Impie : définition de impie


Impie : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

IMPIE, adj.

A. − Qui méprise, qui rejette sa propre religion ou la religion officielle. Anton. pieux.L'impie Érisichton qui, sans craindre Cérès, Osa porter la hache à ses saintes forêts (Chénier, Bucoliques,1794, p. 58).La secte impie des Cathares que l'Église (...) punissait sévèrement (A. France, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 243).V. apostropher ex. 1 :
1. ... et sans doute, lorsque la colère divine se déchaîna sur Sodome et sur Gomorrhe, se trouva-t-il dans les cités impies des pécheurs assez endurcis pour prétendre que la pluie de feu qui réduisait leurs villes en cendres n'était qu'une précipitation atmosphérique ou un météore. Sartre, Mort ds âme,1949, p. 237.
Emploi subst. Jamais un mot de raillerie sur les choses religieuses n'est sorti de mes lèvres. Je suis un incroyant, je ne suis pas un impie (Feuillet, Morte,1886, pp. 76-77).[Le] Tartare, séjour des impies (A. France, Île ping.,1908, p. 161) :
2. ... nous aurons la douleur de voir mourir ce malheureux Tascheron en impie, il vociférera les plus horribles imprécations contre la Religion, il accablera d'injures le pauvre abbé Pascal, il crachera sur le crucifix, il reniera tout, même l'enfer. Balzac, Curé vill.,1839, p. 74.
P. ext.
Qui manifeste le mépris, le rejet de sa propre religion ou de la religion officielle. Leur bouche impie a vomi ce blasphème (Ac.). Ce qu'il ne faut pas lire, ce sont les livres impies... les livres contre la religion... Tenez, par exemple Voltaire (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 254) :
3. Vainqueurs des meilleurs soldats de l'Europe, nous versions le sang des moines avec cette rage impie que la France tenait des bouffonneries de Voltaire et de la démence athée de la Terreur. Chateaubr., Congrès Vérone, t. 1, 1838, p. 9.
Caractérisé par le mépris, le rejet de sa propre religion ou de la religion officielle. Ô dix-huitième siècle, impie et châtié! Société sans dieu, qui par Dieu fus frappée! (Hugo, Rayons et ombres,1840, p. 1041) :
4. La transgression des lois d'en haut vient retentir Sur la terre et la fait logiquement pâtir. Si les vignes de ces jours impies dépérissent C'est que jamais ne fut plus âpre l'avarice. Jammes, Géorgiques, chant 2, 1911, p. 35.
B. − Qui ne respecte pas certaines valeurs communément admises. J'ai vu des gens impies manger de cela [une dinde truffée] sans se mettre à genoux devant (Murger, Scène vie boh.,1851, p. 283).La Tourgue était le manoir de famille des Gauvain (...). Serait-il [Gauvain] impie envers cette demeure jusqu'à la mettre en cendres? (Hugo, Quatre-vingt-treize,1874, p. 92) :
5. ... la moitié des peintures proposées à notre admiration sont, ou usées, ou falsifiées par la faute des restaurateurs impies dont la plupart exercèrent leurs ravages au début du xixesiècle. Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 39.
P. ext. Qui va à l'encontre de valeurs communément admises. Synon. sacrilège.[Lepelletier] faisant une allusion impie à l'Académie, me présente à ses lecteurs comme désormais apte à figurer dans une assemblée de vieillards vilains (Verlaine, Œuvres posth., t. 2, Crit. et conf., 1896, p. 365).Toutes les guerres sont impies, nous demeurerons les gardiens de l'amour et les martyrs de la paix (Sartre, Diable et Bon Dieu,1951, III, 7etabl., 1, p. 204) :
6. ... je tiens pour impie le vers de Musset tant prôné : « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux », et n'admets pas que l'homme sous les coups de l'adversité se laisse abattre. Gide, Nouv. Nourr.,1935, p. 284.
Prononc. et Orth. : [ε ̃pi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Adj. a) xves. « qui montre du mépris pour la religion, qui n'a pas de religion » (d'apr. Bl.-W.1-5) [attesté indirectement par impieux (1482, G. Flamang, La vie et la passion de Mgr. Saint Didier, éd. J. Carnaudet, 363 − 1660, Oudin Esp.-Fr., s.v. impio), altération de impie sous l'infl. de pieux*]; b) 1606 « qui offense ce que tout le monde respecte » (Crespin); 2. subst. a) 1544 « personne sans pitié » (M. Scève, Delie, éd. E. Parturier, CCCXXXI, 2); b) av. 1636 « personne impie » (Satires françaises du 17es., éd. F. Fleuret et L. Perceau, t. 1, p. 230). Empr. au lat. class.impius « qui manque aux devoirs de piété, sacrilège », dér., à l'aide du préf. in- à valeur négative, de l'adj. pius (v. pieux). Fréq. abs. littér. : 788. Fréq. rel. littér. : xixes.; a) 1 818, b) 1 119; xxes. : a) 1 053, b) 565.

Impie : définition du Wiktionnaire

Adjectif

impie \ɛ̃.pi\ masculin et féminin identiques

  1. Incroyant, blasphématoire, qui a du mépris pour les choses de la religion.
    • D’après ce point de vue, chassant, comme frivole et même comme impie, cette idée, que la force tangentielle a pu être communiquée directement aux planètes par le doigt de Dieu je considère cette force comme naissant de la rotation des astres ; […]. — (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire, 1864)
    • Intérieurement, le prêtre se réjouissait : il allait regrouper ses ouailles pas tellement impies, en vérité. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Par extension) Se dit aussi des choses.
    • Leur bouche impie a vomi ce blasphème. — Il osa porter sur eux ses mains impies. — Sentiments impies. — Pensées impies.
  3. (Par extension) Qui offense la patrie, l’autorité paternelle et, en général, les choses considérées comme sacrées.
    • Porter les armes contre sa patrie est une chose impie. — Cette doctrine sur la famille est une doctrine impie. — Ce complot impie fut découvert.

Nom commun

impie \ɛ̃.pi\ masculin et féminin identiques

  1. Personne impie.
    • Sganarelle — Apprenez de moi, qui suis votre valet, que le Ciel punit tôt, ou tard les impies, qu'une méchante vie amène une méchante mort. — (Molière, Don Juan, acte I scène II)
    • Non, ils ne voulaient rien savoir ni les uns, ni les autres ; ils étaient comme les impies du psaume : In exitu Israël de Ægypto, ils avaient des oreilles et n’entendaient point, des yeux et ne voulaient point voir. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • L'opposition entre le juste et le pêcheur, ou le croyant et l’impie, implique qu'aucune entité incroyante ne saurait être tolérée. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.52)
  2. (Spécialement) Personne d'une autre religion ou d'un autre rite.
    • J’entends crier de toute part à l’impiété. Le chrétien est impie en Asie, le musulman en Europe, le papiste à Londres, le calviniste à Paris, le janséniste au haut de la rue Saint-Jacques, le moliniste au fond du faubourg Saint-Médard. Qu’est-ce donc qu’un impie ? Tout le monde l’est-il, ou personne ? — (Denis Diderot, Pensées philosophiques, Texte établi par J. Assézat, Garnier, 1875-77)

Adverbe

impie \Prononciation ?\

  1. Impieusement.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Impie : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IMPIE. adj. des deux genres
. Qui n'a point de religion, qui a du mépris pour les choses de la religion. C'est un homme impie. Un esprit impie. Par extension, Leur bouche impie a vomi ce blasphème. Il osa porter sur eux ses mains impies. Substantivement, Un impie, une impie. Il signifie également Qui dénote du mépris pour la religion. Sentiments impies. Pensées impies. Paroles impies. Ouvrage impie. Actions impies. Par extension, il signifie Qui offense la patrie, l'autorité paternelle, et en général les choses considérées comme une sorte de religion. Porter les armes contre sa patrie est une chose impie. Cette doctrine sur la famille est une doctrine impie. Ce complot impie fut découvert.

Impie : définition du Littré (1872-1877)

IMPIE (in-pie) adj.
  • 1Qui s'élève contre la Divinité. Ils [les Juifs] conjuraient le Seigneur de les délivrer de l'impie Nicanor, Sacy, Bible, Machab. II, 8. Pourquoi me déchirez-vous par vos blasphèmes, nation impie ? Bossuet, Anne de Gonz. Rions, chantons, dit cette troupe impie ; De fleurs en fleurs, de plaisirs en plaisirs Promenons nos désirs, Racine, Athal. II, 9.

    Il se dit dans le style poétique ou soutenu de ce qui appartient aux personnes impies. Il osa porter sur le prêtre sa main impie.

    Substantivement. Un impie. Une impie. Vous fuirez le mensonge, vous ne ferez point mourir l'innocent et le juste, parce qu'il abhorre l'impie, Sacy, Bible, Exode, XXIII, 7. Où en sont donc les impies et quelle assurance ont-ils contre la vengeance éternelle dont on les menace ? Bossuet, Anne de Gonz. J'ai vu l'impie adoré sur la terre ; Pareil au cèdre, il cachait dans les cieux Son front audacieux, Racine, Esth. III, 9. Le bonheur de l'impie est toujours agité ; Il erre à la merci de sa propre inconstance, Racine, ib. II, 9. Nulle paix pour l'impie ; il la cherche ; elle fuit, Et le calme en son cœur ne trouve pas de place, Racine, ib. II, 9. Eh bien, de cette impie a-t-on puni l'audace ? Racine, Ath. V, 8.

  • 2En parlant des choses, qui est contraire à la religion ; qui offense la religion. Il est sûr, mon père, que je n'ai rien dit pour soutenir ces propositions impies [les cinq propositions condamnées par le pape], que je déteste de tout mon cœur, Pascal, Prov. XVII. Les Juifs qui résistèrent courageusement aux ordres impies du roi, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VIII, p. 667, dans POUGENS.

    Par extension, il se dit de ce qui offense la patrie, la dignité paternelle, et tout ce qui est considéré comme une sorte de religion. Ce prétendu règne de Christ, inconnu jusques alors au christianisme, qui devait anéantir toute la royauté, et égaler tous les hommes, songe séditieux des indépendants, et leur chimère impie et sacrilége, Bossuet, Reine d'Anglet. Pourquoi ta bouche impie A-t-elle en l'accusant osé noircir sa vie ? Racine, Phèd. IV, 6. Qu'ils viennent donc sur moi prouver leur zèle impie, Racine, Iphig. V, 7. De ce complot impie Le ciel va découvrir toutes les profondeurs, Voltaire, Brut. V, 1. Connaissez vos destins et cette femme impie… de son époux elle a tranché la vie, Voltaire, Sémir. IV, 2.

SYNONYME

IMPIE, IRRÉLIGIEUX, INCRÉDULE. L'impie s'élève contre la Divinité ; l'homme irréligieux rejette toute espèce de culte et d'adoration ; l'incrédule en matière de religion rejette la croyance qui lui a été enseignée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Impie : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

IMPIE, adj. (Gram.) Celui qui médit d’un Dieu qu’il adore au fond de son cœur. Il ne faut pas confondre l’incrédule & l’impie. L’incrédule est un homme à plaindre ; l’impie est un méchant à mépriser. Les chrétiens qui savent que la foi est le plus grand de tous les dons, doivent être plus circonspects que les autres hommes, dans l’application de cette injurieuse épithete. Ils n’ignorent pas qu’elle devient une espece de dénonciation, & qu’on compromet la fortune, le repos, la liberté, & même la vie de celui qu’on se plaît à traduire comme un impie. Il y a beaucoup de livres hétérodoxes, il y a peu de livres impies. On ne doit regarder comme impies que les ouvrages où l’auteur inconséquent & hérétique blasphême contre la religion qu’il avoue. Un homme a ses doutes ; il les propose au public. Il me semble qu’au lieu de brûler son livre, il vaudroit beaucoup mieux l’envoyer en sorbonne, pour qu’on en préparât une édition où l’on verroit, d’un côté les objections de l’auteur, de l’autre les réponses des docteurs. Que nous apprennent une censure qui proscrit, un arrêt qui condamne au feu ? rien. Ne seroit-ce pas le comble de la témérité, que de douter que nos habiles théologiens dispersassent comme la poussiere toutes les misérables subtilités du mécréant. Il en seroit ramené dans le sein de l’Eglise, & tous les fideles édifiés s’en fortifieroient encore dans leur foi. Un homme de goût avoit proposé à l’académie françoise une occupation bien digne d’elle, c’étoit de publier de nos meilleurs auteurs, des éditions où ils remarqueroient toutes les fautes de langue qui leur auroient échappé. J’oserois proposer à la sorbonne un projet bien digne d’elle, & d’une toute autre importance ; ce seroit de nous donner des éditions de nos hétérodoxes les plus célebres, avec une réfutation, page à page. D’impie on fait impieté.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « impie »

Étymologie de impie - Littré

Ital. empio ; du latin impius, de in négatif, et pius, pieux (voy. PIE, adj.).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de impie - Wiktionnaire

De impius avec le suffixe -e.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de impie - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin impius (« impie, sacrilège »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « impie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
impie ɛ̃pi play_arrow

Citations contenant le mot « impie »

  • Adoubé par de jeunes nymphettes dans les jardins de la Cathédrale du même nom qui furent sa première scène, Frank de La Treille, ménestrel anachronique ne joue pas un rock chrétien mais donne le la à une folk impie qui baigne dans une Tamise remplie au LSD et à des boogies hérétiques qui dérivent sur le delta d’un Mississippi dans lequel coulerait du vieux rhum. Unidivers, Concert Mascaraa + Frank de La Treille Le bidule Lille vendredi 17 juillet 2020
  • Autrefois, la station spatiale Irid Novo était le summum de l’exploit humain. Ses ruines sont maintenant envahies par de cruelles entités interdimensionnelles qui agissent comme des marionnettes des dieux cosmiques malveillants. Ainsi, vous avez été créé par l’Auteur, imprimé organiquement sur Irid Novo, et envoyé en mission pour découvrir la série d’événements impie qui a conduit à l’incident catastrophique connu sous le nom de Fusion. XboxSquad.fr, Hellpoint : disponible en précommande et pas de 4K sur Xbox One X
  • Autant l’avouer tout de suite, le sujet de la salade niçoise est explosif tant sa composition prête à des polémiques sans fin. Pour nous-même, béotien des confins de l’Est, la chose a longtemps consisté en un plâtra aussi infâme qu’impie, à savoir un méprisable mélange de riz, de thon et de concombre. Excommunié d’office du comté de Nice, on a vite découvert qu’on était nombreux à avoir bafoué la niçoise qui, mine de rien, a subi pas mal d’outrages à travers le temps: «Aujourd’hui, si un chef amoureux d’authenticité s’amusait à présenter une véritable «salada nissarda», les clients iraient le voir en cuisine et lui diraient «Dites donc, chef, c’est ça une niçoise? Le thon, où est-il? Et les haricots verts? Et les pommes de terre? Comment? Une niçoise sans pommes de terr ! Et l’assaisonnement, où est-il l’assaisonnement? Vous avez même oublié le vinaigre! Il n’y a rien dans cette salade!», galèje Gui Gedda dans son excellent Coup de mistral sur la cuisine provençale (1). Ce chef érudit, issu d’une lignée de cuisiniers, rappelle que dans la salade niçoise de ses grands-parents, il y avait surtout en quantité des tomates, du mesclun et des oignons blancs et que l’assaisonnement était fait uniquement d’huile et d’anchois. Pour autant, Gui Gedda n’est pas hostile à son évolution: «Il était nécessaire de refaçonner cet ensemble merveilleux de crudités pour le remettre au goût du jour. Ce n’est pas pour cette raison que je me rangerai du côté des tenants de la cuisine cosmopolite qui rajoutent, dans cette excellente salade, du riz, des grains de maïs et de la semoule de blé dur! Pourquoi pas du soja… Là, on dénature notre grande salade niçoise. D’illustres novateurs ont ajouté à la salade niçoise le haricot vert et le thon. Ces deux produits font un mariage d’amour avec la salade du soleil. Si nos vieux se privaient de thon, c’est qu’il était trop cher.» Libération.fr, La vraie salade niçoise - Culture / Next
  • Toutes les guerres sont impies. De Jean-Paul Sartre / Le diable et le bon Dieu
  • Le sacrilège, la seule manière que les impies ont encore d’être dévots. De Marcel Jouhandeau
  • Pour un mort sept jours de deuil ; pour le sot et pour l'impie tous les jours de leur vie. De La Bible / L'Ecclésiastique
  • Celui qui instruit le moqueur se fait injure, et celui qui reprend l'impie se déshonore lui-même. De La Bible / Le livre des proverbes
  • Le bonheur de l'impie est toujours agité, Il erre à la merci de sa propre inconstance. De Jean Racine / Esther
  • Toute pensée qui n'est pas chargée d'amour semble impie. De André Gide / Journal

Traductions du mot « impie »

Langue Traduction
Corse impiccatu
Basque impious
Japonais 不敬な
Russe нечестивый
Portugais ímpio
Arabe شرير
Chinois 无礼的
Allemand gottlos
Italien empio
Espagnol impío
Anglais impious
Source : Google Translate API

Synonymes de « impie »

Source : synonymes de impie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « impie »



mots du mois

Mots similaires