La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « jactance »

Jactance

Variantes Singulier Pluriel
Féminin jactance jactances

Définitions de « jactance »

Trésor de la Langue Française informatisé

JACTANCE1, subst. fém.

Littér. Attitude arrogante d'une personne imbue d'elle-même, qui cherche à se faire valoir par un ton et des propos suffisants. Synon. outrecuidance, vanité, vantardise; anton. bonhomie, modestie.Homme, discours plein de jactance; air, ton, trait de jactance; rabaisser la jactance de qqn. Cette commission lui fut donnée parce que avec sa jactance habituelle, il se vantait d'être le seul homme capable d'y réussir (Thierry, Récits mérov., t. 2, 1840, p. 225).C'est un défaut des Français, quand ils parlent d'eux-mêmes, de passer d'une jactance irritante à une sorte d'humilité désespérée (Mauriac, Bâillon dén.,1945, p. 416):
La jactance fait que beaucoup présument de leurs forces, jusqu'au point de prendre leurs conceptions personnelles pour mesure de toutes choses; (...) rêvent tout haut, et s'en vont philosophant par des sentiers téméraires que chacun se fraie à son gré, s'isolant pour être vu. Ozanam, Philos. Dante,1838, p. 104.
P. méton., fam. souv. au plur., vieilli. Parole, écrit qui traduit cette attitude. Synon. fanfaronnade, vantardise, vanterie.Alors [quand Bonaparte fut à Grenoble, en 1815] les jactances cessèrent au Château et la terreur fut à son comble (Mmede Chateaubr., Mém. et lettres,1847, p. 65).Le fils, George de Scudéry, est célèbre par ses vers empanachés, par ses jactances et ses rodomontades (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 4, 1851, p. 121).
Prononc. et Orth. : [ʒaktɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1223 (Gautier de Coinci, éd. V. Fr. Koenig, 1 Mir 10, 745, t. 1, p. 95). Empr. au lat. de l'époque impérialejactancia « vantardise ».
DÉR.
Jactancieux, -euse, adj.,vx, rare, littér. Plein de jactance. Je laisse le malheureux de Flers payer sa fermeté trop froide du prix de sa tête, et un autre général en chef, Barbantane, jactancieux et incapable, le remplacer (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 2, 1862, p. 57).[ʒaktɑ ̃sjø], fém. [-ø:z]. 1reattest. 1760 (Marquis de Mirabeau, Théorie de l'impôt, p. 55 ds Brunot t. 6, p. 75, note 7); de jactance1(d'apr. le lat. jactantia), suff. -(i)eux*.

JACTANCE2, subst. fém.

Arg. et pop. Bavardage incessant et volubile. Du dehors, par sa complicité achetée, grâce à ses ruses et à sa faconde (en parisien, jactance), c'était, chez nous (...) des arrivages de gouttes et d'apéritifs de tout acabit (Verlaine, Œuvres compl., t. 4, Mes pris., 1893, p. 367).Chacun dans la cage d'entrepont s'installe (...) et la jactance commence (Dussort, Journal,1930, p. 6).Ils [les policiers] y étaient parvenus à m'engrener dans la filière de la jactance; ce qu'ils cherchent toujours (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 208).
Prononc. : [ʒaktɑ ̃:s]. Étymol. et Hist. 1. 1876 « parole » (Rabasse ds Larch. 1878, p. 210); 2. 1878 « bavardage » (Rigaud, Dict. jargon paris., p. 191). Dér. du rad. de jacter*; suff. -ance* II B rem. 2. Fréq. abs. littér. : 64.

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

jactance \ʒak.tɑ̃s\ féminin singulier

  1. (Populaire) Bavardage.
    • Les critiques les plus honnêtes se laissent aller è leur jactance secrète. — (Jean de La Varende, Versailles, édition Henri Lefebvre, Paris, 1959, page 217)
    • Le baveux, c’est tout dans la jactance.

Nom commun 1 - français

jactance \ʒak.tɑ̃s\ féminin

  1. Action, habitude de se faire valoir en paroles.
    • Ces défauts, assez légers dans les salons dorés du faubourg Saint-Germain, […] où cette espèce de jactance, d’apprêt, de tension, si vous voulez, a pour cadre un luxe excessif, des toilettes somptueuses, […]. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Les Lettres à l'Étrangère, […] malgré cette jactance énorme, qui le fait se gonfler jusqu’à la bouffonnerie, sont le plus émouvant, le plus angoissant martyrologe qui se puisse imaginer d’une vie d’artiste, […]. — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • […] ; je l’annonçai à une correspondante dans un billet rapide où je disais — avec jactance, je l’accorde — que « j’avais écrasé l’impôt sur le revenu en ayant l’air de le soutenir ». — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que chaque fois qu’il y a au Viêt-nam une tête coupée, et un œil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une égression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées, de tous ces prisonniers ficelés et « interrogés », de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. — (Aimé Césaire, Discours sur le colonialisme, 1950, p. 12)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JACTANCE. n. f.
Action, habitude de se faire valoir en paroles. Il est d'une insupportable jactance. Il se nuit par sa jactance. Il disait cela par jactance. Des discours pleins de jactance.

Littré (1872-1877)

JACTANCE (ja-ktan-s') s. f.
  • Hardiesse à se vanter, à se faire valoir. Calvin a tant loué la sainte jactance et la magnanimité de Luther, qu'il était malaisé qu'il ne l'imitât, Bossuet, Var. IX. Jamais peut-être il n'y a eu un plus triste exemple de la jactance et de la légèreté françaises, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 11 oct. 1782. M. le président, la jactance d'un défi porté dans le tumulte n'est pas assez noble pour qu'on daigne y répondre ; je vous prie de m'obtenir du silence, Mirabeau, Collect. III, 278.

    Paroles de jactance. Ses jactances.

HISTORIQUE

XIIIe s. Por covoitise et por jactance, [je] Guerpi ma foi et ma creance, Theophilus, p. 292.

XIVe s. La seconde branche qui vient d'orgueil est jactence ; c'est quant la personne est haulsée et est levée par orgueil, Ménagier, I, 3.

XVIe s. Combien de vanteries et de vaines jactances ! Charron, la Sagesse, I, 38.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

JACTANCE, s. f. (Morale.) c’est le langage de la vanité qui dit d’elle le bien qu’elle pense. Ce mot a vieilli, & n’entre plus dans le style noble, parce qu’il est moins du bon ton de se louer soi-même que de dire du mal des autres. La jactance est quelquefois utile au mérite médiocre, elle seroit funeste au mérite supérieur ; je ne hais point trop la jactance, son but est de s’élever & non de rabaisser.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « jactance »

Provenç. jactancia, jactansa ; espagn. jactancia ; ital. giattanzia ; du lat. jactantia, de jactare, vanter, proprement lancer au loin, fréquentatif de jacĕre, jeter (voy. JET).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom 1) (XIIIe siècle) Du latin jactantia (« vantardise »).
(Nom 2) (XIXe siècle) Du verbe jacter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « jactance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jactance ʒaktɑ̃s

Citations contenant le mot « jactance »

  • Un MARA sous la menace de l’article 44 du Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale pour jactance indécrassable et une Centrale Syndicale UNTM accusée de parjure qui se lance dans une autojustification alambiquée sont les sujets de votre BETISIER de ce jour. , BETISIER de ce jour. - Bamada.net
  • Le «moiçadoncque», c’est elle petite, heureuse de vivre à Brive avec la maman et le papa, qui est architecte. Fille unique qui n’aime pas l’école et fait rire la classe. Le récit est une succession de saynètes caustiques et souvent drôles. Mais il est avant tout le prétexte à une forme peu banale d’écriture: le néologisme. Exemples de mots inventés: envoisinement, hainebique, embruitance, allaitage, tétinasse, ensoirement, hilarance, diglosse, jactance, parlature, etc. Marie-Christine Büchi-Jabiolle fait, dit-elle, acte ludique d’insoumission en malmenant la syntaxe, en s’affranchissant des règles de grammaire et en brouillant le vocabulaire. Le Temps, Marie-Christine Büchi-Jabiolle, la jactance et la parlature du moiçadoncque - Le Temps
  • Pendant que les pendards de la Coordination des Mouvements Armés (CMA), pérorent et donnent des leçons républicaines, slaloment entre jactance et coups de semonce, une procession situationniste en manque d’inspiration qui se bouscule depuis quelques jours à Koulouba, attise les clivages de façon contre-productive, accélère la spirale négative et passe à côté des solutions clef. Voici votre BÊTISIER du jour , Voici votre BÊTISIER du jour – Malijet
  • Dans une publication sur son compte Twitter, il fait observer, « monsieur le ministre, l’amitié que j’ai pu vous porter je me suis efforcé de la conserver intacte. Que la jactance ne l’altère pas. Aux nombreux écrits ici me concernant ». Afriksoir, Soro met en garde Bruno Koné : « Que la jactance n’altère pas l’amitié que j’ai pour vous » – Afriksoir
  • peut-on répondre à quelqu'un qui vous accuse d'être "plein de jactance", que lui est entrain de "patachoner dans sa tête" ? Le Figaro.fr, Cinq mots de la langue française pour vous redonner le sourire
  • Il ne supporte pas la jactance d'un jeune coiffeur lejdd.fr, "Samuel Beckett : fin de partie", la chronique de Bernard Pivot
  • De fait, la société civile entre dans la danse pour lutter contre les moulins à vent avec comme premier fait d’arme : porter plainte pour corruption, concussion, blanchiment d’argent, détournement des deniers publics. Cette jactance est maladroite parce que les preuves avancées ne résistent pas au doute. INFOS GABON, Gabon / Affaire Noureddin Bongo Valentin : Les dessous d’un dossier qui empoisonne le bon sens
  • Il a la jactance ostentatoire. Du panache et du culot, il a la pose, la prose et l’à-propos. Il a suivi les conseils de Séguéla et a déjà une très chic montre à 34 ans. Il a cette semaine savouré sa revanche. Hier, c’est lui qu’on éjectait de son poste d’échevin de la ville de Mons et de celui de député au Parlement wallon, aujourd’hui, ce n’est plus lui que l’on remercie mais… celui qu’il rencontre. Robert Vertenueil en a perdu son mandat. L'Echo, Le Bouchez des vanités | L'Echo

Traductions du mot « jactance »

Langue Traduction
Anglais jactance
Espagnol jactancia
Italien jactance
Allemand jactance
Chinois 动作
Arabe جكتنس
Portugais jactância
Russe jactance
Japonais ジャクタンス
Basque jactance
Corse ghjettanza
Source : Google Translate API

Synonymes de « jactance »

Source : synonymes de jactance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « jactance »

Jactance

Retour au sommaire ➦

Partager