La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « bâfreur »

Bâfreur

Variantes Singulier Pluriel
Masculin bâfreur bâfreurs

Définitions de « bâfreur »

Trésor de la Langue Française informatisé

BÂFREUR, subst. masc.

Pop. Personne qui a pour habitude de manger gloutonnement et avec excès. C'est un grand bâfreur (Ac. 1835-1932, Besch. 1845, Lar. 19e) :
Brillat-Savarin disait : « Ceux qui s'empiffrent ne sont pas des gastronomes. » Aujourd'hui, cette flèche n'atteindrait qu'une infinie minorité de bâfreurs, de goinfres et de boulimiques. Combat, 19-20 janv. 1952, p. 3, col. 2.
Rem. Rob. Suppl. 1970 signale que le fém. bâfreuse est peu usité. La différence d'emploi entre les 2 genres relève des mœurs plutôt que de la gramm.; il est vrai que la femme mange en gén. moins que l'homme.
PRONONC. : [bɑfʀ œ:ʀ], fém. [-ø:z].
ÉTYMOL. ET HIST. A.− Adj. 1571 bauffreur « glouton, vorace » (M. de La Porte, Epithetes, 151 vods Hug. : Dogue. Affamé ... bauffreur), seulement chez cet auteur. B.− Subst. 1611 bauffreur (Cotgr.); 1740 bâfreur (Ac.), qualifié de ,,bas`` dep. Ac. 1835. Dér. de bâfrer*; suff. -eur2*.

Wiktionnaire

Nom commun - français

bâfreur \ba.fʁœʁ\ masculin (pour une femme, on dit : bâfreuse)

  1. (Péjoratif) Celui qui bâfre.
    • C’est un grand bâfreur.
    • Le souvenir des saucisses belges de Rwabango, le bâfreur épurateur ethnique, la fit pencher pour la cuisine du continent. — (Patrick Besson, Mais le fleuve tuera l’homme blanc, 2009)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BÂFREUR (bâ-freur) s. m.
  • Celui qui mange avec excès et gloutonnerie. Populaire.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bâfreur »

Bâfrer ; Berry, baufreur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de bâfrer, avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bâfreur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bâfreur bafrœr

Évolution historique de l’usage du mot « bâfreur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bâfreur »

  • Il est payant parfois de savoir prendre son temps. Les tronches défaites du bâfreur hâtif et de l’éjaculateur précoce sont éloquentes à cet égard. De Pierre Desproges / Fonds de tiroir
  • Saint Pansard, gros mangeur, bâfreur, jouisseur au visage joufflu et rougeaud est un pantin rembourré de paille, mais aussi le bouc émissaire de cette journée. Il est déposé sur une bâche et projeté en l’air avant d’être brûlé. La Voix du Nord, Trélon : ce dimanche, le carnaval de la Saint-Pansard c’est géant!
  • C’est dans un restaurant à deux pas du Théâtre de la Porte-Saint-Martin, où elle répète « la Carpe et le Lapin » avec Vincent Dedienne, que Catherine Frot nous a fixé rendez-vous. Ni carpe ni lapin à son menu, juste une assiette de roquette agrémentée de burrata et arrosée d’eau plate. Elle réussira à prolonger ce gueuleton jusqu’à la fin de l’interview. Face à l’actrice qui fait mine de se nourrir d’une entrée, le journaliste qui prend un repas pourtant modeste se fait l’effet d’un horrible bâfreur. N’empêche qu’elle se trouve bien de ce régime : elle a conservé la fraîcheur éclatante de son teint et le velouté de ses joues rondes et roses, qu’on dirait astiquées comme les pommes sur les étals des fruitiers de luxe. L'Obs, Catherine Frot et Vincent Dedienne : « Très vite, quelque chose s’est mis en route »
  • Repéré par Forest, le boss d’Amaya, techno-gourou californien bâfreur de salade verte et apprenti sorcier, Jamie, après un interrogatoire musclé, des tests oculaires, le relevé de ses empreintes digitales et de son ADN, intègre le saint des saints, la machine. Un parallélépipède supporté par des champs magnétiques où des codeurs d’Amaya, gamins ou vieillards, triés sur le volet se livrent à d’étranges expériences sur la matière et le temps. Le lendemain matin, on retrouve son corps carbonisé : les bandes de vidéosurveillance l’attestent, il se serait immolé par le feu. Mais le spectateur, lui, a assisté à une tout autre version de sa mort. Lily se met à mener l’enquête en s’efforçant de « cracker » une mystérieuse appli installée sur le téléphone de Jamie. L'Obs, « Devs », les apprentis sorciers de la Silicon Valley
  • On notera qu’à ses côtés quelques partenaires de talent lui renvoient joyeusement la balle. Amy Adams campe une Lynne Cheney façon Lady Macbeth permanentée, Steve Carell un Donald Rumsfeld grimaçant en Machiavel au petit pied, Sam Rockwell un George Bush Jr en pantin flageolant bâfreur de steaks. Le Monde.fr, « Vice », une charge cruelle et haute en couleur contre Dick Cheney
  • Des bottes d’ogre dans une chapelle. C’est ce que les musiciens Grégory Dargent – à la guitare – et Claude Gomez – au clavier – créent comme atmosphère dans un prélude languissant. Serait-ce alors une ombre qui se dessine au fond de la scène? Jean-Quentin Châtelain entre en lice comme on sort d’une nuit de noces arrosée, pieds nus, complet gris de commis-voyageur, bretelles de bâfreur. Il colle une barbe à la Ferdinand Hodler contre un micro sur pied. Son art? Vous regarder dans les yeux, enraciné mais en bordure de tout. Sa politesse inaugurale caresse et coupe dans un même souffle: «Bonsoir. Moi, ça va très très très très bien. Et vous, comment allez-vous?» Dans sa bouche bientôt, toute une vie, celle de l’écrivain autrichien Peter Turrini, ce fils d’un menuisier italien installé en Carinthie. Le Temps, Jean-Quentin Châtelain, barbare magnifique dans «C’est la vie» - Le Temps
  • Cette tribu de caractériels bagarreurs, bâfreurs, râleurs, crétins parfois c'est nous. Nous tous qui les aimons tant parce qu'ils nous ressemblent et que, malgré leurs innombrables défauts, ils sont aussi courageux, altruistes, avec ce zeste de mauvaise foi qui nous fait rire. Et puis Astérix, à la fin de ses albums, il gagne. Et tout finit par un banquet. Alors, d'accord, il triche un peu avec la potion du druide Panoramix, mais les grandes baffes qu'Obélix assène aux Romains c'est celles que nous rêvons tous de mettre aux puissants de ce monde. Corse Matin, Covid-19. Chronique de la vie quotidienne : L'hommage des dessinateurs corses à Uderzo | Corse Matin
  • Jojo, 62 ans, est depuis des lustres le premier dans le cœur des coureurs charentais, gloutons de goudron comme bâfreurs de sentiers. Sans doute parce que celui qui fut deux fois champion de France du marathon, en 1984 et 1985, leur ressemble. Le talent en plus, la besogne vissée dans le cuir et la caboche… CharenteLibre.fr, Le Cognaçais Patrick Joannes, ancien champion de France de marathon, toujours dans la course - Charente Libre.fr

Traductions du mot « bâfreur »

Langue Traduction
Anglais gobbler
Espagnol pavo macho
Italien gobbler
Allemand fresser
Chinois 狼人
Arabe gobbler
Portugais gobbler
Russe индюк
Japonais ゴブラー
Basque gobbler
Corse gobbler
Source : Google Translate API

Synonymes de « bâfreur »

Source : synonymes de bâfreur sur lebonsynonyme.fr

Bâfreur

Retour au sommaire ➦

Partager