La langue française

Forfanterie

Définitions du mot « forfanterie »

Trésor de la Langue Française informatisé

FORFANTERIE, subst. fém.

A.− Caractère d'une personne qui se montre impudemment vantarde. Il [Leudaste] avait plus d'audace et de forfanterie que de finesse d'esprit et de véritable habileté (Thierry, Récits mérov.,t. 1, 1840, p. 198).Remarquez qu'en fait de bravoure il n'y a plus la moindre forfanterie chez les Polonais, tant ils sont réellement et sérieusement braves (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 362).
B.− Acte, parole de fanfaron, de vantard. Synon. fanfaronnade :
Quelque peu pris au dépourvu, le bon Croquebol balança, partagé entre le cri insurgé de sa conscience irréprochablement pure, et ce besoin de forfanterie, de hâblerie, de vantardise ingénue, propre à tout soldat qui se respecte. Courteline, Train 8 h 47,1888, épilogue, p. 247.
Prononc. et Orth. : [fɔ ʀfɑ ̃tʀi]. Ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. 1578 opposé à poltronnerie et présenté comme un empr. à l'ital. (H. Estienne, Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, éd. P. Ristelhuber, t. 1, p. 110); 1582 « imposture, tromperie » (F. Bretin, trad. de Lucien, Alexandre, 37-38 ds Hug.); 2. 1669 « fanfaronnade » (Molière, Tartuffe, III, 2 ds Livet). Dér. de forfant « coquin » (dep. 1546, Rabelais, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, chap. 48, p. 321), empr. à l'ital. forfante, furfante « id. » (dep. 1remoitié du xvies., Sabba de Castiglione ds Batt.), part. prés. adjectivé de furfare, lui-même empr., d'apr. Devoto et Batt., au fr. forfaire*. Le mot fr. a prob. subi l'infl. sém. de fanfaron* pour le passage de 1 à 2 (v. Cor., s.v. farfante). L'a. prov. forfan, proposé comme étymon par Bl.-W.3-5et FEW t. 3, p. 351b, semble peu attesté (mentionné seulement ds Pt Levy); le m. fr. forffault (xves., Myst. de St Etienne, 412, éd. G. A. Runnalls, p. 79), que DG propose de corriger en forfant et sur lequel cette hyp. s'appuie, reste douteux. Fréq. abs. littér. : 85. Bbg. Hope 1971, p. 196. − Wind 1928, p. 20, 187, 206.

Wiktionnaire

Nom commun

forfanterie \fɔʁ.fɑ̃t.ʁi\ féminin

  1. Propension à étaler ses vertus.
    • « Je pense et je raisonne à peu près comme vous. Je me sens peu de chose, et ne me crois pas non plus de beaucoup inférieur au plus grand nombre ; seulement je n’ai pas le droit que vous avez d’être conséquent jusqu’au bout. Vous désertez modestement ; moi je reste, non par forfanterie, mais par nécessité, et d’abord par devoir. » — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 231)
    • Une astuce singulière, une souplesse étonnante, une extraordinaire faculté de retournement, une puissance de secret qui eût été incomparable si la forfanterie n’y avait fait brèche, voilà l’apanage de Delcassé. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
  2. Fanfaronnade extrême et habituelle.
    • Puis arrivèrent les toasts insidieux, les forfanteries, les défis. — (Honoré de Balzac, La Peau de chagrin, 1831)
    • Par une sorte de forfanterie, il se déclara être fort honoré que sa capture fût due au grand Harry Dickson et non à une mazette de la Kriminalpolizei. — (Jean Ray, Harry Dickson, Le Vampire aux yeux rouges, 1932)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FORFANTERIE. n. f.
Fanfaronnade extrême et habituelle. Quelle ridicule forfanterie!

Littré (1872-1877)

FORFANTERIE (for-fan-te-rie) s. f.
  • 1Acte de violence (sens aujourd'hui inusité). …On vint ici faire une brouillerie ; Vous rentrâtes, voyant cette forfanterie ; Et, pour vous protéger, je vous suivis soudain, Corneille, l'Illusion, IV, 4.
  • 2Caractère du forfante, et caractère des choses que fait le forfante. Que d'affectation et de forfanterie ! Molière, Tart. III, 2. Sans découvrir encore au peuple la forfanterie de notre art, Molière, Am. méd. III, 2. Quelque mépris que le régent eût pour les forfanteries du maréchal, il en était quelquefois piqué, et avait été deux ou trois fois près de l'exiler ; mais la dernière incartade combla la mesure, Duclos, Mém. Rég. Œuv. t. VI, p. 142, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XVIe s. … et disoit des forfanteries les plus agreables du monde, D'Aubigné, Faen. IV, 10. …Et tant d'autres forfanteries [crimes] et meschancetées qu'il a attribué à nos gens d'Eglise, D'Aubigné, ib. IV, 11. … Forfanteries inventées pour confondre l'œuvre et se rendre admirables [il s'agit des moyens employés par les chercheurs de sources], De Serres, 757.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « forfanterie »

Ital. furfanteria, action de coquin, de furfante (voy. FORFANTE) ; espagn. farfantoneria. Scheler a pensé que ce mot ne venait pas de l'italien, à cause que l'italien a un sens différent, et il a indiqué le wallon forfer, dépenser, ou le wallon forvanter, se vanter outre mesure. Mais le sens italien du mot se trouve dans les exemples du XVIe siècle ; il n'y a donc là que le passage d'une acception à une autre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Dérivé de forfante avec le suffixe -erie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « forfanterie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
forfanterie fɔrfɑ̃tri

Évolution historique de l’usage du mot « forfanterie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « forfanterie »

  • Le Nouvel album de Jane Birkin sur lequel je travaille va être un album incroyable, ça paraît plein de forfanterie de dire ça (rires). Mais on peut avoir du recul. C'est prévu pour novembre. Le Figaro.fr, «Il n'y a rien de plus sexy qu'un vinyle» s'enthousiasme Etienne Daho, parrain du Disquaire Day
  • La forfanterie qui s’étale au grand jour, semble ne déranger personne. Les vices deviennent majoritaires dans une société en manque de probité. La configuration de l’avenir reste d’autant plus incertaine que les visages de sagesses se raréfient. Le cynisme s’installe dans la durée. Même si des actions choquantes et impudentes se déroulent au quotidien, elles indignent de moins en moins. Grave. Parfois même les auteurs de ces actes répréhensibles trouvent dans l’opinion des « défenseurs » prêts à soutenir l’insoutenable légèreté. SenePlus, LA DEMOCRATIE RECULE | SenePlus

Traductions du mot « forfanterie »

Langue Traduction
Anglais boastfulness
Espagnol jactancia
Italien boastfulness
Allemand prahlerei
Chinois 自夸
Arabe التباهي
Portugais arrogância
Russe хвастливость
Japonais 自慢
Basque boastfulness
Corse vantaghju
Source : Google Translate API

Synonymes de « forfanterie »

Source : synonymes de forfanterie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « forfanterie »

Forfanterie

Retour au sommaire ➦

Partager