La langue française

Caisse

Définitions du mot « caisse »

Trésor de la Langue Française informatisé

CAISSE, subst. fém.

I.− Grande boîte généralement en bois dans laquelle on enferme des objets, des marchandises pour les conserver ou pour les transporter. Clouer une caisse; caisse à claire-voie, d'emballage :
1. Le grand vestibule est poussiéreux, encombré comme un dépôt de bagages par tous les colis de l'expédition, vingt cantines en fer rouillé, autant de caisses, de ballots, d'étranges paquets cabossés, tachés de boue, exhalant une odeur douceâtre et forte... R. Martin du Gard, Notes sur André Gide,1951, p. 1394.
Raisins de caisse. Raisins secs. Le kougelhof aux raisins de caisse (Erckmann-Chatrian, L'Ami Fritz,1864, p. 12).
P. méton. Le contenu d'une caisse. Une caisse d'oranges, de fleurs, de fromages, de champagne.
II.− P. ext.
A.− Grande boîte affectée à une destination particulière, ou dans laquelle on range des objets déterminés. Caisse à charbon, à liqueurs; descendre la caisse à ordure :
2. Elle (...) clouait de toute la force de ses petites mains emmanchées de beaux bras, une caisse pour la chatte près de mettre bas ... Colette, La Maison de Claudine,1922, p. 126.
Spécialement
1. HORTIC. Bac rempli de terre où l'on met les arbustes, les plantes, ... qui craignent le froid, et que l'on entrepose dans les serres pendant la mauvaise saison. Des caisses de fleurs et d'arbustes rares (Ponson du Terrail, Rocambole,t. 2, Le Club des Valets de cœur, 1859, p. 425).Des lauriers en caisse. Une allée sablée, ratissée, bordée d'orangers en caisse (R. Rolland, Jean-Christophe,La Révolte, 1907, p. 494).
2. MAR. Récipient métallique contenant l'eau douce d'un navire. Synon. baril* de galère.
B.−
1. Coffre, meuble, tiroir où l'on enferme l'argent, les valeurs, etc. Avoir tant d'argent en caisse (Ac. 1835-1932). Surveiller sa caisse. L'associé de Lethierry avait « filé », laissant vide la caisse de l'association (Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 98).
COMM. Caisse enregistreuse*.
Au plur. Les caisses de l'État. Le Trésor public.
2. P. méton.
a) Ensemble des fonds qui sont en caisse. Faire, tenir la caisse; livre de caisse.
Caisse noire. Fonds qui n'entrent pas dans la comptabilité officielle. Croyez-vous que l'argent de la caisse noire ne pourrait pas être plus utilement employé? (G. Fustier, Suppl. au dict. de la langue verte d'A. Delvau,1883, p. 503).
Emploi subst. L'encaisse. Les sommes d'argent liquide entrant dans une comptabilité.
b) Bureau d'une entreprise (industrielle ou commerciale) où se font les paiements et les encaissements.
Expr. Passer à la caisse (pour être payé).
[Pour signifier le renvoi, le licenciement] :
3. − Vous avez une sale figure, vous! Finit-il par dire un jour à un pauvre diable dont le nez de travers l'agaçait. Passez à la caisse. Zola, Au Bonheur des dames,1883, p. 535.
c) Organisme public ou privé qui gère des fonds en dépôt. Caisse des dépôts et consignations, caisse d'allocations familiales. Verser ses économies à la caisse d'épargne. Une tombola organisée au profit de la caisse des écoles (Simenon, Les Vacances de Maigret,1948, p. 135):
4. ... la photo de l'héroïque martyre se vendait en carte postale au bénéfice de la caisse de secours des émigrés socialistes-révolutionnaires. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 67.
III.− [P. anal. de fonction]
A.− [L'accent est mis sur la fonction d'enveloppe protectrice]
1. Boîte, dispositif qui renferme un mécanisme. Caisse de piano, d'horlogerie. Une sombre pendule de Boule à caisse d'écaille noire incrustée d'arabesques de laiton (Lamartine, Nouvelles Confidences,1851, p. 25):
5. ... : je songeais aussi aux sensations que donne la caisse du piano avec le beau luisant de ses noirs couvrant l'intérieure agitation des cordes. Du Bos, Journal,1928, p. 52.
Populaire
a) Poitrine. Partir, s'en aller de la caisse. ,,Être atteint de tuberculose pulmonaire`` (Ch.-L. Carabelli, [Lang. pop.], 1886, p. 10).
b) Crâne. Bourrer la caisse à qqn. ,,Le tromper`` (Esn. 1966).
2. TRANSP. Le corps d'une voiture :
6. Les voitures se composent d'un châssis sur lequel est posée une caisse destinée à recevoir les voyageurs. Ch. Bricka, Cours de ch. de fer,t. 2, 1894, p. 25.
En partic., AUTOMOB. Carrosserie d'automobile.
Arg. Avion (cf. Esn. 1966).
B.− [L'accent est mis sur le rôle joué par la partie creuse]
1. MUSIQUE
a) Caisse de résonance (d'un instrument à cordes). Partie creuse de l'instrument qui sert à augmenter les vibrations des cordes (cf. L. Grillet, Les Ancêtres du violon, t. 1, 1901, p. XVIII).
b) Cylindre d'un instrument à percussion (tambour, etc.) fermé par une peau tendue.
Grosse caisse. Tambour de grandes dimensions, utilisé notamment dans les cliques, les fanfares, ... et dont se servent les saltimbanques pour attirer le public; d'où la loc. fig. battre la grosse caisse, faire de la réclame, de la publicité tapageuse :
7. Il est des mots qui, semblables aux trompettes, aux cymbales, à la grosse caisse des saltimbanques, attirent toujours le public. Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 93.
2. P. anal., PHYSIOL. Caisse du tympan. Cavité de l'oreille moyenne située entre le conduit auditif externe et l'oreille interne, et fermée par la membrane tendue du tympan.
Prononc. et Orth. : [kεs]. À propos de la durée de la voyelle, Grammont Prononc. 1958, p. 38 note : ,,Peut être longue``. Passy 1914 transcrit en effet [kε:s]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) [1365 quecce d'apr. Bl.-W.1-5repris ds FEW t. 2, s.v. capsa]; 1553 caisse « coffre » ([P. Belon], Observations II, 42 − 1588, p. 254 − ds R. Philol. fr., t. 43, p. 182); b) divers emplois techn. : 1733 horlog. (Inv. chev. Roze, 7 ds IGLF Techn.); 1768 pop. « cercueil » (Desgrouais, Les Gasconismes corrigés, p. 71); 1820 caisse d'un clavecin, d'un orgue, d'un forte-piano (Lav.); 1831 mar. caisse [à eau] (Will.); 1832 automob. (Raymond); 1918 « avion » (A. Dauzat, L'Arg. de la guerre, p. 250 : caisse à biscuits); c) p. anal. 1808 pop. « ventre, estomac » (D'Hautel, Dict. du b. lang.); 1928 pop. « poitrine » (J. Lacassagne, L'Arg. du « milieu »); 2. a) 1611 mus. caisse « tambour » (Cotgr.); 1787 fam. battre la caisse « chercher à obtenir des avantages » (Fér. Crit.); b) p. anal. 1762 anat. caisse du tambour (Ac.) supplanté par caisse du tympan (1832, Raymond); 3. fin., comm. a) 1636 « coffre où l'on dépose argent et valeurs » (Monet, Invantaire des deus lang., fr. et lat., Genève); 1690 tenir la caisse (Fur.); b) 1673 « établissement qui administre les fonds qui lui sont confiés en dépôt » (Clément, Lett. Colb. [ert à Rouillé] II, p. 671, note 2 ds Brunot t. 6, 1, p. 161, note 5); c) 1690 « fonds que l'on a à sa disposition » (Fur.); 1882 caisse noire « fonds secrets » (Figaro ds Fustier, supra); d) 1723 « bureau où se font les opérations financières » (J. Savary des Bruslons, Dict. universel de comm., Paris). Empr., sans doute à la faveur de rapports commerciaux, à l'a. prov. caissa « caisse » (xiiies., Bertran de Marseille ds Romania, t. 46, p. 119), du lat. capsa « caisse pour enfermer des livres » (Cicéron ds TLL s.v., 362, 15), puis « caisse pour renfermer diverses choses, notamment des fruits » (Pline, ibid., 25). − L'hyp. d'un intermédiaire *capsea pour rendre compte de l'a. prov. (Brunel ds Romania, t. 46, p. 115; Bertoni, ibid., t. 47, p. 579; Walberg, ibid, t. 48, p. 273; FEW t. 2, pp. 312-314) n'est pas nécessaire, cf. en effet ipsum > eis, gypsum > geis (v. Schultz-Gora, Altprovenzalisches Elementarbuch, Heidelberg, 1906, p. 39); les formes de lat. médiév. citées par l'auteur pour le sud de la France, de type capsea, ne sont pas ant. à la 2emoitié du xives. et sont prob. la latinisation de l'occitan caissa (Cor., s.v. caja). − N'est pas plus nécessaire le recours à la transformation de capsa en *caxa pour réaction contre la prononc. vulgaire *cassa (Ronjat, Gramm. hist. des parlers provençaux mod., Montpellier, 1932, t. 2, p. 169). Fréq. abs. littér. : 2 497. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 149, b) 4 572; xxes. : a) 4 311, b) 2 888.
DÉR.
Caisserie, subst. fém.a) Industrie de la fabrication des caisses et de tout ce qui s'y rattache. Un bois (...) apprécié en caisserie (J. Cochet, Culture, aménagement et amélioration des bois,1963, p. 35).b) Atelier où l'on fabrique spécialement des caisses. Attesté ds la plupart des dict. gén. [kεsʀi] 1reattest. 1869 (Enquête sur les incendies de forêts, p. 70 ds Littré Suppl.); de caisse, suff. -erie*. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. − Darm. Vie 1932, p. 142. − Duch. 1967, § 14.5, 64.3. − Gottsch. Redens. 1930, p. 274, 318. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 186. − Grimaud (F.). Pt gloss. du jeu de boules. Vie Lang. 1968, p. 111. − La Landelle (G. de). Le Lang. des gens de mer. Paris, 1859, p. 201, 320. − Quem. 2es. t. 1 1970, p. 9.

Wiktionnaire

Nom commun

caisse \kɛs\ féminin

  1. Contenant rigide, de forme cubique ou parallélépipédique, constitué par l'assemblage de panneaux pleins ou à claire-voie, dans lequel on peut mettre des objets, pour les stocker ou les transporter.
    • Ces pierres factices […] sont composées d’un mortier parfaitement dur, mêlé de cailloux concassés de la grosseur d’un œuf, et ont dû être façonnées dans des caisses de bois. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Lors de mon déménagement, j'ai mis toutes mes affaires dans des caisses.
  2. (En particulier) Coffret dans lequel on serre argent et valeurs.
    • […], Rinaldi expliquait si gaiement comme quoi, son père le destinant à la moinaille, on l'avait enfermé en un couvent d'où il s'était enfui, un beau jour, avec la caisse de l’économe, la nièce de l’abbé et une douzaine de mots latins dans la cervelle pour tout bagage, […]. — (Adrien Paul, Les Malvivants, ou le Brigandage moderne en Italie, Paris : Librairie centrale, 1866, p. 131)
  3. (En particulier) (Commerce) Machine dans laquelle le marchand enregistre les transactions et place l'argent qu'il reçoit du client lors d'un achat.
    • Les courses sont faites ! Passons à la caisse maintenant.
  4. (Par métonymie) Comptoir où les transactions au comptant se déroulent.
    • David, le vendeur fier comme un p'tit banc, l'accompagna à la caisse où une fausse blonde – […] – ramassa, avec un doigté qui n'avait rien à envier à un proctologue, prestement les trois talbins de cinquante euros dont Triquard se fendit. — (Georges Hudiné, Les Coquelicots de Chaville, Société des Écrivains, 2013, page 20)
  5. Fonds dont dispose un banquier, un négociant, une administration, etc.
    • Les coopératives ont été longtemps dénoncées comme n'ayant aucune utilité pour les ouvriers ; depuis qu'elles prospèrent, plus d'un politicien fait les yeux doux à leur caisse […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La grève générale politique, 1908, p.208)
    • Sa caisse est de six cent mille francs.
    • Livre de caisse. Registre de la caisse.
  6. Établissement où l’on dépose des fonds pour différentes destinations.
    • Caisse d’amortissement.
    • Caisse d’épargne.
    • Caisse des dépôts et consignations.
  7. (Par extension) Système où les fonds servent soit ultérieurement, soit sont répartis.
    • Les affaires courantes de la Caisse, en tant qu’elles ne sont pas expédiées par les employés de la Caisse, pourront, par décision du Conseil d’administration, être confiées à des commissions spéciales […]. — (Statut de la Caisse locale générale de secours en cas de maladie pour l'arrondissement de Metz-campagne - Valable à partir du 1er janvier 1914, § 90, imp. H. Jauch, Metz, 1914, page 44)
    1. (En particulier) (fr) (Loire) Caisse primaire d’assurance maladie.
    2. (Par métonymie) (fr) (Loire) Arrêt maladie, arrêt de travail.
      Être en caisse.
  8. (Par analogie) Objet dont la forme rappelle plus ou moins la forme d'un coffre rectangulaire.
    • Caisse de voiture, corps d’une voiture ; bas de caisse ; dessous de caisse.
    • Caisse de piano, d’orgue, boîte qui renferme leur mécanisme.
    • Caisse d’horlogerie, partie qui renferme les pièces de mouvement d’une horloge, d’une pendule.
    • Caisse du tympan, cavité du fond de l’oreille tapissée d’une membrane tendue.
  9. (Argot) (Automobile) Voiture (surtout quand elle est ancienne ou en piteux état).
    • Vous y apprendrez par exemple que « se faire tilter », c'est se faire percuter, qu'une « caisse », c'est une voiture, une « bécane » une moto, et que si cette bécane est « naze », c'est qu'elle est bien mal en point. — (Le Français dans le monde, n° 230, page 42, 1990)
  10. (Musique) Cylindre d’un tambour ou le tambour même.
    • Battre la caisse.
  11. Celui qui bat de ce tambour.
    • Faites signe à la caisse.
  12. (Par ellipse) (Musique) Caisse de résonance d'un instrument.
    • A côté des guitares classiques, avec fond et éclisses en palissandre et mécanique d’accord, Torres a construit à toutes les époques de sa carrière un autre type de guitare, avec une caisse en cyprès et des chevilles d’accord . — (La Facture instrumentale européenne: suprématies nationales et enrichissement mutuel, Paris : Musée instrumental du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, 1985, p. 237)
  13. (Cuisine) Petit caisson de papier, de forme carrée ou ovale, avec rebords, dans lequel on fait cuire les biscuits et certains mets délicats.
  14. (Chemin de fer) Élément d'une rame automotrice, équivalent à une voiture pour un train de type remorqué.
    • Le train Francilien existe en version à huit caisses ou à sept caisses, permettant d’adapter sa longueur à la longueur des quais de la ligne de chemin de fer visée.
  15. (Familier) Lâcher une caisse : avoir des flatulences.
    • La vieille dame à côté de moi a lâché une caisse.
  16. (Familier) (Argot) Très mauvaise note (par analogie avec boîte, du même sens).
    • Je me suis tapé des caisses en maths, mais j’étais nettement meilleur que la moyenne dans d’autres matières.
  17. (Familier) Avoir la caisse : avoir le cœur bien entraîné en endurance, être en capacité de soutenir des efforts longs et intenses
    • En ce moment, ce coureur a la caisse, il peut sûrement battre son record personnel.
  18. (Île Maurice) Cerf-volant de forme parallélépipédique. Nommé ainsi très probablement par analogie de forme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CAISSE. n. f.
Coffre de bois où l'on met diverses sortes de marchandises pour les transporter. Une caisse de raisins. Des caisses de sucre. Une caisse de bouteilles. Une caisse d'eau-de-vie. Une caisse de livres. Il se dit aussi d'un Assemblage de planches formant un cube que l'on remplit de terre et où l'on met des orangers et d'autres arbres ou arbustes. Élever des orangers en caisse. Il se dit souvent de Certaines boîtes dans lesquelles on renferme des objets déterminés. Caisse à joujoux. Caisse à clous. Caisse à médicaments. Il se dit également d'un Coffre dans lequel on serre l'argent et les valeurs. Avoir tant d'argent en caisse. Verser des fonds dans une caisse. Tirer de l'argent de sa caisse. On dit même Les caisses de l'État; la caisse d'un receveur général, d'un percepteur. Il se dit, par extension, du lieu, du bureau où les banquiers, les négociants, etc., font et reçoivent les paiements. Allez à la caisse, vous serez payé. Le garçon de caisse est allé recevoir le montant de plusieurs billets, de plusieurs chèques. Vous venez trop tard, la caisse est fermée. Il désigne aussi Tous les fonds qu'un banquier, un négociant, une administration, etc., peut avoir à sa disposition. Sa caisse est de six cent mille francs. Faire l'état de sa caisse ou simplement Faire sa caisse. Livre de caisse. Registre de la caisse. Tenir la caisse, Avoir le maniement de l'argent d'un banquier, d'un négociant, etc. Il se dit on outre de Certains établissements où l'on dépose des fonds pour différentes destinations. Caisse d'amortissement. Cuisse d'épargne. Caisse d'escompte. Caisse des Dépôts et Consignations. Caisse de retraites pour la vieillesse. Par analogie, on appelle

CAISSE Toutes sortes d'objets, de choses en rappelant plus ou moins la forme. Caisse de voiture, Le corps d'une voiture; Caisse de piano, d'orgue, La boîte qui renferme leur mécanisme; Caisse d'horlogerie, La partie qui renferme les pièces de mouvement d'une horloge, d'une pendule; Caisse du tympan, La cavité du fond de l'oreille tapissée d'une membrane tendue, etc. En termes de Musique, il désigne le Cylindre d'un tambour et, plus ordinairement, le Tambour même. Caisse de tambour. Battre la caisse. Cette caisse est crevée. Grosse caisse, Espèce de gros tambour que l'on emploie dans la musique militaire et dans les orchestres. Il se dit aussi de Celui qui bat de ce tambour. Faites signe à la grosse caisse. Fig., Battre la grosse caisse, Faire de la réclame autour d'une entreprise, en faveur d'un produit industriel, d'un ouvrage de l'esprit, etc., les annoncer, les vanter d'une façon bruyante. En termes de Physique, Caisse catoptrique, Instrument d'optique propre à grossir, à la vue, de petits corps très rapprochés. En termes de Pâtisserie et de Cuisine, il se dit d'un Papier plié en forme carrée, ou ovale avec rebords, dans lequel on fait cuire les biscuits et certains mets délicats.

Littré (1872-1877)

CAISSE (kè-s') s. f.
  • 1Coffre de bois pour le transport des marchandises. Remplir les caisses. Charger les caisses sur un camion.
  • 2Assemblage de planches ayant un fond et dans lequel on plante des fleurs et des arbustes. Il y a un bois entier d'orangers dans de grandes caisses, Sévigné, 202. Tout était plein de fleurs dans des caisses, Sévigné, 387.

    Terme de chirurgie. Caisse à amputation, caisse à trépan, caisse contenant les instruments nécessaires pour amputer, trépaner. Caisse à médicaments, boîte garnie d'instruments, de médicaments.

  • 3Coffre dans lequel on dépose l'argent. Tirer de l'argent de sa caisse. La caisse fut forcée par des voleurs. Les caisses de l'État.

    Le bureau où est la caisse, où se font les payements. Allez à la caisse, vous serez payé. La caisse est fermée.

    Les fonds mêmes qui sont en caisse, ou qui sont à la disposition du caissier. Sa caisse est de cent mille écus.

    Livre de caisse, le registre où sont inscrits les mouvements de fonds.

    Tenir la caisse, diriger les opérations d'une caisse, avoir le maniement de l'argent.

    Caisse militaire, la caisse du régiment, les fonds destinés à payer les troupes.

    Caisse des pensions, les fonds affectés au payement des pensions de retraite.

    Établissement où l'on dépose des fonds. Caisse d'amortissement. L'établissement de la caisse d'amortissement, Voltaire, Lett. Tabareau, octobre 1768.

    Caisse d'épargne, établissement où l'on reçoit de très petites sommes dont l'intérêt est payé et capitalisé, et qui a pour but de faciliter les économies des ouvriers, des domestiques, et, en général, de toutes les personnes dont le revenu est très petit.

  • 4Le cylindre d'un tambour, et, par extension, le tambour même. Caisse de tambour. La caisse est crevée. Les voyageurs battent de la caisse pour les empêcher d'approcher [les éléphants], Buffon, Éléphant. Amour voulant lever un régiment Battait la caisse autour de ses domaines, Rousseau J.-B. Vers allégoriques au duc de Bourg.

    Caisse roulante, tambour allongé, employé surtout dans la musique militaire.

    Grosse caisse, espèce de très grand tambour employé dans la musique militaire.

    L'artiste qui en joue. Faites signe à la grosse caisse.

    Terme d'anatomie. Caisse du tambour, cavité demi-sphérique qui se trouve au fond du trou auditif externe.

  • 5Le corps d'une voiture.
  • 6 Terme de physique. Caisse catoptrique, instrument d'optique qui grossit de petits corps très rapprochés.
  • 7 Terme de cuisine. Papier plié en carré avec rebords où l'on fait cuire les biscuits, etc. Champignons en caisse.
  • 8 Terme de marine. Caisse à eau, grand vaisseau en fer dans lequel on met l'eau nécessaire au navire.

    Morceau de bois, ayant en général la forme d'un ellipsoïde aplati, qui renferme le rouet de la poulie.

    Caisse d'un mât, nom donné à la partie quadrangulaire servant de pied à un mât de hune, de perroquet ou de cacatois.

  • 9 Terme d'architecture. Renfoncement carré entre les modillons de la colonne corinthienne.
  • 10Ce qui renferme le mouvement d'une pièce d'horlogerie.
  • 11 Terme d'artificier. Caisse aérienne, ballon rempli de fusées et d'artifices divers.

HISTORIQUE

XVIe s. Quelques soudards, cuidans que ce fust or ou argent qu'il portast en ceste quesse, le tuerent, Amyot, Marcell. 29. Qu'a fait ce tambour pour le battre, il n'a point failli ; mais s'il avoit battu la quaisse, il seroit battu, D'Aubigné, Hist. II, 348. Ils sortirent meche esteinte, la caisse desbandée, D'Aubigné, ib. II, 370. Les quesses sont faites de fer blanc ou de bois : leur usage est de tenir les os en bonne figure, Paré, XII, 8. Ils n'eussent osé battre casse ny tambour en leur quartier, Carloix, VII, 3. Que les escus seroient nombrez, et mis en des casses de boys, puis seroient emballées les dittes casses et scellées des seaux des dits deputez, Du Bellay, M. p. 159. Tels receptacles [fosses pour enfouir les pierres tirées d'un champ] sont appelés caisses, comme enfermans les pierres qu'on y met reposer, De Serres, 66. Aucuns gardent leurs bleds enfermés dans des grandes quaisses, De Serres, 134.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CAISSE.
3Ajoutez :

Ironiquement, sauver la caisse, s'enfuir avec les fonds dont on est dépositaire.

4Ajoutez :

Fig. Battre la grosse caisse, faire beaucoup de réclames.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CAISSE, s. f. du latin capsa, coffre ou boîte, se dit au propre d’un coffre de planches de bois de sapin, assemblées avec des clous, ou des traverses cloüées ou autrement, & destinées à renfermer des marchandises, soit pour les conserver, soit pour les transporter : le nom de caisse a pris, par analogie, un grand nombre d’autres acceptions, comme on va voir à la suite de cet article.

Caisse, terme d’Architecture, c’est dans chaque intervalle des modillons du plafond de la corniche corinthienne, un renforcement quarré qui renferme une rose. Ces renforcemens qu’on nomme aussi panneaux ou cassettes, sont de diverses figures dans les compartimens des voûtes & plafonds. (P)

Caisse, (Lutherie.) c’est une machine ou instrument de guerre, de la grosseur d’un minot, couvert à chaque bout d’une peau de veau, qui rend un son vraiment martial en battant sur l’une de ces peaux avec deux baguettes de bois faites exprès. Ce son est plus ou moins fort, selon que les peaux sont plus ou moins étendues par le moyen de plusieurs cordages qui se resserrent avec de petits tirets, ou des oreilles de cuir qui les environnent, & selon que le timbre, qui n’est autre chose qu’une corde qui traverse la peau de dessous, est plus ou moins tendu. Voyez Tambour & les Planches de Lutherie.

Caisse de fusées ; les Artificiers appellent ainsi un coffre de planches, long & étroit, en quarré sur sa longueur, & posé verticalement, dans lequel on enferme une grande quantité de fusées volantes, lorsqu’on veut faire partir en même tems & former en l’air une figure de feu semblable à une gerbe de blé, qu’on appelle pour la même raison gerbe de feu.

Caisse aérienne, c’est une espece de balon qui renferme beaucoup d’artifice de petites fusées.

Caisse à sable, est un coffre de bois de quatre piés de long, de deux de large, & de dix pouces environ de profondeur, soutenu à hauteur d’appui par quatre piés. C’est dans cette caisse qu’est contenu le sable dont on forme les moules, & qu’on le corroye. Voyez l’article Fondeur en sable, & la fig. 14. Plan. du Fondeur en sable.

Caisse, à la Monnoie, se prend à peu-près dans le même sens que chez le Fondeur en sable.

Caisse, (Jardinage.) vaisseau quarré fait de planches de chêne cloüées sur quatre piliers du même bois, qui sert à renfermer les orangers, les jasmins, & autres arbres de fleur.

Pour faire durer les caisses, on les peint par dehors de deux couches à l’huile, soit de blanc, soit de verd, & on les goudronne en-dedans. Les grandes sont ferrées. Les petites caisses se font de douves sortant des tonneaux : les moyennes, de mairain ou panneau : les grandes, de chevrons de chêne, avec de gros ais de chêne attachés dessus, garnies d’équerres & de liens de fer. (K)

Caisse, en terme de Rafineur de sucre, c’est un petit coffret de bois plus long que large, sur le derriere duquel il y a un rebord plus élevé que le reste, & à gauche une traverse d’environ deux pouces de hauteur & d’un pouce & demi d’épaisseur. Le rebord empêche le sucre que l’on gratte de tomber par terre, & la traverse sert à soûtenir la forme que l’on gratte sur la caisse. Voyez Gratter.

Caisse des marches, (Manufacture de soie.) espece de coffret percé de part en part, & qui reçoit le boulon qui enfile les marches. On le charge d’un poids considérable pour lester les marches arrêtées. Cette façon d’arrêter les marches dans la caisse est la meilleure ; parce qu’on peut avancer ou reculer le poids selon le besoin : mais il n’en est pas de même quand le boulon est arrété à de gros pitons fichés dans le plancher.

Caisse, (Commerce.) espece de vaisseau ou coffre fait de menues planches de sapin, ou autre bois leger, jointes ensemble par des clous ou des chevilles de bois, & propre à transporter des marchandises plus facilement sans les gâter ou corrompre. On dit une caisse d’étoffes, de toiles, d’oranges, de vins étrangers, &c.

Caisse emballée, est une caisse pleine de marchandises, entourée de paille, & couverte d’une grosse toile qu’on nomme balle ou emballage. Voyez Balle & Emballage.

Caisse cordée, est une caisse qui n’a point d’emballage, & qui est seulement liée par dessus avec de la corde de distance en distance, pour empêcher les planches de s’écarter.

Caisse ficelée & plombée, est celle que les commis de la doüane ont fait emballer & corder en leur présence, après avoir fait payer les droits nécessaires, & qu’ils ont fait noüer autour du nœud de la corde d’une ficelle dans laquelle est un plomb marqué dessus & dessous des coins du bureau. Ces sortes de caisses ne doivent être ouvertes qu’au dernier bureau de la route, suivant l’ordonnance de 1687.

Caisse, (Commerce.) signifie aussi une espece de coffre fort tout de fer, ou de bois de chêne garni de bonnes barres de fer, & d’une ou de plusieurs serrures, qui ordinairement ont des ressorts qui ne sont connus que de ceux à qui la caisse appartient.

C’est dans ces sortes de caisses que les marchands Négocians & Banquiers enferment leur argent comptant & leurs principaux effets de petit volume, comme lettres & billets de change, promesses, lingots d’or, &c.

On entend aussi par le mot de caisse le cabinet du Caissier, où est la caisse ou coffre-fort, & où il fait sa recette & ses payemens. Voyez Caissier.

On appelle livre de caisse, une sorte de livre qui contient en debit & crédit tout ce qui entre d’argent dans la caisse, & tout ce qui en sort. Ce livre est le plus important de tous ceux que les Négocians nomment livres auxiliaires.

Caisse se dit de tout l’argent qu’un marchand Négociant ou Banquier peut avoir à sa disposition pour négocier : on dit en ce sens que la caisse d’un tel Banquier est de cent mille écus, de huit cent mille livres, &c. M. Savary, dans son parfait Négociant, II. part. liv. I. chap. iv. donne d’excellentes maximes pour le bon gouvernement d’une caisse. Voyez-les dans cet ouvrage ou dans le Dictionn. du commerce, tom. II. pag. 33. 34. & 35.

Caisse de crédit, c’est une caisse établie en faveur des Marchands forains, qui amenent à Paris des vins & autres boissons.

Le premier établissement de cette caisse est du mois de Septembre 1719. L’Edit porte : « que les Marchands forains & autres pourront y recevoir sur le champ le prix de leurs vins & boissons, & y prendre crédit moyennant six deniers pour livres ». On peut voir ce qui concerne la police & l’administration de cette caisse dans le Dictionn. du commerce, tom. II. pag. 36.

Caisse des emprunts, nom qu’on a donné en France à une caisse publique établie à Paris dans l’hôtel des fermes unies du Roi, où toutes sortes de personnes de quelque qualité ou condition qu’ils fussent, tant François qu’étrangers, étoient reçûs à porter leur argent pour le faire valoir, & d’où ils pouvoient le retirer à l’échéance des promesses solidaires que les Fermiers généraux de sa Majesté leur en fournissoient, signées de quatre de la compagnie préposés à cet effet.

Ces sortes de promesses dont le nom de celui qui en avoit payé la valeur restoit en blanc, étoient faites payables au porteur dans un an, & les intérêts qui y étoient compris pour l’année, ne se payoient qu’à leur échéance, soit en les renouvellant, soit en retirant son capital.

Cette caisse avoit d’abord été établie en 1673, & fut supprimée vers la fin du même siecle : elle fut rétablie en 1702, & les intérêts réglés à huit pour cent par an. Mais les promesses qu’on nommoit billets de la caisse des emprunts, s’étant prodigieusement multipliés pendant la guerre finie en 1713, on prit alors divers moyens de les rembourser : ils furent ensuite convertis en billets de l’état en 1715, & enfin retirés du commerce par différentes voyes qu’explique l’auteur du Dictionn. du commerce, tom. II. pag. 38. & 39. (G)

* Selon M. le Pr. Henault (Abrégé de l’Hist. de Fr.) ces billets furent introduits en 1707, M. de Chamillard étant controlleur général des finances.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « caisse »

De l’ancien français casse issu du latin capsa (« boîte »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. caisse, poêle à frire ; wallon, case ; provenç. cayssa, caissa ; catal. capsa ; espagn. caxa ; portug. caixa ; ital. cassa ; du latin capsa, coffre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « caisse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
caisse kɛs

Évolution historique de l’usage du mot « caisse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « caisse »

  • Dès que l'argent sonne dans la caisse, l'âme du purgatoire s'échappe. De Proverbe alsacien
  • Un homme amoureux est comme un coupon de réduction, il faut le faire passer à la caisse sans plus attendre. De Mae West / On sex, health and ESP
  • Heureux celui qui se préoccupe davantage d'avoir une conscience pure qu'une caisse pleine. De Saint François de Sales
  • La vie, c'est un tiroir-caisse, on y trouve ce que l'on y met. De Claude Duneton / L'ouilla
  • Un roman est comme un archet, la caisse du violon qui rend les sons, c’est l’âme du lecteur. De Stendhal / Vie de Henry Brulard
  • Faire du théâtre, c’est se mettre à l’écoute du monde, pour en être la caisse de résonance. De Laurent Terzieff / Le Figaro Magazine - Avril 2001
  • L'être stoïque sait que la vie moderne n'est qu'une série de moments pendant lesquels on attend de passer à la caisse. De Jean Dion / Le Devoir - 12 Novembre 1998
  • De nos jours vous pouvez aller dans une station service et trouver la caisse ouverte et les toilettes fermées. Ils doivent penser que le papier toilette vaut plus que les billets. De Joey Bishop
  • Le théâtre n'est jamais la fabrication d'un produit, ce qui élimine trois choses : le tiroir-caisse, les acteurs et les spectateurs. Que reste-t-il ? L'essentiel, l'aventure du langage. De Armand Gatti / Petit dictionnaire du théâtre
  • Les hommes sont des caisses fermées dont la clé est l'épreuve. De Proverbe arabe
  • Ne louez et ne blâmez personne avant de l’éprouver, car les hommes sont des caisses fermées dont la clé est l’épreuve. De Proverbe arabe
  • Le cycle d’obsolescence des ordinateurs est devenu si rapide, que dans les hypermarchés informatiques du futur, il y aura des décharges juste en face des caisses enregistreuses. De Dave Barry / Chroniques déjantées d’internet
  • Dans la Manche, une femme de 31 ans a comparu cette semaine devant le tribunal correctionnel de Coutances (Manche) après que la caisse d'allocations familiales du département a déposé plainte contre elle. La prévenue était soupçonnée de s'être déclarée auprès de l'organisme mère célibataire, avec deux enfants à charge, de décembre 2015 à août 2018, alors qu'elle vivait en concubinage, rapporte La Manche libre. , Faits-divers - Justice | La fausse mère célibataire escroque 39 268 euros à la caisse d'allocations familiales
  • Pour sa première année d’exercice complet depuis la fusion des caisses Alsace et Lorraine Champagne-Ardenne en juin 2018, la Caisse d’Épargne Grand Est Europe (CEGEE) a dégagé, en 2019, un produit net bancaire de 506 millions d’euros et un résultat net de 74 millions. Ce dernier est multiplié par deux par rapport à 2018 fait savoir un communiqué. L’année 2019 a été marquée par une hausse de la collecte qui s’est établie à près de 700 millions d’euros et de celle des crédits (crédits d’équipement et immobilier prioritairement) en progression de 40% par rapport à 2018 pour un total de plus de 4 milliards d’euros. Journal L'Union, La Caisse d’Épargne Grand Est double son résultat net
  • Après avoir patrouillé dans le secteur, les forces de l’ordre tombent finalement sur un individu qui correspond à la description des habitants, place des Emmurés. En arrivant à sa hauteur, elles remarquent que la « boîte métallique » décrite par les habitants est une caisse enregistreuse que le voleur tentait de détruire pour en récupérer le contenu. , Il tente d'ouvrir une caisse enregistreuse en pleine rue à Rouen : la police l'interpelle | 76actu
  • https://www.capital.fr/entreprises-marches/levothyrox-condamne-le-geant-de-la-sante-merck-passe-a-la-caisse-1373683 Capital.fr, Levothyrox : condamné, le géant de la santé Merck passe à la caisse ! - Capital.fr

Images d'illustration du mot « caisse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « caisse »

Langue Traduction
Anglais fund
Espagnol caja
Italien cassa
Allemand kasse
Portugais caixa
Source : Google Translate API

Synonymes de « caisse »

Source : synonymes de caisse sur lebonsynonyme.fr

Caisse

Retour au sommaire ➦

Partager