La langue française

Malle

Sommaire

  • Définitions du mot malle
  • Étymologie de « malle »
  • Phonétique de « malle »
  • Citations contenant le mot « malle »
  • Images d'illustration du mot « malle »
  • Traductions du mot « malle »
  • Synonymes de « malle »

Définitions du mot malle

Trésor de la Langue Française informatisé

MALLE, subst. fém.

I.
A.− Coffre résistant et lourd, généralement rectangulaire, plus long que haut, dans lequel on enferme les effets et les vêtements qu'on emporte en voyage. Malle de cuir, de bois, d'osier; malle cerclée; malle à couvercle bombé; boucler, fermer sa malle. Le même homme, qui paie largement un porteur de malles, affirme que les cheminots peuvent vivre sans se priver avec ce que la compagnie leur donne (Alain, Propos,1910, p. 96):
1. En quittant Soissons, nous avons fait changer le chargement de la voiture. Ma malle, qui est vieille, avait été mise sur le côté, les pitons avaient cédé, elle s'était ouverte... Hugo, Corresp.,1825, p. 416.
En partic. Malle de cabine. Malle utilisée pour les voyages en bateau. Trois malles de cabine, trois malles et deux caisses dans la soute (Claudel, Part. midi,1949, i, p. 1074).
Pop. Bouche. Fermer sa malle. Se taire :
2. ... les deux mendiants, impassibles et le visage tourné vers le public, échangent, sans se regarder, le colloque suivant : L'homme, bas : Panier! La femme, bas : Turbot! L'homme, bas : C'est bon! Ferme ta malle! Courteline, Conv. Alceste,Cinquantaine, 1895, p. 218.
Malle-poste*.
Malle des Indes. ,,Ensemble du service, chemins de fer et bateaux assurant le courrier des Indes`` (Gruss 1952).
Région. (Canada). Poste, bureau de poste. Mettre une lettre à la malle. Jacques, tu as oublié d'aller à la malle. Tu iras après le souper. Avais-je entendu cette phrase? Ne l'avais-je pas entendue? Inconsciemment, oui, puisque je me rendis au bureau de poste, sitôt le souper fini (A. Thério, Les brèves années,1953, p. 10 ds Richesses Québec 1982).Courrier. Elle vous lançait des lettres dans les casiers sans regarder, il devait s'égarer des tas de choses! Quand c'était moinsieur Désiré qui distribuait la malle, Vézine laissait passer tous les usagers dans l'espoir qu'on viendrait remplacer le maître de poste (M. Trudel, Vézine,1946, p. 173, ds Richesses Québec 1982).
B.− P. méton. Faire sa malle. Ranger dans sa malle ce qu'on veut emporter en voyage. Il se décida à partir pour le Languedoc, fit sa malle et alla à la poste (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 346).Défaire sa malle. Retirer les effets qu'elle contient. Elle rentre chez elle et constate, en défaisant sa malle, qu'elle avait emporté la médaille, sans savoir comment (Freud, Introd. psychanal.,trad. par S. Jankélévitch, 1923, p. 67).
Loc. fig., arg. ou pop.
a) Faire sa malle, se faire la malle. Partir, s'en aller sans prévenir, filer à l'anglaise (d'apr. Simonin, J. Bazin, Voilà taxi! 1935, p. 218).
Mourir. (Ds Esn. 1966).
b) Faire la malle à qqn. L'abandonner, le quitter. Alors cette pauvre gonzesse [qui se croit trahie] fait la malle au bonhomme [,] qui est au ballon sans assistance (Dussort, Preuves exist.,1927, p. 71).Aux rides que je constatais sur les meubles, j'avais compris : Lucette m'avait fait la malle (Pt Simonin ill.,1957, p. 189).
II.− Vieilli. Coffre de sapin, porté à dos, dans lequel les merciers ambulants mettent leurs marchandises. (Dict. xixeet xxes.).
Arg. et pop.
Salle de police, prison. [Le capitaine :] (...) Et vous le ferez coucher quatre jours à la malle, qu'on ait le temps de changer sa fourniture [pouilleuse] (Bruant1901, p. 365):
3. Ivre, c'était une autre histoire. Il entrait comme un coup de vent; (...) − En voilà une chambrée! Quelle bauge! Je n'ai que des cochons dans mon escadron! Nom de Dieu, il faut en finir; tout le peloton couchera à la malle, ce soir! Courteline, Train 8 h 47,Jusqu'à la gauche, 1884, I, p. 166.
Malle à quatre nœuds Mouchoir. Il a retiré ses éconocroques de la malle à quatre nœuds (Sandry-Carr.1963, p. 112).
Balluchon. On est partis tranquilles, avec le minimum de bagages, ce qu'on appelait autrefois la malle à quatre nœuds : un grand mouchoir noué aux quatre coins, une chemise dedans, une paire de chaussettes, un slip et c'était tout (F. Guillo, Le P'tit Francis,p. 62-63 ds Rey-Chantr. Expr. 1979).
III.− Synon. de coffre (v. ce mot A 3).Malle arrière. Les voitures sont, en 1936, munies de malles incorporées à la carrosserie et qui évitent de recourir aux porte-bagages (Tinard, Automob.,1951, p. 334):
4. La réparation d'un véhicule accidenté est plus ou moins facile. Aussi les panneaux des cars sont démontables aisément, les ailes, capots, pare-chocs ou malles arrière aussi. Chapelain, Techn. automob.,1956, p. 298.
REM.
Maller, verbe intrans.,région. (Canada). Mettre à la poste. Maller une lettre. Je te remercie bien de la montre française que tu m'as mallée (J.-J. Richard, Neuf jours...,1972, p. 36 ds Richesses Québec 1982).
Prononc. et Orth. : [mal]. Homon. mal. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. [Fin xies. male « sac en cuir » (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1)]; 2. ca 1135 « coffre en bois ou en cuir pour emporter les effets de voyage » (Couronnement de Louis, éd. Y. G. Lepage, Rédaction AB, 1332); ca 1200 malle (Aiol, éd. J. Normand et G. Raynaud, 9479); 3. au fig. a) α) 1745 faire ses malles « se préparer à partir » (Diderot, Principe de la philosophie morale ds Œuvres. éd. Naigeon (1798), t. 9. p. 374); β) 1927 faire la malle (à qqn) « abandonner (quelqu'un) » (Dussort, loc. cit.); γ) 1935 se faire la malle, faire sa malle « filer à l'anglaise » (Simonin, J. Bazin, loc. cit.); b) α) 1660 troussé en male « mort » (Oudin Curiositez); β) 1883 faire sa malle « mourir » (Larchey, Dict. hist. arg., 2eSuppl., p. 93); 4. 1884 arg. « salle de police » (Courteline, Train 8 h 47, Au chose, p. 233). B. 1. 1793 « malle-poste » (Décret ds Fr. mod. t. 22 (1954), p. 305); 2. a) 1850 malle des Indes (Flaub., Corresp., p. 212); b) 1923 « service maritime entre Calais et Douvres » (Maurois, Ariel, p. 172). De l'a. b. frq. *malha; cf. a. h. all., ags. mal(a)ha « besace, sacoche »; m. néerl. male « sac de voyage, coffre; ventre d'un animal »; néerl. maal « sac, sacoche, coffre ». Le sens de « mourir » est prob. issu des loc. trousser quelque chose en male « enlever par surprise » (xvies. ds Hug.) et être troussé en male (1660, Oudin Curiositez). Fréq. abs. littér. : 1 114. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 971, b) 2 421; xxes. : a) 2 339, b) 1 203.

Wiktionnaire

Nom commun

malle \mal\ féminin

  1. Coffre dont on se sert en voyage pour le transport de ses effets.
    • À toute allure les autobus, les omnibus et les charrettes de commissionnaires voituraient malles et valises vers la gare ; sur les quai envahis, l’exode des hiverneurs d’élite se heurtait à la bousculade des voyageurs de toute espèce. — (Paul Margueritte, Jouir, 1918, T. 2, p. 260)
    • J’avais acheté des malles. Elles étaient remplies de souvenirs : coffrets, tapis d’aloès, cannes en bois d’amourette, écaille travaillée par Belon, de Marseille. — (Albert Londres, L’Homme qui s’évada, page 40, Les éditions de France, 1928)
    • Sous le hangar, autour de quelques malles éparses, trop aisément classées, errent des fantômes de douaniers, mâchant nonchalamment leur chewing-gum. — (André Maurois, Chantiers américains, 1933)
  2. (Par ellipse) (Histoire) Malle-poste.
    • Le mercredi matin, La Brière était arrivé par la malle, et à temps, pour déjeuner avec Canalis. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • On nous délivra les passeports, je signifiai courtoisement à ma Dame mon départ prochain, j’embarquais avec Anonyme dans une de ces malles qu’on appelle Messageries, et je n’eus guère le temps de rêvasser, trop occupé à retenir mes côtes que le tressautement des roues mettait en déroute. — (Ippolito Nievo, Anti-aphrodisiaque pour l’amour platonique, 1851 (première parution 1956) ; traduit de l’italien par Muriel Gallot, 1986, p. 176)
  3. (Désuet) Bateau qui emportait le courrier.
    • Le 29, il est arrivé à Londres une malle de ces mêmes Indes, d’où le paquebot partit le 18 Décembre, & a apporté avis de l’arrivée de l’amiral Rodney à Ste Lucie, & qu’au départ de la malle cet amiral alloit faire une expédition importante. — (Journal encyclopédique ou Universel, vol. 2, part. 2, page 273, mars 1781)
    • Ah ! Si je pouvais arriver à temps pour la malle... — (Hergé, L’Île noire, 1943)
  4. Coffre de voiture.
    • On se propose de kidnapper le gestapiste, de le jeter dans la malle arrière de sa voiture et de sortir rapidement de la ville, afin d’éviter des représailles sur Megève. — (Michel Germain, Le Sang de la barbarie, p. 236, La Fontaine de Siloé, 1995)
  5. (Québec) (Familier) (Désuet) Courrier, poste.
    • J’ai reçu une lettre dans la malle, j'ai reçu de la malle aujourd’hui.
    • La malle nous est arrivée hier soir. Merci pour lettre et découpures. — (Correspondance de Rodolphe Lemieux [1907], citée dans René Castonguay, Un diplomate à la découverte du Japon, Québec, Septentrion, 2018, p. 95)
  6. (Québec) (Familier) (Par extension) Endroit où l’on va récupérer le courrier, bureau de poste.
    • Je vais à la malle.

Forme de verbe

malle \mal\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de maller.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de maller.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de maller.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de maller.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de maller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MALLE. n. f.
Coffre dont on se sert en voyage pour le transport de ses effets. Malle de cuir. Malle d'osier. Malle cerclée. On a fouillé dans sa malle. Faire fixer une malle derrière sa voiture. Faire sa malle, Mettre, ranger dans sa malle ce qu'on veut emporter pour son voyage. Boucler sa malle, La fermer, assujettir les courroies qui l'entourent. Défaire sa malle, En tirer les effets qu'elle contient. Malle-poste, ou simplement Malle, Voiture par laquelle l'administration des postes envoyait les lettres aux bureaux de destination et dans laquelle on recevait des voyageurs. Il se dit aujourd'hui des Bateaux qui emportent le courrier. La malle des Indes.

Littré (1872-1877)

MALLE (ma-l') s. f.
  • 1Sorte de coffre de bois, ou de cuir, ou de toile, dont on se sert en voyage pour le transport de ses effets.

    Faire sa malle, mettre, ranger dans sa malle les effets qu'on veut emporter en voyage.

    Par extension. Faire ses malles, se préparer à partir. Madame, faites vos malles ; j'ai eu la maladresse de laisser apercevoir à Philippe que j'en savais plus que lui, Diderot, Princ. de polit. 125.

    Défaire sa malle, en tirer les effets qu'elle contient. Je reviens à la joie que j'eus de recevoir vos deux lettres dans un même paquet, de la main crottée de ce postillon ; je vis défaire la petite malle devant moi, Sévigné, 104.

  • 2Malle-poste, ou, simplement, malle, voiture par laquelle l'administration des postes envoie les lettres aux bureaux d'administration et dans laquelle on reçoit quelques voyageurs. Mais la postérité d'Alfane et de Bayard, Quand ce n'est qu'une rosse est vendue au hasard, …Et va porter la malle ou tirer la charrue, Boileau, Sat. V.

    Courrier de la malle, préposé de l'administration des postes chargé d'accompagner les lettres.

    Malle se dit aussi de tout autre mode de transport des lettres. La malle de l'Inde est arrivée à Marseille.

  • 3Sorte de panier, dans lequel les petits merciers portent leurs marchandises.

    Fig. Il porte toujours sa malle, se dit d'un bossu ; mauvaise plaisanterie tirée des colporteurs qui ont leur malle sur leur dos.

    Fig. Trousser en malle, enlever par surprise et promptement (locution vieillie et qui signifie trousser et emporter à la façon d'une malle). Il trouva de la vaisselle d'argent dans une chambre et la troussa en malle. C'est pourquoi j'eus grand peur qu'on me troussât en malle, Régnier, Sat. X.

    On dit qu'un homme a été troussé en malle, lorsqu'une maladie l'a emporté rapidement (locution vieillie).

  • 4Valise que les courriers et les postillons ont derrière eux, et dans laquelle ils portent les lettres.

HISTORIQUE

XIIIe s. Uns escuiers as degrés de la sale Est descendus, si destrousse sa male, Romancero, p. 46. N'i ot sommiers à coffres ne dras troussés en male, Berte, XXII.

XIVe s. Ce sunt les parties Richart d'Arragon, coffrier : delivré à Regnaudin le Bourguignon, vallet de chambre de la royne, douze malles, c'est assavoir deux pour le lit de la royne, deux pour porter ses materaz, six pour la garderobbe et deux pour damoyselles, 40 sols pour piece vallent 24 livres, De Laborde, Émaux, p. 378.

XVe s. Le mardi tout le jour ordonnerent ils [les Anglais] leurs besognes, et entendirent à leurs chevaux faire referrer et à emplir leurs malles, Froissart, II, II, 215.

XVIe s. Laverdin, aiant mangé en faisant la besogne, trousse en malle son prisonnier, D'Aubigné, Hist. III, 175. Quatre ou cinq gentilshommes se jetterent par commandement sur leur malle [dos], qui leur donnerent tant de coups de baston…, Carloix, II, 18. Ce vaillant prince d'Aumale, Pour avoir fort bien couru, Quoy qu'il ait perdu sa male, N'a pas la mort encouru, Sat. Mén. édit. LABITTE, p. 25.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MALLE. Ajoutez : - REM. Faut-il écrire des malles-poste ou des malles-postes ? Il est certain qu'une malle-poste est une malle de la poste ; par conséquent il est bien préférable de mettre poste au singulier : des malles-poste.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MALLE, s. f. (Gaînier.) espece de coffre de bois rond & long, mais plat par-dessous & par les deux bouts, couvert de cuir, dont on se sert pour mettre des hardes que l’on veut porter en campagne. Voyez Coffre & les Pl. de Coffretier.

Suivant les statuts des maîtres Coffretiers-Malleriers, les malles doivent être de bois de hêtre neuf & sans ourdissure, dont les joints soient au-moins éloignés d’un pouce, bien cuirées par-tout d’une bonne toile trempée en bonne & suffisante colle. Le cuir qui les couvre doit être de pourceau ou de veau passé dans l’alun & tout d’une piece ; elles doivent être ferrées de bon fer blanc ou noir, avec plus ou moins de bandes, suivant leur grandeur. Les couplets & serrures doivent être pareillement bien conditionnés & de forme requise. Voyez Coffretier.

Malle, s. m. (Hist. de France.) Dans la basse latinité mallus, malle, est un vieux mot qui signifie assemblée. M. de Vertot s’en est servi dans une dissertation sur les sermens usités parmi les Francs. On voyoit, dit-il, au milieu du malle ou de l’assemblée une hache d’armes & un bouclier.

Les Francs s’étant jettés dans les Gaules, & n’ayant pas encore de lieu fixe pour leur demeure, campoient dans les champs & s’y assembloient en certains tems de l’année pour regler leurs différends & traiter des affaires importantes. Ils appellerent cette assemblée mallum, du mot mallen, qui signifioit parler, d’où ils avoient fait maal, un discours ; & ensuite on dit mallare ou admallare, pour ajourner quelqu’un à l’assemblée générale. Voyez M. du Cange. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « malle »

Wallon, male ; provenç. espag. et port. mala ; bas-lat. mala ; du germanique : anc. haut allem. malaha, malha, sacoche ; angl. mail ; holl. maal. Le celtique a aussi ce mot : bas-bret. mal ; gaél. mala.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) De l’ancien bas vieux-francique *malha apparenté au moyen néerlandais male et à l'ancien haut allemand mahal (« sac, coffre, ventre »), au néerlandais maal (« sac, sacoche, coffre », « repas »), à mail en anglais.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « malle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
malle mal

Citations contenant le mot « malle »

  • Quand une femme se fait la malle, on regrette surtout ce qu'elle a mis dedans. De Yvan Audouard
  • La postérité, de plus en plus, me paraît ressembler à un voyageur pressé qui fait sa malle, et qui ne peut y faire entrer qu'un petit nombre de volumes choisis. De Charles-Augustin Sainte-Beuve / Causeries du lundi
  • Voici donc à la fois la douce Marguerite et l’impétueuse Margot qui ont le même problème : un père qui n’est pas là. Le premier est prisonnier quelque part, le second a tout simplement quitté le foyer. Un jour d’ennui, elles se retrouvent toutes les deux au même moment au fond d’une vieille malle qui les transporte chacune dans l’époque de l’autre. Les deux ados vont tout faire pour retrouver le père de l’autre en espérant qu’un petit miracle les ramène chez elles. Heureusement, si elles sont différentes, elles ont le même courage et le même esprit d’entreprise. www.paris-normandie.fr, Deux filles se font la malle dans « L’Aventure des Marguerite », un film de Pierre Coré
  • La femme dans la malle, et le mystère qui l'entoure, vont continuer de tourmenter l'esprit de Malcolm. Tout comme la révélation selon laquelle son père l'avait emmené dans les bois pour le tuer lorsqu'il était gamin. Malcolm va essayer de confronter Martin à ce sujet afin de comprendre pourquoi et d'obtenir des réponses, mais les choses vont se compliquer. Je ne veux pas trop spoiler, mais ce qui est certain c'est que le mystère de la femme dans la malle va rester l'un des éléments moteurs de l'intrigue durant le reste de la saison. Et ce que je peux dire c'est que la saison se termine de manière tres forte et ouvre la voie à une saison 2 qui s'annonce très excitante. AlloCiné, Prodigal Son (TF1) : "Le mystère de la femme dans la malle va être résolu" promet Tom Payne - News Séries - AlloCiné
  • Pour découvrir avec certitude ce qui est arrivé à la femme de la malle et qui elle est, il ne faudra plus attendre très longtemps : c'est dans l'épisode 18 (diffusé la semaine prochaine sur TF1) que Malcolm va découvrir toute la vérité et ce sera assez surprenant ! On n'en dira pas plus pour préserver le suspense mais sachez que cette conclusion va aussi permettre l'arrivée dans la série d'un nouveau personnage : Nicholas Endicott, joué par Dermot Mulroney. Et il sera très important dans les derniers épisodes de la saison 1. purebreak.com, Prodigal Son saison 1 : qui est la femme de la malle ? Voici quand on aura la réponse - Purebreak
  • Campinambulle aménage tous les véhicules, même les petits. L'idée est d'installer une malle de voyage avec une cuisine et une couchette, ce qui permet de transformer son véhicule en mini camping-car. Le tout est amovible, on peut l'enlever du véhicule en quelques minutes, et se servir de sa voiture tous les jours. France Bleu, Système C: Campinambulle, voyager autrement
  • Marguerite et Margot ont toutes les deux douze ans, avec chacune sa famille, ses copains, ses problèmes... Et son époque. Car l’une vit en 1942 et l’autre en 2018. Mais c’est sans compter sur une mystérieuse malle magique qui les transporte chacune dans l’époque de l’autre. À 70 ans d’écart, elles se lancent dans une grande aventure pour retrouver leurs présents, explorant l’Histoire, mais aussi la mémoire de leurs familles. , Cinéma Lyon : critique du film Malle du transport : "L’Aventure des Marguerite" avec Clovis Cornillac De Pierre Coré (Fr, 1h26) avec Lila Gueneau, Alice Pol, Clovis Cornillac par Vincent Raymond

Images d'illustration du mot « malle »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « malle »

Langue Traduction
Anglais trunk
Espagnol maletero
Italien baule
Allemand kofferraum
Chinois 树干
Arabe جذع
Portugais tronco
Russe ствол
Japonais トランク
Basque enbor
Corse u troncu
Source : Google Translate API

Synonymes de « malle »

Source : synonymes de malle sur lebonsynonyme.fr
Partager