Abonder : définition de abonder


Abonder : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ABONDER, verbe intrans.

I.− Emploi absolu. Être disponible en grande quantité.
A.− [En parlant de ce qui est nombrable]
1. [Le suj. est une notion abstr.] :
1. ... surtout sa rivière, sa rivière limpide, tranquille et sauvage, où foisonnent les truites, où abondent les légendes, où se hérissent les rochers, où le flot, compliqué d'écueils, n'est qu'un inextricable réseau de tourbillons et de courants; ... V. Hugo, Le Rhin,1842, p. 308.
2. L'acrimonie vigilante, les insinuations perfides, les commentaires fâcheux, les inventions gratuites, la commisération hypocrite et toutes les variantes de ce Protée qu'on appelle la méchanceté abondent, pullulent à tous les étages et dans tous les cercles de cette ville acide. H.-F. Amiel, Journal intime,11 févr. 1866, p. 129.
3. Qu'espèrent les socialistes de leur système? Un peu plus de justice, un peu plus d'égalité? Je le veux. Mais, que la justice et l'égalité abondent ou bien qu'elles se raréfient dans la vie d'un état, le commerçant reste commerçant, le poète, poète : pour peu que celui-ci s'absente dans son rêve, il perd un peu du temps que l'autre continue d'utiliser à courir l'or qu'ils cherchent ensemble. Ch. Maurras, L'Avenir de l'intelligence,1905, p. 64.
2. [Le suj. est un obj. concr.] :
4. Les armoiries, les manteaux héraldiques, la mitre, la couronne, le chapeau électoral, le chapeau cardinal, les sceptres, les épées, les crosses abondent, s'entassent et s'amoncellent sur ces monuments, et s'efforcent de recomposer devant l'œil du passant cette grande et formidable figure qui présidait les neuf électeurs de l'empire d'Allemagne et qu'on appelait l'archevêque de Mayence. V. Hugo, Le Rhin,1842, p. 244.
5. L'étudiant parqué dans le quartier latin y a la connaissance la plus exacte des Temps : il sait quand les haricots et les petits pois réussissent, quand la Halle regorge de choux, quelle salade y abonde, et si la betterave a manqué. H. De Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 208.
3. [Le suj. est un être vivant] :
6. En regard des coquettes, il faut placer les mystiques. Elles sont rares dans les romans de nos écrivains, elles abondent dans ceux de Tourguéniev. P. Bourget, Nouveaux essais de psychologie contemporaine,1885, p. 246.
B.− [En parlant d'obj. nombrables ou non nombrables, avec insistance sur leur apparition continue] Affluer :
7. Quand, l'âme doucement émue, J'y reviens méditer l'instant où je l'ai vue, Et l'instant où je dois la voir. Pour elle seule encore abonde Cette source, jadis féconde, Qui coulait de ma bouche en sons harmonieux. A. Chénier, Odes amoureuses,Fanny, 1794, p. 219.
8. Tout récemment, à la Villette, quand il a fallu, sans interrompre la navigation et sans vider le canal, faire passer l'égout collecteur sous le canal Saint-Martin, une fissure s'est faite dans la cuvette du canal, l'eau a abondé subitement dans le chantier souterrain, au delà de toute la puissance des pompes d'épuisement : il a fallu faire chercher par un plongeur la fissure qui était dans le goulet du grand bassin, et on ne l'a point bouchée sans peine. V. Hugo, Les Misérables,t. 2, 1862, p. 524.
9. Vers cette époque se produisit un événement mondain. D'inconstantes rumeurs, pareilles à celles qui foisonnèrent au-dessus d'une grande chute, abondaient maintenant autour d'une étonnante résurrection. L'histoire du lent effritement des Préfailles resta, pour le commun des hommes, perdue dans les brumes augustes où s'enveloppe le malheur des grands. J. Malègue, Augustin ou le Maître est là,t. 1, 1933, p. 78.
C.− Emploi fig. [abonder + compl. d'obj. interne non exprimé]
1. Emploi absolu. Parler avec abondance, jaser :
10. Il faudrait l'entendre lui-même s'étendant au long sur le mérite si extraordinaire de son beau-père, de sa belle-mère, et de tout ce qui leur attenait; car il abonde et ne tarit plus, une fois sur ce chapitre des alliances, des parentés, et des mérites de tous les siens. Ch. A. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 2, 1842, p. 249.
2. Abonder dans le sens de qqn :
11. Je ne suis jamais à ma place : je ne la connais même pas bien. Je cède surtout par une sorte de paresse d'esprit et pour ne pas disputer. J'abonde extérieurement dans un sens que je désapprouve au fonds. Je me donne un air hypocrite. Ce n'est pas ainsi qu'on se rend considérable. Maine de Biran, Journal,1817, p. 47.
12. Tu ne veux pas être importun, indiscret, curieux et par conséquent, dès qu'on se détourne un peu, tu abondes dans le même sens. C'est là ton excès. Reconnais pleinement le droit d'autrui et ne fais pas valoir pleinement le tien. H.-F. Amiel, Journal intime,4 juin 1866, p. 309.
13. Peut-être préférait-elle la façon de Georges. Et celui-ci, malgré sa finesse ironique, n'était pas loin de se laisser convaincre par la foi de son amoureuse. Christophe n'y contredisait pas; malicieusement, il abondait dans le sens de la jeune fille (quand il ne lui arrivait pas toutefois, de quitter la place, excédé, en frappant les portes un peu fort). R. Rolland, Jean-Christophe,La Nouvelle journée, 1912, p. 1573.
14. constant, riant. − Mais en quoi mes paroles... gabrielle. − En rien! Tu as raison!... C'est la vérité. Vous êtes des esclaves courbés sous ma loi! constant. − Ma chère enfant... gabrielle. − Tous vos actes sont dictés ou suggérés par moi seule! constant. − Enfin Gabrielle... gabrielle. − Mais je te donne raison J'abonde dans ton sens! H. Bernstein, Le Secret,1913, II, 8, p. 23.
15. Il y avait en lui des erreurs; elles étaient nécessaires; il se devait d'en supporter les conséquences, sans s'en étonner ni en souffrir; elles entraient dans le cortège des nécessités qu'il était, qu'il avait l'honneur d'être. Il valait mieux qu'il abondât dans son genre que de le contredire, puisqu'il ne pouvait pas l'effacer : à propos d'une fille qui avait le genre antique et s'habillait de volants, M. Godeau pensait à son âme. M. Jouhandeau, Monsieur Godeau intime,1926, p. 150.
Rem. Noter dans la lang. fam. le raccourci abonder avec le même sens :
16. Et puis deux mille francs à ton oncle! Ton père le répétait ce matin... C'est de la vraie aberration! Et c'est bien exact!... J'ai pas voulu abonder mais ton père voit clair!... Il n'a pas les yeux dans sa poche! Je me demande où nous allons dénicher, fabriquer une somme pareille! Deux mille francs!... L.-F. Céline, Mort à crédit,1936, p. 243.
Rem. 1. En fr. mod. abonder dans son (propre) sens serait iron.; il signifiait plus anciennement « s'obstiner en répétant la même opinion » (cf. hist.) :
17. ... mais ils ne répondent mot, et me mettent en prison. Quel argument, je vous prie? Est-ce là raisonner? Dès lors, plus de doute. J'ai dit la vérité; j'abonde dans mon sens et n'en veux pas démordre. Ma remarque subsiste. Me voilà convaincu, et le public avec moi, qu'ils ne savent que dire, qu'ils n'ont pas même pour eux de mauvaises raisons;... P.-L. Courier, Pamphlets politiques,Réponses aux anonymes, 1822, p. 148.
18. Il réfléchit donc, puisque observer, expérimenter, c'est réfléchir; il raisonne, puisqu'il ne peut pas ne pas raisonner; et en réfléchissant, il se fait illusion; en raisonnant, il se trompe, et il croit avoir raison, il s'obstine, il abonde dans son sens, il s'estime lui-même et méprise les autres. Dès lors il s'isole, car il ne pourrait se soumettre à la majorité qu'en faisant abnégation de sa volonté et de sa raison, c'est-à-dire qu'en se reniant lui-même, ce qui est impossible. P.-J. Proudhon, Qu'est-ce que la propriété?1840, p. 319.
Rem. 2. Dans l'ex. suiv. abonder dans signifie « s'abandonner, se soumettre à » :
19. Ainsi, d'un côté, les principes, de l'autre, une inquiétude vague m'empêchèrent longtemps d'abonder dans les regards assassins de la princesse autant qu'elle l'eût désiré. L. Reybaud, Jérôme Paturot,1842, p. 293.
II.− [Suivi d'un compl. introd. par les prép. de ou en] Avoir à sa disposition, contenir ou produire quelque chose en très grande quantité.
[Le suj. est une entité abstr.] :
20. La religion schismatique grecque est une lettre morte; elle ne commande point des vertus, mais des grimaces; elle abonde en exigences minutieuses et en prescriptions vexatoires; elle excelle à macérer le corps sans profit pour l'esprit; elle fatigue le bras sans fortifier le cœur; elle incline le corps vers la terre sans élever l'âme vers le ciel : cette religion, fille du bas-empire, participe de l'imbécilité byzantine. A. About, La Grèce contemporaine,1854, p. 282.
21. ... j'oscille entre deux tendances contraires : la bienveillance humaine qui abonde en sympathie; la défiance qui se retire à l'écart. Par nature, j'incline à la tendresse et à la douceur envers tous les êtres et en particulier envers ceux de mon espèce; mais par expérience et par instinct de justice, je les ai en suspicion. H.-F. Amiel, Journal intime,9 janv. 1866, p. 54.
[Le suj. désigne une pers.] :
22. Il abondait de renseignements; il était alphabet et almanach; il était étiage et tarif. Il savait par cœur le péage des phares, surtout des anglais; un penny par tonne en passant devant celui-ci, un farthing devant celui-là. V. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 139.
Stylistique − Abonder appartient à la lang. cultivée, litt.. Le caractère recherché de l'emploi de abonder est net dans les expr. : j'abonde dans mon sens, qui fait fig. d'arch., et abonder dans le sens de qqn. D'où l'imitation maladroite de cette dernière expr. dans les Facéties du sapeur Camember de Christophe : ,,J'ai fait la bonde dans votre sens, m'sieur l'Tondeur, comme y dit l'major qu'est un homme éduqué`` (p. 49, P., A. Colin, 1898).
Prononc. − 1. Forme phon. : [abɔ ̃de], j'abonde [ʒabɔ ̃:d]. 2. Dér. et composés : abondamment, abondance, abondant. Cf. bonder.
Étymol. − Corresp. rom. : prov. abondar; ital. ab(b) ondare; esp., cat., port. abundar; sarde abbundare; roum. abunda. 1. Début xiies. « être en quantité plus que suffisante », introd., ds trad. (Ps. Oxford éd. F. Michel, LXI, 10 : richeises si vus abundent, ne voilez le cuer aposer); 1160-1170 « id. » (Ch. de Troyes, Erec, éd. M. Roques 4040 : Einz est au chevalier del monde An cui graindre proesce abonde, Mon seignor Gauvain le hardi); 2. début xiies. abonder de « avoir qqc. en quantité plus que suffisante », ds trad. (Ps. Oxford, id., LXIV, 14 : Vestu sunt li multum des oeilles, e les valedes abunderunt de frument); mil. xiiies. « id. » (P. Meyer, Lég. de G. de Rousillon ds Romania, VII, [affluentissimus], 179) il estoit tres habondanz de grant heritaige en patrimoine; 3. xiies. « donner en quantité plus que suffisante » trans. (Girard de Roussillon, éd. Mignard ds T.-L. : Mains povres mendians de ses biens habunda); [ca 1160, Wace avonder « rassasier, satisfaire » Chron. ascend. ducs de Norm. 52 ds Rou éd. Andresen ds T.-L. : D'aveir sunt cuveitus, n'en nes puet avunder; xiiies. jud.-fr. avonder « suffire » ds Romania, XXXIX, 140; cf. du point de vue sém. : lyonn. « suffire » : Je n'abonde pas à la besogne ds Pezard, Romania, LXXIII, 531] Empr. au lat. abundare (au sens propre de « couler en abondance, en parlant de l'eau » dep. Varron ds TLL s.v., 231, 20; empl. fig. ds Plaute, Stichus, 279 ibid., 231, 19 : abundat pectus laetitia meum) attesté au sens 1 dep. Tite Live, 2, 41, 9 ibid. 231, 61; cf. lat. médiév. début xes. : Hrotsvitha, Resuscitatio, 9 Calinachi, 25 ds Mittellat. W. s.v., 67, 40 : gratiam in nobis gaudemus abundare; à rem. : Vulg. Ps. LXI, 10 : devitiae si affluant; au sens 2 dep. Térence, Haut., 527 ds TLL ibid. 233, 1 : is non ditiis abundet; fréq. emplois en relat. avec ager, terra...; cf. Vulg. Ps. LXIV, 14 : et valles abundabunt frumento; au sens 3 en lat. chrét. : Vulg. II Cor., 9, 8 ds TLL ibid., 235, 38 : potens est deus omnem gratiam abundare; cf. Götz, Gloss. V, 649, 12 : abundare : abunde dare (= rapproch. avec dare par étymol. seconde). Graph. hab- (cf. Anecdota helvetica, éd. Hagen, 300, 26 ds TLL ibid., 231, 10 : abut, abundat, sine h) prob. étymol. seconde par rapprochement avec habere. Hyp. d'étymol. seconde a + bond- (Gam. ds Z. rom. Philol. XLIII, 515) ne semble pas confirmée par l'a. fr. [avonder, de formation pop.; au sens de « suffire », cf. ives. Hegesippi de bello judaico 5, versio lat. 23 ds TLL, ibid., 23 : abundat unius vestimentum ad sepulturam duorum.]. − Berger, s.v. HIST. − Abonder apparaît très tôt dans la lang. (xiies. cf. étymol.) avec dès l'orig. les 2 sens princ. attestés de nos jours (cf. sém.); mais il possède aussi d'autres accept. qui, au cours de son évolution, se révèlent moins stables (vieillies, sinon disparues, dans la lang. contemp.). I.− Disparitions av. 1789. − A.− « donner en abondance », attesté du début du xiies. (cf. étymol. 3) au xives. : Monde, se tu honneur m'abondes Et plenté, et puis me vergondes. Watriquet de Couvin, Despis du monde, 16, Scheler (Gdf.). B.− « rendre abondant », une attest. isolée au début du xviies. : Les brebis alaictantes seront mieux traitees que les autres... pour les abonder en laict. O. de Serres, Theâtre d'Agric., 1600, IV, 13 (Hug.). II.− Hist. des sens et accept. attestés apr. 1789. − A.− « être en grande quantité », 1erattest. début du xiies. (cf. étymol. 1), subsiste (cf. sém.). B.− « avoir en grande quantité », 1reattest. début du xiies. (cf. étymol. 2), subsiste (cf. sém.). − Rem. Gén. constr. avec en, il s'est constr. qqf. avec de, notamment à l'orig. (cf. étymol. 2, 1resattest.) et dans la lang. class. : Si quelques hommes abondent de biens. La Bruyère (Besch. 1845). Dans les faux biens dont sa misère abonde. J.-B. Rousseau (Lar. 19e). De nos jours, cette constr. est considérée comme vieille (cf. Pt. Rob.). C.− Au fig. : 1. abonder dans son sens « être attaché avec opiniâtreté à sa manière de voir », attesté dep. Fur. 1960. Ce sens, très vivant aux xviieet xviiies. d'apr. la multiplicité des ex. donnés ds Lar. 19e, est vieilli et peu attesté aux xixeet xxes. (cf. sém.). Il disparaît même chez les lexicographes récents (Rob., Lar. encyclop., Lar. 3, Dub.) qui ne citent plus que l'expr. suiv. (cf. inf. C 2). 2. abonder dans le sens de qqn, p. ext., « être de son avis, se ranger à son opinion », attestée dep. Ac. 1835 et encore couramment empl. (cf. sém.). D.− Jurispr. L'adage ce qui abonde ne vicie pas ou ne nuit pas pour dire qu'une raison ou un droit de plus ne peut que rendre une cause meilleure, ou encore qu'une formalité non prescrite, mais non défendue, n'empêche pas la validité d'un acte, empl. à l'orig. (Ac. 1694) dans la lang. jur. est passée dans la lang. cour. et fam. dep. le mil. du xixes. pour signifier « on n'a jamais trop de ce qui est bon » (cf. le proverbe abondance de biens ne nuit pas). E.− « augmenter, excéder, dépasser, exagérer », verbe actif et intrans., qualifié de vieux dès le 1erdict. qui en fait mention (Ac. Compl. 1842), cité ensuite uniquement par Besch. 1845 et Lar. 19e. 1. Il a pu, en raison de son sens étymol., être pris comme verbe actif et avoir cette signif. qui ne subsiste plus que p. allus. à l'anc. législ. dans l'expr. abonder plus grande somme « exagérer le prix d'un héritage, pour en tirer frauduleusement une somme plus forte ». 2. Il peut encore être empl. comme verbe intrans. : Il se dit proprement des eaux, et signifie, venir, couler en abondance. Les eaux abondent dans cet étang. Laveaux (Besch. 1845). Cf. aussi ex. 19.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 659. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 1 050, b) 1 189; xxes. : a) 756, b) 812.
BBG. − Dupin-Lab. 1846.

Abonder : définition du Wiktionnaire

Verbe

abonder \a.bɔ̃.de\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Avoir en quantité plus que suffisante, en grande quantité.
    • Abonder en richesses.
    • Cette province abonde en blés, en vins, en soldats, en gens d’esprit.
    • Abonder de biens.
  2. Être en grande quantité.
    • La Girafe dans son pays natal, broute la sommité des arbres, préférant les plantes de la famille des mimosa qui y abondent. — (Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Quelques Considérations sur la Girafe, 1827)
    • La Société, après avoir donné un souvenir à ces antiques paroisses, a visité l'église d’Hartennes. Cet édifice, bâti en grande partie en grès qui abondent sur ce terroir, aurait un aspect assez triste, s'il ne rachetait ce défaut par un portail de la Renaissance, en pierres de taille, décoré d'une assez jolie rosace et portant des écussons et des salamandres fantastiques. — (Abbé Pécheur, « Excursion de la Société », dans le Bulletin de la Société historique et scientifique de Soissons, 6e séance : jeudi 9 juin 1859, vol. 13, Soissons : à la Société & Paris : chez Victor Didron, 1859, p. 52)
    • Pour dormir ils étaient obligés de se hisser sur les racines de mangliers qui abondaient dans cette région. — (Washington Irving, Voyages et découvertes des compagnons de Colomb, Paris : librairie Hachette & Cie, 3e éd., 1893, chap.10)
    • Les gerboises abondent dans la vallée du Tensift, et les écureuils dans toutes les régions forestières. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 226)
  3. (Régional) Ne pas abonder à (faire) quelque chose : ne pas arriver, ne pas suffire, ne pas pouvoir faire face.
    • Ma pauvre demoiselle, je n’abonde pas à m’occuper de tout ! — (Gabriel Chevallier, Clochemerle, 1934)

Verbe

abonder \Prononciation ?\ transitif

  1. Donner en abondance.
  2. Rendre abondant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Abonder : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABONDER. v. intr.
Avoir en quantité plus que suffisante, en grande quantité. Abonder en richesses. Cette province abonde en blés, en vins, en soldats, en gens d'esprit. Abonder de biens. Il signifie aussi Être en grande quantité. Le bien abonde dans cette maison. Toutes choses y abondent. Les marchands abondent à cette foire. En termes de Jurisprudence. Ce qui abonde ne vicie pas, ou ne nuit pas, Une raison ou un droit de plus ne peut nuire dans une affaire; ou bien encore L'observation d'une formalité non prescrite, mais non défendue, n'empêche pas une procédure d'être valide. Fig., Abonder dans son sens, Montrer un attachement exclusif à sa propre opinion. Abonder dans le sens de quelqu'un, Parler d'une manière tout à fait conforme à l'opinion de quelqu'un.

Abonder : définition du Littré (1872-1877)

ABONDER (a-bon-dé) v. n.

Se conjugue avec le verbe avoir.

  • 1Affluer, venir en grande quantité. Les eaux abondent en ce canal. Tout abonde pour toi. Les grands écrivains abondèrent en Grèce. Londres où l'argent abonde. Les vivres abondaient dans le camp. Le poisson abonde en cette rivière. Les trois enfants… Admiraient… De sa bouche [d'Homère] abonder les paroles divines, Chénier, 32. Il se plaît de faire abonder la profusion de ses grâces par-dessus l'excès de notre malice, Bossuet, Nativ. 1. Les miracles y abondaient avec les vertus, Bossuet, Hist. I, 11. Mais quoi ! c'est un chef-d'œuvre où tout mérite abonde, Malherbe, VI, 25. Depuis que la richesse entre ses murs abonde, Corneille, Cinna, II, 1. Répandre abondamment sa grâce [de J. C.] où le péché avait abondé, voilà notre ministère, Massillon, Car. Confess.
  • 2Avoir en quantité. La vigne abonde en raisin. Abonder de tout. Cette famille a abondé en hommes éminents. Je le vois bien, madame ; et vous et ce cher frère Abondez en raisons pour cacher le mystère, Corneille, Suréna, II, 3. Eh ! qui peut prévenir tous les maux dont abonde La guerre en cruautés, en ruines féconde ? Saurin, Spart. III, 4. Si les hommes abondent de biens, La Bruyère, 16.
  • 3Présenter un grand volume, tenir de la place. Cette source abonde. Cent hommes de cette espèce [des bavards qu'on rencontre partout] abondent plus que deux mille citoyens, Montesquieu, Lettr. pers. LXXXVII.
  • 4Abonder, se livrer sans mesure. Je suis loin d'abonder dans mon sens, Sévigné, 614. Un chacun en son sens, selon son choix abonde, Régnier, Sat. XI. Au lieu de se modérer en parvenant au souverain pouvoir, Jacques II abonda dans les mesures propres à le perdre, Chateaubriand, Stuarts, 309.
  • 5En jurisprudence, ce qui abonde ne vicie pas ou ne nuit pas, c'est-à-dire ce qui est de trop, formalité non prescrite, raison surabondante, etc., n'empêche pas la validité d'un acte, d'une procédure, etc.

HISTORIQUE

XIIe s. Molt estoit petite li lumiere de Deu, et li felonie estoit si habondoie [abondée], ke li charitez estoit assi cum tote refroidieie, Saint Bernard, p. 527. En terre habondevet [abondait] ceste especo [la pauvreté], Saint Bernard, ib. p. 533.

XIIIe s. Dit li ors [ours] : Par le cors saint Gil, Cel miel, Renart, dont d'où vous abonde ? Ren. 10248. Sis manieres de fous dont la folie abonde, Les six manières de fols.

XVIe s. Dites qu'en nous tout bien abonde ; Dames sont les tresors du monde, Marot, J. v, 304. Il ne leur chaut d'avoir abondance ; mais toute leur sollicitude est de ne rien reserver de ce qui leur abonde, Lanoue, 535. Chacun abunde en son sens, mesmement en choses foraines, externes et indifferentes, Rabelais, Pant. III, 7. Ce lieu abonde en sorciers, Rabelais, Pant. III, 16.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « abonder »

Étymologie de abonder - Littré

Provenç. abondar, abundar, habundar, aundar, aondar ; espagn. abundar ; ital. abbondare ; de abundare, de ab, marquant écoulement, et unda, onde. Abundare exprime donc étymologiquement l'affluence de l'eau et, par extension, l'affluence de toutes choses.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de abonder - Wiktionnaire

Du latin abundare → voir ab- et onder.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de abonder - Wiktionnaire

Du latin abundare (« affluer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « abonder »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abonder abɔ̃de play_arrow

Conjugaison du verbe « abonder »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe abonder

Évolution historique de l’usage du mot « abonder »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abonder »

  • « Les budgets européens alloués à la France s’élèvent à 490 € par habitant. Il n’est pas utopique de lever, pour le pays de Lorient et ses 203 000 habitants, 100 M€ (203 000 x 490 = 99,5 M€). […] Nous prévoyons d’abonder ces fonds européens avec des financements publics à hauteur de 30 M€ […] Concrètement, 44 143 € de fonds européens investis génèrent un emploi. À l’échelle du pays de Lorient et du budget de 130 M€, nous avons donc bien la possibilité de créer 3 000 emplois directs ! (130 M€ / 44 143 € = 2 945 emplois) ». Le Telegramme, Municipales à Lorient : la « petite leçon d’économie » d’Unissons Lorient - Lorient - Le Télégramme
  • L’ensemble des maires de la Communauté de communes du Seignanx a décidé d’abonder à hauteur de 54 000 euros le Fonds de solidarité et de proximité initié par la Région Nouvelle-Aquitaine. Cette aide consiste en un prêt à taux zéro, sans… SudOuest.fr, « L’écoute est fondamentale » : le Seignanx (40) au soutien des entreprises en difficulté
  • Les Français continuent de piocher dans leur assurance vie. Ou plus précisément de ne plus l'abonder. Ce placement a poursuivi en mai sa plongée dans le rouge pour le troisième mois consécutif, les retraits des épargnants ayant dépassé de 2,2 milliards d'euros les placements sur ces contrats (ce qu'on appelle la décollecte nette), selon les chiffres de la fédération du secteur. BFM BUSINESS, Les Français versent beaucoup moins d'argent sur leur assurance vie... et privilégient le Livret A
  • Comme plusieurs intercommunalités, la CCPU a décidé d'abonder ce fonds à hauteur de 2€ par habitant soit 56 800 €. Une somme qui sera entièrement versées aux entreprises du territoire. , UZÈS La communauté de communes abonde le fonds L’OCCAL pour relancer l’activité touristique et commerciale – Objectif Gard
  • En effet, la crise économique liée à l’épidémie de Covid-19 aura un fort impact sur le rendement des différentes taxes qui viennent abonder le budget de l’Etat. Ainsi, dans le troisième projet de loi de finances rectificative pour 2020, il est prévu que les recettes de l’Etat baissent de 64,9 milliards d’euros par rapport au montant prévu dans la loi de finances initiale. La différence entre la prévision de déficit du début de l’année et celle du mois de juin s’explique donc pour moitié par une baisse des recettes. Le Monde.fr, Coronavirus : la baisse des recettes fiscales amplifie le déficit
  • Ce fonds sera dirigé prioritairement vers celles qui n'emploient aucun salarié et n'ont pas bénéficié du chômage partiel, a indiqué à l'AFP le ministère des Sports, qui va abonder le dispositif à hauteur de 7 millions d'euros. Libération.fr, Un fonds de 15 millions d'euros pour les petites associations sportives - Libération
  • J'écris ce livre pour ne pas me figurer que j'en sais plus long, ne le croyant plus, que ceux qui le croient et que moi-même quand je le croyais. J'écris ce livre pour ne pas abonder dans mon sens. De Emmanuel Carrère / roman Le Royaume
  • La prospérité fait abonder les amis ; L’adversité les jauge et les passe au tamis. De Publius Syrus / Sentences
  • La seule chose intelligente à faire serait d'abonder dans le sens du destin. De Claire de Lamirande / L'opération fabuleuse

Traductions du mot « abonder »

Langue Traduction
Portugais abundar
Allemand beipflichten
Italien abbondare
Espagnol abundar
Anglais abound
Source : Google Translate API

Synonymes de « abonder »

Source : synonymes de abonder sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « abonder »



mots du mois

Mots similaires