Liaison : définition de liaison


Liaison : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

LIAISON, subst. fém.

A. − [Dans l'ordre matériel; correspond à lier I B 2] Action, manière de lier, de joindre ou de mêler deux ou plusieurs éléments, d'assurer la continuité ou la cohésion d'un ensemble; état qui en résulte. Il existe une liaison très intime, et même souvent une continuité non interrompue entre les filons et autres dépôts d'incrustation formés à l'intérieur du sol déjà consolidé et des couches métallifères dans lesquelles les mêmes substances se trouvent disséminées (Élie de Beaumontds B. Sté géol. Fr., t. 4, 1847, p. 35).La principale chose à considérer ici, c'est cette liaison de tous les muscles qui fait que chacun d'eux, dès qu'il se remue, éveille tous les autres, et non point d'abord ceux qui doivent coopérer (Alain, Propos,1921, p. 349).
1. [Dans le domaine de la constr.] Action de joindre les différents éléments d'un assemblage.
a) MAÇONN. (Disposer des matériaux) en liaison. (Disposer des matériaux) de manière que les joints de deux assises consécutives ne portent pas les uns sur les autres. Dans le grand appareil, les constructeurs [gothiques] avaient soin de lier les ouvrages en alternant les joints verticaux des pierres; ils ont même fréquemment exagéré cette façon utile de les superposer en liaison, en cherchant des combinaisons extraordinaires (Lenoir, Archit. monast.,1856, p. 271).
Liaison à sec. Manière d'assembler les matériaux sans utilisation de mortier. La liaison à sec a été employée dans la construction des Pyramides (Ac. Compl.1842).
P. méton. Liaison (de joint). Mortier, ciment, plâtre servant à joindre les briques ou les pierres. Non contents de s'en servir pour liaisonner les pierres et les briques de leurs édifices, les Romains ont fait du ciment un élément de construction (...). Les couches de ciment alternant avec les briques dans la même mesure d'épaisseur, la liaison devient à son tour un principe de résistance (Ch. Blanc, Gramm. arts dessin,1876, p. 112).V. aggloméré ex. 15.
b) MAR. Pièces de liaison ou, p. méton., liaisons. ,,Pièces de bois de construction, telles que gouttières, préceintes, courbes, hiloires, qui lient entre elles, ou fortifient les parties principales du navire`` (Bonn.-Paris 1859).
2. ART CULIN. Opération consistant à incorporer un ingrédient à une préparation pour la rendre homogène et consistante. La liaison des potages peut être faite de bien des façons : au moyen d'un roux plus ou moins foncé, de jaunes d'œufs, de beurre, de crème, d'un féculent quelconque (Ali-Bab, Gastr. prat.,1907, p. 99).
P. méton. L'ingrédient utilisé pour opérer le mélange; la composition ainsi obtenue. La liaison des haricots était tournée (Goncourt, Journal,1856, p. 266).Les sauces liées, de beaucoup les plus importantes, se composent toutes d'un fond plus ou moins succulent, assaisonné, aromatisé, et d'une liaison (Ali-Bab, Gastr. prat.,1907p. 95).
3. MUS. Réunion d'un groupe de notes par un signe en forme de ligne arquée, servant à indiquer une exécution liée (v. ce mot I A 1 c) ou à faire ressortir les grandes articulations d'une phrase musicale. Le Grand Détaché se produit en usant de toute la longueur de l'archet (...) sans que l'archet quitte jamais la corde, aucune liaison n'étant indiquée sur le texte (Widor, Techn. orch. mod.,1904, p. 207).Chaque période qui doit former un tout, suivant rigoureusement le développement des thèmes, constituant des noyaux, autour desquels on s'appliquera à greffer les développements, les liaisons, les modulations, les motifs secondaires et les cadences (Lallement, Dyn. instrum. archet,1925, p. 198).
En partic. Réunion de deux notes de même hauteur par un signe en forme de petit arc indiquant ,,l'addition en une seule note des deux valeurs de durée`` (Mus. 1976). Une liaison [entre deux notes de musique] est « boiteuse » lorsqu'elle unit une note à une autre note suivante plus longue qu'elle-même. Plus le rythme est bref, plus la liaison est boiteuse (Dupré, Harm. analyt., t. 1, 1936, p. 32).
4. PHONÉTIQUE
a) [En français] Procédé consistant à prononcer devant la voyelle ou le h muet initial d'un mot, la consonne finale, ordinairement muette, du mot précédent. Consonne de liaison (synon. consonne latente); liaisons obligatoires, impossibles, variables, facultatives. Et lui, après son au revoir, d'ajouter : « Pensez à moi », puis se reprenant et faisant la liaison, comme on enseigne à l'école : « Pensez-z-à-moi. » (Montherl., Songe,1922, p. 75).
Fausse liaison, mauvaise liaison ou, p. plaisant., liaison dangereuse. Prononciation d'une consonne de liaison là où il n'en faut pas ou d'une consonne autre que celle qui est nécessaire. Familièrement, une fausse liaison s'appelle cuir quand elle est faite par l'addition d'un t : Il va-t-à la foire; − velours quand elle est faite par addition d'un s : J'ai-z-obtenu. − Un pataquès est une confusion de liaisons : Ce n'est pas-t-à moi, ce n'est point-z-à vous (Grev.1964, p. 57, note 1).
b) Voyelle de liaison. Voyelle ,,qui s'ajoute dans certaines conditions entre deux éléments de formation, p. ex. entre le thème et la désinence (lat. leg-i-te en regard de fer-te), entre les deux éléments d'un composé (lat. pac-i-ficus), pour rendre la prononciation plus aisée ou prévenir des altération phonétiques`` (Mar. Lex. 1933).
5. CHIM. Interaction de deux atomes d'une même molécule ou de molécules différentes par mise en commun d'électrons. Liaison intermoléculaire, intramoléculaire; liaison simple, double, triple; liaison ionique; liaison covalente; liaison hydrogène. En même temps que se produisent les transformations électroniques, il peut y avoir modification des forces de liaison des atomes dans la molécule, ce qui provoque aussi des oscillations atomiques (M. Curie, Luminescence,1934, p. 8).
6. ARTILL. V. lien B 4.
7. INFORMAT. V. lien B 5.
B. − [Dans l'ordre de la pensée; correspond à lier II A] État de deux ou plusieurs faits ou phénomènes unis par un rapport naturel ou logique; manière dont ils sont unis. Synon. dépendance, corrélation; anton. indépendance.Liaison naturelle, nécessaire, logique, mathématique, historique; liaison causale, de causalité; liaison intime, étroite entre deux choses. Les phénomènes de conscience, caractérisés par les diverses catégories, admettent autant de modes de liaison et de transition dans le devenir qu'il y a de rapports et de lois pouvant les enchaîner mutuellement à l'état de repos (Renouvier, Essais crit. gén., 3eessai, 1864, p. xii).On ne peut continuer à prostituer l'idée de théâtre qui ne vaut que par une liaison magique, atroce, avec la réalité et avec le danger (Artaud, Théâtre et son double,1938, p. 106).
[Dans un ouvrage, un discours, une phrase] Art, manière d'exprimer l'enchaînement des idées, les relations entre les différentes parties; éléments qui assurent cet enchaînement. Idées, mots sans suite et sans liaison. J'ai fini mon chapitre, et j'aborde le plan du suivant où les faits surabondent, mais je n'ai pas encore la liaison qui doit les rendre vraisemblables (Flaub., Corresp.,1867, p. 116).Lier des mots et des idées, faire de l'oratoire, cela s'appelle penser, et, la faculté de liaison étant faible chez les Goncourt, on en a inféré une pareille faiblesse de leur faculté de penser (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 118):
1. Une chose n'est pas belle sans ensemble; elle n'est pas une chose, mais un assemblage de choses qui pourront produire l'unité et la beauté, lorsque, unies à ce qui leur manque encore, elles formeront un tout. (...) une compilation des plus belles pensées morales éparses et sans liaison ne forme point un traité de morale. Senancour, Obermann, t. 1, 1840, p. 84.
GRAMM. Mot, particule, terme de liaison. Mot, tel que les conjonctions et les prépositions, servant à indiquer le rapport établi entre deux éléments d'une même proposition ou entre deux propositions différentes. On remarque qu'en langue française, certains termes génériques semblent postuler l'emploi de particules de liaison, tel « détroit », « mer », « passage » (Dor.-Poir.1975).
C. − [Dans les rapports entre pers. ou groupes de pers. et dans le domaine de la communication]
1. [Correspond à lier II B 1 b]
a) [Dans les rapports de caractère individuel]
α) [Rare à l'époque mod.] Fait de se lier, d'être lié avec quelqu'un; relations ainsi établies. Être, entrer en liaison avec qqn; liaison affective; liaison d'amitié; liaison d'enfance; liaisons humaines, mondaines; liaisons de société. Les Liaisons dangereuses (roman épistolaire de Choderlos de Laclos). Ce qui vous surprendra, monsieur, c'est qu'aucun d'eux ne me connaît. Jamais aucun d'eux, excepté le seigneur Furia, n'a eu avec moi ni liaison ni querelle, ni rapport d'aucune espèce (Courier, Lettre à M. Renouard,1810, p. 263).Les psychasthéniques et les faibles cherchent toujours leurs liaisons chez les inférieurs ou auprès d'êtres, comme les enfants et les vieillards, que leur âge rend dociles ou faciles à vivre (Mounier, Traité caract.,1946, p. 508):
2. J'avais contracté une liaison, sinon intime, du moins assez familière, avec ce jeune homme mélancolique. Je fréquentais aussi deux ou trois Irlandais, par un sentiment d'attrait vers leur nation plus encore que par goût de leur personne. Sainte-Beuve, Volupté, t. 2, 1834, p. 227.
β) En partic. Relations amoureuses d'une certaine durée (entre personnes non mariées ensemble). Liaison amoureuse; liaison de cœur; liaison sérieuse, durable, secrète, scandaleuse; avoir une liaison avec qqn; avoir une liaison (avoir une maîtresse ou un amant). Gérard, à cause de sa vie tranquille et domestique, était traité de bourgeois par ses anciens amis, qui ne comprenaient pas une liaison si longue avec Mariette (Champfl., Avent. MlleMariette,1853, p. 130).J'ai eu huit femmes, et pas huit passades, non, huit liaisons dont tu as bien su quelque chose (Duhamel, Nuit St-Jean,1935, p. 81):
3. La présence constante? Mais c'est elle, précisément, qui saperait l'amour. Dans une liaison, chacun de nous garde sa liberté. L'amour n'est plus codifié. Vous aimer n'est plus le « devoir » conjugal. Vous voir n'est plus une obligation mais un plaisir. Et le secret où gît notre liaison la rend plus chaude, cela aussi est connu depuis Jeroboam... Montherl., Démon bien,1937, p. 1256.
b) [Dans les rapports sociaux (vie publ., pol., prof.)] Relations de communication, d'échange, en vue d'une coopération. Être, travailler en liaison avec qqn, avec un service; liaisons hiérarchiques; liaisons fonctionnelles; liaisons de coopération d'une entreprise. Les dernières dépêches apportaient maintes preuves de l'activité de l'Internationale. Les partis belge, italien, allemand, autrichien, anglais, russe, étaient en liaison constante avec le parti français (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 282):
4. Le caractère spécifique de la fonction préfectorale est d'établir la liaison et la conciliation indispensables entre gouvernants et gouvernés et de contribuer ainsi à la solution du problème permanent de l'État. Belorgey, Gouvern. et admin. Fr.,1967, p. 297.
2.
a) ARM. Relations établies par divers moyens entre chefs et subordonnés ou entre différentes formations militaires pour assurer la communication des informations et la transmission des ordres. Officier, mission de liaison; avion, feux de liaison; faire la liaison. Paradis est dur. Mais il avait toute la nuit couru dans la tranchée en qualité d'homme de liaison pendant que les autres dormaient, et il avait des raisons d'être rendu (Barbusse, Feu,1916, p. 209).La situation tactique s'était en outre sensiblement améliorée grâce à la solidité et à la continuité rétablies dans notre front, grâce à la liaison maintenant assurée à gauche avec la 5earmée, comme à droite avec la 4e(Foch., Mém., t. 1, 1929, p. 91).
Agent de liaison. V. agent II C 3.P. métaph. Chaque coterie [à New-York] se connaît, se surveille, s'envoie des espions, des estafettes, des agents de liaison; le plaisir, l'argent, la boisson, les sports, les bonnes œuvres, les voyages, enfin d'autres francs-maçonneries non moins modernes, relient aujourd'hui des mondes qui hier n'avaient rien de commun (Morand, New-York,1930, p. 221).
P. méton. Groupe destiné à assurer la liaison. Il place ses réserves en barrage dans le bois, cherche et trouve sa liaison au ravin des fontaines et creuse la terre pour s'y mieux agripper (Bordeaux, Fort de Vaux,1916, p. 179).Le général Dillon, chef de la liaison militaire britannique en Afrique du Nord, était renvoyé d'Alger (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 72).
b) Relations régulièrement assurées (entre deux personnes, deux communautés, deux localités) par des moyens de communication spéciaux. Être en liaison téléphonique, en liaison radio avec qqn. Je venais d'entrer comme jeune pilote de ligne de la Société Latécoère qui assura, avant l'aéropostale, puis Air France, la liaison Toulouse-Dakar (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p. 141).Des personnels du service des télécommunications de la navigation aérienne sont embarqués pour assurer les liaisons utiles avec les avions en vol et les liaisons avec les stations terrestres, nécessaires à l'acheminement des observations faites à bord (Météor. fr.,1963, p. 13).
P. méton. Les moyens de communication eux-mêmes. Synon. ligne.Établir des liaisons ferroviaires, routières, télégraphiques. Il appelle au téléphone le général de brigade. Par bonheur cette liaison-là existe encore. Le fil, d'ailleurs très court, n'a pas encore été arraché par une explosion (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 40).Il faut faire de la France le point d'escale des grandes liaisons aériennes transatlantiques (Pineau, S.N.C.F. et transp.,1950, p. 126).
Prononc. et Orth. : [ljεzɔ ̃]. ,,Après un mot qui se termine par une consonne, il y a parfois diérèse; par liaison [paʀ-li-ε-zɔ ̃]; une liaison [yn-li-ε-zɔ ̃]`` (Warn. 1968). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. A. Action de lier, de relier; état de ce qui est lié, relié. 1. 1260 maçonn. « assemblage d'une assise de pilier composé » ([H. Omont] Album de Villard de Honnecourt, fac-similé du ms. 19093 de la Bibl. nat., pl. xxx [fol. 15 vo] : chi prennés matere d'on piler metre a droite loisons; pl. lxiii [fol. 32] : Par tos ces pilers sunt les loizons teles come eles i doivent estre); id. « assemblage des quatre éléments d'une assise d'un pilier quadrangulaire (appareil plein-sur-joint) » (id., pl. xl [fol. 20 vo] : Par chu fait on on piler de quatre cuins venir a loison); 2. a) 1538 (Est., s.v. suffraenatio : Liaison forte et serree qu'on fait es murailles); 1606 « action de faire adhérer entre eux tous les éléments d'un mur » (Nicot); b) fin xvies. « (en parlant d'un matériau) état de ce qui est lié, de ce qui a de la cohésion » (ap. R. hist. et archéol. du Maine, 1887, p. 314 ds Gdf. : sablon qui n'a aucune liaison ne teneur); 3. 1538 (Est., s.v. necto-nexus : nouement, liaison); a) 1580 « action de lier, d'attacher (quelqu'un) » (Montaigne, Essais, II, xii ds Œuvres, éd. A. Thibaudet et M. Rat, p. 434 : les liaisons et emmaillottements des enfants); b) 1597 « action de cercler (des tonneaux) » (Liébault, Mais. rust., p. 601, ds Gdf.); 4. 1559 « ensemble de choses liées » (Amyot, Marcellus, 20 ds Œuvres, éd. G. Walter, t. 1, p. 679); 5. 1588 fig. « état de ce qui est lié, agencé » (Montaigne, op. cit., I, xxiii, p. 118 : la liaison et texture de cette monarchie); 6. 1656, 30 sept. id. « rapport de connexité entre deux choses » (Pascal, xiiieProvinciale ds Œuvres, éd. J. Chevalier, p. 812). B. Ce qui sert à lier 1. 1393 art culin. (Ménagier, II, 140 ds T.-L.); 2. 1482 « lien servant à ligoter quelqu'un » (Mystère de St Didier, éd. J. Carnandet, p. 406); 1559 « lien, ce qui sert à attacher, à entourer » (Amyot, Alexandre, t. 2, p. 343); 3. 1538 (Est., s.v. conjugo-conjugatio : conjugatio verbale, verborum Ciceron : liaison); 1559 « ce qui lie les mots entre eux » (Amyot, Démosthène, 3, t. 2, p. 709); 1592 gramm. (Delamothe ds Thurot Prononc. t. 2, p. 7 : nous joignons tellement nos mots ensemble par une mutuelle liaison et proportion de voyelles et consonantes); 1649 id. mot de liaison [car] (Ménage, Requête des dict. ds Littré); 4. 1680 « trait de plume unissant les lettres d'un mot » (Rich.); 5. 1765 mus. « trait recourbé dont on couvre les notes qui doivent être liées » (Encyclop. t. 9, p. 455 a). II. Action, fait de se lier, d'être lié à quelqu'un, à quelque chose. 1. a) 1324 « ce qui oblige, engage moralement » (ap. Morice, Preuves de l'H. de Bret., I, 1329 ds Gdf.); b) 1580 « ce qui entrave, brime, asservit » (Montaigne, op. cit., II, xii, p. 541); c) 1588 synon. de amitié (Id., op. cit., I, xxviii, p. 788); 1681, 3 janv. au plur. « relations, accointances » (Mmede Maintenon, Lett. à M. d'Aubigné ds Littré); 2. 2emoitié xvies. « état de personnes liées par les sentiments » (Lanoue, 62, ibid.); 3. 1781 « personne avec laquelle on est lié » (Genlis, Théâtre d'éduc. ds Gohin, p. 296). Dér. de lier* à l'aide du suff. -aison*, d'apr. le lat. ligatio, -onis « ligature » méd.; terme de rhét. (ligatio verborum) à basse époque; dans la lang. chrét. « action de retenir les péchés; lien moral, mariage » (TTL s.v.; Blaise Lat. chrét.); à l'époque médiév. « ligue, pacte » (Blaise Latin. Med. Aev., s.d.); cf. l'a. prov. liazon « parure, toilette, vêtement » (2emoitié du xiies.). Fréq. abs. littér. : 2 678. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 079, b) 2 627; xxes. : a) 2 318, b) 5 690.

liaison « action de lier »

liaison « action de se lier »

Liaison : définition du Wiktionnaire

Nom commun

liaison \ljɛ.zɔ̃\ féminin

  1. Union ou jonction de plusieurs corps ensemble.
    • La porcelaine, cette matière céramique la plus parfaite, résulte de la liaison à une température très élevée, de l’infusible kaolin et du fusible feldspath, en une masse homogène. — (Le Siècle du rococo: art et civilisation du XVIIIème siècle, Residenzmuseum München, H. Rinn, 1858, page 223)
    • Les forces provocatrices sont celles que l'on doit mettre en jeu pour perturber la cohésion de l'atome. La perturbation de la structure atomique intervient d'abord au niveau des réactions chimiques où quelques électrons-volts (eV) suffisent pour modifier les liaisons électromagnétiques. — (Éric Muraise, Testament pour un monde futur : essai synthétique sur les convergences modernes des disciplines de la pensée et de l'action, des philosophies et des sciences., Paris : chez Julliard, 1971)
    • Cette étape est plausible , car NO est une espèce à nombre impair d'électrons, et deux molécules peuvent former une liaison covalente quand elle se rencontrent. Le fait que le dimère N2O2 existe aussi dans le solide rend la suggestion plausible. — (Peter William Atkins, Éléments de chimie physique, traduit de l'anglais par Monique Mottet, révision scientifique par ‎Paul Depovere, De Boeck Supérieur, 1998, page 262)
  2. (Figuré) Amitié, bonne entente.
    • Ce qui ruine les familles, c'est le manque de liaison.
  3. (En particulier) Relation amoureuse, surtout hors du mariage.
    • Les Liaisons dangereuses.
    • Ainsi, nous lui connaissons quelques liaisons qui furent célèbres. — (Octave Mirbeau, La Mort de Balzac, 1907)
    • Pourquoi ne voulais-je pas fonder un foyer? Il me peinait d'abord de rompre une liaison élégante […] alors surtout qu'on ne me présentait aucun parti sortable. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942, p.76)
    • Sous prétexte qu'on me voyait passer des heures à discuter avec telle ou telle, on en avait conclu que j'avais dix liaisons. — (Eric-Emmanuel Schmitt, L'Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000. Prologue)
    • Des histoires, des aventures, des flirts, des romances et des liaisons. Des amourettes sans importance et sans lendemain qui, avec du recul, ne semblaient exister qu'au pluriel. — (Ida Junker, Les années fastes, chez l'auteur à Asnières, 2007, p.9)
  4. Communication ; relation.
    • Agent de liaison, personne qui a pour fonction d’établir des relations constantes entre diverses unités.
    • La liaison par dirigeable entre le Brésil et l'Allemagne devait d'ailleurs durer sept jours cette fois là. — (Jean Mermoz, Mes Vols, p.91, Flammarion, 1937)
  5. (Figuré) Rapport, suite, connexité, lien.
    • Il n'y a aucune liaison entre ces deux affaires.
  6. (Grammaire) Mot qui sert à lier les différents termes d’une proposition ou les propositions entre elles, conjonction.
    • « Et », « mais » sont des liaisons.
  7. (Linguistique) Procédé consistant à prononcer la consonne finale d’un mot lorsque celui-ci est suivi d’un mot commençant par une voyelle ou un h muet. En alphabet phonétique international, ce procédé est noté par le symbole « ‿ ». Pour plus d'explications, voir l’annexe.
    • Dans mes amis \me.z‿a.mi\, le son z est une liaison.
  8. (Littéraire) Ce qui lie les parties d'un discours les unes aux autres.
    • Dans cette tragédie, dans cette comédie, la liaison des scènes est bien observée. Les scènes y sont amenées les unes par les autres.
  9. (Calligraphie) Traits déliés qui unissent les lettres.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  10. (Construction) Manière dont les divers matériaux sont disposés les uns par rapport aux autres, de façon à former une construction bien liée ou liaisonnée, et produire en conséquence toute la solidité possible.
    • Maçonnerie en liaison, disposition telle que le milieu d’une pierre est posé sur le joint de deux autres.
  11. (Maçonnerie) Mortier, plâtre qui sert à jointoyer les pierres.
    • Voilà des pierres bien jointes, on n'en voit pas les liaisons.
    • Dans la mosaïque, c’est un mastic qui fait la liaison des pierres et des émaux.
  12. (Cuisine) Jaunes d’œufs délayés et autres matières propres à épaissir les sauces.
    • Faire une liaison dans un potage, dans une sauce.
  13. (Fauconnerie) Se dit des ongles et des serres des oiseaux de proie, et de l'action avec laquelle ils lient et enlèvent le gibier.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  14. (Marine) Assemblage de toutes les parties de charpente qui forment la construction d'un vaisseau et qui se travaillent ensemble.
    • Un vaisseau a de bonnes liaisons ou ses liaisons sont faibles.
  15. (Musique) Suite de plusieurs notes passées sous la même syllabe.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
    1. (Musique) Trait recourbé qui unit les notes qui doivent être liées.
  16. (Militaire) Jonction.
    • Une armée qui opère en liaison avec une autre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Liaison : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LIAISON. n. f.
Union, jonction de plusieurs corps ensemble. Ces pièces sont si bien jointes qu'on n'en voit pas la liaison. La liaison de ces pièces de bois est défectueuse. Dans la mosaïque, c'est un mastic qui fait la liaison des pierres et des émaux. Il se dit principalement, en termes de Maçonnerie, du Mortier, du plâtre qui sert à jointoyer les pierres. Maçonnerie en liaison, Celle qui est faite de manière que le milieu d'une pierre est posé sur le joint de deux autres. Par extension, en termes d'Art militaire, Assurer la liaison de deux corps. Une armée qui opère en liaison avec une autre. Agent de liaison, Celui qui a pour fonction d'établir des relations constantes entre diverses unités. Il se dit, en termes de Calligraphie, des Traits déliés qui joignent les unes aux autres les lettres ou les parties d'une même lettre. Il se dit de même, en termes de Musique, d'un Trait recourbé dont on couvre les notes qui doivent être liées. Il se dit aussi, dans la Musique vocale, d'une Suite de plusieurs notes passées sous la même syllabe. Il se dit, en termes de Cuisine, de Jaunes d'œufs délayés et d'autres matières propres à épaissir une sauce. Faire une liaison dans un potage, dans une sauce. En termes de Grammaire, il se dit de Certains mots qui servent à lier les différents termes d'une proposition et les propositions entre elles. Les liaisons rendent l'expression de la pensée plus claire. Il se dit, dans la langue parlée, du Fait d'unir certaines consonnes finales d'un mot avec la voyelle initiale du mot suivant. Dans les arbres, s est en liaison avec l'a de arbres. Le manque de culture se trahit également par les liaisons vicieuses et par l'absence des liaisons.

LIAISON Se dit figurément de Ce qui lie les parties d'un discours les unes aux autres. Liaison des idées. Liaison dans les phrases, dans les parties d'un discours. Il n'y a point de liaison, il y a une liaison nécessaire, une liaison intime entre ces deux idées. Les connaisseurs ont admiré la liaison des scènes dans cette pièce de théâtre. Il se dit aussi, figurément, de la Connexion et du rapport que des affaires ont les unes avec les autres. Il y a liaison entre cette affaire et celle dont vous vous occupez. Il n'y a pas de liaison, de rapport entre ces deux affaires. Il se dit encore, figurément, du Lien qui existe entre les personnes. Liaison de parenté, d'amitié, d'intérêt, de commerce, d'affaires. Entre eux il y a depuis longtemps une liaison étroite. Avoir une liaison intime avec quelqu'un. Former, rompre une liaison. Ce jeune homme a une liaison s'emploie pour dire qu'Il a une maîtresse. Au pluriel, il se prend, dans un sens analogue au précédent, pour Relations, fréquentations. Cet homme a des liaisons qui me sont suspectes. Je lui ai fait sentir le danger de ses liaisons. Liaisons dangereuses. On dit plutôt, dans les deux derniers sens, Relations.

Liaison : définition du Littré (1872-1877)

LIAISON (li-è-zon) s. f.
  • 1État de ce qui est lié. La soudure est une espèce de liaison. Ces pièces sont si bien jointes qu'on n'en voit pas la liaison. La laine desdits plis ou pelures étant plus sèche et moins liante que la mère-laine, avec laquelle elle est mêlée, cela en empêche la liaison, Procès-verbal de police d'Amiens, 16 janv. 1671.

    Fig. L'égalité, mon frère, en est [de l'amitié] le ferme appui, C'en est le fondement, la liaison, le gage, Corneille, Rod. I, 1. Le cœur de l'homme étant destiné pour posséder un bien immense, quoique la liaison qui l'y tenait attaché soit rompue, Bossuet, Sermons, l'Honneur, 1.

  • 2 Terme de calligraphie. Petit trait de plume qui lie les parties de lettres les unes aux autres, et les lettres entre elles. Faire bien les liaisons.
  • 3 Terme de musique. Trait recourbé dont on couvre les notes qui doivent être liées.

    Se dit, dans le plain-chant, d'une suite de notes passées sur la même syllabe.

    Liaison d'harmonie, se dit d'une suite d'accords tels que quelqu'un des sons qui forment le premier, subsiste encore dans le second. Liaison de chant, se dit de l'exécution de plusieurs notes d'un seul coup d'archet ou de gosier.

  • 4 Terme de marine. Liaisons ou pièces de liaison d'un navire, les pièces de bois de construction telles que gouttières, préceintes, courbes, hiloires, qui lient ou fortifient les parties principales du navire.
  • 5 Terme de cuisine. Jaunes d'œufs délayés ajoutés à une sauce au moment de servir pour l'épaissir un peu.
  • 6 Terme de plombier. Se dit de l'alliage de l'étain avec le plomb pour former la soudure.
  • 7 Terme de maçonnerie. Liaison de joint, ou, simplement, liaison, le mortier qui sert à jointoyer les pierres.

    Liaison à sec, maçonnerie dans laquelle les pierres sont posées les unes sur les autres sans mortier, leurs lits étant polis et frottés au grès.

    Maçonnerie en liaison, celle qui est faite de manière que le milieu d'une pierre est posé sur le joint de deux autres.

  • 8 Fig. Ce qui lie les parties d'un discours les unes aux autres. Le style de ces cantiques [des Hébreux], hardi, extraordinaire… affranchi des liaisons ordinaires que recherche le discours uni, Bossuet, Hist. II, 3. De tous les défauts de ce poëme [la Lusiade] le plus grand est le peu de liaison qui règne dans toutes ses parties ; il ressemble au voyage dont il est le sujet, Voltaire, Ess. poés. épiq. ch. 6. On souffre des vers de liaison dans une tragédie ; mais les gens de goût ne peuvent souffrir des vers lâches, des hémistiches rebattus, des épithètes oiseuses, Voltaire, Lett. Thibouville, 8 fév. 1773.

    La liaison des scènes est bien observée dans cette tragédie, dans cette comédie, les scènes y sont amenées les unes par les autres. J'ai dit que la liaison de scènes est ici perpétuelle, et j'y en ai mis de deux sortes, de présence et de vue ; quelques-uns ne veulent pas que, quand un acteur sort du théâtre pour n'être point vu de celui qui y vient, cela fasse une liaison ; mais je ne puis être de leur avis sur ce point, et tiens que c'en est une suffisante quand l'acteur qui entre sur le théâtre voit celui qui en sort, ou que celui qui sort voit celui qui entre, soit qu'il le cherche, soit qu'il le fuie, soit qu'il le voie simplement, sans avoir intérêt à le chercher ni à le fuir, Corneille, Examen de la Suivante.

    Terme de grammaire. Petit mot qui sert à lier les membres des périodes et les périodes mêmes les unes avec les autres. Que c'est [car] un mot de liaison Introducteur de la raison, Ménage, Requête des dict.

    Il se dit de cette particularité propre à la langue française, par laquelle la dernière lettre d'un mot se joint au mot suivant. Dans grand homme, le d fait liaison, et on prononce : gran-t homme.

  • 9Connexité, rapport. Les passions qui sont les plus convenables à l'homme, et qui en renferment beaucoup d'autres, sont l'amour et l'ambition ; elles n'ont guère de liaison ensemble, cependant on les allie assez souvent, Pascal, Passions de l'amour. Il y a tant de liaison entre la spéculation et la pratique que…, Pascal, Prov. XII. Il n'y a rien de cela [intérêt, sympathie] aux exemples des païens ; nous n'avons point de liaison à eux, Pascal, Pens. XXIV, 22, éd. HAVET. Vous voyez, d'où vous êtes, tout ce qui se dit [chez Mme de Sévigné, à son retour], et la joie qu'on témoigne, et Mme de Grignan et votre voyage, et tout ce qui n'a point de liaison ni de suite, Sévigné, 166. J'aurais été bien fâchée de la perdre [une lettre] ; elle me fait une liaison de conversation qui m'instruit de tout ce qui m'échappait, Sévigné, 18 sept. 1689. J'admire la liaison que j'ai avec les affaires publiques ; il faut que l'excès de ce qu'on demande à votre assemblée retombe sur moi ; quand je le sus, je sentis le contre-coup, Sévigné, 13 nov. 1676. La Providence m'y a conduite [à Bourbon] par la main, en tournant les volontés et faisant des liaisons comme elle a fait, Sévigné, 22 sept. 1687. Ces empires ont une liaison nécessaire avec l'histoire, Bossuet, Hist. III, 7. Qu'ils [les devins] nous annoncent les choses futures ; qu'ils nous annoncent du moins tous les temps passés, et qu'ils fassent la liaison des uns avec les autres, Bossuet, Élév. sur myst. I, 4.
  • 10Union d'amitié, d'intérêt. Prud'homme m'avait fait assurer qu'il serait très aise de prendre liaison avec moi, Retz, II, 223. Nous sommes si fort dans les mêmes intérêts [avec le chevalier de Grignan], qu'il n'est pas possible que cela ne fasse une liaison toute naturelle, Sévigné, 30 nov. 1689. Je n'oublierai jamais cet endroit de ma vie, il me semble qu'il nous a fait une liaison particulière, Sévigné, à M. de Guitaut, 16 nov. 1674. Quelque liaison qu'il y ait entre vous et M. de Morveaux, vous en avez encore davantage avec la justice et la raison, Ch. Sévigné, à Lamoignon, dans SÉV. t. X, p. 292, édit. RÉGNIER. Les mariages sont aussi souvent un supplice qu'une douce liaison, et on est une dure croix l'un à l'autre, Bossuet, Élév. sur myst. VI, 11. Ravi d'entrer en liaison avec ce grand homme, Fontenelle, Hartsoeker. La liaison intime d'Alcibiade avec Socrate est une des particularités de sa vie les plus remarquables, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 935, dans POUGENS. Tant l'amour de la liberté et la crainte d'être assujettis prévalaient, dans le cœur des Romains, sur toutes les liaisons du sang et de la nature ! Vertot, Rév. rom. VII, 226. Je ne puis… demeurer avec vous en liaisons que cette vérification ne soit faite, Rousseau, Lett. à Souttersheim, 21 juin 1764.

    Fig. Il n'y a point de liaison si étroite avec le monde que je ne doive rompre, Bourdaloue, 14e dim. après la Pentec. Dominic. t. III, p. 420.

    Au plur. Sociétés, accointances. Ne faites pas de nouvelles liaisons ; connaissez avant d'aimer, Maintenon, Lett. à M. d'Aubigné, 3 janv. 1681. Soyez circonspecte dans vos liaisons avec les femmes ; il vaut mieux être vue à l'opéra avec tel homme qu'avec telle femme au sermon, Maintenon, Lett. à Mme d'Havrincourt, 24 juin 1705. De peur qu'il ne prît des liaisons avec les mécontents, Fénelon, Tél. VIII. Vous n'en cultivez pas moins des liaisons fatales, Massillon, Carême, Inconst. Les méchants n'ont que des complices ; les voluptueux ont des compagnons de débauche ; les intéressés ont des associés ; les politiques assemblent des factieux ; le commun des hommes oisifs a des liaisons ; les princes ont des courtisans ; les hommes vertueux ont seuls des amis, Voltaire, Dict. phil. Amitié. J'étais résolu de m'en tenir désormais aux liaisons de simple bienveillance, qui, sans gêner la liberté, font l'agrément de la vie, Rousseau, Conf. X. Ayez beaucoup de chevaux, des loges à tous les spectacles, jouez gros jeu, et je vous promets les liaisons les plus brillantes, Genlis, Théât. d'éduc. le Vrai sage, I, 3.

    Liaisons dangereuses, liaisons contractées imprudemment avec des hommes ou des femmes dangereuses. Les Liaisons dangereuses, titre d'un ouvrage de Laclos.

    Par un jeu de mot, liaisons dangereuses, vice d'élocution par lequel on met une liaison là où il n'en faut pas, ou une autre que celle qu'il faut.

  • 11Engagement. Voici mes engagements : je suis liée avec M. le chevalier de Grignan qui n'est point parti avec ma fille pour m'attendre… elle crut que cette liaison assurait mon voyage à Grignan, Sévigné, à Mme de Guitaut, 25 avril 1694.
  • 12 Terme de fauconnerie. Action de l'oiseau qui saisit et enlève le gibier.

    Liaison se dit aussi des serres de l'oiseau. Les oiseaux qui ont la liaison crochue ne se tiennent guère sur les rochers, parce que leurs crocs n'y peuvent prendre.

HISTORIQUE

XIVe s. Iceulx moieulx d'œufs jaunissent assez, et si font lioison, Ménagier, II, 5.

XVIe s. Ayant fait dresser, sur une liaison de huit galeres joinctes ensemble, une grosse machine et engin de batterie pour rompre la muraille, Amyot, Marcel. 20. Il vit le chariot duquel on parle tant, lié d'une liaison d'escorce de cormier, Amyot, Alex. 31. Entendre les figures, translations et belles liaisons de simples dictions les unes avec les autres, Amyot, Dém. 3. La liaison et contexture de cette monarchie, Montaigne, I, 121. Nouer une liaison [amitié], Montaigne, I, 214. Les liaisons et emmaillottements des enfants ne sont non plus necessaires, Montaigne, II, 163. Les femmes de mauvaise vie ont entr'elles une si douce acointance, qu'il semble que ce soit une liaison de perpetuelle durée, Lanoue, 62.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Liaison : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

LIAISON, s. f. (Gram.) c’est l’union de plusieurs choses entr’elles, qualité en conséquence de laquelle elles forment ou peuvent être regardées comme formant un tout. Ce mot se prend au physique & au moral. On dit la liaison des idées, la liaison des êtres de la nature, la liaison d’un homme avec un autre, la liaison des caracteres de l’écriture, &c. Voyez les articles suivans.

Liaison, (Métaphysiq.) principe nécessaire pour l’intelligence du monde considéré sous son point de vûe le plus général, c’est-à-dire entant qu’il est un être composé & modifiable. Cette liaison consiste en ce que chaque être qui entre dans la composition de l’univers, a la raison suffisante de sa co-existence ou de sa succession dans d’autres êtres. Empruntons un exemple dans la structure du corps humain. C’est un assemblage de plusieurs organes différens les uns des autres & co-existens. Ces organes sont liés entre eux. Si l’on vous demande en quoi consiste leur liaison, & que vous vous proposiez de l’expliquer d’une maniere intelligible, vous déduisez de leur structure la maniere dont ils peuvent s’adapter les uns aux autres, & par-là vous rendez raison de la possibilité de leur co-existence. Si l’on va plus loin, & que l’on vous requiere de dire comment ces organes, entant qu’organes, & relativement à leurs fonctions, sont liés ensemble, vous pouvez encore satisfaire à cette question. Le gosier, par exemple, & l’estomac sont deux organes du corps humain. Si vous ne les considérez que comme des êtres composés, & par rapport à leur matiere, vous pouvez montrer comment l’un s’ajuste commodément à l’autre, en vertu de leur structure : mais si vous les prenez sur le pié d’organes du corps humain, de parties d’un corps humain, de parties d’un corps vivant, dont l’une sert au passage des alimens, & l’autre à leur digestion, ces deux fonctions expliquent distinctement la raison de la co-existence de ces deux organes.

De ce que chaque être a la raison suffisante de sa coexistence ou de sa succession des autres êtres, il s’ensuit qu’il y a une enchaînure universelle de toutes choses, la premiere étant liée à la troisieme par la seconde, & ainsi de suite sans interruption. Rien de plus commun en effet que ces sortes de liaisons. Des planches sont attachées l’une à l’autre par des clous qui les séparent, de maniere qu’elles ne se touchent point. La colle est une espece d’amas de petites chevilles, qui s’insérant de part & d’autre dans les pores du bois, forme un corps mitoyen qui sépare & lie en même tems les deux autres. Dans une chaîne, le premier anneau tient au dernier par le moyen de tous les autres. Le gosier tient aux intestins par l’estomac. C’est-là l’image du monde entier. Toutes ses parties sont dans une liaison qui ne souffre aucun vuide, aucune solution ; chaque chose étant liée à toutes celles qui lui sont contiguës, par celles-ci à celles qui suivent immédiatement, & de même jusqu’aux dernieres bornes de l’univers. Sans cela on ne pourroit rendre raison de rien ; le monde ne seroit plus un tout, il consisteroit en pieces éparses & indépendantes, dont il ne résulteroit aucun système, aucune harmonie.

La liaison la plus intime est celle de la cause avec l’effet ; car elle produit la dépendance d’existence ; mais il y en a encore plusieurs autres, comme celles de la fin avec le moyen, de l’attribut avec le sujet, de l’essence avec ses propriétés, du signe avec la chose signifiée, &c. sur quoi il faut remarquer que la liaison de la fin avec les moyens suppose nécessairement une intelligence qui préside à l’arrangement, & qui lie tout à la fois l’effet avec la cause qui le produit, & avec sa propre intention. Dans une montre, par exemple, le mouvement de l’aiguille est lié d’une double maniere ; savoir, avec la structure même de la montre, & avec l’intention de l’ouvrier.

L’univers entier est rempli de ces liaisons finales, qui annoncent la souveraine intelligence de son auteur. Le soleil éleve les vapeurs de la mer, le vent les chasse au-dessus des terres, elles tombent en pluie, & pourquoi ? Pour humecter la terre, & faire germer les semences qu’elle renferme. On n’a qu’à lire Derham, le Spectacle de la nature, pour voir combien les fins des choses sont sensibles dans la nature.

Il n’y a que les êtres finis qui puissent être assujettis à une semblable liaison ; & l’assemblage actuel des êtres finis, liés de cette maniere entr’eux, forme ce qu’on appelle le monde, dans lequel il est aisé d’observer que toutes les choses, tant simultanées que successives, sont indissolublement unies. Cela se prouve également des grands corps, comme ceux qui composent le système planétaire, & des moindres qui font partie de notre globe. Le soleil & la terre sont deux grands corps simultanés dans ce monde visible. Si vous voulez expliquer le changement des saisons sur la terre & leurs successions régulieres, vous ne la trouverez que dans le mouvement oblique du soleil parcourant l’écliptique ; car, si vous supposiez que cet astre suive la route de l’équateur, il en résulteroit une égalité perpétuelle de saisons. Otez tout-à-fait le soleil, voilà la terre livrée à un engourdissement perpétuel, les eaux changées en glace, les plantes, les animaux, les hommes détruits sans retour, plus de générations, plus de corruptions, un vrai cahos. Le soleil renferme par conséquent la raison des changemens que la terre subit. Il en est de même des autres planetes relativement à leur constitution & à leur distance du soleil. Les petits corps coexistens sont dans le même cas. Pour qu’une semence germe, il faut qu’elle soit mise en terre, arrosée par la pluie, échauffée par le soleil, exposée à l’action de l’air ; sans le secours de ces causes, la végétation ne réussira point. Donc la raison de l’accroissement de la plante est dans la terre, dans la pluie, dans le soleil, dans l’air ; donc elle est liée avec toutes ces choses.

Cet assemblage d’êtres liés entr’eux de cette maniere n’est pas une simple suite ou serie d’un seul ordre de choses ; c’est une combinaison d’une infinité de series mêlées & entrelacées ensemble ; car, pour ne pas sortir de l’enceinte de notre terre, n’y trouve-t-on pas une foule innombrable de choses contingentes, soit que nous regardions à la composition des substances, soit que nous observions leurs modifications. Il y a plus, une seule serie de choses contingentes se subdivise manifestement en plusieurs autres. Le genre humain est une serie qui dérive d’une tige commune, mais qui en a formé d’autres sans nombre. On peut en dire autant des animaux & même des végétaux. Ceux-ci dans chacune de leurs especes constituent de pareilles series. Les plantes naissent les unes des autres, soit de semence, soit par la séparation des tiges, soit par toute autre voie. Personne ne sauroit donc méconnoître la multiplicité des series, tant dans le regne animal que dans le végétal. Les autres êtres successifs, par exemple, les météores les plus bisarres & les plus irréguliers forment également des series de choses contingentes, quoique ce ne soit pas suivant cette uniformité d’espece qui regne dans les series organisées. Si de la composition des substances nous passons à leur modification, la même vérité s’y confirme. Considérez un morceau de la surface extérieure de la terre exposée à un air libre, vous la verrez alternativement chaude, froide, humide, seche, dure, molle ; ces changemens se succedent sans interruption, durent autant que la suite des siecles, & coexistent aux générations des hommes, des animaux & des plantes. Le corps d’un homme pendant toute la durée de sa vie n’est-il pas le théatre perpétuel d’une suite de scenes qui varient à chaque instant ? car à chaque instant il se fait déperdition & réparation de substance. De la terre, si nous nous élevons aux corps célestes, nous serons en droit de raisonner de la même maniere. Les observations des astronomes ne nous permettent pas de douter que toutes les planetes ne soient des corps semblables à la terre, & ne doivent être compris sous une espece commune. Les mêmes observations découvrent sur la surface de ces planetes des générations & des corruptions continuelles. En vertu donc de l’argument tiré de l’analogie, on peut conclure qu’il y a dans toutes les planetes plusieurs series contingentes, tant de substances composées que de modifications. Le soleil, corps lumineux par lui-même, & qui compose avec les étoiles fixes une espece particuliere de grands corps du monde, est également sujet à divers changemens dans sa surface. Il doit donc y avoir dans cet astre & dans les étoiles fixes une serie d’états contingens. C’est ainsi que de toute la nature sort en quelque sorte une voix qui annonce la multiplicité & l’enchaînure des series contingentes. Les difficultés qu’on pourroit former contre ce principe, sont faciles à lever. En remontant, dit-on, jusqu’au principe des généalogies, jusqu’aux premiers parens, on rencontre la même personne placée dans plusieurs series différentes. Plusieurs personnes actuellement vivantes ont un an célebre commun, qui se trouve par conséquent dans la généalogie de chacun. Mais cela ne nuit pas plus à la multiplicité des series, que ne nuit à un arbre la réunion de plusieurs petites branches en une seule plus considérable, & celle des principales branches au tronc. Au contraire c’est de-là que tire sa force l’enchaînure universelle des choses. On objecte encore que la mort d’un fils unique sans postérité rompt & termine tout d’un coup une serie de contingens, qui avoit duré depuis l’origine du monde. Mais si la serie ne se continue pas dans l’espece humaine, néanmoins la matiere, dont ce dernier individu étoit composé, n’étant point anéantie par sa mort, subit des changemens également perpétuels, quoique dans d’autres series. Et d’ailleurs aucune serie depuis l’origine des choses n’est venue à manquer, aucune espece de celles qui ont été créées ne s’est éteinte. Pour acquérir une idée complette de cette matiere, il faut lire toute la premiere section de la Cosmologie de M. Wolf.

Liaison, est en Musique un trait recourbé, dont on couvre les notes qui doivent être liées ensemble.

Dans le plein-chant, on appelle aussi liaison une suite de plusieurs notes passées sur la même syllabe, parce qu’en effet elles sont ordinairement attachées ou liées ensemble.

Quelques-uns nomment encore quelquefois liaison ce qu’on appelle plus proprement syncope. Voyez Syncope.

Liaison harmonique est le prolongement ou la continuation d’un ou plusieurs sons d’un accord sur celui qui le fuit ; de sorte que ces sons entrent dans l’harmonie de tous deux. Bien lier l’harmonie, est une des grandes regles de la composition, & celle à laquelle on doit avoir le plus d’égard dans la marche de la basse fondamentale. Voyez Basse & Fondamental. Il n’y a qu’un seul mouvement permis sur lequel elle ne puisse se pratiquer ; c’est lorsque cette basse monte diatoniquement sur un accord parfait : aussi de tels passages ne doivent-ils être employés que sobrement, seulement pour rompre une cadence, ou pour sauver une septieme diminuée. On se permet aussi quelquefois deux accords parfaits de suite, la basse descendant diatoniquement, mais c’est une grande licence qui ne sauroit se tolérer qu’à la faveur du renversement.

La liaison harmonique n’est pas toujours exprimée dans les parties ; car, quand on a la liberté de choisir entre les sons d’un accord, on ne prend pas toujours ceux qui la forment ; mais elle doit au moins se sous-entendre. Quand cela ne se peut, c’est, hors les cas dont je viens de parler, une preuve assûrée que l’harmonie est mauvaise.

Liaison, dans nos anciennes musiques. Voyez Ligature. (S)

Liaison, (Architecture.) Mâçonnerie en liaison. Voyez Maçonnerie.

Liaison, en Architecture, est une maniere d’arranger & de lier les pierres & les briques par enchaînement les unes avec les autres, de maniere qu’une pierre ou une brique recouvre le joint des deux qui sont au-dessous.

Vitruve nomme les liaisons de pierres ou de briques alterna coagmenta.

Liaisons de joint, s’entend du mortier ou du plâtre détrempé, dont on fiche & jointoye les pierres.

Liaison à sec, celle dont les pierres sont posées sans mortier, leurs lits étant polis & frottés au grais, comme ont été construits plusieurs bâtimens antiques faits des plus grandes pierres.

On se sert aussi de ce terme dans la décoration, tant extérieure qu’intérieure, pour exprimer l’accord que doivent avoir les parties les unes avec les autres, de maniere qu’elles paroissent être unies ensemble & ne faire qu’un tout harmonieux, ce qui ne peut arriver qu’en évitant l’union des contraires.

Liaison, dans la coupe des pierres, est un arrangement des joints, qu’il est essentiel d’observer pour la solidité. A B, fig. 17. représente les joints de lit aussi-bien que les lignes qui lui sont paralleles, aa, bb, cc, & les joints de tête. Poser les pierres en liaison, c’est faire ensorte que les joints de tête de différentes assises qui sont contiguës, ne soient pas vis-à-vis les uns des autres. Comme, par exemple, les joints aa, bb, ne doivent point être vis-à-vis les uns des autres. Ceux d’une troisieme assise pouvoient être vis-à-vis des premiers, comme les joints cc vis-à-vis des joints aa : les joints ee vis-à-vis des joints cc laissant toujours une assise entre deux, & c’est une régularité qu’on affecte quelquefois. Lorsque les joints de deux assises contiguës sont vis-à-vis les uns des autres, les pierres sont alors posées en déliaison. On ne peut pas mieux comparer ce qu’on appelle liaison dans la coupe des pierres, qu’à une page d’un livre : les lignes représentent les assises ou joints de lit, & chaque mot une pierre, les séparations des mots les joints de tête. On voit clairement que les intervalles des mots dans différentes lignes ne sont pas vis-à-vis les uns des autres. Ce seroit même un défaut, si ils s’y rencontroient trop fréquemment, cela feroit des rayures blanches du haut en bas des pages, qu’on appelle en terme d’Imprimerie, chemin de saint Jacques. (D)

Liaison, terme de Cuisinier, est une certaine quantité de farine, de jaunes d’œufs, & autres matieres semblables qu’on met dans les sauces pour les épaissir.

Liaison, (Ecriture.) signifie aussi dans l’écriture le produit de l’angle gauche de la plume, une ligne fort délicate, qui enchaîne les caracteres les uns avec les autres.

Il y en a de deux sortes ; les liaisons de lettres, les liaisons de mots : les premieres se trouvent au haut ou au bas des lettres qui ne sont pas intrinséquement un seul corps, mais deux, comme en a, m, n, &c. & les joignent pour n’en faire qu’un extrinséquement : les secondes se trouvent à la fin des finales, & sont une suite de cette finale pour servir de chaîne au mot suivant.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « liaison »

Étymologie de liaison - Littré

Provenç. liazo ; du lat. ligationem, de ligare, lier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de liaison - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Composé de lier et -aison ou du latin ligatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « liaison »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
liaison ljɛzɔ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « liaison »

  • «C'est une fierté de retrouver notre liaison», s’est réjoui le président du transporteur Intercar, Hugo Gilbert. Le Journal de Québec, Autobus: reprise de la liaison Saguenay–Québec | JDQ
  • Le rapport sur les prévisions du marché mondial Fils de liaison 2020-2024 présente une ventilation précise de l’industrie en fonction du type, des applications et des régions de recherche. Les stratégies de croissance adoptées par ces sociétés sont étudiées en détail dans le rapport. La section taille du marché donne les revenus du marché Fils de liaison, couvrant à la fois la croissance historique du marché et la prévision de l’avenir. , Marché Fils de liaison 2020 Impact du COVID-19 et données sur les pays mondiaux – par entreprises clés, analyse par part de l’industrie, taille, croissance, tendance future – The Fordactu
  • Une liaison halogène (Les halogènes sont une série chimique constituée des éléments chimiques du groupe 17 du tableau périodique aussi appelé groupe VII ou VIIA : le fluor 9F, le chlore 17Cl, le brome 35Br,...) (XB) est une interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose l'entrée en contact de sujets.) non covalente entre un halogène appauvri en électron (L'électron est une particule élémentaire de la famille des leptons, et possèdant une charge électrique élémentaire de signe négatif. C'est un des composants de l'atome.) (polarisé δ+), acide de Lewis (Un acide de Lewis (du nom du chimiste américain Gilbert Newton Lewis) est une entité chimique dont un de ses atomes la constituant possède une lacune électronique, ce qui la rend susceptible d'accepter...), et une base de Lewis (polarisée δ-). L'appellation liaison halogène est introduite pour faire le parallèle avec la liaison hydrogène. Par ailleurs, les halogènes sont aussi connus pour former des liaisons covalentes avec les autres atomes le carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.), l'azote (L'azote est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole N et de numéro atomique 7. Dans le langage courant, l'azote désigne le gaz...), l'oxygène (L’oxygène est un élément chimique de la famille des chalcogènes, de symbole O et de numéro atomique 8.), etc. Une liaison halogène (interaction halogène) fait essentiellement référence à une interaction non covalente où l'atome (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un corps simple...) d'halogène agit comme entité électrophile. La liaison halogène est liée à la présence d'un trou sigma sur l'axe carbone-halogène due à une polarisabilité facile de les atomes d'halogènes, en particulier l'iode et le brome. Techno-Science.net, 🔎 Liaison halogène - Définition et Explications
  • Si la présidente du Conseil départemental, Sophie Borderie, félicite dans un communiqué publié ce vendredi 17 juillet, Jean Dionis du Séjour à la tête de l’Agglo d’Agen, elle en profite également pour apporter des "précisions visiblement nécessaires", concernant notamment la réalisation du pont et du barreau de Camélat et plus largement la liaison routière Agen/Villeneuve-sur-Lot (le maire d’Agen a réclamé que "l’État et le Département respectent leurs engagements"). SudOuest.fr, Lot-et-Garonne : passe d’armes sur la liaison routière Agen/Villeneuve
  • La compagnie aérienne, qui profite de l’annulation de vols vers la Corse sur d’autres compagnies, va inaugurer une liaison temporaire avec l’Autriche depuis Calvi, du 2 août au 11 octobre. France 3 Corse ViaStella, Air Corsica va inaugurer une liaison temporaire avec l’Autriche depuis Calvi
  • Cette liaison entre la Côte d'Azur et la Capitale vient enrichir l'offre déjà existante sur l'aéroport Charles de Gaulle (jusqu'à 16 vols quotidiens Nice-Paris). Pour les mois de juillet et d’août, onze liaisons sont proposées par Air France au départ de Nice : Athènes, Biarritz, Bordeaux, Caen, Lille, Lyon, Metz-Nancy-Lorraine,  Nantes, Paris-Charles De Gaulle, Rennes, Strasbourg. De quoi compléter l'offre à coloration internationale proposée par le principal concurrent, easyJet. tribuca.net, Air France annonce la réouverture de la liaison Nice-Paris Orly | Tribuca
  • Dès le 2 août, l’armement hollandais Seatrade reefer chartering N.V permettra d’établir une liaison entre Dunkerque, l’Équateur, le Pérou et Surinam. Le port pourra ainsi augmenter sa part de marché dans la filière des fruits et légumes. Le Phare Dunkerquois, Dunkerque : une nouvelle liaison entre le port et l’Amérique du sud
  • Libre, c'est le mot que l'on emploie pour les hommes. Des femmes en rupture de mariage ou de liaison, on dit qu'elles sont seules. De Françoise Giroud / Mon très cher amour
  • L'histoire de l'Inquisition est l'illustration du drame qui menace les hommes chaque fois qu'une liaison organique s'établit entre l'Etat et l’Eglise. De Bartolomé Bennassar
  • Écrire est un acte. Le livre est le résultat d'une liaison, d'un désir, d'un rapport. Il s'agit de sexualité. De Nina Bouraoui / Libération - 9 Juin 2001
  • Il ne faut pas multiplier les épithètes sans nécessité ; car tout mot qui n'est pas nécessaire nuit à la liaison. De Etienne de Condillac / Art d'écrire
  • Pour qu'une liaison d'homme à femme soit vraiment intéressante, il faut qu'il y ait entre eux jouissance, mémoire ou désir. De Chamfort / Maximes et pensées, caractères et anecdotes
  • Le meilleur souvenir que garde une femme d'une liaison, c'est l'infidélité qu'elle lui a faite. De Henry Becque / Notes d'album
  • La fortune et la gloire ont ensemble une liaison si étroite, que celui qui n'a pas de fortune n'a pas de gloire. De Proverbe oriental
  • Le temps et mon humeur ont peu de liaison ; j’ai mes brouillards et mon beau temps au-dedans de moi. De Blaise Pascal
  • Une liaison était un compromis : on échangeait le contrôle de sa vie contre de la compagnie. De André Brink / Un instant dans le vent, 1985
  • Est-il, une fois l'amour deviné, de plus merveilleux agent de liaison que l'indifférence ? De Jacques Dyssord / La paroisse du Moulin Rouge
  • Notre amour de la vie n'est qu'une vieille liaison, dont nous ne savons pas nous débarrasser. De Marcel Proust / Albertine disparue
  • Croyez-moi : homme en retard, liaison dans le tiroir. De Jean-Marie Poiré / Le Père Noël est une ordure
  • Tromper une amitié c'est aussi pire que de tromper une liaison. De Michel Tremblay / La duchesse et le roturier
  • La liaison fortuite des atomes est l'origine de tout ce qui est. De Démocrite
  • Malheur à l’homme qui, dans les premiers moments d’une liaison d’amour, ne croit pas que cette liaison doit être éternelle ! De Benjamin Constant / Adolphe
  • La plupart des liaisons sont faites de laissés pour compte qui se rencontrent et trompent ensemble leurs regrets. Paul Léautaud, Propos d'un jour, Mercure de France
  • Les liaisons commencent dans le champagne et finissent dans la camomille. Valery Larbaud, A. O. Barnabooth, les Poésies de A. O. Barnabooth , Gallimard

Images d'illustration du mot « liaison »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « liaison »

Langue Traduction
Corse bond
Basque fidantza
Japonais つなぐ
Russe связь
Portugais vinculo
Arabe كفالة
Chinois
Allemand bindung
Italien legame
Espagnol fianza
Anglais bond
Source : Google Translate API

Synonymes de « liaison »

Source : synonymes de liaison sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « liaison »



mots du mois

Mots similaires