Piétiner : définition de piétiner


Piétiner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PIÉTINER, verbe

A. − Empl. intrans.
1. [Le suj. désigne une pers., un animal] Frapper vivement des pieds sur place; marteler le sol avec un bruit sourd. Synon. piaffer, trépigner.Piétiner de colère, d'énervement, d'impatience. Florentine s'était mise à piétiner pour se réchauffer (Roy, Bonheur occas., 1945, p.46):
1. Il y avait l'éditeur Pelet, du quai Voltaire, à l'aspect d'un tortionnaire moyenâgeux, et toujours escorté de deux grands chiens qui piétinaient toute la nuit sur la tête du ménage Toudouze. Goncourt, Journal, 1895, p.852.
P. métaph. Et vous avez piétiné sur sa douleur, et vous lui refusiez l'éternité qu'il mendiait (Curel, Nouv. idole, 1899, ii, 6, p.229).
2. P. ext. Avancer difficilement, à petit pas; aller et venir en marquant de nombreux arrêts.
a) [Le suj. désigne une pers., un animal] Claude, déjà en redingote, piétinant d'ennui, eut l'idée d'aller prendre Mahoudeau (Zola, L'OEuvre, 1886, p.240).Vous auriez piétiné toute votre journée dans des rues à tramways (Farrère, Homme qui assass., 1907, p.141).Un troupeau de vaches sortait de l'étable ou y rentrait, piétinant dans la neige (Malègue, Augustin, t.2, 1933, p.480).
b) P. méton., [le suj. désigne un véhicule attelé] Les voitures légères piétinaient longtemps derrière les lourds attelages avant de pouvoir passer (Giono, Bonheur fou, 1957, p.308).
3. Au fig. Ne pas progresser, rester dans le même état, la même situation.
a) [Le suj. désigne une pers.] François avait donné sa démission du poste de courtier où il piétinait (Vialar, Bon Dieu, 1953, p.30).
b) [Le suj. désigne une réalité abstr.] Engagée à l'aube (...) la bataille piétinait encore vers trois heures [de l'après-midi] (Daudet, Ciel de feu, 1934, p.182).De temps en temps, je reprends le livre depuis son début, j'entends par là que je le feuillette de manière à revoir en quelques secondes le contenu de chaque page. Je vois ainsi si cela avance, si cela bouge, ou si au contraire cela piétine (Green, Journal, 1954, p.276).
B. − Empl. trans.
1. Piétiner qqn, qqc.Fouler aux pieds, écraser. Piétiner la terre, des grappes de raisin. J'ai piétiné le chapeau de ce monsieur bourgeois devant le café des officiers (Hugo, Misér., t.1, 1862, p.241).Faites un saint Michel piétinant Satan (Péladan, Vice supr., 1884, p.100):
2. Tous nos invités étaient d'une civilité parfaite et pourtant ils ont écrasé les branches des arbres, cueilli, pour les emporter, les fleurs qui poussent au hasard et qui nous ravissent quand même. Ils ont, en se promenant, piétiné le potager... Duhamel, Désert Bièvres, 1937, p.186.
P. métaph. Piétiner l'âme, le coeur de qqn. M'ont-ils assez piétiné, m'ont-ils assez craché au visage, les immondes pauvres! (Larbaud, Barnabooth, 1913, p.118).Il a piétiné un peu de sa conscience, un peu de son amour-propre, un peu de l'avenir (Martin du G., J. Barois, 1913, p.273).
Piétiner un cadavre, un mort. Insulter, trahir la mémoire de quelqu'un après sa mort. Des prudences pour n'être pas vue, parce qu'on est en grand deuil, parce qu'on piétine joyeusement le cadavre de son cher petit papa (Montherl., Lépreuses, 1939, p.1410).
2. Au fig. Violer, transgresser (des lois, des règles). La force renverse la loi, piétine la liberté de la presse et celle des individus (Tocqueville, Corresp.[avec Reeve], 1851, p.128).Ces profiteurs cosmopolites, qui piétinaient joyeusement les traditions du pays (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p.761).
REM. 1.
Piétinant, -ante, part. prés. en empl. adj.a) Qui piétine, frappe vivement du pied sur le sol. Notre meute bavarde et piétinante traverse la cour et entre à l'école maternelle (Colette, Cl. école, 1900, p.49).Le piétinant troupeau pressé des brebis passe Dans la lumière du couchant (Ch. Guérin, Coeur solit., 1904, p.79).b) Au fig. Qui ne progresse pas. Il ne s'amuse pas aux menues querelles d'à côté, nigaudes, piétinantes, qui laissent la vraie question intacte (Bremond, Poés. pure, 1926, p.33).
2.
Piétineur, -euse, subst.Celui, celle qui piétine quelque chose. À moins qu'il ait été lui-même le piétineur et que cette fatigue muette qui le laissait maintenant debout mais sans gestes (...) soit tout simplement la fin de sa colère (Giono, Batailles ds mont., 1937, p.30).
Prononc. et Orth.: [pjetine], (il) piétine [pjetin]. Ac. 1694, 1718: pietiner; dep. 1740: piétiner. Étymol. et Hist. 1. Verbe intrans. a) 1621 «frapper des pieds à terre, trépigner» (Oudin, Thresor des deux langues françoise et espagnolle); b) 1821-24 «remuer les pieds en avançant péniblement» (Barante, Hist. ducs Bourg., t.4, p.68); c) 1866 p. métaph. «ne pas avancer» (Amiel, Journal, p.481); d) 1899 fig. (Clemenceau, Iniquité, p.376: C'est un juif qui parle, piétinant, pour être élu, sur le cadavre de son coreligionnaire); 2. verbe trans. a) av. 1784 «frapper avec les pieds de façon répétée» (Diderot, Opin. des Anciens philosophes ds Littré); b) 1851 fig. (Tocqueville, loc. cit.). Dér. de piéter*; suff. -iner*. Fréq. abs. littér.: 604. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 88, b) 729; xxes.: a) 1398, b) 1258.

Piétiner : définition du Wiktionnaire

Verbe

piétiner intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Remuer fréquemment et vivement les pieds, s’agiter sur place.
    • Les chevaux, en piaffant, piétinèrent dans les flaques sanglantes. C'était le sacrifice de bienvenue. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
  2. (Figuré) Ne faire aucun progrès.
    • [Titre] La réforme de la justice piétine à l’Assemblée — (Le Monde avec AFP, La réforme de la justice piétine à l’Assemblée, Le Monde. Mis en ligne le 24 novembre 2018)

piétiner transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Fouler avec les pieds.
    • Dans ma tente même, aux endroits qui ne sont pas constamment piétinés, sous mon lit, dans les coins, il y a maintenant tout un jardinet d'herbes vertes et de fleurettes multicolores. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 110)
    • Son petit chapeau du dimanche, pour aller à l'église, son petit tambourin noir, elle l'arrache et le jette devant elle, sur la route. Et puis elle le piétine, avec ses chaussures du dimanche, elle piétine le satin noir dans la poussière de la route. — (Chuck Palahniuk, Peste, traduit de l'anglais (USA) par Alain Defossé, Éditions Gallimard (Folio SF), 2017)
  2. (Figuré) (Familier) Vaincre, mettre en pièces, écraser.
    • On va les piétiner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Piétiner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PIÉTINER. v. intr.
Remuer fréquemment et vivement les pieds, s'agiter sur place. Cet enfant ne fait que piétiner. Piétiner de colère, de rage, d'impatience. On n'avance pas : on piétine sur place. Il s'emploie aussi figurément et signifie Ne faire aucun progrès. On piétine sur place pour cette affaire. Il s'emploie aussi transitivement et signifie alors Fouler avec les pieds. Piétiner le sol. Le terrain était piétiné tout autour de la maison.

Piétiner : définition du Littré (1872-1877)

PIÉTINER (pié-ti-né)
  • 1 V. n. Remuer vivement, fréquemment les pieds. Piétiner de colère, d'impatience. Il va, il vient, il piétine, il peste contre son infidèle, Regnard, Attendez-moi sous l'orme, 3.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

  • 2 V. a. Fouler avec les pieds. Ces femmes [convulsionnaires] qui se font aujourd'hui piétiner, donner des coups d'épée, crucifier, frapper à coups de bûches, Diderot, Opin. des anc. philos. (pythagorisme).
  • 3Corroyer avec les pieds.

HISTORIQUE

XIVe s. C'est maniere de prestre en le [la] nostre partie, Que leur orisons die, pietiant le [la] chaucie, Baud. de Sebourg, dans Hist. litt. de la France, t. XXV, p. 557.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « piétiner »

Étymologie de piétiner - Littré

Dérivé de pied ; wallon, pîtlé ; genev. piotonner. L'ancienne forme dérivée était pietoier, pietiier. On trouve aussi pieteller, et, dans Villon, pietoner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de piétiner - Wiktionnaire

(1621) Dérivé de piéter avec le suffixe -iner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « piétiner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
piétiner pietɛ̃e play_arrow

Conjugaison du verbe « piétiner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe piétiner

Citations contenant le mot « piétiner »

  • Étant une femme à forte caractère, Maeva Ghennam ne se laisse pas piétiner dans les émissions de télé réalité, de même dans la vraie vie. Après avoir su que quelqu’un a dévoilé où elle habitait, l’ancienne petite amie de Greg était furieuse. amomama.fr, Maeva Ghennam, paralysée et hospitalisée à cause du gaz hilarant : “C'est hyper dangereux”
  • Une vidéo, qui a rapidement circulé sur les réseaux sociaux, montre la cohue ainsi que des personnes en venir aux mains pour prendre un chariot, ou encore des clients se faire piétiner par d’autres pour pouvoir entrer le plus rapidement possible dans le supermarché. L'essentiel, Des promos au supermarché causent l'émeute
  • Ce mortel ennui, devant les générations à venir, qui en seront réduites à des relations tarifées ou contractuelles. Devant les enivrés de haine, qui ne considèrent pas l’intelligence comme un atout et ont décidé plus que de s’en passer, de la piétiner systématiquement. Le Monde.fr, Mazarine Pingeot au sujet des nouveaux combats féministes : « Ce mortel ennui qui me vient… »
  • Les marchés n'espèrent pas d'annonce majeure de la part de la Réserve fédérale américaine (Fed) à l'issue de sa réunion de politique monétaire mercredi, tandis que les négociations au Congrès sur un nouveau plan d'aide fédéral pour l'économie américaine continuent de piétiner. Le Figaro.fr, La Bourse de Tokyo fragilisée par les mauvais résultats d'entreprises
  • Côte d'Ivoire : Billon se dit inquiet de voir le gouvernement piétiner de plus en plus librement les institutions KOACI, Côte d'Ivoire : Billon se dit inquiet de voir le gouvernement piétiner de plus en plus librement les institutions - KOACI
  • Exposition « Ne pas piétiner : Espace Naturel au Repos » du samedi 19 septembre au dimanche 20 septembre à Maison des Dentelles Unidivers, Exposition « Ne pas piétiner : Espace Naturel au Repos » Maison des Dentelles Argentan samedi 19 septembre 2020
  • Il ne faut pas piétiner sur le bonheur des autres pour arriver à son propre bonheur. De Michelle Le Normand / La plus belle chose du monde
  • Nous piétinerons éternellement aux frontières de l'Inconnu, cherchant à comprendre ce qui restera toujours incompréhensible. Et c'est précisément cela qui fait des nous des hommes. De Isaac Asimov / Les cavernes d'acier
  • Penser et agir par nous-mêmes et pour nous-mêmes, en Nègres..., accéder à la modernité sans piétiner notre authenticité. De Léopold Sédar Senghor
  • Il vaut mieux avancer dans la pagaille que piétiner dans l’ordre. De Claude Fitoussi
  • C'est un penchant inné chez les mortels de piétiner celui qui est tombé. De Eschyle / Agamemnon
  • Il est dans la nature de l'homme de piétiner ce qui est à terre. De Eschyle

Images d'illustration du mot « piétiner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « piétiner »

Langue Traduction
Corse tramandà
Basque zapalduko
Japonais トランプル
Russe топтать
Portugais atropelar
Arabe تدوس
Chinois 践踏
Allemand trampeln
Italien calpestare
Espagnol pisotear
Anglais trample
Source : Google Translate API

Synonymes de « piétiner »

Source : synonymes de piétiner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « piétiner »



mots du mois

Mots similaires