Choisir : définition de choisir


Choisir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CHOISIR, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− [Le suj. désigne une pers.; le compl. désigne une pers. ou un inanimé concr. ou abstr.] Prendre quelqu'un ou quelque chose de préférence à un(e) autre en raison de ses qualités, de ses mérites, ou de l'estime qu'on en a. Ce moment est bien choisi (Michelet, Journal,1849, p. 24).Lantier déclara (...) en choisissant les termes (Zola, L'Assommoir,1877, p. 600):
1. Heureuse que je suis! c'est lui qui m'a choisie ce soir entre toutes les autres jeunes filles... Claudel, Le Père humilié,1920, I, 1, p. 486.
2. ... sa main cherchait dans sa poche un caillou : (...) Il en choisit un au toucher, rond, un peu aplati, qui adhérait exactement à la courbure de son index. Genevoix, Raboliot,1925, p. 299.
En partic. [Le suj. désigne Dieu; le compl. désigne une pers.] Élire, prédestiner quelqu'un à Son service, remplir une fonction qui correspond à Ses vues. Notre-Seigneur avait besoin d'un témoin, et j'ai été choisi, faute de mieux sans doute, ainsi qu'on appelle un passant (Bernanos, Journal d'un curé de campagne,1936, p. 1168):
3. Et sans doute possède-t-il [Flaubert] quelques-unes des vertus que Dieu exige de ceux qu'Il a choisis : haine du monde, goût de la solitude, du renoncement, détachement, persévérance... Mauriac, Mes grands hommes,1949, p. 174.
B.− Locutions
1. Choisir de l'œil. Distinguer du regard ce qu'on préfère.
Rem. Attesté ds Besch. 1845, Lar. 19e-20e, Littré, Guérin 1892.
2. Loc. proverbiale. Entre deux maux, il faut choisir le moindre.
Rem. 1. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes. dont Ac. 1878 ainsi que ds Lar. 20e, Ac. 1932 et Rob. 2. On rencontre ds la docum. un emploi pronom. rare : Il ne faut pas lui conseiller [à M. de Balzac] de se choisir, de se réprimer (Sainte-Beuve, Portraits contemporains, t. 2, 1846-69, p. 343).
II.− Emploi trans. et intrans. ou abs.
A.− [Le suj. désigne une pers.] Se décider, se déterminer entre deux ou plusieurs choses; opter pour un parti, pour une solution. Le sage veut choisir (Delille, L'Homme des champs,Premier chant, 1800, p. 38).Je peux choisir (Maupassant, Contes et nouvelles,Un cas de divorce, t. 2, 1886, p. 1071):
4. Dans l'embarras de savoir quelle est l'opinion la plus vraie, il faut choisir la plus honnête. Il y a des opinions qui viennent du cœur, et quiconque n'a aucune opinion fixe, n'a pas de sentiments constants. N'ayons que les opinions compatibles avec d'excellents sentiments. Le sentiment est juge en bonne logique, même dans les choses intellectuelles. J. Joubert, Pensées,t. 1, 1824, p. 371.
5. L'une des préoccupations dominantes des entrepreneurs de premier rang, des chefs de puissants groupements économiques est précisément de choisir avec pertinence les chefs économiques de second rang. Perroux, L'Écon. du XX s.,1964, p. 623.
B.− Loc. proverbiales. À force de choisir, on prend souvent le pire. Souvent qui choisit prend le pire.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes. dont Ac. 1798 ainsi que ds Lar. 20eet Rob.
Allus. littér. Devine si tu veux, choisis si tu l'oses (Corneille, Héraclius,1647, IV, 5).
Rem. Attesté ds Lar. 19e-20e, Littré, Rob.
SYNT. Le candidat choisit; droit, soin de choisir; libre de choisir; choisir un exemple, le moment; choisir la meilleure part, une place, une solution; choisir arbitrairement, convenablement, judicieusement, librement.
C.− [Constr. prép.]
1. Emploi trans. Choisir + pour + subst.[Choisir]Pour gîte (T. Gautier, Tra los montes, Voyage en Espagne, 1843, p. 80); [Choisir] pour chef (Ambrière, Les Grandes vacances, 1946, p. 39); [Choisir] pour maître (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 412). Choisir + de + inf.[Choisir] De se soumettre, de servir (Mauriac, La Vie de Jean Racine, 1928, p. 203). Choisir qqn, qqc.;[Choisir] parmi/entre d'autres (cf. Zola, La Faute de l'Abbé Mouret, 1875, p. 1266).Victime qui (...) n'a point été choisie parmi les princes et les rois (Chateaubriand, Les Martyrs,t. 1, 1810, p. 195).On choisit parmi les rêves ceux qui vous réchauffent le mieux l'âme (Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 253).Les juges sont choisis parmis les avocats en renom (MorandLondres,1933, p. 254).
Rem. Noter chez Hugo, Hernani, 1830, I, 2, p. 11 : Il faut choisir des deux, l'épouser, ou me suivre.
2. Emploi intrans. ou abs. Choisir entre. Choisir entre trois ou quatre partis (Maeterlinck, La Vie des abeilles,1901, p. 176).Choisir entre deux façons de voir (G. Bataille, L'Expérience intérieure,1943, p. 110):
6. C'est dire qu'ils ont suivi des chefs, qu'ils ont choisi entre deux politiques, qu'ils ont pris parti contre la collaboration... Mauriac, Le Bâillon dénoué,1945, p. 459.
Prononc. et Orth. : [ʃwazi:ʀ], (je) choisis [ʃwazi]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 coisir « distinguer, voir distinctement » (Alexis, éd. C. Storey, 174) − 1611, Cotgr.; 1509 choisir de l'œil « voir, apercevoir » (Lemaire de Belges, Illustr., II, 16 ds Hug.), syntagme bien attesté au xvies.; à nouv. recensé par Ac. 1835; 2. 1177-79 « prendre de préférence » (Chrétien de Troyes, Charrette, éd. M. Roques, 288). Issu, de même que l'a prov. causir (ca 1070, Chanson de Ste Foy, éd. A. Thomas, 232), du got. kausjan « goûter, examiner; éprouver » (Feist) auquel se rattache l'all. kiesen « choisir » (Kluge20) et dont les dér. sont aussi attestés au sens 1 en Italie du Nord (FEW t. 16, p. 303b; REW3, no4685); le sens 2 semble s'être seulement développé en gallo-roman. Fréq. abs. littér. : 5 054. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 6 607, b) 5 898; xxes. : a) 5 965, b) 9 108.
DÉR.
Choisisseur, subst. masc.Celui qui choisit (cf. L.-B. Picard, Théâtre, t. 8, Les Charlatans et les compères, 1820, p. 401). Dans les caves (...) deux choisisseurs miraient les bouteilles vieillies (Hamp, Vin de Champagne,1909, p. 171). [ʃwazisoe:ʀ]. 1resattest. a) ca 1170 adj. « qui voit » oil choisisseor (B. de Ste Maure, Norm., éd. C. Fahlin, 3716), attest. isolée; b) 1509 subst. « celui qui choisit » (Lemaire de Belges, Illustr., I, 33 ds Hug.), rare; à nouv. en 1738 (Abbé de St Pierre, Nouv. plan de gouv., p. 140 ds Littré); 1866 subst. fém. choisisseuse « femme employée au découpage des chiffons dans une papeterie » (Lar. 19e); du rad. du part. prés. de choisir aux sens de « voir, distinguer » et de « faire un choix », suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. − Brüch 1913, p. 74. − Darm. Vie 1932, p. 155. − Deninon (P.). Choisir, élire. Déf. lang. fr. 1966, no35, pp. 22-24. − Duch. Beauté. 1960, p. 145. − Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, p. 19. − Walt. 1885, p. 82.

Choisir : définition du Wiktionnaire

Verbe

choisir \ʃwa.ziʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Action de faire un choix ; prendre une personne ou une chose de préférence à une autre ou à plusieurs autres.
    • On ne s'étonnera donc pas que l'astronome de Greenwich eût été choisi pour opérer dans la circonstance suivante qui intéressait au plus haut point la science sélénographique. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Dans le pays de production ou d’élève, tout le monde est à peu près apte à choisir un cheval. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • J’allai dans la sellerie où je choisis des courroies solides dont j’éprouvai la force de résistance... […]. — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • Ensuite il accompagna le médecin du Zeppelin dans une rue voisine, et força la porte d’une pharmacie où le major choisit les médicaments dont il avait besoin. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 304 de l’éd. de 1921)
    • Notons que le terme association a été très mal choisi. Il n'implique pas que les plantes se prêtent une aide quelconque. En général, elles sont concurrentes. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.114)
    • On préfère construire un roman, qu'on déroule à sa guise, au rythme que l'on choisit, on l'illustre d'images d'Épinal aux coloriages grossiers, aux violentes couleurs. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Débusquer les bases biologiques d’un comportement n’enlève rien à l’humanisme du geste ni au libre arbitre : nous demeurons toujours libres de choisir entre un geste altruiste ou égoïste. — (La démagogie est-elle génétique ?, dans Le Québec sceptique, n°58, p.17, automne 2005)
    • Personne ne vous engage pour être votre ami. Les gens vous engagent pour concevoir des solutions à des problèmes. Mais s'ils peuvent obtenir la même solution auprès d'un chic type et d'un personnage imbuvable, ils choisiront le premier. — (Mike Monteiro , Métier web designer, adapté de l'anglais par Charles Robert, Editions Eyrolles, 2012, page 14)
    • (Absolument)Il y a chez ce marchand de quoi choisir.
    • (Intransitif)Nous choisirons parmi ces objets.

Verbe

choisir \tʃoj.sir\

  1. Choisir.
  2. Apercevoir.
    • Quant il coisi une capele — (L’âtre périlleux, anonyme, manuscrit 1433 français de la BnF. Fol. 7r.)
      Quant il [Gauvain] aperçut une chapelle
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Choisir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHOISIR. v. tr.
Prendre une personne ou une chose de préférence à une autre, à plusieurs autres. Je l'ai choisi entre mille. Il fut choisi pour chef de l'entreprise. Choisir des fruits, des étoffes. Se choisir une compagne. Je vous choisirai ce que j'ai de mieux. Il faut lui choisir les morceaux. Quel parti choisirez vous? Choisir bien ses amis. De deux maux, ou entre deux maux, il faut choisir le moindre. Absolument, Il y a chez ce marchand de quoi choisir. Nous choisirons parmi ces objets. Je vous donne à choisir. Le participe passé

CHOISI, IE, a quelquefois la valeur d'un adjectif et signifie Qui est excellent, qui est meilleur en son genre. Livre de morceaux choisis. Il ne se sert en parlant que de termes choisis. Il ne reçoit qu'une société choisie.

Choisir : définition du Littré (1872-1877)

CHOISIR (choi-zir) v. a.
  • 1Prendre de préférence. Il choisit dans le panier les plus belles cerises. Ne voulant me donner pour toute l'affection que vous me devez, que des paroles, vous les avez choisies si riches et si belles que…, Voiture, Lett. 1. Mais où son adresse paraît principalement, c'est à choisir de tous ces accidents ceux qui marquent davantage l'excès et la violence de l'amour, Boileau, Sublime, 8. Et nous ne recevons ni crainte ni désir De cette liberté qui n'a rien à choisir ? Corneille, Œdipe, III, 5. Choisis une heure propre à rentrer en toi-même, à penser aux bienfaits de la bonté suprême, Corneille, Imit. I, 20. Quand ce grand Dieu a choisi quelqu'un pour être l'instrument de ses desseins, rien n'en arrête le cours, Bossuet, Reine d'Anglet. On n'a pas des plaisirs à choisir, Sévigné, 340. Romulus choisit parmi tout le peuple ce qu'il y avait de meilleur pour en former le conseil public, Bossuet, Hist. univ. III, 7. Chrétiens, ne murmurez pas si Madame a été choisie pour nous donner une telle instruction, Bossuet, Duch. d'Orl. Rome a choisi mon bras, je n'examine rien, Corneille, Hor. II, 3. Quoi ! Roxane, Seigneur, qu'Amurat a choisie Entre tant de beautés…, Racine, Baj. I, 1. D'avoir choisi mon père au fond de l'Idumée, Racine, Bérén. II, 2. Si Néron, irrité de notre intelligence, Avait choisi la nuit pour cacher sa vengeance, Racine, Brit. V, 1. Assurément Trophonius choisissait ses gens et ne recevait pas tout le monde, Fontenelle, Oracles, ch. X.

    Se choisir, faire choix pour soi. Celle qu'il s'est choisie pour sa compagne inséparable, La Bruyère, XIV.

    Familièrement. Choisir de l'œil, fixer son regard sur l'objet qu'on préfère.

    Choisir se construit avec de et un infinitif. Quiconque choisira de faire mes volontés, Pascal, Proph. 33. Il a choisi d'y demeurer, Pascal, dans COUSIN. À qui choisiriez-vous, mon fils, de ressembler ? Racine, Athal. IV, 1.

    Absolument. Il y a chez le marchand de quoi choisir. Donner à choisir. Qui choisit mal pour soi choisit mal pour un autre, Corneille, Agésil. II, 1. Mais vous me choisirez si vous savez choisir, Voltaire, Triumv. II, 1.

  • 2Faire une option entre deux choses. C'est à vous de choisir mon amour ou ma haine, Corneille, Rodog. III, 4. Je puis choisir, dit-on, ou beaucoup d'ans sans gloire Ou peu de jours suivis d'une longue mémoire, Racine, Iph. I, 2.

    Choisir d'une chose ou d'une autre. Choisir de partir ou rester. Choisis de leur donner ton sang ou de l'encens, Corneille, Poly. V, 2. Choisissez d'être reine ou d'être Laodice, Corneille, Nicom. III, 1. Choisis d'épouser, dans quatre jours, monsieur ou un couvent, Molière, Mal. im. II, 8. Choisissez de la cour ou de la retraite, Massillon, Car. Respect humain. Choisissez de César, d'Achille ou d'Alexandre, Boileau, Sat. v. Qu'il choisisse, s'il veut, d'Auguste ou de Tibère, Racine, Brit. I, 2.

    Choisir si… Choisissez si vous voulez payer ou avoir un procès. Choisissez aujourd'hui Si vous voulez tout perdre ou tout tenir de lui, Racine, Alex. II, 2.

    Absolument. Devine, si tu peux, et choisis, si tu l'oses ; L'un des deux est ton fils, l'autre ton empereur, Corneille, Héracl. IV, 5.

  • 3Se choisir, v. réfl. Faire choix l'un de l'autre.

    PROVERBE

    Souvent qui choisit prend le pire.
    Mais aussi bien que moi vous avez ouï dire Que fille qui choisit bien souvent prend le pire, Th. Corneille, Don Bertran de Cigaral, IV, 1.

REMARQUE

Quand choisir prend un second complément ou un complément indirect pour indiquer le but du choix, il faut toujours exprimer la préposition pour, au passif comme à l'actif. On ne dit pas : il a été choisi gouverneur, mais : il a été choisi pour gouverneur.

SYNONYME

ÉLIRE, CHOISIR. D'après l'étymologie, élire, c'est tirer hors ; et choisir, c'est fixer le regard sur, remarquer, et de là préférer. Un général choisit son terrain, mais il ne l'élit pas. Un auteur choisit ses mots, mais il ne les élit pas. Au contraire on choisit un homme et on l'élit ; Louis XIV choisit Colbert, c'est-à-dire le remarqua, le préféra ; Louis XIV élut Colbert, c'est-à-dire l'éleva à un ministère (il faut ajouter que l'usage attribue d'ordinaire à élire l'idée de suffrages donnés). Israël fut choisi entre les peuples, c'est-à-dire préféré ; Israël fut élu de Dieu, c'est-à-dire appelé à des destinées particulières ; de sorte que la distinction étymologique se poursuit dans les acceptions.

HISTORIQUE

XIIe s. [Il] a la letre choisie [vue], Ronc. p. 25. Des Sarrazins [il] n'i put un seul cosir [apercevoir], ib. p. 155. Grant joie ot Aude qu'ot la clarté coisie, ib. p. 173. Ne nule riens n'est tant à mon desir ; Mout [j'] aim [aime] mes ieuz qui me firent choisir, Couci, XI.

XIIIe s. Et Reniers estoit aus bretesches [échafauds en bois] des murs, quant il choisi l'avant-garde que Joffrois li mareschaus faisoit, Villehardouin, CLXII. Mais plus hardie chose [que Pepin] ne fu onque choisie, Berte, II. La clarté [elle] fait oster, qu'on n'i put rien choisir, ib. XII. Qui bien la regardast à droit et à loisir, Bien deïst que plus belle ne peüst on choisir, ib. LXIII. Quatre de ses serjans il meismes choisit [élut], ib. XCI. Quand ele les choisi [vit], tost errant s'est levée, ib. CXXVI. Dont gardent devant els, si ont les Blas [Valaques] coisis, qui tout estoient entalenté d'aus [à eux] faire anui, H. de Valenciennes, IV. Ou [au] miroer entre mil choses, [il] Choisi [vit] rosiers chargiés de roses, la Rose, 1624. Tant vont par lor journées qu'il ont Nique coisie, Ch. d'Ant. I, 284. Quant il vint à terre, et il choisi [aperçut] les Sarrazins, il demanda quelle gent c'estoient, Joinville, 215.

XIVe s. À la fausse posterne s'en vint sans arrester, Et choisi [vit] les Juïfs de sus les murs ester, Guesclin. 9467.

XVe s. Et le connestable jetoit l'oisel, et cil faucon montoit si haut que à peine le pouvoient-ils choisir en l'air, Froissart, II, II, 164. Un pertuis, par lequel maistre cordelier pouvoit apertement le choisir, Louis XI, Nouv. II.

XVIe s. Lequel plus grand que tout mon desplaisir, Cent fois le jour vient remettre à loisir Devant mes yeux les biens qu'on peut choisir [voir] En sa personne, Saint-Gelais, p. 72. Chascun choisit plustost à discourir du mestier d'un aultre que du sien, Montaigne, I, 57. Elle n'a pas de quoy les distinguer, ny de quoy choisir la verité du mensonge, Montaigne, II, 317. Ses gardes n'avoient pas eu le loisir de coucher une mesche, voiant la chambre pleine et sa personne choisie [prise], tous les logis pillez avec aussi peu de resistance, D'Aubigné, Hist. III, 175. Là les deux chefs signalez de panaches blancs et rouges se choisirent devant leur troupe, Breauté tua son ennemi d'abordée, D'Aubigné, ib. III, 527. Entre lesquels [portraits] je choisis [j'aperçus] celluy de l'empereur aujourd'huy regnant, Carloix, VI, 34. Je voy le bien et je choisi le mal ! Ronsard, 641. Si meirent quelques brisées et enseignes sur les plus haultes croupes des rochers, et que l'on pouvoit choisir à l'œil de plus loing, Amyot, Cat. 26.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHOISIR.

PROVERBE

Ajoutez : On dit aussi : Qui choisit a le pis.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Choisir : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CHOISIR, FAIRE CHOIX, ELIRE, OPTER, PRÉFÉRER, v. syn. (Gramm.) termes relatifs, ou seulement au jugement que l’ame porte de différens objets dont elle a comparé les qualités entre elles, ou à ce jugement, & à une action qui suit ou doit suivre ce jugement qui la détermine à être telle ou telle. Choisir est relatif aux choses ; faire choix, aux personnes. La salubrité des lieux est un objet que le souverain ne doit pas négliger, quand il se choisit une résidence ; la probité rigoureuse est une qualité essentielle dans les personnes dont il fera choix pour être ses ministres. Choisir est relatif à la comparaison des qualités ; préférer, à l’action qui la suit. J’ai choisi entre beaucoup d’étoffes ; mais après avoir bien examiné, j’ai donné la préférence à celle que vous me voyez. Le moment où l’on apperçoit l’excellence d’un objet sur un autre est celui de la préférence, au moins dans l’esprit. Lorsque M. l’abbé Girard a dit qu’on ne choisissoit pas toûjours ce qu’on préféroit, & qu’on ne préféroit pas toûjours ce qu’on choisissoit, il nous a paru qu’il n’opposoit pas ces deux termes par leurs véritables différences. On préfere toûjours celui qu’on a choisi ; on prendroit toûjours celui qu’on a préféré ; mais on n’a pas toûjours ni celui qu’on a choisi, ni celui qu’on a préféré. Choisir ne se dit que des choses, mais préférer se dit & des choses & des personnes : on peut préférer le velours entre les étoffes, & les caracteres doux entre les autres. M. l’abbé Girard prétend que l’amour préfere & ne choisit pas : cette pensée, ou l’opposition des acceptions préférer & choisir en ce sens, nous paroît fausse ; le seul amant qui n’ait pas choisi, c’est celui qui n’ayant pas deux objets à comparer, n’a pû donner la préférence. Opter, c’est être dans la nécessité ou d’accepter ou de refuser l’une de deux choses : lorsqu’il n’y a pas contrainte d’acceptation ou de refus, il peut y avoir encore un cas d’option, mais c’est le seul ; celui où l’on n’apperçoit entre deux objets aucune raison de préférence. Elire ne se dit guere que d’un choix de personnes relatif à quelque dignité qui s’obtient à la pluralité des voix : le souverain choisit ses favoris ; le peuple élit ses maires.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « choisir »

Étymologie de choisir - Littré

Picard, couésir, keusir ; wallon, chûzî ; rouchi, chusir ; provenç. causir, chausir ; anc. espagn. cosido, vu ; anc. portug. cousimento, action de choisir ; anc. ital. ciausire ; du gothique kausjan, goûter, essayer, qui, à cause du j, a pu donner la conjugaison en ir, ancien haut allemand, chiosan, voir, choisir, qui à la vérité aurait plutôt produit choiser, mais qui a l'avantage d'avoir la signification de voir. Cette signification est, dans l'ancienne langue, la principale, elle dure jusque dans le XVIe siècle, et ne se perd qu'avec le XVIIe siècle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de choisir - Wiktionnaire

(1050) En ancien français coisir, du vieux-francique *kausjan. De cette racine germanique sont issus l’anglais (to) choose, l’allemand kiesen, et le néerlandais kiezen. Petit à petit, le mot a fini par supplanter élire, qui a pris un sens spécialisé.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « choisir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
choisir ʃwazir play_arrow

Conjugaison du verbe « choisir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe choisir

Évolution historique de l’usage du mot « choisir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « choisir »

  • « Cette idée a germé au début du confinement, en bureau fédéral, retrace le président de l'UFC-Que choisir, Alain Bazot. L'économie était ralentie, de nouvelles habitudes de consommation étaient en train d'être prises. Nous avons donc lancé un appel aux idées auprès de toutes nos commissions. » leparisien.fr, L’UFC-Que choisir propose aux consommateurs d’écrire leur propre loi - Le Parisien
  • NIO333 doit donc choisir le remplaçant de son pilote avant le début du mois d'août, date à laquelle le championnat reprendra officiellement ses droits. Daniel Abt et Nelson Piquet Jr auraient tous deux pris contact avec l'équipe chinoise afin de discuter d'un retour en Formule E. Les deux hommes pourraient apporter beaucoup à NIO, ne serait-ce que d'un point de vue marketing. France Racing, NIO pourrait choisir Piquet ou Abt pour la fin de la saison
  • Depuis qu’elles sont devenues incontournables dans les villes, les trottinettes électriques se déclinent aujourd’hui en un large choix de modèles. Pour choisir l’e-trott idéale, plusieurs critères sont à prendre en compte, souvent en fonction de vos habitudes de déplacement : NeozOne, Comment choisir une Trottinette Électrique : tout ce qu’il faut savoir - NeozOne
  • Les meilleurs sites de paris sportifs 2020 : Comment choisir ? Dicodusport, Lumière sur - Les meilleurs sites de paris sportifs 2020 : Comment choisir ? - Dicodusport
  • Ce n'est pas tout de choisir son melon, il faut aussi savoir le conserver. Il est préférable de le garder au frais, idéalement entre 8 et 12 degrés dans une cave ou un cellier. Si vous n'en avez pas, le bac à légumes de votre réfrigérateur peut tout à fait convenir. Consommez-le dans les six jours après l'achat. Planet, Comment bien choisir son melon ?
  • En effet, lorsqu’on est commerçant, mieux vaut choisir un local bien visible, bien exposé, et proche du flux des potentiels clients. Un bon emplacement peut s’avérer coûteux mais peut aussi générer un chiffre d’affaires important. Attention toutefois, une place en centre-ville ne vous garantit pas toujours des ventes exceptionnelles. Les places hors centre, voire en périphérie peuvent être tout à fait intéressantes, à condition d’y trouver de la clientèle. Avant de vous installer, il est donc indispensable de savoir mesurer le rapport coûts/ventes. Se Loger Bureaux & Commerces, Bureaux, commerces : comment choisir le local le plus adapté à son activité ? | Se Loger Bureaux & Commerces
  • D’après l’enseigne BigMat, pour choisir un professionnel du bâtiment, 83% des Français considèrent qu’il est important que celui-ci soit recommandé par un proche. , Magazine Immobilier | Travaux chez vous : cinq conseils pour bien choisir votre artisan
  • Vivre, c'est choisir, et choisir, c'est sacrifier quelque chose. De G. Courtois
  • Boire ou séduire, il faut choisir. De José Artur / Parlons de moi, y'a que ça qui m'intéresse
  • Gouverner, c’est choisir entre deux inconvénients. De Pierre Waldeck-Rousseau
  • Il faut choisir, mourir ou mentir. De Louis-Ferdinand Céline
  • Il faut toujours subir pour choisir. De Patrick Straram / La Faim de l'énigme
  • Qui veut choisir souvent prend le pire. De Mathurin Régnier
  • Imaginer, c'est choisir. De Jean Giono / Noé
  • Choisir ses voisins est plus important que choisir sa maison. De Proverbe chinois
  • Ne pas choisir, c'est encore choisir. De Jean-Paul Sartre
  • Il y a peu à choisir entre des pommes pourries. William Shakespeare, La Mégère apprivoisée, I, 1, Hortensio The Taming of the Shrew, I, 1, Hortensio
  • Quand on n'a pas de talent, on dit tout. L'homme de talent choisit et se contient. Quintilien en latin Marcus Fabius Quintilianus ,
  • Rien ne marque tant le jugement solide d'un homme, que de savoir choisir entre les grands inconvénients. Jean-François Paul de Gondi, cardinal de Retz, Mémoires
  • Gouverner, c'est choisir. Gaston, duc de Lévis, Maximes politiques
  • Imaginer c'est choisir. Jean Giono, Noé, Gallimard
  • Apprécier, pour l'orgueil de choisir. Eugène Grindel, dit Paul Eluard, Les Nécessités de la vie et les conséquences des rêves, Courir , Gallimard
  • On ne choisit pas ce qu'on voudrait. Georges Duhamel, Les Sept Dernières Plaies, Mercure de France
  • Devine, si tu peux, et choisis, si tu l'oses. Pierre Corneille, Héraclius, IV, 4, Léontine

Traductions du mot « choisir »

Langue Traduction
Portugais escolher
Allemand wählen
Italien scegliere
Espagnol elegir
Anglais choose
Source : Google Translate API

Synonymes de « choisir »

Source : synonymes de choisir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « choisir »



mots du mois

Mots similaires