La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « irréparable »

Irréparable

Variantes Singulier Pluriel
Masculin et féminin irréparable irréparables

Définitions de « irréparable »

Trésor de la Langue Française informatisé

IRRÉPARABLE, adj.

Qu'on ne peut réparer.
A. − Qui ne peut être remis en bon état. Avarie, moteur, vêtement irréparable. Paradoxalement, on ne voit plus dans les rues que de vieilles automobiles, bientôt irréparables, bientôt irremplaçables (Butor, Passage Milan,1954, p. 155).
P. anal. Une chute (...) de tension, avec, pour résultat, des dégâts irréparables aux organes de la circulation (Lévi-Strauss, Anthropol. struct.,1958, p. 184).
B. − Au fig.
1. [En parlant d'une action] Dont on ne peut effacer ou empêcher les conséquences fâcheuses. Synon. irrémédiable.Acte, honte, injure, malentendu, outrage irréparable. La Restauration, à son début, commit une faute irréparable : elle devait licencier l'armée en conservant (...) les officiers dans leur pensions, honneurs et grades (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 532).Si je m'étais trouvé face à face avec elle chez sa mère, nous aurions peut-être échangé des paroles irréparables qui eussent rendu définitive notre brouille (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 591):
1. L'âme, par l'influence de la volonté détermine cette action dans un but de finalité normale ou anormale; le début est libre, mais, ce seuil franchi, tout le reste est irréparable et nécessaire. Ainsi l'homme est libre de mettre dans son estomac un bon aliment ou un poison. Mais, une fois l'aliment ou le poison introduit, il n'est plus libre d'arrêter la digestion ou l'empoisonnement. Cl. Bernard, Princ. méd. exp.,1878, p. 206.
En partic. Qui ne peut être racheté, expié. Synon. irrémissible.Irréparable, sur le plan surnaturel (à moins d'un miracle) me semble justement cette usurpation, ce remplacement de Dieu par une idole (Mauriac, Trois gds hommes dev. Dieu,1947, p. 171).
2. [En parlant d'un fait] Qui cause une perte qu'on ne peut combler. Synon. fatal, irrémédiable.Deuil, malheur irréparable. Les accidents commerciaux que surmontent les têtes fortes deviennent d'irréparables catastrophes pour de petits esprits (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 28).Un jour, ô deuil! irréparable perte! Le doux être s'en est allé! (Hugo, Contempl., t. 2, 1856, p. 201).La fuite irréparable, irréversible des heures et (...) leur accélération continue (Arnoux, Roi,1956, p. 226).
Littér. Dont la perte définitive ne peut être comblée. Ô les beaux, les doux, les irréparables jours! (Michelet, Journal,1849, p. 13).
Vieilli. [En parlant d'une pers.] Quand on le perdra [le duc de Bourgogne] quelques mois après, il sera pleuré comme un prince irréparable, les délices trop tôt ravies du genre humain (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 10, 1851-62, p. 48).
[En parlant d'un moment] Où se décide ce qui ne pourra plus être modifié. Jamais l'homme extraordinaire (...) ne sentit mieux sa force qu'à cette minute irréparable où il engageait sa dernière chance, glissait, sans le savoir, à son destin (Bernanos, Joie,1929, p. 689).
3. [En parlant d'une pers. désignée par un subst. dépréc.] Qui ne peut être amendé. Synon. incorrigible, indécrottable (fam.).Il grimpe à cet érable! Ne va pas te casser, vaurien irréparable (Hugo, Théâtre en lib.,1885, p. 206).Vous êtes un « merveilleux artisan du Verbe », m'écrit, avec majuscule, un jeune et irréparable crétin (Bloy, Journal,1906, p. 305).
C. − Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre
1. Ce qui est irréparable, ce qui constitue un état de fait auquel on ne peut remédier. Synon. l'inéluctable, l'irrémédiable.Accomplir l'irréparable. J'assiste à l'année décisive : à la clôture, du définitif sera acquis, de l'irréparable sera consommé! (Frapié, Maternelle,1904, p. 122).Il faut éviter l'irréparable... Je te répète que je suis prêt à reprendre la vie commune (Martin du G., J. Barois,1913, p. 310):
2. ... lorsqu'il avait entendu les cours s'effondrer, (...) il s'était raidi pour mourir debout. Un froid de glace montait du sol à son crâne, il avait la sensation de l'irréparable, c'était sa défaite, à jamais... Zola, Argent,1891, p. 354.
2. Ce qui est irréparable, ce qui cause une perte qu'on ne peut combler. Synon. l'irrémédiable.Il s'était trouvé habitué à cette mort (...). Mais aujourd'hui, dans ce cadre retrouvé de la vie familiale, (...) l'irréparable l'obsédait avec une acuité insolite (Martin du G., Thib., Épil., 1940, p. 865).
Prononc. et Orth. : [ir(r)epaʀabl̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1234 (Charte de Robert de Dreux ds A. Thierry, Monuments de l'hist. du Tiers-État, t. 4, p. 709 : choses irréparables et dignes de grans pugnicions); 1365, 7 juill. (ds Mandements et actes de Charles V, éd. L. Delisle, p. 193 : pour lesquellez reparacions faire promtement, afin que nostre... chastel d'Arches ne tourne en rouine inreparable). Empr. au lat. imp.irreparabilis « irréparable (au propre et au fig.) ». Fréq. abs. littér. : 661. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 757, b) 817; xxes. : a) 1 314, b) 935.
DÉR. 1.
Irréparabilité, subst. fém.Caractère de ce qui est irréparable. L'irréparabilité de ses injustices (Proudhon, Propriété,1840, p. 325).[ir(r)epaʀabilite]. 1reattest. 1840 id.; de irréparable, suff. -(i)té*.
2.
Irréparablement, adv.D'une manière irréparable. a) D'une manière qui rend impossible toute réparation. À mesure qu'il [le propriétaire] use de sa propriété il la détruit irréparablement (Proudhon, Propriété,1840p. 287).L'étoffe avait été irréparablement gâchée, (...) le corsage était hideux, immettable (Gide, Journal,1928, p. 896).b) Au fig. α) En causant une perte qui ne peut être comblée. Par sa mort, qui interrompt irréparablement une œuvre admirable, tout de même, il nous enrichit (Mauriac, Journal 1,1934, p. 99). β) P. ext. D'une manière qui rend impossible tout changement. Synon. définitivement, irrémédiablement, irrévocablement.Tu appartiens à une race mystérieuse dont la destinée à venir n'est pas irréparablement fixée (Nodier, Trilby,1822, p. 123).Si notre race n'est pas irréparablement déchue, ils apprendront bientôt à leurs dépens qu'il y a autre chose en France que des réformateurs à pourvoir de postes coloniaux (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 473).[ir(r)epaʀabləmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1718. 1reattest. 1370, 27 mars (ds Mandements et actes de Charles V, éd. L. Delisle, p. 336 : grevé et dommagié irrepa-rablement); de irréparable, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér. : 41.

Wiktionnaire

Adjectif - français

irréparable \i(ʁ).ʁe.pa.ʁabl\ masculin et féminin identiques

  1. Qui ne peut être réparé, au sens propre comme au figuré.
    • Même elle avait encor cet éclat emprunté
      Dont elle eut soin de peindre et d’orner son visage,
      Pour réparer des ans l’irréparable outrage.
      — (Jean Racine, Andromaque, II, 5, Athalie)
    • C'était un irréparable malheur, qui, certainement, eût désespéré des gens moins énergiques. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Je vais les faire tous attendre un peu avant de révéler la cachette de la voyante : il faut laisser à son crime le temps de devenir irréparable. — (Jean Giraudoux, Provinciales, Grasset, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 56)
    • Une pompe à eau hors-service est irréparable, monsieur. Il faut la remplacer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IRRÉPARABLE. adj. des deux genres
. Qui ne peut être réparé, au sens figuré. La perte du temps est irréparable. C'est une injure irréparable. Il lui a fait un affront irréparable. Un dommage, un tort irréparable. En perdant un tel ami, il a fait une perte irréparable.

Littré (1872-1877)

IRRÉPARABLE (i-rré-pa-ra-bl') adj.
  • 1Qui ne peut être réparé. De la main de ton père un coup irréparable Déshonorait du mien la vieillesse honorable, Corneille, Cid, III, 4. Pleurez l'autre, pleurez l'irréparable affront Que sa fuite honteuse imprime à notre front, Corneille, Horace, III, 6. Auprès d'un tel malheur, pour nous irréparable…, Corneille, Sertor. I, 2. Les uns considérant la nature de l'homme comme incorrompue, les autres comme irréparable, Pascal, Pens. XII, 11, édit. HAVET. Dans une perte irréparable, la douleur peut être sans bornes, Fléchier, dans RICHELET. Pour réparer des ans l'irréparable outrage, Racine, Athal. II, 5. Il ne croit pas que, dans un ministère où les fautes sont irréparables, les précautions puissent être excessives, Massillon, Or. fun. Villeroy. L'éternel repentir d'un crime irréparable, Voltaire, Tancr. IV, 7. [Coligny] réparant souvent par son habileté ce qui semblait irréparable ; plus dangereux après une défaite que ses ennemis après une victoire, Voltaire, Henriade, Ess. guerre civ. de France.
  • 2Qu'on ne peut retrouver, en parlant du temps écoulé. Vos vers m'ont fait souvenir de ma jeunesse, et je voudrais bien savoir pourquoi le souvenir d'un bien aussi irréparable ne donne point de tristesse, Sévigné, Lett. à Bussy, 23 juin 1668. Pour consoler les misérables mortels de la perte continuelle qu'ils font de leur être par le vol irréparable du temps, Bossuet, Yolande de Monterby.

REMARQUE

On a dit irréparable en parlant d'une personne : Eh ! ne comptez-vous pas comme un jour déplorable Celui qui vit tomber ce chef irréparable ? Chénier M. J. Tibère, III, 1. Mais cet emploi n'est pas à recommander ; ce n'est pas l'homme qui est irréparable, c'est sa perte.

HISTORIQUE

XVe s. À vostre très grant desplaisir Et à dommaige inreparable, Myst. du siége d'Orléans, p. 778. Trouble ou division en nostre royaume dont maulx et inconvenients irreparables s'en suyvroient, Lett. de Charles VIII, Bulletin du comité de la langue, t. III, p. 585. C'est une errreur irreparable, Nat. à l'alch. errant, 685.

XVIe s. Pardonnant aucune fois des offenses irreparables et irremediables, Amyot, Sylla, 13.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

IRRÉPARABLE. Ajoutez :
3Au propre, qui ne peut être réparé, raccommodé. Ce navire, bien que maintenant à flot, est tout rompu et considéré comme irréparable, le Nouvelliste de l'arr. d'Avranches, 5 nov. 1876.

HISTORIQUE

Ajoutez :

XIIIe s. Choses irreparables et dignes de grans pugnicions, Rec. des monum. inédits de l'hist. du tiers état, t. IV, p. 709.

XIVe s. Plusieurs griefs irreparables, Mandements de Charles V, 1365, p. 105. Afin que nostre dit chastel ne tourne en rouine inreparable, ib. p. 193. Douleurs et escandes inreparables, Bibl. des ch. année 1871, p. 392.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « irréparable »

Provenç et espagn. irreparable ; ital. irreparabile ; du lat. irreparabilis, de in… 1, et reparare, réparer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de réparable, avec le préfixe ir-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « irréparable »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
irréparable ireparabl

Fréquence d'apparition du mot « irréparable » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « irréparable »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « irréparable »

  • Le voyage est une suite de disparitions irréparables.
    Paul Nizan — Aden-Arabie, Maspero
  • Elle eut soin de peindre et d'orner son visage. Pour réparer des ans l'irréparable outrage.
    Jean Racine
  • Nous sommes tous abonnés à l’irréparable outrage des ans.
    Albert Uderzo — Le Figaro et vous, 4 octobre 2014
  • La perte vraiment irréparable est celle des désirs.
    Etienne de Senancour — Oberman
  • Toutes les déceptions de pensée et d'espérance, tout cela est secondaire. Le seul malheur irréparable, c'est la mort de ceux qu'on aime.
    Romain Rolland — Lettre à Pierre-Jean Jouvre - 7 Juillet 1919
  • Ce n’est pas en me considérant dans le miroir de ma salle de bains que je m’avise de certains changements irréparables. C’est en surprenant mon reflet dans le regard des autres.
    Philippe Bouvard
  • Personne ne fait l'irréparable : il se fait tout seul.
    Antonio Porchia — Aphorismes
  • Les fans de Utah peuvent donc pousser un grand soupir, puisque leurs deux coqueluches ne pourraient pas se montrer plus rassurantes et rationnelles dans leurs propos. Seule la compétition révèlera si ces sorties se vérifieront, ou si, malgré leur volonté commune, l’épisode lié au coronavirus aura engendré une fracture irréparable entre eux.
    Parlons Basket — NBA - Gobert et Mitchell parlent de leur relation, Shaq et Kobe évoqués
  • Tout de même, on se repent des torts irréparables, des torts qu'on a eus envers des gens qui sont morts.
    Jules Renard — Journal 1887-1892
  • Nous sommes une génération savante ; la vie instinctive, spontanée, aveuglément féconde de la jeunesse, s'est retirée de nous ; tel est le fait irréparable.
    Charles-Marie Leconte de Lisle — Poèmes antiques
Voir toutes les citations du mot « irréparable » →

Traductions du mot « irréparable »

Langue Traduction
Anglais irreparable
Espagnol irreparable
Italien irreparabile
Allemand nicht reparierbar
Chinois 不可弥补的
Arabe لا يمكن إصلاحه
Portugais irreparável
Russe непоправимый
Japonais 取り返しのつかない
Basque konponezinak
Corse irreparabile
Source : Google Translate API

Antonymes de « irréparable »

Combien de points fait le mot irréparable au Scrabble ?

Nombre de points du mot irréparable au scrabble : 14 points

Irréparable

Retour au sommaire ➦