Goulu : définition de goulu


Goulu : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

GOULU, -UE, adj.

A. − [En parlant d'un homme ou d'un animal, de sa manière de boire ou de manger] Qui mange ou boit avec avidité. Synon. glouton, goinfre, vorace.Des dîneurs goulus précipitaient leur fourchette sur les porcelaines sonores (Hamp, Marée,1908, p. 70).Des femmes dont l'une allaitait une petite chose goulue (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 139).
Emploi subst. Derrière ces goulus [cent moines très joyeux] (...) Convers et marmitons, avec les maîtres queux (...) Comblaient les plats vidés, dégarnissaient les broches (Leconte de Lisle, Poèmes barb.,1878, p. 341) :
1. − Pourquoi est-ce qu'on t'a appelée La Goulue? lui demandai-je. − Ce que tu es bête, tu n'as pas compris? me répliqua la vieille grosse femme. C'est que j'étais mince comme un fil et que j'avais toujours faim quand j'étais môme, et cela faisait tellement rire les vieux messieurs avec qui je marchais pour bouffer et que je n'arrivais pas à me rassasier, qu'ils m'ont appelée La Goulue. Je n'arrêtais pas de boulotter. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 202.
Qui dénote de l'avidité. D'un grand coup goulu elle se met à boire (Giono, Gd troupeau,1931, p. 43).
Qui est impatient de manger :
2. Elle souffletait la chèvre, elle dispersait les poules à coups de pied, elle tapait de toute la force de ses poings sur le mufle de la vache. Mais les bêtes se secouaient, revenaient plus goulues, sautaient sur elle, l'envahissaient, arrachaient son tablier. Et clignant les yeux, elle murmurait à l'oreille d'Albine, comme si les bêtes avaient pu l'entendre : − Sont-elles drôles, ces amours! Attendez, vous allez les voir manger. Zola, Faute Abbé Mouret,1875, p. 1457.
B. − Au fig. [En parlant d'une personne] Qui est avide de quelque chose, qui désire immodérément quelque chose. Il possède une mémoire goulue, jamais comblée (Arnoux, Crimes innoc.,1952, p. 19) :
3. J'épuisai la bibliothèque de Jacques; je m'abonnai à la « Maison des amis des livres » (...); j'étais si goulue que je ne me contentais pas des deux volumes auxquels j'avais droit : j'en enfouissais clandestinement plus d'une demi-douzaine dans ma serviette... Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 186.
Goulu de.Avide de. J'ai travaillé pendant vingt ans pour l'argent; à présent je suis goulu de gloire, de considération, de renommée (A. Daudet, Nabab,1877, p. 82).C'est parmi les hommes goulus de succès le moins bas que je connaisse (Drieu La Roch., Rêv. bourg.,1939, p. 344).
P. méton. Qui exprime l'avidité, le désir. Regards, yeux goulus; baisers goulus; lèvres goulues. Quand elle traverse le débit bondé, portant les verres, ils la guignent d'un air goulu et disent crûment leur goût (Dorgelès, Croix bois,1919, p. 108).Une jeune femme, au bord de la Garonne est accoutumée à cette gloutonnerie du regard, à cette attention goulue des hommes (Mauriac, Génitrix,1923, p. 337) :
4. Ç'avait été, dans la ténèbre épaisse, une étreinte rapide et goulue, la nudité de la Flora parcourue sans entraves, à grands glissements de mains appuyés, un attouchement brutal et qui avait laissé aux doigts de Raboliot la brûlure d'un persistant contact... Genevoix, Raboliot,1925, p. 246.
Prononc. et Orth. : [guly]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1507-08 (Eloy d'Amerval, Livre de la Deablerie, éd. Ch.-F. Ward, 192b). Dér. de goule, gueule*; suff. -u*. Fréq. abs. littér. : 77.

Goulu : définition du Wiktionnaire

Adjectif

goulu \ɡu.ly\ masculin

  1. Qui aime à manger, qui mange avec avidité.
    • Toutes les femmes semblent échappées d'un carême ; elles se jettent à la viande, goulues; et pleines, et repues, elles laissent négligemment échapper « qu'un rien les indigestionne. » — (Edmond de Goncourt & Jules de Goncourt, Histoire de la société française pendant le directoire, 1864, 3e éd.p.189)
    • Pourtant, si l’on avait l’art
      De m’accommoder au lard
      Un bon plat de ces lentilles,
      Si petites, si gentilles,
      J'aurais le tort qu’Ésaü
      A eu, Aussi goulu que velu.
      — (Arm. Gouffé, Chanson.)
  2. (Par extension) Gourmand à l’excès.
    • Sous la moustache blonde du grand gaillard, ses lèvres goulues cherchaient la bouche voluptueuse, cependant que l’autre, sans s’attarder à des bagatelles inutiles et connaissant la valeur du temps, troussait vigoureusement les jupes. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Donnez-moi cette main qu’il ne baisera plus, Je veux la dévorer de mes baisers goulus. — (Paul Scarron, D. Japhet d’Arm. III, 4.)
    • C'est que chacun n'a pas cette amitié goulue Qui n'en veut que pour soi. — (Molière, Éc. des femmes, II, 3.)

Nom commun

goulu \ɡu.ly\ masculin (pour une femme on dit : goulue)

  1. Personne vorace.
    • Il n'avait qu’un œil, le goulu, Et duquel il ne voyait goutte. — (Paul Scarron, Virg. III. — cité par Littré)
    • Et puis, il y avait Carmen. Cette blonde fille confortable était une goulue d'amour qui, en dépit de son nom fleurant les Espagnes, — ollé! ollé! — sortait d'une cagna vermoulue de l'antique et respectable cité Jeanne d'Arc. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 88)
    • Ça intimide, une goulue, ça panique les sens. — (San-Antonio, Béru-Béru, Éditions Fleuve noir, 1970, chap. 3)
  2. Animal sauvage de Laponie et de Moscovie.
  3. Nom vulgaire de l'anguille.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Goulu : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GOULU, UE. adj.
Qui aime à manger et qui mange d'ordinaire avec avidité. C'est un homme extrêmement goulu. Le loup est un animal goulu. Le canard est un oiseau très goulu Substantivement, Un goulu.

Goulu : définition du Littré (1872-1877)

GOULU (gou-lu, lue) adj.
  • 1Qui aime à manger, qui mange avec avidité. Le canard est un oiseau très goulu. Pourtant, si l'on avait l'art De m'accommoder au lard Un bon plat de ces lentilles, Si petites, si gentilles, J'aurais le tort qu'Ésaü A eu, Aussi goulu que velu, Arm. Gouffé, Chanson.

    Par extension. Donnez-moi cette main qu'il ne baisera plus, Je veux la dévorer de mes baisers goulus, Scarron, D. Japhet d'Arm. III, 4.

    Fig. C'est que chacun n'a pas cette amitié goulue Qui n'en veut que pour soi, Molière, Éc. des femmes, II, 3.

    Terme de maréchalerie. Tenailles goulues, ou, substantivement, les goulues (voy. TENAILLES).

    Substantivement. Un vilain goulu. Une goulue. Il n'avait qu'un œil, le goulu, Et duquel il ne voyait goutte, Scarron, Virg. III.

  • 2Pois goulu, espèce de pois dont on mange les cosses.
  • 3 S. m. Animal sauvage de Laponie et de Moscovie.

    Goulu de mer, le requin.

HISTORIQUE

XVe s. Plusieurs humains, comme goulus, Sont en manger fort dissolus, Coquillart, dans le Dict. de DOCHEZ.

XVIe s. Il les nourrit si diversement [deux chiens], qu'il en rendit l'un gourmand et goulu, et l'autre bon à la chasse et à la queste, Amyot, Comm. il faut nourrir les enfants, 6.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Goulu : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

GOULU, adj. (Gramm.) qui mange avec trop d’avidité. C’est-là ce qui a fait appeller goulu le poisson galeus glaucus d’Artedi. Voyez l’article suivant.

Goulu de mer, galeus glaucus d’Artedi, (Icthyolog.) espece de squalus, & l’un des plus voraces de tous les animaux aquatiques. Il est d’un beau bleu sur le dos & d’un blanc-argentin sur le ventre ; ses narines s’étendent transversalement à toute la longueur du nez ; les trous de ses yeux sont de forme elliptique : il a deux rangs de dents larges & triangulaires ; sa queue est fourchue, mais une des fourches est plus grosse que l’autre ; enfin il a cette particularité remarquable, & néanmoins commune avec les autres poissons de son genre, c’est que sa vaste gueule est à la partie inférieure de la tête, ensorte qu’il est obligé de se tourner sur le dos avant que de pouvoir attraper sa proie. Si les poissons auxquels il donne la chasse, ne s’échappoient dans cet intervalle, dit le docteur Hansloane, aucun d’eux ne pourroit l’éviter, tant il a d’ardeur, de vîtesse, & de force en nageant. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « goulu »

Étymologie de goulu - Littré

Goule, aujourd'hui gueule ; provenç. golut.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de goulu - Wiktionnaire

De goule, aujourd'hui gueule, avec le suffixe -u.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « goulu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
goulu guly play_arrow

Citations contenant le mot « goulu »

  • Qu’il soit goulu et potelé ou poids plume longiligne, la corpulence et l’appétit de votre bébé vous tracassent ! Comment combler ses besoins nutritionnels sans tomber dans l’excès ? PARENTS.fr, Appétit de Bébé : les bons gestes pour votre enfant | PARENTS.fr

Images d'illustration du mot « goulu »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « goulu »

Langue Traduction
Corse avido
Basque greedy
Japonais 貪欲
Russe жадный
Portugais ávido
Arabe جشع
Chinois 贪婪
Allemand gierig
Italien avido
Espagnol codicioso
Anglais greedy
Source : Google Translate API

Synonymes de « goulu »

Source : synonymes de goulu sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « goulu »



mots du mois

Mots similaires