La langue française

Lettré, lettrée

Sommaire

  • Définitions du mot lettré, lettrée
  • Étymologie de « lettré »
  • Phonétique de « lettré »
  • Citations contenant le mot « lettré »
  • Traductions du mot « lettré »
  • Antonymes de « lettré »

Définitions du mot « lettré, lettrée »

Trésor de la Langue Française informatisé

LETTRÉ, -ÉE, adj. et subst.

I. − Emploi adj.
A. − Vieilli. Qui sait lire. Anton. analphabète, illettré.Le père de l'ouvrier lettré, plus grossier et plus lourd, inférieur de tant de manières, avait néanmoins plus d'un avantage sur son fils (...) il pensait moins au genre humain, davantage à la France (Michelet, Peuple,1846, p. 105).Au dire d'un auteur du xivesiècle, les reines de France, qui étaient lettrées, ne lisaient jamais elles-mêmes, « par bonne doctrine », les lettres closes qu'elles recevaient, à moins qu'elles ne fussent écrites de la main de leur mari (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 137).
B. −
1. [En parlant d'une pers.] Qui a des lettres (v. ce mot IV A), qui est cultivé. Synon. érudit, instruit.Notre hôte était un homme un peu lettré et, comme nous étions dans le pays de saint Antoine, nous avons causé de lui, d'Arius, de saint Athanase (Flaub., Corresp.,1850, p. 171).Il était lettré jusqu'à l'érudition, et presque orientaliste (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 777).
[P. méton.] Un esprit fin, distingué, cultivé, lettré comme on l'est de tradition dans certaines familles latines (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 346).
2. [En parlant d'une chose] Qui relève de la culture, qui nécessite de la culture. Il suffit, pour une éducation noble et lettrée, de savoir de la musique et de la peinture ce qu'en disent les livres (Joubert, Pensées, t. 1, 1824, p. 458).J'apprendrais aussi couramment qu'un autre le peu de grec, de latin et de chiffres dont se compose cette banalité lettrée qu'on appelle une éducation (Lamart., Confid.,1849, p. 74).
II. − Emploi subst.
A. − Vieilli. Personne qui sait lire. On était réduit à faire apprendre à lire et à écrire aux jeunes gens, même aux jeunes filles, par quelque lettré de régiment (Sainte-Beuve, Portr. contemp., t. 4, 1844, p. 434).
B. − Personne cultivée, érudite, qui a une culture classique. Lu En route. D'abord un vrai plaisir de lettré à la dégustation d'une expression, d'une épithète, d'une image (Goncourt, Journal,1895, p. 763):
1. Mon crime est d'avoir eu la curiosité littéraire de ramasser et de couler dans un moule très travaillé la langue du peuple. Ah! La forme, là est le grand crime! Des dictionnaires de cette langue existent pourtant, des lettrés l'étudient et jouissent de sa verdeur, de l'imprévu et de la force de ses images. Elle est un régal pour les grammairiens fureteurs. N'importe, personne n'a entrevu que ma volonté était de faire un travail purement philologique, que je crois d'un vif intérêt historique et social. Zola, Assommoir,1877, préf., p. 373.
En partic. Homme cultivé qui exerçait en Chine un emploi public. Le peuple, les mandarins, les lettrés, embrassoient en foule la nouvelle doctrine, les cérémonies du culte avoient sur-tout un succès prodigieux (Chateaubr., Génie, t. 2, 1803, p. 424):
2. Son abnégation est l'expression d'un orgueil lucide et sans violence, de l'orgueil compatible avec la douleur de son caractère et sa culture de lettré. Comme tous ceux qui agissent fortement sur les foules, ce vieillard courtois, aux petits gestes mesurés, est hanté. Hanté par cette justice qu'il croit être chargé de maintenir et qu'il ne distingue plus qu'à demi de sa propre pensée... Malraux, Conquér.,1928, p. 67.
Prononc. : [lεtʀe], [le-]. Étymol. et Hist. 1. Ca 1135 adj. « couvert d'inscriptions, de lettres » (Couronnement Louis, éd. E. Langlois, 274) seulement en a fr. et une fois au xves. (v. Gdf. et T.-L.); 2. a) ca 1150 adj. lectré « instruit, savant » (Wace, St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 9, v. lai 1); 1174 subst. letré (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 477), b) 1605 « homme cultivé qui exerçait en Chine un emploi public » (P. Cayet, Chronologie septenaire, 446 vods Quem. DDL t. 21). Dér. de lettre* à l'aide du suff. * sur le modèle du lat. litteratus « couvert de lettres » et « instruit, savant ». Fréq. abs. littér. : 545. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 458, b) 897; xxes. : a) 1 406, b) 599. Bbg. Quem. DDL t. 21.

Wiktionnaire

Adjectif

lettré \le.tʁe\

  1. Qui a des lettres, du savoir.
    • Les hommes qui ont reçu une éducation primaire ont, en général, la superstition du livre, et ils attribuent facilement du génie aux gens qui occupent beaucoup l’attention du monde lettré ; […]. — (Georges Sorel, Lettre à Daniel Halévy, 15 juillet 1907, dans Réflexions sur la violence, 1908)
    • C’est que Marguerite était non-seulement la plus belle, mais encore la plus lettrée des femmes de son temps, […]. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre I)
    • Bien qu'étant imprégnés d'idées révolutionnaires, les gens qui se sont retrouvés à occuper des positions décisionnelles après 1789 étaient tous lettrés et formés dans les meilleurs collèges de l'époque. — (Anne-Marie Beaudouin-Bégin, La langue affranchie, se raccommoder avec l’évolution linguistique, Québec, Éditions Somme toute, 2017, page 53.)
  2. (Belgique) Qui sait lire et écrire.[1]

Nom commun

lettré \le.tʁe\ masculin (pour une femme on dit : lettrée)

  1. (Par substantivation) Personne lettrée.
    • Le saxon des lettrés avait été une langue germanique aux cas compliqués. — (André Maurois, Histoire de l'Angleterre, Fayard, 1937, 49e édition, p.97)
    • Il y a des temps et des pays où les lettrés et les philosophes se retirent du gros de la nation, font bande à part et retiennent entr’eux le monopole des lumières. — (Archives philosophiques, politiques et littéraires, volume 4, 1818)
    • Il est évident que ces réformes sont fort louables, mais elles sont loin d'être acceptées avec enthousiasme: […] ; et les lettrés les considèrent comme un attentat sacrilège contre les traditions koraniques. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 65)
  2. (En particulier) (Au pluriel) Classe d’hommes qui , en Chine, cultivaient les lettres et exerçaient les emplois publics.

Forme de verbe

lettré \le.tʁe\

  1. Participe passé masculin singulier de lettrer.

Forme d’adjectif

lettrée \lɛ.tʁe\

  1. Féminin singulier de l’adjectif lettré.

Nom commun

lettrée \lɛ.tʁe\ féminin

  1. Femme lettrée.

Forme de verbe

lettrée \lɛ.tʁe\

  1. Participe passé féminin singulier de lettrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LETTRÉ, ÉE. adj.
Qui a des lettres, du savoir. Un homme lettré. Une femme lettrée. Le public lettré. Gens ignares et non lettrés. Substantivement, Un lettré. Les lettrés. Il se dit particulièrement, en Chine, d'une Classe d'hommes qui cultivent les lettres et exercent les emplois publics. Les lettrés de la Chine. La classe des lettrés.

Littré (1872-1877)

LETTRÉ (lè-tré, trée) adj.
  • 1Qui a des lettres, de la littérature ; qui connaît une ou plusieurs littératures, et qui s'en occupe par délassement ou par profession. Un des hommes les plus lettrés de son temps. Toute fille lettrée restera fille toute sa vie, Rousseau, Ém. V.
  • 2 S. m. Celui qui est lettré. Les lettrés.

    Particulièrement. Classe d'hommes qui, à la Chine, cultivent les lettres et exercent les emplois publics. On connaît un lettré à la façon aisée dont il fait une révérence, Montesquieu, Espr. XIX, 13. On dit qu'elle est unie à l'un de ces lettrés que respectait l'Asie, Voltaire, Orphel. II, 7.

HISTORIQUE

XIIe s. [Une épée] Bele est et ben letrée [marquée de lettres], Ronc. p. 23. Co [ce] ne devreit pas dire huem [homme] cristien letrez, Th. le mart. 88. Se plaiz sursist d'iglise entre lais [laïques] ou letrez, ib. 58.

XIIIe s. Or vous faites amer [aimer] [de] gent letrée et gent laie [laïque], Berte, VIII. Ains li faisoit la jeune dame [Héloïse à Abeilard], Bien entendant et bien letrée, Et bien amant et bien amée, Argumens à li chastier Qu'il se gardast de marier, la Rose, 8805.

XVe s. Je parle comme un homme non lettré, Commines, V, 18.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « lettré »

Bourguig. lottray ; provenç. letrat ; catal. lletrat ; espagn. letrado ; ital. letterato ; du lat. litteratus, de littera, lettre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du moyen français, de l’ancien français letré (1120-50) (adjectif, nom commun), du latin litteratus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lettré »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lettré lɛtre

Citations contenant le mot « lettré »

  • Petite parenthèse : c'est Lissia, stagiaire au Chapelier lettré de Faremoutiers, qui présente le coup de cœur de la semaine de la librairie... , Seine-et-Marne. Le choix de la libraire de Faremoutiers : « Esprit d'Hiver » de Laura Kasischke | Le Pays Briard
  • C'est une mauvaise manière de protéger les lettres que de pendre les lettrés. Victor Hugo, Notre-Dame de Paris
  • Le poète, bien que lettré, n’a jamais écrit ses poèmes qu’il déclamait à une population qui a su les retenir et se les transmettre de bouche à oreille jusqu’à nos jours. Sur les centaines de poèmes ainsi connus par de fervents amateurs de cette poésie, seule une partie a été consignée dans les recueils des auteurs Mohamed Said Boulifa (1904), Mouloud Feraoun (1960) et Mouloud Mammeri (1969). El Watan, Proposition d’inscription de la poésie de Si Mohand Ou M’Hand dans le patrimoine de l’humanité (UNESCO) : Lettre envoyée au ministère de la Culture | El Watan
  • Il y a vingt-cinq ans aujourd’hui, le 8 janvier 1996 exactement, disparaissait François Mitterrand. Or, si l’ancien Président de la République avait toujours voulu donner de lui l’image d’un homme cultivé et lettré – comme en témoigne sa photographie officielle à l’Élysée qui le voit tenir entre ses mains un exemplaire ouvert des Essais de Montaigne –, on peut s’interroger sur la nature des rapports qu’il entretenait avec la philosophie ? Nous savons qu’il avait un réel goût pour l’écriture et qu’il a lui-même fait œuvre d’écrivain, avec, à son actif, une vingtaine d’essais politiques, un roman avec La Paille et le Grain ainsi qu’un Journal pour Anne et de très nombreuses et enflammées Lettres à Anne. Mais s’il s’est montré sensible à la poésie et à la littérature, s’est-il également tourné vers la philosophie ? Pour quels auteurs, pour quelles questions et pour quelles idées a-t-il montré de l’intérêt ? Philosophie Magazine, Tonton philosophe ? | Philosophie Magazine
  • C'est une mauvaise manière de protéger les lettres que de pendre les lettrés. Victor Hugo, Notre-Dame de Paris

Traductions du mot « lettré »

Langue Traduction
Anglais letter
Espagnol letra
Italien lettera
Allemand brief
Chinois 信件
Arabe رسالة
Portugais carta
Russe письмо
Japonais 文字
Basque gutuna
Corse lettera
Source : Google Translate API

Antonymes de « lettré »

Partager