécréant - Wiktionnaire

(1080) De l’ancien français mescreant, participe présent de l’ancien verbe mescroire, → voir mécroire. [1]
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de mécréant - Littré

Mes… préfixe, et creant, prononciation normande de croyant ; provenc. mescreant ; ital. miscredente.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mécréant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mécréant mekreɑ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « mécréant »

  • S’il y a des mots qu’on est content de voir ressurgir dans la langue, il en est d’autres dont on se passerait volontiers. Ainsi de la «mécréance», sinistrement remise au goût du jour par la prose de Daech. Est mécréant, au sens littéral, celui qui croit mal, qui a une mauvaise croyance, bref, toute personne qui ne croit pas comme vous. On est toujours le mécréant de quelqu’un. Le (bon) croyant, au contraire, serait donc celui qui adhère totalement à votre foi, adore votre Dieu et obéit à vos interdits. C’est ainsi que le mot «mécréant», dans le vertige d’une subjectivité débridée, ne vaut qu’en fonction du locuteur : juif, musulman, chrétien, athée, le mécréant, c’est l’autre. Libération.fr, On est toujours le «mécréant» de quelqu’un - Libération
  • Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, qui continue de réciter le Rosaire à l’intention du Liban, a fait part de sa consternation hier, après le suicide de deux hommes, victimes de la crise socio-économique qui secoue le pays. « Il nous est pénible d’apprendre que deux hommes ont mis fin à leurs jours au Liban à cause d’une situation socio-économique désastreuse. Un passage pareil à l’acte est une honte pour le Liban, et ce que l’un d’eux a écrit, “je ne suis pas un mécréant”, montre toute l’ampleur de la responsabilité qui incombe aux Libanais, notamment les responsables. » « Il est du devoir de chaque individu, notamment les responsables, de ne pas être la cause d’un désespoir mortel », a poursuivi le patriarche. Mgr Raï a réaffirmé que c’est la crise politique « qui est à l’origine de la dégradation économique, sociale et financière dans le pays », avant d’appeler les dirigeants libanais à revenir à leurs consciences. L'Orient-Le Jour, Raï : Aux responsables de ne pas être la cause d’un désespoir mortel - L'Orient-Le Jour
  • Puisqu’on m’accuse de trahison envers la religion de Mahomet, autant l’assumer tout de suite : je suis un mécréant. J'ai cessé d'être musulman. L'ai-je vraiment été ? Non. Un peu. De force. On m'a obligé à l'être. Enfant, j'ai joué le jeu. Je n'avais pas le choix. J'ai appris à réciter, mécaniquement, comme mes camarades, des sourates et des hadiths. C'était seulement pour des notes, pour ne pas échouer. L'école algérienne voulait faire de moi un croyant, domptable à souhait, un soumis. Raté. J'ai résisté avec mes moyens et, surtout, grâce à la chanson kabyle engagée, au barde Matoub Lounès et aux valeurs de mes ancêtres. Marianne, Je suis un mécréant et je l'assume | Marianne
  • Un jeune homme de 22 ans a été retrouvé mort samedi soir à son domicile, dans le quartier de Ayrouniyé, dans la périphérie de Tripoli. Touché à la tête par une balle, il est décédé lors de son transfert à l’hôpital gouvernemental de Tripoli. Selon la chaîne locale d’information LBCI, le jeune homme, originaire de Denniyé (Nord), se serait suicidé. Ces dernières semaines, plusieurs personnes ont mis fin à leurs jours par désespoir, face à la crise économique et sociale qui frappe durement le Liban. Il y a dix jours, un suicide en pleine rue à Beyrouth avait choqué l’opinion publique. Dans la rue Hamra, qui d’habitude grouille de passants, un homme de 61 ans originaire du Hermel, dans la Békaa, s’était tué d’un coup de feu alors qu’il était sur le trottoir. Une copie d’un casier judiciaire vierge appartenant au sexagénaire ainsi qu’une note avaient été trouvées sur lui : « Je ne suis pas un mécréant, c’est la faim qui est mécréante. » Le même jour, un homme de 37 ans, conducteur de van et père d’une fille de 7 ans, s’était pendu à Jadra, dans la région de Saïda. L'Orient-Le Jour, Un jeune retrouvé mort dans la région de Tripoli, la thèse du suicide évoquée - L'Orient-Le Jour
  • « Je ne suis pas un mécréant, c’est la faim qui est une mécréante. » En écrivant cette phrase sur sa poitrine, A.H., 61 ans, avant de se suicider a donné une leçon au monde entier. Qu’il y ait ajouté une note religieuse (mécréant) ne fait que renforcer aux yeux des Libanais la nécessité de se poser des questions et de ne pas trouver vite une réponse d’ordre religieux ou médical. L'Orient-Le Jour, Non, ces suicides ne sont pas une maladie - L'Orient-Le Jour
  • Destino, le destin, qui me fascine, moi le mécréant. , MotoGP 2020 : Dovizioso déjà en selle ! « La Forza del Destino » !
  • Sur l’asphalte, les messages des manifestants. « Je ne suis pas un mécréant », peut-on notamment lire. L'Orient-Le Jour, Après le suicide de deux Libanais, que faut-il encore pour réveiller la conscience du pouvoir ? - L'Orient-Le Jour

Traductions du mot « mécréant »

Langue Traduction
Corse incredulissimu
Basque sinesgogor
Japonais 不信者
Russe неверующий
Portugais descrente
Arabe كافر
Chinois 不信
Allemand ungläubiger
Italien miscredente
Espagnol incrédulo
Anglais disbeliever
Source : Google Translate API

Synonymes de « mécréant »

Source : synonymes de mécréant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mécréant »



mots du mois

Mots similaires