Hurlement : définition de hurlement


Hurlement : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

HURLEMENT, subst. masc.

A. − Cri aigu et prolongé poussé par certains animaux (notamment chien, loup). Hurlement épouvantable, lamentable, plaintif; les hurlements d'un chien. Le soir, au chant de la cigale, au coassement des grenouilles, au cri des chouettes, aux lamentations des vampires, s'unit le hurlement des singes (Michelet, Insecte,1857, p. 159).Au loin, les hurlements d'un cochon qu'on saignait (Rolland, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1412) :
1. ... la nuit vint, et, au milieu des hurlements des tigres, des ours, des loups qui fuyaient devant la locomotive, le train passa à toute vitesse, et on n'aperçut plus rien des merveilles du Bengale... Verne, Tour monde,1873, p. 75.
B. − P. anal.
1. Cri prolongé, aigu et violent poussé par une personne. Qqn pousse, jette, laisse échapper un/des hurlement(s); les hurlements d'un blessé, d'un enfant. Sa plainte lugubre s'achevait dans un hurlement tandis qu'une crise le tordait au bord de l'escalier (Zola, Conquête Plassans,1874, p. 1200).Un hurlement guttural de femme qui accouche traversa les gémissements qui reprirent comme un écho, puis s'arrêtèrent (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 253) :
2. Les cris montèrent peu à peu et lorsqu'ils se confondirent dans un hurlement collectif, le chef, les yeux toujours levés, poussa lui-même une longue clameur à peine phrasée, au sommet du souffle, et où les mêmes mots revenaient. « Tu vois, souffla le coq, il dit qu'il est le champ de bataille du dieu ». Camus, Exil et Roy.,1957, p. 1673.
[Constr. avec un compl. causal désignant un affect, introd. par de] Une grande clameur où se mêlent des hurlements de rage, des cris d'amour, des cantiques et des objurgations (Flaub., Tentation,1874, p. 51) :
3. ... un cri épouvantable, un hurlement de fureur impuissante et de désir exaspéré s'éleva dans l'asile. « Écoutez-le, dit le docteur. Il faut doucher cinq fois par jour ce fou obscène (...) ». Maupass., Contes et nouv., t. 2, Chevel., 1884, p. 942.
En partic. Hurlement de rire. Éclat de rire sonore et prolongé. C'était un feu roulant de plaisanteries énormes, des coups de poing sur la table, des hurlements de rires (Rolland, J.-Chr., Antoinette, 1908, p. 830).
SYNT. Hurlement d'agonie, de désespoir, de douleur, d'horreur, de joie, de souffrance; hurlement aigu, guttural, rauque, sourd; hurlement affreux, épouvantable, furieux, lugubre, sauvage, sinistre, terrible; pousser des hurlements de sauvage(s), de bête(s) fauve(s), de bête(s) féroce(s); cris, pleurs, sanglots et hurlements.
2. Mot, phrase proféré(e) avec force et/ou véhémence. Nous sommes au temps des hurlements et un homme qui refuse cette ivresse facile fait figure de résigné. J'ai le malheur de ne pas aimer les parades, civiles ou militaires (Camus, Actuelles I,1948, p. 186).Moûlu pousse un hurlement : « À gauche, les gars! On prend à gauche » (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 285) :
4. ... les hurlements redoublent... − « À l'eau... À mort le traître!... À la Seine...! » − « Mort à Zola! » Le préfet de police, très nerveux, hâte le départ. L'attelage démarre au petit trot. Martin du G., J. Barois,1913, p. 401.
Rare. Hurlement à (qqc.).Accusation véhémente de (quelque chose). Tant de querelles pour rien, d'accusations atroces, de hurlements au vol et au plagiat, d'appels à la justice des hommes et de Dieu (L. Febvre, Combats pour hist., L'Homme, la légende, l'œuvre, 1931, p. 255).
C. − P. anal. Son, bruit aigu et prolongé, produit par un élément naturel, une chose. Les hurlements du vent. Il s'enivrait du cri des glaives, des sanglots De mort, des hurlements de l'orage et des flots (Leconte de Lisle, Poèmes barb.,1878, p. 128).Ai-je eu le temps de sentir le frôlement de la mort? Je ne sais plus... J'ai eu peur, une peur atroce... Et puis le hurlement des freins bloqués (Martin du G., J. Barois,1913p. 451).Puis ce fut un hurlement de sirène, long, un peu étouffé, vers l'avant (Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 143).
Prononc. et Orth. : [yʀləmɑ ̃] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1509 urlement (J. Lemaire de Belges, Illustr., II, 8 ds Hug.). Dér. de hurler*; suff. -(e)ment1*; cf. l'a. fr. uslement (ca 1175) [ms. fin xiies.] B. de Ste-Maure, Chron. Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 1667) et ulement (xiiies. [ms.] Serm. de M. de Sully, B.N. 24838, fo46 rods Gdf. Compl.), respectivement dér. de usler et uller, v. hurler. Fréq. abs. littér. : 660. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 588, b) 1 222; xxes. : a) 1 293, b) 872.

Hurlement : définition du Wiktionnaire

Nom commun

hurlement (h aspiré)\yʁ.lə.mɑ̃\ masculin

  1. Action de hurler.
    • La nuit était complètement venue, le désert s’éveillait peu à peu ; les hurlements des bêtes fauves résonnaient déjà dans la prairie. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
  2. (Figuré) Bruit sinistre semblable au cri qui résulte de cette action.
    • Là-haut sa voix tonnante domine souvent les hurlements de la tempête ou le tumulte des combats ; mais ici elle est douce et mélodieuse […]. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • À chaque coup de roulis ou de tangage le hurlement continu du vent s'amplifiait d'un sifflement sinistre ; […]. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Une dernière voiture, en slalomant en peu, eut le temps de passer, avec un hurlement de klaxons, avant qu'ils ne barrent l'accès vers Paris. — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, p. 255)
  3. (Spécialement) (Zoologie) Cri du loup.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Hurlement : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HURLEMENT. (H est aspirée.) n. m.
Action de hurler. On entendait toute la nuit le hurlement des loups. Le hurlement des chiens. Elle fit des hurlements lorsqu'on lui apprit la mort de son fils. Il poussait des hurlements de rage.

Hurlement : définition du Littré (1872-1877)

HURLEMENT (hur-le-man) s. m.
  • 1Le cri prolongé que fait le loup et que le chien fait quelquefois aussi. Les dogues gémissants, en hurlements funèbres, Appellent-ils leur maître errant dans les ténèbres ? Ducis, Oscar, I, 2.
  • 2 Par extension. Le hurlement de l'ours. Sa voix [de l'hoazin, sorte d'oiseau] est très forte ; et c'est moins un cri qu'un hurlement : on dit qu'il prononce son nom, apparemment d'un ton lugubre et effrayant, Buffon, Ois. t. IV, p. 147.

    Par analogie. Cri fort et prolongé. Allez donc de ce pas par de saints hurlements Vous-mêmes appeler les chanoines dormants, Boileau, Lutr. IV.

    Cris de douleur, de colère. Poussez des cris et des hurlements, parce que le jour du Seigneur est proche, Sacy, Bible, Isaïe, XIII, 6. Des enfants de Lévi la troupe consternée En poussa vers le ciel des hurlements affreux, Racine, Athal. III, 3. Quelquefois elle [Astarté] semblait se ranimer ; mais ce n'était que pour pousser des hurlements, Fénelon, Tél. VIII.

HISTORIQUE

XIIe s. Morz est li dux, e teinz e pale Del sang qui del cors li devale ; Od brais, od cris, od uslemenz L'en unt aporté à ses genz, Benoit de Sainte-Maure, II, 12465.

XVIe s. Tant fut dur le chapplys [le combat], qu'on oyoit par dehors Les hurlemens et cris des miserables corps, Marot, J. V, 157. …Et des sommets mainte nymphe estonnée Par hullemens a chanté l'hymenée, Du Bellay, J. IV, 11, recto. Je n'entendy que les voix très hydeuses, Et hurlemens de bestes dangereuses, Marot, II, 6.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Hurlement : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

HURLEMENT, s. m. (Gram.) cri du loup. Voyez Hurler.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « hurlement »

Étymologie de hurlement - Littré

Hurler ; Berry, ioûlement ; provenç. udolament. On a dit aussi hullée, hurlée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de hurlement - Wiktionnaire

(1509) Dérivé de hurler avec le suffixe nominal -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « hurlement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hurlement yrlœmɑ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « hurlement »

  • Que signifie alors, pour les membres de l’équipe qui piste les loups, de hurler pour entendre, écouter et comprendre les hurlements des loups qui répondent à leur appel ? On va voir que c’est pour saisir les interdépendances entre humains et non-humains. Et pourquoi cette préoccupation ? Pouvons-nous comprendre les loups et peuvent-ils nous comprendre ? La réponse ne tarde pas : , Un livre pour l’été 2020 : Manières d’être vivant de Baptiste Morizot | L’économie par terre ou sur terre ? | Jean-Marie Harribey | Les blogs d'Alternatives Économiques
  • C’est un son très étrange qu’a entendu une famille canadienne dans une forêt dans l’Ontario (sud du Canada). En octobre dernier, les Meekis étaient en train de chasser quand ils ont perçu des hurlements lointains. «Nous étions sur un sentier à la recherche de tétras lyre (une espèce d’oiseaux, NDLR) et sur le chemin du retour vers notre véhicule, le spectacle a commencé», a raconté à «Vice» Gino Meekis. Ils se trouvaient à environ 50 kilomètres de Sioux Lookout. «J'ai entendu beaucoup d'animaux différents dans la nature, mais rien de tel. J'ai grandi et chassé avec mon grand-père pendant les 12 premières années de ma vie», a poursuivi le Canadien. , Une famille canadienne enregistre des hurlements étranges dans une forêt
  • L’un des deux hommes l’accompagne. Immédiatement après leur départ, ce dernier pousse un hurlement dans l’escalier. Il présente une plaie à la cuisse alors que Florent, qui lui fait face, tient un couteau de 40 cm. , Au Breuil-en-Auge, la soirée alcoolisée se termine au couteau : prison ferme | Le Pays d'Auge
  • Auteur d'un 66 pour finir le tournoi joué à Muirfield Village (Ohio), Collin Morikawa, 23 ans, forçait un play-off que personne n'attendait une petite heure avant. La mort-subite entre les deux Américains offrira sa dose de rebondissements, avec en climax le hurlement de Thomas sur le 19e trou. Un cri de joie qui résonnera bien plus que d'habitude étant donné le huis clos. L'Équipe, Charity Open : Collin Morikawa renverse Justin Thomas en play-off - Golf - PGA Tour - L'Équipe
  • La liberté d’opinion consiste souvent à se retrouver exposé, au moment de la construction du cerveau, aux hurlements du foot, aux conditionnements publicitaires et sectaires. De André Langaney / Charlie-Hebdo

Traductions du mot « hurlement »

Langue Traduction
Corse urlando
Basque ulu
Japonais ハウリング
Russe вой
Portugais uivando
Arabe عواء
Chinois ling叫
Allemand heulen
Italien ululato
Espagnol clamoroso
Anglais howling
Source : Google Translate API

Synonymes de « hurlement »

Source : synonymes de hurlement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « hurlement »



mots du mois

Mots similaires