La langue française

Marmotte

Sommaire

  • Définitions du mot marmotte
  • Étymologie de « marmotte »
  • Phonétique de « marmotte »
  • Citations contenant le mot « marmotte »
  • Images d'illustration du mot « marmotte »
  • Traductions du mot « marmotte »
  • Synonymes de « marmotte »

Définitions du mot marmotte

Trésor de la Langue Française informatisé

MARMOTTE, subst. fém.

I. − Petit mammifère rongeur au pelage beige ou gris, vivant en société dans les pâturages d'altitude, en particulier dans les Alpes, qui émet en cas de danger un sifflement caractéristique et hiberne totalement pendant six mois. Marmotte des Alpes, de Sibérie, du Canada; un terrier de marmotte. La marmotte est un mineur habile dans son oblique souterrain, qui lui sauve le vent de l'hiver (Michelet,Oiseau, 1856, p.209):
1. ... c'est qu'il y en a, par là-haut dans les lapiés, et je les ai vues. Elles ont leurs trous entre les pierres, ces marmottes, c'est malin, disait-il, mais moi!... il y en a une qui est assise en avant des autres pour surveiller ce qui se passe. Quand elle vous voit venir, elle siffle... Ramuz,Derborence, 1934, p. 235.
Rem. Au xviiies., de jeunes Savoyards apprivoisaient des marmottes et les faisaient danser au son d'une musique. Il tourna la tête, et vit venir par le sentier un petit Savoyard d'une dizaine d'années qui chantait, sa vielle au flanc et sa boîte à marmotte sur le dos (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p.134). Un enfant déguenillé qui montrait une marmotte, dans une boîte, lui demanda l'aumône, en souriant (Flaub., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 99).
ZOOL. Genre de mammifère de l'ordre des Rongeurs Rodentia, famille des Sciuridés, qui supporte une très longue période d'hibernation pendant laquelle sa température corporelle s'abaisse de 36 à 8 degrés centigrades et qui perd 25 % de son poids pendant cette période. Les molaires supérieures de la marmotte ont en dedans un gros tubercule, d'où partent deux lignes saillantes, qui vont aboutir à deux tubercules du bord externe (Cuvier,Anat. comp., t. 3, 1805, p. 163).Un froid extérieur intense ne diminue pas notre métabolisme. Ce n'est qu'aux approches de la mort que le corps se refroidit. Au contraire, pendant l'hiver, l'ours, la marmotte et le raton abaissent leur température et entrent dans un état de vie ralentie (Carrel,L'Homme, 1935, p. 95).
P. compar. [En parlant d'une pers. qui aime à dormir, à paresser] Paresseux comme une marmotte. Le vilain temps que nous avons m'avait converti en marmotte. Je ne sortais plus de mon trou, heureux si j'avais eu une pelure aussi épaisse (Mérimée,Lettres Delessert, 1870, p. 204).Je roupille à la façon des marmottes, à peine le nez sur le traversin, avec une stupidité brutale (Arnoux,Rêv. policier amat., 1945, p. 145).
Loc. Dormir comme une marmotte. Dormir très longtemps et profondément. Comment, Sylvie, (...) vous m'avez laissée dormir comme une marmotte! Jamais pareille chose n'est arrivée (Balzac,Goriot, 1835, p. 50).
[En parlant d'une pers. obtuse, boudeuse] Gaspard est tout impulsion. Quoique actif et quoique généreux, il sait bouder, s'entêter, faire la marmotte... jusqu'au jour où la tentation se présente et s'impose (Benjamin,Gaspard, 1915, p. 120).Tu verras toi-même. C'est de la psychologie, comme dit ce farceur de Paul Bourget qui n'a pas plus d'imagination qu'une marmotte et qui est froid comme un poisson (Duhamel,Cécile, 1938, p. 190).
II. − Coffret, malle formée de deux parties dont l'une s'emboîte dans l'autre. J'enverrai chercher la marmotte pour la leur donner, dès que je pourrai ouvrir mes malles (Staël,Lettres div., 1794, p. 651).
En partic. Boîte, valise d'échantillons des colporteurs et des placiers. Y avait là en planque, tous les placiers des environs avec leurs caisses et leurs marmottes... et leur roupiot à la godille, celui qui pousse la petite carriole (Céline,Mort à crédit, 1936, p. 372).On y rencontrait (...) le gros Smit, un Belge jovial, grand amateur de pipes, qui trimballait sa marmotte contenant en strass tous les modèles de la taille des diamants (Cendrars,Homme foudr., 1945, p. 364).
III. − HIST. DU COST. Coiffure de femme du peuple faite d'un mouchoir ou d'un fichu entourant la tête et dont les extrémités sont nouées au-dessus du front ou sous le cou. Je l'engageai alors à se faire simplement une marmotte avec des dentelles noires, et je lui promis de la conduire dans un endroit où personne ne pourrait la reconnaître (Du Camp,Mém. suic., 1853, p. 281).Les deux amis entrèrent dans une luzerne qu'on fanait. Des femmes portant des chapeaux de paille, des marmottes d'Indienne ou des visières de papier, soulevaient avec des râteaux le foin laissé par terre (Flaub.,Bouvard, t. 1, 1880, p. 25).Elle venait de Savoie et se coiffait en marmotte, avec un mouchoir à carreaux qui lui cachait les cheveux (A. France,Rôtisserie, 1893, p.35):
2. Il suivait les allées, curieux des têtes colorées des marchandes; les jeunes, les cheveux retenus dans un filet, déjà brûlées par leur vie rude; les vieilles, cassées, ratatinées, la face rouge, sous le foulard jaune de leur marmotte. Zola,Ventre Paris, 1873, p. 782.
IV. − BOT. Fruit du marmottier dont l'amande donne une huile fine et recherchée (cf. marmottier2infra rem.). La marmotte est le nom vulgaire d'une prune qui croît dans le Briançonnais. On extrait de son amande une huile de table fort rare, qui passe pour supérieure à l'huile d'olive (Ac. Gastr.1962).
REM. 1.
Marmottier1, -ière, subst.,vieilli. Savoyard(e) (d'apr. Esn. 1966).
2.
Marmottier2, subst. masc.,bot. Variété de prunier du Briançonnais (d'apr. Fén. 1970).
Prononc. et Orth.: [maʀmɔt]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1170-1200 zool. «mammifère rongeur qui hiberne plusieurs mois dans un terrier» (Renart, éd. M. Roques, br. VIIb, 6890); 1734 dormir comme une marmotte (Le Sage, Est. Gonzalez, ch. 3 ds Littré); b) 1959 «fourrure de cet animal» (Rob.); 2. 1800 «sorte de coiffure de femme» le demi fichu en marmotte (Petites affiches de Paris, numéro 96, 6 germinal an 8, 1549 ds Quem. DDL t. 20); en partic. 1866 «madras que les femmes du peuple se mettent sur la tête pour dormir» (Delvau, p. 244); 3. α) 1812 «coffret de facteur» (Boiste); β) 1859 marmotte de voyage (Mozin-Peschier, Dict. complet des lang. fr. et all.); c) 1867 «boîte à échantillons de commis voyageurs» (Delvau, p. 902); 4. 1835 bot. huile de marmotte (Maison rustique 19et. 2, p.144b). Prob. dér., malgré la chronol. des attest., de marmotter* (v.aussi marmot), à cause du mouvement de lèvres que fait cet animal en sifflant (cri d'alerte) ou en sifflotant (son langage). Marmotte est sans rapport direct avec le lat. mus montanus «rat des montagnes» (ves. Polemius Silvius, De animalibus, XXI, 2 ds Romania t. 35, p. 184, note 3), c'est-à-dire prob. «marmotte» (que Pline appelle mus Alpinus, ibid.) sur lequel ont été refaites au xvies. marmontaine et marmotaine (v. Hug., s.v. marmotanne). L'ital. marmotta, marmotto et l'esp. marmota sont empr. au fr. Le sens 2 parce que les pointes de cette coiffure rappellent les oreilles de la marmotte; le sens 3 parce qu'à l'origine les coffrets de facteur étaient faits en fourrure de marmotte dans les montagnes. Fréq. abs. littér.: 161. Bbg. Gebhardt (K.). Les Francoprovençalismes de la lang. fr. R. Ling. rom. 1974, t. 38, p. 188, 195. _ Quem. DDL t. 16, 20.

Marmotte, subst. fém.,inus. Petite fille. (Ds Ac. 1798-1935, Littré).

Wiktionnaire

Nom commun 1

marmotte \maʁ.mɔt\ féminin

  1. (Zoologie) Petit quadrupède rongeur, qui vit dans les montagnes et qui hiverne.
    • On sait que le microbe de la peste est un cocco-bacille appartenant au genre Pasteurella, dont les différentes espèces produisent les septicémies hémorragiques des animaux. C'est en effet le cas de la peste, puisque, de ses deux formes, la pneumonie pesteuse est primitivement une septicémie des marmottes, tandis que la peste bubonique est primitivement une septicémie des rats. — (Jules Guiart, « La peste reviendra-t-elle ? » , dans la Revue d'Hygiène, vol.59, n° 4, avril 1937, p. 241)
  2. (Désuet) Sorte de pointe de tissu s’enroulant autour de la tête, en usage dans certaines régions.
    • Elle se disait malade, mais elle vient d’ôter sa marmotte et se porte comme un charme… — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • On y voyait un homme sans âge, presque sans sexe, glabre, tortueux, cacochyme, portant marmotte et robe de chambre et se réconfortant d’une tasse de tisane. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 32.)
  3. Sorte de malle en plusieurs parties, ou articulée, servant à séparer les divers éléments de son contenu.
    • La marmotte des calfats diffère de leur sellette, en ce que celle-ci est un petit coffret renfermant tous leurs outils et souvent fermant à clef. — (Jean Baptiste Philibert Willaumez, Dictionnaire de marine,‪ Bachelier‬, 1820, page 257)
    • Il visite les distributeurs semi-grossistes, quincaillers, armuriers — et prend ses commandes sur carte d’échantillons (véritable panoplie portable, contenue dans une marmotte). — (Marc Prival, La coutellerie à Thiers et dans sa région,‪ Créer, 1990, page 160)

Nom commun 2

marmotte \maʁ.mɔt\ féminin

  1. Fruit du marmottier ou abricotier de Briançon, sorte de prune.
    • Les marmottes, également dénommées "afatous", "aflalous" ou "abrignons", sont arrondies et ont la taille d'une cerise, la peau jaune se carmine au soleil, la chair verdâtre est consistante et acide, elles arrivent à maturité en septembre-octobre, broyées et pressées, les amandes des noyaux donnent l’huile de marmotte, jaune, douce et comestible. — (Marie-France TARBOURIECH, Conservatoire Botanique National Alpin de Gap-Charance, L'AFATOULIER OU LE PRUNIER DE BRIANCON [1])
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MARMOTTE. n. f.
T. de Zoologie. Quadrupède de l'ordre des Rongeurs, qui vit dans les montagnes et qui est en léthargie pendant l'hiver. Les petits ramoneurs savoyards faisaient danser leur marmotte. Dormir comme une marmotte.

Littré (1872-1877)

MARMOTTE (mar-mo-t') s. f.
  • 1Quadrupède rongeur de l'ordre des loirs, qui dort l'hiver, nom vulgaire et spécifique de l'arctomys marmotte. Faire danser la marmotte. …Quand la race escarbote Est en quartier d'hiver, et, comme la marmotte, Se cache et ne voit point le jour, La Fontaine, Fabl. II, 8. La marmotte prise jeune s'apprivoise plus qu'aucun animal sauvage et presque autant que nos animaux domestiques, Buffon, Quadrup. t. III, p. 7.

    Dormir comme une marmotte, dormir beaucoup ou profondément. Malgré la dureté du grabat et malgré les coutures qui m'écorchaient les jambes, je dormis comme une marmotte jusqu'à neuf heures du matin, Lesage, Est. Gonzalez, ch. 3.

  • 2Marmotte du Canada, nom donné par Buffon à l'arctomys monax.

    Marmotte, un des noms vulgaires donnés au didelphe marin, marsupiaux, appelé aussi marmose.

    Marmotte de Sibérie, voy. SOUSLIC.

  • 3Coiffure de femme qui consiste dans un morceau d'étoffe placé sur la tête, la pointe en arrière et les bouts noués sous le menton ; dénomination qui vient de ce que les petites Savoyardes, montreuses de marmottes au siècle dernier, étaient ainsi coiffées. Porter une marmotte. Être coiffée en marmotte.
  • 4 Terme de marine. Baril portatif où l'on conserve une mèche allumée qui s'y consume lentement et avec laquelle on se procure du feu à tout moment. C'est encore un coffre où les calfats renferment leurs outils.

HISTORIQUE

XIIIe s. Preneiz dou sayn de la marmote, De la merde de la linote, Au mardi main [matin], Et de la fuelle dou plantain, Rutebeuf, 254. Ne le tenez pas à borde ne à moquois ; nos ne somes pas de ces boleors [trompeurs] qui vont par cest païs vendant sif de mouton pour sain de marmote, Erberie, Ms. de St-Germain, f° 89, dans LACURNE, au mot sain. Si en voit l'en jouer les singes, Les ours, les chiens et les marmotes Por la maaille seulement, Jubinal, Jongleurs et trouvères, p. 101106.

XVe s. Et ridée comme une marmote, Coquillart, Enqueste entre la simple et la rusée.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. MARMOTTE. Ajoutez :
5Marmotte de voyage, sorte de malle formée d'une première caisse ouverte par en haut, et d'une seconde renversée et servant à la première de couvercle mobile, de façon à pouvoir doubler au besoin la capacité de la malle ; les deux parties sont maintenues par une courroie cadenassée.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MARMOTTE, s. f. mus alpinus, (Hist. nat.) quadrupede qui a depuis le bout du museau jusqu’à l’origine de la queue environ treize pouces de longueur ; celle de la queue est de six pouces & demi. Comme le lievre & le lapin il a le museau court & gros, la tête allongée & un peu arquée à l’endroit du front ; les oreilles sont très-courtes, à peine paroissent-elles au-dessus du poil, qui a peu de longueur sur la tête, excepté à l’endroit des joues où il est beaucoup plus long. La levre du dessous est plus courte que celle du dessus ; le corps est gros & fort étoffé ; les jambes sont courtes & le paroissent encore davantage parce qu’elles ne sont jamais bien étendues. Le sommet de la tête, le dessus du cou, les épaules, le dos & les flancs sont noirs avec des teintes de gris & de cendré ; les côtés de la tête ont du gris & du noirâtre ; les oreilles sont grises ; le bout du museau, le dessous de la mâchoire inférieure & du cou, les jambes de devant, le dessous & les côtés de la poitrine, le ventre, la face intérieure de la cuisse & de la jambe, & les quatre piés ont une couleur rousse mélée de noir, de gris, & même de cendré ; la croupe & la face extérieure de la cuisse & de la jambe sont d’une couleur brune & roussâtre ; la queue est mêlée de cette derniere couleur & de noir.

La marmotte prise jeune s’apprivoise plus aisément qu’aucun autre animal sauvage ; on l’apprend à tenir un bâton, à gesticuler, à danser, &c. Elle mord lorsqu’elle est irritée ; elle attaque les chiens ; elle ronge les meubles, les étoffes, & même le bois. Elle se tient souvent assise, & elle marche sur les piés de derriere. Elle porte à sa gueule ce qu’elle saisit avec ceux de devant & mange debout comme l’écureuil. Elle court assez vîte en montant ; elle grimpe sur les arbres ; elle monte entre deux parois de rochers : c’est des marmottes, dit-on, que les Savoyards ont appris à grimper pour ramonner les cheminées. Elles mangent de la viande, du pain, des fruits, des racines, des herbes potageres, des choux, des hannetons, des sauterelles, &c. Elles aiment le lait, & le boivent en grande quantité en marmottant, c’est-à-dire en faisant comme le chat une espece de murmure de contentement : elles ne boivent que très rarement de l’eau & refusent le vin. La marmotte a la voix d’un petit chien ; mais lorsqu’elle est irritée ou effrayée, elle fait entendre un sifflement si perçant & si aigu qu’il blesse le tympan. Cet animal seroit assez bon à manger, s’il n’avoit, comme le rat, sur-tout en été, une odeur très-forte & désagréable que l’on ne peut masquer que par des assaisonnemens très-forts. Il se plaît dans la région de la neige & des glaces, que l’on ne trouve que sur les plus hautes montagnes ; cependant il est sujet plus qu’un autre, à s’engourdir par le froid ; il se retire en terre à la fin de Septembre, ou au commencement d’Octobre pour n’en sortir qu’au commencement d’Avril. Sa retraite est grande, moins large que longue, & très-profonde : c’est une espece de galerie faite en forme d’Y, dont les deux branches ont chacune une ouverture, & aboutissent toutes deux à un cul-de-sac qui est le lieu du séjour. Il est non-seulement jonché mais tapissé fort épais de mousse & de foin ; les marmottes en font ample provision pendant l’été. Elles demeurent plusieurs ensemble & travaillent en commun à leur habitation ; elles s’y retirent pendant l’orage, pendant la pluie, & dès qu’il y a quelque danger : elles n’en sortent même que dans les beaux jours. L’une fait le guet, & dès qu’elle apperçoit un homme, un chien, une aigle, &c. elle avertit les autres par un coup de sifflet, & ne rentre elle-même que la derniere. Lorsque ces animaux sentent les approches de la saison qui doit les engourdir, ils ferment les deux portes de leur domicile, ils sont alors très-gras ; quelques-uns pesent jusqu’à vingt livres ; ils le sont encore trois mois après ; mais ils deviennent maigres à la fin de l’hiver. Il n’est pas sûr qu’ils soient toujours engourdis pendant sept ou huit mois : aussi les chasseurs ne vont les chercher dans leur caveau que trois semaines ou un mois après que les issues sont murées, & ils n’ouvrent leur retraite que dans le tems des grands froids : alors ils les trouvent tellement assoupis, qu’ils les emportent aisément ; mais lorsqu’il fait un vent chaud, les marmottes se réveillent au premier bruit, & creusent plus loin en terre pour se cacher. Ces animaux ne produisent qu’une fois l’an, les portées ordinaires sont de trois ou quatre petits ; ils ne vivent que neuf ou dix ans. On trouve les marmottes sur les Alpes, les Apennins, les Pyrénées, & sur les plus hautes montagnes de l’Allemagne. On distingue plusieurs autres especes de marmottes ; savoir le bobak, ou marmotte de Pologne ; le mouax, ou marmotte de Canada, le cavia, ou marmotte de Bahama ; & le cuicet, ou marmotte de Strasbourg. Histoire nat. gen. & part. tom. VIII. Voyez Quadrupede.

On demande comment les marmottes, les loirs, qui sont plusieurs mois sans prendre de nourriture, ont cependant le ventre rempli de graisse : voici comme on explique ce phénomene. Dans les animaux qui font amas de graisse, il se trouve des membranes redoublées, & comme feuilletées : ces membranes diversement collées les unes aux autres par certains endroits, & séparées par d’autres, forment une infinité de petits sacs, où aboutissent des petites glandes, par lesquelles la partie huileuse du sang est filtrée. Il y a lieu de croire que les veines ont aussi de petites bouches ouvertes dans ces mêmes petits sacs, & qu’elles y reçoivent cette substance huileuse, pour la porter avec les restes du sang dans le ventricule droit du cœur, lorsqu’il se rencontre des besoins extraordinaires.

Les marmottes au-lieu d’un épiploon, qui est unique dans les autres animaux, en ont trois ou quatre les uns sur les autres ; ces épiploons ont leurs veines qui retournent dans la veine cave, comme pour reprendre dans les aquéducs, qui portent au cœur la matiere du sang, & pour lui envoyer dans l’indigence la matiere que les sacs membraneux qui contiennent la graisse ont en reserve, & qu’ils ont reçu des arteres, pendant que le corps de l’animal avoit plus de nourriture qu’il ne lui en falloit pour réparer les dissipations ordinaires.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « marmotte »

Marmontain, un des anciens noms français de la marmotte ; espagn. et portug. marmotta ; ital. marmotta, marmotto ; pays de Coïre, murmont ; anc. h. allem. muremanto, muremunti ; du lat. murem montanum ou murem montis, rat de montagne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’ancien français marmotaine, marmotan, marmontaine, sous l’influence de marmot « marmouset, enfant », altération de murmontain, du vieux franco-provençal, du latin mūs (mūris) montānus « rat des montagnes » (Polemius Silvius, Ve s.), altération de *mūrem monti (d’où murmont en romanche engadine, Murmentel en allemand bavarois), chez Pline latin mūs Alpinus. Muret en provençal alpin et muntanella en romanche reprennent les mêmes thèmes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « marmotte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
marmotte marmɔt

Citations contenant le mot « marmotte »

  • Très jeune, l’amour tripote, gigote et barbote ; très vieux, il chevrote, marmotte et chipote. De Camille Stréletski
  • La marmotte est un petit animal qui, pendant tout l’hiver, prend sa température avec son nez. De Jean-Charles / La Foire aux cancres
  • Pendant que le monde se confinait, pandémie oblige, la marmotte, elle, goûtait à la liberté retrouvée après cinq mois d'hibernation. Un exemple de patience. Charlie Hebdo, Lettre des animaux aux humains déconfinés : la marmotte - Charlie Hebdo
  • Deux autres cas de peste bubonique, impliquant des frères qui avaient eux aussi mangé de la viande de marmotte, ont été confirmés au début du mois dans la province Khovd, voisine de celle de Gobi Altaï et située dans l'extrême ouest de la Mongolie, un pays dont les frontières restent fermées en raison de la pandémie de Covid-19. leparisien.fr, Mongolie : un adolescent meurt de la peste après avoir mangé une marmotte - Le Parisien
  • Un homme a été placé en quarantaine dans la ville de Bayannuur après avoir été suspecté de peste. Personne ne sait vraiment comment cet homme a été infecté mais il a rapidement été isolé et pris en charge. Quelques heures plus tard, c’est un adolescent de 15 ans qui a présenté des signes de peste. Ce second cas a pu être relié à un contact avec un cadavre de marmotte, chassé par un chien. Le petit rongeur aurait pu être porteur de la fameuse maladie ou de la bactérie la déclenchant. Autrefois très dangereuse, la peste se soigne aujourd’hui grâce aux antibiotiques. Altitude News, La peste transmise par des marmottes aux confins de la Mongolie
  • A 2.300 mètres d’altitude, dans la réserve naturelle de la Grande Sassière (Savoie), le rituel est le même chaque année depuis bientôt 30 ans. Sylvia Pardonnet est scientifique. Technicienne en milieux naturels au sein du Laboratoire de Biométrie et Biologie évolutive de l’Université Lyon 1 et du CNRS, son travail consiste à étudier la marmotte alpine dans son environnement naturel. Pendant un mois, elle et son équipe vont scruter leurs moindres faits et gestes. LCI, Pourquoi les scientifiques capturent-ils des bébés marmottes ? | LCI
  • Elles font désormais partie du paysage estival sur nos écrans de télévision : les marmottes de France 3 sont de retour ! Et cette année, la chaîne a choisi de leur faire faire du sport. , De retour pour l'été, les célèbres marmottes de France 3 humilient un footballeur du PSG ! (VIDEO)
  • Un adolescent est mort de la peste bubonique en Mongolie après avoir chassé et mangé une marmotte annoncent les autorités sanitaires du... , marmotte | Jean-Marc Morandini

Images d'illustration du mot « marmotte »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « marmotte »

Langue Traduction
Anglais marmot
Espagnol marmota
Italien marmotta
Allemand murmeltier
Chinois 土拨鼠
Arabe المرموط
Portugais marmota
Russe сурок
Japonais マーモット
Basque marmotak
Corse marmotta
Source : Google Translate API

Synonymes de « marmotte »

Source : synonymes de marmotte sur lebonsynonyme.fr
Partager