Fracas : définition de fracas


Fracas : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FRACAS, subst. masc.

A.− Bruit résultant d'un choc ou d'une rupture violente. Dès qu'il [Péguy] sentait la résistance, tout éclatait comme un cristal, et l'on entend tout au long de sa vie ce fracas de verre qui se brise (Tharaud, Péguy,1926, p. 210).Laisse-moi seul... (le cendrier lui échappe des doigts et tombe sur la tasse vide, qui se brise avec fracas.) (Martin du G., Taciturne,1932, III, 9, p. 1348).
P. ext. Grand bruit comparable à celui que fait quelque chose en se cassant. Avec le bruit du tonnerre et le fracas de l'orage (Bonald, Essai analyt.,1800, p. 70).Les portes s'ouvrirent avec fracas (About, Nez notaire,1862, p. 141).
P. métaph. Confusion d'objets et de couleurs :
1. Au cruel fracas des trop vives couleurs [de l'art Japonais], Dieux, héros, combats, et touffus gynécées, Je préférerais, d'entre les œuvres leurs, Telles scènes d'un bref pinceau retracées. Verlaine, Œuvres compl.,t. 3, Épigr., 1894, p. 223.
B.− Au fig. Tout ce qui ressortit au tumulte et à l'agitation. À grand fracas; faire (du) fracas; sans fracas. Ma vie, c'est la vôtre; car, vous qui me lisez, vous n'êtes point lancés dans le fracas des intérêts de ce monde (Sand, Hist. vie,t. 1, 1855, p. 28).Michel-Ange, Rubens, Delacroix et Van Gogh sont, certes, de beaux orages dont les éclats font écho, admirablement, au fracas de l'époque actuelle (Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 158).Le fracas des actions qui s'accomplissent au grand jour les couvre ou les arrête (Sarraute, Ère soupçon,1956, p. 86).
P. ext. Bruit ou éclat que fait une personne pour attirer l'attention :
2. ... au bal masqué, l'on entre avec fracas, La curiosité de tous hâte les pas : Les hommes viennent voir; les femmes, au contraire D'un spectacle gratis régalent le parterre. Nerval, Faust,1840, p. 27.
Expr. fam. Sans pertes ni fracas. Un coup de téléphone, et hop! le perturbateur est expulsé sans pertes ni fracas (Queneau, Pierrot,1942, p. 54).
Rem. On emploie souvent le mot fracas pour désigner un retentissement fâcheux. Crois-moi : le calme heureux d'une ame irréprochable, Vaut bien tout le fracas d'une gloire coupable (Delille, Œuvres posth., 1813, p. 193). L'ignoble article de Sanier, que la Voix du Peuple avait publié le matin, ces révélations fangeuses, ne comptait même plus, n'obtenait que des haussements d'épaules, tellement le public, nourri de boue, saturé de dénonciations et de calomnies, était las de ces scandales à fracas (Zola, Paris, t. 2, 1897, p. 202).
Prononc. et Orth. : [fʀaka]. Mais [ɑ] à la finale ds Fér. Crit. t. 2 1787, Land. 1834, Gattel 1841, Besch. 1845, Littré, DG, Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930. [a] ds Dub., Pt Rob., Warn. 1968 et Lar. Lang. fr. Cf. -as. Enq. : /fʀaka, (D)/. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1611 « action de briser; grand bruit » (Cotgr.). Déverbal de fracasser* plutôt qu'empr. à l'ital. fracasso (Bl.-W.5; EWFS2) : cf. tracasser/tracas. Fréq. abs. littér. : 854. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 096, b) 1 301; xxes. : a) 1 208, b) 1 272.

fracas < ital. fracasso -

Fracas : définition du Wiktionnaire

Nom commun

fracas \fʁa.ka\ masculin singulier et pluriel identiques

  1. Bruit semblable à celui d’une chose qui se brise en éclats.
    • La rupture des glaces s'opérait avec un fracas extraordinaire, comparable parfois à des décharges d'artillerie. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Enfin l’arbre tomba avec un horrible fracas et s’ouvrit dans toute sa longueur, […]. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Bitche n'est plus qu'une vaste fournaise : le sifflement des obus, les craquements de l'incendie, l'effondrement des maisons, […], toutes les terreurs, tous les fracas emplissent l'air. — (Général Ambert, Récits militaires : L'invasion (1870), p.431, Bloud & Barral, 1883)
    • Le châssis grinça encore, puis, dans un crissement horripilant, le levier joua et la roue trembla et retomba dans l'eau dans un fracas tonitruant. — (Tad Williams, L'arcane des épées, tome 8 : La tour de l'ange vert, traduit de l'américain par Jacques Collin, Editions Pocket/12-21, 2016)
  2. Tout ce qui se fait avec tumulte, avec désordre et grand bruit.
    • Le fracas de l'orchestre leur arrivait, assourdissant. Par instants, les violons dominaient le vacarme qu'ils semblaient apaiser, caresser, contenir, mais le saxo, le piston, la clarinette et surtout la trompette […] se mettaient ensemble à mugir et à pétarader de telle sorte que personne ne parlait plus. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Au fracas grinçant des roues, se devinait le cheminement des camions. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 41)
    • Les Belges tenaient un rang très-distingué parmi les Gaulois, […]. Ceux-ci remplissaient tout le monde connu du fracas de leurs armes ; leurs bandes aventureuses étaient partout. — (François-Xavier Masson, Annales ardennaises, ou Histoire des lieux qui forment le département des Ardennes et des contrées voisines, Mézières : imprimerie Lelaurin, 1861, p.26)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fracas : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FRACAS. n. m.
Bruit semblable à celui d'une chose qui se brise en éclats. Le fracas du tonnerre. Le fracas des armes. Un torrent qui roule ses eaux avec fracas. Il se dit également de Tout ce qui se fait avec tumulte, avec désordre et grand bruit. Quel fracas dans cette maison, dans cette assemblée! Ils firent leur entrée dans l'hôtel avec beaucoup de fracas. Le fracas de la rue. Faire du fracas signifie figurément Faire beaucoup d'embarras. Il était inutile de faire tant de fracas pour si peu de chose. Ne faites donc pas tant de fracas.

Fracas : définition du Littré (1872-1877)

FRACAS (fra-kâ ; l's se lie : un fra-kâ-z épouvantable) s. m.
  • 1Rupture ou fracture violente et bruyante. Les bombes ont fait un grand fracas dans la ville. Ce pont s'est entr'ouvert, a fait un grand fracas, Et dans les eaux du Tibre est tombé sous ses pas, Du Ryer, Scévole, I, 3.

    Fig. Ainsi quand vous voyez passer comme en un instant devant vos yeux, je ne dis pas les rois et les empereurs, mais les grands empires qui ont fait trembler tout l'univers ; quand vous voyez les Assyriens anciens et nouveaux, les Mèdes, les Perses, les Grecs, les Romains se présenter devant vous successivement et tomber, pour ainsi dire, les uns sur les autres, ce fracas effroyable vous fait sentir qu'il n'y a rien de solide parmi les hommes, et que l'inconstance et l'agitation sont le propre partage des choses humaines, Bossuet, Hist. III, 1. Le fracas des événements qui, de dix ans en dix ans, varient la scène du monde et qui arment puissamment les princes de l'Europe pour de petits intérêts, Voltaire, Lett. Richelieu, 25 nov. 1752.

  • 2Bruit semblable à celui d'une chose qu'on brise ; grand bruit. Avec grand bruit et grand fracas Un torrent tombait des montagnes, La Fontaine, Fabl. VIII, 23. Que le bruit, que le choc, que le fracas des armes Retentisse de toutes parts, Quinault, Cadmus, III, 6. Au bruit de la tempête, au fracas des torrents, Arnauld, Oscar, II, 2. Ils tirèrent mal, il est vrai, mais de si près, que la fumée, les feux et le fracas de tant de coups épouvantèrent les chevaux wurtembergeois et les renversèrent pêle-mêle, Ségur, Hist. de Nap. VI, 2.

    On dit qu'un orchestre fait du fracas lorsqu'il ne produit qu'un bruit sans effet.

  • 3Tout ce qui offre tumulte, désordre avec bruit. Et de son grand fracas surprenant l'assemblée, Dans le plus bel endroit a la pièce troublée, Molière, Fâcheux, I, 1. Tout ce fracas, Cet embarras Me pèse par trop sur les bras, Molière, Bourg. gentilh. V, entrée 1. Ce fut d'abord entre nous un fracas de questions sur Paris et sur Athènes, Chateaubriand, Itinér. I.

    Le fracas du monde, l'agitation de la vie du monde. Ce tourbillon qu'on appelle le monde Est si frivole, en tant d'erreurs abonde, Qu'il n'est permis d'en aimer le fracas Qu'à l'étourdi qui ne le connaît pas, Voltaire, Épît. LXIV. Loin du brillant fracas d'un monde ambitieux, Borné dans mes projets, sans désirs, sans envie, Mercure de juin 1749, p. 44.

    On dit dans un sens analogue, le fracas des villes. Le fracas des villes n'est fait que pour ceux qui ne peuvent s'occuper, Voltaire, Lett. Mme de Florian, 12 oct. 1767.

    Faire du fracas, crier bien haut, se plaindre hautement. [Il] Prétend qu'on le sépare [de sa femme] et fait bien du fracas, La Fontaine, Contr.

  • 4Il se dit, dans les compositions littéraires, et surtout dans les pièces de théâtre, de ce qui frappe l'oreille et l'esprit comme fait le fracas. Le public veut des coups de théâtre incroyables, de grands mots et du fracas, Voltaire, Lett. d'Argental, 2 mars 1766. Peut-être que l'appareil de la scène, le fracas de théâtre qui règne dans cet ouvrage, les rôles de Cicéron, de Catilina, de César, pourront frapper pendant quelques représentations, Voltaire, ib. 13 juill. 1751. Ce Gilles Shakspeare, avec toute sa barbarie et son ridicule, a des traits si naïfs et si vrais, et un fracas d'action si imposant, que tous les raisonnements de Pierre Corneille sont à la glace en comparaison du tragique de ce Gilles, Voltaire, Lett. Saurin, 28 fév. 1764.

    Terme de peinture. Multitude et confusion d'objets qui frappent et fatiguent la vue. Il a pour opposé silence.

  • 5Bruit qu'on fait dans le monde. Et lui-même ayant fait grand fracas, chère lie, Mis beaucoup en plaisirs en bâtiments beaucoup, Il devint pauvre tout d'un coup, La Fontaine, Fabl. VII, 14. Le beau Sidney, moins dangereux qu'il ne le paraissait, avait trop peu de vivacité pour soutenir le fracas dont menaçait sa figure, Hamilton, Gramm. 6. Il y avait sans doute, à la cour de ces rois comme ailleurs, de petits seigneurs très importants, faisant du fracas, Duclos, Consid. mœurs, ch. 5. Ce fracas indécent, fantôme du bonheur, Qu'une femme toujours paya de son honneur, Lanoue, Coquette, V, 3. Il demanda si on n'avait pas entendu parler de cette bande de jeunes gens qui avaient fait tant de fracas dans les environs, Voltaire, Jenni, 7.

    Il se dit, dans un sens analogue, des choses qui, attirant l'attention du public, excitent une sorte de soulèvement. Le livre de M. de Meaux fait un grand fracas ici ; on ne parle d'autre chose, Maintenon, Lett. au card. de Noailles, 29 juin 1698. Je sais fort bien que toute cette aventure fait du fracas dans votre Paris, où le beau monde veut des nouveautés, Voltaire, Lett. d'Argental, 30 janv. 1778.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fracas »

Étymologie de fracas - Littré

Ital. fracasso (voy. FRACASSER). Fracas paraît s'être formé de fracasser au XVIIe siècle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de fracas - Wiktionnaire

(1475) Déverbal sans suffixe de fracasser sur le modèle tracasser‒tracas, ou bien venant de l’italien fracasso (« fracas, tapage, tumulte  ») qui n’est pas d’origine latine. La racine pourrait avoir été tardivement empruntée au gaulois cisalpin voire au ligure du nord de l’Italie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fracas »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fracas fraka play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « fracas »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fracas »

  • Nous avons voulu, avec l’Union européenne, instaurer le règne de la paix perpétuelle. Notre grand rêve helvétique se fracasse aujourd’hui sur la réalité de l’islamisme. De Alain Finkielkraut / Extrait de l'interview du Figaro du 21 novembre 2015
  • Les unions qui ne se fracassent pas sont celles où l'amitié remplace l'amour quand l'amour s'en va. Parce que l'amour finit toujours par s'en aller. De André Mathieu / Complot
  • Qu’y a-t-il derrière l’ambition ? C’est cela qui fait sens. Derrière celle du Cid, il y a la trahison, la morgue, le goût pour la guerre et le fracas des armes. Derrière celle de la reine Constance et de ses Bourguignons, il y a l’avidité, l’hypocrisie et l’oppression. Derrière celle de Chimène Nuñez, il y a une femme que tu as aimée et que tu aimes encore, qui amasse les bijoux, l’or, les brocards et les châteaux ; quête sans but d’une femme qui sait qu’elle lira un jour dans tes yeux : « je ne t’aime plus »… Derrière la mienne, il y a un dessein : voir les deux peuples de ce pays et ses deux religions, vivant en paix sous l’égide d’un prince fort : Toi ! Je t’appuierai pour cela ; je suis la seule à pouvoir le faire ; je t’apporte les musulmans d’Espagne…
  • Shakespeare, en tombant ainsi sur moi à l'improviste, me foudroya. Son éclair, en m'ouvrant le ciel de l'art avec un fracas sublime, m'en illumina les plus lointaines profondeurs. Je reconnus la vraie grandeur, la vraie beauté, la vraie vérité dramatiques. De Hector Berlioz / Mémoires, 1870
  • Je vois l’histoire de mon pays comme un fleuve de mon enfance qui charriait tout sur son passage dans un fracas assourdissant. De Reinaldo Arenas
  • Trop de repos nous engourdit ; Trop de fracas nous étourdit ; Trop de froideur est indolence ; Trop d’activité turbulence... De Charles-François Panard / Oeuvres choisies
  • Ecoutez ce silence, quel grand fracas il porte en lui ; et rien ne sert de se couvrir les oreilles. De Dario Fo / Passione

Images d'illustration du mot « fracas »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fracas »

Langue Traduction
Corse crash
Basque hutsegite
Japonais クラッシュ
Russe авария
Portugais batida
Arabe يصطدم
Chinois 崩溃
Allemand absturz
Italien schianto
Espagnol choque
Anglais crash
Source : Google Translate API

Synonymes de « fracas »

Source : synonymes de fracas sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fracas »



mots du mois

Mots similaires