La langue française

Grouiller

Sommaire

  • Définitions du mot grouiller
  • Étymologie de « grouiller »
  • Phonétique de « grouiller »
  • Citations contenant le mot « grouiller »
  • Images d'illustration du mot « grouiller »
  • Traductions du mot « grouiller »
  • Synonymes de « grouiller »

Définitions du mot grouiller

Trésor de la Langue Française informatisé

GROUILLER, verbe intrans.

A. − Vieilli ou région. (Canada). Qqn/qqc. grouille.Bouger, remuer. Il n'est pas mort, dit le vieux moine, je le vois qui grouille (Mérimée, Mosaïque, Vision Charles XI, 1833, p. 217).J'allais m'asseoir sur le perron et je restais là sans grouiller, comme un homme qui a le mal du pays (Hémon, M. Chapdelaine,1916, p. 240).
Usuel, emploi pronom. Se remuer. P. ext., pop. Se dépêcher. Synon. se dégrouiller.Enfile-moi cet uniforme (...), grouille-toi (...), magne-toi le pot, le popotin si tu préfères (Queneau, Pierrot,1942, p. 79).
[Avec ell. du pronom] Tu as ces trois gourbis-là, pour ton escouade, grouille (Dorgelès, Croix bois,1919, p. 227).
B. −
1. Qqn/qqc. grouille (dans qqc.).[Le suj. désigne un animé au plur. ou un coll.] Vivre en grand nombre et s'agiter en tous sens. Synon. fourmiller :
Je ne sache pas que dans aucun roman on ait fait vivre ni remué de pareilles masses. Cela tantôt grouille et fourmille, tantôt est emporté d'un mouvement vertigineux par une poussée d'instincts aveugles. Lemaitre, Contemp.,1885, p. 271.
[Avec un compl. locatif] Le nombre infini des gens qui pullulent et grouillent en ces rues, places et ponts comme des fourmis (Gautier, Fracasse,1863, p. 293).
P. métaph. J'avais dérangé ses pauvres larves d'idées, et elles grouillaient dans son crâne étroit (Larbaud, F. Marquez,1911, p. 131).
2. Qqc. grouille de.[Le suj. désigne un inanimé concr. considéré comme un lieu; l'obj. désigne un animé au plur. ou un coll.] Être le siège d'un mouvement confus et d'une agitation nombreuse de. Celui qui doute, qu'il aille en Égypte, et, là, il verra des champs grouiller de souris (J. Rostand, Genèse vie,1943, p. 18).
REM.
Grouilleur, -euse, adj.,rare. Qui grouille. Un séisme en larves grouilleuses (Céline, Mort à crédit,1936, p. 619).
Prononc. et Orth. : [gʀuje], (il) grouille [gʀuj]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. 1480 + de « présenter une agitation confuse; fourmiller de » ici part. prés. grouillant de « plein de » (Baratre infernal ds DG : Ung monstre... grouillant de serpens); 1549 « s'agiter en tout sens, en parlant d'êtres nombreux » grouillant et frétillant (Marg., Nouv., XI ds Littré) plus gén. 1625 « remuer, bouger » (J. Stoer, Le grand dict. fr.-lat. augmenté, Genève); 2. 1645 pronom. « se hâter » (Cyrano de Bergerac, Le pédant joué, IV, 4 ds Rob.). II. 1456-67 « gronder » (Cent Nouvelles Nouvelles, éd. Fr. P. Sweetser, 31, 142); 1718 « produire un bruit confus (des intestins) » (Ac.). I altération de l'a. fr. grouler « s'agiter, s'ébranler » (ca 1280, G. de Bibbesworth, Traité, éd. A. Owen, 249, crouler, ibid., 250) forme secondaire de crouler, v. crouler2, sous l'infl. de verbes en -ouiller du type fouiller*, cf. Bl.-W.5. II altération du m. fr. grouller « grogner » (xives. ds T.-L.) lui-même empr. au m. néerl. grollen « gronder » (Gesch., 130) sous l'infl. des verbes en -ouiller du type fouiller* (FEW t. 16, p. 61a et 62a). Fréq. abs. littér. : 378. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 139, b) 428; xxes. : a) 968, b) 676. Bbg. Guilleragues. Plaidoyer pour grouiller. Déf. Lang. fr. 1967, no38, pp. 13-14.

Wiktionnaire

Verbe

grouiller \ɡʁu.je\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se grouiller)

  1. Remuer en masse confuse, abonder, pulluler.
    • Ce qui, autrefois, grouillait en bas, resplendit en haut aujourd’hui. Le domestique a jeté sa livrée à la tête de son maître et se pavane dans ses habits. Non seulement il est devenu son égal, mais il le domine. — (Octave Mirbeau, Le Tripot aux champs, Le Journal, 27 septembre 1896)
    • […], Henri dégusta, quelques secondes, le spectacle désolant de ces ombres errantes et pataugeantes, semblables à des bêtes d’un autre âge, grouillant dans un décor diluvien. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 9)
    • Une foule serrée et bruyante grouillait dans les rues. Ce n’était que tarbouches, galabiehs toutes neuves aux fraîches couleurs, voiles noires de paysannes, châles rouges jaunes et oranges des fillettes, turbans et majestueuses robes des cheikhs. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans "Trois contes de l’Amour et de la Mort", 1940)
    • La Syldavie risque en effet d’être annexée par son voisin bordure et l’entourage royal grouille d’espions ayant pour but de préparer le terrain avec un premier objectif : miner l’autorité royale en dérobant le symbole de sa légitimité, son sceptre, […]. — (Pierre Marlet, Le sceptre de Tintin et le bouclier d’Astérix confrontés à leur mythe national, dans Mythe et bande dessinée, sous la direction de Viviane Alary & Danielle Corrado, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2006, page 120)
  2. (Par extension) Être rempli d’une masse grouillante, en parlant d’une chose ou d’un lieu.
    • L'autre grande place de Parthenay, […], comme tous les mercredis grouillait de paysans en blouses bleues toutes neuves rêches comme des chasubles, de paysannes arborant sur leurs têtes leurs gâtinelles aux longs rubans de moire blanche, de maquignons, leurs fouets autour du cou, des bouviers, l'aiguillon à la main comme une lance, […]. — (Michel Ragon, La Louve de Mervent, éd. Albin Michel, 1985, livre 2, chap. 1)
  3. (Familier) Bouger, remuer.
    • Cependant sa visite, assez insupportable, traîne en une longueur encore épouvantable ; et l’on demande l’heure, et l’on bâille vingt fois, qu’elle grouille aussi peu qu’une pièce de bois. — (Molière, Le Misanthrope ou l’Atrabilaire amoureux, 1666)
    • Si on s'arrête, les pieds s'embourbent, germent le temps de le dire, poussent des racines, plus moyen de grouiller. — (Réjean Ducharme, L'hiver de force, Gallimard, 1973, page 53)
  4. Faire du bruit, gargouiller, en parlant des intestins, de l’abdomen.
    • J’ai le ventre qui grouille !
  5. (Populaire) (Intransitif) ou (Pronominal) Se dépêcher.
    • Compte tenu de la pluie qui était tombée, Misty avait sûrement laissé des dizaines de traces qui nous permettraient de remonter jusqu’à elle si on se grouillait un peu. — (Andrée A. Michaud, Lazy Bird, Québec Amérique, 2009, page 121)
    • Éreintés par une rude journée de travail les derniers oiseaux se grouillaient pour rentrer chez eux. — (Jean-François Beauchemin, Comme enfant je suis cuit, Québec Amérique, 1998, page 47)
    • Vous avez intérêt à vous grouiller si vous ne voulez pas rater le train !
    • Allez, grouille, il va faire nuit !

Verbe

grouiller \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Gronder.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GROUILLER. v. intr.
Remuer en masse confuse, pulluler. Les vers grouillent dans ce fromage. Par extension, Ce fromage grouille de vers. Il y a quelque chose qui grouille là-dedans. Il signifie aussi simplement Bouger, remuer. Cet enfant grouille sur sa chaise. Elle ne grouille pas plus qu'un morceau de bois. En ce sens, on dit : Personne ne grouille encore, Personne ne bouge encore. Il est populaire et bas.

Littré (1872-1877)

GROUILLER (grou-llé, ll mouillées, et non grouyé) v. n.
  • 1 Terme familier. Se remuer. Et l'on demande l'heure et l'on bâille vingt fois Qu'elle grouille aussi peu qu'une pièce de bois, Molière, Mis. Il, 5. (l'édit. de 1682, faite après la mort de Molière, a : qu'elle s'émeut autant). Vous ne grouillez pas ? Molière, Comtesse, 8.

    La tête lui grouille, se dit d'une personne à qui la tête tremble de vieillesse ou par faiblesse. Est-ce que madame Jourdain est décrépite ? et la tête lui grouille-t-elle déjà ? Molière, Bourg. gent. III, 5.

  • 2Il se dit du bruit des flatuosités dans les intestins. Les boyaux lui grouillent.
  • 3Fourmiller. Ce fromage grouille de vers. Les vers grouillent dans ce fromage.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

XVIe s. … et leur en faire gouster, non pas rosti, ains tout grouillant et fretillant, pour leur donner plus de plaisir, Marguerite de Navarre, Nouv. X. Ces cavités estoient remplies de vers grouslans et mouvans, Paré, VIII, 22. Semblablement des asnes, quand ilz vienent aussi à putrefaction, grouillent des escharbots, Amyot, Agis et Cléom. 74. Ilz ont groulé par dessus ma teste despuis trois heures au matyn, Palsgrave, p. 693. Arbre groulant [s'agitant, agité], Delaporte, Epithètes. Grouler des pois ou febves [les faire cuire sur des charbons], Oudin, Dict.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « grouiller »

De deux verbes en ancien français grouiller (« gronder ») et crouler (« s’agiter »)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du moyen néerlandais grollen (« gronder »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, grouiller, s'affaisser, en parlant d'une berge ; Berry, groûler, grouller, remuer, mouvoir. Diez le tire de l'anc. haut-allem. grubiôn, fouiller, ou crewelôn, grouiller, démanger. Mais les emplois effectifs du verbe grouiller en paraissent faire une forme dérivée de crouler ou crouller (voy. CROULER), qui, dans l'ancien français et encore aujourd'hui dans certains lieux, signifie agiter, remuer. On remarquera que grouiller, dans l'historique, est récent ; ce qui convient à un verbe ancien (crouler) qui a pris une forme populaire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « grouiller »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
grouiller gruje

Citations contenant le mot « grouiller »

  • L’état d’urgence sanitaire relatif à la fermeture des bars est complètement foulé au sol dans le quartier de Keitaya, commune urbaine de Dubréka. Des maquis, lieux de consommation d’alcool et autres stupéfiants, continuent à grouiller de monde. Guinee114, Dubréka: la fermeture des maquis ignorée à Keitaya - Guinee114
  • Reportage dans les rues du centre-ville de Balaruc-les-Bains, qui devraient grouiller de touristes et de curistes en cette saison...  midilibre.fr, Balaruc-les-Bains : "Sans les curistes, on ne peut pas tenir", se désolent les commerçants - midilibre.fr
  • Alors Mme Lebel, votre gouvernement qui est habitué à  la va-vite doit se grouiller car la crise est  évidente. Elle est là devant vous. L'Hebdo Journal, (OPINION) Lettre à Sonia LeBel - L'Hebdo Journal
  • Les cols des Alpes recommencent à grouiller de vie LCI, Agression d'un chauffeur de bus à Bayonne : une marche blanche en hommage à Philippe Monguillot | LCI

Images d'illustration du mot « grouiller »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « grouiller »

Langue Traduction
Anglais swarm
Espagnol enjambre
Italien sciame
Allemand schwarm
Chinois 一群
Arabe سرب
Portugais enxame
Russe рой
Japonais 群れ
Basque swarm
Corse sciaccia
Source : Google Translate API

Synonymes de « grouiller »

Source : synonymes de grouiller sur lebonsynonyme.fr
Partager