La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « impuissant »

Impuissant

Variantes Singulier Pluriel
Masculin impuissant impuissantes
impuissants
Féminin impuissante

Définitions de « impuissant »

Trésor de la Langue Française informatisé

IMPUISSANT, -ANTE, adj.

A. −
1.
a) [En parlant d'un animé] Qui n'a pas le pouvoir, la force physique ou morale d'agir; qui ne peut modifier le cours des événements. Synon. désarmé, faible, incapable.La cause de ton ennui est toujours la même : le vide, la honte, le mécontentement. Tu traînes ce boulet de l'irrésolution, qui te rend inerte et impuissant. (...) tu sens fuir ta vie sans la consolation d'en avoir tiré quelque chose de noble et de beau (Amiel, Journal,1866, p. 123).Elle (...) supplie qu'on la soulage. Et lui, debout devant elle, impuissant, n'osant même plus prodiguer des paroles inutiles, mord son mouchoir et se tord les mains. Il n'a pas la force de rester là, de la voir mourir (Martin du G., Devenir,1909, p. 195).Elle se baissa vers la petite chose impuissante et blessée [un petit chat] qui l'implorait (Loti, Chât. Belle-au-bois-dorm.,1910, p. 63) :
1. Nous sommes aussi libres que vous voudrez, mais impuissants... pour le reste, la volonté de puissance. L'action, la vie ne sont que de vaines idéologies. Il n'y a nulle part de volonté de puissance. Tout est trop faible : toutes choses tendent à mourir. Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 341.
Rare. Impuissant à + subst.Il se sentait impuissant à l'expansion littéraire complète, et il en souffrait mortellement (Sand, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 286).
Impuissant à + inf.Louise avait une pleurésie (...). Étendue dans son lit, elle souffrait silencieusement. La maladie, qu'elle était impuissante à combattre, s'emparait d'elle (Dabit, Hôtel Nord,1929, p. 63).
Emploi subst. C'est aux impuissants Qu'appartient cette chose auguste, le bon sens (Hugo, Toute la lyre, t. 1, 1885, p. 304).Cette formule faire quelque chose »] est souvent celle des impuissants et des brouillons (Colette, Jumelle,1938, p. 60).
SYNT. Dieu, ennemi impuissant; s'avouer, demeurer, se sentir impuissant; rendre qqn impuissant; assister impuissant à qqc.; rester impuissant devant/contre qqc.; être le témoin impuissant de qqc.
b) [P. méton.]
α) Mouvement, geste impuissant. Mouvement, geste traduisant l'impossibilité d'avoir quelque action efficace; mouvement, geste qui n'atteint pas son but. Elle me regarde avec des yeux vagues (...). Puis, tout à coup, elle s'écrie : « Ah! André, c'est toi! » Et, dans un geste impuissant, je vois sa main qui cherche ma main. Je prends alors sa main brûlante et je la presse bien fort (Gide, Journal,1890, p. 14).« Antoine! ça ne peut pas continuer, voyons! » Son ton vibrait de reproche. Antoine tourna la tête, avec un mouvement d'épaules impuissant (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p. 1280).
β) Inefficace, qui est sans effet; qui n'atteint pas son but.
[En parlant d'un affect] Orgueil impuissant; bonté, colère, fureur, haine, rage impuissante. Il y avait dans son œil une espèce de folie, une folie mystique et violente; et autre chose encore, une fièvre, un désir exaspéré, impatient et impuissant de l'irréalisé et de l'irréalisable! (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Miss Harriet, 1883, p. 873).L'amitié est distraite, ou du moins impuissante. Ce qu'elle veut, elle ne le peut pas. Peut-être, après tout ne le veut-elle pas assez? (Camus, Chute,1956, p. 1490).
Impuissant à + inf.Les yeux de l'amour et du plaisir sont impuissants à reconnaître la beauté dans un squelette, l'harmonie dans des viscères mis à nu, la vie dans un sang noir et figé (Proudhon, Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 32).
[En parlant d'une activité, d'une faculté intellectuelle, d'un phénomène psychique] Effort, vœu impuissant; raison impuissante. Comme c'est mal arrangé, le monde! À quoi bon la laideur, la souffrance, la tristesse? Pourquoi tous nos rêves impuissants? Pourquoi tout? (Flaub., Corresp.,1864, p. 159).Mon père, qui était entrepreneur de travaux publics, a eu maintes fois l'occasion de voler. Bien qu'il en ait eu la tentation (...), il n'a jamais pu voler. En morale, la volonté est impuissante (Renard, Journal,1889, p. 27) :
2. Il souligna qu'il n'avait jamais été de ceux que pérorer devant les gens suffit à assouvir; et qu'il s'était trop moqué du bavardage impuissant des socialistes, et de leur abdication devant les faits (...) pour avoir le droit de ne pas saisir (...) l'occasion d'agir réellement... Romains, Hommes bonne vol.,1939, p. 151.
[En parlant d'un procédé, d'une méthode] . Science, médecine impuissante (devant qqc.). On a essayé [dans les mines] de laver la fumée [d'une locomotive] dans une bâche à eau (...); mais ce procédé reste impuissant vis à vis de l'oxyde de carbone (Haton de La Goupillière, Exploitation mines,1905, p. 755).On n'a (...) aucune raison de croire a priori que le monde microbien s'arrête juste au point où les instruments d'optique deviennent impuissants (J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p. 22).
Rare. Impuissant contre + subst.Le klaxon hurlait en vain, impuissant contre la force de l'exode, contre le bouillonnement millénaire que soulèvent devant elles les invasions (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 241).
2. En partic. [En parlant d'un homme d'État, d'un corps d'État] Qui n'a pas de pouvoir de fait; qui n'a pas le pouvoir, les moyens de faire respecter ses décisions. Les lois et gens de loi sont impuissants et absurdes (Valéry, Corresp. [avec Gide], 1927, p. 504).Plus la Convention se montrait impuissante, plus les pétitions se faisaient nombreuses et pressantes : un nouvel effort était nécessaire pour mettre le gouvernement « à la hauteur » (Lefebvre, Révol. fr.,1963, p. 360) :
3. ... « Je veux, disait-il, rester tout entier ce que je suis. Amoindri aujourd'hui, je serais impuissant demain ». Il préférait ne pas régner (...) et garder intact le principe monarchique plutôt que de le compromettre dans une restauration éphémère. Bainville, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 230.
B. −
1. [En parlant d'un homme] Qui est atteint d'impuissance sexuelle (v. impuissance C). C'est une chose singulière comme je suis écarté de la femme (...). Je suis devenu impuissant par ces effluves magnifiques que j'ai trop sentis bouillonner pour les voir jamais se déverser (Flaub., Corresp.,1845, p. 179).Il se fût accommodé sans embarras d'une anomalie qui eût été flatteuse. Mais il sentait bien que celle-ci était humiliante (...). Il hésita longtemps sur la catégorie d'anormaux où il se rangerait. Était-il impuissant, ou simplement frigide? (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 82) :
4. ... tous les républicains soupçonnaient leurs adversaires non pas d'être impuissants, puisqu'ils se reproduisaient, mais de fonctionner à un régime diminué (...). De leur côté, les réactionnaires les considéraient comme des dévorants, des frénétiques de la bagatelle (...) et ils éprouvaient un sentiment de jalousie, comparable à celui d'une femme honnête pour une fille qui prodigue son ventre. Aymé, Jument,1933, p. 241.
Rem. Le fait d'être impuissant est considéré, dans les cultures qui valorisent la virilité de l'homme, comme une tare, une anomalie honteuse, inavouable et laisse planer le doute d'une conduite sexuelle déviante, ce que met en évidence l'ex. suiv. de Flaubert : Un homme aussi sérieux (...) doit être calomnié. S'il est chaste, on le répute pédéraste (...). J'ai également eu dans un temps cette réputation. J'ai eu aussi celle d'impuissant (Corresp., 1852, p. 11), ce que confirme son utilisation comme insulte : Elle me traita même de flibustier, et d'impuissant (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Cas de MmeLuneau, 1883, p. 107).
Emploi subst. Sa foudroyante beauté devait réveiller les impuissants, sa voix charmer les sourds, ses regards ranimer de vieux ossements (Balzac, Peau chagr.,1831, p. 69).Moûlu dit (...) : « De temps en temps c'est pas un crime de parler d'amour, ça change les idées. » « Ce sont les impuissants qui parlent d'amour, dit Brunet. L'amour, on le fait quand on peut » (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 250).
2. Au fig. [En parlant d'un écrivain, d'un artiste] Qui est incapable de produire, de réaliser une œuvre. Artiste, auteur impuissant. On était venu (...) pour être un grand écrivain, on se trouve un impuissant folliculaire (Balzac, Splend. et mis.,1844, p. 14) :
5. C'est le supplice d'une feuille de papier blanc qu'on aurait dans la tête et où la pensée (...) griffonne avec effort (...). Les hontes de soi-même d'être là impuissant, devant cette chose qu'on veut violer. On tourne, on retourne sa cervelle : elle sonne creux. Des rougeurs d'eunuque vous passent dans l'orgueil! Goncourt, Journal,1862, p. 1100.
Emploi subst. Aujourd'hui, un homme qui ne fait pas un livre est un impuissant (Balzac, Œuvres div., t. 2, 1830, p. 40).L'art a ses impuissants et ses imposteurs (Malraux, Voix sil.,1951, p. 318).
REM.
Impuissamment, adv.De manière impuissante. Il faut laisser la monographie de telles ivresses aux jeunes bonshommes en condition littéraire, dont c'est l'office de divulguer impuissamment l'âme humaine à des maquereaux inattentifs (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 216).
Prononc. et Orth. : [ε ̃pɥisɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Mil. xves. « qui n'a pas le pouvoir de faire quelque chose » (Myst. du V. Testament, éd. J. de Rothschild, 24863); 2. 1558 méd. (Bonaventure des Périers, Récréations et Joyeux devis, XXXII ds Conteurs français du xvies., éd. P. Jourda, p. 447); 1774 subst. (Voltaire, Dialogue de Pégase et du vieillard ds Littré); 3. 1644 « qui est sans effet, sans efficacité » (Corneille, Rodogune, III, 4, 956); 4. 1823 « qui manque de puissance créatrice » (Stendhal, Racine et Shakspeare, t. 1, p. 32). Dér. de puissant*; préf. im- (v. in-1), a évincé les anc. adj. nonpoant et nonpuissant « infirme » (xiie-xiiies. ds T.-L.). Fréq. abs. littér. : 1 349. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 634, b) 1 405; xxes. : a) 2 070, b) 2 344.

Wiktionnaire

Nom commun - français

impuissant \ɛ̃.pɥi.sɑ̃\ masculin

  1. Homme qui ne parvient pas à assurer l’acte sexuel.
    • C’est un impuissant.
    • Épouser un impuissant.
    • Tim Gyakari est un impuissant, et son sexe est plus petit que celui d’un enfant. — (Marie-Christine Boni, Ashanti, le Maître des Bois Sacrés, 2019)

Adjectif - français

impuissant \ɛ̃.pɥi.sɑ̃\ masculin

  1. Qui n’a pas de pouvoir, de moyens pour faire quelque chose.
    • Ses ennemis sont faibles et impuissants.
    • Après avoir été trop puissant pour le mal il fut impuissant pour le bien.
    • Il se trouva impuissant à l’aider.
  2. (Plus courant) Qui ne peut produire aucun effet.
    • Il sentait couler dans ses veines toute la sanie des rêves impuissants, des appétences infécondes, et sur son échine s'appesantissait le fardeau de la résignation et de la timidité. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 27)
  3. (Médecine) Atteint d’impuissance sexuelle.
    • Cet homme est impuissant.
    • Conseillère professionnelle pour adolescents
      Je fais faire des étincelles aux vieux impuissants
      Je serai telle que tu m'imagines
      Je serai belle comme dans les magazines
      Si tu m'appelles un soir de déprime
      Je serai celle qui mettra du fitz dans ton verre de gin
      Call girl pour vous séduire, call girl en satin ou en cuir
      — (Nanette Workman, chanson Call Girl, album Call Girl)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IMPUISSANT, ANTE. adj.
Qui n'a point de pouvoir, de moyens pour faire quelque chose. Ses ennemis sont faibles et impuissants. Après avoir été trop puissant pour le mal il fut impuissant pour le bien. Il se trouva impuissant à l'aider. Il se dit plus ordinairement en parlant des Choses et signifie Qui ne peut produire aucun effet. Une haine impuissante. Une colère impuissante. Faire des efforts impuissants.

IMPUISSANT se dit spécialement De celui qui est incapable d'accomplir l'acte générateur. Cet homme est impuissant. Il est aussi nom dans cette dernière acception. C'est un impuissant. Épouser un impuissant.

Littré (1872-1877)

IMPUISSANT (in-pui-san, san-t') adj.
  • 1Qui n'a pas de puissance, de force. Deux princes impuissants à te récompenser, Corneille, Hér. V, 8. Les démons qui sont impuissants pour le bien, Pascal, Prov. XI. … Venez, madame, suivez-moi ; Ne craignez ni les cris ni la foule impuissante D'un peuple qui se presse autour de cette tente, Racine, Iph. V, 2. Je crois qu'à mon exemple impuissant à trahir, Il hait à cœur ouvert ou cesse de haïr, Racine, Brit. V, 1.
  • 2En parlant des choses, qui n'a pas d'effet, d'efficacité. Pouvez-vous redouter sa haine renaissante, S'il est en votre main de la rendre impuissante ? Corneille, Rod. III, 4. Après force vœux impuissants, Le héros dit : puisqu'en cette aventure Mourir nous est chose si sûre, La Fontaine, Fianc. Tu céderas ou tu tomberas sous ce vainqueur, Alger, riche des dépouilles de la chrétienté… dans ta brutale fureur, tu te tournes contre toi-même, et tu ne sais comment assouvir ta rage impuissante, Bossuet, Marie-Thér. Ils me reprocheraient, non des cris impuissants, Mais des crimes pour vous commis à votre vue, Racine, Brit. IV, 2. Et, sans renouveler ses assauts impuissants, Résolu de combattre, attendait les Persans, Racine, Bajaz. I, 1. En efforts impuissants leur maître se consume, Racine, Phèd. V, 6.
  • 3Qui est affecté d'impuissance, inhabile à engendrer. Un homme qui avait épousé une riche héritière se trouvait impuissant, Fénelon, Solon. L'aîné [des Coislin] était impuissant, celui-ci [l'abbé] en était fort soupçonné, et n'avait point de barbe, Saint-Simon, 46, 35. L'archevêque et son parti déclarèrent le roi impuissant dans le temps qu'il était entouré de maîtresses, Voltaire, Mœurs, 101.

    Fig. Il se dit d'un auteur qui ne peut inventer, créer. Les critiques sont souvent impuissants.

    Substantivement. C'est un impuissant. Ah ! doyen des ingrats, ce triste et froid discours Est d'un vieux impuissant qui médit des amours, Voltaire, Dial. Pégase et vieillard.

REMARQUE

Avec un verbe, impuissant prend la préposition à : impuissant à connaître ; avec un substantif les prépositions à et pour : impuissant pour le bien. Impuissant à était, à tort, regardé comme barbare par Bouhours, qui reprochait à messieurs de Port-Royal d'avoir mis dans la traduction de l'Imitation : impuissant à vous taire. Cette tournure excellente est aussi dans Corneille.

HISTORIQUE

XVIe s. L'heritier impuissant, c'est celui qui n'est pas en age d'aliener, ou qui a quelque autre empeschement qui luy oste la mesme faculté, Nouv. coust. génér. t. II, p. 138.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « impuissant »

(Siècle à préciser) Composé de in- et puissant ; voir impotent.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Im…, et puissant.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « impuissant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
impuissant ɛ̃pµisɑ̃

Fréquence d'apparition du mot « impuissant » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « impuissant »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « impuissant »

  • Il n'y a rien de plus navrant que de se sentir impuissant devant une souffrance, que de se heurter à un mur lorsque l'on est rempli de bonne volonté.
    Anne Bernard — Cancer
  • Grâce à la passion des femmes, il faut que l’homme le plus honnête soit ou un mari, ou un sigisbée ; ou un crapuleux, ou un impuissant.
    Chamfort — Maximes et pensées
  • En temps de révolution, qui est neutre est impuissant.
    Victor Hugo — Histoire d'un crime
  • On ne se sent jamais plus impuissant que quand on essaie de résoudre un problème qui n'existe pas.
    Roger Lemelin — Les Plouffe
  • Celui qui copie la nature est impuissant, celui qui l'interprète est ridicule, celui qui l'ignore n'est rien du tout.
    René Barjavel — Colomb de la lune
  • Rien n'est indifférent, rien n'est impuissant dans l'univers ; un atome peut tout dissoudre, un atome peut tout sauver !
    Gérard de Nerval — Aurélia
  • Peu utilisé cette saison à la Fiorentina (seulement 17 apparitions en Serie A), Rachid Ghezzal était titulaire mercredi contre Lecce (3-1) et l’ailier algérien en a profité pour se distinguer de fort belle manière. Peu avant la mi-temps, à la 38e minute, l’ancien Lyonnais et Monégasque a inscrit un superbe coup franc enroulé qui a contourné le mur pour se loger au ras du poteau gauche du gardien adverse, impuissant. Le Fennec n’est pas près d’oublier son premier but en Italie !
    Afrik-Foot — Fiorentina : l’oublié Ghezzal régale sur coup franc
  • L'amour c'est comme l'alcool, plus on est impuissant et saoûl et plus on se croit fort et malin, et sûr de ses droits.
    Louis-Ferdinand Céline — Voyage au bout de la nuit
  • La joie rend impuissant.
    Jules Renard — Journal 1893 - 1898
  • Les femmes aiment peut-être les impuissants. Un homme, un vrai, ça leur fait toujours un peu peur. Elles craignent d'être blessées. Un impuissant, c'est comme une bonne copine.
    Boris Vian — Les Morts ont tous la même peau
Voir toutes les citations du mot « impuissant » →

Traductions du mot « impuissant »

Langue Traduction
Anglais powerless
Espagnol impotente
Italien impotente
Allemand machtlos
Chinois 无力
Arabe ضعيف
Portugais impotente
Russe бессильный
Japonais 無力な
Basque powerless
Corse senza putenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « impuissant »

Source : synonymes de impuissant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « impuissant »

Combien de points fait le mot impuissant au Scrabble ?

Nombre de points du mot impuissant au scrabble : 14 points

Impuissant

Retour au sommaire ➦