La langue française

Degré

Sommaire

  • Définitions du mot degré
  • Étymologie de « degré »
  • Phonétique de « degré »
  • Évolution historique de l’usage du mot « degré »
  • Citations contenant le mot « degré »
  • Traductions du mot « degré »
  • Synonymes de « degré »

Définitions du mot degré

Trésor de la Langue Française informatisé

DEGRÉ, subst. masc.

A.− Domaine littér.
1. Marche d'escalier. Gravissant degré par degré l'escalier (Giraudoux, Amphi. 38,1929, I, 2, p. 22):
1. Dom Étienne salua l'autel, monta ses degrés, s'assit dans un fauteuil de velours rouge, installé sur la plus haute marche. Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 204.
2. Évariste Gamelin monta l'escalier antique jusqu'au quatrième et dernier étage, où il avait son atelier avec une chambre pour sa mère. Là finissaient les degrés de bois garnis de carreaux qui avaient succédé aux grandes marches de pierre des premiers étages. A. France, Les Dieux ont soif,1912, p. 11.
P. méton. Escalier. Un large perron à double degré descend sur un jardin en terrasse (Lamart., Nouv. Confid.,1851, p. 115).Un degré de bois appuyé au mur (...), ni plus ni moins que l'escalier d'un meunier (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 224).
2. P. anal.
a) Échelon. L'échelle de Jacob avec un ange à chaque degré (Flaub., Tentation,1849, p. 420).
b) Niveau d'un terrain s'étageant en hauteur. Les derniers degrés des montagnes noires de l'Anti-Liban (Lamart., Destinées poésie,1834, p. 397).
Cantique des degrés. Un des Psaumes chantés par les pèlerins juifs montant à Jérusalem (cf. Marcel 1938). Synon. usuel cantique des montées.Les Lévites redisoient en chœur le cantique des degrés (Chateaubr., Martyrs, t. 1, 1810, p. 189).
SYNT. Degrés de marbre, de pierre; degrés du perron, du trône; les degrés conduisent, montent; descendre, franchir, monter les degrés; au bas des degrés.
B.− P. ext. Unité de mesure.
1. Domaine de la température.Division d'une échelle servant à mesurer la température; p. méton., intensité de la chaleur correspondant à cette division. Degré centigrade. Une chaleur d'environ trente deux degrés de Réaumur (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 127).Température (...) de 54 degrés Fahrenheit (Green, Journal,1944, p. 116):
3. ... tout s'est calmé et le matin la fièvre est tombée à 38 degrés 6, le soir à 38 degrés 5 (...) et ce matin à 37 degrés 4, ce qui est la température presque normale. Rivière, Correspondance[avec Alain-Fournier], 1911, p. 288.
Degré de feu. ,,Le point où il faut que le feu soit poussé pour l'opération que l'on se propose`` (Ac. 1798-1932).
2. P. anal.
a) ASTRON., GÉOGR. et GÉOM. Unité d'angle qui vaut 1/360ede la circonférence (symbole usuel o). Degré sexagésimal. Le riz (...) cesse au nord du 32edegré de latitude (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 144).Elle [la lumière] s'étalait en largeur sur cent cinquante degrés de ciel (Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 43).Je tiens mon cap à un degré près (Saint-Exup., Pilote guerre,1942, p. 284):
4. À ce point de 135 degrés de longitude et 32 de latitude, les deux frégates se sépareront. La première s'élèvera jusqu'au parallèle intermédiaire entre 16 et 17 degrés, et s'y maintiendra depuis le 135ejusqu'au 150eméridien à l'ouest de Paris, d'où elle fera route pour l'île d'O-Taïti. L'intervalle du 16 au 17edegré de latitude, sur un espace de 25 degrés en longitude, n'ayant été visité par aucun des navigateurs modernes (...), il est vraisemblable que le bâtiment qui suivra la direction ci-dessus tracée, rencontrera des îles nouvelles... Voyage de La Pérouse,t. 1, 1797, p. 17.
b) MUS. Chacun des sons de l'échelle musicale. Degré conjoint, disjoint. Synon. note.Les basses, ne chantant plus que sur les degrés élevés de leur échelle (Berlioz, À travers chants,1862, p. 101).
Au fig. Tous les degrés, toutes les notes de la gamme politique (Sainte-Beuve, Corresp.,t. 3, 1818-69, p. 851).
c) PHYS. et CHIM.
Intensité relative d'un phénomène; son évaluation dans une échelle de mesure. Degré géothermique, hygrométrique :
5. Il est constant que les phénomènes de la vie exigent, pour se manifester, un ensemble de conditions externes et notamment un certain degré de température et d'humidité, une certaine quantité de nourriture, une certaine tension d'oxygène. J. Rostand, La Vie et ses problèmes,1939, p. 101.
Densité d'une concentration. Degré de concentration. Le degré de salure de presque toutes les mers (Voy. La Pérouse,t. 1, 1797, p. 179).
En partic. [Dans un alcool ou un vin] Teneur en alcool; proportion d'alcool pur, exprimée en cm3par rapport à 100 cm3de mélange. Degré alcoolique. Le pastis le moins cher et le meilleur de toute la rive gauche : un vrai 45 degrés (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 30).Le degré et le velouté de l'eau-de-vie de framboise (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 14).
C.− Emplois fig. [Avec une idée de progression p. rapp. à un point de départ]
1. [À l'intérieur d'une succession d'états réels ou virtuels]
a) [L'accent est mis sur la hiérarchie au sein d'une échelle de valeurs] Niveau, position à l'intérieur d'un ensemble hiérarchisé. Synon. classe, échelon, grade, rang.Tous les degrés de l'échelle vivante (Martin du G., Thib.,Épil., 1940, p. 970):
6. C'est que cette complication apparente n'est, en effet, qu'une juxta-position de simplicités réelles, dont chacune offre à l'esprit un degré, un échelon, une branche, à l'aide desquels il arrive au sommet, en sautant et en se jouant. Joubert, Pensées,t. 1, 1824, p. 459.
En partic. [À l'intérieur d'un corps soc.]
ARMÉE, vieilli. Grade militaire. Cette échelle de grades dont chaque degré nous coûtait huit ans à gravir (Vigny, Serv. et grand. milit.,1835, p. 128).
ÉGLISE. Rang dans l'Église. Synon. ordre.Il [Lancelot] ne fut jamais prêtre (...) : il s'arrêta au degré de sous-diacre (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 443).
ENSEIGN., vieilli. Titre, diplôme universitaire. L'on me demande (...) où sont mes titres, (...) j'ai pris mes degrés à l'école de Plutarque (Jouy, Hermite,t. 2, 1812, p. 369).Le degré honoraire de docteur-ès-lettres (Barrès, Cahiers,t. 11, 1917-18, p. 375).
JURISPR. Degré de juridiction. Place d'un tribunal dans l'ordre hiérarchique des juridictions devant lesquelles on peut appeler une même affaire. Le principe du double degré de juridiction offre la garantie de pouvoir obtenir un second examen des affaires (Belorgey, Gouvern. et admin. Fr.,1967, p. 47).
b) [L'accent est mis sur la progression vers un terme] Étape d'une évolution; intensité relative d'un état (sentiment, qualité, faculté, etc.). Synon. point, stade.Il suffit d'un très petit degré d'espérance pour causer la naissance de l'amour (Stendhal, Amour,1822, p. 12).Le plus haut degré de civilisation s'exprime par le fait que charité est devenu synonyme d'humanité (Mauriac, Bâillon dén.,1945, p. 475):
7. le démon. − L'esprit du mal Est né dans tout homme qui est né. Et d'abord, cédant à la douceur nouvelle De faire mal, il succombe : tel est le premier degré. L'habitude se forme, et par le second degré, établi dans sa connaissance et dans sa volonté, Il pèche, sachant ce qu'il fait, et ce degré est appelé l'Inclination. Et voici le troisième degré : et celui qui l'a atteint Est mûr entre les hommes, et n'ayant plus rien à apprendre de moi déjà, Il est digne d'une demeure plus basse : Le mal Ni ne lui cause plus de plaisir, ni ne lui rapporte profit. Claudel, Le Repos du septième jour,1901, II, p. 823.
8. ... ce n'est pas en élargissant la cité qu'on arrive à l'humanité : entre une morale sociale et une morale humaine la différence n'est pas de degré, mais de nature. Bergson, Les Deux sources de la mor. et de la relig.,1932, p. 31.
PATHOL. Stade de l'évolution d'une maladie ou d'une lésion. Le dernier degré de la maladie produit une sorte de fureur (Cabanis, Rapp. phys. mor.,t. 1, 1808, p. 467).La carie du deuxième degré atteint la dentine (Quillet Méd.1965, p. 177).
En partic. [Dans le cas d'une brûlure] La cuisse brûlée au troisième degré (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 91).
c) P. méton. État intermédiaire. Synon. gradation, nuance.D'étranges degrés, des variétés et des phases ineffables (Valéry, Variété I,1924, p. 205):
9. Et Liebknecht dit avec raison qu'il y aura des degrés, des nuances, des modalités sans nombre dans cette participation du socialisme au pouvoir. Jaurès, Ét. socialistes,1901, p. 58.
10. ... l'on conçoit des degrés infinis dans toute la nature, et des degrés infinis en nous, conscience, subconscience, inconscience; et ces derniers degrés, les plus obscurs, conduisent même à dire qu'on peut avoir des pensées sans savoir qu'on les a, ... Alain, Propos,1928, p. 812.
SYNT. Degré d'abstraction, d'attention, de certitude, de complication, de confiance, de connaissance, de conscience, de culture, de développement, d'énergie, d'évidence, d'évolution, d'exaltation, de force, de généralité, d'importance, d'incertitude, d'intensité, d'intimité, de liberté, de misère, de puissance, de perfection, de perfectionnement, de précision; degré avancé, élevé, éminent, moindre; faible, haut degré; différence de degrés; degrés intermédiaires, insensibles, successifs, variables.
Loc. fig.
À aucun degré. D'aucune sorte, nullement. Odette n'était à aucun degré une femme remarquable (Proust, Swann,1913, p. 271).Au dernier degré. Au maximum, au plus fort. L'irritation de tous les Anglais contre Napoléon était au dernier degré (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 887).Au même degré. De la même manière, pareillement. La responsabilité des trois accusés a été engagée au même degré (Gide, Souv. Cour d'ass.,1913, p. 660).Au plus haut, au suprême degré. Au plus haut point, extrêmement. MmePaulin m'avait agacé au suprême degré (Frapié, Maternelle,1904, p. 170).
De degré(s) en degré(s). Progressivement, graduellement. De degré en degré, des collines partant de la plaine s'élevaient (Lamart., Voy. Orient,t. 1, 1835, p. 288).
Par degré(s). D'une façon progressive, graduellement. Ce ciel qui par degré se peint d'un gris obscur (Michaud, Printemps proscrit,1803, p. 105).Ce lien, se contractant progressivement, bandait par degrés leurs muscles pour la lutte (Pergaud, De Goupil,1910, p. 113).Apparaître peu à peu, par degrés (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1135).
Au second, au troisième degré; du second, du troisième degré (pour traduire l'intensité ou l'éloignement). Narcisse (...) est malade d'exagération au troisième degré (Musset, Lettres Dupuis Cotonet,1837, p. 525).Un naturel plus profond, un naturel au deuxième degré que m'offrait son sommeil (Proust, Prisonn.,1922, p. 71).Des témoignages du second, du troisième degré, des dires de dires (Arnoux, Roi d'un jour,1956, p. 122).Un souvenir au second, au troisième degré (Durry, Nerval,1956, p. 13).
2. [À l'intérieur d'un système organisé, sans réf. à une échelle de valeurs]
a) DR. et GÉNÉALOGIE. [L'image est celle de la place sur un arbre généalogique] Distance entre deux parents par rapport à la ligne qui leur est commune. Un amour du sang plus prononcé encore que le degré de notre parenté (Sand, Hist. vie,t. 2, 1855, p. 384).Tous les cousins du premier degré sont conjoints prohibés (Lévy-Strauss, Anthropol. struct.,1958, p. 163).Degré prohibé. Degré de parenté entraînant notamment un empêchement dirimant. Degré de noblesse. Distance d'une génération à une autre, à partir de la première personne anoblie dans la famille. Synon. usuel quartier.
b) [L'image est celle de la place sur une échelle d'intensité croissante ou dans un ensemble progressif]
ENSEIGN. Division administrative. Un établissement du premier, du second degré (Encyclop. éduc.,1960, p. 367):
11. ... nous avons subi l'imprégnation de nos parents; et de nos maîtres du premier degré; et de nos maîtres du deuxième degré. Mais (...) nous n'avons subi aucune imprégnation de nos maîtres du troisième degré. Péguy, L'Argent,1913, p. 1136.
LING. Degré de comparaison*, de signification*. Positif, comparatif et superlatif de l'adjectif et de l'adverbe. Degré de motivation*. Degré zéro (dans le cas d'une description structurale). Absence pertinente d'un trait formel ou sémantique dans une unité du système décrit. Remarquable essai [de Roland Barthes] intitulé « Le degré zéro de l'écriture » (Langage,1968, p. 456).
c) MATH. et STAT. [L'image est celle d'une succession et d'une complexité croissante] Degré d'un polynôme. ,,Exposant le plus élevé d'un polynôme`` (Sc. 1962). Équation du 1er, du 2edegré. Équation dont l'inconnue est à la première, à la seconde puissance. Les beautés de l'équation du second degré (Valéry, Variété II,1929, p. 113).Équations de degré supérieur à quatre (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 1, 1961, p. 11).Degré de liberté. ,,Excès du nombre de paramètres sur le nombre d'équations ou des relations qui régissent un système`` (Commun. 1971). Un tel solide comprendrait en effet un petit nombre de degrés de liberté (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 159).Degré d'approximation, degré quelconque.
Prononc. et Orth. : [dəgʀe]. Littré condamne la prononc. [degʀe] qui, d'après lui, s'entend souvent (cf. Ac. 1798 qui note également la prononc. et l'orth. dégré). Mart. Comment prononce 1913, p. 170, signale la même tendance pour vedette, besicles, et note que cette tendance a été surmontée pour senestre, gelinotte, frelon, refléter. Étymol. et Hist. A. a) Ca 1050 « escalier » (Alexis, éd. Chr. Storey, 218); b) ca 1100 « marche d'escalier » (Roland, éd. J. Bédier, 2840). B. 1. Ca 1120 « niveau intermédiaire dans l'échelle sociale, professionnelle, des honneurs » (Ph. de Thaon, Bestiaire, éd. E. Walberg, 173); 2. ca 1220 « degré de parenté » (G. Le Clerc, Tobie, 1415 ds T.-L.); 3. 1379 « niveau » (J. de Brie, Le bon berger, éd. P. Lacroix [Jacob], p. 13 : degré de science); 4. entre 1496 et 1507 enseign. « grade, diplôme » (J. Molinet, Recollection de merveilleuses advenues, 92 ds Faictz et Dictz, éd. N. Dupire, t. 1, p. 288); 5. 1549 dr. « place d'un tribunal dans la hiérarchie des juridictions » (Est.); 6. 1771 degré de noblesse (Trév.); 7. 1792 enseign. « division dans l'enseignement » (Condorcet, Organ. Instr. publ. ds Œuvres, t. 7, p. 453 : nous avons distingué cinq degrés d'instruction). C. 1. a) Ca 1265 géom. astron. (B. Latini, Li livres dou tresor, I, 112, éd. F. J. Carmody, p. 98); b) 1585 géogr. (Noël Du Fail, Contes et discours d'Eutrapel ds Œuvres facétieuses, éd. J. Assézat, t. 2, p. 52); 2. [1624 (J. Leuréchon, Récréation mathématique, 99 ds NED, s.v. thermometer : Thermomètre ou instrument pour mésurer les degrez de chalour ou de froidure qui sont en l'air)]; 1685 métrol. « division d'un thermomètre ou d'un baromètre » (Fur.); 3. 1694 mus. (Corneille); 4. 1814 distill. (Nysten, s.v. alcool). D. 1. xives. gramm. (Ms. Paris Bibl. Maz. 578 fo41 vods Thurot, p. 168); 2. 1580 « force, intensité (d'une qualité, d'un sentiment) » (Montaigne, Essais, éd. A. Thibaudet, livre II, chap. XIII, p. 687 : degré de fermeté); 3. 1691 alg. (Ozanam, Dict. math. ds Quem. Fichier); 4. 1800 méd. « phase d'une maladie » (Geoffroy, Méd. prat., p. 280); 5. 1823 méd. « gravité d'une brûlure » ([L. Jacques], Dict. des termes de méd., chir., etc., Paris, s.v. brûlure [6 degrés de gravité selon G. Dupuytren]). Composé du lat. gradus avec préf. dé-*, peut-être d'apr. degradare (dégrader*). Cette forme préfixée, qui était répandue dans le centre et l'ouest de la France, s'est imposée aux dépens de gré (répandu de la Wallonie jusqu'en fr.-prov.), prob. en raison de la rencontre phonét. de ce dernier avec gré* (< gratus); (FEW t. 4, p. 207 b, s.v. gradus). Gradus avait en lat. class. les sens « pas, marche (d'un escalier); hiérarchie, degré dans les magistratures, degré de considération; degré dans l'échelle des sons »; en b. lat. : « degré d'une circonférence (astron.); degré de parenté, degré de signification (gramm.) »; en lat. médiév. « degré universitaire » (1254, Chart. Univ. Paris., I, 259, no231 ds Nierm.). Fréq. abs. littér. : 7 594. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 17 556, b) 9 081; xxes. : a) 6 686, b) 8 427. Bbg. Gohin 1903, p. 334, 357. − Porteau (P.). Deux ét. de sém. fr. Paris, 1961, 88 p. − Quem. 2es. t. 1 1970. − Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 27.

Wiktionnaire

Nom commun

degré \də.ɡʁe\ masculin

  1. Espace compris entre deux marches d’un escalier.
    • Gabrielle, la coiffeuse à domicile, parle comme par énigme de l'escalier sans marches qui conduit chez elle. C'est que les Pô l'ont laissé cinquante ans tellement s'encrasser, cet escalier, qu’il ressemble à un plan de terre incliné, quand voilà qu'un jour, armée d'une pioche et d’une pelle, Gabrielle entreprend des fouilles et retrouve l’un après l'autre chaque degré. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, pages 184-185.)
    • Au bas de l’escalier, un homme venait à sa rencontre. Il avait mis le pied sur la première marche. Gaspard n’était séparé de lui que par une douzaine de degrés. — (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
  2. (En particulier) Marche servant d’entrée ou de soubassement aux grands édifices.
  3. (Héraldique) (Rare) Nom donné aux marches se trouvant sous une croix.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  4. (Par métonymie) (Vieilli) Escalier.
    • Se fût-on emparé de cette porte, qu’on se trouvait à 7 mètres en contre-bas de la cour intérieure L, à laquelle on n’arrivait que par des degrés étroits, défendus, et en passant à travers plusieurs portes en K. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Il passe par le petit degré afin que nul ne remarque ses yeux rougis. — (Monique de Huertas, Louise de La Vallière, éditions Pygmalion/Gérard Watelet, Paris, 1998, page 60)
  5. (Figuré) Étape ou stade par où l’on passe d’un état dans un autre.
    • II y a six degrés d’âges ; savoir : l’enfance proprement dite, infantia ; la seconde enfance, pueritia; l’adolescence, la virilité, la vieillesse et la décrépitude. — (Dictionnaire des sciences médicales, volume 52, page 415, Charles-Louis-Fleury Panckoucke à París, 1821)
    • Cette loi livrait les trois degrés de l’enseignement à l’Église et coiffait la France du trirègne de l’obscurantisme. — (Anatole France, L’Église et la République, Paris : Edouard Pelletan, 1904 - éd. J.-J. Pauvert, 1964, p.60)
    • Le désir de croire à la manipulation est également puissament attaché aux expériences infantiles. […]. La vision manipulatoire du système social est donc une sorte de pente naturelle pour tous, à des degrès divers. On doit simplement souligner que les degrès extrêmes et excessifs de cette vision du monde présentent un caractère de régression infantle. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 153)
    • Parvenir au plus haut degré de l’éloquence, au plus haut degré de gloire.
    • C’est le dernier degré de l’avilissement.
  6. (Métrologie) (Géométrie) Unité de mesure d’angle plan égale à 1/360 de la circonférence d’un cercle. Son symbole est °.
    • Il y a aussi deux groupes d’astéroïdes, appelés Troyens, qui partagent l’orbite de Jupiter, précédant et suivant la planète de 60 degrés. — (Barry Williams (traduit par Claude Lafleur), L’Astrologie confrontée aux progrès de l’astronomie, dans Le Québec sceptique, no 24, p. 41, décembre 1992)
    • Un angle de 90 degrés est un angle droit.
  7. (En particulier) (Géographie) Unité de mesure de longitude et latitude, permettant de situer un point précis à la surface de la Terre. Le symbole est un « ° » qualifié.
    • Paris se trouve à 48,86 degrés de latitude nord, 2,35 degrés de longitude est.
  8. (Métrologie) Unité de mesure de la température sur plusieurs échelles comme le degré Celsius et le degré Fahrenheit. Le symbole est un « ° » qualifié (par ex. °C, °F, etc.).
    • Comme il faisait une chaleur de trente-trois degrés, le boulevard Bourdon se trouvait absolument désert. — (Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, incipit)
    • Arrêtons-nous devant les célèbres bains de Tiflis, dont les eaux thermales peuvent atteindre soixante degrés centigrades. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. I, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Il y a quelque chose de profondément jouissif dans le fait d’imaginer les millions de gens en doudoune qui se caillent les miches en France à l’heure où je barbote dans cette eau à trente degrés. — (Gabriel Katz, N’oublie pas mon petit soulier, éd. Le Masque, 2015)
    • Lorsque Bishop revint et posa un gobelet fumant devant elle, Anise referma les mains dessus pour se réchauffer ; il faisait trente-cinq degrés à l’ombre, et pourtant elle tremblait de froid. — (Kay David, L’Ombre du doute, traduit de l’anglais par B. Dufy, en recueil avec La Machination de Harper Allen, éd. Harlequin (coll. Black Rose), 2009, chap. 12)
    • La plupart du temps, je créchais dans ma planque, mais la température avait chuté d'un coup, et on était passés sous la barre de zéro degré au cours des dernières nuits. — (Ernest Cline, Ready player one, Éditions Robert Lafon, traduit de l'anglais (États-Unis) par Arnaud Regnauld, 2013, rééd. 2018, chap. 0001)
    • Degré de feu : Le point où il faut que le feu soit poussé pour l’opération chimique qu’on se propose.
  9. (Métrologie) Unité de diverses échelles de mesure de la densité, de la viscosité, de la teneur en certaines substances, etc.
    1. (Métrologie) Unité de mesure de la pression atmosphérique.
      • Le baromètre est descendu à vingt-sept degrés.
  10. Pourcentage, teneur d’alcool dans un liquide, exprimée en proportion de volume d’alcool pur qui entre dans le mélange.
    • L’essai d’un alcool doit porter tout d’abord sur le degré alcoolique qui est déterminé au moyen de l’alcoomètre de Gay-Lussac. — (Cousin & Serres, Chimie, physique, mécanique et métallurgie dentaires, 1911)
    • Cette vodka titre 40 degrés. — De l’alcool à 90 degrés.
  11. (Par extension) Différence de plus ou de moins dans les qualités sensibles, proportion ou étendue.
    • Et tout le village bientôt, à des degrés variant selon la constitution et la force de résistance de chacun, fut en proie à des malaises étranges, symptômes inexplicables d’empoisonnement. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • D’un claquement de la langue contre son palais, elle indique le degré de son ennui. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 18.)
    • On était tous au même degré de confusion.
    • Degré de chaleur, de froid, de sécheresse, d’humidité, de force, de mouvement, de vitesse, d’intensité, d’accroissement, etc.
    • Une brûlure au deuxième degré.
    • Ma passion s’accrut à un tel degré, que…
    • Degré d’intelligence, de tristesse, d’affliction, d’abattement.
    • Degré d’affection, d’intérêt.
    • Être insolent au dernier degré.
    • Être impertinent au plut haut degré.
    • Être ennuyeux au plus haut degré.
    • Degrés de comparaison ou de signification, le positif, le comparatif et le superlatif.
    • Degré de juridiction, chacun des tribunaux devant lesquels une même affaire peut être successivement portée.
  12. En parlant de parenté et de consanguinité, il marque la proximité ou l’éloignement qu’il y a entre parents, à l’égard de la ligne qui leur est commune.
    • Parents au premier, au second degré.
    • Les parents au-delà du douzième degré ne succédaient pas.
    • Les parents au quatrième degré n’ont pas besoin de dispense pour se marier ensemble.
  13. (Mathématiques) Le degré d’un polynôme est le plus haut degré de ses monômes ; le degré d'un monôme est la somme des exposants de ses variables. Par extension, degré d’une expression polynomiale décrivant un objet.
    • Nous avons déjà dit que les analystes ne sont parvenus jusqu’à présent qu’à la résolution des équations générales du troisième et du quatrième degrés. — (Louis Bourdon, Élémens d’algèbre, Paris : Bachelier & Bruxelles : Librairie Parisienne, 1828, p.447)
    • Si l’on en croit Sinân Ibn al-Fath, plusieurs mathématiciens avant lui avaient été amenés à considérer des monômes de degré supérieur à 2 et à les nommer, mais il dit être le premier à en avoir rédigé un exposé systématique et à s’en être servi pour étendre le domaine des équations résolubles par radicaux. — (Ahmed Djebbar, L’Algèbre arabe : genèse d’un art, Vuibert, 2005, page 53)
  14. (Théorie des graphes) Pour un sommet donné, nombre des arcs qui l’ont comme extrémité.
  15. (Vieilli) (Éducation) Grades de bachelier, de licencié, de docteur.
    • Prendre ses degrés.
    • Avoir tous ses degrés.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DEGRÉ. n. m.
Marche d'un escalier. Un escalier à degrés de pierre, de bois. Monter les degrés. Descendre les degrés. Les degrés d'un perron. Les degrés d'un escalier. Il se dit particulièrement des Marches servant d'entrée ou de soubassement aux grands édifices. Les degrés d'un temple. Les degrés de l'hôtel de ville. Les degrés du palais. Il se dit figurément de Chacune des étapes par où l'on passe d'un état dans un autre. Il a passé par tous les degrés. Il s'est élevé de degré en degré. Cet emploi fut le premier degré de sa fortune, de sa faveur. Il est dans un haut degré d'élévation. Parvenir au plus haut degré de l'éloquence, au plus haut degré de gloire. Passer par tous les degrés de crime. C'est le dernier degré de l'avilissement. Ils sont tous deux au même degré. Il se disait absolument, dans les Universités, surtout au pluriel, des Grades de bachelier, de licencié, de docteur. Prendre ses degrés. Avoir tous ses degrés.

PAR DEGRÉS, loc. adv. Graduellement. Il est arrivé par degrés à cet emploi. On n'arrive que par degrés à cette haute perfection. Le son s'affaiblit par degrés. Augmenter par degrés. En termes d'Algèbre, Équation du premier, du second, du troisième degré, Équation dont l'inconnue est à la première puissance, à la seconde, à la troisième. En termes de Grammaire, Degrés de comparaison ou de signification, Le positif, le comparatif et le superlatif. Voyez ces mots. En termes de Jurisprudence, Degré de juridiction, Chacun des tribunaux devant lesquels une même affaire peut être successivement portée. Il n'y a plus en France que deux degrés de juridiction pour les affaires civiles. Cette affaire a parcouru tous les degrés de juridiction, a passé par tous les degrés de juridiction. En termes de Musique, il se dit des Notes d'une gamme considérées comme parcourues en montant ou en descendant. Degrés conjoints. Degrés disjoints. En parlant de Parenté et de consanguinité, il sert à marquer la Proximité ou l'éloignement qu'il y a entre parents, à l'égard de la ligne qui leur est commune. Parents au premier, au second degré. Les parents au-delà du douzième degré ne succédaient pas. Les parents au quatrième degré n'ont pas besoin de dispense pour se marier ensemble. Il se dit aussi pour exprimer la Différence de plus ou de moins dans les qualités sensibles. Degré de chaleur, de froid, de sécheresse, d'humidité, de force, de mouvement, de vitesse, d'intensité, d'accroissement, etc. En termes de Médecine, Une brûlure au deuxième, au troisième degré. En termes de Chimie, Degré de feu, Le point où il faut que le feu soit poussé pour l'opération qu'on se propose. Savoir donner le degré de feu. Le degré du vin, sa Teneur en alcool. Le degré de l'alcool, la Proportion d'alcool pur exprimée en poids qui entre dans un mélange. De l'alcool à 90 degrés. Il se dit figurément, dans un sens analogue, en parlant des Qualités morales, des passions, des sentiments, etc. Ma passion s'accrut à un tel degré, que... Degré d'intelligence. Degré de tristesse, d'affliction, d'abattement. Degré d'affection, d'intérêt. Être insolent au dernier degré. Être impertinent au suprême degré. Être ennuyeux au souverain degré. Il se dit encore, surtout en termes de Physique, de Chacune des divisions principales qui sont marquées sur l'échelle des instruments destinés à mesurer le plus ou le moins d'intensité, d'accroissement, de pesanteur, de densité, etc. Les degrés d'un thermomètre, d'un baromètre, d'un aéromètre, etc. Le baromètre est descendu à vingt-sept degrés. Le thermomètre est à trente degrés, est monté à trente degrés au-dessus de zéro, est à huit degrés, est descendu à huit degrés au-dessous de zéro. Il désigne également, en termes de Géométrie, d'Astronomie, etc., Chacune des trois cent soixante ou des quatre cents parties égales de la circonférence. Le degré sexagésimal est la trois cent soixantième partie de la circonférence; le degré centésimal en est la quatre centième. Le quart de cercle comprend quatre-vingt-dix degrés. Un angle de quarante-cinq degrés. Les astronomes divisent en degrés, ordinairement sexagésimaux, les cercles fictifs de la sphère céleste. Le degré se divise en minutes, la minute en secondes. On appelle degrés de latitude ceux du méridien, et degrés de longitude ceux de l'équateur.

Littré (1872-1877)

DEGRÉ (de-gré ; dans le dictionnaire de Richelet il est écrit dégré, et cette prononciation s'entend souvent ; mais l'Académie l'a condamnée) s. m.
  • 1Chacune des parties qui dans un escalier servent à monter ou à descendre. Le premier degré, le deuxième degré. Mais à peine tous deux dans sa chambre étions-nous Qu'elle a sur les degrés entendu son jaloux, Molière, Éc. des f. IV, 6. Il a presque vu la tour de Babel ; il en compte les degrés, La Bruyère, V.

    Marches qui servent d'entrée à un édifice. Sur les sanglants degrés ses serviteurs périssent, Chénier M. J. Charles IX, V, 2. Qui marche en ses conseils à pas plus mesurés Qu'un doyen au palais ne monte les degrés, Boileau, Sat. VIII. Du lieu saint à pas lents je montais les degrés, Delavigne, Vêpres sicil. V, 2. Vois : l'infortune assise à la porte du temple [de la gloire] En garde les degrés, Lamartine, Méd. I, 14.

    L'escalier même. Miron trouva, en descendant mon degré, un frère de son cuisinier, Retz, II, 136. Comprenez-vous ce que je sentis en montant ce degré ? Sévigné, 14. Se mettre en embuscade sur un degré, Hamilton, Gramm. 6. Trouvant au bas du grand degré un carrosse qu'il prend pour le sien…, La Bruyère, XI. Comme ils [Vardes et mon père] descendaient ensemble le degré, mon père feignit d'avoir oublié quelque chose en haut, Saint-Simon, 10, 119.

  • 2 Fig. Rangs, emplois considérés comme les échelons d'une échelle d'honneurs. Vous voyez donc, mon père, que le degré éminent où sont les papes, ne les exempte pas de la surprise, Pascal, Prov. 18. C'était le plus proche degré pour parvenir à l'empire, Bossuet, Hist. I, 10. Plus on a de degrés d'élévation, plus on a de degrés à descendre à l'abaissement, Fléchier, Serm. t. I, p. 184. Vous êtes monté d'un degré dans le service, Massillon, Petit carème, Drap. Maupertuis était arrivé par les degrés, de maréchal des logis des mousquetaires jusqu'à les commander en chef, Saint-Simon, I, 23. Entre ton trône et moi je ne vois qu'un degré, Voltaire, Sémir. II, 2.
  • 3Moyens mis en œuvre pour parvenir à quelque chose. Et quels affreux périls pourrons-nous redouter, Si c'est par ces degrés qu'on peut vous mériter ? Corneille, Rodog. III, 4. Et la mort que mes vœux s'efforcent de hâter Est l'unique degré par où j'y veux monter, Corneille, Héracl. I 2. Par sa propre main mon père massacré Du trône où je le vois fait le premier degré, Corneille, Cinna, I, 1. Toutes ces cruautés… Sont les degrés sanglants dont Auguste a fait choix Pour monter sur le trône et nous donner des lois, Corneille, ib. I, 3. Et pour haut qu'on ait mis des titres si sacrés, On y monte souvent par de moindres degrés, Corneille, Théod. I, 1. Et ne voulut, pour monter à ses emplois, d'autres degrés que ses vertus, Fléchier, Panég. t. I, p. 335. Ils voulaient que l'innocence fût le degré pour monter à l'épiscopat, Fléchier, ib. II, p. 282. Souvent avec prudence un outrage enduré Aux honneurs les plus hauts a servi de degré, Racine, Esth. III, 1. Les droits de mes aïeux… Étaient même, sans moi, d'inutiles degrés, Racine, Brit. IV, 2. Mon culte épuré De ma grandeur naissante est le premier degré, Voltaire, Fanat. II, 5.
  • 4Transition, acheminement. Les premières connaissances ont servi de degrés aux autres, Pascal, Préf. Vide. Vous qui devez savoir les choses de la vie, Qui par tous ses degrés avez déjà passé, Et que rien ne doit fuir en cet âge avancé, La Fontaine, Fabl. III, 1. On répond que la perfection a plusieurs degrés, Bossuet, Or. 6. Monter de degré en degré jusqu'à cet état sublime, Massillon, Prof. 2. Vous n'êtes jamais séparé que d'un petit degré de la mort, Massillon, Carême, Tiéd. 1. Ainsi que la vertu, le crime a ses degrés, Racine, Phèd. IV, 2. Il n'est point de degré du médiocre au pire, Boileau, Art p. IV. Il avait passé par tous les degrés de la débauche et de la misère, Voltaire, l'Ingénu, 19.

    Par degrés, loc. adv. Graduellement. Il faut aller par degrés et commencer par la procédure, Bossuet, Bibliot. J'approchai par degrés de l'oreille des rois, Racine, Athal. III, 3.

    On trouve aussi, au singulier, par degré, dans le même sens. J'ai tenté par degré d'effacer cette horreur, Voltaire, Brutus, III, 2.

  • 5Grade conféré dans une université. Dans les facultés, il y a trois degrés, celui de bachelier, celui de licencié et celui de docteur. Degrés académiques. Prendre ses degrés. Et si l'on n'est docteur sans prendre ses degrés, Régnier, Sat. III. Mais quoi ! j'entends déjà plus d'un fier scolastique, Qui… Curieux, me demande où j'ai pris mes degrés, Boileau, Épît. XI. À Bourge, un écolier peut percer ce mystère ; Je n'ai point mes degrés…, Voltaire, Disc. 6.
  • 6 Terme de grammaire. Degrés de signification, le positif, le comparatif, le superlatif.

    Degrés de comparaison, le comparatif et le superlatif.

  • 7 Terme de jurisprudence. Degrés de juridiction, ordre hiérarchique des tribunaux devant lesquels on peut successivement porter la même affaire. Il n'y a plus en France que deux degrés de juridiction pour les affaires civiles. Cette affaire a parcouru tous les degrés de juridiction.
  • 8 Terme de jurisprudence ecclésiastique et civile, se dit des générations suivant lesquelles on compte la proximité ou l'éloignement des parentés ou alliances. Grégoire le Grand fut le premier qui défendit les mariages jusqu'au septième degré ; le 2e concile de Latran restreignit la prohibition au quatrième degré. En ligne directe les degrés ascendants sont : le premier, père et mère ; le second, aïeul et aïeule ; le troisième, bisaïeul et bisaïeule ; le quatrième, trisaïeul et trisaïeule. Les degrés descendants sont : le premier, fils et fille ; le second, petit-fils et petite-fille ; le troisième, arrière-petit-fils et arrière-petite-fille ; le quatrième, fils et fille de l'arrière-petit-fils. En ligne collatérale les degrés ascendants sont : 1° Oncle parternel, tante paternelle, et oncle maternel et tante maternelle ; 2° Grand-oncle paternel, grand'tante paternelle, grand-oncle maternel et grand'tante maternelle ; 3° Père ou mère du grand-oncle ou de la grand'tante paternels, et père ou mère du grand-oncle et de la grand' tante maternels, et ainsi de suite. Dans la même ligne les degrés descendants sont : 1° Le frère ou la sœur ; 2° Les fils ou les filles du frère et de la sœur, qui s'appellent cousins germains et cousines germaines ; 3° Les cousins et cousines issus des germains, c'est-à-dire les petits-fils ou petites-filles du frère ou de la sœur, et ainsi de suite. S'il était parent au delà du cinquième degré, il ne succédait pas, Montesquieu, Esp. XVIII, 22.

    Degré de noblesse, le nombre de générations que l'on compte entre la personne dont on parle et le premier individu anobli dans la famille. L'anobli fait le premier degré, ses enfants le second, etc.

  • 9Différence successive que présentent les qualités sensibles des choses. L'atmosphère est arrivée à un très grand degré de sécheresse. Le fer exige un haut degré de chaleur pour se fondre. Il y a un fort degré de froid quand la Seine gèle.

    Dans différents arts, degré de feu, le point où il faut que le feu soit porté pour que le résultat soit obtenu.

    En médecine, degré indique le plus ou moins d'intensité d'une maladie. Phthisie au troisième degré. Brûlure au premier degré.

    Terme de la scolastique. Degrés métaphysiques, se disait de la série des propriétés d'un objet, en commençant par la plus générale.

    Dans l'ancienne médecine, certaine extension des qualités élémentaires qu'on divisait en quatre. Le poivre était chaud à tel degré.

    Dans l'ancienne physique, ces mêmes qualités élémentaires étaient partagées en huit. Le feu était chaud au huitième degré et sec au quatrième.

    Fig. et par analogie, le plus ou le moins que présentent les choses intellectuelles ou morales. Sa grandeur doit atteindre aux degrés les plus hauts, Corneille, Attila, I, 2. Vous ne me donnez rien par cette haute estime Que vous n'ayez déjà dans le degré sublime, Corneille, Sertor. III, 2. Oui, du degré de l'âge il faut porter la peine, Rotrou, Vencesl. I, 2. Le degré où les hommes n'avaient pu atteindre est rempli par une jeune reine, Pascal, dans COUSIN. Mon envie de partir est au dernier degré, Sévigné, 129. Dieu distribue ses dons dans le degré qu'il veut, Bossuet, Lett. Corn. 116. Les plaisirs innocents le deviennent [péchés mortels, par l'excès de l'attachement], selon la doctrine des saints… mais qui sait le degré qu'il faut pour leur inspirer ce poison mortel ? Bossuet, Marie-Thér. Deux choses vous vont faire voir l'éminent degré de sa vertu, Bossuet, ib. Alors au suprême degré de son éclat, Hamilton, Gramm. 11. Haut degré de gloire et de puissance, Racine, Bérén. I, 4. Quand la religion des chrétiens n'aurait point d'autre preuve contre l'incrédulité que l'élévation de cette maxime [la charité envers tous], elle aurait toujours ce degré de sainteté et, par conséquent, de vraisemblance sur toutes les sectes qui ont jamais paru sur la terre, Massillon, Carême, Pard. Un homme médiocre peut avoir de la justesse à son degré, un petit ouvrage de même, Vauvenargues, Justesse. Chaque fonction est pour lui [le prêtre indigne] un nouveau crime et ajoute un nouveau degré à sa réprobation, Massillon, Confér. Disc. sur la voc. Il fallait non-seulement un grand usage de la cour, mais une liberté bien circonspecte, une hardiesse bien mesurée, de peur qu'un degré de moins ne gâtât l'ouvrage, et qu'un degré de plus ne perdît l'auteur, D'Olivet, Hist. Acad. t. II, p. 265, dans POUGENS.

    Points successifs que l'on parcourt. Premier degré d'instruction.

  • 10 Terme de physique. Chacune des divisions principales qui sont marquées sur des instruments destinés à apprécier la chaleur, l'humidité, la pesanteur. Les degrés d'un baromètre, d'un hygromètre, d'un aréomètre. L'eau bout quand le thermomètre est à cent degrés ; la glace fond quand il est à zéro.
  • 11 Terme de géométrie et d'astronomie. Chacune des 360 parties dans lesquelles on divise la circonférence. Si je veux mesurer un angle de 60 degrés, Rousseau, Ém. II.

    Terme de géographie. Degré de longitude, l'espace compris entre deux méridiens ; degré de latitude, l'espace compris entre deux parallèles. Des lieues de vingt-cinq au degré. Le degré se divise en 60 minutes et la minute en 60 secondes. L'on comptera toujours au nombre des œuvres qui ont illustré notre siècle l'entreprise de mesurer en même temps deux degrés du méridien, l'un sous l'équateur, l'autre près du pôle boréal de notre continent, Condorcet, Maurepas. Ces marchands faisaient leur route, tenant à peu près le 40e degré de latitude nord, par des pays qui sont au couchant de la Chine, Montesquieu, Esp. XXI, 16.

    Degré décimal, chacune des 400 parties dans lesquelles, suivant la division décimale, on divise le cercle. Cette division est moins usitée que la division sexagésimale ou en 360 parties.

    Dans le langage de la physique, de la géométrie et de l'astronomie, degré se représente souvent par ce signe 0. Le thermomètre est à 20 au-dessous de glace. Latitude 100 30' 3" (10 degrés, 30 minutes, 3 secondes).

  • 12 Terme d'algèbre. Équation du premier, du second degré, etc. équation dont l'inconnue est à la première, à la deuxième puissance.
  • 13 Terme de musique. Différence de position ou d'élévation entre deux notes placées dans une même portée. Degrés conjoints. Degrés disjoints.
  • 14 Terme de fauconnerie. L'endroit où l'oiseau, durant sa montée, tourne la tête et prend une nouvelle carrière, qu'on appelle second ou troisième degré, jusqu'à ce qu'on le perde de vue au quatrième.

SYNONYME

DEGRÉ, MARCHE. " Degré, dit l'Encyclopédie, V, 929, s'employait dans le dernier siècle pour désigner chaque marche d'un escalier, et le mot de marche était uniquement consacré pour les autels ; nous aurions peut-être bien fait de conserver ces termes distinctifs. " La distinction indiquée par l'Encyclopédie n'existe plus ; reste à voir en quoi ces deux termes diffèrent. Le degré est, étymologiquement, ce qui sert à changer de place (degredi), à monter ou à descendre ; la marche est sur quoi l'on marche. On monte ou l'on descend les degrés ; on se tient sur une marche. Au pluriel, il montait ou descendait les degrés, ou les marches, sauf que degré est réservé, de préférence, au style élevé et aux grands escaliers : les degrés du grand escalier du Louvre. Au singulier, marche s'emploie mieux que degré : il se tenait sur la première marche mieux que sur le premier degré. En un mot, toutes les fois que l'on considère les différents échelons d'un escalier comme servant à monter ou à descendre, on se sert plutôt de degré ; comme servant à poser le pied et à se tenir, de marche.

HISTORIQUE

XIe s. Eufemien, bel sire, riches hom, Quar me hesberges pur Deu en ta maison ; Suz tun degret me fais un grabatum, St Alexis, XLIV. Par les degrez au palais [il] monte sus, Ch. de Rol. CXCVII.

XIIe s. Les degrez [ils] montent tost et isnellement, Ronc. p. 121. Tost les degrez de marbre [il] est montez au donjon, Sax. XI. Or est-il moult en bas degré ; Mais Dieus le metra au plus haut ; Car c'est li sires qui ne faut, Gautier D'Arras, Eracles, V. 1504.

XIIIe s. Celui cui il l'ot conmandé A tost le cheval enselé, Et puis au degré li amene, Ren. 22207. Amours respont : Or ne t'esmaie [chagrine] ; Puisque mis t'ies en ma menaie [direction], Ton servise prendré en gré, Et te metrai en haut degré, la Rose, 2036. Puisque li quars degrés est passés, mariages se pot fere, Beaumanoir, XVIII, 7. Avant qu'on en viengne dusqu'à li, on doit porsivir les segneurs sougès de degré en degré, Beaumanoir, XI, 12. Aus piez des degrez s'agenoilla un poure [pauvre] chevalier et li dit ainsi…, Joinville, 205.

XVe s. Je montay sans compter Les degrez…, Coquillart, Monol. de la botte de foin. Apportant ung plat de viande sur le degré, Commines, I, 9.

XVIe s. La premiere grace, qui est comme un degré à la seconde, est nommée cause d'icelle, Calvin, Instit. 620. Ce moyen, par lequel Dieu esleve les siens en haut comme de degré en degré, Calvin, ib. 816. Ils devoyent estre recognus pour ministres legitimes, ayans le degré de prestrise, Calvin, ib. 842. Il ne montoit gueres sans s'eslancer trois ou quatre degrez à la fois, Montaigne, II, 17. C'est un degré de fermeté auquel je ne pourrois arriver, Montaigne, II, 385. Il se laissoit maintes fois tomber du haut d'un degré, ou en la trappe d'une cave, Despériers, Contes, LXXIX.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DEGRÉ.
15 Terme de lapidaire. Degrés, facettes longues et étroites de forme carrée allongée en biseau, superposées les unes sur les autres, dans la taille des pierres fines, Chriten, Art du lapidaire, p. 36.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DEGRÉ DE COMPARAISON ou DE SIGNIFICATION ; on le dit, en Grammaire, des adjectifs, qui par leur différente terminaison ou par des particules prépositives, marquent ou le plus, ou le moins, ou l’excès dans la qualification que l’on donne au substantif, savant, plus savant, moins savant, très ou fort savant. Ce mot degré se prend alors dans un sens figuré : car comme dans le sens propre un degré sert à monter ou à descendre, de même ici la terminaison ou la particule prépositive sert à relever ou à rabaisser la signification de l’adjectif. Voy. Comparatif. (F)

Degré, s. m. (Métaph.) c’est en général la différence interne qui se trouve entre les mêmes qualités, lesquelles ne peuvent être distinguées que par-là, c’est-à-dire par le plus ou le moins de force avec lequel elles existent dans divers sujets, ou successivement dans le même sujet.

Par exemple, vous avez chaud, & moi aussi ; la même qualité nous est commune, & nous ne pouvons distinguer entre chaleur & chaleur, que par le degré où elle se trouve en nous : à cet égard, votre chaleur peut être à la mienne, comme tant à tant. De même en Morale, quant aux vertus, la tempérance, par exemple, est la même vertu dans Pierre & dans Paul ; mais l’un peut la posséder & la pratiquer dans un degré supérieur à celle de l’autre.

Les degrés sont donc les quantités des qualités par opposition aux quantités des masses, qui consistent dans la grandeur & dans l’étendue. Les degrés existent toûjours dans les qualités, mais ils ne sauroient être compris que par voie de comparaison.

Comme la longueur d’un pié ne sauroit être déterminée qu’en rapportant le pié à une autre mesure, de même nous ne saurions expliquer le degré de froid qui est dans un tel corps, ou le plus grand froid d’un certain jour d’hyver, si nous ne connoissons un degré de froid donné, auquel nous appliquons celui dont nous voulons juger. Les vîtesses ne se déterminent non plus que de la même maniere.

Comme une ligne droite peut être double, triple, quadruple, &c. d’une autre ; de même un degré de froid, de lumiere, de mouvement, peut avoir de pareilles proportions avec un autre degré.

Les degrés se subdivisent en d’autres plus petits. Je fais une échelle pour le barometre ou le thermometre, j’y prens arbitrairement la grandeur d’un degré ; mais ensuite je puis diviser ce degré en quatre, six, huit portions égales, que j’envisagerai comme de moindres degrés, qui font partie de l’autre.

Les parties qui constituent les qualités, ne sont pas comme celles de l’étendue, l’une hors de l’autre : un degré de vîtesse ne sauroit être coupé en tant de morceaux, comme une planche ou un fil ; mais il peut s’augmenter ou se diminuer, sans qu’il arrive aucun changement à l’étendue du sujet dans lequel il existe. Mais en comparant les parties de l’espace parcouru par deux mobiles en même tems, ou par le même mobile dans des tems égaux, nous attribuons aux forces les mêmes proportions que nous trouvons entre les espaces & le tems ; & nous disons que la vîtesse de ce mobile dans la premiere seconde étoit à sa vîtesse dans la seconde suivante, comme tel nombre à un autre, ou telle ligne à une autre. Ces notions imaginaires ne sont point chimériques, & elles sont les plus efficaces pour nous conduire aux idées distinctes ; il faut seulement prendre garde de ne leur pas préter une réalité d’existence dans les sujets même. Article de M. Formey.

Suivant ces principes, il faut, 1° être attentif à n’employer le mot degré qu’à propos, pour une plus grande précision ou clarté du discours, & pour exprimer simplement des rapports, & non pas des quantités absolues : 2° il faut ne s’en servir que lorsqu’il est question de quantités qu’on peut mesurer, & par conséquent comparer entr’elles, & non pas lorsqu’il est question de quantités purement métaphysiques & incomparables. Ainsi on peut dire qu’un corps a tant de degrés de mouvement ou de vîtesse, parce que le mouvement ou la vîtesse d’un corps se détermine par l’espace parcouru en un certain tems donné, & que cet espace est une quantité qui peut se mesurer. Il faut même ajoûter qu’on ne doit se servir du mot de degré de vîtesse ou de mouvement, que lorsqu’il s’agit de comparer le mouvement de deux ou plusieurs corps, & non pas lorsqu’il est question d’un corps isolé ; car le mouvement d’un corps isolé n’a point en lui-même de grandeur absolue, ni qu’on puisse représenter par des degrés. Mais on ne peut pas dire, par exemple, en comparant deux sensations ou deux affections entr’elles, que l’une de ces deux sensations ou affections est plus grande que l’autre d’un certain nombre de degrés ; car on ne peut jamais dire qu’une sensation soit double, triple, moitié, &c. d’une autre ; on sent seulement qu’elle est plus ou moins vive ; mais nous n’avons point de mesure pour comparer exactement nos sensations les unes aux autres.

Ceci suffira pour faire sentir le ridicule des degrés d’être, que l’auteur de la Prémotion physique imagine dans notre ame. Selon cet auteur, toute modification, toute idée de notre ame, est un degré d’être de plus ; comme si la substance de notre ame s’augmentoit réellement par de pareilles modifications, & comme si d’ailleurs ces augmentations (fussent-elles aussi réelles qu’elles sont chimériques) pouvoient se comparer & se mesurer. C’est pourtant sur cette idée si peu vraie & si peu philosophique, que l’auteur a bâti toutes ses propositions sur la prémotion physique ; propositions qu’il a honorées des noms de théoremes & de démonstrations ; mais, comme l’observe très bien M. de Voltaire, il ne faut juger, ni des hommes, ni des livres par les titres. V. Application de la méthode des Géometres à la Métaphysique ; V. aussi le traité des Systèmes de M. l’abbé de Condillac, où l’on a fait à ce système sur les degrés d’être l’honneur de le réfuter.

Nous ne croyons pas devoir nous étendre ici sur ce qu’on a appellé dans l’école degrés métaphysiques, & qui ne sont autre chose que les attributs généraux, désignés par les mots d’être, de substance, de modification, &c. ou, comme d’autres les définissent, les propriétés essentielles d’un être, depuis son genre suprème jusqu’à sa différence spécifique ; comme être, substance, vivant, sentant, pensant, &c. On demande quelle distinction il faut admettre entre ces degrés ; question frivole. Il est évident que ce sont autant d’abstractions de notre esprit, qui n’indiquent rien de réel & d’existant dans l’individu. En effet qu’est-ce que l’être & la substance en général ? Y a-t-il autre chose que des individus dans la Nature ? L’esprit, il est vrai, opere sur ces individus ; il y remarque des propriétés semblables ; celle d’exister, qui constitue ce qu’on appelle être ; celle d’exister isolé, qui constitue la substance ; celle d’exister de telle maniere, qui constitue la modification. Mais l’erreur consiste à s’imaginer qu’il y ait hors de l’esprit même, quelque chose qui soit l’objet réel de ces abstractions. (O)

Degré. Ce mot, en Géométrie, signifie la 360° partie d’une circonférence de cercle. Voy. Cercle.

Toute circonférence de cercle grande & petite est supposée divisée en 360 parties qu’on appelle degrés. Le degre se subdivise en 60 parties plus petites, qu’on nomme minutes, la minute en 60 autres appellées secondes, la seconde en 60 tierces, &c. d’où il s’ensuit que les degrés, les minutes, les secondes, &c. dans un grand cercle sont plus grands que dans un petit. Voyez Minute, Seconde, &c.

Il y a apparence qu’on a pris 360 pour le nombre des degrés du cercle, parce que ce nombre, quoiqu’il ne soit pas fort considérable, a cependant beaucoup de diviseurs ; car il est égal à , & par conséquent il peut se diviser par 2, par 4, par 5, par 6, par 8, par 9, par 10, & par beaucoup d’autres nombres. Voyez Diviseur.

Les subdivisions des degrés sont des fractions, dont les dénominateurs procedent en raison de 1 à 60, c’est-à-dire que la minute est de degré, la seconde , la tierce  ; mais comme ces dénominateurs sont embarrassans, on substitue à leur place des expressions plus simples dans l’usage ordinaire pour les indiquer.

Ainsi un degré étant l’unité ou un entier, est exprimé par d, la minute ou prime par ′, la seconde par ″, la tierce par ‴ ; c’est pourquoi 3 degrés, 25 minutes, 16 tierces, s’écrivent ainsi 3d 251 16‴. Stevin, Ougthred, Wallis, ont desiré que l’on proscrivît cette division sexagésimale du degré, pour mettre la décimale à sa place. Il est certain que cela abrégeroit les opérations. Car si au lieu de diviser, par exemple, le degré en 60 minutes, on le divisoit en 100, la minute en 100 secondes, &c. on réduiroit plus promptement les fractions de degrés en minutes. Ainsi pour réduire de degré en minutes, il faudroit simplement diviser 5100 par 72, au lieu qu’il faut d’abord multiplier 51 par 60, & diviser ensuite par 72 : on s’épargneroit donc une multiplication. En général il seroit à souhaiter que la division décimale fût plus en usage. Voyez Decimal.

La grandeur des angles se désigne par les degrés ; ainsi on dit un angle de 90 degrés, de 70 degrés, 50 minutes, de 25 degrés, 15 minutes, 49 secondes. Voy. Angle. On dit aussi : Telle étoile est montée de tant de degrés au-dessus de l’horison ; décline de l’équateur de tant de degrés, &c. V. Hauteur & Declinaison.

La raison pourquoi on mesure un angle quelconque par les degrés ou parties d’un cercle, c’est 1° que la courbure du cercle est uniforme & parfaitement la même dans toutes ses parties ; ensorte que des angles égaux dont le sommet est au centre d’un cercle, renferment toûjours des arcs parfaitement égaux de ce cercle ; ce qui n’arriveroit pas dans une autre courbe, par exemple, dans l’ellipse dont la courbure n’est pas uniforme : 2° deux angles égaux renferment des arcs de cercle du même nombre de degrés, quelque rayons différens que l’on donne à ces cercles. Ainsi on n’a point d’équivoque ni d’erreur à craindre, en désignant un angle par le nombre de degrés qu’il renferme, c’est-à-dire par le nombre de degrés que contient un arc de cercle décrit du sommet de l’angle comme centre, & d’un rayon quelconque.

Un signe du Zodiaque renferme 30 degrés de l’écliptique. Voyez Signe & Zodiaque.

Degré de latitude, en supposant la terre sphérique, n’est autre chose que la 360° partie d’un méridien, parce que c’est sur le méridien que se mesure la latitude. Voyez Latitude.

Mais, en supposant la terre sphérique ou non, on appelle plus généralement & plus précisément degré de latitude, l’espace qu’il faut parcourir sur un méridien pour que la distance d’une étoile au zénith croisse ou diminue d’un degré.

En effet supposons deux observateurs placés sur le même méridien, de maniere qu’il y ait un degré de différence dans la hauteur de la même étoile par rapport à leur zénith. Par les points où sont placés les deux observateurs, imaginons deux tangentes au méridien qui représenteront leurs horisons, & deux perpendiculaires à ces tangentes, qui représenteront les lignes de leurs zéniths. L’étoile pouvant être censée à une distance infinie (voyez Etoile), les rayons visuels des deux spectateurs à l’étoile seront paralleles ; donc la différence de la hauteur ne peut venir que de la différence de l’inclinaison des deux horisons. Donc l’angle des deux horisons ou tangentes sera d’un degré ; donc aussi l’angle des deux perpendiculaires sera d’un degré. Si la terre est sphérique, les deux perpendiculaires concourront au centre, & la distance des deux observateurs sera un degré ou la 360e partie du méridien.

Quoique la terre ne soit pas exactement sphérique, on peut la supposer à-peu-près telle. Dans cette hypothèse un degré de latitude est d’environ 57000 toises. C’est ce que nous discuterons plus bas, & encore plus exactement à l’art. Figure de la Terre. Mais il est bon d’expliquer ici comment on mesure un degré de latitude. On prend la distance d’une étoile au zénith, ensuite on avance vers le midi ou vers le nord jusqu’à ce que la hauteur de cette étoile soit différente d’un degré ; on mesure par des opérations géométriques la distance des deux lieux, & on a en toises la grandeur du degré. Pour mesurer la distance en question, on forme une suite de triangles, dont les deux extrèmes ont un de leurs angles aux deux lieux dont il s’agit ; on mesure les angles de ces triangles, ensuite on mesure sur le terrein une base, & on forme un triangle dont cette base est un des côtés, & dont le sommet coincide avec quelqu’un des angles des triangles. Connoissant les côtés de ce triangle, ce qui est facile, on connoît tous les autres, & par conséquent la distance des deux lieux, en faisant les réductions & opérations nécessaires. Voyez Trigonometrie.

Les degrés de latitude se comptent depuis l’équateur ; on les appelle degrés de latitude septentrionale dans l’hémisphere septentrional, & de latitude australe dans l’hémisphere austral.

Si la terre est sphérique, tous les degrés de latitude sont égaux ; mais si les degrés ne sont pas égaux comme les observations le prouvent, la terre n’est pas sphérique. Si les degrés vont en diminuant vers le nord, la terre est allongée ; s’ils vont en augmentant, la terre est applatie : c’est ce qui sera expliqué & discuté à l’article Figure de la Terre. Supposons d’abord la terre sphérique.

La grandeur de degré du méridien ou d’un autre grand cercle de la terre, est différemment déterminée par les différens observateurs, & les méthodes dont ils se servent pour cela sont aussi fort différentes. Ptolomée fait le degré de 68 milles arabiques , en comptant 7 stades & pour un mille. Les Arabes qui ont fait un calcul assez exact du diametre de la terre, en mesurant la distance de deux lieux sous le même méridien dans les plaines de Sennaar, par ordre d’Almamon, ne donnent au degré que 56 milles. Kepler détermine le diametre de la terre par la distance de deux montagnes, & fait le degré de 13 milles d’Allemagne ; mais sa méthode est bien éloignée d’être exacte. Snellius s’étant servi de deux méthodes pour chercher le diametre de la terre par la distance de deux paralleles à l’équateur, trouva par l’une que le degré étoit de 57064 toises de Paris ou 342384 piés, & par l’autre il le trouva de 57057 toises ou 342342 piés. M. Picart dans la mesure de la terre qu’il fit en 1669, depuis Amiens jusqu’à Malvoisine, trouva par une opération plus exacte le degré de la terre de 57060 toises ou 342360 piés, c’est-à-dire moyen entre les deux degrés de Snellius. Cette mesure réduite aux autres, donne la quantité du degré de la terre :

En milles angloises de 50000 piés chacune, 73 .

En milles de Florence, de 63 .

En lieues communes de France de 2200 toises, 25.

En perches du Rhin de 12 piés, 29556.

Cependant M. Cassini ayant répeté le même travail en 1700 par l’ordre du Roi, mesura un espace de 6 degrés 18 minut. depuis l’observatoire de Paris jusquà la ville de Collioure en Roussillon, afin que la grandeur de l’espace mesuré pût diminuer l’erreur ; il trouva que la grandeur du degré étoit de 57292 toises ou 343742 piés de Paris. Suivant cette mesure, la quantité d’une minute de degré d’un grand cercle, est de 5710 piés de Paris, & celle d’une seconde de 95 piés.

Le travail de M. Cassini s’accorde, à très-peu de chose près, avec celui de Norwood, qui vers l’année 1635 mesura la distance entre Londres & Yorck, & la trouva de 905751 piés anglois ; & comme la différence des latitudes entre ces deux villes est de 2d 28′, il en conclut la grandeur du degré de 367196 piés anglois, ou 57300 toises de Paris, qui font 69 milles d’Angleterre & 288 toises. Voyez les princip. mathémat. de M. Newton, prop. xjx. p. 378. & l’hist. de l’acad. royale des Sciences, année 1700, page 153.

M. Cassini le fils en 1718 trouva le degré moyen de Paris à Collioure de 57097 toises, & de Paris à Dunkerque de 56960 ; d’où il conclut le degré milieu de 57060 toises, comme M. Picard. Je dis degré milieu, c’est-à-dire celui qui passeroit par le milieu de la France ; car le véritable degré de M. Picard, le premier degré au nord de Paris qu’il avoit mesuré, fut trouvé par M. Cassini de 56975 toises.

Il y a pourtant à remarquer sur ces opérations de M. Cassini, 1° qu’il a trouvé que les degrés alloient en diminuant vers le Nord ; au lieu qu’il est certain par les opérations faites en Laponie & au Pérou, que c’est tout le contraire. Il est vrai que les degrés immédiatement consécutifs sont trop peu différens, pour qu’il ne s’y glisse pas d’erreur plus grande que leur différence même. 2°. Cette valeur du degré est fondée sur la base de M. Picard, dont MM. Cassini prétendent que la mesure est fautive : c’est ce qui sera peut-être vérifié un jour, & qui mérite bien de l’être. Voyez Figure de la terre.

Quoi qu’il en soit, on peut prendre en attendant 57060 toises en nombres ronds pour la mesure du degré. M. Musschenbroeck par des opérations particulieres l’a trouvé de 57033 toises entre Alcmaer & Bergopzom. Fernel medecin d’Henri II. avoit trouvé à-peu-près de 57046 toises le degré de France, mais par une méthode bien fautive ; car il comptoit le chemin par le nombre des tours des roues de sa voiture, & rabattoit ce qu’il jugeoit à propos pour les inégalités & les détours.

En 1739, MM. les académiciens qui avoient mesuré au Nord le degré, trouverent celui de Paris de 57183, en corrigeant l’amplitude de l’arc de M. Picard par un excellent instrument & par l’aberration des fixes ; mais ils ont supposé sa base bien mesurée. Les mêmes académiciens ont trouvé en 1736 le degré du Nord de 57438 toises. MM. de Thury & la Caille, en corrigeant ou changeant la base de M. Picard, trouverent le degré de Paris de 57074 toises. MM. les académiciens du Pérou ont trouvé le premier degré du méridien de 56753 toises. Il est assez singulier que le degré de France auquel on travaille depuis plus de 80 ans, soit aujourd’hui celui qu’on connoît le moins.

Degré de longitude, est proprement un angle d’un degré compris entre deux méridiens. Voyez Longitude. Il est visible que tous les arcs des paralleles à l’équateur renfermés entre les deux méridiens dont il s’agit, seront chacun d’un degré. Il est visible de plus que ces degrés seront d’autant plus petits, que l’on sera plus proche du pole. Le soleil par son mouvement apparent faisant 360 degrés par jour, il fait un degré en 4 minutes. Ainsi il y a 4 minutes de différence entre les deux méridiens dont il s’agit. Donc pour mesurer un degré de longitude, il faut aller sur le même parallele jusqu’à ce qu’on soit à 4 minutes de différence du lieu où l’on est parti, & mesurer ensuite par des opérations géographiques la distance des lieux. Cela sera plus amplement expliqué au mot Longitude.

La quantité du degré d’un grand cercle étant donnée, ainsi que la distance d’un parallele à l’équateur, on trouvera la quantité du degré de ce parallele par cette regle : Comme le sinus total est au co-sinus de la distance du parallele à l’équateur, ainsi la grandeur du degré de l’équateur est à la grandeur du degré de parallele.

Supposons, par exemple, que la latitude du parallele soit de 51d, & que le degré de l’équateur soit de 69 milles.

Log. du sinus total, 100000000.
Log. du co-sinus de 51 97988718.
Log. 69 18388491.

Log. cherché, 16377209.


Le nombre qui répond dans les tables à ce dernier logarithme, est 43 milles à-peu-près ; & ce dernier nombre étant multiplié par 5280, qui est le nombre de piés contenus dans un mille d’Angleterre, donne le nombre de piés anglois que contient un degré de ce parallele, &c. Voyez Mesure.

Le mot degré s’employe aussi dans l’Algebre en parlant des équations. On dit qu’une équation est du second degré, lorsque l’exposant de la plus haute puissance de l’inconnue est 2 ; du troisieme degré, lorsque l’exposant est 3, & ainsi de suite. V. Equation, Exposant, Puissance, &c.

On se sert encore du mot degré en parlant des courbes. On dit qu’une courbe est du second degré, lorsque la plus haute dimension des deux inconnues ou d’une seule, est 2 ; du troisieme degré, lorsque cette plus haute dimension est 3. Voyez Courbe. Au lieu du mot degré, on se sert quelquefois de celui de genre ; courbe du second genre est la même chose que courbe du second degré.

Degrés de froid et de chaud, en Physique, se mesurent par les degrés du thermometre. Voyez Thermometre. Sur quoi il faut remarquer deux choses : 1°. que nos propres sensations étant un moyen très-fautif de juger de l’augmentation du froid & du chaud, il est nécessaire de déterminer cette augmentation par un instrument physique. Voyez Cave & Chaleur. 2°. Que cet instrument même nous apprend simplement l’augmentation du froid & du chaud, sans nous apprendre au juste la proportion de cette augmentation : car quand le thermometre, par exemple, monte de 30 degrés à 31, cela signifie seulement que le chaud est augmenté, & non pas que la chaleur est augmentée d’une trente-unieme partie. En effet, si on prend la chaleur pour la sensation que nous éprouvons, il est impossible de déterminer si une certaine chaleur que nous sentons, est le double, le triple, la moitié, les deux tiers, &c. d’une autre ; parce que nos sensations ne peuvent pas se comparer comme des nombres. Si on prend la chaleur pour un certain mouvement ou disposition de certains corps, il est impossible de s’assûrer si les degrés de ce mouvement ou de cette disposition quelconque, sont proportionnels au degré du thermometre ; parce que l’élévation de la liqueur est un effet qui peut provenir ou qui provient réellement de la complication de plusieurs causes particulieres, & de plusieurs agens, dont l’action réunie occasionne la chaleur plus ou moins grande. Voyez Cause. (O)

Degré, (Hist. mod.) dans les universités, est une qualité que l’on confere aux étudians ou membres, comme un témoignage du progrès qu’ils ont fait dans les arts & les facultés : cette qualité leur donne quelques priviléges, droits, préséances, &c. Voyez Université, Faculté, &c.

Les degrés sont à-peu-près les mêmes dans toutes les universités : mais les regles pour les obtenir, & les exercices qui doivent les précéder, sont différens. Les degrés sont ceux de bachelier, de licentié, & de docteur. Nous ne parlerons ici que des formalités en usage dans l’université de Paris & dans celles d’Angleterre.

A Paris, après le quinquennium ou tems de cinq années d’études, dont deux ont été consacrées à la Philosophie, & trois à la Théologie, le candidat déjà reçu maître-ès-arts, & qui aspire au degré de bachelier, doit subir deux examens de quatre heures chacun, l’un sur la Philosophie, l’autre sur la premiere partie de la somme de S. Thomas, & soûtenir pendant six heures une thèse nommée tentative. S’il la soûtient avec honneur, la faculté lui donne des lettres de bachelier. On en reçoit en tout tems, mais plus communément depuis la S. Martin jusqu’à Pâques. Voyez Bachelier & Tentative.

Le degré suivant est celui de licentié. La licence s’ouvre de deux ans en deux ans, & est précédée de deux examens pour chaque candidat sur la seconde & la troisieme partie de S. Thomas, l’Ecriture sainte, & l’histoire ecclésiastique. Dans le cours de ces deux ans, chaque bachelier est obligé d’assister à toutes les thèses sous peine d’amende, d’y argumenter souvent, & d’en soûtenir trois, dont l’une se nomme mineure ordinaire : elle roule sur les sacremens, & dure six heures. La seconde, qu’on appelle majeure ordinaire, dure dix heures ; sa matiere est la religion, l’écriture-sainte, l’église, les conciles, & divers points de critique de l’histoire ecclésiastique. La troisieme, qu’on nomme sorbonique, parce qu’on la soûtient toûjours en Sorbonne, traite des péchés, des vertus, des lois, de l’incarnation, & de la grace ; elle dure depuis six heures du matin jusqu’à six du soir. Ceux qui ont soûtenu ces trois actes & disputé aux thèses pendant ces deux années, pourvû qu’ils ayent d’ailleurs les suffrages des docteurs préposés à l’examen de leurs mœurs & de leur capacité, sont licentiés, c’est-à-dire renvoyés du cours d’études, & reçoivent la bénédiction apostolique du chancelier de l’église de Paris. Voyez Licence.

Pour le degré de docteur, le licentié soûtient un acte appellé vesperies, depuis trois heures après midi jusqu’à six : ce sont des docteurs qui disputent contre lui. Le lendemain, il préside dans la salle de l’archevêché de Paris à une these nommée aulique, ab aulâ, du lieu où on la soûtient. Après quoi il reçoit le bonnet de la main du chancelier de l’université ; & six ans après il est obligé de faire un acte qu’on nomme resumpte, c’est-à-dire récapitulation de tous les traités de Théologie, s’il veut joüir des droits & des émolumens attachés au doctorat. Voy. Docteur & Doctorat.

Les facultés de Droit & de Medecine ont aussi leurs degrés de baccalauréat, de licence, & de doctorat, qu’on n’obtient qu’après des examens, des thèses ; & pour ceux qui se destinent à être membres de ces facultés, quant aux fonctions académiques, par l’assiduité & l’argumentation fréquente aux actes publics. Voyez Droit & Medecine. La faculté des Arts ne reconnoît que deux degrés ; savoir, de bachelier-ès-arts & de maître-ès-arts, qu’on acquiert par deux examens.

Dans les universités d’Angleterre, en chaque faculté il n’y a que deux degrés ; savoir, celui de bachelier, & celui de docteur, qu’on appelloit anciennement bachelier & maître : & la faculté des Arts n’en admet que deux, qui retiennent encore l’ancienne dénomination, savoir bachelier & maître.

A Oxford, on ne donne les degrés de maître & de docteur qu’une fois l’an, savoir le lundi après le sept de Juillet ; & l’on fait pour cette cérémonie un acte solennel.

Les frais du doctorat dans toutes les facultés se montent, tant en droits qu’en repas, à cent livres sterlings ; & ceux de la maîtrise ès arts, à vingt ou trente livres. On reçoit ordinairement par an environ cent cinquante docteurs & maîtres. Voy. Docteur & Maître. On ne donne le degré de bachelier qu’en carême, & l’on en fait ordinairement deux cents par an. Il faut quatre ans d’études pour prendre le degré de bachelier-ès-arts, & trois de plus, pour prendre celui de maître-ès-arts. Voyez Bachelier.

A Cambridge, les choses sont à-peu-près sur le même pié. La discipline y est seulement un peu plus sévere, & les exercices plus difficiles. L’ouverture de ces exercices, qui répond à l’acte d’Oxford, se fait le lundi qui précede le premier mardi de Juillet. On prend les degrés de bachelier en carême, en commençant au mercredi des cendres.

Ceux qui veulent prendre le degré de bachelier-ès-arts, doivent avoir résidé près de quatre ans dans l’université ; & sur la fin de ce tems, avoir soûtenu des actes de Philosophie, c’est-à-dire avoir défendu trois questions, de Philosophie naturelle, de Mathématiques, ou de Morale, & avoir répondu en deux différentes occasions aux objections de trois adversaires ; ils doivent aussi avoir argumenté eux-mêmes trois fois. Après cela, le candidat est examiné par les maîtres & membres du collége, qui en font le rapport à l’université, & déclarent qu’il se présente pour recevoir les degrés dans les écoles. Il est ensuite sur les bancs pendant trois jours, afin d’y être examiné par deux maîtres-ès-arts députés à cet effet.

On ne donne le degré de maître-ès-arts que plus de trois ans après celui de bachelier. Durant cet intervalle, le candidat est obligé de soûtenir trois différentes fois deux questions philosophiques dans les écoles publiques, & de répondre aux objections que lui fait un maître-ès-arts ; il doit aussi soûtenir deux actes dans les écoles des bacheliers, & déclamer un discours.

Pour passer bachelier en Théologie, il faut avoir été sept ans maître-ès-arts, avoir argumenté deux fois contre un bachelier, soûtenu un acte de Théologie, & prêché deux fois devant l’université, l’une en latin, & l’autre en anglois.

Pour ce qui concerne le degré de docteur, voyez Docteur & Doctorat.

Il ne sera pas inutile de faire ici une observation en faveur des personnes qui confondent ces deux manieres de parler, avoir des grades & avoir des degrés, qui pourtant signifient des choses très-différentes. Avoir des grades, c’est en France avoir droit à certains bénéfices, en vertu du tems des études faites dans une université où l’on a reçû le titre de maître-ès-arts ; & avoir des degrés, c’est être outre cela bachelier, ou licentié, ou docteur. Dans la faculté de Droit, homme gradué & homme qui a des degrés, sont des termes synonymes : c’est pourquoi l’on appelle gradués les avocats, & autres officiers de judicature qui doivent être licentiés ès lois, pour opiner & juger dans les procès criminels. De même on peut avoir des degrés, & n’être point gradué avec prétention aux bénéfices, comme ces mêmes avocats qui ont les degrés de bacheliers & licentiés en Droit, sans avoir passé maîtres-ès-arts. Voyez Grade, Gradué. (G)

Degré, (Jurispr.) Ce terme dans cette matiere s’applique à plusieurs objets.

Degré d’affinité, est la distance qu’il y a entre deux personnes alliées par mariage ou par une conjonction illicite, ou par le sacrement de baptême, qui produit une affinité spirituelle.

Les degrés de parenté se comptent par générations ; ce qui ne peut avoir lieu entre alliés, attendu que l’affinité ne se forme pas par génération, mais elle suit l’affinité pour la computation des degrés ; de sorte que tous les parens du mari sont tous alliés de la femme au même degré qu’ils sont parens du mari, & vice versâ.

L’affinité en ligne collatérale empêche le mariage aux mêmes degrés que la parenté, mais le pape en peut accorder dispense.

A l’égard de l’affinité qui provient d’une conjonction illicite, elle n’empêche le mariage que jusqu’au second degré. (A)

Degrés de cognation. Voyez ci-après Degrés de parenté.

Degrés de cognation spirituelle. Voyez ci-devant Degrés d’affinité.

Degré de consanguinité. Voyez ci-après Degré de parenté.

Degré égal. Voyez ci après Même degré.

Degrés de fideicommis. Voyez ci-après Degrés de substitution.

Degrés de jurisdiction ; c’est la supériorité qu’une jurisdiction a sur une autre. Il y a plusieurs degrés dans l’ordre des jurisdictions, tant séculieres qu’ecclésiastiques.

Il y a, quant au pouvoir, trois degrés de jurisdiction seigneuriale, savoir la basse, la moyenne & la haute justice ; mais on n’appelle point de la basse justice à la moyenne, on va directement à la haute justice, ce qui est une exception à la regle, qui veut que tout appel soit porté par gradation au juge supérieur, non omisso medio ; ensorte que pour le ressort d’appel, & pour parvenir jusqu’au juge royal, il n’y a proprement que deux degrés de justices seigneuriales. La basse & la moyenne justice forment le premier degré, & la haute-justice le second.

Il y a trois degrés de justices royales.

Le premier est celui des châtelains, prevôts royaux ou viguiers, qui connoissent des appellations interjettées des sentences des hauts-justiciers.

Le second est celui des baillis, sénéchaux & présidiaux, qui connoissent des appellations interjettées des sentences des châtelains & prevôts royaux. Depuis quelques années on a supprimé presque toutes les prevôtés ou châtellenies royales, dans les villes où il y a bailliage royal, afin que dans une même ville il n’y eût pas deux degrés de jurisdiction royale.

Le troisieme degré est celui des parlemens, qui jugent souverainement & en dernier ressort les appellations des baillis, sénéchaux & présidiaux.

Dans les matieres que les présidiaux jugent au premier chef de l’édit, ils sont le dernier degré des justices royales.

Quoique dans certains cas on puisse se pourvoir au conseil du Roi contre les arrêts des cours souveraines & autres jugemens en dernier ressort, le conseil ne forme pas un quatrieme degré de jurisdiction, attendu que les requêtes en cassation ne sont point une voie ordinaire, & qu’elles sont rarement admises.

Dans certaines matieres dont la connoissance est attribuée à des juges particuliers, le nombre des dégrés de jurisdiction se compte différemment. Par exemple en matiere d’eaux & forêts, le premier degré est la gruerie, le second est la maîtrise, le troisieme est la table de marbre, & le quatrieme le parlement.

En matiere d’amirauté il n’y a que trois degrés, savoir les amirautés particulieres, l’amirauté générale, & le parlement.

En matiere de tailles, de gabelles & d’aides, il n’y a que deux dégrés de jurisdiction ; le premier est celui des élections, greniers à sel, juges des traites foraines, juges de la marque des fers, &c. le second est celui des cours des aides.

Pour les monnoies il n’y a pareillement que deux degrés ; savoir les prevôtés des monnoies, & les cours des monnoies.

Dans les matieres où il y a plus de deux degrés de jurisdiction, on n’observe pleinement l’ordre de ces degrés que dans les appellations interjettées en matiere civile ; car dans les matieres criminelles, quand la condamnation est à peine afflictive, l’appel des premiers juges ressortit toûjours aux cours supérieures, chacune en droit soi, omisso medio. Ordonnance de 1670, tit. xxvj. art. 1.

Les appels comme de juge incompétent sont aussi portés directement aux cours, omisso medio.

Dans la jurisdiction ecclésiastique il y a quatre degrés ; le premier est celui de l’évêque, le second, celui du métropolitain ; le troisieme, celui du primat ; & le quatrieme, celui du pape.

Ces degrés de la jurisdiction ecclésiastique doivent toûjours être gardés ; on ne va point même par appel devant un juge supérieur, omisso medio.

Il y a seulement une exception, qui est le cas d’appels comme d’abus, lesquels sont portés directement aux parlemens, chacun dans leur ressort.

Quelques évêques & archevêques sont soûmis immédiatement au saint siége, ce qui abrege à leur égard le nombre des degrés de jurisdiction.

Quand il y a en cour d’église trois sentences définitives conformes les unes aux autres, on ne peut plus appeller ; ensorte que si ces sentences sont émanées des trois premiers degrés de jurisdiction, on n’est pas obligé d’en essuyer un quatrieme, qui est celui du pape. (A)

Degre de lignage, est la même chose que degré de parenté, si ce n’est que le terme de lignage semble exprimer plus particulierement le degré que l’on occupe dans la ligne. (A)

Degre, (même.) On appelle être en même degré de parenté ou de succéder, lorsque deux personnes sont toutes deux au premier, second, troisieme ou autre degré, relativement à une tierce personne ; ce qui est différent de ce que l’on entend par être en pareil degré, ou en égal degré. Ce dernier cas est lorsque deux personnes sont en un semblable degré ou éloignement, eu égard à la souche & à la tige commune, comme deux grandes-tantes, deux oncles, deux freres, deux cousins ; au lieu que ceux qui sont au même degré, ne sont pas toûjours en pareil degré. Par exemple, une grande-tante & une cousine germaine sont toutes deux au même degré du défunt, toutes deux au quatrieme ; mais elles ne sont pas en pareil degré : la cousine est plus proche que la grande-tante, parce qu’elle trouve plûtôt une tige commune, qui est l’ayeul ; au lieu que la grande-tante ne trouve de tige commune qu’en la personne du bisayeul, qui est d’un degré plus éloigné que l’ayeul. (A)

Degre de noblesse, est la distance qu’il y a d’une génération à l’autre, depuis le premier qui a été annobli. Ces degrés ne se comptent qu’en ligne directe, ascendante & descendante ; de maniere que l’annobli fait dans sa ligne le premier degré, ses enfans font le second, les petits-enfans le troisieme, & ainsi des autres.

Il y a des offices qui transmettent la noblesse au premier degré, c’est-à-dire qui communiquent la noblesse aux enfans de l’officier qui meurt revêtu de son office, ou qui a acquis droit de vétérance. Tels sont les offices de présidens & conseillers des parlemens de Paris, de Dauphiné & de Besançon ; ceux du conseil & du parlement de Dombes ; ceux des sénats, conseils & cours souveraines de toute l’Italie ; les offices de secrétaires du Roi du grand collége ; les offices d’échevins, capitouls & jurats, dans les villes où ils donnent la noblesse. La plûpart des autres offices qui annoblissent celui qui en est pourvû, ne transmettent la noblesse aux descendans de l’officier, qu’au second degré, ou, comme on dit ordinairement, patre & avo consulibus ; c’est-à-dire qu’il faut que le pere & le fils ayent rempli successivement un office noble pendant chacun vingt ans, ou qu’ils soient décedés revêtus de leur office, pour transmettre la noblesse aux petits-enfans du premier qui a été annobli.

Pour entrer dans certains chapitres & monasteres, & dans certains ordres militaires, tels que celui de Malthe & celui du saint Esprit, il faut faire preuve d’un certain nombre de degrés de noblesse. Voyez à l’article de ces ordres. (A)

Degré de parenté, est la distance qui se trouve entre ceux qui sont joints par les liens du sang.

La connoissance des degrés de parenté est nécessaire pour régler les successions, & pour les mariages.

Dans quelques coûtumes, comme en Normandie, on ne succede que jusqu’au septieme degré inclusivement ; mais suivant le droit commun on succede à l’infini, pourvû que l’on puisse prouver sa parenté, & que l’on soit le plus proche en degré de parenté.

Les mariages sont défendus entre parens jusqu’au quatrieme degré inclusivement.

Les titres que l’on donne à chacun de ceux qui forment les degrés, sont les mêmes dans le droit civil & dans le droit canon, tant en directe qu’en collatérale.

En ligne directe ascendante, les degrés sont les peres & meres, les ayeux & ayeules, les bisayeux, trisayeux, quatriemes ayeux, & ainsi en remontant de degré en degré.

En ligne directe descendante, les degrés sont les enfans, petits-enfans, arriere-petits-enfans, &c.

En collatérale, les degrés ascendans sont les oncles & tantes, grands-oncles & grandes-tantes, &c. en descendant, ce sont les freres & sœurs, les neveux & nieces, les petits-neveux, arriere-petits-neveux, cousins-germains, cousins issus de germains, cousins arriere-issus de germains, &c. On désigne ordinairement les différentes générations de cousins, en les distinguant par le titre de cousins au second, troisieme, quatrieme, cinquieme ou sixieme degré, &c.

Il y a deux manieres de compter le nombre des degrés de parenté, savoir celle du droit romain, & celle du droit canon : la premiere est observée pour les successions, & la seconde pour les mariages.

Les degrés en ligne directe se comptent de la même maniere, suivant le droit civil & le droit canon. On compte autant de degrés qu’il y a de générations, dont on en retranche néanmoins toûjours une ; de sorte que le pere & le fils sont au premier degré, attendu qu’ils ne font successivement que deux générations, dont il faut retrancher une pour compter leur degré relatif de parenté. De même l’ayeul & le petit-fils sont au second degré, parce qu’il y a entre eux trois générations, l’ayeul, le fils, & le petit-fils : le bisayeul & l’arriere-petit-fils sont par conséquent au troisieme degré, & ainsi des autres. Cela s’appelle compter les degrés par générations ; au lieu qu’il y a certaines matieres où les degrés se comptent par têtes, comme dans les substitutions.

La maniere de compter les degrés de parenté en collatérale, suivant le droit civil, est de remonter de part & d’autre à la souche commune de laquelle sont issus les parens dont on cherche le degré ; & l’on compte autant de degrés entr’eux qu’il y a de personnes, à l’exception de la souche commune, que l’on ne compte jamais ; c’est pourquoi il n’y a point de premier degré de parenté en ligne collatérale.

Ainsi quand on veut savoir à quel degré deux freres sont parens, on remonte au pere commun, & de cette maniere on trouve trois personnes ; mais comme on ne compte point la souche commune, il ne reste que deux personnes qui composent le second degré.

Pour connoître le degré de parenté qui est entre l’oncle & le neveu, on remonte jusqu’à l’ayeul du neveu, qui est le pere de l’oncle & la souche commune. On trouve par ce moyen trois personnes, sans compter l’ayeul, au moyen de quoi l’oncle & le neveu sont au troisieme degré.

On compte de même les degrés de parenté entre les autres collateraux, en remontant d’un côté jusqu’à la souche commune ; & descendant de-là jusqu’à l’autre collateral, dont on cherche le degré relativement à celui par lequel on a commencé à compter.

Pour compter les degrés en collatérale, suivant le droit canon, il y a deux regles à observer.

L’une est que quand ceux dont on cherche le degré de parenté, sont également éloignés de la souche commune, on compte autant de degrés de distance entr’eux transversalement, qu’il y en a de chacun d’eux à la souche commune.

L’autre regle est que quand les collatéraux dont il s’agit, ne sont pas également éloignés de la souche commune, on compte les degrés de celui qui en est le plus éloigné ; ainsi l’oncle & le neveu sont parens entr’eux au second degré, parce que le neveu est éloigné de deux degrés de son ayeul pere de l’oncle, & ainsi des autres collatéraux.

Quand on veut mieux désigner la position de ces collatéraux, on explique l’inégalité de degré qui est entr’eux, en disant, par exemple, que l’oncle & le neveu sont parens du premier au second degré, c’est-à-dire que l’oncle est distant d’un degré de la souche commune, & le neveu de deux degrés, ce qui fait toûjours deux degrés de distance entr’eux. (A)

Maniere de compter les degrés en directe, suivant
le droit civil & canonique
.
Encyclopedie-4-p766-degre1.PNG
Maniere de compter les degrés en collatérale,
suivant le droit civil
.
Encyclopedie-4-p766-degre2.PNG
Maniere de compter les degrés en collatérale,
suivant le droit canon
.
Encyclopedie-4-p767-degre.PNG

Degrés des substitutions, sont les différentes parties de la durée des substitutions, laquelle se compte par degrés. Chacun de ceux qui recueillent la substitution, forme ce que l’on appelle un degré.

Les lois romaines n’avoient point fixé la durée des fidéicommis, que nous appellons substitutions ; elles pouvoient s’étendre à l’infini.

L’on en usoit aussi de même autrefois en France ; mais l’ordonnance d’Orléans, faite en 1560, décide, art. 59. qu’à l’avenir les substitutions n’auroient lieu après deux degrés, non compris l’institution.

L’ordonnance de Moulins, en 1566. ordonna que les substitutions faites avant l’ordonnance d’Orléans, seroient restraintes au quatrieme degré, outre l’institution & premiere disposition.

Dans les provinces qui ont été réunies à la Couronne depuis les ordonnances d’Orléans & de Moulins, les substitutions peuvent encore s’étendre à l’infini, comme au parlement de Besançon & dans celui de Pau, & dans les provinces de Bresse, Bugey, Gex & Valromey.

L’ordonnance de 1629 est la premiere qui ait déterminé la maniere de compter les degrés de substitution : elle porte, article 124. qu’ils seront comptés par tête, & non par souches & générations ; ensorte que plusieurs freres qui ont recueilli successivement la substitution, remplissent chacun un degré.

On observoit néanmoins le contraire au parlement de Toulouse.

La nouvelle ordonnance des substitutions ordonne l’exécution de celle d’Orléans ; &, en conséquence, que toutes substitutions, par quelqu’acte & en quelques termes qu’elles soient faites, ne pourront s’étendre au-delà de deux degrés, non compris l’institution ; sans néanmoins déroger à l’art. 57 de l’ordonnance de Moulins, par rapport aux substitutions qui seroient antérieures à ladite ordonnance :

Que dans les provinces où les substitutions auroient été étendues par l’usage jusqu’à quatre degrés, outre l’institution, la restriction à deux degrés n’aura lieu que pour l’avenir, & non pour les substitutions faites entre-vifs avant la publication de cette ordonnance ; ou par testament, si le testateur est décedé avant ladite publication : Enfin que c’est sans rien innover, quant à-présent, à l’égard des provinces où les substitutions n’ont pas encore été restraintes à un certain nombre de degrés, Sa Majesté se réservant d’y pourvoir dans la suite. (A)

Degrés de succeder, ou de succession, sont les degrés de parenté qui rendent habile à succéder. Le parent le plus proche du défunt en genéral, succede aux meubles & acquêts ; celui qui est le plus proche en degré dans la ligne paternelle, succede aux meubles paternels ; le plus proche de la ligne maternelle, succede aux propres de la ligne maternelle. Voyez Acquêts, Meubles, Parenté, Propres, Succession. (A)

Degré se dit, en Medecine, en différens sens.

On détermine les degrés de chaleur que doit avoir un poele, pour que l’air ne soit pas trop rarefié, & soit doüé des qualités convenables pour servir à la respiration. On employe le thermometre pour régler cette chaleur. V. Thermometre, & plus haut Degrés de chaud & de froid.

On détermine aussi les degrés de pesanteur de l’atmosphere, pour que l’air ait la force nécessaire pour dilater les poumons par son propre poids ; ils doivent être différens, selon les différens tempéramens & le différent état des poumons, dans les maladies où ce viscere résiste plus ou moins à sa dilatation par le propre ressort de son tissu. Voyez Barometre.

On se sert du barometre pour déterminer le degré ordinaire de la plus grande ou de la moins grande pesanteur de l’atmosphere dans un pays.

Enfin on employe le terme de degré, pour déterminer les différens états des malades hectiques, dans lesquels la cause du mal a fait moins ou plus de progrès. On compte trois différens degrés d’hectisie. Lorsque la maladie est parvenue au troisieme degré, elle est absolument incurable, &c. Voyez Air, Atmosphere, Chaleur, Hectisie. (d)

Degrés de feu, (Chim.) Voyez Feu, (Chim.) & Manuel, (Chimie.)

Degré, en Musique, est la différence de position ou d’élévation qui se trouve entre deux notes placées sur une même portée. Sur la même ligne, ou dans le même espace, elles sont au même degré ; & elles y seroient encore, quand même l’une des deux feroit haussée ou baissée d’un semi-ton par une dièse ou par un bémol : au contraire, elles pourroient être à l’unisson, quoique posées sur différens degrés, comme l’ut bémol & le si naturel, le fa dièse & le sol bémol, &c.

Si elles se suivent diatoniquement, de sorte que l’une étant sur une ligne, l’autre soit dans l’espace voisin, l’intervalle est d’un degré, de deux si elles sont à la tierce, de trois si elles sont à la quarte, de sept si elles sont à l’octave, &c.

Ainsi en ôtant 1 du nombre exprimé par le nom de l’intervalle, on a toûjours le nombre des degrés diatoniques qui séparent les deux notes.

Ces dégrés diatoniques, ou simplement degrés, sont encore appellés degrés conjoints par opposition aux degrés disjoints qui sont composés de plusieurs degrés conjoints. Par exemple, l’intervalle de seconde est un degré conjoint, mais celui de tierce est un degré disjoint composé de deux degrés conjoints ; & ainsi des autres. V. Conjoint & Disjoint. (S)

Degré, (Architect.) Voyez Marche.

Degré, s. m. (Fauconnerie.) c’est l’endroit vers lequel un oiseau durant sa montée ou son élévation tourne la tête & prend une nouvelle carriere, ce qu’on appelle second ou troisieme degré jusqu’à ce qu’on le perde de vûe.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « degré »

Wallon, egré ; provenç. degra, degrat ; portug. degrão ; du bas-latin degradus, formé de de, et gradus (voy. GRADE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIe siècle)[1] De l’ancien français degré (« marche, escalier »)[1][2]. Cette forme préfixée était répandue dans le centre et l’ouest de la France. Elle s’est imposée aux dépens de gré (du latin gradus) répandu de la Wallonie jusqu’en Provence, en raison de l’homonymie de ce dernier avec gré (de gratus). La forme grade est un emprunt savant au latin gradus datant de la Renaissance.
Certains[3][4] rapprochent l’usage scientifique de degré et grade de l’arabe درجة, daraja (« marche, degré, gradation »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « degré »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
degré dɛgre

Évolution historique de l’usage du mot « degré »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « degré »

  • Descends d'un degré pour choisir une femme ; monte d'un degré pour choisir un ami. De Le Talmud / Jebamoth
  • Savoir se contenter de ce que l'on a constitue le plus haut degré de bonheur. De Yoga Sutra
  • C'est le degré de culture et de prévoyance plus que le degré d'aisance qui paraît régler la restriction des naissances. De Alfred Sauvy / La population
  • En fin de compte, c'est par le degré d'authenticité de notre sourire que nous signifions au monde - à commencer par nos enfants - notre degré d'évolution. De André Pronovost / Les Marins d'eau douce
  • Toute question a son idéal. Pour moi, l'idéal de cette question de l'enseignement, le voici : L'instruction gratuite et obligatoire. Obligatoire au premier degré seulement, gratuite à tous les degrés. De Victor Hugo / Assemblée législative contre la loi Falloux, 15 janvier 1850
  • L'angle droit bout à 90 degrés. De Anonyme
  • Le premier degré de la folie est de se croire savant. De Fernando de Rojas
  • Ainsi que la vertu le crime a ses degrés. De Jean Racine / Phèdre
  • Il faut mourir pour mesurer pleinement son degré de popularité. De Frédéric Dard
  • Le premier degré de la folie est de se croire sage, et le second est de le proclamer. De Proverbe italien
  • Le dernier degré du bonheur est l'absence de tout mal. De Epicure
  • Le silence est le plus haut degré de la sagesse. De Pindare
  • Une femme n'est puissante que par le degré de malheur dont elle peut punir son amant. De Stendhal
  • La science avance par degrés et non par bonds. De Thomas Macaulay / Essays
  • L'homme, la femme, le démon : trois degrés de comparaison. De Thomas Fuller / Gnomologia
  • Selon Cyril Giraud, relais local de Générations futures, "les bonnes idées qui sortent des concertations se heurtent au mur du pouvoir, qui n’arrive pas à transformer l’essai de ce que demande la population. Les textes de loi sont vidés de leur contenu par les lobbies. Cette charte est le degré zéro de la protection des riverains". SudOuest.fr, Pesticides en Gironde : "Cette charte des riverains, c’est le degré zéro de la protection", selon deux associations
  • La prudence reste de mise partout car le virus continue à circuler et même se renforce dans certaines régions. Elle doit être maximale dans le second degré. , Premier degré : Une étude de l'Institut Pasteur abaisse le risque de transmission du Covid-19 chez les enfants
  • Antoine Bondaz : C'est en tout cas la fin du fameux un pays deux systèmes et du haut degré d'autonomie de Hong Kong. Ce qui est clair, c'est que les autorités de Pékin cherchent, dans un concept relativement connu de Xi Jinping, à prévenir et à contrôler les manifestations et le mouvement d'opposition à Hong Kong. Et très clairement, l'opposition prodémocratique à Hong Kong va devoir se réorganiser afin de continuer son activisme, mais dans des modalités différentes. Franceinfo, La loi sur la sécurité nationale adoptée par Pékin : "C’est la fin du haut degré d'autonomie de Hong Kong" selon un enseignant à Sciences Po
  • "Le système DAS permet au pilotes d'ajuster l'angle de pincement des roues avant par un mouvement longitudinal du volant le long de la colonne de direction. Le volant a donc deux degrés de liberté : - Degré de liberté de rotation autour de l'axe de la colonne de direction : cela fournit la réponse classique de la direction de la voiture - Degré de liberté longitudinal le long de l'axe de la colonne de direction : cela oriente les roues indépendamment les unes des autres. Le DAS est à assistance hydraulique comme tout système de direction conventionnel d'une F1, mais reste sous le contrôle total du pilote à tout moment. Physiquement, le DAS est intégré au système de direction de la voiture'', explique le communiqué. France Racing, La FIA rejette la protestation de Red Bull sur le DAS de Mercedes
  • Avec la moitié des personnels Education nationale adhérents, l’Autonome de solidarité est bien placé pour donner un état des lieux du climat dans les écoles et établissements. L’ASL constate une baisse des dossiers déposés en 2019 (4%) après plusieurs années de hausse. « Les dossiers de protection juridique professionnelle (PJP) représentent, en 2019, 4 684 dossiers. Dans 97% des cas, l’adhérent est victime et dans 14% de ces situations, une plainte est déposée. 1,5% de ces dossiers finissent au tribunal. Dans les autres cas, il s’agit de rappels à la loi, de classements sans suite ou encore de lettres comminatoires d’avocats. Dans toutes les autres situations, les personnels sont en recherche d’une gestion apaisée de la difficulté rencontrée pour favoriser les relations de proximité. 2/3 des dossiers concernent les insultes, menaces et propos diffamatoires. Ce sont les enseignants du 1er degré (près de 61 %) et 2nd degré (près de 30%) qui sont le plus exposés aux conflits.  L’exposition aux risques de litiges pour les chefs d’établissement et directeurs d’école est 4 fois supérieure à celle des enseignants.  Les tiers impliqués sont principalement les responsables légaux des élèves et leurs proches (58 % des dossiers), suivis des élèves (22 % des dossiers) et 14% des conflits sont internes à l’établissement. , Climat scolaire : Moins de dossiers en 2019 selon l’ASL

Traductions du mot « degré »

Langue Traduction
Anglais degree
Espagnol la licenciatura
Italien grado
Allemand grad
Chinois
Arabe الدرجة العلمية
Portugais grau
Russe степень
Japonais 程度
Basque gradu
Corse gradu
Source : Google Translate API

Synonymes de « degré »

Source : synonymes de degré sur lebonsynonyme.fr
Partager