La langue française

Faillir

Définitions du mot « faillir »

Trésor de la Langue Française informatisé

FAILLIR1, verbe intrans.

I.
A.− Céder, ne pas résister.
1. [Le suj. désigne une chose] Cet édifice a failli par le pied (Ac.).
P. anal. Vite essoufflé, le gars avait perdu sa prodigieuse souplesse et faillait d'ailleurs par les jarrets autant que par les coudes (Cladel, Ompdrailles,1879, p. 152).
2. [Le suj. désigne une pers.] Gabinius, conduit le dernier dans la curie (...), faillit comme les autres (Mérimée, Conjur. Catilina,1844, p. 348):
1. Oui, ton âme fut belle, ainsi que ton génie; Elle ne faillit point devant la tyrannie, Et chanta dans les fers l'hymne de liberté. Barbier, Iambes,1840, p. 148.
B.− Manquer, faire faute, faire défaut. Je ne te faudrai point mon ami. Au lieu d'aller te mariner dans les Indes, il est beaucoup plus simple de naviguer de conserve avec moi dans les eaux de la Seine (Balzac, Contrat mar.,1835, p. 353).Quelque chose de sa conscience d'honnête homme eût pu faillir dans les crises de la vie (Goncourt, Journal,1854, p. 128).Des sujets dont le loyalisme n'avait jamais failli (Barrès, Colline insp.,1913, p. 79):
2. Un homme de chez nous a fait ici jaillir, Depuis le ras du sol jusqu'au pied de la croix, Plus haut que tous les saints, plus haut que tous les rois, La flèche irréprochable et qui ne peut faillir. Péguy, Tapisserie N.-D.,1913, p. 678.
Faillir à + subst.Inflexible dans sa logique, la guerre ne faut pas, dans l'application, à ses propres maximes (Proudhon, Guerre et Paix,1861, p. 493).Faillir à son devoir, à sa destinée. Il s'agit ici de ne point faillir aux espoirs qu'ont reportés sur moi des créatures désespérées (Gide, Journal,1934, p. 1210).
3. ... ne craignez-vous pas d'outrager le marquis et sa fille en mettant le pied sur ces terres? N'est-ce point faillir du même coup au culte de l'amitié et à la religion du malheur? Sandeau, Mllede La Seiglière,1848, p. 43.
Faillir à sa parole, à sa promesse. Ne pas tenir sa parole, sa promesse. Il s'était juré de ne pas faillir à sa promesse. Il n'y faillirait pas (Mauriac, Galigaï,1952, p. 116).
Faillir à + inf.Je ne puis faillir à dire quelque chose en l'honneur des rois mages (Renan, Feuilles dét.,1892, p. 76):
4. ... je te prie, Philippe, que tu trouves des excuses à ces deux générations, dont l'une faillit à garder l'honneur et dont la seconde ne sut point le rétablir. Barrès, Amit. fr.1903, p. 211.
Avoir une défaillance. Quand il revit ce visage altéré à peine et sa beauté encore reconnaissable à travers la mort, le cœur lui faillit (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 2, 1863-69, p. 48).Enfin nous arrivâmes, moi, le cœur faillant, lui joyeux et affairé comme un démon (Green, Autre sommeil,1931, p. 93):
5. − Lisez, lisez, monsieur, s'écria Adamas, assurez-vous bien... − Je ne puis, dit le marquis, qui devint pâle, le cœur me faut! D'où vient ce papier? Sand, Beaux MM. Bois-Doré,t. 1, 1858, p. 203.
Loc., vx. À jour faillant. ,,Lorsque le jour est près de manquer`` (Ac. 1835). Arriver à jour faillant (Ac. 1835). À nuit faillie, à jour failli. Après la tombée du jour. On l'accusait (...) d'escalader, à nuit faillie, les fenêtres des métairies (Fabre, Xavière,1890, p. 113):
6. Et voilà qu'à l'entrée de Soisy, le bel orphelinat (...) donne à ces roulottiers l'idée de laisser là un de leurs petits brame-la-faim, la plus jeune, la fillette toute mignonne, tout angélique, que l'on dépose, au jour failli, sous le porche haussé d'une croix. A. Daudet, Pte paroisse,1895, p. 289.
Proverbe. Au bout de l'aune faut le drap*.
C.− Au fig.
1. Tomber dans l'erreur, se tromper. Les plus doctes sont sujets à faillir (Ac.1932).Dans cette haute magistrature, sur tous les points il [Renan] faillit. Il n'admit pas la preuve ontologique (Barrès, Cahiers,t. 1, 1898, p. 173).
2. Commettre une faute. Je crus (...) ne pouvoir faillir en obéissant à la reine (Courier, Pamphlets pol.,1824, p. 71):
7. ... De faveurs sans égales J'ai joui, tout enfant, près du prince de Galles. Chaque fois que... Son altesse royale avait failli, j'avais Le privilège... De recevoir le fouet que méritait le prince. Hugo, Cromwell,1827, p. 145.
Spéc., vieilli. [Le suj. désigne une femme] Succomber à la séduction, se laisser séduire. Si vous n'aviez pas failli vous-même, jamais je ne vous aurais parlé de ces choses, car j'aurais craint de vous salir (Zola, Renée,1887, I, 2, p. 331):
8. ... il n'était pas fâché de voir cette Blanchotte (...) et il se disait peut-être, au fond de sa pensée, qu'une jeunesse qui avait failli pouvait bien faillir encore. Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Papa de Simon, 1879, p. 18.
II.− [En fonction d'auxil. suivi de l'inf., pour exprimer qu'un fait a été près de se produire] Être tout près de, sur le point de, manquer de.
A.− Vx. Faillir de/à + inf.
Faillir de.À l'entrée de la nuit, nous faillîmes d'être arrêtés au village de Saint-Paternion (Chateaubr., Mém.,t. 4, 1848, p. 456).
Faillir àIl a failli à me blesser; il a failli à être ministre; cet événement faillit à retarder notre départ (Ac.1835, 1878).
B.− Usuel. Faillir + inf.Il se jeta tout effaré hors de sa chambre et faillit être renversé par maître Jolibois (Sandeau, Sacs,1851, p. 24).Elle faillit dire quelque chose; mais se tut (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 501):
9. ... il m'empoigna la taille et me donna, sur la nuque, un baiser qui faillit me décoiffer. − Tu es épatante... souffla-t-il... Ah! nom d'un chien! ... ce que tu sens bon... Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 153.
Rem. 1. ,,Faillir n'est plus guère usité qu'à l'infinitif, au passé simple : je faillis, etc.; au futur : je faillirai, etc.; au conditionnel : je faillirais, etc.; et aux temps composés : j'ai failli, j'avais failli, etc.`` (Grev. 1969 § 701, p. 652). 2. On rencontre ds la docum. le part. passé adj. failli, vx ou région. Lâche. Chante. Quiche, afin de fouetter les jus de navet de leurs veines, d'activer, leur cœur failli et mollasson! (Arnoux, Rhône, 1944, p. 113). [Gabrielle] − Tenez, t'nez encore (...) Faillis! L'alcool de cidre débordait. Ils [les ouvriers] ne burent pas (La Varende, Indulg. plén., 1951, p. 155). Mar. Failli gars. Mauvais marin. Le navire était soûl; l'eau sur nous nous faisait nappe. − Aux pompes, faillis chiens! L'équipage fit − non − (Corbière, Am. Jaunes, 1873, p. 211). P. anal. [La vivandière :] Mais qui diable est-ce qui vous trahit, faillis soldats? (Richepin, Chien, 1898, p. 4). 3. La plupart des dict. gén. enregistrent a) La loc. (en termes de blas.) chevrons faillis. Chevrons brisés dans leurs montants. b) Faillance, subst. fém., vx. Manque, absence (de quelque chose).
Prononc. et Orth. : [faji:ʀ]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1040 « faire défaut (à quelqu'un) » d'une pers. (Alexis, éd. Chr. Storey, 495 : faldrat [futur]); 2. ca 1100 « manquer (à quelqu'un) » d'une chose (Roland, éd. J. Bédier, 2231 : Falt li le coer); 3. ca 1165 « manquer (à un devoir, un engagement), commettre une faute » (B. de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 15437). B. 1559 faillir à « manquer de peu » (Amyot, Pyrrhus, 70 ds Littré : Evalcus [...] luy tira un coup d'espée, duquel il faillit à lui couper la main). Du lat. vulg. *fallire, pour class. fallere « tromper, échapper à » d'où le sens de « manquer »; extension à l'inf. et au part. passé du rad. faill- régulier à l'ind. prés. (*falliunt) et à l'imp. (*falliebam). Bbg. Boulan 1934, p. 30. − Darbelnet (J.). Survivances lex. en fr.-can. In : Congrès International de Linguistique et Philologie romanes. 13. 1971. Québec. Québec, 1976, t. 2, p. 1136. − Laboriat (J.). Faillir et ses frères. Déf. Lang. fr. 1973, no70, pp. 6-7. − Leicht (H.). Morphologie und Semasiologie der französischen Verben faillir und falloir. Kiel, 1909, 63 p. − Lew. 1960, p. 65, 128 (s.v. faillance).

FAILLIR2, verbe intrans.

Faire faillite :
Dans ces conjonctures, le banquier Du Tillet (...) conseilla fortement à Roguin de garder une poire pour la soif, en embarquant ses clients les plus riches dans une affaire où il pourrait se réserver de fortes sommes, s'il était contraint à faillir en recommençant le jeu de la banque. Balzac, C. Birotteau,1837, p. 84.
Prononc. et Orth. : [faji:ʀ]. Ds Ac. 1694-1878. Étymol. et Hist. 1704 (Trév.). Inf. refait sur failli* qui a été pris pour un part. passé.
STAT. − Faillir1 et 2. Fréq. abs. littér. : 947. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 887, b) 1 746; xxes. : a) 1 752, b) 1 276. Failli. Fréq. abs. littér. : 1 193. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 200, b) 1 643; xxes. : a) 2 388, b) 1 731.

Wiktionnaire

Verbe 1

faillir \fa.jiʁ\ intransitif 3e groupe, défectif (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) (En parlant d’un objet) Ne pas tenir le coup.
  2. (Vieilli) (En parlant d’une personne) Faire preuve de manquement.
    • Faillir à son devoir.
  3. (Vieilli) (Par extension) Manquer à son devoir conjugal.
  4. (Vieilli) Manquer, faire défaut.
    • Le jour commence à faillir.
    • La mémoire lui a failli.
    • Faillir à une tâche.
  5. (Vieilli) (Par extension) Céder, devenir faible.
    • Les jambes me faillaient, la tête me tournait, mais j’étais bien, comme dans un cocon de soie. — (Michel Jeury, Nounou, 2002, quatrième partie, chapitre 6)
    • Cet édifice a failli par le pied. — Ce cheval commence à faillir par les jambes.
  6. (Vieilli) Manquer à exécuter, à faire une chose.
    • J’irai là sans faillir.
  7. N’être pas loin de faire quelque chose, y manquer de peu. — Note : Il est suivi alors d’un infinitif.
    • À Mogador, nouvelle relâche, mais la barque envoyée à terre pour rapporter de l’eau fraîche faillit être capturée par les Arabes. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 419 de l’éd. de 1921)
    • Vainement il cherchait, à la fois, sa clé et son équilibre. Soudain il faillit choir en avant. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 86)
    • D’écœurement, de dégoût et d’indigestion, Tintin vomit tripes et boyaux et faillit en crever pendant la nuit. — (Louis Pergaud, La Traque aux nids, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • J’ai failli l’oublier.
    • L’accident qui faillit nous arriver.
    • Il a failli nous arriver un grand malheur.
  8. (Vieilli) (Figuré) Se tromper, se méprendre sur quelque chose.
    • Faillir lourdement.
    • Les plus doctes sont sujets à faillir.

Verbe 2

faillir \fa.jiʁ\ intransitif 2e groupe, défectif (voir la conjugaison)

  1. Faire faillite.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FAILLIR. (Il n'est plus guère usité qu'à l'infinitif, au passé simple : Je faillis; et aux temps composés : J'ai, j'avais failli, etc. Faut, 3e personne du singulier du présent de l'indicatif, se rencontre encore dans quelques vieilles locutions telles que Tant s'en faut que. Peu s'en faut que. Il s'en faut de tout.) v. intr.
Manquer, faire défaut. Le jour commence à faillir. La mémoire lui a failli. Faillir à une tâche. Par extension, il signifie Céder, devenir faible. Cet édifice a failli par le pied. Ce cheval commence à faillir par les jambes.

FAILLIR signifie aussi Manquer à exécuter, à faire une chose. J'irai là sans faillir. Suivi d'un infinitif, il signifie N'être pas loin de faire quelque chose, y manquer de peu. J'ai failli mourir. J'ai failli attendre. Il faillit être assassiné. Il faillit être ministre. J'ai failli l'oublier. L'accident qui faillit nous arriver. Il a failli nous arriver un grand malheur. Figurément, il signifie Se tromper, se méprendre sur quelque chose. Faillir lourdement. Les plus doctes sont sujets à faillir.

Littré (1872-1877)

FAILLIR (fa-llir, ll mouillées, et non fa-yir), je faux, tu faux, il faut, nous faillons, vous faillez, ils faillent ; je faillais, nous faillions ; je faillis, nous faillîmes ; je faudrai, nous faudrons ; je faudrais, nous faudrions ; que je faillisse, que nous faillissions ; faillant ; failli, faillie (les trois personnes du présent au singulier, le futur et le conditionnel vieillissent, et c'est dommage ; les personnes qui ont besoin du futur ou du conditionnel et qui en ignorent la véritable forme, les composent suivant la règle des verbes en ir, et disent : je faillirai, je faillirais ; c'est un barbarisme, mais qui a chance de s'introduire et de devenir correct ; déjà quelques grammairiens disent que ce verbe, dans le sens de faire faillite, se conjugue régulièrement sur finir : Quand un négociant faillit, les créanciers, etc. ; s'il faillissait, vous seriez ruiné ; si la baisse continue. il faillira ; c'est un usage tout moderne qui cherche à s'introduire) v. n.
  • 1Manquer le but, ne pas toucher ce qu'on vise. Son coup [d'épée] par un bonheur coule au long d'une côte ; L'esclave avait failli, Desmarets, Mirame, V, 8. Si je faux [avec ma flèche], dis qu'ils [les Perses] ont raison, et que je ne sais ce que je fais, Courier, II, 157.

    Jouer à coup faillant, à coup failli, jouer à la place du premier des joueurs qui manque ; se dit au volant, à la paume, etc.

  • 2Faire défaut, manquer à. Pas n'y faudrai, lui repartit la dame, La Fontaine, Coc. Deux jours après, la commère ne faut De mettre un fil, La Fontaine, Gag. M. Jourdain : Il suffit que, si je lui ai prêté de l'argent, il me le rendra bien. - Mme Jourdain : Oui attendez-vous à cela. - Assurément, ne me l'a-t-il pas dit ? - Mme Jourdain : Oui, oui, il ne manquera pas d'y faillir, Molière, Bourg. gent. III, 3.

    J'irai là sans faillir, j'irai sans faute, sans y manquer.

    En parlant des choses, faire défaut. Supplice qui jamais ne faut Aux désirs qui volent trop haut, Malherbe, V, 18. Tour ni détour, ruse ni stratagème Ne vous faudront, La Fontaine, Cuv. Or la grâce ne peut faillir ; Puisqu'il sème, il doit recueillir, Béranger, Mon curé.

  • 3Se tromper, se méprendre en quelque chose. Ce sculpteur a failli dans les proportions. Tu faux, de Pré, de nous portraire Ce que l'éloquence a d'appas ; Quel besoin as-tu de le faire ? Qui te voit ne la voit-il pas ? Malherbe, IV, 13. Prince, ne cachez plus ce que le ciel découvre, Vous devez être las de nous faire faillir, Corneille, D. Sanche, IV, 2. Mais je dénie qu'ils faillent contre les règles, Corneille, Épître à la Suite du Menteur. Pas ne faillit dedans sa conjecture, La Fontaine, Mal.
  • 4Tomber en faute, avoir tort, pécher. Il n'est pas bienséant à un homme sage d'avoir tant de regret pour une chose où il n'a point failli, Voiture, Lett. 89. Non pas que je ne faille en cette préférence, Corneille, Médée, II, 6. Quand le bras a failli, l'on en punit la tête, Corneille, Cid, II, 9. Qu'une âme généreuse a de peine à faillir ! Corneille, Cinna, III, 3. Ai-je failli de me payer moi-même ? La Fontaine, Rich. Si ma femme a failli, qu'elle pleure bien fort ; Mais pourquoi moi pleurer, puisque je n'ai point tort ? Molière, Sgan. 17. Les mauvais succès sont les seuls maîtres qui peuvent nous reprendre utilement et nous arracher cet aveu d'avoir failli qui coûte tant à notre orgueil, Bossuet, Reine d'Anglet. Aucuns monstres par moi domptés jusqu'aujourd'hui Ne m'ont acquis le droit de faillir comme lui, Racine, Phèd. I, 1. Jeune si j'ai failli souvent, que ce jour acquitte ma vie, Beaumarchais, Mère coup. v, 8.
  • 5Céder, manquer. Cet édifice a failli par le pied.
  • 6Être au bout, au terme. Le jour commençait à faillir.

    À jour faillant, à la chute du jour.

    À jour failli, après la chute du jour.

    PROVERBE

    Au bout de l'aune faut le drap, c'est-à-dire à force d'auner on arrive au bout de la pièce de drap, et fig. toutes choses ont leur fin.
  • 7Il se dit des fonctions de la vie qui manquent, qui font défaut. Ne te donna-t-on pas des avis, quand la cause Du marcher et du mouvement Quand les esprits, le sentiment, Quand tout faillit en toi, La Fontaine, Fabl. VIII, 1.

    Le cœur me faut, se dit quand on sent quelque faiblesse, quelque épuisement, et qu'on a besoin de manger.

    Le cœur faut, se dit aussi de l'effet d'impressions morales. Le cœur me faut, Molière, Éc. des f. II, 2. Quand, debout sur le faîte, Elle vit ce bûcher qui l'allait dévorer, Les bourreaux en suspens, la flamme déjà prête, Sentant son cœur faillir, elle baissa la tête, Et se prit à pleurer, Delavigne, Jeanne d'Arc.

  • 8 Terme de commerce. Faire faillite. Ce banquier, ce négociant a failli.
  • 9Être sur le point de. Il leur tint un discours qui faillit à les faire tomber de leur haut, Guez de Balzac, 6e disc. sur la cour. Quand la vieille P… …faillit à mourir l'année passée, Sévigné, (Bussy à Mme de Sévigné), 16 oct. 1677, éd. RÉGNIER. Je faillis à mourir de rire, Hamilton, Gramm. 3. Cette proposition faillit à reculer les affaires pour un temps, au lieu de les avancer, Voltaire, Charles XII, 8. Le jeune homme faillit à se trouver mal, Rousseau, Ém. IV.

    On peut supprimer, et aujourd'hui on supprime communément la préposition à. On prétend qu'on faillit tout gâter en 1694 par l'ordre qu'on voulut mettre au blé, Maintenon, Lett. à Mme de Brinon, t. II, p. 254, dans POUGENS.

    On dit aussi faillir de. J'ai failli de tomber.

    Cette locution, qui s'établit dans le XVIe siècle, s'explique par l'historique, où l'on voit que faillir à signifie proprement ne pas réussir à ; de là le passage est facile au sens de être sur le point de se faire. Cela montre en même temps que la forme la plus correcte, presque exclusivement employée dans le XVIe siècle, est faillir à.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir ; cependant on dira : la mémoire lui a failli ou lui est faillie ; cette race a failli ou est faillie ; ce négociant a failli ou est failli ; suivant qu'on voudra exprimer l'acte ou l'état.

HISTORIQUE

XIe s. Il l'ament tant, ne li faldrunt nient, Ch. de Rol. XXIX. Charles, chevauche ; tei ne faldrat clarté, ib. CLXXV.

XIIe s. Li cuers lui faut, s'a [s'il a] la bouche serrée, Ronc. p. 147. Se ma vertu ne faut, vous le comparrez [payerez] cher, ib. p. 195. Sur toute joie est cele couronnée, Que j'ai d'amor ; Diex ! i faudrai-je donc [y échouerai-je] ? Couci, VI. Car s'il [mon cœur] revient à moi, a il failli, ib. IX. S'ele seüst com s'amors me justise [tourmente], Ja ne faussist pitiez ne l'en fust prise, ib. XVII. Pour li [ma dame] [je] m'en vais souspirant en Syrie, Car je ne doi faillir mon creator, Quesnes, Romancero, p. 93. Quant Dex verra que ses besoins [de Quesnes] est grans, Il lui faudra, car il lui a failli, Hues D'Oisi, ib. p. 103. Mielz valt filz à vilain, qui est prouz e senez, Que ne fait gentilz hum failliz e debutez, Th. le mart. 63.

XIIIe s. Petit s'en failli que toute l'os [armée] n'en fust perdue, Villehardouin, L. Quant il orent tout porté, si i failli-il trente-quatre mil mars d'argent de la convenance [prix convenu], Villehardouin, XXXVII. [Qu'] Il confonde Tybert le mauvais, le faillit, Berte, LIII. Mais li cuers lui failloit, ib. XXX. Ci faut [finit] li capitres de l'office as baillis, Beaumanoir, 44. On ne doit tenir à heritage nule coze qui muire, car ce qui muert faut, et heritages ne pot faillir, Beaumanoir, XXIII, 8. Tandis que il alloit le pertuis estouper, le pié li failli, et cheï [tomba] en l'yaue, Joinville, 287.

XVe s. Certes, dame, voyez ci votre chevalier qui ne vous fauldroit pour mourir, si tout le monde vous failloit, Froissart, I, I, 14. Et se partirent un samedi, après jour faillant, de Cambray, Froissart, I, I, 100. Et pouvoit estre environ jour failli, Froissart, I, I, 100. Le prince votre ains-né fils ne peut faillir qu'il ne soit encore grand sire sans l'heritage de Flandre [les Flamands deputés, vers le roi d'Angleterre], Froissart, I, I, 249. Pour paour du traict commencerent une grande partie d'eulx à reculer et eux traire en sus, comme lasches et faillis que ils furent, Boucic. I, 24. Le roy faisoit parler à tous ceulx qu'il povoit penser qui lui pourroient ayder, et ne failloit pas à promettre, Commines, II, 9. N'estoit point vray, mais toute mensonge, ou peu s'en failloit, Commines, III, 2.

XVIe s. Le dyable me faille, si j'eusse failly de coupper les jarrets à messieurs les apostres, Rabelais, Garg. I, 39. Je vois bien que, s'il avoit besoin d'excuses, ne lui faudriez d'avocat, Marguerite de Navarre, Nouv. LXVI. Les estançons de bois venus à faillir, Montaigne, I, 26. Icy fault la regle, Montaigne, I, 27. Faillant à sa parole, Montaigne, I, 30. Ne faillez sur vostre vie à me confesser la verité, Montaigne, I, 127. L'archer qui oultrepasse le blanc fault, comme celuy…, Montaigne, I, 224. Voyant que ses gens avoient failly d'enfoncer le battaillon des ennemis [n'avaient pas réussi], Montaigne, I, 367. La navire faillit la Sicile et fut poulsée contre la coste de Tarente, Montaigne, III, 35. Je n'eusse gueres failly de faillir plustost que de bien-faire à leur mode, Montaigne, III, 260. Quand ce vient à combattre, la moitié [des pistolles, pistolets] faillent [ratent], Lanoue, 313. Ce messager faillit à estre pendu, D'Aubigné, Hist. I, 241. Ce sont coustumierement personnes de cœur failly, desquelles les pensées ne s'estendent point plus avant que les vies, Amyot, Préf. VI, 32. Il mourut sans enfants, de sorte que sa race faillit en luy, Amyot, Lyc. 67. Ils faillirent [ne réussirent pas] à s'entre-rencontrer, Amyot, Pyrrhus, 14. Evalcus se jetta à costé, et luy tira un coup d'espée, duquel il faillit à lui couper la main, mais…, Amyot, ib. 70. Il lui en prend comme aux poures orphelins qui sont moins avantagez que leurs freres, d'autant que leur pere est failli trop tost, Béze, Vie de Calvin, p. 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « faillir »

De l’ancien français faillir, du latin vulgaire fallire lui-même issu du latin classique fallere (« tromper »).
→ voir falloir, issu du même mot.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Namur. failli, amaigri ; provenç. falhir, faillir ; catal. falir, fallir ; portug. falir ; ital. fallire ; du latin fallere, changé par les langues romanes en fallire, d'où faillir, falhir, fallire ; et, par le français, en outre en fallēre, d'où falloir (car c'est le même mot) ; comp. le grec σφάλλειν, manquer, et l'allem. fallen, tomber ; la racine est le sanscrit sphal, vaciller. Le latin fallere a passé aisément du sens de tromper à celui de faillir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « faillir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
faillir fajir

Évolution historique de l’usage du mot « faillir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « faillir »

  • Si bon sang ne peut mentir, bonne terre ne peut faillir. De Emile Gagnon / Une fille est venue
  • Tout homme a le droit de douter de sa tâche et d'y faillir de temps en temps. La seule chose qu'il ne puisse faire, c'est l'oublier. De Paulo Coelho / La Cinquième Montagne
  • L'objectif est de comprendre "ce qui a pu faillir". Mardi, Me Arié Alimi, avocat du collectif de soignants Inter Urgences et de la CGT Santé, a annoncé le dépôt de plaintes avec constitution de partie civile afin d'obtenir la désignation de juges d'instruction pour enquêter sur différents volets de la gestion de la crise du coronavirus. Il avait déjà déposé fin mars des plaintes simples devant le parquet de Paris, qui ont abouti, avec d'autres, à l'ouverture le 8 juin d'une vaste enquête préliminaire pour "homicides involontaires" ou "mise en danger de la vie d'autrui". Elle a été confiée à l'Oclaesp, l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique. Invité dimanche d'Europe 1, il réfute tout "populisme pénal". "On est dans une recherche de la vérité", assure le conseil.  Europe 1, Plaintes sur la gestion du coronavirus : "Pas un populisme pénal, mais une recherche de vérité"
  • On se souvient des tensions fréquentes qui avaient caractérisé les rapports des deux hommes, alors qu’ils partageaient le même bureau, au point de faillir en venir aux mains. Guineefoot.info, Entre Titi Camara et Bantama Sow, c’est le désamour depuis toujours (Mognouma Cissé) - Guineefoot.info
  • La soirée de la Saint-Jean n’a pas pu rassembler tout le village autour d’un repas au vu du contexte sanitaire. Mais cela n’a pas empêché les Cassagnols de se réunir sur la place du village pour partager un moment convivial, organisé par le bar du village, autour d’un bout de saucisse catalane. Pour garder l’esprit de la Saint-Jean et ne pas faillir à la tradition, le foyer rural a offert à chacun le traditionnel bouquet ainsi qu’un bout de fougasse. La soirée s’est clôturée avec l’incontournable feu de la Saint-Jean, qui s’est embrasé sur la place du village. Tous les habitants présents ont pu apprécier ce moment de détente tout en respectant les consignes en vigueur liées aux rassemblements publics. lindependant.fr, Cassagne : saint-Jean : convivialité et tradition au rendez-vous - lindependant.fr
  • Soulignant la victoire d’une équipe dans son discours final, Albert Noblesse a assuré aux Airainois qu’ils pourraient compter sur son « engagement, [sa] fidélité et [son] courage » pour réaliser les projets annoncés sans faillir. , Des hommages et du respect pour la réélection d'Albert Noblesse | L'Éclaireur du Vimeu

Traductions du mot « faillir »

Langue Traduction
Anglais fail
Espagnol fallar
Italien fallire
Allemand scheitern
Chinois 失败
Arabe فشل
Portugais falhou
Russe потерпеть поражение
Japonais 不合格
Basque fail
Corse falla
Source : Google Translate API

Synonymes de « faillir »

Source : synonymes de faillir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « faillir »

Faillir

Retour au sommaire ➦

Partager