Fouler : définition de fouler


Fouler : définition du Wiktionnaire

Verbe

fouler \fu.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se fouler)

  1. Presser quelque chose qui cède, avec les pieds, les mains ou à l’aide d’un mécanisme.
    • Les raisins cueillis sont transportés dans de grandes cuves en bois où des hommes les foulent avec les pieds ; la pulpe étant brisée, les diverses matières constitutives sont ainsi mises en contact intime. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 134)
    • Cette industrie du drap est en effet l'une des plus complexes, et le nombre des opérations nécessaires pour transformer la laine brute en produit fini est très élevé. Il fallait trier la laine, la teindre, la mélanger, la carder, la filer, la tisser, dégraisser le tissu, le fouler, le lainer, le tondre, l'épinceter, et enfin lui donner de l'éclat en le pressant. — (André Maurois, histoire de l'Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p.235)
    • (Par extension) Fouler la vendange. — Fouler une cuve.
  2. (Chasse) Faire battre ou parcourir un bois par la meute.
  3. (Typographie) (Intransitif) Presser sur les feuilles qui reçoivent l’impression.
    • Cette presse foule bien, foule également, régulièrement.
  4. (Littéraire) (Soutenu) Marcher sur.
    • À Dixmont, au sud-est de Sens, une belle église gothique est entourée d'une espèce de prairie que peu de pieds ont foulée. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Tu croyais fouler le sol ferme, une piste — une pissate — te fier à son gazon honnête, il branle au même instant, la vase qu'il dissimule fait irruption à la surface, gargouille, emplit ta chaussure de sa rouille putride. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • On arpente les moquettes de la first classe, puis le linoléum de la classe touriste pour, enfin, fouler le caoutchouc merdâtre de la zone migrateuse. — (Frédéric Dard, San-Antonio : Les vacances de Bérurier, Paris : Éditions Fleuve noir, 1969)
    • Les paysans se réjouissent que la procession foule leurs champs, ce qui en accroît la fécondité. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 283)
  5. (Figuré) Opprimer par des exactions, surcharger d’impôts.
    • Une province foulée par l’ennemi.
  6. (Pronominal) ou (Transitif) Blesser en frappant ou en pressant fortement.
    • Cette chute lui a foulé le nerf.
    • Je me suis foulé le pied.
    • Dans cette chute, mon poignet s’est foulé.
    • Les selles neuves foulent souvent les chevaux.

Nom commun

fouler \Prononciation ?\

  1. (Football) Celui qui commet une faute.

Forme d’adjectif

fouler \Prononciation ?\

  1. Comparatif de foul.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fouler : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FOULER. v. tr.
Presser quelque chose qui cède, avec les pieds, les mains ou à l'aide d'un mécanisme. Fouler l'herbe. Fouler des raisins pour en faire sortir le jus. Les corroyeurs foulent le cuir avec les pieds pour l'amollir. On foule le drap pour le rendre plus fermé, plus serré. Par extension, Fouler la vendange. Fouler une cuve. En termes de Chasse, il signifie Faire battre ou parcourir un bois par la meute. En termes de Typographie, il se dit intransitivement de l'Action de la presse sur les feuilles qui reçoivent l'impression. Cette presse foule bien, foule également, régulièrement. Il signifie quelquefois, surtout en poésie et dans le style élevé, Marcher sur. Je foulais avec respect ce sol antique et sacré. Ils foulent avec indifférence la cendre des héros qui furent leurs ancêtres. Fouler aux pieds, Marcher sur quelqu'un, sur quelque chose presque toujours avec un sentiment de mépris, de colère, de vengeance. Jézabel fut foulée aux pieds des chevaux. Le duc de Guise foula aux pieds le corps de l'amiral Coligny. Fig., Fouler aux pieds les lois. Fouler aux pieds tout ce qu'il y a de plus sacré. Il signifie au figuré Opprimer par des exactions, surcharger d'impôts. Une province foulée par l'ennemi. Il signifie encore Blesser en foulant, en pressant fortement. Cette chute lui a foulé le nerf. Je me suis foulé le pied. Dans cette chute, mon poignet s'est foulé. Les selles neuves foulent souvent les chevaux. Fam., Il ne se foule pas la rate, Il ne se donne pas de peine. On dit aussi Il ne se foule pas.

Fouler : définition du Littré (1872-1877)

FOULER (fou-lé) v. a.
  • 1Presser, écraser une chose qui n'oppose guère de résistance. Fouler un lit. Fouler une robe, un bonnet. Ceux qui foulaient les raisins ne chanteront plus leurs chansons ordinaires, Sacy, Bible, Jérémie, XLVIII, 33.

    Fouler une cuve, y écraser les grappes de raisin.

    Fouler le drap pour le rendre plus ferme et plus serré. Défenses de faire fouler au moulin, mais bien au pied et à la main, Arrêt du Parlement, 8 févr. 1694.

    Fouler le cuir, lui donner un certain apprêt en le foulant aux pieds dans une cuve.

    Terme de bonnetier. Manier et accommoder la matière avec de l'eau dans la fouloire. Tous les ouvrages de bonneterie en laine seront foulés à la main, dégraissés avec du savon vert, foulés à deux eaux vives avec du savon de Marseille ou de Gênes…, Règlement, 8 mai 1734.

    Terme de chapelier. Manier et préparer le chapeau à force de bras sur la fouloire. Bien fouler le chapeau.

  • 2 Terme de commerce. Fouler le vin, remplir avec de l'eau ce qui fuit des tonneaux pendant le transport.
  • 3Marcher dessus. Que tout meure avec moi ; madame, que m'importe Qui foule après ma mort la terre qui me porte ? Corneille, Suréna, I, 3. La terre que je foule est à moi, Rousseau, Ém. V. Des prêtres fortunés foulent d'un pied tranquille Les tombeaux des Catons et la cendre d'Émile, Voltaire, Henr. IV. Là, pesant mes projets, de Néron massacré Je foulais en esprit le corps défiguré, Legouvé, Épichar. et N. I, 3. Nos chevaux, au soleil, foulaient l'herbe fleurie, Musset, Poésies nouv. à Alf. T.

    Fig. Qui dans un vain sonnet, placés au rang des dieux Se plaisent à fouler l'Olympe radieux, Boileau, Épit. IX.

    Fouler aux pieds, marcher dessus en appuyant avec les pieds, presque toujours avec le sens du mépris, de la colère, de la vengeance. Aussitôt ils la jetèrent [Jézabel] par la fenêtre, et la muraille fut teinte de son sang, et elle fut foulée aux pieds des chevaux, Sacy, Bible, Rois, IV, 9, 33. Il est venu accompagné de ses soldats ; ils m'ont foulé aux pieds et ils ont assiégé ma tente de toutes parts, Sacy, ib. Job, XIX, 12. Il [l'empereur Othon IV] se faisait, dit-on, fouler aux pieds de ses garçons de cuisine, et fouetter par des moines, Voltaire, Mœurs, 51. On vantait la générosité de son cœur [du duc de Guise] ; mais il n'en avait pas donné un grand exemple, quand il foula aux pieds, dans la rue Bétisi, le corps de l'amiral coligni, jeté à ses yeux par les fenêtres, Voltaire, ib. 173. La haine du nom chrétien est telle au Japon qu'on n'en approche point aujourd'hui sans fouler le Christ aux pieds, Diderot, Opin. des anc. phil. (Japonais.) Hennis d'orgueil, ô mon coursier fidèle, Et foule aux pieds les peuples et les rois, Béranger, Chant du Cosaque.

    Fig. Fouler aux pieds, traiter avec mépris, dédaigner, braver. Ils foulent aux pieds les priviléges des mendiants, Patru, Plaidoyer 5, dans RICHELET. Apprends de moi, pécheur, apprends l'obéissance Des sentiments humiliés ; Poudre, terre, limon, apprends de ta naissance À te faire fouler aux pieds, Corneille, Imit. III, 13. Alors foulant aux pieds la discorde et l'envie, Corneille, Pomp. III, 5. Leurs rejetons seront réduits en poudre, parce qu'ils ont foulé aux pieds la loi du Seigneur des armées, Sacy, Bible, Isaïe, V, 24. Qui foule aux pieds pour vous vos vainqueurs en colère, Racine, Andr. III, 8. Et qui [Caligula, Néron], ne conservant que la figure d'homme, Foulèrent à leurs pieds toutes les lois de Rome, Racine, Bérén. II, 2. J'ai foulé sous les pieds remords, crainte, pudeur, Racine, Esth. III, 1. Ce bandeau dont il faut que je paraisse ornée… Seule et dans le secret je le foule à mes pieds, Racine, Esth. I, 4. Leur orgueil foule aux pieds l'orgueil du diadème, Voltaire, Brutus, I, 3.

  • 4 Terme de chasse. Faire battre ou parcourir un terrain par le limier ou par une meute. Fouler une enceinte.
  • 5Opprimer. Que par force le faible est foulé du puissant, Régnier, Épit. I. La veuve, l'orphelin, tous ceux qu'on foule ou qu'on opprime, Massillon, Pet. carême, Hum. Ce colosse effrayant [Rome] dont le monde est foulé, Voltaire, Mort de Cés. III, 5.

    Particulièrement. Accabler d'impôts, d'exactions. Et sans fouler le peuple en aucune façon, Molière, Fâch. III, 3. Les gouverneurs qui l'avaient précédé [Néhémias] avaient beaucoup foulé ce pauvre peuple, Bossuet, Sermons, Ambition, Fragment sur le même sujet.

    Fig. et par plaisanterie. C'est un bon prince qui ne foule guère ses sujets, se dit d'un homme doux et pacifique.

  • 6Blesser par frottement ou par tiraillement. La selle foule ce cheval. Il ne faut rien pour fouler le pied à un cheval.
  • 7 Terme de chasse. Fouler la bête, se dit des chiens quand ils mordent l'animal après l'avoir renversé. Ce chien a beaucoup d'ardeur pour fouler le cerf. Les chiens n'ont nulle ardeur pour fouler le loup, et répugnent si fort à manger de sa chair, qu'il faut la préparer et l'assaisonner lorsqu'on veut leur en faire curée, Buffon, Loup.

    Il se dit aussi des chiens auxquels on abandonne la bête. Laisser fouler le cerf aux chiens.

  • 8Distendre une articulation, la contondre. Cette chute m'a foulé le poignet.

    Se fouler, fouler à soi. Il s'est foulé le pied en tombant.

    Fig. et populairement. Il ne se foule pas la rate, il ne se donne ni mal ni peine.

  • 9 V. n. Exercer une action de pression. On feutre en foulant.

    Terme d'impression. Il se dit de l'action de la presse sur les feuilles. Cette presse foule également.

  • 10Se fouler, v. réfl. Être pressé, serré par la foule. On s'est beaucoup foulé à la sortie du spectacle.

    Fig. et familièrement. Il ne se foule pas, il ne se donne pas beaucoup de peine. Je pense faire ce travail en deux jours sans me fouler.

    Éprouver une foulure. Mon genou s'est foulé dans la chute.

HISTORIQUE

XIIe s. Li cristien rei solent sainte iglise obeir ; Lais [un laïque] ne deit clerc fuler, mais chier le deit tenir, Th. le mart. 75. Mais de primes en est Normendie fulée, ib. 153.

XIIIe s. Renart, la male flame t'arde ! Tantes foiz nos avez folées Et chacies et tribulées, Et descirées nos pelices, Ren. 10015. Lede estoit et sale et oulée Cele ymage, et megre et chetive, Et aussi vert cum une oive, la Rose, 196. …Dieux avoit planté La vigne et follé le vin, Rutebeuf, II, 66. Les chevaus à nos gens estolen ; frez, et les chevaus aus Turs estoient jà foulez [fatigués], Joinville.

XVe s. Et dedans deux ans ou trois, quand ils [les gens du duc d'Anjou] seroient foulés, lassés et tannés, il [Charles de Duras] les combattroit à son avantage, Froissart, II, II, 136. Vertu et vaillance ou parfaite science, tant soit elle foulee, ne laisse pas pourtant d'avoir d'aucuns la louange qu'elle doibt avoir, Bouciq. III, 14. Le rouge chevalier, qui ne se fouloit point, faisoit tant d'armes, que devant ses coups il ne demouroit chevalier en selle, Perceforest, t. III, f° 33. Le tiers [le 3e chasseur] l'ours le print et le foulla soubz luy, Commines, IV, 3. Seront tenus fouller sus establie à la main tant seulement, sans fouller au pied…, Ordonn. mars 1450.

XVIe s. À recevoir tant de cervelles estrangieres, il est necessaire que la sienne se foule, se contraigne et rapetisse pour faire place aux aultres, Montaigne, I, 139. Quelqu'un en mes jours, estant reproché par le roy d'avoir mis les mains sur un presbtre, le nioit fort et ferme : c'estoit qu'il l'avoit battu et foulé aux pieds, Montaigne, I, 323. Les ames seroient à se fouler à qui prendroit place la premiere…, Montaigne, II, 308. Comme si son but estoit de fouler aux pieds le genre humain, Lanoue, 373. Les Gaulois estimerent leur honneur foulé en ce que les Romains les alloient assaillir les premiers, Amyot, Cam. 70. Bien aises de son malheur, comme s'ilz eussent foulé aux pieds celuy que la fortune avoit abatu, Amyot, Timol. 20. …De repudier ainsi, à la vollée, des princesses de bien et d'honneur, foulant leur reputation, Carloix, II, 2. Le matin on vint pour rompre et fouler la porte de sa chambre, pour la tuer, Brantôme, Cap. fr. t. IV, p. 10, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Fouler : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* FOULER, v. act. (Gram.) au simple, presser fortement, soit avec les piés soit avec les mains, soit avec un instrument ; ce verbe a un grand nombre d’acceptions différentes. On est foule dans un grand concours de monde ; on foule le drap, la vendange, le chapeau, la terre : au figuré, en foule les peuples, lorsqu’on les charge d’impôts excessifs ; on foule la gloire aux piés, par l’extreme mépris qu’on en fait ; il se dit aussi de la vertu, de ses devoirs, &c.

* Fouler, chez les Chapeliers, c’est presser le feutre sur une table de foule ou sur un fouloir avec le roulet, à l’eau chaude, chargée de la lie des Vinaigriers. On ajoûte à l’eau la lie exprimée des Vinaigriers, parce qu’il faut pour amollir les poils & d’autres substances animales, un degré de chaleur supérieur à l’eau bouillante, que la lie donne à l’eau. Il en est de cette manœuvre ainsi que de toutes les dissolutions de sels dans l’eau. Voyez les articles Chapeau, Rouler.

* Fouler le Cuir, terme de Corroyeur, c’est une des préparations qui se réiterent souvent dans la fabrique des cuirs corroyés.

On foule les cuirs une premiere fois avec les piés, après qu’ils ont séjourné pendant quelque tems dans une cuve pleine d’eau ; cela s’appelle, en terme du métier, fouler pour amollir. On fait la même opération une seconde fois ; ce qui se nomme fouler pour retenir ; & enfin on foule les cuirs une troisieme fois, après leur avoir donne le suif ; & c’est fouler pour crépir. Voyez la fig. A de la vignette du Corroyeur.

* Fouler le Cuir, terme de Hongrieur, c’est agiter & presser le cuir en marchant dessus, dans un cuvier long fait en forme de baignoire, où l’on a mis de l’eau chaude imprégnée de sel & d’alun qu’on y a fait dissoudre.

* Fouler le Drap, voyez à l’article Laine les ouvrages de manufacture en laine.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Fouler : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « fouler » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « fouler »

Étymologie de fouler - Wiktionnaire

(Nom commun) du verbe foul avec le suffixe -er.
(Forme d’adjectif) de l’adjectif foul avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de fouler - Wiktionnaire

Du bas-latin fullare (« exercer le métier de foulon »), du latin fullo (« foulon »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de fouler - Littré

Wallon, foler, marcher sur ; provenç. folar, follar ; espagn. hollar ; ital. follare ; d'un radical latin full, qui se trouve dans fullo, foulon, et dans fulcire, appuyer. C'est par une dérivation facile que de fouler, serrer, presser, on a tiré foule, presse de gens.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fouler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fouler fule play_arrow

Conjugaison du verbe « fouler »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe fouler

Évolution historique de l’usage du mot « fouler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fouler »

  • « On a oublié ce qu’était une scène ! On n’a pas beaucoup dormi ces derniers jours, mais on est en pleine forme et on a vraiment hâte de retrouver les copains et les danseurs ». Ar C’hi WaWa est fin prêt à fouler de nouveau les planches, à l’occasion du concert de l’été, ce samedi 11 juillet, à la salle Arvest de Pleyben. Le Telegramme, À Pleyben, Ar C’hi WaWa prêt à partager son énergie - Pleyben - Le Télégramme
  • « Entre Agen et Marmande, c’est un paysage aussi beau que l’Italie; le charme des coteaux, la couleur de la terre, le costume, jusqu’au langage, évoquent les rives de Florence et de Sienne. Le Lot-et-Garonne est la Toscane de la France. » Le parallèle fait par Stendhal dans son « Voyage dans le midi de la France », paru en 1930, tient à une histoire d’eaux. Amateur de contrastes, conteur des opposés, l’auteur du roman « Le Rouge et le Noir » n’a sans doute pas eu l’opportunité de fouler les prairies sèches de Tournon-d’Agenais. SudOuest.fr, Lot-et-Garonne : le Coteau de Casserouge, un coin de garrigue dans le Sud-Ouest
  • Mais "KB9", en plein boum pour la meilleure saison de sa carrière au Real, est bien revenu fouler la pelouse du petit stade Di Stefano, deux semaines après sa talonnade magique pour Casemiro, et emmener dans son sillage le Real. LaProvence.com, Sports | Espagne: une passe, un but, Benzema emmène le Real vers le titre | La Provence

Images d'illustration du mot « fouler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fouler »

Langue Traduction
Corse treccia
Basque errodadura
Japonais トレッド
Russe протектор
Portugais piso
Arabe منبسط
Chinois
Allemand treten
Italien filo
Espagnol huella
Anglais tread
Source : Google Translate API

Synonymes de « fouler »

Source : synonymes de fouler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fouler »


Mots similaires