Invincible : définition de invincible


Invincible : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

INVINCIBLE, adj.

A. −
1. Qu'il est impossible de vaincre au combat ou dans les compétitions. Synon. imbattable.Armée, nation invincible; chef, guerrier, héros invincible; se croire, se sentir invincible. Après Tézin, Cannes, Trasimène, La Trébie, les Romains se croyaient toujours invincibles (Montherl., Bestiaires,1926, p. 459).Invincible Don Juan qui, malgré tant de rivaux acharnés, a conquis l'heureux empire du royaume de Castille (Camus, Chev. Olmedo,1957, 3ejournée, 25, p. 815):
1. Le monde entier (l'Allemagne comprise) en est dans la stupeur, tant on nous a répété (l'Allemagne surtout) que Hitler était invincible (...). Et voilà que de grands espoirs se lèvent. Depuis quelques jours, on ne dit plus : « Si l'Angleterre peut tenir encore... », mais bien : « Quand l'Allemagne sera battue. » Green, Journal,1941, p. 122.
[En parlant d'une position milit.] Synon. inexpugnable.Malgré ses faibles ressources militaires, Port-Étienne est presque invincible. Il faut franchir, pour l'attaquer, une telle ceinture de sable et de feu que les rezzous ne peuvent l'atteindre qu'à bout de forces (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p. 190).
Emploi subst. masc. (appliqué à une pers.). Moi, l'invincible, n'ai-je pas été vaincu? répondit Pharaon. À quoi sert que les bas-reliefs des temples et des palais me représentent armé du fouet et du sceptre (...) si je suis obligé de céder aux sorcelleries de deux magiciens étrangers (Gautier, Rom. momie,1858, p. 337).Si nous obtenons le dessus, les envieux crieront (...) : « Victoire en Égypte, victoire! Vive Bonaparte l'invincible! » (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 470).La population en masse pleurait son héros, son dieu, son invincible à doubles muscles (A. Daudet, Tartarin Alpes,1885, p. 262).
[P. méton. du subst.] Bras, épée, flèche invincible; armes invincibles. Mais, crédule en sa force, et raillant l'impossible, Comme une Jeanne d'Arc, à la lance invincible (Quinet, Napoléon,1836, p. 176).La France était partout chez elle, en conquérante qui promenait ses aigles invincibles d'un bout de l'Europe à l'autre (Zola, Débâcle,1892, p. 60).Le parapluie dressé vers le ciel au bout d'un poing formidable semblait le glaive invincible de l'ange exterminateur (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 207).
P. exagér., au fig., vieilli. Invincible à.Qui résiste à, qui est victorieux de. Synon. invulnérable.
[En parlant de pers.] Cœur invincible à l'amour. Elle a l'esprit puissant aux grandes affaires, et le cœur invincible aux grandes adversités (Balzac, Martyr calv.,1841, p. 126).Mourir dans sa haute tour, invincible au monde, inexpugnable à sa malignité, c'est le vœu de l'être indépendant, qui ne sait obéir qu'à l'amour (Amiel, Journal,1866, p. 459).
[En parlant de choses] Il y a une obscurité, un enveloppement d'idées invincible à toute l'activité de l'esprit, quand les conditions organiques manquent (Maine de Biran, Journal,1818, p. 121).L'homme est complexe, (...) la pensée et les actes ne vont pas toujours de compagnie, (...) l'instinct de durer persiste, invincible aux raisonnements (Bourget, Nouv. Essais psychol.,1885, p. v).
2. P. anal. Que rien ne peut abattre ou fléchir. Synon. impérissable, inaltérable, indestructible, indomptable, inébranlable.Courage, enthousiasme, optimisme invincible; ardeur, confiance, force, persévérance invincible. Son espoir demeurait invincible, elle était certaine que les choses se réaliseraient, malgré tout (Zola, Rêve,1888, p. 143).La libération, qui ne fut longtemps que le rêve d'une invincible espérance, apparaît aujourd'hui comme une échéance imminente (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 579):
2. ... les salutations joviales, les appels moqueurs lancés d'un groupe à l'autre, l'entre-croisement constant des propos sérieux ou gais témoignèrent de suite que ces hommes appartenaient à une race pétrie d'invincible allégresse et que rien ne peut empêcher de rire. Hémon, M. Chapdelaine,1916, p. 6.
B. − P. ext. Qui ne peut être surmonté, dont on ne peut venir à bout. Obstacle, résistance invincible. Cependant la religion pas plus que la chirurgie ne paraissait le secourir, et l'invincible pourriture allait montant toujours des extrémités vers le ventre (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 19).La maison prit feu. Les flammes invincibles barraient toutes les issues et défendaient les portes (Camus, Dév. croix,1953, 1rejournée, p. 532):
3. Et, quant aux articulations, chacun connaît des difficultés presque invincibles, qui viennent de ce que les lèvres, la langue et le palais doivent passer subitement d'une position à une autre très différente, ce qui ne peut aller sans grimaces, méprises, et mauvaise humeur. Alain, Beaux-arts,1920, p. 83.
LOG. Qui ne peut être réfuté, qui est sans réplique. Synon. concluant, formel, implacable, inattaquable, incontestable, indiscutable, irrécusable, irréfragable, irréfutable; anton. réfutable.Argument, raisonnement invincible; preuve, raison invincible. Après l'avoir célébré [le fameux Cogito, ergo sum] comme une démonstration invincible de l'existence personnelle, on l'a couvert de ridicule, comme ne démontrant rien (Cousin, Hist. philos. mod., t. 1, 1846, p. 28).Aux classes de culte, chaque dimanche, armé d'une logique invincible, il argumentait (Mauriac, Préséances,1921, p. 10):
4. Notre esthétique rigoureusement pure m'apparaît donc comme une invention qui s'ignore en tant que telle, et s'est prise pour déduction invincible de quelques principes évidents. Valéry, Variété IV,1938, p. 251.
C. − Au fig.
1. À quoi l'on ne peut résister. Synon. irrésistible.Ascendant, attrait, penchant invincible. Ses yeux avaient la même flamme, les mêmes lointains de tendresse et de rêve − une invincible attirance (Mauriac, Enf. chargé de chaînes,1913, p. 130):
5. Mais toute sa résistance tombait, devant la douceur des choses qu'il lui disait, et elle s'abandonnait à la joie du moment, n'ayant plus la force de lutter, gagnée tout entière par le charme invincible de sa présence. Moselly, Terres lorr.,1907, p. 161.
2. Que la volonté ne peut maîtriser, supprimer, qu'il est impossible de dominer. Dégoût, sommeil invincible; haine, peur, répugnance, timidité invincible. Avec un sourire noyé de sommeil, elle laissa retomber ses paupières, sous l'invincible fatigue (Zola, Joie de vivre,1884, p. 825).Les souffrances des autres lui causaient une répulsion invincible; ses nerfs n'en supportaient pas le spectacle ni la pensée (Rolland, J.-Chr., Amies, 1910, p. 1152):
6. Donc votre sentiment n'est pas de l'amour; c'est au contraire de l'égoïsme... − Appelez-le comme vous voulez... Qu'importe le mot?... C'est une passion terrible; j'aurais essayé de lui résister si je ne l'avais sentie invincible. − Aucune passion n'est invincible. La volonté vient à bout de tout... Maurois, Ariel,1923, p. 96.
3. [En parlant d'une pers.] Qui reste maître de lui-même. Synon. impassible, insensible, invulnérable.Cette nuit, au chevet de leur père mourant, où il avait vu son aîné, qu'il jugeait invincible, éclater brusquement en sanglots (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 524).
Prononc. et Orth. : [ε ̃vε ̃sibl̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1370 ignorance invicible [sic] « ignorance des choses dont il est impossible qu'une personne ait eu connaissance » (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, V, 10, fol. 98c, note 4, p. 292); dans la lexicogr. de Fur. 1690 à Lar. 19e; 2. 1538 « qu'on ne peut vaincre » (Est.); ca 1562 « dont on ne peut triompher » (Bonivard, Histoire des Papes, fol. 78 vo); en partic. 1595 [éd.] « qu'on ne peut maîtriser » un degoust invincible (Montaigne, Essais, éd. A. Thibaudet, III, XIII, 1220). Empr. au lat.invincibilis « qu'on ne peut vaincre », composé de in-1négatif et de vincibilis « qu'on peut vaincre », lui-même dér. de vincere « vaincre »; le sens 1 est le calque du lat. eccl. ignorantia invincibilis, dep. St Thomas (cf. Thomas-Lexikon et Blaise Latin. Med. Aev.). Fréq. abs. littér. : 1 492. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 666, b) 1 889; xxes. : a) 2 544, b) 1 527.
DÉR.
Invincibilité, subst. fém.Caractère invincible de quelqu'un ou de quelque chose. Nous avions mis notre confiance dans des valeurs fausses, la force militaire de la France, l'invincibilité de l'armée française (Green, Journal,1941, p. 104).La croix, emblème du christianisme, n'est-elle pas (...) le signe que l'échec temporel atteste seul, au sein de la souffrance et par delà la mort, l'invincibilité de l'esprit? (Philos., Relig., 1957, p. 38-9).L'invincibilité de la conscience individuelle (Traité sociol.,1967, p. 30).[ε ̃vε ̃sibilite]. 1reattest. début xvies. l'invincibilité d'icelle [cité] (Fossetier, Cron. Marg., ms. Brux. 10511, VII, V, 8 ds Gdf.); dér. sav. de invincible, suff. -(i)té*.
BBG. Gohin 1903, p. 272 (s.v. invincibilité).

Invincible : définition du Wiktionnaire

Adjectif

invincible \ɛ̃.vɛ̃.sibl\ masculin et féminin identiques

  1. Que l’on ne peut vaincre.
    • Une armée invincible.
    • (Par extension) Un courage invincible.
  2. (Figuré) Auquel il n’y a pas de bonne réplique ; imparable.
    • Argument invincible, raison invincible, raisonnement invincible.
  3. (Figuré) Qui est insurmontable, qui est irrésistible, plus fort que la volonté.
    • Malgré ces belles résolutions, dès qu'il l'aperçut à vingt pas de lui, il fut saisi d'une invincible timidité. — (Stendhal, Le Rouge et le Noir)
    • […]; puis il céda à l'aphasie, s'accota au placard, les bras collés aux cuisses, image vivante de l'animal assailli par un invincible ahurissement. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930)

Adjectif

invincible \Prononciation ?\

  1. Invincible.

Nom commun

invincible \Prononciation ?\

  1. Quelqu’un d’invincible.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Invincible : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INVINCIBLE. adj. des deux genres
. Qu'on ne peut vaincre. Une armée invincible. Par extension, Un courage invincible. Argument invincible, raison invincible, raisonnement invincible, Argument, raison, raisonnement auquel il n'y a point de bonne réplique. Ignorance invincible, Ignorance de ceux qui, en raison de leur éducation, ou de leurs préjugés invétérés, ne peuvent vaincre les obstacles qui s'opposent à leur adhésion aux vérités dogmatiques. Il signifie figurément Qui est insurmontable, qui est irrésistible, plus fort que la volonté. Obstacle invincible. Peur invincible. Dégoût invincible. Il a sur moi un ascendant, un attrait invincible.

Invincible : définition du Littré (1872-1877)

INVINCIBLE (in-vin-si-bl') adj.
  • 1Qu'on ne saurait vaincre. Ton bras est invaincu, mais non pas invincible, Corneille, Cid, II, 2. Dans la mauvaise fortune, elle s'est montrée toujours invincible, Bossuet, Reine d'Anglet. Que si elle [l'Église] a été invincible contre les efforts du dehors, elle ne l'a pas moins été contre les divisions intestines, Bossuet, Hist. II, 7. Si l'on eût pu avancer ces belles années dont nous admirons le cours glorieux, avec quelle puissance l'Angleterre [révolutionnaire] l'aurait-elle vu [Louis XIV] invincible défenseur ou vengeur présent de la majesté violée ? Bossuet, Reine d'Anglet. Ce grand apôtre [saint Paul]… nous en montre la force invincible [de la grâce], Bossuet, Hist. II, 7. Nos ennemis communs ne sont pas invincibles, Racine, Brit. III, 5.

    Par extension. Je rapporte en ces lieux ses flèches invincibles [d'Hercule], Voltaire, Œdipe, I, 1.

    L'invincible armada, ou, substantivement, l'invincible, la flotte que Philippe II arma en 1588 contre l'Angleterre et qui fut détruite.

    Substantivement. Vos mains seules ont droit de vaincre un invincible, Corneille, Cid, V, 8.

    Qui ne cède pas à l'amour. Pour exciter Néron par la gloire pénible De vaincre une fierté jusqu'alors invincible, Racine, Brit. III, 6.

  • 2 Fig. Qui résiste victorieusement, qui ne se laisse pas surmonter. Mais qui peut t'assurer qu'invincible aux plaisirs, Elle conservera sa première innocence ? Boileau, Sat. X. Bajazet, à vos soins tôt ou tard plus sensible, Madame, à tant d'attraits n'était pas invincible, Racine, Baj. V, 6. Il [Alexandre] n'était plus le même : invincible aux dangers et aux fatigues de la guerre, il ne le fut point à la douceur du repos, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 410, dans POUGENS.
  • 3Dont on ne peut triompher, en parlant des choses. Obstacle invincible. Qui pourra mieux que moi vous montrer la douleur Que lui donne du roi l'invincible malheur ? Corneille, Pomp. V. 3. On a bien prévu que, la licence n'ayant plus de frein, les sectes se multiplieraient jusqu'à l'infini ; que l'opiniâtreté serait invincible…, Bossuet, Reine d'Anglet. Je voulais qu'à mes vœux rien ne fût invincible ; Je n'examinais rien, je voulais l'impossible, Racine, Bérén. IV, 5. Je sais qu'à cet égard il y a quelque chose d'invincible dans mon sort, Staël, Corinne, XV, 5.

    Argument invincible, raison invincible, raisonnement invincible, argument, raison, raisonnement auquel il n'y a point de bonne réplique.

    On dit dans un sens analogue : difficulté invincible. Chose inouïe [une interprétation de Luther] et embarrassée de difficultés invincibles, Bossuet, Var. II.

  • 4Qui est plus fort que la volonté. J'eus pour vous de tout temps une haine invincible, Th. Corneille, D. Bertr. de Cig. IV, 5. Ah ! si d'un autre amour le penchant invincible Dès lors à mes bontés vous rendait insensible, Racine, Mithr. IV, 4. Les spectacles, les dons, invincibles appâts, Racine, Brit. IV, 2. L'opposition invincible qu'elles ont à la prière, Massillon, Carême, Prière 1. Cette déplorable passion met dans le cœur un dégoût invincible pour les choses du ciel, Massillon, Carême, Enf. prod. Sa paresse d'écrire est invincible, et par conséquent pardonnable, Voltaire, Lett. Laharpe, 29 sept. 1772.

    Ignorance invincible, l'ignorance des choses dont il est impossible qu'une personne ait eu connaissance. Je ne suis pas dans le cas d'une ignorance invincible, mais dans celui d'une opinion invincible, Voltaire, Quest. miracl. lett. 3e.

HISTORIQUE

XIVe s. Ignorance d'aucunes circonstances que l'en ne peut pas bonnement savoir excusé et est appellée ignorance invincible, Oresme, Eth. 61.

XVIe s. On voyoit les autres incontinent recreuz et rompuz du travail, ou bien amolliz et enervez de delices, et luy au contraire invincible de l'un et de l'autre, Amyot, Cat. 10. Il desfit Hannibal, qui jusques là avoit esté invincible, Amyot, Arist. et Cat. 11. Ainsi mourut cette roine [Catherine de Médicis], n'aiant de femme que le sexe, l'ame entiere aux choses viriles, l'esprit puissant aux grandes affaires, le cœur invincible aux adversitez, D'Aubigné, Hist. II, 8. Ô grand amour, de puissance invincible, Cruel et doux, gracieux et terrible, Desportes, Amours d'Hippolyte, XIX, prière. Un degoust invincible, Montaigne, IV, 263. Une grandeur de courage invincible, Montaigne, I, 241.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Invincible : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

INVINCIBLE, adj. (Gramm.) qu’on ne peut renverser, détruire, vaincre. On dit un homme invincible, un raisonnement invincible, une preuve invincible. Un des philosophes que les Athéniens envoyerent à Rome, prouva un jour la distinction absolue du juste & de l’injuste par des raisons qui parurent invincibles ; le lendemain il prouva le contraire par des raisons opposées, que Cicéron compare à des bêtes féroces qu’il ne se promet pas de détruire, de vaincre, mais qu’il seroit trop heureux pour la consolation des gens de bien, & pour le bonheur de la république, d’appaiser, d’adoucir, de calmer. Placare, dit cet homme dont l’éloquence a passé en proverbe. Qu’étoit-ce donc que ces argumens qui effrayoient Cicéron même ?

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « invincible »

Étymologie de invincible - Littré

Lat. invincibilis, de in… 1, et vincere, vaincre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de invincible - Wiktionnaire

Du latin invincibilis de même sens, composé de in, préfixe privatif, et de vincibilis (« que l'on peut vaincre »), qui dérive de vincere (« vaincre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « invincible »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
invincible ɛ̃vɛ̃sibl play_arrow

Citations contenant le mot « invincible »

  • Un exploit de la saison 3 de Fortnite permet de devenir à la fois invisible et invincible ! Évidemment, l’utiliser pour gagner relève plus de la triche qu’autre chose… Journal du Geek, Fortnite : un exploit de la saison 3 permet d’être invisible et invincible
  • La France se croit invincible, elle est une grande puissance militaire, économique et impériale, possédant le deuxième empire mondial après l’Angleterre. C’est aussi un pays travaillé par le pacifisme, depuis les millions de morts de 14-18, et divisé entre ceux qui veulent pactiser avec Hitler, pour faire rempart au bolchevisme, et un pays de gauche déboussolé par le pacte germano-soviétique. Cette France va se battre, il y aura beaucoup plus de morts qu’on l’a dit, mais elle est surpassée par un ennemi meilleur militairement. Le pays est au bord de l’effondrement, mais personne ne l’avait envisagé, surtout pas les Français. ladepeche.fr, 1939 : la France se croyait invincible, et pourtant... - ladepeche.fr
  • Le courage fait les vainqueurs ; La concorde, les invincibles. De Claude Delavigne / Troisième messénienne
  • On lit comme on aime, on entre en lecture comme on tombe amoureux : par espérance, par impatience. Sous l’effet d’un désir, sous l’erreur invincible d’un tel désir : trouver le sommeil dans un seul corps, toucher au silence dans une seule phrase. De Christian Bobin / Une Petite Robe de fête
  • Tous ceux à qui j'ai enseigné l'art invincible De bander l'arc et de lancer le trait M'ont finalement pris pour cible. De Mocharrafoddin Saadi / Le jardin des roses
  • L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir. De Jean Jaurès
  • Aucun homme n'est invincible. Il y a toujours un point faible. Le tout est de le trouver. De Jean Van Hamme / Thorgal - L'épée-soleil
  • La certitude du péché inclus dans un acte est souvent l’unique force invincible qui nous pousse à son accomplissement. De Edgar Allan Poe / Le Démon de la perversité
  • Au milieu de l'hiver, j'ai découvert en moi un invincible été. De Albert Camus
  • Il y a satisfaction, joie animale à combattre un ennemi qui n'est pas invincible. De René Chicoine / Un homme, rue Beaubien
  • Connais l’adversaire et surtout connais toi toi-même et tu seras invincible. De Sun Tzu
  • On est bien fort quand on a le nombre ; invincible, quand on a la ruse. De Euripide / Hécube
  • L’intelligence est invincible mais l’élément est imprenable. De Victor Hugo / Les travailleurs de la mer
  • La mystique est la force invincible des faibles. De Charles Péguy / Notre jeunesse
  • L'homme qui rêve est invincible. De Louis Lefebvre / Guanahani
  • La douceur est invincible. De Marc-Aurèle
  • Qui reste doux reste invincible. De Proverbe chinois
  • À qui venge son père, il n'est rien d'impossible. Ton bras est invaincu, mais non pas invincible. Pierre Corneille, Le Cid, II, 2, Rodrigue

Images d'illustration du mot « invincible »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « invincible »

Langue Traduction
Corse invincibile
Basque garaiezina
Japonais 無敵
Russe непобедимый
Portugais invencível
Arabe لا يقهر
Chinois 立于不败之地
Allemand unbesiegbar
Italien invincibile
Espagnol invencible
Anglais invincible
Source : Google Translate API

Synonymes de « invincible »

Source : synonymes de invincible sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « invincible »



mots du mois

Mots similaires