Administrer : définition de administrer


Administrer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ADMINISTRER, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− [Le suj. désigne une pers. ou une entité personnifiée; l'obj., des biens ou des moyens d'action placés sous la responsabilité du suj.]
1. [L'obj. désigne un service public ou privé] Assurer, en tant que responsable, le fonctionnement de ce service, dont on assume la direction, l'impulsion, le contrôle :
1. Selon moi (à la vérité je n'ai jamais administré, je n'ai que commandé, et je me soumets aux lumières des plus expérimentés), mais enfin, selon moi, M. de Séranville, qui écrit fort bien, a abusé de la lettre administrative. Stendhal, Lucien Leuwen,t. 3, 1836, p. 121.
2. Un mot célèbre dit : « les Juifs possèdent New-York, les Irlandais l'administrent et les nègres en jouissent ». P. Morand, New-York,1930, p. 273.
3. Observez au demeurant, que nous, Russes, avons reconnu le Comité polonais de la libération nationale, que ce Comité gouverne et administre la Pologne à mesure que l'ennemi en est chassé par nos troupes et que, par conséquent, c'est à Lublin que vous devrez vous adresser pour tout ce qui concerne vos intérêts dans le pays, ... Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre,Le Salut, 1959, p. 69.
Péj. Paralyser le fonctionnement sous la masse des règlements :
4. Vous êtes une pâte sans levain. Une terre sans graine. Une foule sans souhaits. Vous administrez au lieu de conduire. Vous n'êtes que témoins stupides. Et les forces obscures qui pèsent, elles, contre les parois de l'empire se passeront bien d'administrateurs pour vous noyer sous leurs marées. A. de Saint-Exupéry, Citadelle,1944, p. 560.
ou par des méthodes impersonnelles :
5. Le dieu, qui, selon la tradition orphique, est le commencement, le milieu et la fin de tous les êtres, va toujours droit devant lui; la justice le suit, prête à récompenser les bons et à punir les méchants, mais cette justice administre le monde comme une loi impersonnelle. É. Gilson, L'Esprit de la philosophie médiévale,t. 2, 1932, p. 129.
2. DR. CIVIL. Avoir la responsabilité des biens d'une personne non capable d'en assumer elle-même la responsabilité. Il a sagement administré les biens de sa pupille (Ac. 1835-1932).
P. ext. [En parlant du propriétaire notamment d'un grand domaine, d'une grosse fortune] Il administre lui-même son bien (Ac. 1835-1932). (Cf. aussi infra ex. 14).
P. anal., littér., souvent péj. Ordonner une chose avec méthode :
6. L'opinion commune est qu'une ordonnance règne dans la vie et l'œuvre de Racine et qu'elle ne règne pas, au même titre et tant s'en faut, dans la vie et l'œuvre de Corneille. Qu'il y a une ordonnance dans la vie et l'œuvre de Racine, il faut s'entendre, sur ce mot, sur le sens de ce mot. Racine est administré avec une certaine ordonnance impeccable, intelligente, qui règne sensiblement dans la construction de la vie, presque souverainement dans la construction de l'œuvre, qui se poursuit, (mais alors souverainement), jusque dans le moindre détail. Ch. Péguy, Victor-Marie, Comte Hugo,1910, p. 780.
7. Soucieux d'éviter tout éclat en ce monde ou dans l'autre, il administre sa conscience avec dégoût, tel un boutiquier renié par sa clientèle à son comptoir désert. G. Bernanos, L'Imposture,1927, pp. 315-316.
Rem. 1. Remarquer la facilité avec laquelle ce verbe, comme d'autres de sens voisin, s'emploie en constr. abs. (ex. 1, 4). Cette constr. permet de souligner les modalités de l'action, dont l'obj. passe momentanément au second plan. 2. Les ex. ci-dessus permettent de dégager l'originalité du mot par rapport à ses synon. immédiats : conduire (ex. 4) contient l'idée d'un but gén. à atteindre avec sagesse et habileté : administrer une chose présuppose que l'on n'a sur elle qu'une autorité limitée, p. ex. parce qu'on n'en est pas le possesseur (ex. 2); gérer (cf. administration ex. 3), c'est administrer pour le compte d'autrui; gouverner (ex. 3) implique l'idée d'une direction souveraine et a trait aux intérêts supérieurs, aux choix politiques d'un pays.
B.− [Le suj. désigne une pers.; l'obj. est un nom de chose concr. ou abstr.] Donner, fournir, distribuer. L'explicitation de ce sens diffère selon le domaine d'application et la nature de l'objet.
1. [En parlant de la justice] Rendre la justice (cf. administration ex. 6).
2. [En parlant d'un remède, d'un poison] Faire absorber un remède à un malade, un poison à un ennemi, etc. :
8. [pendant la course de taureaux] ... un prêtre et un médecin se tiennent dans une chambre à la plaza de Toros, prêts à administrer, l'un les remèdes de l'âme, l'autre les remèdes du corps ... T. Gautier, Tra los montes,Voyage en Espagne, 1843, p. 88.
3. Rare. [En parlant des sacrements] Conférer les sacrements (en général, en précisant p. ex. le soin, la régularité, etc. de la distribution sacramentelle par un ecclésiastique dûment habilité) :
9. Quant à l'exercice même de la profession, on peut bien penser qu'il laisse fort à désirer : beaucoup de curés ne résident pas dans leur paroisse; ils négligent de se rendre aux synodes et chapitres; promus à la prêtrise, ils ne se présentent point aux ordinations et passent des années sans célébrer; ils exigent salaire pour administrer les sacrements et pour dire la messe. E. Faral, La Vie quotidienne au temps de saint Louis,1942, p. 47.
P. ell. Administrer un malade, un mourant. Lui conférer le sacrement de l'extrême-onction. On l'administra une heure avant sa mort (Ac.1835-1932).(Cf. supra ex. 8).
4. Fam. [En parlant de coups] Infliger des coups à quelqu'un :
10. mongicourt. − Quoi, « ah! oh! » comment! ton oncle, à propos de rien, sans provocation de ma part, m'administre une paire de gifles ...! G. Feydeau, La Dame de chez Maxim's,1914, III, 6, p. 60.
5. Lang. de la procédure etlang. commune. [En parlant d'une preuve] Fournir la preuve (de quelque chose) :
11. Que le camp regorgeât de zlotys, alors que nous ne touchions, et pour cause, aucun salaire, c'est un phénomène qui l'irritait profondément. Non pas qu'il eût le moindre doute sur l'origine de nos ressources : il n'était pas si neuf que d'ignorer quel trafic se faisait du camp à la ville et de la ville au camp. Mais ce n'était rien que d'en avoir la certitude sans en administrer la preuve, et pour nous prendre sur le fait, l'ingénieux compère déclencha une opération de vaste envergure. F. Ambrière, Les Grandes vacances,1946, p. 329.
6. [En parlant d'un test psychol.] Le faire passer.
Emplois fig., parfois péj. :
12. On pourrait dire de Zola que l'érotisme que donnent mes livres à dose homéopathique, par gouttes infinitésimales, ses romans à lui l'administrent au public par baquets, par cuveaux. E. et J. de Goncourt, Journal,févr. 1882, p. 150.
13. ... − la vie! pourquoi vous en retirez-vous? Votre Debussy est un grand artiste; mais il vous est malsain. Il est complice de votre torpeur. Vous auriez besoin qu'on vous réveillât rudement. − Tu veux nous administrer du Strauss? − Pas davantage. Celui-là achèverait de vous démolir. R. Rolland, Jean-Christophe,Dans la maison, 1909, p. 1026.
II.− Emploi pronom.
A.− Sens I A. Emploi réfl. :
14. Je suis incapable, ce soir, de m'administrer moi-même. G. Duhamel, Le Journal de Salavin,1927, p. 106.
B.− Sens I B
1. Emploi passif :
15. Au fond des sacristies, au fond des confessionnaux, le nom de M. Delangre était balbutié; il ... s'administrait d'oreille à oreille, comme un sacrement ... É. Zola, La Conquête de Plassans,1874, p. 323.
2. Emploi réciproque :
16. Je n'entends parler que de horions que l'on s'administre à cause des mauvaises mœurs. G. Flaubert, Correspondance,1857, p. 87.
3. Verbe + obj. dir. + pron. réfl. indir. :
17. ... que tout homme qui trouvera l'air humide, le temps long et l'atmosphère difficile à porter; que tout homme qui sera tourmenté d'une idée fixe qui lui ôtera la liberté de penser : que tous ceux-là, disons-nous, s'administrent un bon demi-litre de chocolat ambré, à raison de soixante à soixante-douze grains d'ambre par demi-kilogramme, et ils verront merveilles. J.-A. Brillat-Savarin, Physiologie du goût,1825, p. 118.
18. Et elle s'administra, sur la cuisse, une claque. O. Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre,1900, p. 291.
Prononc. − 1. Forme phon. : [administʀe], j'administre [ʒadministʀ ̥]. Enq. : /administʀ/. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : administrant, administrateur, administratif, administration, s'administrationaliser, administré, administreressé. Cf. ministre. − Rem. Littré note : ,,Le d ne s'écrivait guère dans l'ancienne langue``. Cf. aussi Fouché t. 3 1961, p. 871; Bourc.-Bourc. 1967, § 146, rem. III.
Étymol. ET HIST. I.− Intrans. 1. Début xiiies. relig., aministrer (+ datif de pers.) « servir » (Guill. le Clerc, Joies N. D., éd. Reinsch, 530 : Tant que Deus li dist en apert : Va t'en, Sathan, fui tei de ci! − Si tost come il l'out guerpi, Li angre, qui pres de lui erent, Maintenant li aministrerent). xvies.; 1214-1227 id., aministrer « servir (à l'autel) » (Perceval [Continuation de Manessier], éd. Potvin, 39992 ds T.-L. : devant l'autel amenistra); 2. xvies. « servir, exercer une fonction » (Amyot, Vies, Luc., chap. VII ds Gdf. Compl. : il avoit administré en l'office du questeur). II.− Trans. 1. (L'obj. est une pers.) mil. xiies. amenistrer « prendre soin (de qqn) » (Aiol et Mirabel, éd. Raynaud et Normand, 141 : S'il venoit en bataille ne al jouster, Molt tost le poroit Dieus amenistrer). − Fin du xiiies. ds T.-L.; 2. (l'obj. est un inanimé) : a) fin xiie-début xiiies. administreir « s'occuper de » (Trad. des « Moralia in Job » ds Dial. Greg., éd. Förster, 311, 7 : ... cant il trop voient estre mal dignes, laissent administreir a lur proimes choses qui prout lor pois[sen]t faire); 1262-68 « gouverner, diriger (affaires publiques) » (Brunet Latin, Tresor, éd. Chabaille, p. 397 : ... Platons dit que cil qui contendent qui miels amenistre la cité, font autressi comme se li Marinier estrivoient entre eulx li quels governe miels la nef); b) début xiiies. aministrer « fournir, livrer » (Guill. Le Clerc, Lég. Madeleine, éd. Schmidt ds T.-L. : E si lor fist aministrer Trestot quanque mestier lor fu). Empr. au lat. administrare (de minister, ministrare), d'abord attesté au sens de « prêter son aide (cont. relig. : sacrifice) ds Plaute, Stich., 397 ds TLL s.v., 731, 16 : iube famulos rem divinam mi apparent : : vin administrem? (de même Epid., 418, ibid., 731, 17); très rare dans cet emploi où domine ministrare, spécialisé au sens de « célébrer le culte divin » (dep. Plaute, Amph., 983 ds TLL s.v. ministrare, 1017, 45 et durant toute la latinité, très largement attesté en lat. chrét.; cf. avec I 1 Vulg., Mat., IV, 11 : et ecce angeli accesserunt et ministrabant ei; et ves. Pomerius, Vita contemplativa, 2, 7, 3 ds Blaise 1954 : ministrare altari); aussi I 1 est-il plutôt exprimé par l'a. fr. menistrer (dep. début xiies., Ps. Oxford; voir ce mot); cf. cependant emploi isolé lat. médiév. 1073-1083, Grég. VII, Registr., 2, 62 ds Mittellat. W. s.v., 211, 44 : eorum ordinum qui sacris altaribus administrant. Administrare, très rarement construit avec acc. de pers. (de même ministrare); cf. cependant avec II 1 Tert., Adv. Marc., 2, 9 ds TLL s.v. administrare, 731, 19 : animae hominis angeli administrant, et aussi Tert., Op. cit., 5, 7, ibid., s.v. ministrare, 1020, 31 : angelis, qui mundo administrant. Au sens de « regere, gerere » (obj. inanimé) ministrare entre à peine − et très tard − en concurrence avec administrare; celui-ci attesté au sens II 2 a (affaires privées) dep. Varron, Menipp., 255 ds TLL s.v., 731, 60, fréq. en lat. médiév. Capit. reg. Franc., 173, p. 355, 35 ds Mittellat. W. s.v., 210, 61 : utrum rem suam familiarem et domestica officia per honestas... an per turpes... personas tractari atque administrari velit; « gouverner (affaires publiques) » dep. iies. av. J.-C. : C. Gracchus, Orat. ds Gell., 11, 10, 3 ds TLL s.v., 732, 2 : rem publicam administrare; fréq. en lat. médiév. : Constitut. imperat., III, 263 ds Mittellat. W. s.v., 210, 56 : civitates ex nostra commissione amministravit et rexit; I 2 intrans. « exercer une fonction » en lat. class. (TLL s.v., 733, 14 sq.), plus fréquemment constr. avec acc. : officium administrare. II 2 b : exprimé en lat. par ministrare, rarement par administrare et parallèlement concurrence de l'a. fr. amenistrer et menistrer (voir ce mot); administrare chez Varron, Rust., 3, 16, 5 ds TLL s.v., 731, 22 au sens de « présenter, servir à table »; lat. médiév. au sens de « fournir, distribuer » : 937-1192, Chart. archiep. Magdeburg., 327 ds Mittellat. W. s.v., 209, 59 : cuilibet fratri... prebenda... cum omni plenitudine amministretur; [Rem. a) administrare et ministrare aussi en concurrence au sens de « conférer (un sacrement) », voir Blaise 1954 s.v. administrare et ministrare; b) lat. médiév., emploi méd. de administrare dep. xiiies. Brunus Longoburgensis ds Mittellat. W., 211, 24]. Aucun mot héréditaire issu de administrare dans Romania (voir cependant Rheinfelder ds St. rom., Gedenkschrift für Eugen Lerch, 1955, p. 350). Formes adaptées : amenistrer, amenestrer fréq. en a. fr. (cf. lat. amministrare, admenestrare ds TLL s.v., 731, 12-15 et aministrare, amministrare ds Mittellat. W. s.v., passim).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 494. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 916, b) 666; xxes. : a) 600, b) 599.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Barr. 1967. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Canada 1930. − Caput 1969. − Éd. 1913. − Lasnet 1970. − Marcel 1938. − Rheinfelder (H.). Ein Vergessener französischer Wortsprössling. In : [Mélanges Lerch (E.)]. Stuttgart, 1955, pp. 348-352. − Sommer 1882.

Administrer : définition du Wiktionnaire

Verbe

administrer \ad.mi.nis.tʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’administrer)

  1. Gouverner, régir les affaires publiques ou particulières.
    • Il avait aussi les coudées franches pour administrer le domaine temporel et les affaires terrestres de la communauté, de l'État et de l'empire musulman. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.66)
    • On l’accusait d’avoir mal administré les affaires, d’avoir mal administré les finances, les revenus de l’état.
    • Il a sagement administré les biens de son pupille. - Il administre lui-même son bien. - On administre une base de données à l’aide d’un logiciel d’administration de base de données.
  2. Donner ; appliquer ; infliger.
    • Elle appelle le délinquant à son tribunal ; elle commence par lui administrer la bâtonnade pour lui rafraîchir la mémoire, et ensuite elle lui dit : Prouve ton innocence. — (Eugène Pelletan, Les droits de l'homme, 1858, p.107)
    • Bob, au passage, le secoua, le fit se lever et, lui administrant sur le crâne une amicale taloche, dit en me l'amenant : […]. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Je ne sache pas que la benzine ait été administrée à l'intérieur à titre de vermicide. Son emploi a été borné jusqu'ici au traitement de l'infection trichineuse. — (Amédée Dechambre, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, volume 9, page 93, 1868)
    • En tournée au domaine des Tutons, à Saint-Marcel, Demort y trouve « le sieur Sabourin maréchal à Lothiers qui administrait un prétendu spécifique contre (la maladie charbonneuse) à plusieurs bêtes à cornes, […]. » — (La France démocratique: combats, mentalités, symboles : mélanges offerts à Maurice Agulhon, Publications de la Sorbonne, 1998, p.74)
    • Dans les premiers âges historiques, on ne voit pas seulement les maîtres frapper et fouetter leurs esclaves ; les rois eux-mêmes administrent le supplice de la bastonnade. — (La bastonnade et la flagellation légales, dans le Le Magasin pittoresque, 1854, vol.8, p.54)
  3. (En particulier) (Religion) Conférer les sacrements.
    • La cessation a divinis est la défense que l’Église fait à ses ministres de célébrer l’office divin et d’administrer les sacrements en certains lieux ([…]). — (Abbé Pierrot, Dictionnaire de théologie morale, tome 1, Encyclopédie théologique tome 31, publiée par l'abbé Migne, Paris, 1849, p. 486)
    • Au regard de la discipline ecclésiastique, cette lettre laisse songeur, car la seule sanction grave pour des prêtres est la suspension a divinis, l’interdiction d’administrer les sacrements. — (Sylvie Bernay, L’Église de France face à la persécution des juifs: 1940-1944, CNRS Éditions, 2012)
  4. (Par extension) (Religion) (Absolument) Donner le viatique et l’extrême-onction, à un mourant.
    • Où sont ces chiens de prêtres maintenant, hurla le baron, […] ils me laissent mourir comme le chien vagabond et traqué, sans me confesser ni m’administrer. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Lorsque le curé de la paroisse vint l’administrer, ses yeux, morts en apparence depuis quelques heures, se ranimèrent à la vue de la croix. — (Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, 1834)
    • Après avoir été administré, mon bon maître me fit signe d’approcher de son lit. — (Anatole France, La Rôtisserie de la reine Pédauque , 1893)
    • Et M. le curé, qui voulait à toute force administrer les coupables, dut s'en retourner au presbytère sans avoir accompli cette fonction. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 157)
  5. Produire, fournir.
    • Administrer la preuve.
  6. (Droit) Fournir des témoins, des titres, des preuves.
    • Il administra les témoins nécessaires pour vérifier la dénonciation qu’il avait faite.
  7. (Québec) Faire passer, un concours, un test, un examen, une épreuve.
    • Cet inspecteur est chargé d'administrer l'épreuve orale.
    • Chaque enseignant doit adapter les conseils donnés aux conditions qui existent au moment d'administrer l'examen de son groupe d'étudiant. — (Dominique Morissette, Les examens de rendement scolaire Éd. Presses universitaires de Laval, Laval (Québec) 1993)
  8. (Pronominal) Se donner, s'appliquer, s'infliger
    • Je m'administre ce médicament tous les jours
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Administrer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ADMINISTRER. v. tr.
Gouverner, régir les affaires publiques ou particulières. Administrer l'État, un État. C'est un homme qui a toujours sagement administré les affaires. On l'accusait d'avoir mal administré les affaires, d'avoir mal administré les finances, les revenus de l'État. Il a sagement administré les biens de son pupille. Il administre lui-même son bien. Il signifie aussi Donner, appliquer. Administrer un remède. Pop., Administrer des coups de bâton. Administrer les sacrements, Conférer les sacrements; et, par extension, Administrer un malade, Lui donner le viatique et l'extrême-onction. On l'administra une heure avant sa mort. En termes de Procédure, Administrer des témoins, des preuves, des titres, Fournir des témoins, des titres, des preuves. Il administra les témoins nécessaires pour vérifier la dénonciation qu'il avait faite. Le participe passé

ADMINISTRÉ, ÉE, s'emploie comme nom, surtout au pluriel, et se dit des Citoyens par rapport aux administrateurs. Ce maire, ce magistrat est chéri de ses administrés.

Administrer : définition du Littré (1872-1877)

ADMINISTRER (a-dmi-ni-stré) v. a.
  • 1Gérer les affaires publiques ou privées. Administrer une maison. Mal administrer sa fortune. Il avait administré le royaume. Il est bon de veiller sur des enfants, sur des domestiques, sur toute une famille, d'en administrer les biens et d'en ménager les intérêts, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 212. Elle [l'opinion de Descartes] dit que les mouvements des animaux ne sont point administrés par les sensations, Bossuet, Connaiss. V, 13.
  • 2Administrer la justice, rendre la justice.
  • 3Administrer les sacrements, conférer les sacrements.

    Administrer un malade, phrase elliptique pour : administrer à un malade les derniers sacrements, le viatique et l'extrême-onction. Qui de nous voudrait, durant les rigueurs de l'hiver, être réveillé, au milieu de la nuit, pour aller administrer au loin le moribond expirant sur la paille, Chateaubriand, Génie, IV, III, 2.

  • 4Donner. Administrer un remède.

    Populairement, administrer des férules, des coups de bâton.

  • 5 En termes de pratique, administrer des preuves, des titres, les produire.
  • 6S'administrer, v. réfl. Le restant de son bien s'administra si mal, que bientôt il n'y eut plus rien.

HISTORIQUE

XIIIe s. Il est mestiers que cil qui sont en longes langeurs [maladies] aient qui aministrent lor besongnes, Beaumanoir, 72. Le quint est qu'il ressuscita Et quarante jours habita En terre avec ses esleüz, Et pluseurs fois les visita Et reput et administra, J. de Meung, Tr. 785. Procurators est cil qui aministre autrui besoignes par le commandement à celi cui eles sont, Tancr. Li ordinaires, f° 16.

XIVe s. Dous penser et bonne esperance Li font avoir douce plaisance, Et li amenistrent matiere Dont il fait à plus lie chiere Que cils qui vit dolentement, Machaut, p. 10. Il ouvrera [opérera] tous jours et fera très bien selon les circonstances et la qualité des choses que fortune lui administrera, Oresme, Eth. 25. Il administra l'empire par conseils privez, Bercheure, f. 24, recto.

XVe s. Je fus douze semaines en son hostel, et très bien administré et delivre de toutes choses, Froissart, II, III, 18. Pour administrer vivres et pourveances, Froissart, I, I, 61. Et si tu y veux adjouster Chose estrange, ou administrer Soulphre, sel, huyle, n'aultres riens, Pour voir, ton faict ne vaudra riens, La Fontaine, 994. La confortant et administrant, à leur leal pouvoir, de tout ce qu'elles sentoient que bon lui fust, Louis XI, Nouv. 21.

XVIe s. Administrer les sacrements, Calvin, 259. Il est bon toutes fois, quand on est près d'une grosse force et de capitaines determinez, de redoubler son soin, et penser que le desir d'honneur leur administre des ailes, Lanoue, 665. Il semble ou que vous n'estimez pas beaucoup vos magistrats [charges], ou que vous n'avez pas beaucoup d'hommes que vous jugiez dignes de les administrer, Amyot, Cat. 16.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « administrer »

Étymologie de administrer - Littré

Provenç. administrar, aministrar, amenistrar ; espagn. administrar ; ital. amministrare ; de administrare, de ad, à (voy. À), et ministrare, minister, ministre (voy. ce mot). Le d ne s'écrivait guère dans l'ancienne langue.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de administrer - Wiktionnaire

Du latin administrare, terme d'origine ecclésiastique qui désigne l'action que mène par délégation le « ministre » (un prêtre par exemple) de Dieu sur Terre. Le mot « ministre » vient lui même du mot latin minister signifiant « serviteur » ou premier serviteur.
À l'origine nous avons donc le serviteur de Dieu qui par délégation mène une action sur terre sous la direction de son évêque, qui contrôle ainsi son évêché. Cette division du territoire s'avère si efficace qu'elle est reprise (avec le même vocabulaire) par les princes pour administrer leur fief.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « administrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
administrer administre play_arrow

Conjugaison du verbe « administrer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe administrer

Évolution historique de l’usage du mot « administrer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « administrer »

  • Dans un communiqué, Le CHU de Toulouse dément formellement avoir partagé cette vidéo : “Il s’agit d’un acte de malveillance confirmé par l’alerte de twitter informant d’une connexion depuis un nouvel appareil pour administrer le compte” précise la direction de la communication. France 3 Occitanie, Municipales Toulouse : polémique autour d'un tweet controversé, le CHU a porté plainte pour piratage de son compte
  • Depuis l'ouverture de l'établissement il y a six ans, les salariés n'ont eu de cesse de dénoncer des dysfonctionnements et d'envoyer des alertes à l'ARS. Violences de certains résidents sur le personnel, mais aussi sur d'autres résidents, refus de la direction d'administrer des traitements médicamenteux, dégradations des locaux,... les changements de directeurs, huit en six ans, n'y ont rien fait. Résultat, au mois de janvier dernier, l'ARS désigne un administrateur. Puis deux mois plus tard, l'agence de santé enjoint l'association Dialogue Autime de cesser son activité dans cet établissement. La gestion est finalement reprise par l'Apahj et 34 salariés se retrouvent sur le carreau sans aucune information.   France 3 Centre-Val de Loire, Loiret : 34 licenciements au foyer d'hébergement pour autistes de Saran
  • De par ces fonctions, le Conseil d’Etat est l’institution centrale de l’Etat : tout passe par lui. Il aide à l’administration de la République comme autrefois le Conseil du Roi, dont il est l’héritier, aidait à administrer le Royaume et plus tard Napoléon à administrer l’Empire. C’est pourquoi il est composé de hauts fonctionnaires formés par une école spéciale, l’Ecole nationale d’administration (ENA) qui, comme son nom l’indique, apprend à ses élèves les méthodes, les techniques, les stratégies et la langue par lesquelles se dirige un ministère, une entreprise, une banque ou une compagnie d’assurance, bref, comment s’administre le pays. Le Monde.fr, « Pour déconfiner la France politiquement, il faut reconnaître la compétence des citoyens »
  • La liste "Perchède ensemble" remercie ses électeurs : "Le 15 mars dernier vous avez voté pour élire une nouvelle équipe qui va représenter et administrer notre village. Nous vous remercions vivement de l’honneur fait, et de la confiance accordée en élisant au premier tour 10 des 11 candidats de notre liste. La très forte participation des Perchédoises et Perchédois avec 93 % de votants, souligne l’intérêt que vous portez à la vie de notre commune. Ce score nous donne maintenant toute légitimité à poursuivre notre action dans l’intérêt général. Comme vous le savez, il ne manquait qu’une seule voix à Bernard Pierre pour être élu au premier tour, et vous éviter de vous faire repasser par les urnes le 28 juin. ladepeche.fr, LISTE "PERCHÈDE ENSEMBLE" - ladepeche.fr
  • Ne pas croire au hasard et s'administrer une gifle matin et soir, en se rappelant qu'on n'est jamais trop prudent et qu'abondance de biens peut nuire. De Jaroslav Hasek / Le Brave Soldat Chveik
  • Il est des enfants qu'on ne peut espérer corriger sans leur administrer de temps à autre la fessée. Certains adultes conservent le naturel de ces enfants. De Marie-Antoinette Grégoire-Coupal / Le Sanglot sous les rires
  • Béni soit l'homme qui, n'ayant rien à dire, s'abstient d'en administrer la preuve en paroles ! De George Eliot
  • Un administrateur administre, trois administrateurs cherchent le meilleur moyen d’administrer, cinq administrateurs discutent sur des programmes opposés, sept administrateurs bavardent. De Paul Laffitte / Jeroboam ou la finance sans méningite.
  • Gouverner ne consiste pas à aider les grenouilles à administrer leur mare ! De Michel Audiard / Le Président

Traductions du mot « administrer »

Langue Traduction
Portugais administrar
Allemand verabreichen
Italien somministrare
Espagnol administrar
Anglais administer
Source : Google Translate API

Synonymes de « administrer »

Source : synonymes de administrer sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires